Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le vote du RSA se heurte au bouclier fiscal

Le vote du RSA se heurte au bouclier fiscal

Les débats sur le projet de loi de généralisation du RSA font chou blanc. Ils ont été différés, puis interrompus, pour ne rassembler finalement sur les bancs de l’Assemblée que 29 députés le 25 septembre, 30 députés hier soir. Ajoutons au tableau la pluie d’amendements habituels (des centaines souvent inutiles et non concertés, dans le but de faire obstruction), et on a la vision du sérieux donné au traitement de la question par nos représentants élus.  

Le vote du RSA se heurte au bouclier fiscal et à l’indifférence des députés, très peu présents dans l’hémicycle. Ce qui coince ? Au MoDem : le financement du RSA qui épargne le bouclier fiscal. A gauche : tout : le financement comme l’esprit du texte !

La séance des débats de lundi a été suspendue pour cause de mésentente sur le bouclier fiscal

Le député-maire de Nantes, Jean-Marc Ayrault, également patron des députés PS, a de nouveau exigé que les bénéficiaires du bouclier fiscal participent également au financement du RSA. "Je le dis ce soir solennellement : nous ne continuerons pas à examiner ce projet de loi si nous n’avons pas une réponse claire à cette question", a-t-il lancé. Il a obtenu une levée de la séance avant même l’examen des premiers amendements sur le financement.

Rappelons que tout ceci se passe au Palais-Bourbon devant une assemblée à peu près vide. Il est étonnant de déposer des centaines d’amendements et de ne pas venir les discuter à l’Assemblée. Apparemment, les socialistes ont des préoccupations plus prioritaires en ce moment : leurs élections primaires !

Ceci dit, il n’y a pas que les socialistes. François Bayrou a déclaré aussi - sur Radio J dimanche 5 octobre - qu’il ne voterait pour le Revenu de solidarité active (RSA) que si les bénéficiaires du bouclier fiscal participaient à son financement. "Je ne voterai pas un financement du RSA qui touchera les classes moyennes et mettra à l’abri les plus favorisés et riches du pays", a-t-il dit. Il s’agit d’une "injustice" que "l’on ne peut pas se permettre dans un pays, singulièrement en temps de crise". "La majorité a décidé de maintenir son dispositif, Nicolas Sarkozy étant attaché à cette protection des plus fortunés, moi, je considère qu’il s’agit d’une atteinte au contrat social et je ne le voterai pas en ces circonstances", a-t-il poursuivi.

Il est vrai que le gouvernement ne veut rien lâcher sur la protection des plus riches. Déjà lors de la présentation du texte de loi TEPA, la ministre de l’Economie avait déclaré : "On entend souvent dire que cette mesure (le bouclier fiscal, ndlr) ne concernerait que la partie la plus riche de la population, mais n’est-ce pas celle qui fait tourner l’économie  ?" En clair, les riches créent de la valeur, les salariés ne créent pas de richesse !

Le bouclier fiscal continue de diviser

Le bouclier fiscal est une mesure instituée en France par la loi de finances pour 2006, qui pose comme principe qu’un contribuable ne peut avoir à acquitter plus de 60 % de ses revenus en impôts. Sarkozy a abaissé ce seuil à 50 % par le vote de la loi TEPA du 1er août 2007. La question divisait déjà puisque le Nouveau Centre s’opposait à cette mesure. Aujourd’hui que la crise économique s’accentue et que la pauvreté s’accroît, le fondement de cette réforme interroge plus que jamais. Mais ce qui a remis le feu aux poudres c’est le financement du RSA qui épargnera les familles les plus riches de France.

Combien coûte le bouclier fiscal ?

Pour l’année 2006, le manque à gagner pour le budget de l’Etat est de 241 millions d’euros, mais il faut savoir que l’étude menée ne porte que sur le bouclier fiscal à 60 % et qui n’incluait pas la CSG. Selon l’Observatoire des inégalités, le coût total de cette mesure pour le contribuable sera de 810 millions d’euros (estimation en année pleine). Puis il faut tabler sur une augmentation de ce chiffre lorsque l’on comptera les sommes remboursées au titre du bouclier à 50 % !

Bouclier fiscal et démagogie

Le gouvernement a fait preuve de démagogie sur la question du bouclier fiscal. Maîtrisant parfaitement la communication, il a fait croire que cela profiterait avant tout aux plus pauvres et il a surmédiatisé quelques rares cas élevés au rang d’exemples emblématiques. Ainsi le cas exceptionnel de la veuve de l’île de Ré dont les maigres terres ont pris tellement de valeur qu’elle est soumise à l’impôt sur la fortune. L’impôt sur la fortune justement, parlons-en ! Officiellement, il n’est pas remis en cause, mais, dans les faits, de très riches contribuables se le verront rembourser par le biais du remboursement lié à l’application de la loi TEPA. C’est donc une pure hypocrisie du gouvernement qui n’a pas osé s’attaquer de front à l’ISF.

Il est vrai que parmi les ménages modestes bénéficiaires du bouclier fiscal, on note un nombre important de RMIstes ou de retraités bénéficiant du minimum vieillesse, mais propriétaires de leur logement (et de fait redevables des impôts locaux). La Réunion rassemble à elle toute seule un grand nombre de cas. D’après les estimations de l’Assemblée nationale, 234 000 contribuables vont bénéficier des 810 millions d’euros. Mais, dans ceux-là, les 197 000 foyers les plus démunis ne vont pas gagner grand-chose : 700 euros sur l’année en moyenne. Le bouclier fiscal va surtout favoriser les très hauts revenus. Or, l’on sait que le principal système de défense du gouvernement pour justifier coûte que coûte le maintien de ce dispositif criant d’injustice repose sur la propagande qu’il fait autour de ces situations.

Les débats sur le RSA doivent reprendre mardi 7 octobre à 16 heures.


Moyenne des avis sur cet article :  4.29/5   (45 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • La Taverne des Poètes 7 octobre 2008 11:20

    Corrections et liens :


    - au début : les députés très peu présents.

    - à la fin : "Or l’on sait que le principal système de défense du gouvernement pour justifier coûte que coûte le maintien de ce dispositif criant d’injustice repose sur la propagande qu’il fait autour de ces situations." Il s’agit évidemment des situtations des bénéficiaires les plus démunis.

    - paragraphe "bouclier fiscal et démagogie" : pardon pour la répétition dans la phrase : "Officiellement, il n’est pas remis en cause mais dans les faits, de très riches contribuables se le verront rembourser par le biais du remboursement lié à l’application de la loi TEPA. " (l’article a été rédigé rapidement pour rester branché sur l’actualité des débats)

    LIENS :

    Observatoire des inégalités : bilan du bouclier fiscal en septembre 2008
    article du Figaro.


    • LE CHAT LE CHAT 7 octobre 2008 11:38

      seulement 30 députés présents , il conviendrait de sucrer les indemnités des absents pour abonder les fonds du RSA avec ! smiley


      • foufouille foufouille 7 octobre 2008 12:00

        il suffirait de faire un isf lies aux revenus et progressifs. comme ca plus de cas speciaux.
        evidement les "pauvres" pouvant rester dans les zones a riche, ca risque de deranger l’odorat et la vue sensible des malheureux bourgeois


        • el bourrico 7 octobre 2008 12:57

          On entend souvent dire que cette mesure (le bouclier fiscal, ndlr) ne concernerait que la partie la plus riche de la population, mais n’est-ce pas celle qui fait tourner l’économie  ?

          Ca c’est gonfflé quand même. Curieux de voir comment tourne une boite sans salariés, avec juste un patron. N’y aurait-il que des artisans à leur compte dans ce pays ? Et encore, même eux sont tellement taxés qu’ils sont rarement riches.
          Quelle conne celle là, preuve qu’il n’est pas nécéssaire d’avoir la moindre compétence pour être ministre, l’incompétence suffit amplement.

          Les politiques ne me font même plus rire, à présent ils me font vomir.


          • Inquiet 8 octobre 2008 11:09

            D’autant plus, qu’on pourra tourner l’équation dans tous les sens,
            un estomac de riche ne pourra jamais engloutir 2 poulets quel que soit son revenu,

            par contre un affamé ?


          • Romain Desbois 7 octobre 2008 14:01

            Bravo pour l’article.
            Le bouclier fiscal comme l’ISF sont de mauvaise mesures, l’un permet d’annuler l’effet progressif de l’impôt (hélas appliqué que sur le revenu), l’autre taxe la valeur virtuelle du patrimoine (acquis normalement avec les revenus déjà ponctionnés par l’impôt). Les propriétaires qui ont payé l’année dernière l’ISF sur la valeur virtuelle de leur maison, ont avec la baisse de l’immobilier,cette année un bien déprécié ; s’ils vendent cette année ils auront une moins value alors que l’ISF les a taxés sur une valeur qu’ils n’ont pas touché.
            Pour en revenir à l’article, je suis effaré que peu de nos élus ne remettent pas en cause le principe même du RSA.
            Certes lorsque l’on affuble un truc du mot solidarité, plus personne ose contester le bien fondé.
            Or le RSA n’est ni plus ni moins une façon de faire payer aux contribuables une partie des salaires. Comme l’exonération des charges sur les heures supplémentaires n’est autre que faire payer aux contribuables les cotisations sécu, chômage et retraites (3 milliards d’euros déjà pour 2007). Les seuls qui gagnent dans les deux cas sont les entreprises.


            • foufouille foufouille 7 octobre 2008 14:19

              t’inquietes pas
              vu que ca marchera pas, bientot on verra les boulot a 1€. comme en allemagne


            • La Taverne des Poètes 7 octobre 2008 18:23

              Tout le monde voudrait que le RSA marche et ne demande qu’à apporter des changements pour aller dans ce sens. Tout le monde ? Non ! un personnage irréductible résiste par sa pensée invariablement négative : Foufouille !


            • Neris 7 octobre 2008 19:05

              Eh bien peut-être qu’il a raison.
              Et je le rejoins.

              Car, je peux vous dire que les Conseils généraux sont sur les dents.
              Sachant qu’il y aura beaucoup plus de RSA à verser que de RMI actuel et qu’ils devront sans aucun doute mettre la main au porte-monnaie, ils commencent à réduire drastiquement et dramatiquement toutes les aides financières accordées jusque-là aux structures d’insertion.

              Il nous a déjà été clairement signifié que notre action, comme on dit, est bénéfique et il est donc hautement conseillé de continuer... mais si on pouvait s’auto-financer... ça serait grandement apprécié.
              Et comme nous sommes des irréductibles, incapables de survivre sans partenaires financiers, les objectifs à atteindre sont, chaque trimestre, revus à la hause et le budget à la baisse.

              Il n’y aura bientôt plus de chantiers d’insertion pour cause de financement du RSA !


            • La Taverne des Poètes 7 octobre 2008 19:24

              "On tue le social" est l’idée de mon prochain article. Donc, votre commentaire ne tombe pas loin de mon point de vue. Le RSA ne doit pas échouer car le RMI ne suffit plus mais le RSA ne peut être voté tel qu’il est. Il y manque de l’argent et cela d’autant plus que les riches sont exonérés de solidarité !


            • Neris 7 octobre 2008 20:38

              On tue le social, je ne dirais pas mieux.

              Mais le RSA ne devrait pas exister. C’est une aberration totale.

              On a un salaire ou un revenu de substitution quand on est privé d’emploi. Mais en aucun cas, on ne doit compléter son salaire avec une allocation d’état.

              C’est quoi ce cirque ?
              On crée le RSA parce que les employeurs ne veulent pas payer leurs salariés !! parce qu’ils émiettent tellement le temps de travail, que travailler est parfois bien pire que de percevoir les minima sociaux.

              Les employeurs sont déjà payés pour embaucher (voir tous les contrats dits aidés) et maintenant ils ne seront même plus tenus de verser un salaire !! réduit à si peu, qu’il frôle l’Euro symbolique.

              J’ai vécu la dégrigolade des salaires, exit la grille salariale, tout le monde au Smic.
              Je vois maintenant la dégringolade du temps de travail, exit le temps plein, tout le monde à moins de 30 h.

              Dites voir, quel plafond aura-t-il ce RSA ?
              Tous les travailleurs auront-ils l’équivalent d’un temps plein au Smic en additionnant leur maigre salaire et le RSA ? et les idiots de patrons qui versent un temps plein au Smic ne seront-ils pas tentés de passer au temps partiel vu que le RSA complète ??


            • La Taverne des Poètes 7 octobre 2008 20:48

              "On a un salaire ou un revenu de substitution quand on est privé d’emploi." Et bien, le but du RSA, c’est d’apporter une alternative à cette vision réductrice qui n’a pas accouché du meilleur système. Il s’agit d’apporter une aide aux travailleurs pauvres qui percevront donc un salaire ET un revenu de compensation.


            • Neris 7 octobre 2008 20:58

              A votre avis, pourquoi ils sont pauvres, les travailleurs ??

              Je suis désolée, mais cette alternative fera encore plus de dégâts que le système actuel.

              Et pourquoi pas un Revenu Minimum d’Existence que l’on pourrait compléter par un salaire ?


            • La Taverne des Poètes 8 octobre 2008 09:51

              Le RSA n’a pas pour but de réformer le système économique, ni de transformer des temps partiels en temps plein, ni de créer des emplois, ni même d’augmenter les rémunérations. Le RSA est juste un système d’aide aux travailleurs pauvres. Il ne fonctionne qu’en situation d’emploi. Il part d’une situation économique existante et du constat qu’il serait vain d’attendre que cette situation s’améliore pour réformer l’insertion et le RMI.

              Le RSA ne doit pas dédouaner le gouvernement de ses manquements en matière de politiques sociales.


            • La Taverne des Poètes 8 octobre 2008 09:54

              Vous dites : "le RSA ne devrait pas exister. C’est une aberration totale". Certes, mais les aides sociales et les associations caritatives non plus. Continuez de rêver à votre monde idéal mais en attendant je pense qu’il faut penser à agir et à défendre un projet de loi utile, à condition que l’esprit initial n’en soit pas trop dénaturé, que le financement soit suffisant et équitable, que les effets pervers soient corrigés ou évalués à dates régulières...


            • foufouille foufouille 8 octobre 2008 10:54

              c’est le combien de contrat aide ?
              les stages en 76..........
              les tuc en 81.........
              au moins le 30°
              tu soutiens un truc qui a supprimer les cantonniers, les paysagistes, etc


            • Neris 8 octobre 2008 19:58

              Excusez-moi, mais c’est vous qui rêvez !

              Pour ma part, je suis en première ligne, et je vois déjà les effets néfastes du RSA non plus se profiler, mais se concrétiser. L’esprit initial est déjà dénaturé avant même que cela soit en place.

              Le RSA est juste un système d’aide aux travailleurs pauvres.
              Et pourquoi, il y a des travailleurs pauvres ???

              Vous avez raison sur un point : le RSA ne transformera pas des temps partiels en temps pleins... il transformera les temps pleins en temps partiels !!

               


            • Romain Desbois 8 octobre 2008 22:36

              Vous êtes vous rendu compte que le RSA a été présenté dans les médias comme le remplacant du RMI ?
              Le RSA est le type même de fausse bonne idée. Les effets pervers ne tarderons pas.

              - Ca va inciter les entreprises a ne pas augmenter les salaires

              - Ca va aggraver les inégalités entre les travailleurs. Pour le même boulot, il y aura le bénficiaire du RSA et celui qui ne sera pas passé par la case RMI et donc touchera pas le RSA.

              Les heures supp exonérées aussi étaient une bonne idée d’après le gvt. Total dans le batiment plus de 8% d’heures supp et -6% d’emplois en un semestre. Les boites d’interim affirment avoir perdues dans le même temps
              40 000 emplois.

              Le bonus/Malus aussi fausse bonne idée n’a permis qu’à pousser les gens à acheter des voitures diesel plus polluantes que les essences.

              Et tout financé par nos impôts (TTC si j’ose dire).

              Mais on commence à connaître la technique. Le gouvernement actuel est en train d’effectuer des transferts de cotisations, de charge, d’impôts,etc... de l’entreprise vers l’Etat.

              Ils sont même en train de l’appliquer pour les banques : "rassurez vous nous donnerons vos impôts en garantie pour que votre banque puisse rendre votre argent qu’elle n’a plus si elle fait faillite"
              c’est pas du grand art ça ?


            • JPC45 7 octobre 2008 22:17

              encore un article sur les riches et le financement du RSA : il faudra m’expliquer comment cela réduit le budget qui sera alloué au RSA ?

              Enfin bon, on est encore dans la démagogie.


              • Jean-paul 8 octobre 2008 04:46

                @ la taverne des poetes
                Etes vous Rmiste ?????? et bientot RSAiste ?????????????????


              • foufouille foufouille 8 octobre 2008 10:57

                soit il est gigolo ou encore rentier
                soit il squatte les riches en tant que poete


              • patdu49 patdu49 8 octobre 2008 05:26

                je vous invite à ecouter ma vidéo "RSA mensonges" : http://www.agoravox.tv/article.php3?id_article=20986


                Le + gros mensonge, c’est quand dans les médias, Hirsch ou autres collabos de la dictature libérale, de droite ou du PS, annoncent que tel foyer fiscal, aura XXX € de + par mois !
                C’est déjà un beau mensonge, car dans la réalité, il faut déduire la PPE (prime pour l’emploi) que le foyer fiscal, aurait perçu d’ordinaire ( en effet, le RSA n’est qu’une avance de la PPE)

                là je parle donc pour les personnes qui sont déjà en situation d’emploi

                ensuite concernant les Rmistes, on nous parle des droits connexes, mais comme par hazard, ils ne comptent pas l’aide au logement dans leurs calculs.

                dans mon exemple du RMIste qui trouve un 3/4 temps, complement RSA (101€) :
                mais d’ordinaire cette personne aurait perçu 876€ de PPE soit equivalent 73€ mensuel

                ce qui fait que de 101€ annoncé, on tombe déjà à 28€ réel

                ensuite d’ordinaire, cette personne aurait perçu une prime de retour à l’emploi de 1000€ soit equivalent 83,33€ mensuel

                ce qui fait que de 101€ annoncé, on tombe à : moins 55,33€

                + perte de MINIMUM 100€ d’APL à venir
                + perte de la CMU complémentaire (depassement plafond)
                + perte exonération taxe habitation
                + perte tarif social énergie et téléphone
                + perte "prime de noel" (même si ça correspond qu’à une augmentation de 60 centimes/jour du RMI)

                rajouter à ces pertes, les frais de transports etc, le calcul est vite fait, on est encore + fauché qu’au RMI .. sans parler même du boulot, pour un peu que ça soit un travail subit, sous peine de radiation ..




                • La Taverne des Poètes 8 octobre 2008 09:41

                  Les expérimentations menées dans les départements contredisent la plupart de vos affirmations.

                  Le but du RSA est clairement de substituer les revenus gagnés aux aides perçues. Comme tout un chacun, le bénéficaire du RSA versera des impôts s’il entre dans les critères d’imposition et verra les aides réduites s’il ne remplit plus les conditions. Bref, il sera traité comme tout le monde et ne sera plus protégé par son statut.

                  ça c’est pour le côté positif de la réforme. Il y a bien sûr des aspects criticables, comme l’intéressement plafonné à 62 % du cumul des revenus du RSA et de l’activité. Il aurait fallu porter l’intéressement à 65 % quitte à faire participer les riches bénéficiaires du bouclier fiscal au financement du RSA.




                • La Taverne des Poètes 8 octobre 2008 09:46

                  La prime de Noël, les tarifs sociaux d’énergie, etc, ne sont pas des droits (vous en parlez presque comme des pertes de droits acquis) mais seulement des formes d’assistance en cas de besoin... Le bénéficaires du RSA sortira - progressivement - de l’assistance pour faire face lui-même à ses besoins. Par ailleurs, les départements auront la possibilité de maintenir des droits annexes (aides au transport par exemple).


                • foufouille foufouille 8 octobre 2008 10:59

                  tes resultats d’experimentations sont officiel
                  va lire les sites de chomeurs tu verras l’envers du decor


                • patdu49 patdu49 8 octobre 2008 11:30

                  MES REPONSES EN GROS CARACTERE :

                  Les expérimentations menées dans les départements contredisent la plupart de vos affirmations.

                  NORMAL RIEN A VOIR AVEC LE TEXTE FINAL QUI EST VOTE AU PARLEMENT, LES EFFETS NEFASTES DU RSA COMME SUPPRESSION DE LA PPE OU DE LA PRIME DE RETOUR A L EMPLOI ETC N ETAIENT PAS EN VIGUEUR ...
                  ET COMME DE + L APL DE 2008 EST ENCORE CALCULEE SUR REVENU DE 2006 (suite a des transformation recentes au niveau des declarations) LES PERSONNES "TESTEES" N ONT PAS ENCORE EU LE TEMPS DE CONSTATER LES DEGATS.

                  ET LORSQU ON LIT DE + PRET LES TEMOIGNAGES JUSTEMENT DES DEPARTEMENTS ETC, LA MAJORITE DISAIT QU’ IL ETAIT TROP TOT POUR TIRER DE CONCLUSIONS ET QUE DE NOMBREUX POINTS NOIRS DEMEURAIENT etc ....

                  SINON DANS LES REPORTAGES ON NOUS MONTRE SOIT DES FILLES A PAPA, SOIT DES PERSONNES QUI SAVENT A PEINE LIRE ET ECRIRE, QUI SAVENT PAS COMPTER ET QUI SE FONT BAISER SANS SANS RENDRE COMPTE.

                  Le but du RSA est clairement de substituer les revenus gagnés aux aides perçues. Comme tout un chacun, le bénéficaire du RSA versera des impôts s’il entre dans les critères d’imposition et verra les aides réduites s’il ne remplit plus les conditions. Bref, il sera traité comme tout le monde et ne sera plus protégé par son statut.

                  ET PUIS L EAU CA MOUILLE AUSSI ...
                  SI LES PAUVRES PAYENT DES IMPOTS PENDANT QUE LES RICHES Y ECHAPPENT .. FAUT SURTOUT PAS QUE CELA T INTERPELLE HEIN ...

                  ça c’est pour le côté positif de la réforme. Il y a bien sûr des aspects criticables, comme l’intéressement plafonné à 62 % du cumul des revenus du RSA et de l’activité. Il aurait fallu porter l’intéressement à 65 % quitte à faire participer les riches bénéficiaires du bouclier fiscal au financement du RSA.

                  FAUDRAIT T Y METTRE AU RSA TOI ... TU FAIS PITIE A LIRE .. AVEC TON PASSAGE DE 62 à 65% ....


                • patdu49 patdu49 8 octobre 2008 11:38
                  La prime de Noël, les tarifs sociaux d’énergie, etc, ne sont pas des droits (vous en parlez presque comme des pertes de droits acquis) mais seulement des formes d’assistance en cas de besoin... Le bénéficaires du RSA sortira - progressivement - de l’assistance pour faire face lui-même à ses besoins. Par ailleurs, les départements auront la possibilité de maintenir des droits annexes (aides au transport par exemple).

                  j’en parle comme des droits connexes ... pas moi qui a mis ce mot "a la mode" c’est monsieur Hirsch et l’equipé de l’Union des Menteurs Professionnels.

                  enfin bref, t’es a vomir de chercher la petite bête, quand ça crève les yeux, que ça va multiplier les travailleurs pauvres ... assez pitoyable je dois dire ...

                  puis les aides au transport, bien pour les grandes villes hein, ...
                  moi pour info je vais à mes convoc ANPE avec une caisse pas en rêgle, et là même annulé mon RV car radiateur en rade .... pas de bus dans ma commune ...
                  on doit pas habiter sur la même planète camarade ...

                  et tu dis RSA sortir de l’assistance, aucun contrainte pour les employeurs, tu peux etre Rsaste jusqu’à la retraite, rien ne l’en empêche ...

                • La Taverne des Poètes 8 octobre 2008 12:02

                  Votre commentaire est caricatural : Vous prétendez que les départements (de droite comme de gauche) ne laisseraient s’exprimer que les filles de riches et les débiles. Vous me rangez dans le clan des défenseurs des privilèges, ce qui faux et mes articles en témoignent : je dénonce les excès du bouclier fiscal et le sous-financement du RSA.

                  Enfin quand je m’exprime, vous dites que je fais pitité. Belle conception du débat ! Ëtre à ce point méprisant envers ceux qui ne pensent pas comme vous !


                • La Taverne des Poètes 8 octobre 2008 12:03

                  "enfin bref, t’es a vomir" : Fin de la discussion.


                • patdu49 patdu49 8 octobre 2008 12:24
                  Votre commentaire est caricatural : Vous prétendez que les départements (de droite comme de gauche) ne laisseraient s’exprimer que les filles de riches et les débiles. Vous me rangez dans le clan des défenseurs des privilèges, ce qui faux et mes articles en témoignent : je dénonce les excès du bouclier fiscal et le sous-financement du RSA.

                   les medias en tout cas, ensuite, je ne sais pas comment ils choississent leurs cibles ou si c’est les conseillers generaux qui leur indique qui filmer
                  .. ce que je sais c’est que chaque fois ces baclé, imprécis etc ... les reportages ..

                  et que oui entre "naifs" ou "fille à papa" et ou "reportages imprécis" pas vu grands choses ...

                  sinon je ne considère pas comme "débiles" les personnes qui éprouvent des difficultés de compréhension, de lecture ou à compter ....
                  je ne te range nul part, je réagis juste à tes commentaires ... point ..


                  Enfin quand je m’exprime, vous dites que je fais pitité. Belle conception du débat ! Ëtre à ce point méprisant envers ceux qui ne pensent pas comme vous !

                  bah désolé je suis cash, je parle comme ça dans la vie, je fais pas + de chichis sur le net ...
                  si ça te bloque, si t’es habitué aux mondanités, au politiquement correct hypocrite etc etc ... au belles phrases compliquées, moi ça me saoule un peu ...
                  dans ce pays t’as des criminels de droite et de gauche caviard qu’engraissent des riches pendant que des SDF tout les ans crèvent dans la rue ... et c’est pas des RSA qui permetterons de s’installer et d’avoir une vie digne de ce nom ... dans un pays comme la France, qui n’a jamais autant dégueulé de richesses ...

                • foufouille foufouille 12 octobre 2008 11:14

                  @ patdu 49
                  taverne a voue qu’il "travaille" sur le rsa.......... entre autres


                • La Taverne des Poètes 8 octobre 2008 09:30

                  Avant la levée de séance, suite à des échanges houleux entre Copé et Ayrault, quelques dispositions ont toutefois été adoptées :

                  - l’article 9 de la loi : insertion par l’activité économique (IAE). Adoption de dispositions techniques relatives aux salariés en structure d’IAE. Hirsh rappelle que l’article 9 ne concerne pas le RSA mais l’IAE et, pour bénéficier de l’insertion par l’activité économique, il faut être sans emploi, ce qui inclut bien les personnes en situation de précarité, a-t-il répondu Hirsch à ceux qui voulaient ajouter les mots "ou en situation de précarité" à l’alinéa 9, après le mot "emploi". (amendement rejeté) 

                  La possibilité de regrouper différents types de conventionnement (*) est réaffirmée, à la demande d’un amendement et, indirectement, du COORACE (coordination des associations d’aide aux chômeurs par l’emploi).

                  (*) (association intermédiaire, atelier et chantier d’insertion, entreprise d’insertion, entreprise de travail temporaire d’insertion)

                  - l’article 10 : création du contrat unique d’insertion. Tous les députés estiment que la "simplification proposée va dans le bon sens". Mais l’opposition a critiqué la réduction des crédits affectés aux contrats aidés qui en limite largement la portée. 
                   
                  - autres :

                  avis favorable de Martin Hirsch à l’extension du bénéfice du RSA aux travailleurs indépendants.

                  inscription dans la loi du rôle des maisons de l’emploi - ou, à défaut, des Plie - dans l’insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA.

                  Financement : l’alinéa 18 de l’article 10, qui prévoit que l’Etat tiendra compte, avant de déterminer le montant de sa participation au financement des contrats pour chaque département, des "résultats constatés en matière d’insertion durable des salariés embauchés en contrat unique d’insertion dans le cadre des conventions annuelles d’objectifs et de moyens antérieures".

                   


                  • foufouille foufouille 8 octobre 2008 11:03

                    quelle est la difference entre officiel et officieux ?
                    officiellement, une taverne sert de l’hydromel. officieusement il s’agit de picrate en cubi


                  • Yohan Yohan 8 octobre 2008 10:43
                    Un scénario Hitchkokien

                    Après une EPCE pourtant satisfaisante, la coach-consultante du cabinet Abnégation décréta que pour un gars comme moi, mieux valait effectuer au plus vite un BCA. Plus catch que coach, j’ai bien failli lui céder ce jour là, pris dans l’étau et sonné par son coaching de percussion.

                     

                    Une drôle d’histoire que je m’en vais vous conter sans attendre...

                     

                    Mon CAE arraché de haute lutte après un CA venait tout juste de s’achever sur une belle poignée de main au collet. Il est vrai que les oiseaux de mauvaise augure m’avaient mis en garde contre la propension de ces gens de l’éducation à vouloir prolonger un contrat qui ne leur coûte rien.

                     

                    Un CDPPR (contrat de plus pour rien) étant devenu ma psychose, je m’étais presque résigné à signer pour un CIE. Mais, ayant déjà bénéficié d’un CIVIS par le passé, je me voyais mal devoir en passer à nouveau par une ECCP.

                     

                    Quelques jours plus tôt, je venais de frôler l’EDEN, rapport à mon petit projet de bizness sans prétention, mais le ton de la conseillère du POINT CHANCE me signifia qu’il fallait lire sur l’écriteau du jour : Point de Chance.

                     

                    “ EMT dans le cadre de l’ACCRE ” m’avait-elle administré sans l’ombre d’un doute, en guise de potion âcre.

                     

                    Trop vieux pour un emploi tremplin et ayant déjà épuisé toute la panoplie des mesures proposées par ma chargée d’insertion (OEG, OEI, OPG, OPI ) lors de mon PAP, je me suis dit “ mon gars, il est temps que tu sortes du PARE, sinon tu vas finir bientôt au PDITH ou pire encore, la corde autour du cou”.

                     

                    “ Allons voir au PLIE s’ils ont quelque chose pour un jeune et innocent demandeur d’emploi ” me suis-je lancé en guise de défi.

                     

                    Arrivé au PLIE et trahi par un col de chemise laissant passer un rai de néon, la chargée d’accueil me dirigea derechef vers le service RMI-RMA. Dans un petit réduit avec fenêtre sur cour sinistre, trois personnes patientaient sur un banc, l’air vaguement résignés.

                     

                    Une affiche sur le mur vantait les mérites du RSA. Au cadran de l’horloge, l’aiguille rouillée indiquait que ses piles étaient mortes depuis le Plan Barre, au moins.

                     

                    Alors que j’entamai un roupillon discret, une formatrice enflée de soupçons m’interpella en ces termes “ ce monsieur là, il vient pour un SAE ou pour la SIAE ?

                     

                    Devant mon agacement, elle me lance comme pour rattraper le coup “ c’est tout ce que nous avons actuellement à proposer depuis qu’ils ont supprimé les SIFE .

                     

                    “ non, moi je viens pour un emploi ! ” lui ai-je répondu du tac au tac.

                     

                    “ vous touchez les AFR ? ”

                     

                    “ c’était il y a bien longtemps ! ” 

                     

                    “ vous touchez peut-être le RMI ?.”

                     

                    “ Ah ça non, pas question d’y toucher !” ai-je tenté pour la dérider un peu.

                     

                    “ nous pouvons peut-être vous aider, mais il vous faudrait des vêtements plus appropriés ” lâche la dame, lèvres pincées, reniflant le décès de mon teinturier.

                     

                    “ je peux solliciter pour vous l’ASI, vous savez ! ” tente-t-elle dans un vain sursaut compassionnel.

                     

                    “ ne vous tracassez pas ma bonne dame, avec tous vos sigles, j’en ai le vertigo, alors maintenant moi, je rentre à la maison illico ! ”.

                     

                    “comment ça, à la maison ? ” me reprend aussi sec la dame, avec ce ton qu’affectionne la mère supérieure 

                     

                    “ A la Maison de l’Emploi , voulais-je dire ! ” me dicte Sainte Prudence du Chômedu.

                     

                    “ La MDE, c’est à deux pas d’ici au n°17. Vous pouvez même y aller à pied, surtout avec ce beau temps printanier ! ”

                     

                    “ Pas de printemps pour marner !” lui ai-je aussi sec répliqué, en me dirigeant tout droit vers la Taverne de la Jamaïque, pour reprendre mes esprits à l’aide d’un petit verre de rhum.

                     

                     

                     

                     

                     

                    lexique :

                     

                    EPCE : Evaluation préalable à la création d’entreprise

                     

                    BCA : Bilan de compétences approfondi

                     

                    CAE : Contrat d’accompagnement dans l’emploi

                     

                    CEA : Contrat d’avenir

                     

                    CIE : Contrat initiative emploi

                     

                    CIVIS : Contrat d’insertion dans la vie sociale

                     

                    ECPP : Evaluation des compétences et des capacités professionnelles

                     

                    EDEN : Encouragement au développement d’entreprises nouvelles

                     

                    EMT : Evaluation en milieu de travail

                     

                    ACCRE : Aide au chômeur créateur repreneur d’entreprise

                     

                    NSEJ : Nouveaux services emploi jeunes

                     

                    OEG : Objectif emploi Groupe

                     

                    OEI : Objectif emploi individuel

                     

                    OPG : Objectif Projet Groupe

                     

                    OPI : Objectif projet individuel

                     

                    PAP : Plan d’action personnalisé

                     

                    PARE : Plan d’aide au retour à l’emploi

                     

                    PDITH : Programme départemental d’insertion des travailleurs handicapés

                     

                    PLIE : Plan local pour l’insertion et l’emploi

                     

                    RMI : Revenu minimum d’insertion

                     

                    RMA : Revenu minimum d’activité

                     

                    RSA : Revenu de solidarité active

                     

                    SAE : Stage d’accès à l’emploi

                     

                    SIAE : Structure d’insertion par l’activité économique

                     

                    SIFE : Stages d’insertion et de formation à l’emploi

                     

                    AFR : Allocation formation reclassement

                     

                    ASI : Appui social individualisé

                     

                    MDE : Maison de l’emploi

                     


                    • foufouille foufouille 8 octobre 2008 11:08

                      hips !
                      apres etre reste trop longtemps a la taverne, et quelques cubis plus tard.......... hips !
                      tous ces sigles se fondent tdp. ha non ! rsa


                    • patdu49 patdu49 8 octobre 2008 12:02

                      Bah dis donc et tu as avec tout ça, resisté pour pas faire une TS ...
                      en même temps ça fait baisser les chiffres du chomage .. car quand on est à l’hosto ou en HP longue durée on apparait pu des les 8 catégories de l’ANPE ...

                      sinon t’es jeune, tu as pas connu les SIVP, les TUC, les CES, les stages DCE et il te manque les CEC, .. sinon en cas de radiation abusive, (ce qui m’est déjà arrivé) on peut toujours essayer de se faire entendre aupres le la DDTEFP ...

                      lol ... juste qq une de sigles qui me viennent comme ça, en + des tiens, mais on doit en oublier ...

                      TS : TENTATIVE SUICIDE
                      HP : HOPITAL PSY
                      SIVP : STAGE INITIATION VIE PROFESSIONNEL
                      TUC : TRAVAUX UTILITE COLLECTIVE
                      DCE : DEVELLOPEMENT COMPETENCES en ENTREPRISE
                      CEC : CONTRAT EMPLOI CONSOLIDE
                      DDTEFP : DIRECTION DEPARTEMENTALE du TRAVAIL de l’ EMPLOI et de la FORMATION PROFESSIONNELLE


                    • foufouille foufouille 12 octobre 2008 11:32

                      @ taverne
                      avoir une preuve que les ondages sont truques est facile
                      inscrit toi sur placedesopinions.com
                      a chaque questionnaire, choisis sans emploi a chaque question
                      tu verras que les trois quarts des questionnaires se termine par " nous avons atteint notre quota"

                      serieux, tu crois quand meme pas que apres 20a de delocalisations, le chomage baisse ?


                      • Jean-paul 13 octobre 2008 01:03

                        Patdu 49 et foufouille sont pratiques et realistes .
                        La taverne des poetes belle theorie ,beaucoup de bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla blablablaaaaaaaaaaaa juridique mais ...................................................................... .............................................
                         personne n’y croit et avec raison .
                        Et une fois qu’on va voir que comme le RMI, le RSA ne resout pas le probleme sinon l’amplifie , que va inventer le gouvernement ,juridiquement .
                        Douce France ,cher pays de mon enfance ............que j’ai du quitte pour ne pas finir Rmiste ......

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès