Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le retour aux sources de Nicolas Sarkozy

Le retour aux sources de Nicolas Sarkozy

C'est l'un des ressorts du Sarkozysme : opposer, diviser les Français entre eux pour mieux régner. En faisant de la lutte contre la fraude sociale une priorité nationale, le Chef de l'Etat tente une diversion par rapport à une situation économique préoccupante. Un pare-feu en trompe l'œil qui occulte les véritables enjeux. Car, si la fraude sociale est évaluée entre 2 et 3 milliards d'euros, la fraude aux cotisations sociales est estimée à 20 et la fraude fiscale à 40.

 "Depuis les années 1980, la dénonciation de la fraude sociale est un des marqueurs du discours néoconservateur " relève Christian Salmon dans Le Monde Magazine. L’éditorialiste estime que Nicolas Sarkozy adapte pour le public français les grands classiques du répertoire néoconservateur américains qui ont fait le succès de Ronald Reagan. Une politique extérieure musclée et, dans le domaine intérieur, la désignation de boucs émissaires au sein même de la classe ouvrière : les chômeurs, les malades, les immigrés. Les profiteurs et les tricheurs face aux travailleurs donc.

Après avoir consciencieusement asséché les recettes de l’Etat par une multiplication ciblée des exonérations fiscales, après s’être employé de façon très performante à rendre la puissance publique impécunieuse par un creusement sans précédente de la dette, Nicolas Sarkozy s’emploie désormais à diaboliser les bénéficiaires des aides sociales.

Car s’il est un domaine dans lequel le président de la république aura excellé, c’est bien dans le démantèlement de l’Etat providence. Nicolas Sarkozy n’a jamais caché sa volonté de réduire le périmètre d’action de la puissance publique. Il inscrit ses pas dans le droit fil de la pensée de Renan : "Une société est d’autant plus parfaite que l’État s’y occupe de moins de choses ". La sinistre RGPP et son corollaire, le non remplacement d’un fonctionnaire sur deux, constitue une illustration flagrante de cette approche.

 "Nous devons changer notre pays, nous devons le changer profondément, nous devons rompre avec ce système politique, économique et social qui, depuis trente ans, ne produit que de la dette, du chômage et de l’immobilisme. C’est cela que j’appelle la rupture ", déclarait Nicolas Sarkozy lors du discours de clôture des « 48 heures pour l’UMP » en 2005.

Cette rupture appelée de ses vœux, c’est ce que nous vivons depuis 5 ans. C'est la transition d’un Etat protecteur, un Etat "providence" vers un Etat sécuritaire, fort avec les faibles, faible avec les puissants. A l’image de sa politique étrangère qui consiste à bombarder les Libyens mais à plier l'échine devant les Chinois. A l’image de sa politique intérieure où l'on décrète la chasse nationale aux fraudeurs de prestations sociales mais où on fait preuve de mansuétude à l’égard des exilés fiscaux.

Le Sarkozysme est ainsi, binaire. Rhétorique populiste d’un côté, préservation des intérêts de la classe possédante de l’autre à travers le maintien du bouclier fiscal.

Mais la médaille a son revers. Faute de résultats économiques, la majorité présidentielle est prise au piège de la surenchère avec l'extrême droite. La stratégie de siphonage du FN est un échec. Les flux se sont inversés c'est le FN qui vide désormais l'UMP de ses électeurs. Et plus la majorité présidentielle en rajoute, plus elle contribue à renforcer la petite entreprise de la famille Le Pen.

La droite décomplexée version Sarkozy c’est avant tout une bataille idéologique contre la gauche des 35 heures, contre la retraite à 60 ans et bientôt peut être contre cette protection sociale qui menacerait le triple A de la France.

C’est l’éternel procès en légitimité contre la gauche sortie des urnes, celle du Front populaire de 36, celle arrivée "par effraction" au pouvoir en 1981 comme l’avouait dernièrement François Baroin.

Le paradoxe de la crise, c'est que Sarkozy le néoconservateur atlantiste se trouve contraint bien malgré lui à faire attelage avec l’Allemagne alors que son cœur bat pour la Grande-Bretagne et les USA, des modèles pour lesquels il a les yeux de Chimène.

 Exit avec notre président inculte une conception de la politique fondée sur la raison et le contrat social. Trop intellectuel sans doute. Sarkozy préfère le manichéisme made in USA, celui qui partage le monde entre les forces du bien et du mal. Un système dans lequel il n'y a pas, comme l'a théorisé Margaret Thatcher à travers l'acronyme TINA, d'alternative.

La bourse ou la vie donc. La dégradation des acquis ou leur perte pure et simple. Un marché de dupes proposé depuis plusieurs décennies par des patrons voyous qui finissent toujours pas mettre la clé sous la porte en n'oubliant pas d'emporter les machines pour les réimplanter sous d'autres cieux.

Et puisque le binaire semble devoir l'emporter, les présidentielles de 2012 seront sans doute à cette aune. Avec d'un côté le chacun pour soi et le dieu pour tous des néoconservateurs et de l'autre, pour les hommes et les femmes de progrès, la réaffirmation de leur foi dans une vision humaniste du monde et la construction de solidarités.


Moyenne des avis sur cet article :  4.66/5   (70 votes)




Réagissez à l'article

45 réactions à cet article    


  • devphil30 devphil30 30 novembre 2011 15:57

    « C’est l’éternel procès en légitimité contre la gauche sortie des urnes, celle du Front populaire de 36, celle arrivée »par effraction« au pouvoir en 1981 comme l’avouait dernièrement François Baroin. »

    Il évoquait 1996 , date de la dissolution par Chirac mais l’idée est bien là de la part de la droite 

    Très bon article qui résume la perversité de la politique menée depuis 2007.
    Votez largement pour cet article qui mérite d’être lu et entendu afin d’éviter la poursuite de cette destruction des acquis et des relations sociales qui compose une société , initié depuis 2007 par sarko

    Philippe 

    • bigglop bigglop 30 novembre 2011 21:45

      Bonsoir à tous,
      Merci ce très bon article, mais comme je le dis souvent :
      l’histoire ne se répète pas, mais elle bégaie et produit des avatars.

      Entre l’UMP et le PS qui, comme des hyènes, se disputent, écartèlent les dépouilles de Faurès, Jules Ferry, Guesde, Vaillant, tout en détruisant les valeurs du Front Populaire et du CNR.

      Plus généralement :

      Le système de contrôle des sociétés démocratiques est fort efficace ; il instille la ligne directrice comme l’air qu’on respire. On ne s’en aperçoit pas, et on s’imagine parfois être en présence d’un débat particulièrement vigoureux. Au fond, c’est infiniment plus performant que les systèmes totalitaires.

      Prenons, par exemple, le cas de l’Allemagne au début des années 1930. On a eu tendance à l’oublier, mais c’était alors le pays le plus avancé d’Europe, à la pointe en matière d’art, de sciences, de techniques, de littérature, de philosophie. Puis, en très peu de temps, un retournement complet est intervenu, et l’Allemagne est devenue l’Etat le plus meurtrier, le plus barbare de l’histoire humaine.

      Tout cela s’est accompli en distillant de la peur  : celle des bolcheviks, des Juifs, des Américains, des Tziganes, bref, de tous ceux qui, selon les nazis, menaçaient le cœur de la civilisation européenne, c’est-à-dire les « héritiers directs de la civilisation grecque ». En tout cas, c’est ce qu’écrivait le philosophe Martin Heidegger en 1935. Or la plupart des médias allemands qui ont bombardé la population avec des messages de ce genre ont repris les techniques de marketing mises au point... par des publicitaires américains.

      N’oublions pas comment s’impose toujours une idéologie. Pour dominer, la violence ne suffit pas, il faut une justification d’une autre nature. Ainsi, lorsqu’une personne exerce son pouvoir sur une autre – que ce soit un dictateur, un colon, un bureaucrate, un mari ou un patron –, elle a besoin d’une idéologie justificatrice, toujours la même : cette domination est faite « pour le bien » du dominé. En d’autres termes, le pouvoir se présente toujours comme altruiste, désintéressé, généreux.

      Dans les années 1930, les règles de la propagande nazie consistaient, par exemple, à choisir des mots simples, à les répéter sans relâche, et à les associer à des émotions, des sentiments, des craintes. Quand Hitler a envahi les Sudètes [en 1938], ce fut en invoquant les objectifs les plus nobles et charitables, la nécessité d’une « intervention humanitaire » pour empêcher le « nettoyage ethnique » subi par les germanophones, et pour permettre que chacun puisse vivre sous l’«  aile protectrice » de l’Allemagne, avec le soutien de la puissance la plus en avance du monde dans le domaine des arts et de la culture.

      En matière de propagande, si d’une certaine manière rien n’a changé depuis Athènes, il y a quand même eu aussi nombre de perfectionnements. Les instruments se sont beaucoup affinés, en particulier et paradoxalement dans les pays les plus libres du monde : le Royaume-Uni et les Etats-Unis. C’est là, et pas ailleurs, que l’industrie moderne des relations publiques, autant dire la fabrique de l’opinion, ou la propagande, est née dans les années 1920.

      Ces deux pays avaient en effet progressé en matière de droits démocratiques (vote des femmes, liberté d’expression, etc.) à tel point que l’aspiration à la liberté ne pouvait plus être contenue par la seule violence d’Etat. On s’est donc tourné vers les technologies de la « fabrique du consentement ». L’industrie des relations publiques produit, au sens propre du terme, du consentement, de l’acceptation, de la soumission. Elle contrôle les idées, les pensées, les esprits. Par rapport au totalitarisme, c’est un grand progrès : il est beaucoup plus agréable de subir une publicité que de se retrouver dans une salle de torture.

      Aux Etats-Unis, la liberté d’expression est protégée à un degré que je crois inconnu dans tout autre pays du monde. C’est assez récent. Dans les années 1960, la Cour suprême a placé la barre très haut en matière de respect de la liberté de parole, ce qui exprimait, à mon avis, un principe fondamental établi dès le XVIIIe siècle par les valeurs des Lumières. La position de la Cour fut que la parole était libre, avec pour seule limite la participation à un acte criminel. Si, par exemple, quand je rentre dans un magasin pour le dévaliser, un de mes complices tient une arme et que je lui dis : « Tire ! », ce propos n’est pas protégé par la Constitution. Pour le reste, le motif doit être particulièrement grave avant que la liberté d’expression soit mise en cause. La Cour suprême a même réaffirmé ce principe en faveur de membres du Ku Klux Klan. Mais depuis l’attentat du 11 septembre 2001, les lois Patriot Act 1 et 2 ont gravement porté atteinte à ces droits

      En France, au Royaume-Uni et, me semble-t-il, dans le reste de l’Europe, la liberté d’expression est définie de manière très restrictive. A mes yeux, la question essentielle est : l’Etat a-t-il le droit de déterminer ce qu’est la vérité historique, et celui de punir qui s’en écarte ? Le penser revient à s’accommoder d’une pratique proprement stalinienne.

      Des intellectuels français ont du mal à admettre que c’est bien là leur inclination. Pourtant, le refus d’une telle approche ne doit pas souffrir d’exception. L’Etat ne devrait avoir aucun moyen de punir quiconque prétendrait que le Soleil tourne autour de la Terre. Le principe de la liberté d’expression a quelque chose de très élémentaire : ou on le défend dans le cas d’opinions qu’on déteste, ou on ne le défend pas du tout. Même Hitler et Staline admettaient la liberté d’expression de ceux partageant leur point de vue...

      Nos sociétés sont contrôlées, dirigées par la peur, l’émotion, la propagande, la désinformation, la discrimination, la stigmatisation en lieu et place de l’esprit critique, de la raison, de la tolérance, du vivre ensemble.

      Nous vivons un dangereux « parallélisme ».

      Pour aller plus loin :

      La stratégie du Choc de Naomi Klein

      La fabrique du consentement de Noam Chomsky

      http://www.dailymotion.com/video/x5...



    • Jean 30 novembre 2011 23:25

      Pour la liberté d’ expression : la démocratie. C’ est la définition même de la liberté d’ expression.

      En finir avec les partis donc les lobbies, les (fausses) luttes de la caste politique dont le citoyen a « soupé ». Ras-le-bol du grenouillage de cette caste.

      Il faut en finir par la démocratie, et non un ersatz.

      La révolution a commencé en 1789, elle finira en 20..

      En finir avec les lobbies banquiers, pharmaceutiques, ..., medef, plus de prises pour eux sur les assemblées, plus de pouvoir personnel, de corruption (pas le temps, etc.)

      Depuis des siècles, nous sommes conditionnés à être dominés par des rois, pouvoirs personnels, ...

      On se fait croire à nous-mêmes qu’ il n’ y a pas d’ autres solutions (encouragés par l’ oligarchie et les obscurantismes religieux qui font bon ménage), des exemples contraires existent de plus en plus (démocraties même partielles) dans le monde, même si encore rares.

      Re : Il faut en finir par la démocratie, et non un ersatz.

      http://www.democratiedirecte.fr/

      http://www.dailymotion.com/video/xl...

      http://www.dailymotion.com/video/xi...


      Un parti sans étiquette
      pourrait rafler les voix des abstentionnistes, déçus etc.
      (y a du monde) ; un président alors élu est chef de la police et des armées, en outre il peut dissoudre les assemblées, donc bousculer l’ oligarchie et instaurer une nouvelle constitution, à la Suisse (même en mieux).

      On peut imaginer dans les petits bourgs, un conseil municipal sans élus, mais constitué des citoyens eux-mêmes, le maire est élu pour un court mandat en tant qu’ exécutant, et contrôlé.

      Les grandes villes ...un conseil de « tirés au sort », un maire élu (court mandat et non renouvelable ? ou une fois) exécutant et contrôlé.

      Idem au niveau de l’ Etat, un président élu (court mandat non renouvelable) exécutant des décisions d’ une constituante de "tirés au sort", aidé de ministres, et aux pouvoirs limités (par ex. urgence militaire avec compte à rendre), et très contrôlé.

      Bien étudier les thèses (liens) qui font leur chemin.

      Et les bienfaits de la démocratie, en perspective : les « jeunes » participent à la vie de la cité au lieu de brûler des voitures, parité homme/femme assurée (en moyenne par le tirage au sort), les luttes de classe disparaissent (ne reste que des sollicitations à la constituante), ... (liste non limitative)

      Manifestement un nouveau parti sans étiquette à voir...http://www.lepf.fr/



    • bigglop bigglop 1er décembre 2011 00:27

      Bonsoir,
      Arrêtons-nous de parler de Sarkozy, de Merkel, deux arbres qui cachent la forêt des vrais « décideurs », dirigeants de l’Europe en ouvrant le lien du blog d’un profesionnel de la finance :

      http://www.renovezmaintenant67.eu/index.php?post/2011/11/12/BCE-Souverainet%C3%A9-de-la-Cr%C3%A9ation-mon%C3%A9taire-/-Mon%C3%A9tisation-de-la-dette-publique-des-actifs-bancaires-l%C3%A9gu%C3%A9s

      Mettez-le dans vos favoris, car il y a de la matière et de l’information fiable


    • devphil30 devphil30 1er décembre 2011 10:01

      Tout a fait d’accord avec votre commentaire Bigglop,


      Votre conclusion est exacte « nous vivons un dangereux parallélisme » 

      Philippe 

    • bigglop bigglop 1er décembre 2011 17:23

      Merci @ Devphl60 et @ StabilobOss pour vos appréciations ; un peu de baume au coeur.
      Pour agir, je vous copie un de mes anciens articles et des liens pour interpeller nos députés (Courtfool) et les députés européens (cdca.asso)

      Bonjour à tous,

      Excellent article qui fait parfaitement la synthèse de la m..de dans laquelle nous sommes.

      Sarko protecteur du peuple, plutôt un petit caîd de Passy, Neuilly, Auteuil qui survelle de près ses gagneuses. La plupart des autres candidats font des promesses, des demi-mensonges pour se glisser dans le lit de Marianne. Pauvre Marianne qui ressemble plus à une "fleur de bitume" qu’à la République sur les barricades de Delacroix.

      Dans le lien Fil-Info vous trouverez les votes nominatifs des députés, sénateurs du Traité de Lisbonne de 2008 (que JL Mélanchon a rappelé).

      Pour triompher, le mal n’a besoin que de l’inaction des gens de bien.

      Edmund Burke

      Merkel a gagné son pari, à savoir, lancer la Braderie de l’Eurozone, de l’Union Européenne en faveur de ce que l’on appelle généralement et par facilité, les marchés financiers, avec une BCE qui rachète de la dette souveraine plus ou moins pourrie sur les marchés primaire et secondaire devenant une Bad Bank (en contradiction avec tous les traités) en attendant de la transférer au FESF, ce qui limitera dès maintenant les possibilités d’intervention du Fonds.
      En effet, elle a obtenu ce qu’elle exigeait depuis toujours :
      Une modification radicale, profonde du Traité de Fonctionnement de l’Union Européenne (TFUE) donc du Traité de Lisbonne.

      Le plus urgent, aujourd’hui, est de mettre en échec l’application du Mécanisme Européen de Stabilité qui est soutenu par les membres l’oligarchie financière, dont l’un des survivants de cette loi n’est autre que Valéry Giscard d’Estaing, grand contributeur du Traité Constitutionnel Européen transformé en traité de Lisbonne. Nous allons nous faire « enpapandréouter » avec l’arnaque anti-démocratique décrite plus loin. 

      Sans développer, le FESF avec sa garantie de 20% sur la première perte sur dette souveraine ne rassurera par les investisseurs. La mise en place d’un effet de levier va contribuer à créer une pyramide de Ponzi (Madoff). Enfin, le SPV (Special Purpose Vehicle) qui sera mis en place ne sera rien d’autre qu’un « subprime » composé de morceaux des dettes des différents états de l’Eurozone dans lesquels on ne pourra pas distinguer la part de dette la plus « pourrie ». Bonjour les dégâts. Cette solution n’aurait-elle pas été recommandée par Goldman-Sachs et consorts, des spécialistes en la matière ?

      Etes-vous au courant des « manipulations » de la Commission Européenne, du Conseil Européen pour adopter ce fameux MES :

      Afin de résoudre le problème du fondement juridique, le gouvernement allemand indiqua qu’un amendement au traité serait nécessaire. Cependant, après la ratification difficile du traité de Lisbonne, certains États et hommes d’État se sont opposés à une modification du traité, notamment le gouvernement britannique qui s’opposait à des changements affectant le Royaume-Uni. C’est finalement avec le soutien du président français que l’Allemagne obtint l’aval du Conseil européen d’octobre 2010.

      La proposition allemande demandait une modification minimale visant à renforcer les sanctions et à créer un mécanisme permanent de sauvetage. Cette modification minimale ne répondant toutefois pas à l’exigence allemande de sanctionner les manquements des États par la suspension du droit de vote. En effet, une telle exigence nécessiterait une modification plus importante du traité.

      Le 16 décembre 2010, le Conseil européen trouva un accord pour un amendement de deux lignes au traité, ce qui permet d’éviter la tenue de référendums. En effet, le Président du Conseil Européen, Herman Von Rompuy a prévu d’examiner les changements à travers la procédure de révision simplifiée (article 48 TFUE). La modification change simplement le Traité sur le fonctionnement européen pour permettre l’instauration d’un mécanisme permanent.

      Plusieurs actions sont possibles :

      - mettre en place une pétition française et/ou européenne avec le concours de personnalités comme Paul Jorion, Frédéric Lordon, Thomas Piketty ; etc...

      - faire un mailing auprès des décideurs français, européens, des médias....

      - contacter nos députés, sénateurs leur demandant de voter contre les modifications réglementaires pour la création du MES et devant être présentées devant les assemblées avant le 31 décembre 2011. La création du MES pourrait être effective avant les présidentielles

      - exiger la tenue d’un référendum européen début 2012 sur le MES.

      Je suis un internaute lambda (handicapé), sans réseau, qui vous vous propose ce défi, plus passionnant, plus efficace que de faire des articles, des commentaires et être « indignés » derrière vos écrans et claviers

      ALLEZ, C’EST LE MOMENT DE VOUS ENGAGER

      http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2010/05/13/bilderb erg-la-trilaterale-et-le-monde-iv.html

      http://www.courtfool.info/fr_MES_le...

      http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/2...

      http://europa.eu/rapid/pressRelease...

      http://www.fil-info-france.com/cons...

      http://www.cdca.asso.fr/cdcaeurope/cdcaeurope-mail_deputes_europeens.htm


    • AntoineR 30 novembre 2011 16:18

      Très bon article qui résume bien l’action de Sarkozy.

      Mais malheureusement pour nous, nous sommes bien dans le TINA dont vous parlez.
      Le futur président sera forcément de l’UMP ou du PS. Il n’y a donc pas d’autre alternative dans notre pays. Car Hollande mènera la même politique que Sarko. Un peu moins vite peut-être ou sous d’autres formes mais le résultat sera le même.

      Il faut être lucide sur le fait que les différents acteurs de la classe politique servent les mêmes maitres.

      Les français (ou devrais-je dire les occidentaux) sont lobotomisés au bi-partisme. Mais vous voyez bien qu’il n’y a pas de différence. Les exemples sont flagrants (les socialistes d’Espagne, les députés Européens....)

      Nous n’avons plus qu’à attendre que ça pète pour repartir sur de bonnes bases. Hollande ne nous sera d’aucun secours.


      • Fergus Fergus 30 novembre 2011 18:57

        Bonjour, AntoineR.

        Il y aura de très grandes différences entre Hollande et Sarkozy en 2012, nze serait-ce que ces trois-là, essentielles :

        1) Sarkozy continuera de gouverner seul alors que Hollande gouvernera avec des partenaires de gauche et s’appuiera sur un vrai Premier ministre ;

        2) Hollande effectuera, s’il est élu, un 1er mandat alors que Sarkozy, dans l’incapacité d’en briguer un 3e aura les coudées franches pour accélérer la destruction des services publics et des acquis sociaux ;

        3) Sarkozy s’apprête à céder à Merkel en acceptant une perte de souveraineté de la France alors que Hollande le refuse catégoriquement.

        Rien que pour cela il faudra voter Hollande sans hésiter au 2e tour, ne serait-ce que par souci des classes populaires qu’un 2e mandat sarkozyste achèverait de laminer.


      • rmusic Mahler 30 novembre 2011 20:25

        « Sarkozy s’apprête à céder à Merkel en acceptant une perte de souveraineté de la France alors que Hollande le refuse catégoriquement. »

        Ca c’est pour se la jouer combattant et comme défenseur de la souveraineté française et bien sur pour se faire élire. Le Ps et l’UMP sont les partis responsables qui ont fait perdre de plus en plus de souveraineté à la France au profit de l’UE(surtout le PS d’ailleurs). PS/UMP tout ça c’est pareil, des vendus au service des oligarches doublés d’incompétents notoires. Si Hollande arrive au pouvoir il se couchera devant l’échine de l’Union Européenne et acceptera toutes les réformes de rigueur. 2012 ça va être une attaque frontale et rude contre les français. La seule différence entre le PS et l’UMP c’est que le PS est moins corrompu(encore que ça reste à voir) et surtout la personnalité détestable de Nicolas Sarkozy, mais à part ça...


      • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 30 novembre 2011 20:27

        Je rappelle les consignes de vote :

        1 - Au premier tour on vote pour ses idées.
        2 - Au deuxième tour on expulse Joe Dalton Sarkozy de l’Elysée.
        2 (bis) - Si Sarko est balayé au premier tour, éclatez-vous au second.


      • devphil30 devphil30 1er décembre 2011 10:03

        Le mieux serait une expulsion immédiate au premier tour l’impact serait plus fort 


        Philippe 

      • manech42 manech42 1er décembre 2011 21:44

        Je pense au contraire qu’il serait bon que sarko soit réélu pour que les Français descendent enfin dans la rue en masse et jettent le dictateur au bas de son trône, aucune révolution possible en face d’un gouvernement qui se dit de gauche et dont les idées politiques sont de centre droit.


      • Ali 30 novembre 2011 16:53

        Chaque fois que je lis les excellents articles d’agoravox sur sarkozy, je me pose une seule question : 


        C’est pour quand la guillotine ? 

        • diogene 30 novembre 2011 20:03

          Il y en a encore une exposée au musée d’Orsay. Il serait bon de la réhabiliter pour quelques temps...


        • Robert GIL ROBERT GIL 30 novembre 2011 17:02

          il peut parler, d’honnêteté et de magouille, voir cet article :

          http://2ccr.unblog.fr/2010/11/18/sarkozy-quelle-famille/


          • dawei dawei 30 novembre 2011 17:29

            On apprend rien, mais c’est toujours bon de le lire.
            Au plaisir smiley


              • Hieronymus Hieronymus 30 novembre 2011 20:04

                loin de moi l’idee de defendre Sarkozy
                mais la fraude aux prestations sociales, c’est au moins 10 fois plus !
                20 milliards d’Euros (rien que d’apres les rappports administratifs)
                ce que l’on pourrait reprocher effectivement a Sarkozy, ce n’est pas de lutter contre la fraude sociale mais de faire semblant de commencer a lutter seulement maintenant ...
                tenez, regardez cela :
                http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=oXhx30u5keg
                pour une fois Zemmour et Domenach sont d’accord
                des millions de fausses cartes vitales en circulation
                et une fraude ne doit jamais en excuser une autre !

                sinon Henry Moreigne, des fois, il intervient sur ses fils ? (redite)


                • Fergus Fergus 1er décembre 2011 09:15

                  Bonjour, Hieronymus.

                  20 milliards, certes, mais dont 18 milliards dûs à la fraude entrepreneuriale et non à celle des particuliers. Or, Sarkozy ne fustige véritablement, et violemment, que ces particuliers, des « voleurs » selon lui, alors qu’il reste quasiment muet sur les entrepreneurs qui, à ses yeux ne sont pas des voleurs mais d’anodins fraudeurs.


                • révolQé révolté 1er décembre 2011 14:47

                  combien coute une journée de guerre d’après vous,
                  Lybie,
                  Afganistan,
                  etc...etc...etc...
                  Les « fraudes sociales » ne représente même pas les frais de bouche mensuels de l’elysée... !!!


                • Hieronymus Hieronymus 1er décembre 2011 19:04

                  Faux !
                  c’est au moins 20 milliards du seul fait des prestataires
                  le pillage des « allocs » est un veritable metier pour des centaines de milliers, voire des millions de residents sur le territoire national
                  bravo a tous les moinsseurs pour leur sens critique


                • suumcuique suumcuique 30 novembre 2011 20:17

                  Dans ce cas et dans d’innombrables autres, les véritables sources sont dans le Jourdain. En Asie.


                  Delenda carthago.



                  • LE CHAT LE CHAT 30 novembre 2011 22:49

                    en tous cas , il n’y a qu’à regarder les journaux télévisés sur toutes les chaines pour voir que depuis trois semaines ils ouvrent uniquement sur des fais divers glauques , pédophiles , violeurs meurtriers , récidivistes , bracos , c’est clair , n’ayant rien de positif à son bilan , le nain va encore nous faire des promesses sur la sécurité !


                    • révolQé révolté 1er décembre 2011 14:50

                      normal,dans 6 mois les élections,donc montrons l’insécurité (imaginaire )comme en 2007,et je vois bien encore 53% de gros connards se manifester...


                    • bernard bernard 30 novembre 2011 22:58

                      Il faut le virer...en 2012,
                      C’est impératif,
                      Il a fait plus de mal à lui tout seul, et en moins de temps, 
                      que l’ensemble des présidents de la cinquième république réunis.

                      ÇA SUFFIT !
                      M.... !


                      • Yohan Yohan 30 novembre 2011 23:18

                        Virer l’UMPS, cette bande d’incapables, me parait être la seule chose sensée à faire. Un Bayrou VS Marine ne serait pas pour me déplaire. Vive le changement, le vrai ;; ;;


                        • Jean 30 novembre 2011 23:27

                          Vive le changement, le vrai ;; ;; ?

                          C’ est la démocratie, pas un ersatz (voir mon com plus haut).


                        • DSKprésident 1er décembre 2011 15:39

                          Le choix devient très clair :

                          - Sarko = Hollande = Mélenchon = poursuite de la politique actuelle = Europe + sionisme + ultralibéralisme + soumission de la France aux banquiers, à Bruxelles, et à Wall Street + guerres (Libye, Afghanistan...)

                          - M Le Pen = changement radical par la sortie de la dictature de l’Europe, sortie de la dictature des banquiers, et de l’ultralibéralisme par du protectionisme raisonné (comme dans 90% des pays dans le monde), en 1 mot, retour à la souveraineté de la Nation France (n’en déplaise aux sionistes qui nous dominent)

                          Sur un sondage d’hier, les ouvriers votent à plus de 40% pour M Le Pen ...


                        • Voxien2011 30 novembre 2011 23:24

                          bonsoir

                          Je vais répéter un de mes commentaires puisqu’il s’agit de la gauche et de la droite.

                          La réalité :

                          La gauche parlait et chantait le progrès pendant qu’elle laissait le capitalisme s’approprier ouvertement, le plus souvent avec violence, tous les moyens de production, ainsi que les savoirs, les connaissances et les ressources.

                          La gauche luttait contre la religion, la foi et la croyance pendant que l’idéologie consumériste, matérialiste et la croyance en l’argent remplissaient le vide spirituel.

                          En fait, la gauche depuis le début de son histoire a trouvé les clés de nos cœurs et de nos âmes, elle a ouvert ses portes, balayé et vidé tout ce qui constitue notre humanité et libérer la place pour la nouvelle religion. Elle a démonté les âmes et les cœurs pour libéré les monstres.

                          Question : Elle le fait inconsciemment ou consciemment ?


                          • FYI FYI 5 décembre 2011 03:44

                            Oui et les lecteurs s’étonnent que Hollande ne passera pas.
                            Le PS c’est du poison l’UMP une torture. Au moins la torture çà se voit et finira bien par réveiller les zombis.


                          • Yohan Yohan 30 novembre 2011 23:34

                            Un parti qui ose dire tout haut qu’il faut abandonner les ouvriers qui ne représentent plus rien (en nombre de votants) pour se tourner vers les musulmans qui représentent soit-disant notre avenir (surtout par le nombre de votants potentiels) est un parti qui a perdu son honneur et sa lucidité. En tout cas, les ouvriers, les français apprécieront....


                            • sisyphe sisyphe 1er décembre 2011 11:31
                              Par Yohan (xxx.xxx.xxx.183) 30 novembre 23:34

                              Un parti qui ose dire tout haut qu’il faut abandonner les ouvriers qui ne représentent plus rien (en nombre de votants) pour se tourner vers les musulmans qui représentent soit-disant notre avenir (surtout par le nombre de votants potentiels)


                              Ah ! 

                              Le danger islamique, le retour ! 

                              Yohan récite bien sa leçon de boucs-émissaires, et de division des Français entre eux ; version les ouvriers contre les musulmans. 

                              Pourquoi ; il n’y a pas d’ouvriers musulmans ? 

                              Il y a plus d’électeurs musulmans que d’électeurs ouvriers ? 

                              Allez, quelques stats contre la désinformation, extrait : 

                              La dernière étude en date, parue en octobre 2010 sous le titre « Trajectoires et Origines », émane de l’Institut national des études démographiques (Ined) et de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee). Selon les deux organismes publics, la France compte 2,1 millions de « musulmans déclarés ».

                              • D’où vient le chiffre de 5 à 6 millions ?

                              C’est l’estimation donnée par le ministère de l’Intérieur, également chargé des cultes. « Aujourd’hui, on estime qu’il y a à peu près 5 ou 6 millions de musulmans en France », affirmait lundi le ministre Claude Guéant, reprenant des chiffres délivrés par la place Beauvau en juin 2010. Mais pour donner cette estimation, le gouvernement, qui n’a pas le droit de poser la question de l’appartenance religieuse, utilise le biais de l’origine géographique des personnes. C’est en comptabilisant le nombre de personnes venant d’un pays à dominante musulmane, ou ayant des parents qui en viennent, qu’il parvient à établir ce chiffre. Or, de l’aveu même du ministère, seuls 33% de ces 5 à 6 millions se déclarent croyants et pratiquants. Soit deux millions, l’équivalent du chiffre de l’enquête Insee/Ined d’octobre 2010

                              Donc, en gros 2 millions,dont combien d’électeurs ? Allez, soyons large, disons les 2/3 ; en regard de : 

                               En France, le corps électoral comprend 44,5 millions d’électeurs5 pour 62 millions de Français ; il y aurait 45 millions d’électeurs potentiels, c’est-à-dire les Français majeurs non privés du droit de vote6.

                              Dont : 



                              Certains parlent du retour des « classes sociales » après leur occultation politico-médiatique par la pensée dominante, d’idéologie néo-libérale, et ce fourre-tout des « classes moyennes » qui ne veut pas dire grand chose mais sur lequel nous aurons l’occasion de revenir. Il nous faudra d’ailleurs parler aussi du « monde paysan » et de ses métamorphoses – surtout depuis le documentaire La vie moderne de Depardon. Mais, pour l’instant, concentrons-nous sur cette « classe ouvrière » si mal connue.

                              « Ils sont six millions en France, note le journal La Croix dans un dossier qui leur est consacré, et pourtant les ouvriers semblent devenus presque invisibles ».

                              Ben oui : les chiffres, ça permet de dissiper les faux-semblants, et de démasqquer les faux-culs ! smiley 


                            • révolQé révolté 1er décembre 2011 14:56

                              « musulmans ».
                              Ça y est « le mot qui fait peur » est lâché...

                              Pathétique.
                              La religion ,tout au moins la musulmane compte autant de sympathisants de droite que de gauche,en supposant que ces dénominations de G et D aient encore un sens.

                              Pourquoi le PS s’intéresserait il au ouvrier ?
                              Ce parti est constituer de bourgeois,voir d’ultra riches.


                            • DSKprésident 1er décembre 2011 15:45

                              C’est un fait : le PS a abandonné le vote ouvrier, pour se consacrer au vote bob et au vote immigré. terra nova l’expliquait encore dans un papier de septembre dernier qui avait été largement commenté sur ce site.

                              C’est une réalité, qu’on le veuille ou non !

                              Comme il y a le mot « immigré » dans ce texte, tous les gôchistes vont hurler au facho, nazi, etc... un réflexion pavlovien sans doute.

                              La gauche a surtout perdu son honneur en collaborant massivement au gouvernemant de Pétain, et en sortant en son sein des collabos comme Mitterrand, Jospin (le père)...

                              http://www.youtube.com/watch?v=06FN4JzuEfM


                            • Veaulubiliator99 Veaulubiliator99 1er décembre 2011 08:35

                              Leur politique va faire de la France un pays pauvre et de pauvres... Kesskilcherche, ce mec c’est l’anti france, l’anti democratie... Il va nous falloir 30 ans pour effacer ce co..ard de la mémoire du reste du monde... Quel honte ! 2007 a été l’année de la catastrophe nationale il va vraiment falloir songer a l’arreter PHYSIQUEMENT ! Sinon le reste du monde va être en guerre contre nous, pire que l’Iran !

                              http://www.lemonde.fr/education/article/2011/11/30/les-etudiants-etrangers-en-froid-avec-la-france_1611146_1473685.html

                              « Ce type de politique restrictive va priver l’Europe des cerveaux dont elle a besoin, craint Patrick Aebischer, président de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne. Une grande partie de la Silicon Valley s’appuie sur l’importation des meilleurs chercheurs, par exemple sur ceux qui proviennent des Indian Institutes of Technology et qui font leur doctorat à Stanford ou à Berkeley. »


                              • Dzan 1er décembre 2011 09:50

                                Veaulubiliator
                                Hier soir sur je ne sais plus quelle chaine, il y avait un reportage sur les les grecs diplomés qui arrivent en masse en, Allemagne.
                                Nos Sakoguéant, eux foutent dehors les étudiants étrangers diplomés et que les entreprises voudraient embaucher.

                                Il faut pour le salut national virer ces malfaisants.


                              • simir simir 1er décembre 2011 09:20

                                Non il ne faut pas voter Hollande au 2em tour Si l’on fait un bilan depuis les années 80 les travailleurs ont plus perdu sous les gouvernements socialo communistes (rénégats pour ces derniers et très loin de ces grands hommes que furent Thorez et Duclos) Qui a décidé du tournant de la Rigueur ? Delors. Qui a supprimé l’échelle mobile des salaires et des prix ? Bérégovoy. Qui a fait les 35 heures avec engagement de modération salariales et annualisation du temps de travail ? Aubry. Qui a privatisé plus que Balladur et Juppé réunis ? Jospin. Qui a coulé le Rainbow Warrior placé des écoutes jusque chez certains de ses ministres ? Qui a inventé la fable des irlandais de Vincenne ? Qui a fait le permis à point qui mets sur la paille de nombreuses personnes n’ayant que ce moyen pour travailler ?

                                Vous êtes aveugle Fergus ? Qui a fait éclater et privatisé l’administration des PTT ? Vous avez onblié la loi Quilès ? Alors le PS défenseur des services publics ah non on ne me faites pas rire
                                Ils ont même cassé l’industrie avec le dépeçage de la sidérurgie lorraine.
                                Maintenant l’argument de la perte de souveraineté cela fait longtemps qu’on l’a perdue 80 % des lois votées par nos députés sont des transcriptions en droit français de directives européennes. C’est même Roccard qui disait que l’état ne doit pas s’occuper de tout.
                                Et puis accessoirement je ne veux as payer mon électricité plus cher ce qui ne manquerait pas d’arriver avec les « verts » dans le fruit.
                                Maintenant si Sarko passe et casse tout le social et bien tant mieux comme cela les gens comprendront que c’est une révolution qu’il faut dans ce pays.
                                Tant que l’on ne se posera as la question de la propriété des grands moyens de production et d’échange il n’y aura pas d’améliorations 

                                • Gérard Menvussa 2 décembre 2011 08:50

                                  « Maintenant si Sarko passe et casse tout le social et bien tant mieux comme cela les gens comprendront que c’est une révolution qu’il faut dans ce pays. »


                                  Tout le monde le disait déjà il y a 5 ans. Il faut arrêter de rêver, il n’y aura aucune révolution.

                                • mahatma mahatma 1er décembre 2011 11:04

                                  Bon article, merci

                                  délit de trahison de la nation,
                                  aucune sanction pour cela ... ?


                                  • Christoff_M Christoff_M 1er décembre 2011 13:40

                                    Le coup de la sécurité et des contrôles sur la route accentués et mis en scène avec des déplacements de Sarkozy et Guéant devant moultes caméras sur le terrain...

                                    Pendant ce temps la tout dérape, tous les chiffres de courage Fillon sont dans le rouge, mais on continue à faire de la mise en scène ponctuelle et choisie devant les medias et à faire des opérations de rustines et de comptables la ou il faudrait de grands chantiers...

                                    Les visites de Sarkozy en province dans une ville ou une usine choisie nettoyée et repeinte, s’apparentent de plus en plus à des visites des commissaires au plan dans les ex républiques d’URSS !!

                                    Mais monsieur s’est targué d’appliquer les consignes du nouvel ordre mondial, on en voit tous les jours les résultats catastrophiques dissimulés par des opérations télévisées et des discours bidons... par contre le budget com sous Sarkozy atteint des sommets, matraquage de chiffres bidons ou biaisés à la clé, et la on se rapproche de régimes de propagande de régimes totalitaires tristement célèbres...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès