Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Législatives : Mme Narducci en a assez de la « sale campagne » de M. (...)

Législatives : Mme Narducci en a assez de la « sale campagne » de M. Mennucci !

Faux sondage, menaces et collusion avec la presse… Lisette Narducci, ancienne socialiste et candidate aux législatives dans la 4ème circonscription de Marseille, dénonce les agissements de son concurrent PS, Patrick Mennucci !

A cinq jours du premier tour des législatives, la tension monte à Marseille et les coups bas se multiplient… Lisette Narducci, ancienne socialiste et candidate sans étiquette dans la 4ème circonscription, a décidé de riposter « aux attaques indignes » de Patrick Mennucci, concurrent direct et ancien camarade socialiste !

Maire de secteur des 2ème et 3ème arrondissements depuis 17 ans, elle a choisi en mars de se présenter aux législatives des 10 et 17 juin, défiant ainsi le PS et le candidat investit par la parti : Patrick Mennucci ! Le combat contre son homologue du 1/7, soutenu par le parti, est extrêmement difficile… Mais le plus dure, pour l’élue locale, serait les « accusations indignes », « l’intimidation » et la « diffamation » dont elle se dit victime.

Mensonges, menaces et colis de Noël !

« J’ai rarement vu une campagne aussi sale… J’ai l’impression, que pour certains (NDLR : Patrick Mennucci), cette campagne est une guéguerre, où il faut abattre le candidat « , lance la maire de secteur, outrée mais combative. Durant ses porte-à-porte, Patrick Mennucci aurait colporté que Lisette Narducci ne se présentait plus aux législatives : « il a dit qu’il fallait oublier mon nom, parce que de toute façon j’ai renoncé ».

« Il a aussi dit aux commerçants qui mettaient mon affiche dans leur commerce , qu’ils sont passibles d’une amende de 9 000 euros (…) Cela s’appelle de l’intimidation et des menaces », ajoute Lisette Narducci. Place de Strasbourg, dans le 3ème arrondissement, les commerçants d’une boucherie et le responsable d’un cyber-café confirment les propos de l’élue avec une précision : « ils ont tout enlevé, que ce soit les affiches de Mme Narducci, de Mr Mennucci, ou de Mr Barles (…) », explique le gérant du cyber-café.

Jusque là, rien d’anormal : le simple « jeu politique » d’une campagne électorale, diront certains… Mais le candidat socialiste dépasserait les limites de la partie avec des attaques plus violentes : « il raconte partout que je fais campagne avec l’argent du Conseil général. Cela s’appelle de la diffamation ! Ce que je dis, je l’affirme parce que j’ai des preuves », explique Lisette Narducci, qui entend porter plainte contre M. Mennucci.

Après plusieurs sollicitations par notre rédaction, Patrick Mennuci, par la voix de sa « responsable de communication », Maud de Bouteiller, nous a expliqué qu’il ne parlerait pas à News Of Marseille !

La Provence pointée du doigt

C’est sans doute ce faux « sondage confidentiel », publié le 25 mai par La Provence, qui a poussé Lisette Narducci à communiquer. Dans ses colonnes, le quotidien régional livrait son pronostic du premier tour de cette « chaude » circonscription :

« Il y a une législation dans le cadre des sondages… Une obligation de mettre tous les éléments obligatoires qui doivent accompagner ces informations », s’indigne Lisette Narducci, lasse du « rôle » partisan que prend La Provence durant cette campagne.
Tout aussi indignée, Marie-Claude Aucouturier, candidate FN de la 4ème circonscription monte au créneau : « tout cela est fait pour orienter l’opinion des électeurs ». Pour ces candidates, ce « sondage confidentiel » est une preuve de plus, qui illustre les relations privilégiées qu’entretiennent Patrick Mennucci et les journalistes de La Provence François Tonneau et Frédéric Guilledoux.

Avec des propos qui n’engagent qu’elle, l’élue régionale, déléguée à la Commission budget de la région PACA, dénonce le « clientélisme » de Patrick Mennucci qui n’augmenterait sa côte politique « qu’en faisant des coups tordus ». Le 25 mai dernier, lors d’une réunion à huist clos, le vote des 90 .000 euros de subventions attribués à l’UFM aurait été reporté… « J’ai fait remarquer que Mme Nasséra Benmarnia (NDLR : directrice de l’UFM) était aussi suppléante de M. Mennucci ». Y aurait-il là, comme le sous-entend Mme Aucouturier, un conflit d’intérêt susceptible d’entraîner l’invalidation de l’élection ?

Sarah Arnaud

Retrouvez également les vidéos sur News of Marseille


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • kedjey 6 juin 2012 19:26

    Le changement ce n’est pas maintenant smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

NewsofMarseille

NewsofMarseille
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès


Derniers commentaires