Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le vote « rejet »

Le vote « rejet »

Il est maintenant bien établi, toutes les enquêtes « qualitatives » convergent et le démontrent, François Hollande ne bénéficie pas d’un « coefficient » personnel de sympathie. Presque 60% des électeurs qui se disent prêts à voter pour lui le font « parce qu’ils ne souhaitent pas la réélection de Nicolas Sarkozy". C’est donc plus un vote de rejet qu’une adhésion. Toute la stratégie de Hollande s’appuie d’ailleurs sur cette « certitude » du « rejet ».

Lors de la primaire citoyenne organisée par le PS, Hollande l’a emporté simplement parce que les sondages le nominait comme « meilleur candidat pour battre Sarkozy », tout comme avant lui Royal en 2006 et plus récemment DSK avant ses tribulations américaines. Il s’est agi d’un choix stratégique et en aucun cas d’un choix d’adhésion véritable.

Toute la campagne de François Hollande jusqu’à présent, ne fait d’ailleurs que valider cette stratégie du rejet ressort de la victoire. C’est un peu bref et surtout très dangereux en cas de victoire éventuelle surtout en fonction de la très remarquable percée de Jean-Luc Mélenchon laquelle repose beaucoup plus sur une adhésion véritable. La posture du "grand rassembleur" et du "grand réconciliateur", sans trop se risquer à préciser autour de quelles valeurs, de quel projet de société, est un peu courte en comparaison. La seule de ses propositions qui ait été retenue par l'opinion publique est la taxation des très hauts revenus à hauteur de 75% empruntée avec modération à Mélenchon.

Si Hollande l’emporte, les législatives qui suivront ne manqueront pas de désigner une Assemblée Nationale également à gauche. Régions, majorité des départements, Sénat, Présidence de la république, le tableau sera complet pour ne pas dire plein, la responsabilité totale. Tous les pouvoirs seront dans la même main. On a connu de telles séquences dans le passé pour la droite ; elles n’ont jamais été bénéfiques à moyen terme. Des hommes comme Jean-Luc Mélenchon le savent très bien et ne prendront pas le risque de se compromettre dans une telle entreprise rapidement condamnée, c’est certain. Condamnée d’autant plus que cette omnipotence Hollandaise sera obligée d’assumer les oukases européens qu’elle refuse de remettre véritablement en cause. C'est pourtant là que se posent les vraies questions.

Quand certains ironiquement utilise le pseudo « Hollandréou » pour qualifier le candidat du PS, ils ne pensent sans doute pas si bien dire.

Il ne suffit plus de clamer je suis le changement, car la question surgit : quel changement ?.

Le bénéfice d'un vote par défaut est fragile politiquement. Les électeurs se détourneront d'autant plus aisément d'un François Hollande président que beaucoup ne l'auront pas vraiment "voulu".

Ajoutons d'ailleurs, pour être complet, qu'une victoire du Président sortant ne met pas à l'abri d'un autre scénario. Alain Marleix, spécialiste de la carte électorale de l’UMP, est allé tirer la sonnette d’alarme sur les législatives auprès de Nicolas Sarkozy. L’ancien ministre n'exclut pas que la droite gagne la présidentielle pour perdre dans la foulée les législatives et se retrouve en cohabitation avec un gauche débarrassée de sa "sociale-démocratie molle".

Le BLOG


Moyenne des avis sur cet article :  3.96/5   (46 votes)




Réagissez à l'article

53 réactions à cet article    


  • lesp78 10 avril 2012 17:32

    Les militants du PS devraient vraiment se poser des questions.

    Ils se font déposséder de leur droit à choisir leur candidat par une avalanche de votes bobo-centristes et s’étonnent ensuite de perdre les présidentielles 3 fois de suite.

    En 2006, les fameuses adhésions à 20€ avaient attirées des sympathisants beaucoup moins politisés que les militants, d’où le choix de Royal. Les primaires de 2011 n’ont fait qu’accélérer ce phénomène.

    On se retrouve du coup avec un porte-drapeau de la « gauche » de plus en plus centriste, consensuel, et effectivement choisi sur sa seule capacité supposée à battre la droite.

    Ce parti, qui assoit partout dans les collectivités son pouvoir sur le principe du « vote et tais-toi pendant 6 ans », est incapable de comprendre que les Français sont un peuple politisé, qui n’adhère pas à des discours mollassons mais attend un véritable renouveau de la vie publique.

    Je ne peux qu’espérer que le Front de Gauche sera le plus rapidement possible majoritaire à gauche et que de nombreux militants sincères du PS nous rejoindront.


    • chantecler chantecler 11 avril 2012 12:55

      Sans blague vous contestez le principe des primaires et ses résultats ?

      Désolé je pense qu’un millions et demi de gens qui se déplacent c’est mieux que des magouilles de sérail .

      FH a été choisi comme le plus apte à conduire la campagne du PS et à battre NS .Et je ne pense pas que ce soit uniquement par les « bobos » , si cette formule signifie quelque chose , en dehors de votre mépris pour le PS .

      Au FdG , me semble t’ il , il n’y avait que deux candidats dont un communiste . Il était plus qu’évident que JL M serait élu . Et ce n’est pas un mauvais choix , sauf qu’il faut voir la suite ...
      Arrivera t’ il au second tour et si oui à convaincre plus de 50 % de l’électorat ?

      à l’UMP un seul chef : je ne le nomme pas , j’en ai assez entendu parler , je l’ai trop entendu mais c’est le candidat des riches qui redevient le candidat du peuple au moment des élections ! La concurrence au ptit chef dégage ou se rallie . Si elle se rallie elle aura droit à une gratification ..

      au modem : l’éternel candidat Bayrou : ni droite ni gauche ni extrême droite , ni extrême gauche...
      au centre quoi qui se définit comme un point : virtuel .

      En dehors de ça l’article est évidemment partisan . Les dernières cartouches d’un sarkosie honnie ?


    • Pelletier Jean Pelletier Jean 11 avril 2012 16:58

      @Lesp78,

      les bars m’en tombent, je ne pensai pas que la détestation envers François Hollande pouvait aller jusque là et contester ainsi les primaires à gauche qui ont permis massivement à cette même gauche de chiosir son candidat.


      Quant à l’article s’il intégre bien le fait que Hollande sera élu c’est déjà pour annocer son échec.... on rêve ! Que de propos mal intentionnés !
      http://jmpelletier52.over-blog.com/ 


    • kettner 12 avril 2012 00:22

      Primaires ?

      Mascarade sauce solférino au mieux . Comment qualifier autrement une élection ou au soir du premier tour l’ensemble des postulants rend à genoux , armes et pourcentages au candidat le mieux pourvu en voix .
      ça laissera toujours un bon paquet d’euros benoitement versé par un nouvel hybride né du croisement du mouton et du pigeon ... le mougeon .


    • boris boris 10 avril 2012 17:51

      C’est simple il suffit de voter pour Mélenchon .


      • Gasty Gasty 11 avril 2012 17:19

        Oui, il n’y a pas de vote utile.

        Au deuxième tour se sera soi :
         Sarkozy contre Hollande ou Mélenchon,

        soi Le pen contre hollande ou Mélenchon

        Ce ne pourra etre Sarkozy contre Le pen.


      • Claudec Claudec 10 avril 2012 17:57
        Ni de droite ni de gauche, voter positif !

        Qui peut, honnêtement, compter pour rien dans les revers du quinquennat qui s’achève, les effets de crises successives sans précédents et surtout, de l’action négative d’une opposition liguée dans une irresponsabilité qui n’a pas eu de cesse, au mépris des intérêts du pays, de diffamer hargneusement celui qui a eu le courage de l’affronter avec son équipe, en même temps que le reste  ?

        Voter positif, c’est voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide ; c’est continuer de lutter, ensemble, contre l’adversité d’où qu’elle vienne ; c’est refuser de voir condamnés à l’inutilité les efforts faits par les citoyens depuis 5 ans pour réformer ce qui en a besoin, en dépit de crises mondiales d’une ampleur sans précédents se succédant et de partis et syndicats agissant comme si elles n’existaient pas.

        Voter positif, c’est refuser de faire le jeu de tous ceux qui, dans leur sectarisme égoïste, ne sont capables que d’être contre, allant jusqu’à fuir leurs responsabilités dans l’abstention quand les propositions de l’adversaire servent leurs propres objectifs.

        Voter Positif, ce n’est pas agir par peur, c’est être réaliste, tenir compte de la conjoncture, des efforts accomplis et du chemin parcouru depuis cinq ans en dépit des pires obstacles.

        Les français savent bien qu’au lendemain d’une élection perdue par la droite :

        - Reviendra le temps de la dilapidation.

        - Qu’il y aura la queue aux guichets des banques ; et les riches ne seront pas les seuls à la faire. Nombreux seront ceux qui ayant économisé durant toute une vie de travail craindront à juste titre de voir sombrer leur épargne, aussi modeste soit-elle (voir ce qui se passe dans les pays européens en détresse).

        - Qu’aux mains de politiciens n’ayant d’expérience que celle des tribunes et d’autres pratiques que la démagogie, la France perdra sa crédibilité internationale et ses appuis les plus précieux ; verra sa note financière immédiatement dégradée et son avenir économique et social compromis d’autant plus.

        - Que la formation d’un gouvernement fiable sera impossible. De gauche comme de droite, qui peut en effet imaginer voir rassemblés et durablement travailler ensemble : au sein même de leur propre parti, Hollande, Aubry, Royal, Fabius, Valls, etc. et à l’extérieur, Mélenchon, Joly et quelques autres ?

        - Que la France sera sans défense face à la crise qui perdure et menace de s’amplifier.

        Puissent s’en souvenir et se rassembler, les électeurs indécis, ceux projetant de s’abstenir et même ceux s’apprêtant à voter davantage contre Sarkozy que pour leurs propres idées. Faute de cela, les nouvelles difficultés qui nous attendent risquent fort de nous être fatales.


        • lesp78 10 avril 2012 19:15

          Sympa le p’tit message, ça vient de la cellule riposte de l’UMP ?

          Même pas la peine d’argumenter, c’est déjà ahurissant que Sarkozy fasse près de 30% dans les intentions de vote..

          Mais comment ça peut fonctionner ce genre de discours franchement ?


        • mortelune mortelune 11 avril 2012 03:11

          @ Claudec,

          Vous me faites penser à un ami qui va au quick tous les jours pour manger de la m... 
          Quand il en parle c’est pour dire tout le bien qu’il pense des fast foods. 
          Si ce que vous appelez le vote utile c’est voter pour Sarko alors vous aimez la m... qu’il vous donne à manger, c’est bien ça ?

        • mojique mojique 11 avril 2012 09:44

          T’inquiète, tu pourras soutenir Copé , c’est le prochain.


        • Cocasse Cocasse 11 avril 2012 09:59

          Bonjour, votre commentaire ne fera pas l’unanimité, car de nombreuses personnes le prendront pour un parti pris. De mon coté, je suis à la fois contre hollande et sarkozy, mais j’analyse un peu ce que j’entends autour de moi.
          Et vous avez effectivement vu juste, de nombreuses personnes iront voter sarkozy uniquement pour contrer le PS. C’est triste mais c’est ainsi.

          - Il y a la longue histoire du PS qui a démoli notre pays en privatisant mieux que la droite, les divers scandales, pédophilie, sang contaminé.

          - A l’inverse de l’UMP, le PS a davantage tendance à piquer dans la poche des pauvres dans certains domaines (car il va de soi qu’ils y piquent aussi d’autres façons), pour dilapider l’argent (de diverses manières scandaleuses). Et les « petites gens » n’ont pas envie que leur maigre héritage finissent dans les poches socialistes, par exemple. Le PS n’hésite pas à pomper dans les droits de succession de ceux qui n’ont déjà pas grand chose à léguer.


        • OuVaton OuVaton 11 avril 2012 15:38

          Cocasse, un message assez Cocasse... Oui, la gauche ne donne pas assez aux petites gens et c’est bien connu que c’est la droite qui s’en charge.


        • Pelletier Jean Pelletier Jean 11 avril 2012 17:00

          et ainsi Claudec va d’articles en articles en copiant son sempiternel même commentaire.... c’est lassant et répétitif !
          http://jmpelletier52.over-blog.com/ 


        • CARAMELOS CARAMELOS 10 avril 2012 18:30

          C’est un drame pour le France ces élections ! Aucun projet d’avenir - Rien qui ne suscite un quelconque intérêt  !
          Aucune dynamique, des insultes de vagues promesses, rien de rien.
          Un seul candidat qui séduit à la marge les plus exposés ou les plus motivés.
          Le reste un vide de l’espace interstellaire
          Et à l’évidence « virer » le sortant qui n’a rien fait pour éviter cette situation.


          • bdoume bdoume 10 avril 2012 20:58

            Désolé, mais en ce qui me concerne, Marine Le Pen propose un vrai projet sensé, chiffré et réalisable. Elle aura donc ma voix.


          • scylla 11 avril 2012 01:19

            Pour ma part, le seul truc qui me plait dans le programme de Marine Le Pen c’est la volonté de vouloir sortir de l’Europe. Après, je suis en profond désaccord sur à peu près tout le reste et surement même sur le pourquoi faut-il sortir de l’Europe. A supposer bien sur que l’on ne puisse la changer, ce qui me semble quand même compromis.


            • mojique mojique 11 avril 2012 09:35

              C’est cool La Lepen d’abord sortir de l’Euro et enfin sortir la Bretagne de la France. Chacun chez soi.


            • Cocasse Cocasse 11 avril 2012 10:02

              Effectivement, la sortie de l’europe est l’unique moyen de se soustraire au racket bancaire privé. C’est pour cette raison que je soutien MLP, ou quelqu’un tel que NDA, ou Asselineau, ou Cheminade (à confirmer, je ne connais pas tout son programme).
              Rien chez JLM n’atteste de cette volonté par exemple. Toutefois, je relirai attentivement son programme, au cas où il se retrouverait au second tour.


            • pens4sy pensesy 11 avril 2012 05:20

              Je vomis Sarko, mais je ne voterai pas Hollande qui est partenaire de la finance et du NOM, comme il l’a lui-même précisé a plusieurs reprises (cf. : I am not dangerous)

              J’ai plus d’affinités avec Mélenchon, mais s’il n’est pas présent au second tour, je n’irai pas aux urnes.

              Que les loups se bouffent entre eux, il n’y a plus d’alternative, c’est « bonnet blanc et blanc bonnet »


              • Cocasse Cocasse 11 avril 2012 10:04

                Bonjour, je suis du même avis que vous. A l’absence d’un candidat représentant autre chose que la finance mondialisée atlantiste, je m’abstiendrai.


              • gaston gaston 11 avril 2012 15:14

                Pas trop d’accord avec toi amigo,même si je te comprends.

                C’est très rare que les loups se bouffent entre eux. Ils prèférent
                s’attaquer aux plus faibles.Et les plus faibles -pour l’instant- c’est
                nous !
                Au premier tour,je voterai Front de Gauche.Au second,probablement
                P/S s’il est en lice.Sans enthousiasme.
                Mais entre deux maux, ne faut-il pas choisir le moindre ?
                Te rends-tu compte du nombre de victimes de plus parmi les plus
                faibles d’entre nous ( dont je suis-âge et santé-) s’il fallait se farcir
                encore 5 ans de Sarkophage ?
                De toute façon c’est dans la rue ,les usines et les bureaux qu’il
                nous faut recréer le rapport de force perdu provisoirement.
                En France,toutes les grandes conquêtes sociales on été arrachées
                dans la rue. Les congés payés et les quarante heures ,n’étaient pas
                au programme de la « gauche » de Blum.
                Et c’est toujours un peu plus facile avec une« Gauche » même molle,
                qu’avec une droite dure,ou très très dure ( 68 est une exception )
                Amicalement jeune camarade ( je ne sais pas pourquoi,je t’imagine jeune )


              • boris boris 11 avril 2012 07:18

                Comme l’auteur l’indique à la fin de son article, dans le cas ou Sarkozy est élu, il aura juste échappé pour les 5 prochaines années a de possibles poursuites judiciaires, par contre il ne pourra plus que faire le beau dans les sommets à l’étranger se retrouvant avec un gouvernement d’alternance à partir de juin.
                J. Luc Mélenchon comme premier ministre ça devrait mettre un peu de swing dans les chaumières.


                • mojique mojique 11 avril 2012 09:38

                  $arko se fiche de tout sauf du pouvoir, s’il l’a, il fera le coq.

                  Où as-tu rêvé un Merluche premier ministre de Hollande. Tu confonds avec Aubry ?


                • Gérard Luçon Gerard Lucon 11 avril 2012 07:50

                  les sondages enfument les choses, je pense que sarkozi est volontairement sur-evalue et Bayrou, Le Pen et Melanchon sont sous-evalues

                  Nous « risquons » de nous trouver avec 4 ou 5 candidats dans un mouchoir de poche d’autant plus que le trio Bayrou/LePen/Melanchon a beaucoup plus de choses a dire et a proposer que les deux comiques de l’UMPS, donc les partis se sont partages le pouvoir (et le fromage) depuis des decennies et nous ont amenes a la situation actuelle.

                  Si leur programme est effectivement de se tirer dessus jusqu’a la fin de la campagne et de ne sortir du chapeau que des reformettes, ils risquent de voir et subir tous les deux un phenomene puissant de rejet ..


                  • mojique mojique 11 avril 2012 09:40

                    Le vote utile va avoir lieu. La droite votera Sarko et la gauche Hollande. Bayrou va repasser sous la barre des 10%, Lepen et Mélenchon ne vont plus monter dans les sondages. Pas de surprise $arko et Hollande au second tour et $arko est battu.


                    • Buddha-dassa 11 avril 2012 09:50

                      Sondages : pensez vous que de donner des notes aux enfants a l’école donc de leur apprendre a vivre les uns contre les autres soit bien ?

                      oui : 99.99 %
                      non:0.01 %

                      alors ne venez pas vous plaindre de ce monde ,il est logique et totalement prévisible ,et va continuer...car gagnants et perdants ont tous la même motivation, je joue au cas ou je gagne...les perdants râlent ...d’avoir perdu...pas d’avoir joués...

                      il ne faut pas jouer....


                      • Buddha-dassa 11 avril 2012 17:02

                        ce ne parle jamais a personne,ca n’arrive jamais aux neurones....ce que je dis, ici et ailleurs...l’ignorance est la principale arme du pouvoir....je crois qu’ils peuvent dire merci..les couillons !! smiley


                      • remopix remopix 11 avril 2012 09:51

                        « Il est maintenant bien établi, toutes les enquêtes « qualitatives » convergent et le démontrent, François Hollande ne bénéficie pas d’un « coefficient » personnel de sympathie » on peut se demander sur quoi vous vous basez pour affirmer ceci. En plus vous donnez des chiffres (60%). Est-ce que vous faites une réalité de vos convictions personnelles ? Vous faites partie de ces gens qui parlent et pensent à la place des français (les français disent que... les français pensent que...« C’est la grande mode en ce moment, tout le monde veut imposer sa vision. Encore quelques jours, attendez que les »français" s’expriment dans les urnes.


                        • Lamouet 11 avril 2012 10:24

                          Corriere della Sera du 06/04 :
                          « Si les indignés du monde entier avaient trouvé en Stéphane Hessel un père spirituel, Jean-Luc Mélenchon est lui devenu leur roi. Le dissident socialiste, leader soixantenaire du Front de Gauche, occupe le devant de la scène politique française et enraye la belle mécanique du premier tour de la présidentielle. Il frôle les 15 % d’intentions de vote et a su s’attirer les sympathies de catégories hétérogènes, frappées par la paupérisation et le déclassement au sein de cette Europe de la crise et des coupes budgétaires. Jeunes, femmes au foyer, employés, intellectuels, ouvriers, classes moyennes, ils partagent – précisément – une indignation commune envers ces autres catégories toujours épargnées : les riches, les évadés fiscaux, les banquiers, les financiers.

                          Mélenchon, sourire renfrogné de bulldog qu’adoucit un regard bleu encadré de tempes grisonnantes, déplace les foules (100 000 personnes place de la Bastille à Paris) et ne retient pas ses coups contre la modération d’un François Hollande, le candidat socialiste donné favori, contraint désormais de négocier le soutien du Front pour le sprint de l’entre-deux-tours et les législatives de juin. Les Français s’interrogent sur les garanties qu’Hollande devra offrir à un allié peu commode, qui rêve même de l’évincer et a inclu parmi les mesures phares de son programme la retraite à 60 ans, l’augmentation du salaire minimum [à 1 700 euros], l’abrogation du pacte de stabilité européen et une défense à outrance de l’Etat social. Hollande a parié lui sur l’envie de changement, sur l’antisarkozisme, mais aussi sur l’adhésion des modérés à un projet réformiste d’Etat social et d’assainissement des finances publiques. La France, c’est bien connu, est un pays aussi conservateur qu’élitiste, mais également épris de justice, où l’écart entre les riches et les pauvres et la pression fiscale effective sur les classes aisées sont moins indécents que chez la plupart de ses voisins européens.

                          Et pourtant Mélenchon séduit. Ce tribun amateur de Victor hugo, chantre de la France qui souffre, ravive le charme de la Révolution et promet de »jeter les clefs de l’Elysée à la Seine", geste épique qui devrait signer le début de la VIe République, de l’égalité, et condamner les riches et les puissants à la guillotine économique. Le chef-d’œuvre politique de Mélenchon est d’avoir réussi à se débarrasser de l’étiquette d’ex-trotskyste et des idéologies poussiéreuses  : son credo n’est pas fondé sur un anticapitalisme au sens proprement marxiste du terme, ni sur un refus velléitaire de la mondialisation, mais sur un projet cohérent, bien qu’irréaliste, de protection sociale et de dépenses publiques. Aux classes aisées de régler la facture.

                          Il a ainsi réussi à rassembler révolutionnaires et communistes, écologistes déçus et soixante-huitards nostalgiques, et à détourner révoltés et désespérés de l’abstention et de l’extrême droite. Comme l’a synthétisé Nicolas Baverez, un des plus fins politologues français : entre ceux qui veulent expulser les immigrés et ceux qui veulent envoyer les entrepreneurs en exil, la démagogie a supplanté l’idéologie en France. Les Fronts recueillent à eux deux près de 30 % des intentions de vote.


                          • sisyphe sisyphe 11 avril 2012 16:46

                            Comme l’a synthétisé Nicolas Baverez, un des plus fins politologues français

                             smiley smiley

                            Depuis 2002, Nicolas Baverez est membre du comité d’éthique entrepreneuriale du MEDEF (Mouvement des entreprises de France). Il est également membre du comité directeur de l’Institut Montaigne, et y préside le groupe de travail Affaires étrangères et défense.

                            Nicolas Baverez est éditorialiste pour l’hebdomadaire Le Point il l’a longtemps été pour Les Échos et a tenu une chronique pour Le Monde autant de tribunes qui lui valent d’être considéré comme chef de file des « déclinistes ».

                            Depuis septembre 2008 il intervient de façon bimensuelle sur France Culture dans l’Economie en questions  animé par Olivier Pastré.

                            Il est membre du Comité de direction de la revue Commentaire, du comité international de parrainage de la revue Politique américaine et du comité éditorial de la revue Géoéconomie.

                            Depuis 1995, il enseigne à l’École nationale d’administration. En 2008, Nicolas Baverez est membre du Conseil d’administration de l’Université de Lyon III (« Jean-Moulin ») auquel il a été nommé par le président Hugues Fulchiron au titre des personnalités extérieures. Il a participé à la conférence Bilderberg de 2011.

                            Pensée

                            Nicolas Baverez est libéral (il écrit : « L’antilibéralisme est un fléau qui se trouve au principe du déclin et de la régression de la France7 »). Il est l’un des principaux représentants d’un courant qui se veut décrire avec réalisme la situation économique de la France et que ses opposants qualifient de « décliniste  »8,9 : Nicolas Baverez dénonce un déclin relatif de la France par rapport au reste du monde dont il situe les causes dans l’intervention trop forte et à mauvais escient de l’État dans l’économie ou la fiscalité trop lourde. La France, selon lui, reste le seul pays développé qui s’échine à maintenir le modèle « caduc » d’économie fermée et administrée, voire crypto-staliniste, des années 1960


                            Sacrée éminence, le Baverez !
                             smiley


                          • spartacus spartacus 11 avril 2012 10:40

                            Tout sauf Sarkosy c’est une posture pas un programme pour gouverner.

                            Les socialistes Grec ont laissé un déficit hallucinant pour leur peuple. Hollandréou est de la même école Le déficit des régions socialistes est énorme. La gestion « calamiteuse » de la Corrèze  est de mauvaise augure.

                            Des promesses de dépenses publiques, surtout clientélistes (Éducation Nationale), mais sans économies ???

                            Les socialistes sont des abonnés à la corruption. L’affaire Guérini, et François Hollande qui fait silence durant onze années à la direction générale. 

                            Comme il savait sur les pulsion de DSK, mais fend d’ignorer. 

                            André Vallini poursuivi pour « harcèlement moral », et Hollande veut le mettre ministre de la justice. 

                            Le Pas-de-Calais en plein financement occulte du PS, il ignorait encore,,Ou il est totalement con ou c’est un bel hypocrite menteur....

                            ,Le secrétaire intérimaire du parti Socialiste condamné pour prise de bien social et emploi fictif, des amitiés obligées bien contraignantes,

                            Blocage de toute réformes, corporatismes, clientélismes, passe droits, bureaucratie à la folie jalousie de la société civile. Non réformable par des socialistes. Trop infiltrés. Culture de la dépense publique.

                            Ca a l’air bien plus moche a gauche ! 


                            • sisyphe sisyphe 11 avril 2012 16:51

                              Par spartacus (xxx.xxx.xxx.246) 11 avril 10:40

                              Tout sauf Sarkosy c’est une posture pas un programme pour gouverner.

                              Non ; c’est une mesure de salut public ! 

                              Une nécessité absolue, une priorité de sauvetage, une mesure d’urgence, un réflexe de survie.


                            • Jean-Louis CHARPAL 11 avril 2012 10:46

                               Un vote par défaut n’ a aucun intérêt.

                              Le Front de Gauche ouvre une perspective qui devrait rassembler tout le monde : la justice sociale par la relance économique et la relance économique par la justice sociale.

                              Seul le Front de Gauche a la volonté politique et la maîtrise des techniques économiques permettant d’éviter au peuple français une clochardisation à la grecque.

                              L’Islande ou la Grèce voilà la question. L’issue vers le haut ou l’issue vers le bas.

                              Un vrai changement de politique, et non une alternance bidon, est pour le pays une question d’urgence et de survie. 


                              • Buddha-dassa 11 avril 2012 11:14

                                Il y a une seule solution...fabrication par tous et pour tous a part égales des nécessitées vitales. or ceci ne peut se décréter...ce monde est ce qu’il est car l’immense majorité le veut..

                                Sans aller aussi loin ,qui est en fait très simple , les 10 000 dernières années seront les 10 000 prochaines années....on n’y va pas on y courre....

                                car dans le monde de melenchon qui a raison d’essayer quelque chose,si toutefois c’est sincères ?? aussi la compétition demeure bien sur....or la compétition c’est le binôme riche/ pauvre....l’exploitation du pauvre crée le riche....le riche ne nait pas spontanément comme les enfants dans les choux...il le devient par des systèmes pervers et violents d’exploitation et grâce a la monnaie qui fait que un homme peut en valoir 10 000 ou même 1 000 000..
                                En ce moment on n’a pas le choix que de choisir l’exploiteur....pourquoi ? parce ce que veut la masse c’est gagner....c’est jouer pour gagner...quant aux raisons de ce comportement ..a quoi bon évoquer ce non sujet pour les humains..
                                En haut de la pyramide ils sont juste un peu moins cons, ils ont compris eux, que coopérer c’est ca qu’il faut faire....c’est pour ca qu’ils gagnent..depuis 10 000 ans au moins....
                                mais la on est uniquement dans la superficialité des choses, tout se passe avant dans la complexité de nos cerveaux et là ce n’est même plus le vide absolu de la connaissance,c’est la non existence de cerveaux intelligent dont je parle..


                                • BARTH 11 avril 2012 11:39

                                  « Des hommes comme Jean-Luc Mélenchon le savent très bien et ne prendront pas le risque de se compromettre dans une telle entreprise rapidement condamnée »

                                  Ben voilà, c’est dit, Mélenchon n’a pas la moidre intention d’exercer le pouvoir.

                                  Avec qui d’ailleurs puisque la plupart de ses fans vomissent et même haïssent le PS et Hollande (cela a été écrit sur Avox) ?

                                  L’objectif c’est arrivé au 2ème tour et se faire battre par Sarko délibéremment, parce qu’on aura ch... sur la gueule de ses alliés naturels et potentiels ?


                                  • Tall 11 avril 2012 12:06

                                    Une précision sur l’article : c’est Mélenchon qui a utilisé le vocable Hollandréou.

                                    Et il le pense vraiment, car c’est ça !

                                    Comment voulez-vous avoir un vrai programme social en se soumettant à une UE de droite qui accorde de puissants pouvoirs aux banques privées et applique une politique d’austérité pour plaire aux marchés et éviter la punition des agences de notation ?

                                    C’est techniquement impossible.

                                    En réalité, le PS, depuis le traumatisme de ses défaites en série ( Jospin, Royal ) est devenu un parti centriste avec des apparatchiks privilégiant leur carrière et vendant un « pragmatisme » qui n’est que le cache-sexe d’une capitulation en rase campagne devant un capitalisme qui n’a jamais été aussi cynique et arrogant qu’aujourd’hui, à l’image d’un Sarkozy qui l’incarne parfaitement bien, lui.

                                    Car Sarkozy a au moins le mérite de la franchise : il conchie les pauvres et les écrase bien plat après leur avoir promis l’exact contraire de tout ce qu’il a fait. Et il est tellement sûr que le peuple n’est qu’une bande de povs cons qu’il essaie de se faire réélire malgré tout.

                                    Il a juste changéses méthodes : il ne promet plus de réduire la paupérisation ( son bilan a montré tout le contraire ) mais promet de flinguer tous les ben laden qui devraient subitement s’acharner sur la France. Et puis surtout : il achète les sondages.

                                    C’est excellent ça les sondages, car c’est censé pré-désigner les 2 seuls candidats au titre. Lui et Pompimou ... la belle affaire.


                                    • eric 11 avril 2012 12:22

                                      Tous les programmes de tous les partis de gauche sont en gros et au minimum debiles. Ils brodent des motifs symboliques visant a rassembler un minimum toutes les gauches aux seconds tours, avec des effets de mode visant a ratisser large, le tout cherchant a camoufler maladroitement des clientelismes sectoriels. Ainsi, dans le programme PS on retrouve toute une rethorique bolchevique renommee et repeinte aux couleurs du « marche », a laquelle personne ne croit evidemment, mais qui reste un signe de reconnaissance. Ainsi, dans le programme social de melenchon, le budget sport et culture est plus important que le budget minima sociaux......

                                      Avec un niveau scolaire qui augmente regulierement (80% d’une clase d’age au Bac) et un monde de plus en plus diversifie et complexe, cela ne peut convaincre que des convaincus ou des gens un peu en dehors du reel. Ainsi, la categorie des gens qui echappent completement a la crise et meme va en profiter a court terme si les couts de l’immobilier baissent, peut elle sincerement croire que la solution realiste pour en sortir est d’augmenter des depenses publques qui ne sont QUE de 57% du PIB en augmentant une pression fisclae qui n’est QUE de 50%.
                                      Tous cela reste a usage interne. Pour depasser l’etiage des gauches en france (entre 40et 45% d’intentions de vote) dans les scrutins ou le FN ne permet pas de departager, reste la peopolisation. Depuis 10ans, le discours majeur des gauches sur la politique francaise c’est que Sarkozy est petit, qu’il a une grosse montre et qu’il est le « president des riches »

                                      Quand on a que cela a dire et qu’on y passe beaucoup de temps, cela finit par avoir une certaine efficacite. Cela avait fontionne en 81 avec les diamants.

                                      Le discours de gauche dominant aujourd’hui ne vise pas a convaincre des convaincus. Tout electeur de gauche est a priori persuade que si la gauche n’est pas au pouvoir, « c ;est sale » comme disent les ados.
                                      Elle vise a dissuader une partie de la droite de ne pas voter pour son meilleur candidat. Comme avec Giscard. Il n’y a en effet qu’ a droite que l’on trouve des gens sincerement defrises par le bling bling et le fric facile. Notamment les cathos, certains Le Penistes. A gauche, qui peut croire que les cassiques du PS on decouvert qui etait DSK ou que pour la plus part, ils portent les memes montres que Sarko ?

                                      Cependant, ceci explique aussi les succes apparents de melenchon. Il ne faut pas se tromper. Les gauches ne sont pas uniquement des lobbies corporatistes avides de se gaver a nos frais. Elles representent aussi une veritable pretrise souhaitant nous expliquer comment nous devons vivre. Avoir le monopole du sens, de la verite et de la bonte, est pour elles un enjeux presque aussi important que d’etre aux controle des robinets. Il aura suffit au FdG de re entonner les discours archaiques.

                                      Si le PS nous propose un « bolchevisme de marche », lui nous le fait bolchevisme « republicain ».

                                      On ne peut qu’etre effare de voir ces publics ou les profs sont predominant, enoncer sans rire des concepts aussi enormes qu’insurrection republicaine ou civique, ruptures durables, demondialisations et autres oxymores depourvus de touts sens logique en francais.

                                      Cela n’a aucune importance reelle. Avec la culture de gouvernement, une victoire de la gauche sera evidemment une petite catastrophe pour notre pays, mais il est douteux qu’on aille jusqu’a des modeles grecs ou espagnols. Cela sera gere a la petite semaine, mais gere quand meme. La vraie question est toute autre. Dans les periodes de crise, comme de croissance, les classes moyennes de gauche sont toujours pretes a sacrifier les plus pauvres pour maintenir leur niveau de vie. (35 heures, 5 eme semaine, cadeaux fiscaux Jospin fabius)
                                      Parce que nous sommes en crise, parce que dans les crises se sont les plus fragiles qui souffrent le plus, il est particulierment urgent de reelire Sarko pour qu’ils ne fassent pas, une fois de plus, les frais des egoismes socialisant.

                                      Face a cet enjeu majeur, le discour de droite doit etre de rapeller inlasablement que Sarko ne fait que quelques centimetres de moins que Hollande et que cette importante question etant close, la politique, c’est dire a qui on prend l’argent pour le donner a qui et dans quel but existe.

                                      En europe, et en periode de crise, on a a peu pret jamais vu des sortant ne pas se faire sortir. La strategie de Hollande est donc la meilleure. ne rien dire du tout hors TSS.

                                      Cela ne tiendra pas entre les deux tours et en particulier si Melenchon se rapproche meme un epu de ses scores annonces.

                                      Les gauches sont en passe de reussir l’exploit de perdre pour la troisieme fois des presidentielles imperdables. Cela sera dut a leur indifference profonde au social d’une part, a leur sincerite ideologique d’autre part. Parce qu’elles cherchent sincerement les unes et les autres a incarner le bien, elles vont parvenir toutes seules, comme des grandes, a se planter collectivement.

                                      C’est une bonne nouvelle pour notre pays


                                      • Nanar M Nanar M 11 avril 2012 12:52

                                        Quelle diarrhée !


                                      • chantecler chantecler 11 avril 2012 13:05

                                        C’est notre système politique qui est débile avec sa constitution et l’élection d’un président monarque .
                                        A la fois tout puissant mais devant emporter une majorité .
                                        C’est à dire proposer un programme consensuel ou faire des promesses intenables .
                                        Et sous cet angle avec Nicolas Ier nous ne sommes pas déçus .
                                        150 ans plus tôt il se faisait nommer empereur .
                                        Il promet la catastrophe s’il n’est pas réélu mais ce sera bien plus pire pour la population s’il l’est .

                                        Car lui raconte n’importe quoi pour nous faire oublier son bilan et qu’il n’a qu’un programme : néolibéral à donf .En collant aux miches d’A Merkel qui a tout de même fini par prendre ses distances .C’est qu’il est charmeur ce chenapan . Mais pas discret .
                                        Mais ses amis friqués l’apprécient : nous savons pourquoi .


                                      • eric 11 avril 2012 13:00

                                        PS le nouvel obs du jour confirme : pendant que les « silences » savamment calcules de Hollande effraient les centristes qui se reportent sur Sarko, il exasperent les Melenchoniens dont les reports se degradent a la meme vitesse que ceux des centristes.
                                        Il oublie cependant la conclusion la plus importante. La meilleure campagne de premier tour au vu des sondages, apparait de loin comme celle de Sarko : A peu pret autant de points en plus que melenchon sur trois mois. Mais celui la beneficie du silence tonitruant de Hollande et du caractere inaudible des autres a gauche. Bref, il est seul sur son segment.

                                        Sarko lui est un sortant en periode de crise face a 9 candidats dont la majeure est TSS.

                                        Chapeau l’artiste ! Cela promet pour le second tour.....

                                        http://tempsreel.nouvelobs.com/sondage-presidentielle-2012/20120410.OBS5835/trois-sondages-un-vainqueur-francois-hollande.html

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès