Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le scandale Bárcenas oblige Mariano Rajoy à comparaître devant le congrès (...)

Le scandale Bárcenas oblige Mariano Rajoy à comparaître devant le congrès espagnol

Le scandale Bárcenas qui a commencé le 31 Janvier dernier après la publication dans le journal EL PAIS d’une partie de la comptabilité secrète du parti populaire va obliger le chef du gouvernement Mariano Rajoy à comparaître devant de congrès espagnol le 1er Août prochain.

Rappelons que cette affaire met en cause des dizaines de responsables ( ministres, ex-ministres, présidents de région, etc…) qui auraient financé de forme illégale le parti populaire et qui auraient reçu d’importants dessous de table.

Bárcenas qui est en prison préventive a été le trésorier du PP pendant plus de 20 ans, et était au cœur du dispositif de financiation du parti. Bárcenas c’est l’homme qui en sait le plus sur la droite espagnole.

Depuis le début de la crise Rajoy nie farouchement la véracité de toute la comptabilité secrète publiée et accuse son ex-trésorier d’être un délinquant qui aurait trahi son parti TOUT SEUL ET PENDANT PLUS DE 20 ANS.

Quelle prouesse de la part de Bárcenas !... et quelle ingénuité de la part de ses compagnons de parti !

Un dernier sondage publié dans le quotidien EL MUNDO montre que 83% de la population espagnole ne croit pas le président Rajoy, ce qui veut dire qu’il n’ a même pas convaincu ses propres partisans puisque 67% des membres et sympathisants du PP pensent qu’il a menti ! C’est le comble !

Dans un tel contexte de suspicion généralisée, l’opposition a réussi à obtenir du chef du gouvernement qu’il vienne donner des explications un peu plus convaincantes au parlement, et menace de le soumettre à une motion de censure, même si celle-ci n’a aucune chance d'aboutir étant donné que le PP a la majorité absolue à la chambre.

Le climat démocratique est donc particulièrement dégradé.

Quant à cette comparution on peut craindre le pire :

Rajoy va probablement tout nier en bloc. Il peut compter sur le fait que la justice ne pourra pas découvrir l’origine et la destination des fonds secrets de Bárcenas à l’étranger. Tout ce qu’on sait c’est que Bárcenas manipulait illégalement des dizaines de millions d’euros que sa fortune personnelle ne peut expliquer. Quant aux 20 ans de comptabilité secrète c'est la parole de Rajoy contre celle de Bárcenas.

Malgré tout le président sera en difficulté à cause, entre autres de SMS de soutien moral envoyés à Bárcenas quand celui-ci était déjà mis sous enquête judiciaire. Que disent ces SMS ?

« Tiens bon…résiste…on fait ce qu’on peut…c’est pas si facile tu sais … » 

Comment le chef de l’ éxécutif a-t- il pu commettre de telles imprudences alors qu’il affirmait publiquement devant les journalistes qu’il n’ avait plus de relations avec Bárcenas ? Mystère...

Par ailleurs, la porte-parole du gouvernement, Maria Dolores de Cospedal a commis une énorme bourde en admettant que son parti régional de Castille-La Manche avait reçu de manière tout à fait légale 200 000 euros qui figurent sur un reçu de Bárcenas tout en ne se rendant pas compte qu'il y avait un BIG problème : ces 200 000 euros n'apparaissent officiellement sur aucun compte du parti…sont-ils tombés dans un trou noir !! ???

Cospedal s'est pris les pieds dans le tapis et n’apporte aucune explication sur cette disparition !!!

On peut penser que c’est un président très affaibli qui sortira de cette comparution parlementaire qui promet d'être très houleuse mais qui ne lui fera pas pour autant perdre les clés du pouvoir. L’opposition politique est institutionnellement bloquée et ne peut aller plus loin…

Tout risque donc de bien se passer pour Mariano Rajoy à moins que, à moins que…les plateformes citoyennes et les indignados ne se manifestent publiquement et massivement durant les sessions de débats parlementaires.

Réponse à cette question le premier Août prochain : rendez-vous est pris.

Je conclurai en disant que la crise Bárcenas est sans doute la synthèse parfaite de tous les dysfonctionnements démocratiques qu’on peut observer en Occident en général et en Europe en particulier. Tout y est :

- corruptions politiques

- utilisation des paradis fiscaux

- collusions entre le monde des affaires et les représentants politiques

- non-séparation des pouvoirs : éxecutif, parlementaire et judiciaire.Certains analystes espagnols résument tout ça en affirmant que Montesquieu est " mort ".

Je vous laisse avec cette photo dont je ne me lasse jamais : le magnifique doigt d'honneur méprisant de Bárcenas adressé à tous les démocrates 


Moyenne des avis sur cet article :  4.78/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • fatizo fatizo 29 juillet 2013 18:08

    Bonjour AJE

    Chez nous c’est Guéant qui commet les bourdes qui rendent furieux Sarkozy.
    Et l’affaire Tapie semble avancer doucement avec de nouvelles révélations aujourd’hui


    Que ce soit chez toi ou en France,on demande sans cesse des efforts au peuple pendant que les élites s’en mettent plein les poches de façon crapuleuses .
    Les affaires s’empilent , mais au final quelles peinent vont-ils subir ?
    La population pense d’abord à finir les fins de mois, elle est plus ou moins blasée de tous ces scandales . C’est bien cela le plus grave .
    Bonne soirée à toi .

    • ALEA JACTA EST ALEA JACTA EST 29 juillet 2013 19:52

      Bonjour Fatizo
      Bien pris note de l’ évolution des affaires françaises que je suis du coin de l’ oiel.
      La population espagnole, quant à elle est assez blasée et écoeurée.Malgré tout la comparution du premier août pourrait marquer un tournant dans cette législature.
      Certains de mes amis espagnols croient qu’ une certaine presse d’ opposition à Rajoy attend cette date pour lui envoyer une dernière torpille signée Bárcenas.
      J’ en doute en peu mais on n’ est jamais à l’ abri d’ une bonne surprise.
      Par ailleurs les affaires de corruption ont sali ( à un degré moindre) tous les partis qui ont eu une parcelle de pouvoir en Espagne, ce qui m’ incline à penser que ce débat ne peut pas rester entre les seules mains des hommes politiques....il faut que la société civile y participe également, se manifeste et exige de nouvelles lois de tranparence.
      Bonne fin de journée l’ ami


      • aviso aviso 30 juillet 2013 09:25

        Qui est transparent en Espagne ?

        Pays de la double comptabilité, et ou la liquidation judiciaire est sport nationale, la movida de la triche est présent partout, ça commence avec des Coronas et sa fini avec des liasses de billets de 500€...


      • ALEA JACTA EST ALEA JACTA EST 30 juillet 2013 10:02

        @aviso
        La fraude fiscale touche l’ Espagne comme beaucoup d’ autres pays européens.C’ est pas par hasard qu’ il y a eu un sommet européen pour essayer de lutter contre les paradis fiscaux.Malheureusement le gouvernement de droite de Rajoy a fait voter il y a un an et demi une loi d’ amnistie fiscale dont l’ effet pervers est d’ inciter les grands fraudeurs à continuer leurs activités illégales jusqu’ à la prochaine amnistie.
        Ce problème pourrait être partiellement résolu s’ il y avait une réelle volonté politique avec une augmentation du nombre d’ inspecteurs fiscaux..seulement voilà, les idéologues de droite pensent qu’ une telle politique ferait fuir les investisseurs...donc, tant que la droite restera au pouvoir on en sortira jamais...Il est à noter que les socialistes espagnols n’ ont pas fait de ce thème une priorité non plus...En fait c’ est surtout vla gauche espagnole non-socialiste( mélenchonienne dirais-je) qui a mis ce problème au coeur de ses préoccupations.


      • ALEA JACTA EST ALEA JACTA EST 30 juillet 2013 13:20

        Nouvelles de dernière minute ce mardi 31 juillet :
        Aujourd’ hui le juge Ruz instructeur de l’ affaire Bárcenas cite à comparaître comme témoins trois membres de haut niveau du parti populaire.La sécrétaire générale du parti Maria Dolores de Cospedal, et les ex-secrétaires et ministres Javier Arenas, et Francisco Alvarez-Casco.
        L’ étau se resserre donc et cette convocation n’ est pas d’ ordre à faciliter la comparution de Rajoy au congrès.
        Malgré tout de nombreux citoyens espagnols s’ interrogent sur l’ extrême prudence du juge instructeur qui n’ a pas demandé de perquisition du domicile de bärcenas( même si on se doute bien qu’ il a tout vidé depuis longtenmps).Par ailleurs de nombreux journalistes espagnols interviennent en ce moment même sur les plateaux TV pour demander aux responsables du PP de livrer spontanément à la justice les 2 ordinateurs de Bárcenas qui étaient restés au siège du parti( on se demande bien pourquoi ce sont les journalistes qui les réclament et pas le juge décidément très très prudent).
        Enfin je profite aussi pour rappeller que Javier Arenas, responsable politique de premier plan est resté complètement silencieux depuis le 31 janvier alors que les papiers de Bárcenas l’ accusent d’ avoir reçu d’ importants dessous de table....un silence pour le moins assourdissant....


        • Tall 30 juillet 2013 22:31

          Les scandales politiques en Espagne, Portugal et Italie sont intéressants à suivre ... car l’un d’entre eux pourrait un jour être la goutte qui fait déborder le vase, et ensuite par effet domino, c’est toute l’UE qui serait remise en question


          • ALEA JACTA EST ALEA JACTA EST 31 juillet 2013 00:55

            Effectivement Tall je me pose souvent la question de savoir quel serait le premier pays européen dont le système politique imploserait.Disons qu’ en Espagne on a tous les ingrédients pour qu’ une telle implosion ait lieu.L’ affaire Bárcenas couvre plus de 20 ans de malversations très graves à tous les niveaux de l’ Etat et dans presque toutes les régions de la péninsule.
            L’ affaire Bárcenas montre que le système entier est probablement pourri jusqu’ à la moelle.
            En cas d’ élections anticipées les deux grands partis de pouvoir seraient sanctionnés car les socialistes espagnols dont l’ image est très détériorée ne profiteraient pas de la degringolade de la droite et on entrerait dans une période de fortes turbulences dont personne ne pourrait prévoir l’ issue.
            Il suffirait que le juge puisse prouver une partie des accusations de Bárcenas pour que cette affaire provoque une révolution citoyenne ou une régérération démocratique avec la mise au placard de tous les éléphants qui ont profité du système depuis des décennies. 


          • Tall 31 juillet 2013 06:52

            ok, merci de ces infos ... on va suivre ça de près.


          • rosemar rosemar 4 août 2013 14:26

            Une affaire pleine de rebondissements mais il semble que Rajoy s’accroche au pouvoir et ne lâchera pas prise... 


            Bon dimanche AJE... et merci pour ces infos venues directement d’Espagne !

            • ALEA JACTA EST ALEA JACTA EST 4 août 2013 15:16

              Bonjour Rosemar
              La comparution s’ est passée exactement comme je l’ avais annoncé dans mon billet.Rajoy se décharge sur son trésorier mais est INCAPABLE d’ expliquer pourquoi il avait envoyé des sms de soutien à celui-ci même après que la justice ait clairement établi que c’ était un délinquant.Rajoy comparaît mais ne répond pas aux accusations les plus graves...Face à un parlement comme celui d’ Angleterre il n’ aurait pas pu se défiler et il aurait probablement été contraint à la démission.
              Rajoy s’ accroche au cocôtier mais n’ a pas convaincu puisque plusieurs sondages réalisés après la comparution( Mundo et cadena SER) indiquent que 75% des espagnols ne le croient pas...
              C’ est surréaliste Rosemar...les trois quarts des espagnols pensent que leur président est un menteur qui a couvert les pires ignominies et celui-ci ne songe pas à démissionner.
              Hier soir je participais à une fête populaire près de mon village et je puis témoigner que de très nombreuses personnes exprimaient ouvertement leur écoeurement et leur colère.
              Rajoy a gagné du temps mais rien de plus....et sa comparution a été perçue comme une vraie insulte à l’ intelligence.
              La majorité des espagnols pense que leurs responsables leur ont demandé d’ énormes sacrifices pendant que ceux-ci s’ en mettaient plein les poches.
              Rajoy est fort de sa majorité au parlement mais joue avec le feu...
              Comment et avec quel crédit un tel dirigeant pourra t ’il demander des efforts supplémentaires à sa population ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès