Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le torchon brule entre son Altesse la Cheikha-Consort Mozah du Qatar et la (...)

Le torchon brule entre son Altesse la Cheikha-Consort Mozah du Qatar et la Tunisie

1. Remarque préliminaire

Après la campagne de critiques cinglantes [1], de la part des internautes tunisiens, ciblant le Qatar, trouble-fête des Printemps arabes, son Émir et une de ses épouses, Cheikha Mozah, faisant suite aux ingérences de plus en plus insupportables de ce pays dans notre marche vers la démocratie [2], cette dernière se serait attaquée en des termes insultants envers le peuple tunisien en déclarant [3] que ''La bouche oublie vite la main qui lui donne à manger'', avant de conclure, par un célèbre vers du poète Al-Mutanabbi (915-965), sous-entendant l’ingratitude du peuple tunisien :

إذا أنتَ أكْرَمتَ الكَريمَ مَلَكْتَهُ وَإنْ أنْتَ أكْرَمتَ اللّئيمَ تَمَرّدَا

que l’on peut traduire par :

Si tu honores le généreux il est à toi et si tu honores l’ingrat il se révolte

En réponse, je dédie cet article à Son Altesse la Cheikha-Consort Mozah.

 

2. Son Altesse la Cheikha-Consort Mozah, l’intrigante

"Sheikha Mozah bint Nasser Al Missned is presented with the World Cup Tophy by FIFA President Joseph S Blatter after winning the bid for 2022" 

 

Le prénom Mozah de Son Altesse la Cheikha-Consort, la Première 1/3 dame du Qatar, est la transcription phonétique du prénom arabe  

موزة

dont le sens est " banane". Elle n’est que la Première 1/3 dame du Qatar, puisqu’elle partage ce titre avec les deux autres épouses de l’Émir Hamad ben Khalifa Al Thani, inconnues des médias, car elle est la seule à paraître en public. Qui plus est, elle jouit d’un réel statut de Cheikha-Consort-Trader-VRP-Internationale du Qatar. Elle est la fille de Nasser Al-Misnad, décédé en 2007, qui fut le plus célèbre opposant à la dynastie Al Thani. Deuxième, chronologiquement, des trois conjointes, elle fut mariée avec le futur Émir à l’âge de 18 ans, dans le cadre d'un arrangement politique. Ce qui a permis, en particulier, à ce dernier de se réconcilier avec le clan des Al-Misnad. En outre, elle est considérée comme étant l'instigatrice du coup d'Etat de 1995 mené par son époux contre son propre père, Khalifa ben Hamad Al Thani, en le destituant, alors qu’il était en voyage à l'étranger. Rusée, futée et prévoyante, dès que la santé de son époux de souverain a commencé à vaciller, elle a accéléré le processus de succession en imposant son deuxième fils Tamim, né en 1980 et 4ème fils de l’Émir, comme l’Émir héritier du Qatar. Sans oublier le supposé « Qatargate » du Mondial 2022, avec ses lourds soupçons de corruption autour de l’achat de votes pour désigner le Qatar comme organisateur de la Coupe du Monde de football 2022. Ce qui ne fait aucun doute, c’est le rôle de premier plan que la Trader-VRP Mozah a joué dans cette désignation ! « "Cheikha Mozah distribue beaucoup de faveurs et il est difficile de trouver quelqu'un qui ait envie de la critiquer", souligne-t-on au sein d'un think tank du Golfe ». D’ailleurs, elle est régulièrement classée parmi les 100 femmes les plus puissantes du monde (et les dix femmes les mieux habillées, soit dit en passant), ce qui est loin d’être le cas de ses co-épouses !

Tout cela montre que l’Émir du Qatar manque d’équité à l'égard de ses épouses et se trouve donc en complète contradiction avec les préceptes du Coran, puis qu’il est écrit dans la Sourate 4, Verset 3 :

" فَإِنْ خِفْتُمْ أَلاَّ تَعْدِلُواْ فَوَاحِدَةً "

que l’on peut traduire par :

" Mais si vous craignez encore de manquer d'équité à l'égard de vos épouses, n'en prenez alors qu'une seule".

 

3. Son Altesse la Cheikha-Consort Mozah et les Droits Humains

Son Altesse la Cheikha-Consort Mozah est la Présidente de la Fondation arabe pour la démocratie !, domiciliée à Doha, capitale du Qatar, le Qatar dont le régime, les libertés et les droits des citoyens (en particulier, ceux des femmes) se situent à des années-lumière du Printemps arabe, pays de l’apartheid, par excellence, où vivent, trois fois plus d’hommes que de femmes, à cause du fait que 65% de ses habitants sont composés par la sous-classe d’une population de travailleurs immigrés, à quasi-totalité masculine :

http://www.qsa.gov.qa/eng/PopulationStructure.htm

sous-classe ghettotisée, marginalisée dans la vie de la cité et surexploitée, travaillant dans des conditions violant les règles les plus élémentaires des droits sociaux et du travail, le Qatar, pays non francophone, devenu, depuis octobre 2012, par décision inattendue, membre associé de l’OIF (Organisation Internationale de la Francophonie), et ce, sans être passé par le statut d'observateur, comme l’exige la règle convenue, fait qui risque de déstabiliser, aussi, l’OIF en lui faisant perdre sa spécificité !, le Qatar qui n’a pas hésité à condamner à la perpétuité le poète Mohammed al-Ajami, alias Ibn al-Dhib, pour avoir écrit en 2011 un poème ayant pour titre "Poème du Jasmin" où il rendait hommage à la Révolution Tunisienne, exprimant l’espoir que le changement puisse toucher d'autres pays arabes en clamant "nous sommes tous la Tunisie face à une élite répressive" ; voir à ce sujet, sur le Lien [4], le Communiqué d’Amnesty International intitulé « Qatar : Outrageous life sentence for " Jasmine poet" ».

 

4. Après l’époque France-Afrique, voici venue l’époque Qatar-À-fric !

a. Le Qatar, financier d’Ennahdha (Parti Islamiste Tunisien au Pouvoir) 

Georges Malbrunot et Christian Chesnot ont confirmé, dans la page 198 de leur dernier livre [5] l’information rapportée par certains médias selon laquelle Rached Ghannouchi, le Guide Suprême d’Ennahdha, aurait reçu 150 millions de dollars de la part de l’Émir du Qatar, Hamad Ben Khalifa al Thani.

 b. La phrase du jour

Le Qatar, après avoir pourri les Printemps arabes, achète, maintenant, le Printemps français !

 



 

c. Son Altesse la Cheikha-Consort Mozah élue Membre de l'Académie Française des Beaux-Arts [6]

 



 

Ce qui a conduit l’Association des Libres Penseurs de la Tunisie à écrire :C

« La femme de l’Émir du Qatar membre étranger de l'Académie Française des Beaux-Arts ... Que ne ferait pas La France pour assouvir les fantasmes des "nouveaux riches" !! Échanger sa grande culture, son passé, son patrimoine, sa dignité, avec des incultes pour quelques sous ... C'est lamentable… ».

 

5. Son Altesse la Cheikha-Consort Mozah, la Poupée-Barbie-Banane



Cette photo représente la Première 1/3 dame du Qatar, l’année de ses cinquante printemps 

 

Ce sujet m’a été suggéré par un collègue et ami facebooker, répondant aux initiales RHS, qui se reconnaîtra, en ces termes :

Je vais te poser un problème d'investigation et d’arithmétique élémentaire :

Tu n’es pas sans savoir que la morphologie de la Première 1/3 dame du Qatar est presque totalement reprise par d'excellents chirurgiens.

 

a) À combien sont revenues les opérations de chirurgie, réparatrices des affres du temps de la dame Banane ?

b) Quelle est la surface approximative du corps de la Première 1/3 dame du Qatar concernée par ces diverses opérations ?

c) Quel est, aujourd’hui, le prix de revient moyen du cm2 de la peau de Banane et combien de tonnes de bananes peut-on acheter avec ce prix ?

 

4. Un SAV impeccable,

comme le montre cette photo datée de mars 2013, d’après sa légende reproduite ci-dessous, et le fait que Poupée Barbie Banane est née en 1959 et mère de sept enfants !



"Guess who is looking fabulous in Chanel couture again ? Queen of couture, Sheikha Mozah in Chanel Couture is never a miss.She was wearing this gorgeous Chanel Fall 2012 Couture Friday, 01 March 2013 in Geneva"

 

Salah HORCHANI

 

[1] Voir à ce sujet, par exemple :

http://blogs.mediapart.fr/blog/salah-horchani/090413/apres-l-epoque-france-afrique-voici-venue-l-epoque-qatar-fric

[2] " [ingérence] dont le but programmé est la destruction

De notre mémoire collective, cohésion de la Nation,

De notre bien-vivre-ensemble, existant millénairement,

De notre Modernité et son rayonnement,

De notre "Tunisianité" et son exception

Dans le Monde Arabo-Musulman,

En la salafisant, en la wahhabisant,

Par la terreur, si c’est nécessairement,

Étape finale de notre colonisation

Par les ténèbres de notre religion",

 

comme je l’ai déjà écrit dans :

http://blogs.mediapart.fr/blog/salah-horchani/190313/un-ministre-islamiste-tunisien-adepte-de-la-culture-du-mensonge

[3] Voir à ce sujet, par exemple :

http://www.tuniscope.com/index.php/article/23996/actualites/international/moza-tunisiens-383515#.UWiVz03LRyQ

http://www.investir-en-tunisie.net/index.php?option=com_content&view=article&id=19384

https://www.facebook.com/pages/%D8%B5%D8%A7%D8%AD%D8%A8%D8%A9-%D8%A7%D9%84%D8%B3%D9%85%D9%88-%D8%A7%D9%84%D8%B4%D9%8A%D8%AE%D8%A9-%D9%85%D9%88%D8%B2%D8%A9-%D8%A8%D9%86%D8%AA-%D9%86%D8%A7%D8%B5%D8%B1-%D8%A7%D9%84%D9%85%D8%B3%D9%86%D8%AF/275323972504008

[4] http://www.amnesty.org/en/news/qatar-outrageous-life-sentence-jasmine-poet-2012-11-29

[5] Georges Malbrunot et Christian Chesnot : Qatar : les secrets du coffre-fort (Michel Lafon, Paris, 2013)

[6]http://www.academie-des-beaux-arts.fr/membres/index.html

 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

33 réactions à cet article    


  • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 18 avril 2013 21:56

    Pourquoi le Qatar en veut-il à mort à la Tunisie ?

    Par Hatem M’rad

    Professeur de science politique

     

    Malheureusement, on le sait maintenant. Le Qatar wahabite est le recruteur réel des jihadistes tunisiens, issus de milieux pauvres, envoyés en Syrie moyennant 3000 dollars et une formation militaire sommaire dans la zone frontalière entre la Libye et l’Algérie. Formation tellement sommaire que les Tunisiens sont les premiers arrivés au cimetière avoisinant ce conflit.

    Décidément le Qatar en veut à mort à la Tunisie, pays gênant, en tant qu’ Etat civil, moderniste, féministe et maintenant démocratique, mais pas assez islamiste : des crédits à des taux exorbitants sont vicieusement accordés à la Tunisie pour affaiblir délibérément son économie, déjà mal en point ; la télévision qatarie Al-jazira, qui déforme sciemment les évènements politiques du pays, fait à longueur des journées l’apologie des salafistes et d’Ennahdha, en réservant ses entretiens aux plus orthodoxes d’entre-eux ; les Qataris et les émirs ont acheté grâce à leurs « amis » tunisiens des terrains vastes et bien situés à des prix symboliques ; ils font même la chasse hors saison chez nous pour satisfaire leurs caprices ; leur argent facile a coulé à flot pour les islamistes et pour l’achat des votes lors des dernières élections de l’assemblée constituante du 23 octobre 2011, et il va couler encore aux prochaines échéances ; enfin le pays recrute et envoie des jihadistes tunisiens à la mort en Syrie, dans l’espoir que le prochain pouvoir syrien issu du jihad serait dans la mouvance islamiste.

    Les Etats-Unis, la France, l’Allemagne, la Chine font de sérieux efforts budgétaires pour donner des bourses aux jeunes tunisiens, leur permettant de se « développer » et de bien vivre, le Qatar envoie nos jeunes au marché de la mort, au jihad, en profitant de leur situation de faiblesse et en faisant de la peine à leurs mères. Des jeunes qui très souvent sont les seuls soutiens de famille dans les régions arides.

    Voilà une « principauté » désertique créée artificiellement en 1971, après avoir été liée par un traité à la Grande-Bretagne, qui veut donner des leçons à un pays vieux de 3000 ans comme la Tunisie, au prétexte qu’elle a beaucoup d’argent issu du pétrole, argent qui du reste ne provient pas de la sueur du front des Qataris, mais d’une gratification de la nature : le désert.

    La perfidie des émirs du Qatar c’est qu’ils ont attendu la chute des dictatures provoquée par les peuples arabes eux-mêmes, la naissance de leurs démocraties, le recouvrement de leurs libertés, l’essor de véritables sociétés civiles, pour se décider enfin à irriguer ces pays de wahabisme rigoriste et passéiste. Ils ne pensent qu’à ça, à la bédouinité, à l’enfermement, à la culture désertique. C’est trop facile et trop mesquin.

    Cela va se retourner un jour contre eux. Le wahabisme peut difficilement chasser la démocratie, rien qu’à voir la résolution des Tunisiens sur l’enquête à propos des assassins de Chokri Belaid, le leader de la gauche. Mais la démocratie peut certainement chasser le wahabisme de Qatar, et pourquoi pas de la Péninsule arabique.

    « Historiquement, la démocratie est à la fois éphémère et durable, c’est l’art de son attrait. »

    Mais les richesses d’un pays fondées sur une seule ressource, fut-ce les hydrocarbures, sont épuisables, surtout lorsque le pays est supporté par un régime moyenâgeux. La crainte des principautés féodales du Golfe, Qatar, Bahrein ou autres, issues de l’artifice des négociations diplomatiques, c’est de s’isoler et de perdre toute influence dans la sphère des pays arabo-islamiques, devenus démocratiques, surtout qu’elles mêmes sont issues de l’artifice. 

    Le Qatar a beau être un pays arabe et musulman, en tant que tunisien, je ne me considère pas solidaire avec lui, ni sur le plan culturel, ni sur le plan civilisationnel, ni sur le plan politique. Je préfère de loin les pays libres et développés, quelles que soient leurs origines ou leurs religions.

    Vive la Liberté et Vive la Tunisie


    • BlackMatter 19 avril 2013 17:15

      En tant que français blanc catholique, né bien après l’indépendance de la Tunisie mais aussi du Maroc et de l’Algérie, je dois dire une chose et je pense que beaucoup de français pensent comme moi : J’aime profondément les arabes et je ne pense pas qu’ils soient tous des monstres intégristes musulmans qui veulent égorger de l’occidental. Je pense sincèrement que beaucoup de français sont préoccupés par votre bien être et veulent ce qu’il y a de mieux pour vous : la liberté de disposer de vous même dans le respect de vos traditions et croyances. Cela n’est pas du néo-colonialisme mais simplement de l’attention pour des peuples que La France n’a pas toujours respecté. Je ne présente aucune excuse, je ne suis pas responsable de choses que je n’ai pas commises auprès de victimes qui ne les ont souvent pas vécus. Mais nous avons eu une histoire commune. J’aimerai d’ailleurs que la France ne soit plus le bouc-émissaire de tous les maux de certains pays. Je pense notamment à l’Algérie car les choses semblent bien meilleurs avec le Maroc et la Tunisie.
      Quoi qu’il en soit, vous avez votre destin en main. A vous de résister à la tentation intégriste, à vous d’éduquer votre peuple à la démocratie, aux respects de toute croyance religieuse ou philosophique, à vous de convaincre que l’homme n’est pas fait pour en permanence se soumettre aux religions, aux politiques, ou même aux duretés de la nature. L’homme ne peut progresser que si il se libère des carcans du passé, non pas parce que l’histoire n’est pas importante mais parce que l’avenir ne se construit pas en regardant toujours en arrière.
      En tout cas, je vous souhaite du courage et de la persévérance. Vous finirez par gagner.
      .
      Vive la France, Vive la Tunisie.


    • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 18 avril 2013 22:18

      À Mozah : vous avez financé des mercenaires pour détruire la Tunisie 

      Par Ali Gannoun

      Professeur - Directeur de Recherche, à l’Université Montpellier 2 

      Cheikha Mozah... La Tunisie vous a donné ce que vous serez toujours incapables de donner : l’instruction !! Le Qatar n’existe que par son pétrole et disparaitra avec. La Tunisie existe par son histoire et sa civilisation, elle ne disparaitra jamais.  

      Vous dites que vous avez aidé la révolution tunisienne, vous vous trompez ! Vous avez financé des mercenaires pour détruire la Tunisie car elle vous dérange par son éducation, sa médecine, sa littérature, sa science, sa culture et son intelligence. Vous cherchez à semer la médiocrité et la guerre, vous n’êtes donc qu’un « baabouss Fitna » (vecteur de discorde), ni plus ni moins.. 

      La Tunisie c’est Didon, Hannibal, Amilcar, Ibn Abi Dhiaf, Ibn Khaldoun, Bayrem Ettounsi, Kheyreddine, Essayda El Mannoubia, Aziza Othmana, Tahar el Hadded, Aboul Kacem, Chebbi, Charles Nicole, Farhat Hachad, Habib Bourguiba et j’en passe. 

      Qatar c’est Mozah et sa chirurgie esthétique pour refaire ses fesses et ses lèvres pour ressembler aux humains. C’est Hamad qui a tué son père « Bel ghbina » (par ressentiment). C’est aussi la culture du chameau et de la hyène : El hikd wintouniya ( la rancœur et la puanteur).

      Vous n’aurez ni notre estime, ni notre considération et nous ne verrons en vous que ces intrus à la société moderne, couverts d’or mais qui puent la haine... !..AH.. !


      • lionel 19 avril 2013 08:48

        N’oublions pas que cette femelle varan, son époux, ont financés les « rebelles » takfiristes au Mali... Time will tell.


        Courage aux Frères et soeurs Tunisiennes ! On est ensemble ! 

        • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 18 avril 2013 22:58

          Le Mot de l’éditeur : Qatar : les secrets du coffre-fort

          Après avoir racheté le PSG, des palaces, des immeubles innombrables et des pans entiers de l’industrie française, le Qatar annonce avec fracas sa décision d’investir encore au moins 10 milliards d’euros en France.

          Jusqu’où ira ce petit pays qui a déjà réussi à prendre une place considérable dans le monde arabe, l’Afrique et l’Occident ?

          Ce livre montre comment le Qatar, à défaut d’élargir ses frontières pour consolider sa puissance, a choisi de se créer un empire, sans armes, sans guerre, en achetant le monde !

          Et en menant grand train ! Des réserves gigantesques de pétrole et de gaz, des palais somptueux pour l’émir anticonformiste et très francophile Cheikh Hamad, ses 3 femmes et 25 enfants. Une deuxième épouse brillante et ambitieuse, Cheikha Moza, et un Premier ministre qui propose de régler financièrement les problèmes diplomatiques. Des replis partout en cas de coup d’État (un appartement de 4 000 m2 à Manhattan !). Mais aussi… les fantastiques moyens d’information d’Al Jazeera, un entrisme forcené dans les institutions internationales, des prises de participation dans les médias occidentaux. Et enfin… une véritable tête de pont dans les négociations secrètes des pays occidentaux avec les États islamistes, dont la France a déjà profité.

          CHRISTIAN CHESNOT et GEORGES MALBRUNOT, grands reporters respectivement à France Inter et au Figaro, détenus pendant quatre mois en Irak en 2004, sont tous deux des spécialistes du Moyen-Orient et ont écrit ensemble plusieurs livres sur le conflit israélo-palestinien, al-Qaida et l’Irak.

          Source :

          http://livre.fnac.com/a5256641/Georges-Malbrunot-Qatar-les-secrets-du-coffre-fort#ficheResume


          • Lolo Le Caid 18 avril 2013 23:43

             Bonjour Salah,

            La structure démographique du Qatar présente en effet de graves distorsions que l’on peut constater aisément à travers la pyramide des âges. La population de l’Emirat est principalement constituée d’hommes en âge de travailler, les femmes et les enfants sont largement minoritaires.

            http://www.qix.gov.qa/portal/page/portal/qix/populationtotal

            http://www.indexmundi.com/graphs/population-pyramids/qatar-population-pyramid-2012.gif

            D’autre part, notons que le dernier recensement général de la population effectué au Qatar remonte à 2010. Le rapport complet est téléchargeable sur le site au Qatar Statistics Authority :

            http://www.qsa.gov.qa/QatarCensus/Census_Results.aspx

            Les chiffres les plus incroyables concernant évidemment la structure démographique par sexe et par âge mais aussi la population active. Celle-ci est constituée à 94,2 % d’étrangers !

            Pourtant, un chiffre essentiel manque dans ces statistiques : le pourcentage global des nationaux et des étrangers résidents. Les autorités qataries considèrent que cette question sensible touche à sa sécurité nationale.

            Néanmoins, des organismes internationaux, comme dernier rapport du développement humain publié par le PNUD (Programmes des Nations Unies pour le Développement) avance les chiffres de 86,5 % d’étrangers et des 13,5 % de nationaux vivant au Qatar pour l’année 2010.

            Et finalement Salah, vous avez été trop indulgent en avançant le chiffre de 65 % d’étrangers « seulement » !

             



            • Wendigo Wendigo 19 avril 2013 06:21

               

               Bonjours Salah,
              De quel droit vous permettez vous de critiquer NOTRE roi et notre divine altesse bananière ? A qui nous devons tout et donc à qui nous donnons tout ?
              Grace à eux nous avons le PSG de beaux magasins, la syrie pour écouler nos armes (et rassasier notre ministre de l’hémoglobine en sang frais)
              La banane a raison, vous n’avez pas la reconnaissance du ventre, ces braves gens vous offrent des chaines et vous osez les refuser ?
              Mais donnez, nous en ferons un bien meilleur usage que vous.

               Bon trêve de plaisanterie, elle a fait quoi d’artistique la petite dame pour rejoindre l’académie des arts ?


              • lionel 19 avril 2013 08:52

                Elle fait quoi d’artistique ? Elle couvre le monde Arabe, Sahélien, du sang de milliers d’innocents... Un monochrome peut être... Ou bien elle a fait des commande au lobby militaro-industriel « français » pour « repeindre » ces zones en souffrance...


              • Wendigo Wendigo 19 avril 2013 10:14

                 

                 Ha d’accord, merci, donc en fait elle fait de l’art moderne.

                 Je comprend donc qu’elle intéresse Fabius, l’art et le sang sont ses deux hobbit.


              • lionel 19 avril 2013 11:22

                Vous savez Wendigo, entre esthète, on se comprend.


              • BlackDjai BlackDjai 19 avril 2013 13:17

                « Bon trêve de plaisanterie, elle a fait quoi d’artistique la petite dame pour rejoindre l’académie des arts ? »

                Elle a probablement participé en tant qu’actrice dans une production DORCEL , non ? smiley

                Car avec un esprit aussi vicelard que le sien smiley , je pense que même Dorcel himself se sentirait petit face à elle smiley smiley  smiley


              • Antoine Diederick 19 avril 2013 07:53

                Bonjour,

                Très intéressant votre article et courageux.

                "Cela va se retourner un jour contre eux. Le wahabisme peut difficilement chasser la démocratie, rien qu’à voir la résolution des Tunisiens sur l’enquête à propos des assassins de Chokri Belaid, le leader de la gauche. Mais la démocratie peut certainement chasser le wahabisme de Qatar, et pourquoi pas de la Péninsule arabique."

                Qui vivra verra et la presse s’interroge de plus en plus sur les intentions du Quatar.

                Je crois me souvenir que le Courrier International consacre un dossier sur la question.


                • lionel 19 avril 2013 08:44

                  Excellent article Salah !!!


                  La quenelle à la Tunisienne... délicieux !!
                  Merci.

                  Tzipi Livni ayant déclaré que peau de banane était une amie d’Israël, on peut subodorer qu’il y aura salade de fruit au désert... Au déssert.



                  • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 19 avril 2013 14:36

                    Qatar : Un concours pour vous enrichir

                    Mais je vais, tout de même, tenter de satisfaire votre curiosité en tentant d’aller plus loin, dans mes investigations. D’abord, question réciprocité, les qataris ne font pas le poids, face aux tunisiens. Ils sont si peu nombreux, 380 000, en tout et pour tout, et nous, si nombreux : 11 millions, en Tunisie, et presque 2 millions à l’étranger, et autant, sinon, plus, dispersés, aux quatre coins de l’univers, et de ses nombreuses banlieues, qu’il n’y a pas lieu de parler de comparaison. D’ailleurs, les qataris, de souche, sont, largement, minoritaires, même chez eux, où on recense  presque 2 millions d’habitants ! Tous les autres, sans exception, notables, sont des produits d’importation en provenance de d’Asie du sud-est. Question fric, cependant, ils nous dament, largement, le pion et nous battent à plate couture. Imaginez un peu, leur salaire moyen bat tous les records mondiaux, et de loin, puisqu’il culmine à l’équivalent de 17 000 dinars tunisiens [8.5000 € ], PAR MOIS ! Aïe, depuis que je le sais, je ne dors plus la nuit, car j’ai acquis la certitude que nul n’est impossible à l’homme salarié, lorsqu’il est qatari. Je suis salarié, mais pas qatari. Je ne remplis que la moitié des conditions de l’impossible. Vous voyez le dilemme ?

                     Bon, avant de vous livrer le notre de salaire moyen, je voudrais comparer le leur, avec celui d’un pays qui représente, à nos yeux, nous autres, tunisiens, l’Eldorado européen, la France, où il ne représente que l’équivalent de 5000 dinars tunisiens, c’est-à-dire, même pas le tiers de celui que le Qatari affiche, fièrement ! Chez nous, par contre, le salaire de misère moyen, n’est que de 570 dinars par mois. Il faut donc, faire cravacher dur, 30 tunisiens, pour leur faire gagner autant d’argent qu’un salarié qatari. Vous êtes bien placés, tous, pour savoir qu’on ne fait plus cravacher les tunisiens. Non pas tant en raison de leur droits civiques et professionnels, qu’en raison de leur paresse naturelle, affichée, partout, comme un sport national. Dommage que ce sport ne soit pas reconnu, internationalement, et inscrit, comme discipline olympique ! Sinon on n’aurait pas eu qu’Oussama Ben Laden, allias, Mellouli, et Habiba Ghéribi, comme médaillés olympiques. On aurait trusté, des olympiades, durant, les trois premières places du podium. Dommage. Bon, ben, bref. Ajoutez à cela, le fait que les 700 000 chômeurs, que l’on recense chez nous, n’ont, à ma connaissance, aucun homologue qatari, et vous comprendrez que, dans cette affaire de décence de la vie, le fossé, ou plutôt, l’abysse séparant les travailleurs des deux pays, ne fait que se creuser davantage, chaque jour que le seigneur fait. Conséquence directe de cet état des choses, le martyr Bouazizi ne risque pas de faire, de sitôt, des émules, au Qatar.

                    Extrait de :

                    http://ridhabenkacem.centerblog.net/135-qatar-le-concours-de-tunisie-focus#


                    • voxagora voxagora 19 avril 2013 15:39

                      Je vois deux choses dans cet article :

                      -le courage de l’auteur,

                      - la vivisection du corps d’une femme. 

                      Etre ainsi scrutée, dépecée et disséquée centimètre carré par centimètre carré prouve que la négativité des actes d’une femme peut être amplifiée par son apparence, elle-même négativée.
                      Les femmes se livrent aux chirurgiens esthétiques pour être desespérement conformes à ce qui est attendu d’elles, parce qu’y résister est au-dessus de leurs forces.
                      J’ai tapé chez Google, pour voir : « princes qatari ».
                      Et bien bon appétit !
                      Est-ce que un seul d’entre eux, pour garder la place qu’il a, doit se soumettre au scalpel ?
                      .


                        • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 19 avril 2013 22:38

                          Parmi les ouvrages parus dernièrement sur le Qatar : 

                          1. Qatar- Les secrets du coffre-fort,  par  Georges Malbrunot et Christian Chesnot (Michel Lafon, 330 p, 17,95 €) ;

                          2. Le Qatar aujourd’hui-La singulière trajectoire d’un riche émirat, par Mehdi Lazar (Michalon, 234 p., 17 €) ;

                          3. L’Enigme du Qatar, par Nabil Ennasri (Armand Colin/Iris Editions, 220 p., 19 €).


                          • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 19 avril 2013 22:47

                            Le Qatar en une phrase !

                            Une phrase dans 1. ci-dessus résume la trajectoire du Qatar :

                            "Des tentes dans le désert aux palaces cinq étoiles, des chameaux aux Ferrari".


                          • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 19 avril 2013 23:23

                            Chut ! Vous êtes écouté !

                            Après le rachat de l’opérateur tunisien Tunisiana, on apprend, aujourd’hui, que le groupe Qatar Telecom ٭ a racheté 53% de l’opérateur marocain Maroc Telecom pour la bagatelle d’environ de 12 milliards de dollars !

                            Source :

                            http://www.boursorama.com/actualites/vivendi-ooredoo-ex-qatar-telecom-obtient-le-soutien-de-10-banques-pour-le-rachat-des-53-de-maroc-telecom-53e87d129daf4847f8ed15a0e4d04ff8

                            ٭ En vérité, Qatar Telecom a décidé de se faire plus discret, puisque, désormais, toutes les filiales du groupe Qatar Telecom porteront le nom de Ooredoo (en arabe : je veux).


                            • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 20 avril 2013 00:46

                              Rached Ghannouchi, le Guide Suprême du Parti Islamiste Tunisien au Pouvoir (Ennahdha) prend la défense  du Qatar, de ses symboles, de l’Emir « frère », etc,etc…

                               

                              Encore une fois, le Qatar se trouve pris dans la tourmente tunisienne. Encore une fois, le régime de l’Emirat se trouve sous le feu de l’humeur des tunisiens. Encore une fois, apparemment, l’Emir s’en est plaint à ses « protégés » installés au pouvoir en Tunisie. Et encore une fois, de toute évidence, ces protégés, en voulant voler au secours de leur bienfaiteur, vont l’exposer encore plus à la hargne de la rue tunisienne.

                              Et cette fois-ci, c’est du sérieux, puisque c’est le Cheikh en personne, qui prend la défense de l’Emir « frère ». Ennahdha vient, donc, de publier un communiqué pour condamner les détracteurs du Qatar et pour rappeler aux tunisiens, combien elle avait raison, La Cheikha Mouza quand elle les a traités d’ingrats. Le communiqué passe en revue, de façon assez maladroite, les « contributions » Ô combien douteuses du Qatar et de sa chaine TV satellitaire, dans le déclenchement, la conduite et l’aboutissement de la soi-disant révolution tunisienne. Une façon maladroite, car elle va insinuer au tunisien qui était un tant soit peu fier d’avoir conduit « SA » révolution, qu’en fin de compte, il n’était que le dindon de la farce.

                              Est-ce que le Cheikh se sentait visé à travers la campagne de dénigrement du Qatar ? Est-ce qu’il se sentait obligé d’intervenir pour plaire à l’Emir ? Ou aurait-il été « poussé » à publier ce papier qui risque fort de faire empirer les choses, plutôt que de les calmer.

                              Est-ce que le Cheikh méconnait à ce point le peuple tunisien pour croire qu’il va pouvoir l’intimider avec ce « rappel à l’ordre » ?

                              Toujours est-il, le résultat probable de cette « intervention » sera tout aussi virulent que celui de la mise en garde de Marzouki quelques jours auparavant.

                              Est-ce que nos dirigeants ne sont pas conscients qu’en volant au secours de l’Emirat, à chaque fois, de cette façon, ils sont en train de l’enfoncer chaque jour un peu plus, en attisant la colère des tunisiens et en réussissant même à drainer les peuples arabes dans ce mouvement de colère contre le Qatar, surtout en affichant au grand jour, ce que tout le monde pressentait déjà du rôle plus que douteux qu’avait joué cet Emirat dans la déstabilisation de toute la région ?

                              Source :

                              http://www.tunisienumerique.com/tunisie-rached-ghannouchi-croyait-il-rendre-service-au-qatar/174134

                              Salah HORCHANI


                              • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 20 avril 2013 01:24

                                A LA UNE A quoi joue le Qatar ?

                                 

                                D’un côté, il investit massivement dans le luxe, le sport, les terres arables, les palaces et l’immobilier. De l’autre, il soutient des islamistes dans les pays du « printemps arabe » et en Syrie. Enquête sur la stratégie politique et financière de l’émirat.

                                 

                                http://www.courrierinternational.com/article/2013/04/17/a-quoi-joue-le-qatar

                                 

                                 


                                • Wendigo Wendigo 20 avril 2013 06:54

                                   

                                   

                                   En somme il investit autant dans les terres arables, que dans les terres Arabes .

                                   enfin, Merci, grâce à vous j’ai pu comprendre pourquoi la France était devenue une « république Bananière » au sens entier du terme .


                                • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 20 avril 2013 09:31

                                  Barça-PSG = Cheikha-Cheikhito

                                   

                                  "Le PSG est détenu à 100% par Qatar Investment Authority, présidé par le Cheikh Tamim bin Hamad al-Thani, émir héritier du Qatar, le Barça est sponsorisé par la Fondation du Qatar, fondée par le même al-Thani et présidé par sa mère, Mozah bint Nasser al-Missned"

                                  Source :

                                  http://www.bonjourqatar.com/qatar-psg-barcelone-annule/

                                  Salah HORCHANI


                                    • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 24 juin 2013 22:31

                                      La destitution  qui va être « décrétée »  à  l’encontre de l’Émir du Qatar, en faveur de son fils,  Ibn Mozah !

                                      « Une opération d’exfiltration perçue dans de larges couches de l’opinion internationale, quoiqu’on en dise, comme un dommage collatéral majeur du conflit de Syrie. Plus précisément, la sanction de l’échec d’un trublion qui aura plus que quiconque assuré la promotion du djihadisme erratique, exacerbé l’antagonisme religieux inter musulman (sunnite-chiite), accentué la défragmentation du Monde arabe et sa soumission à l’impérium atlantiste, tout en plaçant le monde au bord d‘une conflagration régionale.

                                      Une destitution comparable à celle décrétée par les Anglais dans la décennie 1950 à l’encontre du Roi Talal de Jordanie, en faveur de son fils Hussein ».

                                      Source :

                                      http://www.renenaba.com/la-fin-sans-gloire-du-deus-ex-machina-de-la-revolution-arabe/


                                      • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 25 juin 2013 09:02

                                        Ça y est : La destitution « décrétée  » à l’encontre de l’Émir du Qatar, en faveur de son fils, Tamim ben Mozah/Hamad

                                        http://blogs.mediapart.fr/blog/salah-horchani/250613/ca-y-est-la-destitution-decretee-l-encontre-de-l-emir-du-qatar-en-faveur-de-son-fils-tamim-ben-m


                                        • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 27 juin 2013 08:40

                                          La Question du Jour : Qui est la dame qui fut associée à deux coups d’État en moins de vingt ans ?

                                           

                                          http://blogs.mediapart.fr/blog/salah-horchani/260613/la-question-du-jour-qui-est-la-dame-qui-fut-associee-deux-coups-d-etat-en-moins-de-vingt-ans


                                          • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 27 juin 2013 08:52

                                            Il a perdu les faveurs de ses parrains américains et celles de la très agissante Cheikha Moza.

                                             

                                            L’émir du Qatar, cheikh Hamad ben Khalifa Al Thani, a informé la famille régnante de sa décision de remettre le pouvoir à son fils, a annoncé hier, la chaîne Al Jazeera. Chauffé à blanc, porté à bras-le-corps par les Etats-Unis d’Amérique, l’émir du Qatar, Hamad Ben Khalifa Al-Thani, n’a plus la cote. Ainsi donc, son employeur, l’Oncle Sam, vient de lui signifier une fin de mission après avoir « vaillamment servi » de croupion US dans le Monde arabe. Pis encore, il n’a pas seulement perdu les faveurs de ses parrains, mais également celles de la très agissante Cheikha Moza. Sous l’injonction de cette dernière, l’émir sera contraint de passer le témoin à Tamim, son fils aîné. Né en 1980, Cheikh Tamim, deuxième fils de l’émir et de Cheikha Moza, sa deuxième épouse, est le commandant en chef adjoint des forces armées. Le souverain « s’est réuni avec la famille régnante et les notables et les a informés de sa décision de remettre le pouvoir au prince héritier, Cheikh Tamim ben Hamad Al Khalifa », a précisé la chaîne. Cheikh Hamad ben Khalifa Al Thani, doit prononcer, aujourd’hui, un discours à la nation, a annoncé le palais dans un communiqué. Selon des sources diplomatiques arabes et occidentales au Qatar et dans la région, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la France et l’Arabie Saoudite notamment, ont été prévenus des intentions de l’émir qui, disent-ils, tient à assurer un transfert du pouvoir en douceur à la jeune génération.

                                            Il s’agit d’une première dans ce pays et dans l’histoire récente du Monde arabe où aucun souverain n’a jamais renoncé au pouvoir de son plein gré. Mais l’émir l’a-t-il fait de son propre gré quitte à rompre pour cela avec la tradition des monarchies arabes dont les dirigeants restent généralement en place jusqu’à leur mort ? Sans bruit, Hamad Ben Khalifa sera ainsi éjecté par une intrigue de palais. C’est l’histoire de l’arroseur arrosé : en 1995, il a fomenté un coup d’Etat contre... son père.

                                            Au plan interne, cela ne signifie pas de grands changements. Le nouveau patron du Qatar contrôle l’essentiel des ministères-clés comme l’armée et la sécurité. En revanche, c’est au plan international que cette décision prend toute son épaisseur. Exécutant parfaitement le rôle que lui font jouer les puissances occidentales, notamment les Etats-Unis d’Amérique, l’abdication de Cheikh Hamad est un véritable bouleversement qui pourrait avoir des conséquences sur sa politique étrangère. En parfait croupion, le petit Emirat du Golfe n’a pas ménagé ses efforts pour exécuter l’ambitieux projet de l’administration américaine selon lequel « il faut donner sa chance à l’islamisme light dans le Monde arabe ». Le Qatar qui fait figure de nain dans le Moyen-Orient n’a jamais caché son soutien aux partis islamistes. Depuis le début du printemps arabe, il s’est donné un rôle d’acteur majeur dans la région au point d’agacer les autres monarchies du Golfe dont son voisin immédiat, l’Arabie Saoudite. Il a appuyé le parti Ennahda en Tunisie actuellement au pouvoir, il a porté à bras-le-corps les Frères musulmans en Egypte également au pouvoir, il a offert sa médiation dans le conflit yéménite, déboursé une fortune et contribué militairement à renverser le colonel El Gueddafi en Libye et il est à la tête des Etats arabes qui poussent à armer l’opposition syrienne pour faire éjecter du pouvoir Bachar Al Assad et installer, évidemment à sa place, des islamistes. Au Moyen-Orient, une région politiquement statique, l’émir Cheikh Hamad bin Khalifa al-Thani, âgé de 59 ans, est le plus actif, le plus bruyant. Avec des revenus d’exportations autour de 100 milliards de dollars par an, l’argent coule à flots et booste les conquêtes extérieures de l’émir. Même en Europe, notamment en France, on s’affole. Le petit monstre de Doha menace de bouffer le monde avec ses pétrodollars. Mais tout a une fin, y compris les folies du Royaume ! Avec cette abdication, cela signifiera-t-il la fin de cette machine à placer des islamistes au pouvoir ?

                                            Il y a fort à parier sur cette éventualité, surtout que le centre névralgique du Monde arabe, la grande Egypte se trouve à la « Mosri du chaos » depuis que les Frères musulmans ont accédé au pouvoir. Ayant déçu, le président Mohammed Morsi se trouve face à une forte opposition et le scénario de son départ du pouvoir n’est pas écarté. Du coup, une double fin : celle de l’islamisme au pouvoir et celle de la mission de l’émir du Qatar.

                                            Source :

                                            http://www.legrandsoir.info/il-a-passe-le-temoin-a-son-fils-aine-fin-de-mission-pour-l-emir-du-qatar.html


                                            • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 29 juin 2013 10:41

                                              Al Jazeera change de PDG. Rappelons-nous, à cette occasion, que :

                                              son ex-ex-président-directeur général, le Palestinien Wadah Khanfar, avait démissionné de son poste peu de temps après la diffusion par WikiLeaks, en septembre 2011, d’un câble diplomatique américain révélant que Wadah Khanfar était un « interlocuteur des services de renseignements de l’US Army ».

                                              Source :

                                              http://www.letempsdz.com/content/view/97146/1/


                                              • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 18 novembre 2013 13:38

                                                Amnesty International : Les travailleurs migrants au Qatar sont exploités sur les chantiers de la coupe du monde

                                                 

                                                Dans un nouveau rapport, The Dark Side of Migration : Spotlight on Qatar’s construction sector ahead of the World Cup, Amnesty International dénonce l’exploitation des travailleurs migrants sur les chantiers de construction ouverts pour la préparation de la coupe du monde de la FIFA 2022 au Qatar, qui s’apparente parfois à du travail forcé. 

                                                Le rapport, basé sur des entretiens avec des travailleurs, des employeurs et des fonctionnaires, énumère une multitude d’abus contre les travailleurs migrants : non-paiement des salaires, conditions de travail inhumaines et situations de logement choquantes, entre autres. Les chercheurs ont également rencontré des employés du bâtiment qui ont été piégés dans le pays, sans possibilité d’en sortir, pendant plusieurs mois.

                                                Les attitudes discriminatoires visant les travailleurs migrants, dont un bon nombre vient de l’Asie du Sud ou du Sud-Est, sont très fréquentes. Des chercheurs d’Amnesty International ont entendu le directeur d’une entreprise de construction traiter ces travailleurs d’animaux.

                                                Multinationales en cause

                                                Amnesty International a constaté que certains travailleurs étaient employés dans des entreprises sous-traitantes de grandes sociétés internationales, notamment Qatar Petroleum, Hyundai, E&C et OHL Construction. Dans un cas précis, les employés d’une entreprise chargée de fournir du matériel essentiel à un projet de construction en rapport avec les locaux de la FIFA pendant la Coupe du monde 2022 ont subi de graves abus.

                                                Des travailleurs népalais ont déclaré que leur employeur les traitait comme du bétail. Les employés travaillaient 12 heures par jour, sept jours sur sept, y compris pendant les mois les plus chauds.

                                                L’organisation a contacté différentes sociétés au sujet des cas qu’elle avait recensés. Beaucoup de ces sociétés ont fait part de leur émoi et certaines ont indiqué qu’elles procéderaient à des enquêtes internes. Une de ces sociétés a annoncé qu’elle avait amélioré son système d’inspection du fait des récentes observations d’Amnesty International.

                                                Responsabilité de la FIFA et du Qatar

                                                Amnesty International appelle la FIFA à travailler avec les autorités du Qatar et les organisateurs du la Coupe du monde en vue d’empêcher de tels abus.

                                                « Nos observations montrent qu’il existe un niveau alarmant d’exploitation dans le secteur du bâtiment au Qatar. La FIFA a pour devoir d’envoyer un message public fort indiquant qu’elle ne tolérera pas les atteintes aux droits humains dans le cadre de la Coupe du monde », a déclaré Danièle Gosteli Hauser, responsable Economie et droits humains à Amnesty International. « Le Qatar recrute beaucoup de travailleurs migrants pour répondre à ses besoins en matière de construction. La population des travailleurs augmente actuellement au taux de 20 personnes par heure. Il faut agir dès maintenant. Le gouvernement ne doit plus tolérer ces abus. »

                                                Cas de travail forcé

                                                Le rapport recense des cas s’apparentant à du travail forcé. Certains travailleurs ont indiqué qu’ils craignaient de tout perdre, étaient menacés de diverses amendes, d’expulsion ou de perte de revenus s’ils ne se rendaient pas sur le lieu de travail, alors même qu’ils n’étaient pas rémunérés.

                                                Amnesty International a recensé des situations où les travailleurs subissaient un chantage de la part de l’employeur lorsqu’ils souhaitaient quitter le pays. Nos chercheurs ont vu 11 hommes signant des documents, devant des fonctionnaires, déclarant qu’ils avaient perçu leurs salaires (ce qui était faux), afin de récupérer leurs passeports pour quitter le Qatar. L’organisation demande une réforme du système dit de « parrainage », qui interdit aux travailleurs migrants de quitter le pays ou de changer d’emploi sans l’autorisation de l’employeur.

                                                Conditions sanitaires et de sécurité catastrophiques

                                                De nombreux travailleurs ont signalé de mauvaises conditions sanitaires et de sécurité sur les lieux de travail. Un représentant de l’hôpital principal de Doha a indiqué que plus de 1 000 personnes avaient été admises en traumatologie au cours de l’année 2012, après des chutes sur le lieu de travail. Dix pour cent des personnes admises sont restées handicapées, et le taux de mortalité est « significatif ».

                                                Les chercheurs ont également constaté que les travailleurs vivaient dans des logements totalement inadéquats, dépourvus de climatisation, et pâtissaient des conséquences de l’exposition à des débordements d’égouts ou à des fosses septiques mal isolées. Plusieurs camps de logement n’avaient pas d’électricité, et de nombreux travailleurs étaient privés d’eau courante.

                                                Complément d’information

                                                Amnesty International a rencontré quelque 210 travailleurs migrants du secteur du bâtiment. Les chercheurs ont mené 101 interviews individuelles, au cours de deux visites au Qatar, en octobre 2012 et en mars 2013. L’organisation a également dialogué avec 22 entreprises chargées de projets de construction au Qatar (réunions, appels téléphoniques et correspondances écrites, entre autres). Les chercheurs ont organisé 14 réunions avec des représentants du gouvernement du Qatar, notamment des ministères des Affaires étrangères, de l’Intérieur et du Travail.

                                                 

                                                Source :

                                                http://www.amnesty.ch/fr/pays/moyen-orient-afrique-du-nord/qatar/docs/2013/travailleurs-migrants-exploites-sur-les-chantiers-de-la-coupe-du-monde

                                                Salah HORCHANI


                                                • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 18 novembre 2013 20:26

                                                  Les adieux des Lèche-Babouches à l’Ambassadeur du Qatar en France

                                                   

                                                  http://blogs.mediapart.fr/blog/salah-horchani/171113/les-adieux-des-leche-babouches-lambassadeur-du-qatar-en-france-photos

                                                   

                                                  Salah HORCHANI


                                                  • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 23 décembre 2013 22:23

                                                    Le Qatar ne paie pas ses contributions à la francophonie

                                                    Le Qatar ne s’est pas acquitté de ses contributions obligatoires à l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), ni lors de son adhésion en 2012 ni ultérieurement. Tel est ce qui ressort de l’état des versements établi par l’OIF en cette fin d’année.

                                                    Ces contributions s’élèvent à 600 000 euros par an, un montant presque dérisoire pour la riche monarchie du golfe Persique. Les autorités de Doha contestent la méthode de calcul de ces contributions, basée sur la richesse nationale des pays membres, selon un barème proche de celui du système onusien. Elles refusent de s’acquitter de leurs dettes tant qu’elles ne seront pas revues à la baisse.

                                                    Affichant de grandes ambitions pour la promotion du français dans le monde, le Qatar avait réussi à intégrer l’OIF, en octobre 2012, lors de son sommet organisé à Kinshasa, en République démocratique du Congo. A l’issue d’un intense lobbying auprès des pays africains, l’émirat avait même réussi à obtenir le statut de « membre associé » sans passer par celui d’observateur normalement dévolu, dans un premier temps, à tout nouveau venu dans l’organisation.

                                                    PEU DE FRANCOPHONES AU QATAR

                                                    Cette adhésion rapide avait surpris tous les observateurs, le Qatar ayant certes, outre un campus de HEC, deux lycées français et une radio francophone pour les expatriés mais guère de francophones parmi sa population, qui compte 1,8 million d’habitants dont 1,5 million sont des ouvriers immigrés. Mais Doha promettait de financer l’ouverture d’établissements d’enseignement en français, dans le Golfe arabo-persique, le Maghreb et en Afrique subsaharienne.

                                                    Le Qatar s’est contenté, à titre de contribution volontaire à l’OIF, de verser 200 000 euros pour l’organisation du forum de la langue française de Québec en juillet 2012 et moitié moins pour les Jeux de la francophonie début septembre.

                                                    Faut-il voir dans cette parcimonie et dans ce refus de verser le dû à l’OIF la conséquence d’un rafraichissement des relations bilatérales entre Paris et Doha ? La monarchie qatarie était l’alliée de la France sous la présidence de Nicolas Sarkozy mais plusieurs sujets de friction sont apparus sous Français Hollande, comme celui du fonds controversé d’aide aux banlieues, le lycée privé Voltaire de Doha (changements de gestionnaires et tentatives de censure des programmes), et le Mali, où le Qatar a été accusé de financer les groupes islamistes du nord du pays.

                                                    Source :

                                                    http://abonnes.lemonde.fr/proche-orient/article/2013/12/23/le-qatar-ne-paie-pas-ses-contributions-a-la-francophonie_4339252_3218.html

                                                    Salah HORCHANI

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès