Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le Sénat repasse à droite : quelle affaire ?

Le Sénat repasse à droite : quelle affaire ?

Depuis que François Hollande est au pouvoir, il n’a eu cesse de chercher à plaire au MEDEF.

Et de donner des gages à l’Union Européenne, devenant un grand serviteur, loyal du libéralisme.

L’histoire le rangera dans le même placard que Guy Mollet.

La gauche avait tout, la majorité à l’Assemblée Nationale, la majorité au Sénat pour la première fois de son histoire, la quasi-totalité des régions et une majorité de départements.

Le Sénat est perdu, de nombreux conseils généraux passeront à droite en 2015.

Les navettes entre l’Assemblée Nationale et le Sénat vont augmenter, la commission mixte se réunira plus souvent et les négociations de couloirs vont reprendre.

Le gouvernement qui mène une politique d’austérité et de liquidation de nombreux acquis n’aura pas trop d’ennuis institutionnels.

Le problème qu’il a c’est sa base sociale qui s’effrite.

Même les élus locaux renâclent avec cette réforme territoriale qui conduit le président à abandonner le triptyque républicain : l’Etat, les conseils généraux et les communes par le triptyque libéral :

L’Union Européenne, la banque centrale, les grandes régions.

Dans tous les départements, les appels d’élus se multiplient contre les regroupements imposés de communes, contre la suppression de départements ou des départements et la mise en œuvre du projet de grandes régions plus ou moins autonomes.

Evidemment il y a et il y aura des négociations : le parti radical de gauche, seul parti en dehors du PS à soutenir le pouvoir en place a réussi à obtenir le maintien de départements.

On parle de quelques dizaines.

Comme sous la quatrième République, ça négocie dans les couloirs.

Et le peuple dans tout cela ?

Il en a assez, il s’abstient massivement, il désespère mais la colère commence à monter.

Que sera fait demain ?

Pour l’instant, dans le champ de l’accès aux soins pour tous, dans celui du droit au logement, ce sont des collectifs qui multiplient les initiatives qui reçoivent le soutien de la population.

D’habitude sur les marchés, les passants de milieux modestes ne prennent pas les tracts, ne les lisent pas….Samedi matin le tract de la CGT en défense des retraites, contre la multiplication des dépassements d’honoraires a été lu, repris et la pétition a été massivement signée à Melun.

Ces questions- là sont essentielles pour tout un chacun.

Que sera fait demain ? Je ne le sais pas, mais comme d’autres militants impliqués dans le mouvement social, je peux témoigner qu’il y a de l’écoeurement, de la colère…..

Tout ceci ne s’exprime pas encore avec force mais il faudrait que le pouvoir se méfie de « l’eau qui dort ».

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  4.17/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • eric 29 septembre 2014 09:21

    Assez d’accord. 


    Et comme l’ensemble des forces de gauche : à participé aux primaires guignol, a appelé à voter Hollande, et que compte tenu de sa courte victoire, il aurait suffit que la moindre composante des gauches de gauches ne soit pas complice de cette élection, il est logique que cette colère ne leur profite nullement.

    Elles se sont décrédibilisée en limitant leur discours politique à celui du PS : TSS.

    Elles continuent en tenant le même discours et en l’élargissant à leurs complices socialistes. Tous sauf Sarko, Tous sauf le PS, sans oublier le Tous sauf le FN et le tous sauf les centristes.

    Des forces politiques dont le discours est en gros « tous sauf nous », quand elles ne représentent pas 10% de l’électorat, sont en gros inutiles.


    • oncle archibald 29 septembre 2014 12:43

      Ah que c’est vrai ! Melanchon ne représente plus personne depuis que ceux qui avaient confiance en lui ont vu qu’il n’était qu’un supplétif du PS. L’extreme gauche n’a jamais représenté ^plus que 3 ou 4 % même si elle a cristallisé sur ses candidats les mécontentements d’un instant ce qui a artificiellement fait monter son score. 


      Idem pour l’extreme droite, malgré les scores flatteurs de Marine le Pen et de ses potes. Feu de paille et surtout absence de projet crédible. Deux sénateurs élus dans des scrutins à la proportionnelle. La belle affaire ! Pour gouverner la France il faut être capable de faire de vrais alliances, sur un vrai programme. Hollande en sait quelque chose : il est dans l’impossibilité de gouverner, ayant cru qu’il suffisait d’être élu, ayant cru que tous ses électeurs allaient s’accommoder de l’alliance de la carpe et du lapin.

      Les élections « contre » depuis trop longtemps masquent la réalité du corps électoral artificiellement scindé en deux blocs. 80% des Français souhaitent la même chose mais ne trouvent personne pour les représenter. C’est ça la cata !

    • diogène diogène 29 septembre 2014 09:37

      «  Tout ceci ne s’exprime pas encore avec force mais il faudrait que le pouvoir se méfie de « l’eau qui dort ». »


      L’eau dort depuis trop longtemps.
      La source est tarie.
      L’eau est croupie : plus de courant pour l’oxygéner !
      Et bientôt l’hiver !
      L’eau va geler.

      Au mieux, au printemps,
      le redoux provoquera des ruissellements 
      qui s’infiltreront,
      ou s’évaporeront.

      • Daniel Roux Daniel Roux 29 septembre 2014 10:15

        Dans la réalité, ce n’est pas le peuple qui décide de la politique de la nation. Une étude US a montré que les seuls a influé sur les décisions politiques sont les membres de la classe dominante. C’est la même chose en France.

        Nous pouvons tous constaté que Hollande et le PS se sont fait élire en réaction contre la politique ruineuse de Sarkozy et de l’UMP. Hollande s’était engagé à lutter contre la finance et à modifier la constitution pour restreindre le pouvoir exorbitant du Président. Il a menti et mène la même politique que son prédécesseur, la corruption et la la gabegie en moins.

        « L’élite » considère le peuple comme du bétail, qu’il soit mugissant ou silencieux, innofensif au fond, tant qu’il ne renverse pas les barrières. Une règle non écrite veut que ce soit les partis qui propose une orientation politique et les engagements à travers un programme. Ensuite, les électeurs adhèrent à tel ou tel programme qui n’engagent personne, mais permettent de compter ses troupes.

        Le seul décide et qui décide seul, c’est le Président. Bien entendu, il entend les conseils des uns et des autres, de ses amis, entourage et visiteurs du soir. Les gens comme vous et moi n’existent pas sauf quand ils du bruit ou la grève comme en 1968.

        Les plus pauvres sont tétanisés et la classe moyenne est lâche. Victime de l’individualisation forcenée promue par l’idéologie libérale, elle fait le gros dos et espère s’en sortir en refusant de voir la misère progresser comme d’autres avant eux refusaient de voir les lépreux quitte à les rejeter hors de leur vue, à leur attribuer tous les malheurs.

        Dans ces conditions, il est peu probable que quoi que ce soit change. Il est étonnant que les victimes de cette politique libérale continuent à voter pour les partis dominants. Les raisons de cette confiance aveugle mériteraient d’être étudiées.

        Toute proportion gardée, la façon dont le Hamas et les Frères musulmans ont conquis le pouvoir dans les urnes pourraient servir d’exemple. Ils ont su utiliser leurs actions sociales pour devenir une force politique et parvenir au pouvoir.

        Cela a, hélas, provoqué une réaction meurtrière de l’oligarchie criminelle mais c’est une autre histoire.


        • diogène diogène 29 septembre 2014 11:31

          « Chez un individu, le syndrome du larbin est un comportement pathologique visant à prendre systématiquement la défense des classes les plus favorisées au détriment de celles dont il est issu. Ce syndrome diminue les capacités d’analyse du larbin et se traduit par un blocage psychologique l’incitant à agir préférentiellement contre ses propres intérêts au profit de ceux qui l’exploitent. »


          La suite :


        • Daniel Roux Daniel Roux 29 septembre 2014 15:13

          @ Diogène

          Ce constat s’applique tout particulièrement à nos élites fascinés par le modèle destructeurs anglo-saxons.

          Ils ont été jusqu’à imposés l’anglo-americain dans l’enseignement supérieur et les grandes entreprises. Il est devenu impossible de décrocher un diplôme scientifique si l’on refuse la langue des maîtres.


        • Gabriel Gabriel 29 septembre 2014 10:26

          Le sénat c’est l’académie politique des inutiles, le placard doré de la république des anciens nuisibles à recaser. Cette verrue constitutionnelle coûte une petite fortune aux citoyens et la seule démocratie qui s’y applique se situe au niveau du restaurant 3 étoiles, dans le choix des menus, où ce troupeau de diabétiques bouffis de cholestérol vient s’empiffrer chaque midi.


          • DOMMANGET 29 septembre 2014 10:32

            d’accord avec Gabriel


            • cevennevive cevennevive 29 septembre 2014 11:07

              Pffff !


              Qu’ils soient à droite ou à gauche, la plupart des sénateurs sont des « ambidextres psychologiques ».

              Ils sont parfaitement inutiles à la nation et se servent indifféremment dans les poches droites ou dans les poches gauches, agrippant leurs privilèges indifféremment de la main droite, ou de la main gauche.

              Calculez les économies que nous ferions si le Sénat n’existait plus...


              • Robert Lavigue Robert Lavigue 29 septembre 2014 11:25

                D’habitude sur les marchés, les passants de milieux modestes ne prennent pas les tracts, ne les lisent pas….

                Normal, camarade Chalot... Vous savez... Des illettrés, des sans-dents, etc...


                • Garance 29 septembre 2014 11:40

                  Chalot 


                  Signer une pétition venant de la CGT c’est signer un acte de reconnaissance pour ceux qui ont participé à ce que la situation soit telle qu’elle est

                  « Camarades.... !!!!!! votez en masse pour le camarade Hollande » 

                  Ce fut diffusé partout dans tous les médias ; bien que ce soit illicite

                  Maintenant faire signer une pétition contre celui duquel l’on a participer à ce qu’il nous foutes dans la mouise n’est pas un des moindres des paradoxes de la CGT

                  Je ne sais pas pourquoi ; mais quand je croise des nervis de la CGT sur les marchés ; ils ne me donnent pas de tracts : mon regard suffit

                  C’est la seule intelligence que je leur accorde



                  • diogène diogène 29 septembre 2014 13:05

                    Il faut dire que, pour écrire :


                    «  Maintenant faire signer une pétition contre celui duquel l’on a participer à ce qu’il nous foutes dans la mouise »

                    Il faut aussi être sacrément intelligent, et surtout bien maîtriser sa langue maternelle, peut-être la seule utilisée en l’occurence.

                  • Garance 29 septembre 2014 16:06

                    Excusez-moi Mr Diogène si j’écris mal le françois


                    Mais mes tournures de phrases sont le résultat d’un enseignement qui m’a été donné par un corps enseignant socialisé à outrance

                    Malheureusement ma résistance de tout les instants à cet enseignement socialiste m’a laissé quelques séquelles , notamment cette lacune 

                    Par contre , bien que vous me trouvez si peu intelligent , il se trouve que de vive voix je n’aurais aucun mal à vous dire , dans ma langue maternelle, que je vous emmerde

                    Mr Diogène ; en espérant avoir été assez explicite , recevez par écrit la confirmation du fait que je vous emmerde puisque jamais je ne pourrais le faire de vive voix :

                    Je ne fréquente pas les cons

                  • diogène diogène 29 septembre 2014 16:47

                    T’énerve pas !

                    Tu peux toujours aller aux cours du soir dans une école catho !

                  • sleeping-zombie 29 septembre 2014 14:13

                    Hello,

                    Répéter un mensonge un million de fois n’en fait pas une vérité (enfin, un million et une fois, puisqu’ici aussi...), et les faits sont têtus : le PS n’est pas de gauche, et c’est de plus en plus difficile de le cacher.
                    Alors, face à ça, il y a la résignation par le cynisme, le désespoir... et la colère que tu décris.

                    Maintenant, une petite question bien bébête : c’est le parti qui fais les élus, ou les élus qui font le parti ?


                    • jege117 29 septembre 2014 14:22

                      Bien évidemment comme d’habitude ce n’est que de la faute de François Hollande, bien sûr les médias s’extasient sur un revenant qui n’était pas parti loin( Mr Bismuth) . Aucun média ne le rend responsable de rien, au contraire en ce moment j’en suis à me demander si les français ne préfèrent pas les hommes cités dans plusieurs affaires, qui, bizarrement, mettent un temps infini pour passer en jugement.

                      Et puis, quoi, enfin le PS aujourd’hui n’est plus majoritaire au Sénat, et Alors ! Quand je vois Bernadette se gausser des deux vestes du PS en Correze ( sur une chaîne publique) j’ai le sentiment que nous sommes partis vers le bas d’une pente politique qui sera dure à remonter.

                      • zygzornifle zygzornifle 30 septembre 2014 11:57

                        Sénat= Sénatorium ......

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès