Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le Secours Populaire d’hier et d’aujourd’hui

Le Secours Populaire d’hier et d’aujourd’hui

Le Secours comme les dizaines de milliers de ses bénévoles l’appellent est une grande association de solidarité implantée nationalement dans les villes et même les campagnes.

Au moment où le Maire Front National d’Hayange ose expulser le SPF du local qu’il occupait , il est bon de rafraîchir la mémoire de tous ceux et de toutes celles qui confondent les racines de cette grande association avec sa réalité et sa fonction.

Voici un livre que j’ai lu et dont j’ai réalisé une recension que je livre au débat

« Le Secours populaire français, 1945-2000
Du communisme à l’humanitaire »

Le Secours populaire... Quel parcours !

De l’association « partitaire » à l’organisation humanitaire de masse

d’Axelle Brodiez, Editions Sciences-po les presses, 24 € avril 2006

L’auteure de cette étude sérieuse, documentée nous offre un document d’histoire et d’analyse... Le parti communiste a su construire , notamment à la Libération et juste après de très nombreuses associations intervenant dans les villes et quartiers... Elle créait du lien social, développait une culture « communiste » et constituait une force d’intervention puissante au service du parti...

Certaines comme le Secours Populaire, la CNL, l’Union des Femmes françaises, la FSGT, l’Union des vieux de France ou le Mouvement de la Paix existent encore aujourd’hui sous leur nom d’origine ou avec une autre appellation... Beaucoup ne sont plus que l’ombre de qu’elles ont été...

Le Secours Populaire français héritier du Secours Rouge de 1923 s’est lui développé pour devenir l’une des plus grandes associations humanitaires françaises... Pourquoi cette quasi exception dans le paysage politique et social ? Quelles ont été les mutations nécessaires ? Comment le Secours Populaire a pu « couper le cordon ombiliscal » qui le liait au Parti Communiste tout en étant une association amie ? Beaucoup de ces questions et d’autres obtiennent une réponse. Le livre n’est pas intéressant, il est passionnant, notamment pour tous ceux et toutes celles qui aimeraient comme moi que d’autres associations d’intervention sociale et politique de masse se développent comme le Secours Populaire.

Julien Lauprêtre est secrétaire général du Secours Populaire français depuis plus de 50 ans, voici là une longitivité à une direction, exceptionnelle, unique à un tel poste... Des commentateurs pourraient critiquer une non rotation des mandats... Certes mais il faut dire que l’apport de ce militant a été fondamental et son histoire rapportée par bribes dans ce livre est étonnante. Envoyé au Secours par le Parti Communiste, il fut l’artisan essentiel de son renouveau et celui qui a coupé le cordon ombilical reliant l’organisation de solidarité au parti... « Donc j’arrive au Secours populaire dans l’état d’esprit : « tu y vas pour quelques semaines, le Parti va te proposer autre chose puisque ça va bien »... Bientôt il va découvrir une autre réalité : une organisation malmenée, devenue le « brancardier » du conglomérat communiste... « A son arrivée en février 1954, soit en pleine insurrection de la bonté » lancée par l’abbé Pierre, Julien Lauprêtre s’interroge donc sur la disparition des actions sociales. Sa progressive assise dans l’association, liée au nouveau contexte d’ouverture politique, permet une reprise puis une systématisation de l’aide aux sinistrés, aux personnes démunies, aux enfants et, de façon nouvelle, aux handicapés »... L’association ne répond plus aux directives du PCF, c’est « le parti qui reprend les thèmes lancés par son organisation de masse »... Chapeau bas pour l’œuvre réalisée, les mutations opérées ! Aujourd’hui le Secours Populaire regroupe plus de 75 000 bénévoles actifs et des centaines de milliers de donateurs réguliers ou occasionnels... L’association reconnue d’utilité publique en 1985 a développé le champ de son action de solidarité nationale et internationale...

Sans rien masquer de l’histoire du Secours populaire, l’auteure livre là une oeuvre riche, chaleureuse... Les militants communistes qui hier ont construit et développé le Secours Populaire, ouvrant l’organisation à d’autres militantes et militants venant d’horizons différents peuvent être fiers de l’action accomplie... Le Secours Populaire sans rien renier de son passé a su évoluer tout en restant fidèle aux valeurs fondatrices qui sont les siennes : « tout ce qui est humain est nôtre »

Jean-François CHALOT


Moyenne des avis sur cet article :  3.19/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • Robert Lavigue Robert Lavigue 3 octobre 12:23

    C’est bien cet auteur qui écrit :
    Si l’image affichée et revendiquée est celle d’un glissement du cercle d’appartenance communiste à celui des associations de solidarité, l’analyse des réalités internes montre cependant la perduration de proximités à l’organisation matricielle. Cette dualité identitaire ne va pas sans poser problème.
    https://hal.archives-ouvertes.fr/halshs-00174309/document

    Même quand vous prétendez faire la ’recension’ d’un ouvrage, vous falsifiez !
    La thèse d’Axelle Brodiez est bien plus nuancée que ce que vous en avez retenu...


    • CHALOT CHALOT 3 octobre 12:28

      J’ai lu le livre et pas vous....C’est toute la différence


      • Robert Lavigue Robert Lavigue 3 octobre 13:24

        @CHALOT

        J’ai parcouru sa thèse de doctorat (et étudié quelques uns de ses papiers) et pas vous... C’est toute la différence ! (Parcouru, parce que je fais confiance à sa probité et que pour certains sujets annexes ses conclusions me suffisent)
        Je n’ai pas besoin de falsifier la pensée d’un auteur, mais vous le faites... C’est une autre différence !

        On ne peut pas s’interroger sur la nature et les fonctions de vos officines sans lire Axelle Brodiez, ni des revues comme Le Mouvement Social (dont elle est l’un des animateurs)...

        Même si je ne partage pas toutes les conclusions d’Axelle Brodiez, ni la ligne éditoriale du Mouvement Social, il m’est particulièrement désagréable qu’un militant inculte dénature une recherche universitaire pour les besoins de sa propagande à coup de ciseaux et de citations tronquées.

        Je me répète donc, la thèse d’Axelle Brodiez (dont a été tiré le livre) est bien plus nuancée que ce que vous voulez faire croire à vos comparses.

        Je me permets de vous conseiller la (re)lecture du (ou des chapitres) où elle traite de la différence (et des conflits) entre bénévoles et militants.


      • CN46400 CN46400 3 octobre 12:57

        A l’origine le Secours Rouge était prévus pour secourir les militants CGTU et communistes, lorsque ils étaient exclus des entreprises ou des cités appartenant aux patrons (Ex corons du Nord). A l’époque aucun droit ne protégeait les travailleurs quelques peu contestataires.
         A la « rétirada », 1939, il aida les républicains espagnols. Après la Libération il fût transformé en association caritative classique, Secours Populaire Français, avec une particularité par rapport au Secours Catholique, son caractère laïque....


        • jymb 3 octobre 13:13

          Qui nous dira la vérité entre le dessin qui illustre l’article et 



          Visiblement il nous faudrait un journaliste indépendant et impartial ( introuvable dirons certains...) 

          • CHALOT CHALOT 3 octobre 13:32

            Monsieur Lavigue,

            Je ne parle que de ce que j’ai lu or j’ai lu très attentivement ce livre
            CN46400 a plus haut fait un excellent résumé de ce qu’est le SPF et d’où il vient


            • Robert Lavigue Robert Lavigue 3 octobre 14:11

              @CHALOT

              Pour ce qui est de l’histoire du SPF, j’aurais plutôt tendance à faire confiance à ... Axelle Brodiez !
              « Le Secours populaire actuel, dont le président a achevé depuis peu un mandat de plus de trente années au Comité central du PCF, constitue toujours un lieu d’élection pour militants communistes, et fait également fonction de structure dormante pour militants désabusés »
              http://histoire-sociale.univ-paris1.fr/Collo/axel.pdf

              Vous pourriez aussi lire la partie sur Le temps des mémoires... Entre poids du passé et choix du passé...


            • Demiramis 3 octobre 14:16

              @Robert Lavigue
              Il y a de la malveillance à venir ainsi dire la vérité à Chalot...
              il y a longtemps qu’elle ne l’intéresse plus et qu’il se couvre à la place de vertu caritative ....
              Loin du marxisme athée de sa jeunesse.


            • Robert Lavigue Robert Lavigue 3 octobre 14:30

              @Robert Lavigue

              Ou lire par exemple cet article... Toujours d’Axelle Brodiez !
              "Non sans tensions récurrentes entre militants élus et professionnels, détenteurs chacun de légitimités différentes. Dans certaines associations, comme au Secours populaire, le problème est contourné par la présence aux postes salariés stratégiques de militants (souvent communistes), qui permet de concilier les deux logiques. « 
              http://www.laviedesidees.fr/Les-trois-ages-du-conflit.html

              Si d’aventure, vous vous intéressez aux relations de SPF et de la CGT... Toujours d’Axelle Brodiez !
              https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00174303/document

              Si d’aventure vous voulez informer sur les comparaisons avec d’autres structures... Toujours d’Axelle Brodiez !
              Penser les -évolutions du militantisme depuis 1945. Le prisme de la sociohistoire des associations de solidarit-e
              En particulier la partie »Transformations, mais persistance des nébuleuses idéologiques"


            • France Europe République Europa Terra Nostra 3 octobre 13:47

              « Tout ce qui est humain est nôtre », certes, « charité bien ordonnée commence par soi-même » c’est aussi civilisateur. Que vos bénévoles « militants » hébergent roms, migrants et autres joyeux drilles dans leur pavillon plutôt que de les cantonner chez les pauvres « beaufs gaulois » que vous méprisez... En toute « humanité » ?


              • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 4 octobre 01:07

                @Europa Terra Nostra

                A vous lire, je ne crois pas qu’en ce qui vous concerne la charité puisse vous étouffer.

                Ce n’est pas possible, Jean-François Chalot écrit un article chaleureux sur une association caricative
                qui provoque la sympathie chez tous ceux qui la connaissent, ouf on respire un instant à travers toutes les horreurs qu’on lit ou qu’on entend toute la journée, mais il faut que vous la rameniez, les gars de la droite à l’anticommunisme notoire, pour essayer de tout salir. Franchement, je me moque bien du temps qu’il a fallu au Secours populaire pour se libérer éventuellement d’un parti politique pour se mettre au service de la misère. Pour moi, le Secours Populaire, c’est le petit bureau où j’allais chercher des vêtements chauds lorsque je n’avais plus d’argent et c’est toujours cette bande de joyeux marmots qui courent au-devant des vagues d’un océan qu’ils ne connaissent pas.

                Est-ce que cela vous gêne que le Secours Catholique soit encore une association religieuse ? Quand l’argent manque dans une famille, on ne regarde pas qui vous aide autrement que pour lui dire merci. Cette association a aidé ma fille à passer des examens payants dans des écoles privées. A l’époque, il n’y avait que des écoles privées pour préparer l’examen qui permettait d’obtenir le diplôme d’Etat d’éducateur. Le scandale, il était là ! Nous n’étions ni communistes, ni catholiques.


              • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 4 octobre 08:10

                @Danièle Dugelay
                Ce que dit Europa Terra Nostra, c’est que beaucoup d’associations se servent de l’action humanitaire comme paravent d’un militantisme politique financé par les dons des gogos. Et en France, pour çà, on est vraiment les champions.


              • CN46400 CN46400 4 octobre 09:07

                @Gilles Mérivac
                Il suffit d’avoir un peu fréquenté le milieu (SPF, Resto, SCatho) considéré pour savoir que ce n’est pas là qu’on trouve le plus de votants...


              • zygzornifle zygzornifle 3 octobre 15:06

                faut qu’ils aillent manifester devant l’Elysée , prendre d’assaut le Sénat et la chambre des députés pour réveiller ces millionnaires de la politique au lieu de ratisser des pièces jaunes chez les pauvres......


                • Aristide 3 octobre 15:31

                  « Julien Lauprêtre est secrétaire général du Secours Populaire français depuis plus de 50 ans »


                  La présidence à vie, un concept assez démocratique qui démontre assez clairement que le communisme est bien loin .... J’ai essayé de trouver mais je crois que c’est un exemple unique de pouvoir à ce niveau pour une période aussi longue. 

                  C’est vrai que le centralisme démocratique permet de verrouiller facilement ce genre de qualité démocratique en étouffant dés le plus bas niveau, les antennes, toute velléité de changement. 

                  • Robert Lavigue Robert Lavigue 3 octobre 16:49

                    @Aristide

                    Axelle Brodiez (toujours elle... vous savez cette universitaire que Chalot prétend avoir lu très attentivement... Probablement pour éliminer de sa recension tout ce qui ne correspond pas à sa propagande ! Une bonne vieille technique trotskyste qui est moins efficace depuis que la toile permet d’accéder rapidement aux sources numériques)
                    Axelle Brodiez, écrit :
                    Il apparaît finalement que les associations de solidarité étudiées ou approchées sont toutes (et ont toujours été) composées d’un noyau stable de militants, autour duquel gravitent ou plutôt papillonnent plus ou moins assidûment des engagés moins investis et moins stables.
                    Cette conception ’en cercle’ peut aussi être déclinée sur un mode pyramidal, les associations étant portées par des cadres militants fortement investis, tandis qu’à la base se trouvent plutôt des bénévoles distanciés (...) La masse des anonymes laissant par définition peu de traces, alors même qu’elle représente un véritable « tiers état » des engagés.

                    https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00174315/document

                    Désolé pour le jargon historico-sociologique, mais avec Chalot, je préfère un copier/coller du texte original... Ce n’est pas de la pédanterie de la part de l’auteur, dans ses interventions destinées au grand public, elle s’exprime en français ! Là, il s’agit d’un papier destiné à la critique de ses pairs.

                    En langage courant, l’auteur fait une distinction entre les militants et les bénévoles qui n’ont pas les mêmes motivations. Est-il bien nécessaire de préciser qu’elle ne porte aucun jugement de valeur ou moral sur les motivations des uns et des autres ?
                    Voir par exemple 4 portraits de militants du SPF et surtout l’analyse de sociologie de ces organisations :
                    http://www.afsp.msh-paris.fr/archives/congreslyon2005/communications/tr1/brodiez.pdf

                    Avec Chalot, nous avons en permanence une caricature de ce mode de fonctionnement, de pensée, de récupération à des fins politiques et d’occultation.


                  • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 4 octobre 01:20

                    @Robert Lavigue

                     Vous avez sans doute oublié dans ces temps où règnent l’hypocrisie et la corruption, que la politique devrait normalement être conforme à la morale. C’est le cas de l’ami Chalot, mais aussi de bien des militants qui agissent à court terme pour aider les autres et à plus long terme en essayant de les libérer de pouvoirs injustes.


                  • CN46400 CN46400 3 octobre 16:57

                    Julien Lauprêtre n’a plus de responsabilités au PCF depuis 40 ans au moins...exactement comme l’Abbé Pierre n’a jamais été que abbé dans l’Eglise...


                    • Robert Lavigue Robert Lavigue 3 octobre 17:28

                      @CN46400

                      Membre du Comité Central du PCF (jusqu’à la fin des années 90 à ce qui se dit) ce n’est pas une responsabilité ?
                      Je prends note !
                      Typiquement coco-chalot comme posture... Y’a jamais personne de responsable de rien chez eux...

                      (L’abbé Pierre ne siégeait pas à la Conférence des Evêques de France ce qui permet de montrer à quel point votre comparaison est bancale)


                    • Aristide 3 octobre 17:30

                      @CN46400


                      Non pas 40 ans, c’est là en page 4.

                      Plus encore, il refuse désormais tout positionnement partisan pour élargir autant que possible l’assise sociale de l’association. Les résultats spectaculaires rapidement obtenus (redressement des finances, croissance exponentielle du nombre d’adhérents) conduisent le PCF à le promouvoir en 1964 au comité central, où il siègera jusqu’à la fin des années 1990 tout en refusant d’y prendre des responsabilités spécifiques. En 2005, il préside toujours l’association, ne cessant de poursuivre avec succès cette ligne caractérisée par l’ouverture politico-religieuse, l’orientation sociale et le positionnement apolitique.

                      Même si ses actions de « relâchement » des liens avec le PCF étaient évidentes, son appartenance au PCF et son role dans la plus haute instance qu’est le comité central n’est pas non plus sans signification.

                      Il est toujours étonnant que vous souteniez ce fait d’avoir un même dirigeant pendant plus de 50 ans, et surtout que vous essayiez de travestir la réalité de sa présence au PCF. 



                    • CN46400 CN46400 3 octobre 19:11

                      @Aristide
                      Je m’incline, tête baissée, et tout confus, d’avoir avancé une aussi énorme, et grave contre-vérité.....


                    • Robert Lavigue Robert Lavigue 3 octobre 20:11

                      @Aristide

                      Ils étaient quand même bizarres les cocos...

                      En juin 1993, le Comité Central nommait Julien Lauprêtre dans une commission qui avait pour but de rédiger «  un avant-projet de programme du Parti » !
                      Ils devaient ignorer que le type avait coupé les ponts depuis près d’un demi-siècle...
                      http://www.humanite.fr/node/58251


                    • Etbendidon 3 octobre 18:59

                      Qu’est-ce qu’il est moche le logo du SPF
                       smiley


                      • cétacose2 3 octobre 20:30

                        En fait ,pour le Secours Populaire la devise serait plutôt :Tout ce qui est votre est notre...Sinon ? ou bien :Rien pour vous et tout pour les autres....


                        • Henry Canant Henry Canant 3 octobre 23:26

                          Chalot

                          Mon kamarade, mon cousin et mon frère, lorsque tu fais des articles « sociaux » pour enfumer la populace, essaie de le travailler pour éviter qu’un Robert Lavigue le dissipe.
                          Maintenant ton article pour le bâchage des femmes et l’application de la charia laïque immédiate est repoussé à plusieurs semaines.
                          Que de temps perdu ....


                          • Henry Canant Henry Canant 4 octobre 02:01

                            Chalot, 

                            Tu t’y prends maladroitement pour le grand remplacement, faut avancer un peu plus subtilement. Courage, dans une décennie notre pays sera une un émirat islamique laïque .

                            • soi même 5 octobre 00:54

                              Il serrait temps que notre cher Chalot prenne la mesure du minestrone qu’est cette gauche caviar.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès