Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le socialisme s’habille en Prada

Le socialisme s’habille en Prada

Personne n’en doutait… ! Laurette Onkelinx n’est pas une tête pensante du PS, mais tout doute est tombé en même temps avec les vêtements dont l’ancienne ministre socialiste s’est joyeusement, sinon avec grâce, dépouillée pour le magazine Elle.

Certes, la libération de la femme est un combat auquel la gauche se dit attachée et cette libération implique le droit de se déshabiller quand elle veut. Y compris dans les pages d’une publication féminine qui nous illustre ici les vraies priorités d’une certaine gauche : les tendances de la mode et du dernier rouge à lèvres en vogue pour l’hiver 2014-2015.

Laurette marche dans les pas de plein d’autres hommes et femmes politiques, bien plus célèbres qu’elle (hélas), qui ont franchi la frontière tellement fragile entre vie publique et vie privée. Les mêmes qui font semblant de s’indigner quand les tabloïds nous livrent leurs photos secrètes, que par ailleurs cette pseudo-élite politique n’hésite pas à en faire son fond de commerce, sans aucune retenue. Bien sur, Laurette ne restera pas dans l’histoire de la Belgique pour ses faits ministériels, mais au moins se rappellera-t-on d’elle avec compassion comme « la fille de la page 3″… !

Ce que la leader socialiste a du mal à comprendre, c’est le timing désastreux de sa sortie dans Elle. Une semaine à peine avant son shooting glamour, Laurette frisait en effet l’hystérie pathétique au Parlement, pour nous parler des drames sociaux qui menacent le pays, les bataillons de capitalistes qui nous guettent, maintenant que le PS est sorti du gouvernement fédéral, après un quart de siècle de pouvoir non-partagé.
L’épouvantail du « bain de sang social » (sic !), que le PS n’hésite pas à agiter, n’était pas encore rangé sous l’arbre de Noël, quand Mrs Onkelinx soudainement change de discours (encore que ce serait une nouveauté !), pour nous raconter à quel point la vie est belle et réjouissante pour elle. Au point d’être à l’aise nue devant les caméras.Le pays souffre mais Laurette est épanouie : voilà le nouveau message.. ! une telle attitude démontre ainsi à quel point l’ancienne ministre est loin des préoccupations du peuple que pourtant son parti invoque régulièrement d’une voix presque mystique.

Les politiques veulent montrer qu’ils sont « comme nous » (comme si c’était ce que les citoyens leur demandaient en priorité !), ils se mettent donc en scène pour nous le prouver. Les voitures brûlent sur le parvis bruxellois, les grévistes prennent le pays en otage, mais la vie est belle pour Laurette et son parti qui alimente le scandale. Les préoccupations quotidiennes sont d’une autre nature. Certes, se montrer sous son meilleur angle lors du shooting n’est pas du même registre que survivre au quotidien avec le chômage ou le saut d’index.

La décision de Laurette de poser quasi nue c’est un choix personnel mais qui prouve sans difficulté l’immense écart entre le discours du Parti Socialiste sur la situation du pays et le train de vie des leaders de ce parti, ainsi que l’opportunisme de leurs interventions devant les caméras. Hystérique à la Chambre contre le gouvernement (opposition oblige), épanouie et heureuse dans les pages d’Elle. Tant pis si quelques dizaines de milliers de personnes déstabilisent le pays et font involontairement le jeu des séparatistes flamands comme la NVA qui affirment que la Belgique est ingérable.

Le PS, tout comme le PTB, agitent par calcul politique la rue, via la FGTB notamment, mais en même temps ses chefs décrédibilisent leur discours, comme Laurette. Ou plus précisement, montrent que l’insurrection contre le gouvernement est simple opportunisme politique, d’un parti qui a du mal à respecter le résultat des élections et donc l’opinion publique. Bon, on comprend pour le PTB, dans les pays qui leur servent de modèle politique, les élections sont rarement organisées et l’on connaît d’avance les résultats. Les pauvres, ils ont du mal à comprendre ce que l’expression volonté du peuple veut dire, même si c’est justement sur ce syntagme qu’ils comptent faire carrière.

Le PS et le PTB nous apprennent qu’au-delà du discours idéologique, dépourvu de tout réalisme, mais qui se veut populaire, forcement populaire, la Révolution est en route. L’on parlera à une autre occasion des costumes à milliers d’euros d’Elio di Rupo ou les voyages en première classe du porte-parole du parti qui se prétend pourtant près des ouvriers, vous l’avez deviné, c’est de Raoul Hedebouw qu’on parle.

La désacralisation politique peut s’avérer un phénomène positif, s’il est accompagné d’une proximité constructive avec le citoyen lambda. Par contre, se montrer nue comme une starlette, juste pour attirer encore l’attention sur elle – à défaut de convaincre par son action politique – illustre l’incapacité chronique de produire autre chose que de la banale téléréalité. Une question existentielle se pose : Laurette est-elle la Nabilla du Parti socialiste belge ? Laurette n’est pas au premier coup d’essai de peoplesiation. Rappellons qu’elle nous déjà citait le 1er Mai 2013 (Fête du Travail pour certains, tiens) le fameux « Allô quoi ». Fini les citations de Jaurès dans les discours socialistes, désormais place à la diva du shampooing. Esperons pour Laurette que les tentatives d’imiter Nabila vont s’arrêter là, vu que cette dernière croupit actuellement en prison, inculpée pour tentative de meutre. Or, à ce jour, à part le bon sens politique, Laurette n’a rien assassiné.

Admettons, l’on n’aura pas la cruauté de faire remarquer au PS l’ironie de la situation : les anticapitalistes farouches qu’ils se déclarent font du pur marketing politique.

Cette hypocrisie idéologique est presque aussi hilaire que celle du PTB, anticapitaliste qui fait de la publicité sur les réseaux sociaux avec l’argent de la dotation parlementaire. Encore une peu, l’on nous dira demain que le même Raoul Hedebouw est devenu trader à Wall Street, ce serait du même registre. C’est bien de rêver de la révolution sociale, le plus difficile c’est de se réveiller et la mettre en application, autrement que par des discours sculptés en langue de bois qui ne font pas illusion.

Dans l’incapacité de s’affirmer comme femme politique, Laurette essaie désespérément de s’affirmer comme femme tout court, qui assume plus facilement son corps que son discours politique. Laurette n’a pas su utiliser l’occasion présentée par le magazin Elle, pour transmettre un message politique intelligent féminisé. Au contraire, l’on peut lire avec stupeur que le souvenir qu’elle met en avant, de sa période ministérielle, c’est la fête surprise pour ses 40 ans. Désormais, le socialisme s’habille en Prada.

Malheureusement pour elle, en dehors de cette insoutenable légèreté, le shooting renvoie également une image stéréotypée de la femme. Celle de devoir se déshabiller pour attirer encore l’attention sur elle. Elle ne décrédibilise pas seulement le discours social du Parti Socialiste belge, mais aussi le discours féministe de la gauche radicale comme le PTB. En totale contradiction avec ce discours, la gauche reproduit les mêmes scénarios sexistes. Elle n’est certes pas la seule. Déjà en campagne électorale, le PTB, parti éminemment masculin, qui peine à attirer des femmes, mettait en avant l’image d’une starlette blonde, épanouie elle aussi, comme Laurette, mais par la lessive.

Comme le FN français, le PTB stalinien préfère les blondes sans toutefois leur attribuer le même rôle (le FN serait-il plus féministe que le PTB ?) pour sa campagne de pub pour la taxe des millionnaires. L’on ne s’étonnera plus que le taux de représentativité féminine est particulièrement bas à l’extrême gauche, tout comme à l’extrême droite. Les deux extrêmes réduisent la femme à l’image de la ménagère fée du logis ou la pinup qui se déshabille. Seulement que le rôle de la pinup dénudée est joué dans le cas présent par une ancienne ministre, en charge, entre autres, de l’Intégration sociale, de la Santé publique et de l’Environnement, voir vice-Première ministre et ministre fédérale de l’Emploi et de… l’Égalité des chances. Si cela n’est pas de l’humour involontaire….

N’accablons pas la nouvelle starlette, de grâce. Vu que sa carrière politique approche la fin tant attendue, présentons-lui tous nos voeux de succès dans sa nouvelle carrière en fredonnant cette vieille chanson de Michel Delpech, « C’était bien chez Laurette ».. !

La nostalgie, camarades : c’est tout ce qui vous reste !


Moyenne des avis sur cet article :  2.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 29 novembre 2014 08:47

    le socialisme et autres politiques en Prada et les autres en guenilles .......


    • Robert GIL Robert GIL 29 novembre 2014 14:07

      par quel que soit le gouvernement ,il y a un truc qui ne change pas ...
      .
      voir : LES STOCK-OPTIONS : ou les rémunérations exorbitantes des grands patrons !
      .
      Bon c’est vrai que le PS n’est pas de gauche et soigne la meme clientele que l’UMP et bientot le FN ... si les gens pensaient tout changerait, mais ce n’est pas pour demain !


      • asterix asterix 2 décembre 2014 18:01

        Bonjour Robert,

        Votre PS à vous est cent fois moins pire que le nôtre qui est resté au pouvoir quasi sans interruption depuis les années 50.
        Pas une semaine avant qu’un de ses « éminents » ne soit inquiété par la Justice.
        C’est devenu, je mâche mes mots, une annexe de la Pieuvre. Avec 30% des voix et notre système, pourtant plus démocratique que le vôtre le rend incontournable. C’est grave, docteur !
        Même les syndicats commencent à s’en démarquer, c’est dire !
        Sa caractéristique ? La trahison !!! De la francophonie belge, du monde ouvrier.
        Du clientélisme à tout va. Rien, mais rien d’autre.
        Gauche ou droite même combat : le pouvoir corrompt.


      • lisca lisca 29 novembre 2014 15:18

        Ils sont fous ces socialistes.
        Non mais timbrés. smiley


        • asterix asterix 29 novembre 2014 19:19

          Son ex-mari, membre d’un Cabinet PS mêlé à un sombre trafic de drogue
          Son nouveau mari avocat qui cumule la défense de quasi toutes les affaires administratives où la partie PS de l’Etat est engagée en tant que défendeur
          Habite une villa cossue dans la Mairie la plus riche de Belgique, traitement à l’avenant.
          Nommée PAR ACCLAMATION tout récemment Présidente de la Régionale bruxelloise du PS, ville où elle ne réside même pas 
          La voix des pauvres et des travailleurs, du renouveau...
          DE QUI SE FOUT LE PS ?
          Rien d’autre à dire. J’en ai la nausée du PS francophone belge


          • L'enfoiré L’enfoiré 2 décembre 2014 15:42

            Comme la fin du billet, c’était bien. La chanson de Delpèche caractérise très bien le personnage qui a un sourire piqué sur les joues.

            Elle est tombée un jour dans la politique, pour ne plus en sortir qu’après une vingtaine d’années.
            Difficile à digérer de se retrouver dans l’opposition. Alors comme dit Bruno Coppens, elle est devenu la Che qui Va gare_à... 
            Son nouveau mari, Marc Uytendaele, car si le passé avait de la drogue sous le manteau, est appelé Monsieur Onckelinks. 
            Un avocat qui sait choisir ses clients en fonctions de ce qu’ils ont comme potentiel en poche ou du tremplin médiatique que les affaires peuvent lui rapporter.
            Avocat de Martine Doutrewe, juge chargée d’instruire la disparition de Julie et Melissa dans le cadre de l’Affaire Dutroux, d’Elio Di Rupo, de Guy Spitaels, d’Olivier Pirson, Marcel Abran...
            C’est un peu, un Vergès français. 

          • joletaxi 29 novembre 2014 19:57

            d’un autre côté, quand on a sa tronche, je trouve ça courageux, voire intrépide.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Malika NN


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès