Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le scénario du gouvernement pour sortir de la crise du CPE

Le scénario du gouvernement pour sortir de la crise du CPE

L’impression de blocage domine, après les manifestations importantes de mardi. Déjà pourtant, le gouvernement s’apprête à tourner une page et à modifier ainsi assez profondément la situation.

Trois temps devraient rythmer la séquence.

D’abord, aujourd’hui, la décision du Conseil constitutionnel concernant le CPE. Selon plusieurs sources, l’examen du projet de loi dit "Égalité des chances", dans lequel figure l’article 8 instaurant le contrat controversé, cette discussion entre les neuf membres du Conseil est maintenant terminée, et la rédaction de la décision est commencée. Elle devrait être rendue publique aujourd’hui. L’hypothèse qui prévaut est une déclaration de conformité à la constitution concernant le CPE.

Une fois cette décision rendue publique, le chef de l’Etat devrait intervenir. On évoque, dans son entourage, une déclaration solennelle prenant acte de la décision du Conseil et se prononçant donc sur la suite. Deux possibilités s’offrent au chef de l’Etat. Soit, constatant les désordres dans la rue, il propose au Parlement de procéder à une deuxième lecture. Soit, prenant acte de la légalité du processus législatif et du refus des organisations syndicales de négocier les modalités d’application du texte, il décrète la promulgation de la loi qui, dans ce cas de figure, pourrait être très rapide.

Reprenons les deux hypothèses.

La demande d’une nouvelle lecture de la loi est constitutionnellement possible et politiquement très difficile. En effet, mardi matin, devant le groupe UMP, Dominique de Villepin a, selon plusieurs témoignages concordants, prononcé cette phrase : "Je n’accepterai jamais une deuxième lecture." Ce refus, il l’a dit expressément à plusieurs reprises au chef de l’Etat. Autrement dit, si ce dernier passait outre le refus du chef du gouvernement, il pourrait dans la foulée enregistrer sa démission.
Tout indique au contraire que le chef de l’Etat est décidé, pour l’instant, encore, à soutenir Dominique de Villepin. Plusieurs raisons l’y poussent. Nommer un autre chef de gouvernement maintenant, à un an de la fin de son quinquennat, et à la suite d’un fiasco aussi retentissant que celui qui provoquerait l’enterrement du CPE, ce serait abdiquer de tout pouvoir pour la suite. Accessoirement, désavouer Dominique de Villepin reviendrait à dégager un boulevard pour Nicolas Sarkozy, ce à quoi ne peut se résoudre facilement Jacques Chirac.

L’hypothèse donc de l’annonce d’une promulgation de la loi par le chef de l’Etat lors de sa déclaration solennelle est celle retenue aujourd’hui dans les cercles du pouvoir. Plusieurs éléments de raisonnement ont été présentés durant ces derniers jours au chef de l’Etat pour tenter d’emporter sa décision.

Tout d’abord, Dominique de Villepin estime qu’une fois la loi promulguée, les syndicats pourront difficilement poursuivre une mobilisation aussi intense. En clair, le chef du gouvernement parie sur un certain réalisme, et si cela n’était pas le cas, il escompte que petit à petit, impressionnés par la résistance de l’Etat, les contestataires s’effilocheront.
Dans cette réflexion, certains s’alarment du ressentiment qui pourrait alors être très fort chez les Français et peser, le moment venu, dans les choix électoraux. Pour parer à l’objection, l’Hôtel Matignon assure que de très nombreuses entreprises se saisiraient du CPE dès sa promulgation et établiraient ainsi, dans les statistiques, le bien-fondé de la réforme.

En terme de calendrier, selon ce schéma, le printemps serait difficile à passer, il faudrait peut-être gérer des désordres et des expressions de colère, mais à la rentrée de septembre, le chômage des jeunes baissant, le calme devrait revenir en même temps que la confiance envers le gouvernement. Scénario optimisme dont Dominique de Villepin pense qu’il est aujourd’hui partagé par le chef de l’Etat.
Une dernière question demeure : la promulgation de la loi doit-elle être immédiate, ou bien faut-il laisser passer le délai dans sa totalité, neuf jours à partir de la décision du Conseil constitutionnel, pour la faire entrer dans l’ordre juridique ? Pour trancher cette question, les éléments sont les suivants :

Attendre, c’est entretenir auprès de l’opinion publique l’espoir d’un dialogue avec les syndicats, et montrer ainsi de quel côté se trouve l’ouverture d’esprit et la bonne composition des caractères. Mais attendre, c’est risquer de voir la fronde qui couve à l’UMP s’exprimer au grand jour. Les participants ont noté qu’hier, mardi, Dominique de Villepin a été écouté fraîchement par les députés présents, lors de la réunion du groupe. Retrouver les parlementaires dans un été d’incertitude, mardi prochain, paraît à beaucoup dangereux. Ceci plaide donc pour une promulgation rapide de la loi. Ce pourrait être dès vendredi.

Ultime interrogation dans le duopole Elysée-Matignon : que ferait dans ce cas-là Nicolas Sarkozy ? Résultat de la réflexion : rien. Le président de l’UMP-ministre de l’Intérieur fait entendre aujourd’hui une petite musique, celle de la suspension pour négocier. Celle ci se trouverait tout à fait démodée aussitôt la loi promulguée. Nicolas Sarkozy n’aurait alors plus le choix qu’entre l’acceptation et le silence, ou bien la critique et donc la démission. Comme personne ne croit à ce geste, Dominique de Villepin est convaincu qu’il faut y aller.

C’est sous cette forme qu’une page importante pourrait se tourner dès la fin de la semaine. Nul ne sait ce qui s’écrira, à partir de là, sur le livre de cette histoire.


Moyenne des avis sur cet article :  4.42/5   (795 votes)




Réagissez à l'article

209 réactions à cet article    


  • goc (---.---.47.193) 30 mars 2006 11:12

    j’aimerais bien quand meme qu’on m’explique l’atitude de sarkozy : soit c’est un cretin congenital, soit son ambition est telle, qu’il est pret a sacrifier la France, rien que pour arriver au pouvoir

    un ancien ministre avait dit a juste titre « quand on est ministre, soit on ferme sa gueule, soit on se demet » pourquoi a juste titre ?? et bien, je vous laisse imaginer la situation suivante 1 - sarkozy est elu president de la republique 2 - il forme un gouvernement avec plein de « copains » de l’ump 3 - un de ses ministres, se sentant pousser des ailes de liberté, commence a critiquer la politique de sarkozy 4 - sarkozy lui demande de partir 5 - le ministre lui repond : « et toi , quand tu etais ministe, tu as bien critiqué le gouvernement, et tu n’a pas demissionné !!, donc je reste » 6 - puis un 2eme ministre commence a faire pareil, puis 1 troisieme,etc.. a votre avis, comment sera la france dans ce cas ??

    bref, sarkosy est en train de pourrir la situation : il renforce la position syndicale, qui surf sur la desunion ministerielle, il sappe l’autorité du gouvernement, et il confirme aux francais tout le mal que ces derniers pouvaient penser de la politique

    et cela tout en sciant la branche sur laquelle, non seulement il etait assis, mais aussi sur laquelle il voulait s’appuyer pour arriver au pouvoir

    decidement, ce type est un vrai danger pour la france. et a ce jeu-là, je parie qu’au deuxieme tour, on ne verra que deux representants de partis extremistes


    • Patrick (---.---.37.49) 30 mars 2006 11:38

      Non, Sarkozy a bien raison de donner son avis : Il donne raison à Villepin sur le fond, mais pas sur la forme.


    • olivier (---.---.229.136) 30 mars 2006 11:55

      Soyons serieux, l’ambition c’est l’essence meme de l’homme politique. Tout simplement parce que sans ambition on ne fait pas de politique. Or pour parvenir a ses fins, la personne politique doit forcement ecraser ses petits camarades. Et pour cela il se doit d’etre megalomane ou bien laisser pourrir une situation quand sa prochaine echance en depend. Et pourquoi doit-il raconter a tout bout de champ qu’il saura baisser les impots, creer des emplois ou bien meme un voyage sur la lune pour tout le monde : parce que les electeurs ne voteraient par pour quelqu’un qui dirait l’inverse ... Qui voterait pour quelqu’un qui dirait que selon le principe des vases communicantes si on baisse les impots alors on baisse le niveau de service public ? ou bien le corrolaire qui serait que pour augmenter les services fournis par l’etat on doit necessairement augmenter les impots ? Mon propos est donc de dire qu’il est trop facile de se derober sur eux, nous avons des personnages politiques adaptées a habitudes de consommation politique. Tiens je vais voter X, il m’a promis un baisse de ceci et une augmentation de cela ...


    • Stef (---.---.15.59) 30 mars 2006 12:12

      Dans son projet présidentiel, Sarko a bien laissé entendre qu’il était pour un gouvernement où le Président s’arrogerait tous les pouvoirs (comme aux USA) ; les ministres ne seraient donc que des marionnettes. Alors, qu’ils soient contents ou pas ne serait pas un problème pour lui.


    • okoume (---.---.174.232) 30 mars 2006 17:11

      Sarkozy à déjà eu le même comportement avec CHIRAC,il a pris le parti de BALADUR,aujourd’hui il ne fait que recommencer.


    • Al-Capone (---.---.208.43) 30 mars 2006 21:27

      Sur ce coup, Sarko, hors jeu...

      On ne peut pas courrir 2 lievres a la fois. Dire qu’on est solidaire du gouv et tenir des discours contradictoire avec la politique de ce gouv... Sarko pense a l’année prochaine, il ménage la chervre et le choux...seulement pour sauvegarder sa personne... aucune ideologie, a part le pouvoir, pour le pouvoir...


    • Al-Capone (---.---.208.43) 30 mars 2006 21:34

      Un petit dernier commentaire pour Sarko :

      ni pour, ni contre, bien au contraire... seulement, a ne pas prendre position, a ne pensé qu’a son avenir personnel, il se grille tout seul...l’ambition du pouvoir, pour le pouvoir...

      De plus, dans la carriere de Sarko, il n’a jamais su construire, il n’a gagné que sur traitrise, au niveau municipale, regionale, et parti politique... Sarko a toujours poignarder et voler quelqu’un d’autre qui avait construit... Neuilly, la Seine saint Denis, l’UMP...


    • Olivier (---.---.62.222) 30 mars 2006 22:31

      N’est-ce pas Charles Pasqua qui répliqua à un journaliste qui lui reprochait de ne pas avoir tenu ses promesses par un cynique « mais cher monsieur, les promesses n’engagent que ceux qui les croient »

      dont act.


    • Laporte (---.---.191.91) 31 mars 2006 00:20

      En étant un tout petit peu réaliste, il semblerait que le texte est plutôt applicable à Villepin qu’à Sarkosy. En effet s’il y a pourrissement de la situation c’est bien parceque l’on est en présence de deux conceptions totalement opposées : 1 - Une initiative personnelle du premier ministre pour créer un enième contrat de travail applicable à un ensemble hétérogène de citoyens (au fait pourquoi ne pas appliquer le CPE aux élèves issus des grandes écoles comme les jeunes enarques, les jeunes magistrats, les polytechniciens et .....). 2 - Des opposants à sa mise en oeuvre qui ont maintenant tout à gagner à tenir jusqu’au bout (ils ont déjà gagné sur l’unité syndicale, pour le moment le seul point positif dans ce conflit) ......

      Au fait, et la FRANCE dans tout ça. Apparemment tout le monde s’en fiche, et les plus basses manigances prennent le pas sur l’intérêt supérieur de la Nation !!!


    • (---.---.89.182) 31 mars 2006 03:17

      CPE, je l’ai pas lu, ouai, contre la guerre en irak, contre la fabrication d’armes, pour la légalisation des drogues douces. Pour la paie dans le monde, pour pour faire passer le social avant l’argent, l’amour avant l’économie.

      Pour pour contre pour contre vos gueules, agissez point. ;)


    • (---.---.129.167) 2 avril 2006 15:37

      sera-t-il un jour socialiste ou coco ?


    • Quoique (---.---.174.106) 30 mars 2006 11:13

      Beau sénario ! Mais vous sous estimez l’empleur de la mobilisation et le risque d’un blocage complet soutenu par une importante majorité... alors couvre feu et envoi de l’armée ?


      • okoume (---.---.174.232) 30 mars 2006 17:16

        ET POURQUOI PAS UNE GUERRE CIVILE QUI SE PROFILERAI A L’HORIZON AUSSI.SOYONS SERIEUX ;


      • Maxime Gouzevitch Maxime Gouzevitch 30 mars 2006 17:56

        C’est un genre de ressemblement qui ne peut pas tenir longtemps. Soit ca derive en revolution, soit sa s’etiolera une fois qu’on sera que rien ne peut plus etre changer par la voie legale. Or il me parait peu probable qu’apars quelques anarchistes et islamistes (et encore ils la veulent pas identique) qqun veuille une revolution...


      • (---.---.28.242) 30 mars 2006 21:24

        Tu parles d’une ampleur... A part des branleurs de facs qui n’ont pas compris que le communisme etait mort, des lyceens en crise d’adolescence, et des fonctionnaires qui n’ont aucun probleme de rentabilite... qui doit on prendre au serieux... ?


      • oeee (---.---.225.138) 30 mars 2006 11:31

        je ne compren pas que de villpin ne veuille retirer le CPE il a trés bien comprit il ne veut pas laiser le peuple gagner car il veut etre respecter


        • phi (---.---.76.92) 30 mars 2006 11:36

          Votre scénario est plausible effectivement. On voit mal Chirac, Villepin et Sarkozy changer de stratégie. Je pense que si des aménagements sur la durée de la période d’essai et le motif du licenciement sont apportés, il n’y a pas de risque de blocage prolongé.


          • croc (---.---.179.89) 30 mars 2006 11:38

            les artguments de Monsieur Apathie ne prennent pas en compte les sentiments de la france silencieuse qui commence à éprouver de la sympathie et de l’admiration pour le premier ministre, son courage, son autorité dont le pays a un besoin immense et cette attitude pourrait aussi être préjudiciable à l’UMP dont les objectifs préélectoraux trop lisibles indisposent....


            • jEAN-pIERRE aubert (---.---.102.41) 30 mars 2006 11:39

              Il y a deux choses dont on ne parle pas : 1. l’immense majorité des enseignants « bouffent » de l’entreprise, comme on « bouffait du curé » au siècle dernier : résultat : 70% des élèves ne pensent qu’à la fonction publique 2. tous les diplômes sont surévalués et ne correspondent ni au savoir ni au savoir-faire qu’ils seraient censés sanctionner : résultat : les entreprises n’ont pas confiance dans la qualité diplômée de leur recrutement.

              Si ces deux problèmes MAJEURS avaient été réglés, on n’aurait jamais eu besoin d’imaginer le CPE


              • madavega (---.---.176.67) 30 mars 2006 16:46

                avec une grosse difference, les cures ne faisait par vivre les enseignants, alors que les entreprises les fonts vivre ! l’attitude de ces 70% est irresponsable, ils deforment la jeunesse, bref ce sont eux qui sabordent le pays


              • Gio (---.---.162.36) 30 mars 2006 21:04

                Tout à fait OK avec vous.

                En plus, il y a des masses de « diplômés » bac+x,y ou Z qui ne valent rien sur le marché du travail mais qui « exigent » des emplois ultra bien payés et bien sûr garantis à vie !

                Pauvres naïfs, pour ne pas dire plus.


              • (---.---.190.61) 31 mars 2006 02:23

                Ah oui ? « L’immense majorité », « 70% des élèves »... D’ou sortez-vous vos chiffres ? « C’est-de-notoriété-publique-ma-bonne-dame » c’est ça ? Vous avez fait une étude poussée sur le sujet et venez nous en faire part fort généreusement ici, sans doute.

                Le pire c’est qu’on vous répond en ne comprenant même pas à quoi font référence ces généralités sans fondement ni réflexion, et quelqu’un va bientôt lâcher au comptoir de son bistrot : « et le pire, c’est que 70% des enseignants... Mais si, j’te jure j’ai vu ça sur Internet ! »

                Il est facile de balancer une ou deux vacheries sur les enseignants, responsables de la plupart des maux du pays aux côtés des autres fonctionnaires, pas vrai ? Ca soulage, et si l’idée se propage bien, y’aura toujours des heureux pour récupérer vos opinions « éclairées », hein ? ( Je croyais avoir touché le fond avec votre message, mais les réponses au dessus de la mienne prouvent qu’on peut toujours faire pire... )

                Ps : je suis salarié du privé, en cdd.


              • jpa (---.---.102.41) 31 mars 2006 09:36

                Et moi, mon épouse est Professeur Agrégé en université ; je connais tous ses collègues par coeur, et j’ai tous les soirs un rapport sur toutes les conneries qui peuvent se dire en salle de prof


              • kornikan (---.---.32.51) 31 mars 2006 11:34

                Et donc ? Les bribes de conversation entendues en salle des profs que vous rapportent votre femme vous permettent de juger de la qualité du travail de centaines de milliers de gens. Bravo, vous êtes très fort ! Aigri sans doute mais très fort.

                Je précise que je travaille dans le privé.


              • jpa (---.---.102.41) 31 mars 2006 11:43

                Il se trouve que je vois aussi passer les copies d’étudiants et les rapports de stage. Je comprends que les entreprises puissent avoir de sérieux problèmes de recrutement et d’emploi avec de tels diplômés.


              • parkway (---.---.18.161) 31 mars 2006 12:53

                Moi je suis contractuel au rectorat, chez, je cite « ces Salauds de fonctionnaires qui sont responsables de la crise ». je suis au service statistique, donc j’ai des renseignements sur de nombreux services ainsi que sur les enseignants.

                C’est vrai qu’il y a des ramiers mais pas plus que dans le privé !! et j’en ai connu aussi ds le privé, comme employé de banque pendant 20 ans !!!

                Arrêtez votre racisme de bas-étage ! renseignez-vous correctement avant de sortir des insanités !

                Nous aussi on peut vous juger ! c’est facile, et ca n’incite que la haine aveugle et aveuglante !

                Réfléchissez ! Merde !


              • jpa (---.---.102.41) 31 mars 2006 15:07

                Je ne juge personne ; je constate seulement des résultats. Et à ne pas vouloir les voir, on va dans le mur. Pas vous, vous vous êtes mis à l’abri ; mais tous ces jeunes que le système n’a pas su former aux exigences « économiques » (un gros mot pour vous, sans doute) du moment, ils y vont et en sont conscients ; ils ont raison de descendre dans la rue ; le problème, c’est qu’ils n’y descendent pas pour le bon motif. J’aimerais voir dans les défilés des pancartes avec : « plus de savoir », « plus de compétences », « Ras le bol du niveau paquerettes ». Malheureusement, l’éducation de leur sens critique n’a pas été faite. Et moi qui suis en entreprises depuis un paquet d’années, j’observe la dégringolade, lente, mais inexorable tant que des gens comme vous tourneront sur des statistiques internes, sans aucun contrôle extérieur de leur pertinence. Continuez donc à vous rassurer à bon compte, ça ne peut pas vous faire de mal.


              • Ludal (---.---.74.93) 30 mars 2006 11:40

                Vous avez l’air d’oublier une chose, c que Sarkozy est aussi et surtout l’actuel président de l’UMP, ce qui lui confère l’autorisation de dire ce qu’il pense la situation. C’est une position d’autant plus confortable qu’il peut rallier tout plein de gens à sa cause, aussi bien ceux de son parti (histoire d’avoir plein d’amis) que le francais lambda moyen qui ne voit pas le coté arriviste et dangereux de cet homme et qui est bien content de le voir prononcer le meme discours mécontent que lui (sans qu’il soit ouvertement extrémiste de quelque bord que ce soit) La Gauche s’est laissée diviser, à mon avis, mais lui est assez stratège pour rallier un max de gens de l’UMP et garder un semblant de cohésion. La démagogie, ca marche !


                • jeandesuresnes (---.---.230.10) 30 mars 2006 11:42

                  Je ne vous comprends pas. Vous dites que le gouvernement fait passer les lois sans demander son avis au peuple. L’assemblée nationale est élue par le peuple et les lois dont le CPE d’ailleurs, votés par l’assemblée nationale sont donc votées par le peuple ! C’est comme ça que fonctionne notre démocratie. Les lois votées à la majorité par les députés ne peuvent donc être remises en cause dans la rue par les représentants syndicaux. Représentant syndicaux qui désinforment sans vergogne une jeunesse pleine d’ardeur, mais très crédule. Le conseil constitutionnel doit encore valider la loi telle qu’elle a été conçue et adoptée par le parlement. Si cette loi s’applique et qu’après un temps de fonctionnement des effets pervers supérieurs aux effets bénéfiques engendrés se fonts jour et que le gouvernement ne change rien, alors les revendications et manifestations seraient nécessaires. Ce n’est malheureusement pas le cas. La composition de l’assemblée nationale est sortie des urnes, il faut donc accepter ce qu’elle propose c’est la démocratie.


                  • Bob (---.---.76.255) 30 mars 2006 12:00

                    Je suis d’accord, les gens ne récoltent que ce qu’ils ont semé, il y a 4 ans ils étaient tous à fond « Chirac Chirac » ou autre « pas de nouvelle cohabitation », et là ils remarquent que ça ne leur convient pas, typiquement frnançais. Moralité : la prochaine fois que vous votez réfléchissez-y à 2 fois pour éviter un autre bug...

                    Pour ma part je n’estime pas que l’assemblée et le gouvernement me représentent car ils sont à mes yeux illégitimes, et le sont d’autant plus qu’ils persistent dans leur attitude hautaine et arrogante. Si Chirac était un grand homme politique il aurait présenté sa démission sitôt élu en 2002 pour organiser de nouvelles élections. La France est une république bananière...


                  • lc (---.---.31.206) 30 mars 2006 12:34

                    Je suis tout à fait d’accord, effectivement c’est bien le peuple qui a mis Mr Chirac au pouvoir et effectivement c’est bien le peuple qui a voté pour donner leurs fontions aux députés. Mais la vraie question réside ailleurs : lors du vote pour le CPE quelle heure était-il et surtout combien de députés y avait-il ??? Si je devais faire passer une loi ou autre, par la force, je m’arrangerais pour qu’il y ait peu de députés et surtout que des députés ayant les mêmes opinions que moi !!! Mais je crois bien que finalement c’est ce qui c’est passé, non ? Alors je ne sais pas si ce CPE est vraiment le reflet de ce que veulent les Français et je ne sais vraiment pas si l’Assemblée Nationale est réellement le reflet des tendances politiques des Français. En tous cas, pour ma part en 2002 j’ai voté contre l’extrèmisme mais pas pour ceux qui sont actuellement au pouvoir. Alors je ne peux pas dire que mes idées soient représentées, Mr Chirac aurait du prendre cet aspect là en compte lors de la formation de son gouvernement au lieu de prendre cette pseudo victoire de 2002 à son compte.


                  • Gilles Guiraud (---.---.152.10) 30 mars 2006 12:37

                    Je me permet de vous dire que votre vision de la démocratie est de la m....

                    A l’evidence le peuple élie ses représantants ! il les elie pour un mandat pour une durée mais cela ne veut pas dire qu’ils aient carte blanche !

                    Lorsqu’on exerce le pouvoir on décide, on prend des décisions mais on ne préjuge pas de tout à l’avance ! Les francais en 2002 ont élu le parlement mais n’ont pas voté pour le CPE par exemple (il n’était pas au programme mon cher).

                    Lorsque l’on exerce le pourvoir et que l’on promulgue des lois que fait on ? On s’enquiert de la situation, on informe les principaux concerné et leurs représentants (syndicat, patronat , chomeurs etc) on les consult on essaie de les convaincre de trouver un accord et apres avoir entendu « tout le monde » (ca c’est démocratique )on décide et le pouvoir de décision final revient à ceux qui en ont l’autorité c’est à dire la majorité en place !

                    Dans votre représentation de la démocratie le parlement ne sert à rien ! ben oui à quoi sert il puisque l’UMP a la majorité absolue ! Elle n’a besoin de personne d’autre donc ! Or la n’est pas l’essence de la démocratie ! l’opposition à son rôle à dire, elle amende , elle propose , elle améliore c’est à cela que servent une assemblée et un Sénat.

                    Villepin n’a voulu entendre personne ormis les énarques de ses cabinets, il n’a pas voulu de discussion en assemblée car il a usé du 49.3 : elle est belle la démocratie quand un 1er ministre jamais élu par quelque citoyen que ce soit ne veut entendre personne (alors qu’il doit se soumettre à une de SES lois de 2004 l’obligeant à entendre tous les partenaires sociaux avant toute règlmentation dans le droit du travail) et n’entend ni l’opinion publique persistante et tout le mécontentement exprimés ces dernières semaines dans toutes les villes de France !

                    Le pouvoir vertical s’apparente à une dictature ! la démocratie se doit d’être horizontale, transversale, conciliante et reste aux gouvernants le soin de trancher !


                  • jean marc (---.---.157.102) 30 mars 2006 15:22

                    je pense qu’il ne faut pas oublier que De Villepin a fait passer sa loi avec l’article 49.3 ce qui n’est pas très democratique ni respectueux de la volonte du peuple !!


                  • L'enfoiré L’enfoiré 30 mars 2006 16:32

                    Bonjour, Prenez le temps de regarder un peu vers l’extérieur.

                    Prenons l’exemple de la Suisse est-elle moins démocratique ou plus démocratique que la France ? Vous avez des élus démocratiquement et, dans le même temps, pour décider des sujets de « débat de société », vous avez des référendums.

                    En Belgique, nous avons des tripartites dans beaucoup de domaines :
                    - au niveaux de la Constitution et des pouvoirs : « Législatif », « Judiciaire » et l’« Exécutif ». indépendants chacun.
                    - au niveau de décisions à prendre pour un problème de société et des affaires : « le patronat », « les syndicats » et le « gouvernement ». Une première prise de contact se fait entre les 2 premiers interlocuteurs. Si pas d’accord, le gouvernement intervient et essaye une dernière tentative avant de trancher avec tous les pions en main.

                    En France, expliquez-moi. Il me semble qu’un petit ajustement de la « Démocratie » devrait s’opérer après avoir à ce « farcir » Internet et les discussions citoyennes dont vous faites bien usage. Sorry, mais je crois qu’on a oublié quelque chose au passage : l’avis des utilisateurs de la Politique. A+


                  • okoume (---.---.174.232) 30 mars 2006 17:23

                    Tu devrais aller faire un tour à l’étranger et tu verras que la FRANCE,est loin d’être un république bananière,comme tu le dis.


                  • josselin (---.---.190.157) 30 mars 2006 17:25

                    Erreur, les jeunes qui sont dans la rue aujourd’hui n’etaient pas en age de voter en 2002... Et sur les 82% qui ont voté pour Chirac, beaucoup l’ont fait pour eviter LePen. Le probleme c’est que par la suite, les gouvernements successifs ont appliqué une politique de droite en s’appuyant sur cette pseudo légitimité... Depuis 2002, pas une élection nationale remportée par la droite. C’est ça la légitimité ???

                    Ce qui arrive aujourd’hui est à mon sens la goutte qui fait déborder le vase...


                  • L'enfoiré L’enfoiré 30 mars 2006 19:04

                    Mon message n’avait pas ni le goût, ni l’odeur de la « banane ». Je « pratique » assez la France, que j’aime, pour aimer la voir grandir. Qui aime bien, « chatouille » bien. Mon étonnement vient simplement de la « promptitude » de lancer des lois, sans passer par un projet de lois et un assentiment de la majorité qui n’est plus aussi silencieuse au vu des manifestations après-coup. J’espère qu’on s’est compris. A+


                  • MAYASZ (---.---.31.17) 30 mars 2006 19:40

                    A Okoumé et tous les endormis qui pensent comme lui ! Ben moi ça fait 20 piges que je vis a l’étranger, même que c’est un pays qui fait partie de ceux qui étaient visés par une « loi Républicaine Française » dont le but était d’apprendre aux petits Français a l’école que la colonisation avait eu des effets positifs, sur ce que vous appelez des républiques bananières ! Ici, même sous mandat de l’ONU, il n’y a pas de contingent Français et c’est pas demain qu’il y en aura parce qu’ici, bien que les Français soient acceptés et dès fois mieux qu’en France, la France elle n’a plus droit au chapitre, elle a juste le droit de donner des thunes, ET EN PLUS, LES VÔTRES ! Lorsque tu vas au consulat général de France ici, on te le dit « Vous savez les autorités consulaires Françaises n’ont aucune influence ici ! » Donc si t’as besoin de rien, SURTOUT si t’es Français, t’es bien venu ! Je précise bien que je suis Français BLANC, mais ici, d’une part, je ne bombe pas le torse en chantant la Marseillaise drapeau tricolore a la main et puis je respecte les habitants de ce pays parce qu’ils ont une âme, parce que même s’ils ont connu des moments très difficiles, ils donnent a manger a un mendiant ou un pauvre, ils ne tournent pas la tête devant la détresse d’autrui, avec arrogance, surtout si c’est un concitoyen et il y a même eu des cas ou des cloches venues de France se sont retrouvées ici dans la rue et des « locaux » les ont aidés , leur ont donné de la thune les ont nourris et même logés et ce sont ces mêmes « locaux » qui ont été obligés d’aller dire aux autorités consulaires de se bouger le cul pour faire quelque chose pour leurs concitoyens, parce que comme en France, ici, les Français ils n’en ont rien a cirer ! Est ce que tu imagines ce qu’est la honte d’être Français ! NON ? En fait, la France ils s’en tapent comme de l’an 40 contrairement a ce que l’on t’en dis et si tu n’as pas encore compris comme tous les endormis, les vraies raisons de l’immigration en France, je n’ai pas trop le temps et puis ça sert a rien, autant que tu croies ce que tu veux et que tu continues a payer le logement du fils a Juppé ! ! Ah ! Oui ! J’ai oublié, ici il y a eu un truc qui s’est appelé DIEN BIEN PHU ou les Français se sont fait foutre dehors a coups de pieds dans le cul, et sont repartis avec la honte, la queue entre les jambes, en guise de trophée et bien sur, en abandonnant beaucoup des leurs comme des chiens. Ici ils ne critiquent personne, ni les Français, ni les Américains, pas de BLA BLA, ils ont réglé leur compte aux deux et les Français comme les Américains le savent un point c’est tout, pas la peine de rouler sa caisse pour ça ! Ah oui ! Le pays s’appelle le VIET NAM et lorsqu’on connaît un pays comme ça on est content de savoir que ça existe et d’y vivre et lorsqu’on vient en France pour une raison ou une autre, on en repart vite, TRÈS TRÈS VITE, en 20 ans j’ai pas passé 6 mois en France et ça ne me manque pas, au contraire, et alors lorsque l’on assiste au spectacle pathétique qu’offrent les politiciens Français vus de l’extérieur, quoi que vous puissiez en penser, on a pas envie d’y venir et si tu as des doutes sur le fait que la France passe, a l’étranger, pour un pays de cons, soit rassuré, c’est absolument le cas ! Donc que les Français se rassurent, je crois qu’ils vont gagner très vite la bataille de l’immigration, même les Français (et ils sont de plus en plus nombreux !) ne veulent plus venir en France, moi rien que d’entendre prononcer le nom de Sarkozy c’est bon !!! Quant aux expatriés Français ici, on les évite et lorsqu’on entend parler Gaulois, on se tire et vite ! Votre CPE et la bande de bons a rien prêts a tout qui sévissent dans votre voyoucratie parlementaire ne sont même pas dignes d’une république bananière, de plus des bananes ici il y en a et des bonnes, pas chez vous ou elles sont industriellement calibrés et ultra pollués par les trusts de l’agro alimentaire ! Allez ! Et amusez vous bien avec vos guignols...


                  • Gio (---.---.162.36) 30 mars 2006 21:09

                    Ic, vous êtes un ignorant total de la vie parlementaire pour écrire des aneries pareilles.

                    Renseignez vous, seulement un tout petit peu, sur les us et coutumes du parlement, quelque soit le ou les partis au pouvoir et vous aurez un autre langage.


                  • baphometh (---.---.172.20) 30 mars 2006 22:29

                    c’est bien de voir qu’on est pas le seul à avoir cette vision des choses !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès