Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le Sacre de Little Nikos à Reims

Le Sacre de Little Nikos à Reims

Les Ondes, les Ecrans à Haute définition, les Journaux en ligne et les Gazettes de papier n’ont eu que le Congrès de Reims en bouche (ou à la bouche). Les Socialistes ont occupé le haut du pavé médiatique et les innombrables commentaires sur leurs querelles intestines ont semblé ravir les Congressistes rémois. Pour ceux qui hausseraient les épaules devant le constat, Walpole rappelle qu’il y a toujours beaucoup de plaisir dans l’ostentation et l’étalage de la Souffrance.

Deux sondages de fin de semaine dernière sont venus jeter de l’huile sur le feu et donnent à penser à Walpole que Little Nikos remportera haut la main les prochaines élections de 2012.

Dans le sondage TNS-Sofres du Monde de vendredi, 55 % des personnes interrogées pensent que le PS traverse une « crise profonde et durable ». Seulement 31% continuent de lui faire confiance pour la lutte contre le chômage et 34% pour le pouvoir d’achat. Les sondés, pour 72% d’entre eux, jugent que le parti d’opposition est « plutôt pas très dynamique ». Dans un autre sondage - celui d’Ouest-France Dimanche - seulement 45% des personnes interrogées considèrent que le PS est proche des préoccupations des Français et ils ne sont que 42% à penser qu’il s’oppose suffisamment au gouvernement.

Il n’y a que les instances du PS qui ne se rendent pas compte du décrochage de la France sociale et qui sont aveugles devant le désespoir des couches sociales qui sont ainsi laissées à vau-l’eau ou/et à des protestations corporatistes sans débouché politique.

Walpole a cherché les raisons de cette distance qui se creuse entre le PS et les catégories populaires, distance qui verra Little Nikos en recueillir l’usufruit électoral en 2012.

Il s’est penché sur la composition sociologique du Parti Socialiste et a retrouvé l’enquête réalisée en 1998 par Henri Rey, chercheur au Centre de Recherches politiques à Science-Po : 10% d’ouvriers parmi les adhérents en 1985, pourcentage qui descend à 5% en 98 (et toujours en diminution aujourd’hui). Les chômeurs, les salariés en situation précaire sont aux abonnés absents. Seuls les fonctionnaires sont là, piliers de Ségolène Royal, mais ils glissent doucement vers le Modem.
Constat d’importance, constat inquiétant donc : les catégories du populo sont loin, très loin d’être acquis au premier parti de gauche.

Rajoutons que la moyenne d’âge y est de 55 ans avec 40% de retraités chez les cotisants ! Autre fait à noter : alors que la France n’a que 29% de bacheliers, le PS compte 66% d’adhérents détenteurs du diplôme. Walpole demande aux lecteurs de ne pas comprendre trop vite : il n’a rien contre l’effort intellectuel et aime bien la France-Junior (si inventive lors des luttes anti-CPE) !

Certains se veulent optimistes. Il y a, disent-ils, « des militants socialistes dans les syndicats ». Mais Walpole remarque que dans la rue, ils taisent leur appartenance (pas de banderoles le plus souvent) et qu’ils n’ont pas un mot (d’ordre) de leur Parti pour éviter le fractionnement et l’éparpillement des luttes. Les Optimistes disent encore qu’il y a aussi « beaucoup d’élus dans les collectivités ». Walpole veut bien l’admettre mais tous ces élus locaux ne pensent que réélection personnelle, positionnement tactique personnel, stratégie personnelle.

Autre constat notable (Source « Le Monde Diplomatique  » article de François Ruffin) : les adhérents socialistes sont davantage à l’abri de la concurrence internationale avec leurs diplômes de grandes et moyennes écoles, avec leur âge Senior, avec leurs activités plutôt protégées... pour l’instant. Tout cela entraîne une indifférence politique et militante à l’égard des classes populaires, à l’égard de leurs tourments dans la tourmente de la Guerre économique impitoyable.

En tous les cas, il y en a un qui se frotte les mains. Les Américains ont un adjectif pour lui : « Little » et les Grecs lui ont trouvé un joli surnom : « Nikos ».

Walpole (http://www.pensezbibi.com)

Documents joints à cet article

Le Sacre de Little Nikos à Reims

Moyenne des avis sur cet article :  3.6/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • morice morice 18 novembre 2008 12:13

     Les photos sont idiotes, et confortent l’idée que la politique est un jeu pour gamins. Ça dessert l’idée ! On ne vas pas arriver à faire apprécier la politique comme ça à des ados !!! Les hommes politiques ne sont pas des héros de Playstation , arrêtons de tout confondre là !!!


    • Dr. Larsen Mr Hyde 18 novembre 2008 16:38

      Sympa le montage avec le Joker !


    • Voltaire Voltaire 18 novembre 2008 14:52

      Je ne partage pas tout à fait votre analyse.

      Un PS très affaibli est dangereux pour l’UMP :

      - il permet au mécontentement de se manifester en interne. D de Villepin par exemple prépare sa candidature, mais celle-ci n’aurait aucune chance d’aboutir si le PS était fort (aucun élu ne prendrait le rsique de faire perdre don camp)

      - il regonfle mécaniquement François Bayrou, qui est l’opposant le plus dangereux pour Nicolas Sarkozy.

      C’est bien sûr le second point qui est critique : si le PS est affaibli au point que Bayrou se qualifie au second tour, les chances deviennent égales, tandis que Nicolas Sarkozy conserve une belle longueur d’avance en cas de duel avec un(e) candidat(e) de gauche (le FN a disparu, et un président sortant a toujours l’avantage).

      La crise du PS est donc bonne à court terme pour l’UMP, qui craint beaucoup le résultat des élections intermédiaires (européennes, régionales), mais dangereuse à moyen terme. C’est la raison pour laquelle vous verrez l’UMP s’acharner sur Bayrou plutôt que sur le PS à partir de 2010.

      En revanche, je partage votre analyse sur la sociologie du PS : une partie des couches les plus défavorisées sont parties vers Besancenot, tandis que les classes moyennes se tournent vers Bayrou. Pire, Bayrou est plus compatible avec la France profonde que les dirigeants PS très parisiens. C’est la raison pour laquelle Ségolène Royal a adopté une attitude beaucoup moins intellectuelle, mais qui heurte l’appareil.

      Le PS a pourtant la chance de dominer les collectivités locales, qui devraient être le terreau d’une recomposition et d’une fertilisation par la base, mais il semble que l’appareil soit trop figé pour permettre une vraie modernisation. Bref, c’est mal parti.


      • hgo04 hgo04 19 novembre 2008 00:03

        C’est le FN qui va retrouver ses électeurs...

        On sait que bien des électeurs du FN proviennent du PS.. Souvenez vous de JOSPIN en 3° position...


      • PtitLudo PtitLudo 18 novembre 2008 16:06

        Ca me fait vraiment marrer des sondages qui s’occupent déjà de l’élection de 2012, et pourquoi pas celles de 2017 et 2022 pendant qu’on y est ?
        Enfin bon si ça fait plaisir à certains on va pas les en priver hein bien qu’ils feraient quand même mieux de se pencher sur l’histoire de France, ils pourraient avoir quelques surprises.


        • hgo04 hgo04 19 novembre 2008 00:06

          2012, 2017, 2022.. si ségolène prend le PS en main, c’est une éventualité, effectivement....

          Par contre le petit hamon est intéressant... les autres, ségolène aussi, ont fait "leurs preuves", si on veut.. lol.. laissons donc les jeunes se montrer..., on ne sait jamais..



        • anny paule 18 novembre 2008 16:42

          Depuis, et autour de ce congrès de Reims, les articles et commentaires fleurissent.

          Ceci permet un constat essentiel : ce congrès n’est pas "neutre" dans le devenir de notre démocratie !

          Par contre, ce qui me questionne, c’est que tous ces écrits se préoccupent davantage des échéances électorales à venir et des pronostics possibles (qui, selon les cas de figures possibles et combinés, sera en mesure de "gagner" les élections de 2012 ?) que de l’impact réel sur notre Démocratie.

          Or, la politique n’est pas un jeu... La Démocratie ne doit pas être un vain mot.

          Théoriquement, le devenir de notre pays, de l’ensemble européen dans lequel il s’inscrit, est étroitement dépendant de ceux qui sont aux commandes. La question dépasse les personnes et renvoie aux représentations sociales que les "gouvernants" ont de leurs concitoyens électeurs, et de l’idéal social, écologique, humain qu’ils se font de ce qu’ils ont à gérer. J’ai rarement trouvé cela, dans les articles proposés. Je le déplore. S’attacher aux personnes, aux querelles intestines, revient à considérer la politique comme un spectacle dans lequel le meilleur "acteur" obtiendra tous les "Oscars"... et deviendra la "vedette" du moment... Or ce n’est pas de cela qu’il s’agit, c’est de trouver celui (ou celle) qui sera le (la) plus à même de gérer un pays et une Europe qui "vont à veau l’eau" !

          Ce qui est dit sur la sociologie des "composantes" du PS est totalement vrai : parti des classes moyennes et moyennes supérieures, souvent diplômées... Ce ne fut pas le cas en d’autres temps. On peut se demander pourquoi ? Pourquoi un parti (non extrême) qui a eu, à une certaine époque, pour vocation de servir les intérêts généraux du pays, de comprendre, dans sa gestion, les classes populaires au même titre que les autres, en est arrivé à ce point de rupture où ceux qui sont les plus nombreux, ceux qui sont les plus faibles, les plus démunis, n’ont plus personne pour les représenter dignement ?...

          Dans ce contexte, il ne faudra pas nous étonner que les "extrêmes" de tous bords (Rappelons-nous 2002, songeons à 2007) puissent être tentés, une fois encore de remettre en selle un soit disant "représentant du peuple" qui servira ses propres intérêts et ceux de ses pairs, aux dépens de l’intérêt général du pays...

          Je ne suis pas politicienne, je ne suis pas économiste, je suis une simple citoyenne dont le bon sens, le sens commun (la "common decency") est très interpellé par ce qui se joue en ce moment. 

          J’attendais, c’est vrai, que la Raison soit au rendez-vous...


          • moebius 18 novembre 2008 22:31

             Contrairement à ce qui se dit, Le PS est fort.... dans les villes, les régions, la présidentielle et la présidentiable surtout, il n’y en qu’une véritablement, représente un risque très important pour sa cohérence. Ce sont ses objectifs réelles qui ne sont pas clairs auprès de ses sympathisants et peut être moins pour ses militants plus a méme de déchiffrer les codes obscurs de ce parti. La faiblesse du PS est là ; il n’assume absolument pas le fait qu’il veut reconduire Sarkosy dans ses fonctions afin de préserver ses positions municipales et régionales des dirigeants de ce syndicat de maire et de conseillers municipaux régionaux etc... qui établit les codes a votre avis ?. Le danger est incarné par la seule présidentiable en lisse et il est vitale pour eux de lui faire barrage. Une alliance avec le modem serait une catastrophe pour le PC, seule la recherche éperdue et mystique du kraal que constitue "la vrai Gauche" , seul la recherche vaine de cette objet qui toujours très commodément se dérobe tel un bonnetau peut lui apporter la défaite désirée plus ou moins inconsciemment selon que l’on est dirigeants ou militants. Car il ne faut pas l’ignorer le militant de base est suffisamment irresponsable pour vouloir battre Sarkosy quand aux sympathisants..de véritables "idiots politiques" des rêveurs qu’il faut pourtant ménager avec beaucoup de patience...


            • moebius 18 novembre 2008 22:39

              . sympathisant de gauche si vous voulez continuer a nous etre sympathique votez donc Sarkosy en 2012. Militant si vous voulez continuer a militer efficacement votez donc pour Marie Georges Aubry et ensemble grace a nos effort nous réussirons a ne pas battre Sarkosy 


            • brieli67 19 novembre 2008 01:14

              et le Modem pédale et pédalera encore longtemps.... lui qui s’impose par le haut.

              Les associations du monde socio-culturel et sportif les plus démocratiques et non pilotés par un x paternaliste sont à gauche et encore pour longtemps. 

              Il y a une instance politique et administrative une vraie usine à gaz les "communautés de communes" vraiment taillées pour le rad-soc poujadiste. Dans ces conseils les représentants sont désignés et non élus, les dossiers traités au Conseil général et les services d’Etat soutenus au gré du vent par les élus départementaux députés et sénateurs qui survivent en général aux batailles pichocholesques..

              Au niveau national et international .... International l’étoile a beaucoup blémie par l’incapacité de re/créer une Internationale Socialiste et pourtant une IS était à portée de mains 97 ou dans les eaux _là Jospin Prodi Blair Schroeder... etc. Les peuples se sont trompés et on les a trompés.
              National : plus qu’une chambre d’enregistrement. Les palombes les ortolans, les "giratoires" ..... Les exceptions françaises se payent.

              Quitter le navire http://utopia13.canalblog.com/&nbsp ;&nbsp ; trop tôt et on a déjà du avaler tellement de couleuvres.
              Bon dossier sur la motion F et de nos idées passent

              Le Mouvement Utopia a le plaisir d’annoncer la conclusion d’un accord politique avec la motion C dans le cadre du Congrès du Parti Socialiste.

              5 points structurants portés par Utopia ont pu être intégrés dans le texte de la motion C  :

              • Le dépassement du système capitaliste et l’alterdéveloppement
              • De nouveaux indicateurs de richesse
              • La prise en compte de l’urgence écologique et de la crise énergétique (adoption du scénario négawatt et proposition d’un débat sur le nucléaire)
              • Pour une nouvelle politique de migration (régularisation de tous les sans-papiers !!!!!)
              • Pour un accès universel aux droits fondamentaux ( Accès universel aux soins et 1ère tranches d’électricité et d’eau gratuites)
              C’est il pas beau et prometteur ?

            • Oreille Oreille 19 novembre 2008 11:46

              Le FN reprend du poil de la bête... Socialiste déçu, la nouvelle tête du FN m’est, à défaut d’un PS concerté et uni, plutôt convainquante sur le plan économique. Longtemps accusé de vouloir renverser la démocratie, il se rachète une conduite et se défait peu à peu de la couche crasseuse dont les médias l’ont enduit.

              Ce qui manque gravement à beaucoup de monde aujourd’hui c’est l’éthique, tant en politique qu’ailleurs, et le FN n’a jamais laché la sienne, ni fait de concession à d’autres partis pour râcler leurs voix.

              Il est trop loin le PS des années 80, aujourd’hui il est rempli de bobos votant à gauche pour le principe et ses dirigeants sont totalement déconnectés du corps, s’il en est un. Ces bobos votent à gauche et pensent UMP, c’est peut-être de là que vient la confusion à la tête du PS : il y a dans son corps une ’opposition’ malsaine.

              Je pense que l’extreme droite aujourd’hui c’est l’UMP, plus le FN. L’UMP est un parti de carièristes menteurs et démagogues, la vraie dictature c’est eux qui l’installent en prônant celle du marché. Quant à l’Europe..., elle n’a jamais fédéré que des capitalistes, les peuples sous le joug de la loi, et jamais les peuples entre eux alors que c’est par là qu’il fallait commencer (s’il fallait le faire).

              Alors, amis socialistes, prenez garde au qu’en dira-t-on ! Ne réfléchissez pas trop, ou bien vous voterez FN.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès