Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le retour de Christine Deviers-Joncour : La morsure du rat

Le retour de Christine Deviers-Joncour : La morsure du rat

Sexe et politique... Une longue histoire, souvent croustillante, souvent aussi très brutale. Des livres entiers ont été publiés sur le sujet. Mais rares sont les témoignages de "l'intérieur". Celui de Christine Deviers Joncour aide à se repérer dans l'aspect pathologique de la relation au pouvoir, pouvoir sur tout, des politiques et grands responsables. Le dernier ouvrage paru exclusivement sur Internet en dit long sur un univers très particulier.

Préliminaires. On connait tous Christine Deviers Joncour. On l’a vue avec un gilet pare-balle en pleine affaire des frégates de Taiwan parcourir les capitales touchées par le scandale de rétro commissions qui se décantèrent sous l’affaire le nom de l’Affaire Clearstream. On l’a vue encore récemment sur des plateaux TV résister aux assauts de critiques fielleux. On l’a vu développer un courage sans précédent à chacun des moments de sa vie. On l’a vu signer des ouvrages « obligés » car écrits par des avocats et des politiques (La Putain de la République) et aujourd’hui, Christine Deviers Joncour revient sur la scène médiatique par un livre qui fera couler beaucoup d’encre.  La Morsure du Rat, satyre d’une époque, portrait au vitriol d’une société décadente. Peinture de politiques englués dans leurs vices. Dessin d’une sociologie de la bassesse et portraits de goujats patentés. » La Morsure du Rat » : en moins de 200 pages, CDJ arrive à vous donner des sueurs froides, on passe de la nausée au rire, en passant par une formidable énergie de vie. Car il y a un vrai talent pour montrer ces faits de vie politique qui sont si fréquents chez les gouvernants… le pouvoir et le cynisme sur tout. Un ouvrage donc qui met en lumière des us et coutumes passés, présents… et futurs ?

Le livre lui-même, en mode GEEK. Rien n’est plus difficile que d’exprimer un sentiment sur un livre. Une œuvre est le fruit d’un travail de longue haleine et celui-ci semble avoir été écrit sur la durée. On y sent le temps, la vision nostalgique et puis des fulgurances pour rappeler des faits. Evidemment si le moindre nom avait été visible, cet ouvrage aurait été interdit par quelques lobbies véreux dont on connait souvent l’influence néfaste qu’ils ont pu avoir dans la politique française. Mais « La Morsure du rat  » est bien publié, il a son numéro ISBN. Il est là, prêt à être dévoré… Petit clin d’œil amusant, Christine Deviers Joncour (CDJ) est une forte tête. En effet, elle sort des sentiers battus et c’est pour cela qu’elle a publié son ouvrage sur la Toile. Oui, inutile de le chercher chez votre libraire, il faut passer par un site web, le télécharger et lire sous le format courant… Là, on entre dans l’ère du livre numérique à un prix modique et une instantanéité. Certes pour les dédicaces, c’est plus difficile mais on pourrait imaginer très bien d’avoir des copies personnalisées par l’auteur comme il existe des éditions numérotées pour nos vieux bouquins… A voir, ce n’est pas encore le cas.

CDJ a donc sorti son livre sans passer par les circuits de l’édition qui n’ont pas changé depuis des siècles. Celui qui édite est riche, celui qui bosse pour l’éditeur est stagiaire ou miséreux et l’auteur en bout de chaine est souvent exclu du pactole… CDJ est donc sortie de cette nasse à idiots sédentaires pour créer son modèle économique et mettre en ligne l’ensemble de ses derniers ouvrages.

La Morsure du Rat. Le livre est une formule inédite. Un échange épistolaire entre deux femmes, une jeune, une plus mûre. L’une désespérée, l’autre pleine de recul. Et l’échange y devient vivifiant. En moins de 200 pages, CDJ nous fait basculer dans le monde qu’elle connait bien. Celui des affaires, de la politique et de cette société qui se veut si honorable. On découvre l’envers du décor. Des scènes où la femme n’est plus rien… D’ailleurs féministes, allez voir ces pages vous y apprendrez beaucoup et surtout ce qu’il reste à faire sur les luttes à venir. « La Morsure du Rat » instille donc ces images de sexe, de femmes partagées par des hommes de pouvoir. Il y a beaucoup d’érotisme ou de moment « hard ». Une maitresse prise par un maitre d’hôtel d’un grand palace pour relancer l’envie de son politicard. Et puis il y a des instants croustillants. Un grand politicien sûr de lui, se retrouvant nu comme un vert et confus sur un lit d’une bourgeoise qu’il croyait conquise. On y trouve le tragique… des rapaces connus visiblement qui se mettent sur une seule et se succèdent sur elle au fil du temps au point qu’elle en deviendra folle. S’agit-il d’un ministre, d’un gouvernant plus puissant, d’un autre mandataire du pouvoir… c’est aux journalistes de décrypter ces infos faciles à recouper…

« La Morsure du Rat » est connue pour les chercheurs, ils en ont peur. Ces petites bêtes serrent leur incisives de manière féroces autour d’un doigt et cela jusqu’au sang… on les arrache de ce lambeau très difficilement et la douleur impacte plusieurs jours. Parfois même, bien longtemps après, il arrive qu’on sente cette douleur fantôme. Aussi ce livre est comme cette morsure de ce petit mammifère si intelligent. Certains darwinistes parfois ironisent sur l’homme en disant que si les rats avaient des mains et des pieds, ce serait la fin de l’homme… c’est pour dire ;)

L’ouvrage de CDJ est donc une histoire vécue. Les noms sont peut être faciles à deviner. Ils sont parfois évidents. Mais ce qui est le plus intéressant c’est l’ingéniosité du récit. La forme vibrante de ces scènes parfois barbares où la femme n’est plus qu’un morceau de viande dédié à des appétits sexuels pathologiques et si souvent liés à la volonté de pouvoir des politiques. L’ouvrage se lit vite. Au pire, j’ai vu 5 pages moins attirantes mais le reste est un délice. Entre le Canard Enchainé et un style romantique et vif. L’échange épistolaire met les choses en scène de manière abrupte… et on est très loin de « La Putain de la République » qui fut rédigé non pas par l’auteur mais par des avocats sous influence… d’ailleurs, il faut lire à ce sujet « Corruption, une affaire d’Etats » qui dans la trame de l’auteur ressemble au style, à la personne. Rien à voir avec le piège médiatique de la « Putain de la République ». Enfin, ce qui est sublime c’est de connaitre qui est qui… ce qui est génial c’est devoir le deviner. Je me place dans le deuxième groupe qui voit certains politiques et sous-hommes politiques avec un œil différent.

Une peinture du microcosme politique. A la veille de chaque présidentielle, on a l’habitude de voir se déchainer les dossiers « sexuels » de la république. Les menaces de photos compromettantes et tous les types de puérilités politiciennes. Mais la « Morsure du Rat » prend de la hauteur. Elle sublime les victimes, femmes et enfants, jeunes filles mineures si alléchantes pour des vieillards aussi semblables à Berlusconi sur bon nombre de point. Je me souviens de ce bout de phrase « Il préféra la cadette de 16 ans »… C’est ainsi, l’image est là. Elle nous renvoie à nos élus ou nos anciens élus… Les frasques de Carla sont finalement bien sages par rapport à la « Morsure du Rat »… Il faut le lire… certes, il faut aussi passer au numérique… mais si vous me lisez c’est que vous êtes déjà passé à ces livres qui tiennent dans une main (enfin des bibliothèques entières dans une main, plusieurs milliers dans une poche ;).

L’auteur remercie Christine Deviers Joncour pour des éclairages sur son ouvrage à l’ère du 3.0.

Quelques extraits à demander… voir sur le profil Facebook de Christine Deviers Joncour

 

http://blogs.mediapart.fr/blog/yannick-comenge/130111/la-morsure-du-rat-une-redecouverte-du-monde-du-pouvoir-interview-de

Documents joints à cet article

Le retour de Christine Deviers-Joncour : La morsure du rat

Moyenne des avis sur cet article :  4.45/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 21 février 2011 10:36

    Mais rares sont les témoignages de « l’intérieur ».

    Combien sont-ils à pouvoir témoigner de « l’intérieur » de Christine Deviers Joncour ?
     smiley


    • stardust stardust 21 février 2011 13:23

      Insultant ! Pauvre homme.... frustré !


    • stardust stardust 21 février 2011 13:29

      Ah ah le misogyne frustré le malheureux !!!!!


    • SATURNE SATURNE 21 février 2011 10:38

      @ l’auteur,
      En fait, il y une erreur dans votre titre.
      Il s’agit en fait de Mme Deniers-Joncour« , connue également sous l’alias »Deniers-Joncaille".

      Merci au typo de corriger.


      • stardust stardust 21 février 2011 13:03

        Encore un misogyne désinformé .......ouh là !!!


      • Yannick Comenge Yannick Comenge 21 février 2011 10:56

        Désolé pas d’erreur


        • SATURNE SATURNE 21 février 2011 11:23

          C’était de l’humour, cher Auteur, de l’humour ( vous connaissez ?)

          (PS : « Deniers-Joncour », c’était effectivement le surnom dont l’avait affublé l’entourage de Roland D. à l’époque où elle « gravitait » autour...La suite le démontra.)


        • stardust stardust 21 février 2011 12:09

          Niveau zéro !!!!


        • Yannick Comenge Yannick Comenge 21 février 2011 10:57

          On dirait cela d’un politique verreux qui aurait bénéficier des frégates ? surement ?


          • stardust stardust 21 février 2011 12:04

            Suis épaté ! cela montre combien ici les gens sont bien peu informés... 

            Le risque que cette femme a pris pour mettre en lumière le scandale des frégates de Taiwan dans lequel elle servait d’écran de fumée pendant que les morts suspectes s’accumulaient. Auriez vous tous oublié ???? ou alors il y aurait-il à cet endroit des véreux ou amis des corrompus ? 

            • Stephane 21 février 2011 12:15

              Bonjour,
              Le livre de Christine Deviers-Joncour - La morsure du rat - a le mérite de dévoiler, de mettre sur la place publique la vérité cachée, « évacuée », parce que cette vérité dérangeait des personnes au sommet de... !
              Depuis de trop nombreuses années, les obstacles politico-judiciaires n’ont cessé de faire tomber des barrières... pour stopper « net » ce que j’appelle du « factuel », des faits réellement vécus ! Félicitations Christine Deviers-Joncour, pour votre ténacité, pour votre courage, ne cédez surtout pas... Continuez, maintenez le cap ! Bien à vous, Stéphane 


              • stardust stardust 21 février 2011 12:27

                Exact Stephane.... n’oublions pas que c’est grâce à cette femme courageuse que l’affaire des Fégates a été mis en lumière et s’est malheureusement terminé en fumeuse affaire Clearstream ! Elle a payé pour tous ! Quelle lâcheté... A mon petit niveau j’ai noté que ceux qui la détractent ont souvent partie prenante de près ou de loin avec les pourris.... ou tout simplement manipulés...

                Quelle lâcheté !

              • Stephane 21 février 2011 12:36

                Entièrement d’accord avec vous ! D’ailleurs, on remarque très souvent que les personnes qui sont totalement dépourvues d’argumentaire explicite et convainquant... basculent très rapidement dans les insultes et les injures  !


              • Marie Jo 21 février 2011 15:24

                Bonjour,


                Entièrement d’accord avec votre écrit !!!
                Dire , et ici dans le cas précis écrire des VERITES... cela dérange toujours !!!
                Balayer devant sa porte doit être une tâche que beaucoup ne connaisse pas ....

                Je suis écoeurée par tant de bassesses !!!

                RESPECTS Christine Deviers-Joncour, et mon soutien TOTAL ...
                Continuez , ne cédez en rien , mais je n’ai nul besoin de vous le dire ...
                Cordialement , Marie Jo



              • voxagora voxagora 21 février 2011 12:33

                Votre article nous montre l’intérêt de l« édition internet », en soi c’est informatif.

                Quant à Ch.Deviers-Joncourt,
                j’avais lu « La putain de la république » malgré les anathèmes lancés dessus
                (elle fait ça pour le fric, c’est pas elle qui l’a écrit ..), que vous reprenez d’ailleurs.
                et l’avais beaucoup apprécié, par ce qu’il laissait entrevoir d’un milieu 
                assez insoupçonnable de la majorité de nos concitoyens.
                Rien que le titre => Quoi ? le RRRRepublique pratiquerait le putanat ?

                Tout ce qui éclaire sur nos maîtres est bon à lire.


                • voxagora voxagora 21 février 2011 16:24

                  Je ne crois pas qu’elle ait été dupe de ce dans quoi elle était,


                  mais plutôt qu’elle n’avait pas vraiment le choix, d’une part.
                  Et que si aujourd’hui elle peut publier, c’est que ce qu’elle écrit nuit à certains.
                  Mais on peut en profiter pour s’informer sur ceux qui nous gouvernent.

                • Dream Dream 21 février 2011 12:42

                  Amusant comment certaines personnes se contentent de juger sur ce que les médias veulent bien leur donner à « manger »... des jugements de français moyens dont les opinions sont souvent dirigées par une presse assassine, une télé poubelle avide de scandale politique et manipulatoire... Rappelez moi, dans ce scandale, Madame Deviers-Joncour était seule ?.... ne vous êtes vous jamais posé la question de savoir qui « d’autres » avait touché également des commissions.... ?.... vous savez, ces « autres », ceux qui sont protégés, ceux dont il ne faut surtout pas parler.. Ne vous êtes vous jamais posé la question de savoir si Madame Deviers-Joncour n’avait pas été elle même manipulée par ces mêmes « autres », des corrompus oui, des pourris trop haut placés qu’il fallait protéger... Mais comme il faut toujours un coupable, autant prendre une femme dont on n’avait plus besoin, et comme en France on adore « la transparence »... il était sans doute préférable d’en faire une coupable pour protéger une belle brochette de pourris !!!

                  Si vous saviez comment on se fout de savoir comment son entourage l’appelait !! Cela ne touche personne et des commentaires qui ont plutôt l’odeur de la « beaufitude »... quand à l’entourage de Monsieur Dumas, s’il est à l’image de l’ancien Ministre... trahison, lâcheté, impunité, pouvoir, manipulation... cela me fait penser qu’après bien des années... peu de choses ont changées....


                  • stardust stardust 21 février 2011 13:21

                    D’accord avec toi Dream !!!! Pas avec des mentalités pareilles que les choses pourront changer dans ce pays !!! La preuve ! Moutons de Panurge !


                  • alberto alberto 21 février 2011 13:30

                    Aparté : Avez vous vu avec quel empressement Roland Dumas s’est précipité vers la promesse de gamelle de soupe que lui tendait Gbagbo ?

                    Denier Joncourt pour Relent d’amasse...

                    Christine a-t-elle été réellement dupe de la cupidité du personnage ? Car difficile à dissimuler !

                    Mais c’est vrai qu’elle seule a trinqué et on ne peut que l’encourager à se refaire la cerise !

                    A suivre...


                    • stardust stardust 21 février 2011 13:37

                      Dumas ?????? Relaxe, blanchi.... sur eux tout glisse : Intouchables !!!!

                      Les petits fusibles trinquent ! Ils sont là pour ça !!!! Soutenons cette femme qui s’en est pris plein la tête !

                    • Stephane 21 février 2011 13:42

                      Entièrement d’accord avec Dream et Stardust ! On ne peut que déplorer de constater que ces mentalités « imbuvables » sévissent encore aujourd’hui... au plus haut sommet de... pour protéger leurs seuls intérêts personnels... et là, ils ne font nullement preuve d’intelligence, tout comme ceux qui véhiculent les mêmes idées... parce que opportunistes comme leur mentor ! Continuez Christine dans votre SAINE DEMARCHE à nous alimenter en écrits, continuez dans le factuel, continuez à dévoiler la STRICTE VERITE ! Je vous soutiens, nous vous soutenons, n’en déplaise à certains(es), les injures et les insultes ne les valorisent certainement pas !!! Bien à vous


                      • stardust stardust 21 février 2011 15:18

                        CDJ n’a jamais fait partie du sérail que je sache !!!! Pas élue du peuple !

                        Raison pour laquelle on est tombé dessus.... Lisez avant de balancer des stupidités qui ne vous honorent pas monsieur parkway !!!!!

                      • Phalae 21 février 2011 14:49

                        Cette femme est un roseau et ce n’est pas le souffle de la médiocrité, de la méchanceté ou de la haine qui pourra la faire ployer...
                        Méfiez vous car lorsqu’on porte trop de venin en soi, même si on essaye de le déverser sur les autres, on finit par s’empoisonner soi-même... !!


                        • Stephane 21 février 2011 15:11

                          Parkway, ne confondez pas Bernard Tapie et Christine Deviers-Joncour ! Vous ne demandez qu’à savoir... et bien commencez par LIRE les écrits de Christine, ces écrits témoignent des faits vécus, donc ils ne font que révéler la réalité cachée par des hautes personnalités... ce que Christine a réellement vécu ! Aucune polémique, que du FACTUEL !! Que les langues de vipères et leurs insultes diverses revoient leur copie et surtout qu’elles tiennent à Christine un discours argumenté qui tienne la route... ce qui n’est pas le cas jusqu’à maintenant !


                          • albialb 21 février 2011 15:16

                            Je n’ose pas croire que sans savoir, certains continuent de hurler bêtement avec les loups, sans doute pour mieux accepter leur lâcheté et pouvoir se regarder dans une glace sans voir le pâle reflet qu’ils renvoient au reste du monde.

                            Cette femme est courageuse. Elle affronte, contre vents et marées et avec une rare franchise, ceux qui l’ont trop facilement rangée au rang de bouc émissaire.
                            Elle fait face, sans faillir, n’attaquant pas et ne faisant que se défendre !...Ne serai-ce que pour cette raison, elle mérite pour le moins notre respect, et dans ces temps ou les libertés en général et la liberté d’expression en particulier sont foulées au pied, notre soutien !...Elle a le mien !

                            • Thetrueladynath 21 février 2011 15:33

                              Le livre de Christine DJ - La morsure du rat -, comme en étaient l’ébauche ses premiers livre, dévoile tout simplement ce qu’a enduré une femme amoureuse, manipulée au nom de la corruption dirigée par la « république »...


                              Christine DJ a été abandonnée de tous, et en particulier de R Dumas, et a du affronter prison, misère, inégalité devant notre soit disant justice républicaine. Malgré tout elle a gardé la tête haute et a réussi a ne pas se noyer !

                              Aujourd’hui ce même Roland Dumas se permet de parader à la télévision portant haut les couleurs de la séduction « les femmes c’est facile, les affaires c’est parfois plus difficile... » et personne au grand jamais n’y voit rien a redire !

                              Sans la lecture de ce livre, si un jour vous le lisez, vous les « RATS » prêts à mordre une nouvelle fois, que sauriez vous de la vie de Christine DJ avant pendant et après les Frégates ? Rien probablement... Avez vous imaginé qu’elle a monté seule cette affaire ? non ? alors qui ? comment ?

                              La critique est facile... l’insulte aisée... 

                              En ce qui me concerne elle a tout mon soutien et mon admiration.





                              • stardust stardust 21 février 2011 15:37

                                Ce sont simplement des rats au service des rats plus haut placés... on a compris !


                                • Philippe Vassé Philippe Vassé 21 février 2011 18:17

                                  A l’auteur,

                                  Pour celles et ceux qui ont eu à connaître Christine Deviers-Joncour, dans son parcours depuis l’explosion du scandale des frégates Lafayette -comme on dit à Taïwan-, il n’est aucun doute sur son immense courage, sa nature sincère de femme libre ayant lutté contre la corruption et son amour de la vie ainsi que d’autrui.

                                  En sens inverse, si, dans sa vie de femme, un être a pu représenter à lui seul toute l’abjection concentrée que l’on peut rencontrer- cet être se reconnaîtra à cette courte description de sa vraie nature.

                                  Cet être repoussant transparaît, comme dans un jeu de miroirs multiples qui ne reflètent pourtant qu’une seule image- dans le livre de Christine Deviers-Joncour, la morsure du rat.

                                  Christine Deviers-Joncour livre au grand public, non pas une analyse de sociologues académiques ou une satire littéraire, mais la réalité crue, nue, sur cette haute bourgeoisie française qui n’a rien à envier dans ses vices, défauts et cruautés, aux clans qui faisaient fortune autour des tyrans comme Ben Ali, Moubarak ou Khadaffi -entre beaucoup d’autres.

                                  L’avantage de Christine Deviers-Joncour dans cette description vraie, même si cela est présentée comme un roman imaginaire, est sa connaissance issue de ses expériences vécues de la noirceur profonde, de l’inhumanité terrifiante, de l’abjection perverse, de cette haute bourgeoisie française, et de certains de ses représentants les plus en vue.

                                  Après avoir lu son livre, il est aisé de se faire la réflexion que cette haute bourgeoisie française ressemble comme une soeur jumelle à celle qui soutenait, avec ses amis du FMI et de la Banque Mondiale, la dictature de Ben Ali dont la télévision tunisienne dévoilait voici peu les secrets très argentés (en billets de banque de tous pays et en bijoux précieux), fruits de décennies de vols, de corruption, de pillage du travail et des productions de tout un peuple.

                                  Christine Deviers-Joncour sait aujourd’hui qu’il existe parfois un long et dur chemin pour que la vérité éclate et que la lumière illumine les faits passés, y compris ceux qui touchent celles et ceux qui ont engrangé près d’un milliard d’euros de RETOCOMMISSIONS ILLEGALES dans 3 pays : France, Chine et Taïwan.

                                  Bientôt, il est possible que les peuples de ces 3 pays, en se soulevant à leur tour pour se protéger des politiques qui les mènent tous au désastre économique et à la déchéance sociale, accéderont en même temps aux secrets passés et aux noms des infâmes.

                                  La Justice n’a pas sanctionné en France les corrompus, de droite comme de gauche. L’Histoire, eux, les jugera et leur gravera sur le front la marque infamante de l’abjection morale.

                                  Et contre l’Histoire et le jugement des peuples, il n’est aucun pouvoir qui vaille, fut-ce celui des « confréries » discrètes qui, si elles furent des structures de progrès naguère, sont devenues en majorité de nos jours les « gardiens serviles de l’abjection et de la corruption », comme l’écrivait un journaliste taïwanais.

                                  Bravo à vous d’avoir rédigé un article qui soit aussi pertinent par les temps qui courent sur un livre qui devrait être LA référence en études sociales, psychologiques et humaines en France....

                                  Bien cordialement,


                                  • morice morice 21 février 2011 20:49

                                    Ah elle aurait pu créer le mouvement « Pute et Soumise », au lieu de pondre ses bouquins...


                                    • stardust stardust 21 février 2011 20:57

                                      Ahahah, Morice, encore rien compris... tant de prendre la retraite et vous reposer un peu.... 

                                      Prenez vos lunettes si vous êtes à ce point largué !

                                    • french_car 27 février 2011 21:39

                                      premiere fois que je plusse Morice  ! Excellent !


                                    • lebreton 21 février 2011 21:09

                                      Ah bon j’aime les femmes , celle que j’ai épouse apres un premier mariage avec deux enfants ,elle aussi en avait deux ,nous avons reconstruit une famille ,avec en plus deux enfants de la dasse, pour ceux qui comprendront , alors les fachos je vous dit allez vous faire enc.......


                                      • lebreton 21 février 2011 21:24

                                        Christine ,vous avez toute notre affection ,les faux machos de l’ump ,ne vont pas tarder


                                        • ASTROLIUS 22 février 2011 00:51

                                          UNE FEMME EXCEPTIONNELLE vous permets de vivre une HISTOIRE Passionnante !
                                          Cette femme est UNIQUE et un Modèle de courage et de détermination !... Sa Beauté est le reflet de toutes ses qualités, et ses yeux sont magnétiques et envoutants ...
                                          Avec « La MORSURE du RAT » votre vision des choses sera différente !... Merci Christine Deviers-Joncour pour ce magnifique livre.


                                          • Petit curieux 22 février 2011 09:06

                                            Rien de nouveau sauf pour les C...
                                            La comedie humaine revisite par un rat,animal qui vit ou ?,underground,dans des galeries a la campagne,ou dans les egouts en ville et dont la morsure est surtout dangereuse non par la taille des dents mais par les germes qu’elle inocule.microbes ou virus.(mais pas le HIV).
                                            Le titre est donc tout a fait approprie pour un ouvrage de cette qualite.
                                            Les turpitudes et les vices pretes a la haute bourgeoisie ne lui sont malheureusement pas reserves,ils sont seulement facilites par le pouvoir de l’argent qui n’attire pas que des rats.
                                            L’Homme est ainsi fait et depuis bien longtemps et la femme aussi.......


                                            • aebespea 22 février 2011 11:18

                                              Il est facile de juger une personne , en l’occurence Christine Deviers-Joncour, mais vous etes vous posé la question de la COMPRENDRE, de savoir ce qu’elle a vécu, ressenti ? vu le contenu de certaines réactions je ne pense pas . J’ai toujours trouvé que cette femme avait un courage extraordinaire , elle a été utilisée , manipulée pour protéger des personnes haut placé , en fait elle a servi comme on se sert d’un pion . Quel courage messieurs les politiques du moment de cette histoire , vous etes « couillus » il n’y a pas à dire , pour garder vos privilèges vous n’avez pas hésité à foutre la vie de Christine Deviers-Joncour en l’air , et qu’importe les conséquences pour elle et sa famille . Je voulais remercier Christine Deviers-Joncour de son grand courage et de sa bataille , elle ne lâche rien et comme elle a raison . Comme disait Mère Térèsa : « Yallah » ( en avant ) . Toujours aller de l’avant et se battre pour des injustices de cet ordre . Bravo Mme Deviers-Joncour vous êtes une noble personne car vous avez l’intelligence du coeur .


                                              • easy easy 27 février 2011 00:55

                                                CDJ n’est pas une calamité et certainement pas une ordure mais ce n’est pas une sainte.


                                                Elle est à peu près comme toutes les femmes qui ont quelques chances de séduire les grands oiseaux et qui pensent pouvoir en profiter sans trop putasser.

                                                Il n’y a que celles qui encaissent 100€ pour chaque passe, avec des clients à la queue leu leu qui se considèrent comme putes, qui ne réfutent pas cette désignation.
                                                Toutes celles qui s’efforcent d’aller vers des formules vénales un tout petit peu plus discrètes (un sac plutôt qu’un billet, un resto plutôt qu’un billet) ou qui avatardisent leur entreprise en quelque chose de plus triangulaire (sexe-affaire-argent), de plus pentagonal (sexe-politique-pouvoir-affaire-argent) refusent de se considérer comme putes. Ou alors, s’il n’y a pas moyen de se défaire de l’étiquette de pute, accepter d’être La Pute de La République, ce qui a tout de même un autre cachet que vague pute quelconque de Barbès.

                                                Que selon les cas, selon les hasards et les chances, certaines de ces femmes ambitieuses, des courtisanes en fait, se retrouvent piégées pendant que d’autres caracolent toujours, c’est la loterie de la vie.



                                                A mes yeux, une femme pas pute du tout, une sainte donc, serait une femme qui éventuellement adorerait faire l’amour, qui serait éventuellement passionnée par un homme, mais qui n’aurait aucun intérêt pour l’argent (Betty de 37°2 en serait un exemple).

                                                Et j’adore ces saintes là.

                                                Dès qu’une femme est vénale, même en tant qu’épouse, ce qui est très très souvent le cas, ça m’écoeure.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès