Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le retour de Gaston Flosse en Polynésie : Pourquoi tant de haine (...)

Le retour de Gaston Flosse en Polynésie : Pourquoi tant de haine ?

Les 21 avril et 5 mai prochains, les polynésiens vont élire leur nouvelle Assemblée territoriale. Un retour de Gaston Flosse à la tête de la Polynésie ne serait pas la pire nouvelle. 

On peut prendre des tas d’images pour qualifier l’homme fort de la Polynésie : « Insubmersible » « Incassable » « Le phénix qui renaît de ses cendres  ». Ou « la tortue  », qui serait selon le dossier à charge publié récemment par le Monde - Le diable de retour au paradis [1]- l’animal préféré de Gaston Flosse.
 
Toutes ces images fonctionnent car c’est effectivement incroyable, à 81 ans, il est de retour, plus combatif que jamais, le père de la Polynésie moderne, celui qui a pensé, conçu, mis en place, fait fonctionner ce pays, vaste comme l’Europe, mais éclaté en une centaine d’îles au cœur du Pacifique, celui qui a été élu, réélu, sans discontinuer depuis…1967, à l’Assemblée de Polynésie, celui qui a été également depuis 1978 député, député européen, secrétaire d’Etat ou aujourd’hui sénateur, celui qui s’est battu pour faire adopter par une France très centralisatrice le statut de très large autonomie qui fait aujourd’hui de la Polynésie un P.O.M, un pays d’outre mer. Trois fois Président de la Polynésie, renversé il y a 5 ans, Gaston Flosse qui est un RPR à l’ancienne, un inconditionnel de Jacques Chirac était devenu un pestiféré, dans son propre camp politique. Nicolas Sarkozy avait décidé de faire passer l’ancien allié à la trappe au nom de la moralisation de la vie politique ultramarine. Avec sans doute des arrières-pensées. Comme Gaston Flosse l’expliquait à ses proches : « Avec Sarkozy, avant même que j’ouvre la bouche, il voit Chirac marqué sur mon front  ». Ces dernières années, il a été poursuivi pour détournements de fonds, emplois fictifs, condamné, emprisonné, relaxé, en appel etc…, et il a réussi à revenir, et en force. Son parti a remporté les trois sièges de député aux dernières législatives et le rouleau compresseur s’est remis en marche, entrainant beaucoup de ceux qui, il y a quelques mois encore, le croyant à terre, l’avaient trahi et le vouaient aux gémonies.
 
Les 21 avril et 5 mai prochains, les polynésiens vont élire leur nouvelle Assemblée territoriale. Cette fois-ci le parti qui arrivera en tête, verra son avance confortée par une prime « majoritaire ». La Polynésie aura sans doute, une majorité, un gouvernement et un Président stables. Enfin ! Depuis 10 ans pas moins de 10 gouvernements se sont succédés !
 
On imagine bien qu’en 60 ans de vie politique et de pouvoir, Gaston Flosse traîne de nombreuses casseroles. Mais peut-être pas au point d’en faire un ignoble roitelet du Pacifique qui régnerait seulement par la terreur et le clientélisme. La Polynésie fait partie intégrante de la République, et même de manière imparfaite, la démocratie, la justice, la Cour des comptes, la presse, toutes ces institutions fonctionnent.
 
Et puis ce retour de Gaston Flosse n’est pas une simple fantaisie tropicale, due à une soit-disant indolence démocratique des polynésiens. Après avoir essayé toutes les autres combinaisons, beaucoup de polynésiens se disent qu’avec lui au moins, le pays a une chance de fonctionner. Il faut le voir débattre pendant près d’une heure et demi à la télévision en direct avec des journalistes pas forcément aux ordres - bien au contraire ! - en français et en tahitien, sans notes, connaissant tous les chiffres, tous les dossiers et ayant une vraie ambition, un projet pour son pays. Même ceux qui le détestent, lui reconnaissent ces qualités et admettent qu’il n’a pas d’équivalent, à la fois profondément tahitien et viscéralement République française.
 
J’ai travaillé brièvement avec Gaston Flosse à la Présidence de la Polynésie. Donc ces lignes pourraient paraître suspectes. Pourtant non. Parce que j’ai eu la chance de le cotoyer après qu’il ait été battu et ait fait une première traversée du désert, je ne l’ai pas reconnu dans le portrait qu’en vient de faire Le Monde. Il manque toute une dimension, celle d’un vrai homme d’Etat, travailleur acharné, avec une conscience sociale surprenante et une vraie vision de ce que peut être la Polynésie de demain. A une électrice européenne qui l’apostrophait un jour dans un bureau de vote à Pirae, sa commune dans la banlieue de Papeete, et qui lui reprochait très violemment de trahir la France qui lui avait tout donné, il répondit : « Madame, en Polynésie, il n’existe personne qui aime plus la France et la République que moi  ». Paris a tort de voir en Flosse un ennemi. Et nous commettrions une erreur de ne pas voir la chance que constitue ce pays certes si loin de l’Europe mais auquel nous sommes liés depuis plus de 150 ans et qui se trouve au cœur du nouveau centre du monde, le Pacifique.
 
Alors, même si ce n’est sans doute pas éthique de faire passer en arrière plan les casseroles juridiques, un retour de Gaston Flosse à la tête de la Polynésie ne serait pas la pire nouvelle. Il paraît même être le seul capable de, peut-être, stopper la faillite dans laquelle s’enfonce la Polynésie depuis dix ans.
 

[1] « Barbouzes et argent sale, Gaston Flosse, le retour d’un roi » dans M le supplément du Monde du 23 mars 2013 
 
http://pierrethivolet.blogspot.fr/2013/04/le-retour-de-gaston-flosse-en-polynesie.html

Moyenne des avis sur cet article :  1.57/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • frugeky 6 avril 2013 09:00

    Corrompu, impliqué dans des affaires allant jusqu’au meurtre, ami du faux débonnaire Chirac, soutient du silence nucléaire dans le Pacifique, prévaricateur mais il est gentil avec les chiens et aime bien ses petits-enfants. Mieux vaut voir les bonnes raisons que les mauvaises.

    Surtout au jour d’aujourd’hui où on parle d’élus qui, tout en souhaitant la dureté la plus ferme de la justice pour le petit peuple, estiment que les lois ne les concernent pas.

    Constituante !

    • leypanou 6 avril 2013 09:33


      Heureusement encore qu’il y a une justice indépendante car s’il faut seulement compter sur les électeurs pour ne pas/plus faire ré-élire un ex-délinquant, on peut toujours rêver.

      En plus, vouloir faire réélire quelqu’un de plus de 80 ans, quelle lucidité aussi pour les polynésiens ? Le mot république monarchique va bien avec la France.


      • alberto alberto 6 avril 2013 10:32

        Dis donc, Pierre Thivolet, tu nous prends pour des jambons, ou quoi ?

        Il a dû te filer du pognon ou te promettre des trucs pour écrire de tels éloges !

        Surtout qu’en matière d’oligarques corrompus, l’instant paraît bien inopportun pour sortir de telles conneries...


        • MARMOR 6 avril 2013 11:34

          Flosse a fait autant pour la polynésie que toto Rinna pour la Sicile, Berlusconi pour l’Italie ou Dassault pour la France !!


          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 6 avril 2013 13:02

            Démocratie ,presse,justice ,cour des comptes fonctionnent ,oui ,mais depuis le départ de Flosse !
            J’ai pas la mémoire courte ,ce qui ne semble pas etre le cas des anciens du Tahoera comme l’auteur ...Y voit la vie en orange ...
            S’il passe le Gastounet ,ce sera par rejet d’Oscar ,pas autre chose ...
            En espérant que la France lui foute un fonctionnaire intègre au cul pour vérifier tout ,on change pas à 81 ans ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Pierre Thivolet


Voir ses articles







Palmarès