Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le Terrorisme administratif

Le Terrorisme administratif

Un Etat en faillite, un chômage record, un commerce extérieur en déficit chronique..., il doit y avoir une raison, non ?

Tous n'en meurent pas, mais tous en sont frappés ! Le terrorisme administratif s'est diffusé dans toute la société et personne peut prétendre y échapper. Ajouter des règles aux règles, des institutions aux institutions, multiplier les agences de ceci et cela, les conseils supérieurs, les observatoires, les commissions, bureaux, &c. exige beaucoup de savoir et de temps, et des gens compétents en ont fait leur fonds de commerce. C'est rémunérateur, gratifiant, et aucune sanction ne saurait être requise contre celui qui fait une faute. D'ailleurs comment dire qu'il y a faute ? Il serait bien outrecuidant celui qui, n'écoutant que sa raison, se lèverait et dirait à ses concitoyens « n'écoutez pas cet imposteur ! », en désignant tel ou tel technocrate ou politique. Le Prince qui gouverne les protège : ne tire-t-il pas une partie de son pouvoir de la complexité des lois et des règlements en tous genres ! Le citoyen n'y comprend rien, c'est bon pour le pouvoir.

Le Principe de précaution est venu sanctifier cette chape administrative. Le législateur entend désormais devoir juger de tout, de toute action, de tout projet au nom des risques possibles qui pourraient en résulter pour des tiers. Il est interdit de faire... à moins d'avoir une dérogation, tel est le principe qui désormais prévaut.

Et l'Union européenne a accéléré le processus en rajoutant son usine à gaz institutionnelle et sa production boulimique de lois, règlements, contrôles &c., et autres gracieusetés. Pour un avocat, saisir la Cour de justice européenne est du dernier chic.

Cela conduit à l'inaction, à la paralysie économique en dissuadant l'entrepreneur d'entreprendre. D'autant que ce fouillis administratif permet de multiplier les recours ; un exemple : le Rapporteur public du Tribunal administratif de Poitiers, saisi par deux requêtes de l'Association Vienne Nature et de la propriétaire d'un terrain, conclut le 12 avril 2013 que le PLU du Grand Poitiers approuvé le 1 avril 2011 devra être revoté... car il y a un vice de forme : les élus n'auraient pas reçu, lors du vote, une note de synthèse explicative, nécessaire dit la règle, pour un dossier d'une telle importance. On reste sans voix devant une telle rigueur administrative ! Deux ans pour ça ! L'avocat du Grand Poitiers va plaider &c., &c. (in La Nouvelle République du 12 avril 2013). Quand on sait que 95% des recours sont rejetés (après parfois des années de plaidoiries !) n'est-il pas tentant de penser que le Rapporteur public aurait pu se dispenser de donner suite à ces requêtes qui relèvent soit du principe du NIMBY (not in my back yard), soit d'une idéologie naturaliste prônée par quelques illuminés qui sont la réincarnation des hippies post soixantehuitards du peace and love : mais l'arsenal des textes à sa disposition – qui relève du même terrorisme administratif – est bien tentant pour jouer les Cassandre, les défenseurs des petits, voire de l'anti-capitalisme gauche-gauche, d'autant qu'aucune sanction n'est encourue par les requérants qui peuvent ainsi retarder de cinq à dix ans ou plus des projets d'intérêt public, dont ils sont par ailleurs les bénéficiaires

Le bien public n'est pas la somme des intérêts particuliers, ce que semblent ignorer des fonctionnaires zélés appliquant des textes qui n'y répondent plus.

On est par ailleurs en droit de se demander si le motif invoqué dans cette affaire est fondé, car il n'est pas dit dans la Constitution que les élus doivent êtres compétents ou informés sur un sujet, pour voter ! Le privilège de l'élu n'est-il pas de voter selon ses sentiments plutôt que sa raison ?

Cet imbroglio administratif s'oppose, comme peuvent le faire des sables mouvant à la marche d'un homme tendu vers un but, à toute réalisation concrète. Le législateur au lieu de conduire l'homme d'action multiplie les pièges pour le faire tomber. Chaque étape porte en elle le recours qui stoppera l'action. Si l'on se risque à une analyse systémique on doit admettre cette complexité administrative détourne le processus de ces buts, ne serait-ce qu'en le rendant illisible et donc ingérable.

Des sommes d'argent importantes, des heures de techniciens, d'économistes, d'élus, d'avocats, de dirigeants, de fonctionnaires, sont affectées aux moindre projet du seul fait de cette complexité administrative.

Tout cela contribue à diluer les bonnes volontés au service du Bien public, favorise les combines et les passe-droits. Disons enfin que ce Terrorisme administratif contribue de façon significative à l'augmentation du chômage. Il faut dix ans pour faire une Tour à la Défense : 8 ans pour le travail administratif et 2 ans pour la construction.

L'Administration en France, c'est Le Château de Kafka ; Père Ubu a une nombreuse descendance !


Moyenne des avis sur cet article :  3.27/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • voxagora voxagora 16 avril 2013 11:04

    Il vaut mieux être un administratif qu’un administré !

    .

    • credohumanisme credohumanisme 16 avril 2013 13:02

      Un exemple (réel bien sûr) pour le plaisir :

      Un local qui doit être transformé en une douzaine d’appartement à loyers modérés.
      Un texte de loi sur les risques sismiques
      Abandon du projet car le coût de mise aux normes pour un bâtiment ancien est prohibitif.

      Il faut savoir que le Poitou est une zone extrêmement dangereuse du point de vue sismique. Certains historiens s’accordent à penser qu’il y aurait eu un 1627 une chute de tuile ayant manqué de peu un chat qui passait par là.

      Principe de précaution ...


      • taktak 17 avril 2013 10:59

        c’est sûr que prévoir des dispositions permettant une construction anti-sismique c’est mal. Tant qu’il n’y a pas de séisme, le cout est toujours prohibitif.

        Vous devez être un sismologue expert pour vous prononcez sur la sismicité du poitou !
        Je ne vous connais pas, mais tel qu’il est tourné, votre commentaire relève de l’expert en tout que l’on peut trouver à tout les comptoirs des cafés des sports.

        Sur ce suje,t il faut rappeler qu’il y a eu une carte de zonage sismique qui a été adoptée après un long débat en 2010. On peut certes interroger la pertinence de ce zonage qui conduit à des valeurs d’accélération qui peuvent sembler parfois élevées. Le lobby des ingénieristes privés n’y est sans doute pas pour rien. Ce n’est pas tant la complexité de la réglementation qu’il faut interroger mais sa pertinence.

        A l’heure ou l’état détruit sa capacité d’ingéniérie et de production technique indépendante, il n’est pas illogique de voir se mettre en place dans la plus pure vaine libérale la prolifération d’une réglementation extrémement précise permettant de réduire la place de l’état au profit des lobbys représentant les intérêts privés.


      • Ruut Ruut 16 avril 2013 16:06

        Pourquoi ne pas supprimer toutes les lois et en faire simplement moins de 100 simples et basiques connues de tous.


        • auguste auguste 18 avril 2013 16:51

          @ Ruut

          « Pourquoi ne pas supprimer toutes les lois et en faire simplement moins de 100 simples et basiques connues de tous. »

          Environ 70 lois serait suffisant.
          Malheureusement, notre arsenal législatif comprend déjà plus de 70 codes, allant du code de l’action sociale et des familles au code de la voirie routière, qui régissent notre quotidien.

          Dès lors, toute réforme de simplification devient une utopie, sachant que certains articles du code civil n’ont pas évolué depuis...1804 !!!

          Exemple :
          code civil
          Article 696
          Créé par Loi 1804-01-31 promulguée le 10 février 1804

          "Quand on établit une servitude, on est censé accorder tout ce qui est nécessaire pour en user.

          Ainsi la servitude de puiser l’eau à la fontaine d’autrui emporte nécessairement le droit de passage."

          Vous devez maintenant comprendre l’ampleur de la tâche.



        • Franckledrapeaurouge Franckledrapeaurouge 16 avril 2013 23:06

          Bonsoir Mr Cursoux,


          Vous ne pouvez pas dire que le chômage, la dette de l’état Français 

          et je ne sais quoi d’autre est de la faute de la fonction public,

           c’est un mensonge, une manipulation d’opinion scandaleuse.

          Oui notre administration à de gros défauts dans certain domaine qu’il serrait bon de 

          corriger, mais Ne faite pas de la propagande de bas étage 

           Il est clair que votre but et de monté les français les uns contre les autres.

          SVP monsieur soyez sérieux et responsable, ce n’est pas comme cela 

          Que la France avancera et vous le savez bien.


          Franck
           

          • gegemalaga 17 avril 2013 08:28

            ah oui ??

            pourquoi ne pas pouvoir dire c’a ??

            je me demande ce que vous avez bien pu faire de constructif , vous , pour ne pas avoir vu l’emprise administrative avec : ses excès et son pouvoir demobilisateur !

            ce n’est pas une propagande de bas etages : c’est une réalitée à combattre d’urgence !

            ( vu votre position et votre niveau d’aveuglement ...inutile , je pense de vous demander votre situation).
            gegemalaga

          • GéraldCursoux GéraldCursoux 17 avril 2013 09:34

            Bonjour,
            Mais le mot Fonction publique n’est pas écrit ! Je ne fais pas du De Closet : « Toujours Plus ». Ce que je veux dire c’est que les contraintes administratives que nous nous sommes données sont un facteur de paralysie pour la France, sous-entendu « et aussi pour la Fonction publique » qui aurait mieux à faire que de couper des cheveux en quatre dans des affaires comme celui du Grand Poitiers pris en exemple. Et ce n’est qu’un exemle.
            Sur le seul problème des recoursque j’évoque il y a beaucoup à dire. D’ailleurs François Hollande a évoqué cet abus en se proposant de les limiter, les réduire... C’est bien, mais il n’en fera rien devant les réactions qui vont venir de tous bords.
            Ces contraintes administratives - auxquelles s’ajoutent celles produites par l’UE - font par exemple que nous ne pouvons produire en France des panneaux solaires, car il faut laisser pénétrer ceux qui sont fabriqués en Chine. Ce n’est rien d’autre que l’application d’une règle administrative qui oblige l’entreprise Bosch a fermer son usine !
            La simlplification administrative tous les gouvernements en font un objectif, mais aucun ne réussit à la faire.


          • taktak 17 avril 2013 11:11

            Cette complexification des circuits administratifs s’explique en grande partie par la destruction des services publics.

            Le dogme est dans tout les domaines est de remplacer le faire par le faire-faire, voir même par le contrôle du faire-faire. Il s’agit là d’une privatisation rampante (à travers la décentralisation par exemple) ou assumée (abandon des missions d’ingéniérie publique telle que la maitrise d’oeuvre de l’état ou pour le compte des collectivités).

            Ce faisant, l’administration se réduit, et de moteur impliquée dans le travail de création et de production, elle se mue en un policier. En un policier tatillon qu’il sera aisé de justifier de l’inutilité pour le remplacer par l’auto contrôle, l’auto régulation réclamé à grand cris par les intérets privés.

            Il convient d’avoir en mémoire ce que donne les résultats de l’auto-contrôle et du désengagement de l’état : les scandales dans le domaines des médicaments, des plats cuisinés etc....


          • Franckledrapeaurouge Franckledrapeaurouge 17 avril 2013 13:54

            J’ai créer mon entreprise, j’exerce le métier d’artisan.


            par contre, vous, à part faire de la propagande de bas étage, dont le but et de monter les gens du privé contre ceux du secteur public, je ne vois pas se que vous avez bien pu faire de constructif dans votre parcours...

            Franck

          • gaijin gaijin 17 avril 2013 08:48

            parfaitement d’accord
            a condition de ne pas oublier que le terrorisme administratif sévit aussi dans les entreprises.
            la multiplication des normes et procédures,( y compris issues de délires internes ) la manie du reporting et la réunionite paralysent toute action efficace .......
            lorsque l’on parle du cout du travail on oublie toujours de mentionner que s’ il est si élevé c’est parce qu’on a remplacé les postes d’opérateurs par des couches et des couches de hiérarchie intermédiaire principalement occupée a couvrir ses fesses et a produire du vent
            ( répondre a des piles mails a propos d’autres mails ......etc )

            ( et c’est un ex qualiticien qui vous dit ça ..........)


            • Franckledrapeaurouge Franckledrapeaurouge 17 avril 2013 14:07

              Une EURL à capital variable, 


              cela vous convient, donc je me répète vous n’êtes qu’un petit personnage qui ne cherche pas à faire avancer, a faire évoluer les choses, car comme je les dit, oui il y a des choses a revoir dans l’administration, vous votre but et de diviser les fonctionnaire et les gens du public.

              Hors si l’on Veux faire évoluer les choses, nous devrons tous être solidaire.

              En gros, à part foutre la merde vous ne proposer rien..

              Donc vous être inutile au débat.

              Un artisan de gauche 

              Franck

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès