Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le rêve européen face à la réalité conservatrice

Le rêve européen face à la réalité conservatrice

Sans qu’il soit très apparent, il se passe actuellement un phénomène intéressant à souligner ; il s’agit de la concomitance entre l’arrêt du processus de construction européenne et la montée des partis de droite aux élections récentes dans les pays de l’UE. Regardons le phénomène de plus près.

Exception faite de l’Espagne, dont les élections datent maintenant d’un an et demi, la plupart des « grands » pays de l’Union ont vu ces derniers temps une remontée des conservateurs. Il n’y a certes pas homogénéité dans ce processus, et il va d’une victoire en Pologne ce week-end, jusqu’à la « droitisation » d’un Tony Blair qui se maintient au pouvoir à ce prix, en passant par un statut ambigu en Allemagne correspondant quand même à une victoire des conservateurs. D’autres pays avaient succombé avant à ces mêmes sirènes. La France depuis 2002, l’Italie avec un Sylvio Berlusconi caricatural.

Force est de constater que ce processus est concomitant de la fin - ou de la pause si on reste optimiste - du processus de construction européenne. A dire vrai, il n’est pas besoin d’être un grand « politologue » pour comprendre qu’il n’y a pas de hasard.

La construction européenne, pour des raisons qu’il n’est pas nécessaire de rappeler ici, s’est faite essentiellement par une interpénétration des intérêts économiques : un « méli-mélo » des charbons et des aciers, comme le disait le Général lors de la création de la CECA puis du Traité de Rome, de la PAC etc. passons. Mises à part quelques rebuffades, plus inspirées par des questions de politique intérieure que par une réelle volonté de ne pas construire la Communauté économique européenne (CEE) d’alors - les mots sont importants, les partis de droite européens se sont tous rangés du côté de la construction européenne, enfin d’une certaine construction européenne - celle-ci est devenue un facteur intangible de leur programme.

Tout cet artifice a plus ou moins bien fonctionné tant que l’enjeu n’était pas politique au sens strict du terme et restait donc essentiellement sur le terrain économique.

La difficile décision de mettre en place un groupe de travail présidé par Giscard afin de préparer un texte constitutionnel a fait dérailler le train. Pourquoi ?

Il serait faux et malhonnête de ne pas reconnaître que les partis conservateurs ont soutenu le projet de traité mais, à bien y regarder, il s’agissait là d’un nuage de fumée. Demandant à chacun de ses membres d’abandonner une infime partie de sa souveraineté, ne concernant plus seulement la politique du porte-monnaie dont hypocritement les conservateurs de tous poils savaient bien que la mondialisation en cours rendait l’importance très relative, s’agissant de s’exprimer pour une fois de manière positive, par un engagement autre que celui d’intérêt, comme ce fut le cas de la création de l’euro, les conservateurs ont baissé le masque et ont fait resurgir leur vraie nature : nationalisme teinté de social, fermeture, défense des intérêts catégoriels nationaux, primauté de l’économie sur le politique. L’Europe est en panne. Le conservatisme est au pouvoir.

Et la gauche, me direz-vous ? La gauche porte une lourde part de responsabilité dans la situation actuelle. Refus de regarder la réalité en face. Archaïsme de la pensée, etc. mais c’est une autre histoire.

L’Europe d’aujourd’hui est en panne. Ne nous y trompons pas, c’est bien le nationalisme de papa qui en est la cause, et non pas un pseudo-rejet de la mondialisation comme les bien pensants de la gauche essaient de nous le faire avaler. « Nice ou la mort » a déclaré un « ministrable » en Pologne. Tout est dit.


Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • julialix (---.---.253.249) 28 septembre 2005 00:22

    je crois que le malaise est plus profond. Ce n ’est pas seulement les politiques qui fourvoient l’Europe. Ce sont les consultations populaires qui ont rejeté l’Europe. Telle que les politiques veulent la faire.

    NON, les Européens ne sont pas contre l’Europe. Ouvert sur le monde par la grace du petit écran et la possibilité d’approfondir les réflexions par moults magazines et journaux ( j’ai entendu à F.Inter que la meilleure chaine de TV française pour les français est ARTE ), le citoyen européen moyen est conscient que l’Europe est un nid de démocraties bien qu’imparfaites. Seulement, il est plus exigeant que l’homme politique moyen. Et perdu dans le malströem du quotidien moyen il a peu souvent l’occasion de se faire entendre. Sauf par le vote.

    Le citoyen européen est plus exigeant et veut une EUROPE SOCIALE, ECOLOGIQUE, POLITIQUE, ouverte sur le monde et protégeant les intérêts de tous et pas seulement ceux des plus riches ou plus forts ou plus dipômés ou plus syndiqués etc...

    Le Rêve Européen n’est plus un rêve mais c’est un train qui roule. Il faut alimenter la machine avec bcp de réflexion et de CONCERTATION et ne pas la laisser s’emballer ou s’enliser.

    C’est pourquoi s’exprimer sur Agora Vox est un petit grain de sable qui fait grandir la dune.

    L’EUROPE C’EST NOUS et elle sera ce que nous aurons laissé faire.


    • jp (---.---.58.245) 28 septembre 2005 22:11

      Au contraire, la droite commence à refluer en Europe Aznar a perdu Merkel n’a pas gagné La gauche est revenue en Norvège Berlusconi va chuter la droite française aussi Le NON n’est pas contre l’Europe, il est pour une autre europe. J-P


      • Didier Vincent Didier 28 septembre 2005 22:53

        > julialix : les Français aiment ARTE dites vous mais je vois bien que c’est TF1 qui bat les records d’audience ! Ils aiment l’écologie mais que font ils concrètement. Je ne veux pas jouer les casse pieds mais il y a un large fossé entre le dire et le faire

        > jp : une autre Europe ! mais laquelle ? je ne cherche pas à être agressif mais faire un catalogue de voeux pieux sur l’Europe sociale ou autre est sans doute bien mais ne fait pas avancer les choses. Pour l’instant nous ne savons pas résoudre le paradoxe entre nos souhaits d’une part et de la réalité de l’autre.


        • Courouve (---.---.102.36) 29 septembre 2005 00:25

          Le texte qui nous a été proposé sous le nom de Traité établissant une Constitution pour l’Europe était un mauvais texte, pour diverses raisons (laïcité, démocratie, politique économique, politique étrangère, Turquie, etc.), c’est là la raison essentielle de son rejet par plusieurs composantes du paysage politique français.


          • Sylvio (---.---.240.250) 25 novembre 2005 00:17

            Ce n’est pas « Sylvio Berlusconi » mais « Silvio Berlusconi ». Le « Y » n’éxiste pas dans l’alphabet italien. Cordialement, Sylvio (Sylvain en vrai)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès