Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le SPP, un faux syndicat pour une vraie cause

Le SPP, un faux syndicat pour une vraie cause

Sortie de nulle part ou presque, une nouvelle organisation vient de voir le jour. Sa particularité ? Être une parodie des syndicats les plus frileux. Sa principale revendication ? La "non reconduction immédiate" de la grève générale du 19 mars prochain, et "de façon illimitée" (bien entendu). Son nom, le Syndicat Pouet-Pouet (SPP). Explications :

Syndicat Pouet-Pouet

Au premier abord, c’est une simple blague, un site humoristique qui se moque gentiment des syndicats traditionnels. Mais à mieux y regarder, ce syndicat imaginaire est une démarche bien plus réfléchie, qui souhaite faire passer un message. Voici comment ses rédacteurs se définissent :

"Nous sommes des citoyens, encartés ou non dans des associations, syndicats et partis politiques. Certains participent au Comité de Résistance Citoyenne ou au Conseil national de la Résistance. Nous avons des expériences multiples, des milieux sociaux différents et des âges divers… Notre point commun est de ne jamais baisser les bras. Ça tombe bien, puisque paraît-il, le printemps “sera chaud”."
Lire le passage en intégralité ici.

Il y a du second degré à toutes les pages, les rédacteurs savent manier l’ironie. Bernard Thibault et François Chérèque en font les frais, mais l’humeur reste bon enfant. On y apprend davantage dans la page consacrée au projet :

"Nous sommes partisans de la “conviction par l’absurde”. [...] Le Syndicat Pouet-Pouet, sorti de l’imaginaire de manifestants réfléchissant sur les perspectives de poursuivre la lutte contre la politique du gouverne-ment-sarkozy, est destiné à rassembler tous ceux qui sont prêts à se battre en donnant un grand coup de pied aux fesses de la “bande des huit”. Nous sommes convaincus que bon nombre des manifestants sont prêts à reconduire la grève, comme nos amis d’outre-mer, en Guadeloupe, Martinique, Réunion ou Guyane, sans compter les universitaires."
Lire le passage en intégralité ici.

Le projet est d’organiser des défilés, "dans l’esprit des fausses manifs de droite", Logo Syndicat Pouet-Pouetlors de chaque manifestation du 19 mars, pour demander la "non reconduction immédiate de la grève générale". Le but est de toucher l’opinion, à commencer par les manifestants, pour introduire la question de la reconduction de la grève dans le débat public. Les organisateurs ne s’interdisent rien, comme ils l’écrivent "[ils ne] savent pas encore quelle dimension va prendre cette initiative". Il y a fort à parier que le contexte actuel de crise dans les Antilles et dans les universités leur sera un bon tremplin.

Les internautes sont invités à se mobiliser pour faire prendre la mayonnaise ; en faisant suivre le message, en apportant du matériel, en contactant la presse. Ils peuvent même adhérer (pour de vrai) pour rejoindre le groupe d’organisation. L’accent est mis sur la participation de toutes et tous, dans l’esprit du "tous ensemble". Il est possible de devenir rédacteur du blog, administrateur du groupe facebook et bientôt organisateur de l’événement dans sa ville. Après quelques jours d’existence, certains blogueurs apportent déjà leur contribution, à commencer par Kprodukt, Les 17 millions et Place Assise Non numérotée.

A priori, les grandes centrales syndicales n’ont rien à craindre de cet OVNI. Mais elles feraient bien de se pencher sur ses revendications, ou plutôt son unique souhait, s’offrir les moyens de dépasser les journées de mobilisation tous les 2 mois, pour établir un réel rapport de force entre une population très en colère et son gouvernement totalement dépassé.

L’humour sera-t-il ravageur ? C’est ce que nous saurons dans les jours qui viennent...


Moyenne des avis sur cet article :  4.25/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Plum’ 23 février 2009 17:31

    Tiens donc, il semble qu’il y ait de plus en plus de gens qui soient conscients que ces grêves générales d’un jour ne sont que des pshitt de cocotte minute pour diminuer la pression et laisser continuer les choses...

    Je ne sais pas si ce traitement par l’humour aura quelque efficience, mais la prise de conscience d’une sorte de manipulation consistant à canaliser les mécontentements dans des grèves bienséantes devrait se généraliser. Il faut sortir des filets du médiatiquement convenable... Les Guadeloupéens montrent l’exemple...


    • Romain Desbois 23 février 2009 22:16

      Je crois que l’humour est très subversif. Le collectif jeudi noir qui va faire la fête dans les apparts loués très chers font aussi usage d’humour.

      il existe aussi une toute nouvelle organisation la brigade des sifflets


    • Perez Romuald 24 février 2009 15:28
      Une initiative intéressante.

      La contestation semble être la chasse gardée des syndicats ou du moins c’est ce que l’on veut bien nous faire croire. Par le "on" j’entends les médias mais aussi les syndicats eux mêmes. Quelle aubaine pour ces derniers de garder le monopole de la contestation et de la défense des travailleurs.

      Je comprends bien que pour que la contestation se fasse entendre il faut un brin d’organisation et de gestion.
      Mais, au vu de la prestation et des résultats des dirigeants des principaux syndicats, le mécontentement (dont la forte majorité des personnes n’est pas syndiquée) semble s’exprimer de plus en plus via ce type d’approche (site web, forum, groupe de discussion …).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès