Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Lendemain d’élections en Allemagne, Merkel : l’ogresse

Lendemain d’élections en Allemagne, Merkel : l’ogresse

Après les billets sous ecstasy de nos principaux chroniqueurs français, on en revient au principe de réalité. Les lendemains d’élection déchantent et la « femme la plus puissante du monde », comme a osé la nommer le journal le Monde, est bien embarrassée. Tout d’abord c’est l’hécatombe dans les états-majors des principaux partis, hormis le sien. Et enfin cette « belle victorieuse » est dans les faits, sans majorité à la chambre et avec, en face d’elle 319 députés (3 de plus que la majorité) qui peuvent tout bloquer.

C’est donc une large victoire, si l’on en croit les médias, mais qui la laisse sans interlocuteurs pour le moment. Le Parti libéral, premier parti à être éliminé du Bundestag, est confronté au reclassement de ses élus et de ces permanents (600 personnes dit-on !), son président Philipp Rösler a donc démissionné, c’est le moins qu’il pouvait faire. Il méditera sur les bienfaits d’une stratégie de gouvernement avec Mme Merkel, l’ogresse.

Quant aux Verts, ils doivent faire leur examen de conscience, leur résultat est plus que décevant (8,4%), juste en deçà de celui de Die Link (8,6%). On est très loin de l’objectif assigné des 20 %. C’est donc toute la direction des Verts et les deux têtes de liste de campagne qui ont donné leur démission. Un congrès extraordinaire en novembre devrait remettre les pendules à l’heure entre les modérés, éventuellement prêts à faire un accord de gouvernement avec Mme Merkel et les plus durs, plus nombreux et enclins à un rapprochement avec Die Linke.

Le SPD est plutôt en phase d’indigestion… la campagne de sa tête de liste Peer Steinbrück a été détestable, et même s’il progresse d’un scrutin à l’autre, le parti est en état de paralysie. Même si sur le papier la gauche a la majorité au Bundestag, aucun travail n’a été fait en ce sens. Le SPD se prépare donc à un mini congrès, très vite, le vendredi 27 septembre pour étudier la situation.

Mais cette victoire à la Pyrrhus de l’ogresse Merkel fait peur à tout le monde pour le moins. Quel avantage pourrait tirer le SPD d’un gouvernement d’union nationale, dans lequel, à coup sûr, il ne tirerait aucun bénéfice et ne serait pas en mesure d’infléchir la politique actuelle de la CDU-CSU. Il a déjà fait la malheureuse expérience d’un tel gouvernement (de 2005 à 2009).Et l’exemple épouvantable du Parti libéral, réduit à néant après une gouvernance commune avec la CDU-CSU, refroidit plus d’une ardeur, même si des maroquins sont à la clefs.

Le SPD est depuis quelques temps traversé par un courant qui cherche le rapprochement avec Die Linke (issu d’une scission avec le SPD), ne va-t-il pas plutôt privilégier une alternance à venir en cherchant un accord avec les Verts et Die Linke, ce qui lui donne déjà la majorité dans la pire conjoncture électorale qui soit. Alors avec un peu de travail et d’effort, il s’agit bien de la seule alternative possible à la politique de Mme Merkel, dont on se souviendra dans le futur, de la même manière que l’on revisite aujourd’hui les années Thatcher au Royaume Uni.

Aussi rien n’est fait à ce jour… et les allemands ne se sont pas alignés aussi massivement que le journal Le Monde veut nous le faire croire derrière la rassurante Mme Merkel. L’Ogresse s’est imposée dans tous les esprits dominants, mais le petit peuple lui n’a pas dit son dernier mot. Ces élections , si brillantes, a-t-on assez dit, risquent de finir dans une impasse à l’Italienne, faute de voir les trois partis de gauche s’assoir autour d’une table et travailler ensemble à un redressement de l’Allemagne, qui ne soit pas seulement celui des entreprises et des capitalistes, mais aussi celui des travailleurs.


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • L'enfoiré L’enfoiré 24 septembre 2013 18:57

    Juste pour info : qu’est-ce qui change par rapport à l’article précédent ?

    Elle a changé Merkel ?
     smiley

    • L'enfoiré L’enfoiré 25 septembre 2013 08:02

      Rensk,


       Et en vidéo, avec un café serré, cela donnerait peut-être cela.

    • Pelletier Jean Pelletier Jean 25 septembre 2013 10:48

      .... juste une regard sur la situation qui découle de ce vote .... démissions de certains etc....

      http://jmpelletier52.over-blog.com/

       


    • Rensk Rensk 24 septembre 2013 19:20

      Horst Seehofer de la CSU a déjà fermé tout dialogue avec les vert et contredit par-là même Mme Merkel, qui voulait garder ouverte « toutes les options » de ralliement possible.

      Il y a déjà donc un conflit dans l’union CDU-CSU...


      • soi même 24 septembre 2013 19:20
        l’ogresse et pédalo, dormons tranquilles !

        • berry 24 septembre 2013 19:25

          Je préfère le modèle russe au modèle allemand.
          http://www.purepeople.com/media/radieuse-dans-son-body-noir-le_m729528

           


          • jullien 24 septembre 2013 19:51

            Corruption à tous les étages, collusions avec le crime organisé...
            Le modèle russe n’est pourtant pas particulièrement reluisant.


          • berry 24 septembre 2013 19:59

            Alors là, vous êtes difficile....


          • Fergus Fergus 25 septembre 2013 09:32

            Bonjour, Jean.

            Excellente analyse ! La large victoire de Merkel, à titre personnel, ne peut occulter le fait qu’elle ne dispose plus de majorité au Bundestag du fait de la déconfiture des libéraux.

            Que doit faire le SPD ?

            Entrer dans une coalition, c’est courir le risque de connaître les mêmes déconvenues que lors de la première coalition, la Chancelière ayant sucé la moelle de ses alliés socialistes sans que ceux-ci en tirent le moindre profit : bien au contraire, ils avaient perdu 11 points alors qu’ils avaient été assez largement les moteurs du succès de Merkel. Même chose pour les libéraux, laminés pour avoir apporté leur soutien sans faille à la Chancelière.

            Ne pas entrer dans une coalition, c’est courir le risque d’être désavoués par l’opinion dans un pays où la culture du consensus n’est pas un vain mot. C’est pourtant la meilleure voie qu’ils pourraient prendre. Une fois les critiques passées et oubliées, une alliance SPD-Grüne-Die Linke serait en position de force pour mettre la CDU-CSU en minorité d’ici 12 à 18 mois et provoquer de nouvelles élections sur des bases très différentes.

            Cordialement.

             


            • Pelletier Jean Pelletier Jean 25 septembre 2013 10:50

              @Fergus,

               

              Certes les allemands sont habitués à la stabilité, pour autant rien n’est joué et le SPD a intérêt ç y regarder à deux fois avant de rejouer le gouvernement d’union national...

               

              Bien à toi.

               

              http://jmpelletier52.over-blog.com/

               


            • Roubachoff 26 septembre 2013 06:38

              @ Fergus et Pelletier,

              Il se trouve que j’étais en Allemagne au moment de la scission du SPD qui a abouti à la création de Die Linke. A l’époque, la stratégie du SPD fut de tout mettre sur le compte de l’égo « démesuré » de Lafontaine. On n’imagine pas à quel point cette manière de pratiquer la calomnie comme un art - car enfin, Lafontaine renonçait à tout pour se lancer dans l’inconnu - fut couronnée de succès, y compris chez des gens qu’une certaine formation intellectuelle aurait dû mettre à l’abri de ce type de dérive. (N’y voyez aucun mépris pour les « petites gens », car dans bien des cas, c’est là qu’on trouvait le plus de véritable intelligence des choses.) La vérité, c’est que les Allemands, faute d’avoir su (et voulu) analyser, comprendre et digérer leur passé (peu reluisant, nul n’en disconviendra) ont fini par renoncer à toute approche politique pour se tourner vers les illusoires consolations d’un psychologisme de bazar. D’où le succès de ce monument d’incompétence molle qu’est Mme Merkel.

              Sinon, mon bon Pelletier, deux excellents articles qui vous ont fait remonter en flèche dans mon estime (toujours un peu ironique, mais que voulez-vous, on ne se refait plus, à nos âges.)

              Cordialement


            • Bulgroz 25 septembre 2013 10:29

              C’est vrai, la cinglante victoire de Mme Merkel masque en fait une cinglante défaite. Elle se retrouve toute toute seule, sans majorité , sans légitimité, sans programme. Bref un mandat de trop et inutile qui va mener l ’Allemagne à la ruine.

              Par contraste, ce sévère échec de Mme Merkel (malgré les massives fraudes électorales organisées par son parti), met en exergue l’incroyable popularité du super menteur rondouillard qui occupe l’Elysée et qu va soumettre toute l’Europe à sa grande et généreuse politique socialiste.


              • Olivier Perriet Olivier Perriet 25 septembre 2013 11:54

                Noyer le poisson c’est tout un art. smiley


              • imprécateur 25 septembre 2013 10:55

                192 + 63 +67 = 319 ! Effectivement cette simple addition, aucun de nos précieux commentateurs n’était intellectuellement capable de l’effectuer. Nous savions déja qu’ils ne savaient pas écrire, nous avons à présent la confirmation qu’ils ne savent pas non plus compter !!!


                • Pelletier Jean Pelletier Jean 25 septembre 2013 12:48

                  est-ce vraiment qu’ils ne savent pas compter. je ne crois pas, c’est plutôt une « emprise idéologique » qui orient leurs cerveaux.

                   http://jmpelletier52.over-blog.com/

                   


                • BA 25 septembre 2013 11:02
                  L’Allemagne s’effondrera, comme les copains.

                  L’Allemagne n’est pas préparée à être submergée par des raz-de-marée de vieux.

                  L’Allemagne va être submergée par des tsunamis de retraités allemands qu’il faudra loger, nourrir, soigner, etc.

                  Avec quel argent ?

                  La dette officielle de l’Allemagne est aujourd’hui de 2150 milliards d’euros (source : Eurostat).

                  La dette réelle de l’Allemagne est de 7000 milliards d’euros.

                  L’effondrement démographique de l’Allemagne n’est pas une bonne nouvelle : il signifie que l’Histoire va venir lui porter l’addition.

                  C’est comme à la fin d’un festin dans un restaurant : il y a toujours un moment où quelqu’un vous porte l’addition.

                  Et à ce moment-là, avec quel argent l’Allemagne va-t-elle payer l’addition ?

                  Lisez cet article :


                  • Pelletier Jean Pelletier Jean 25 septembre 2013 11:05

                    il n’y a rien au bout du lien.... dommage

                     


                  • Bulgroz 25 septembre 2013 11:16

                    Ba nous refait le coup de la dette Allemand qui serait de 7000 Milliards en y incluant les charges futures de retraite.

                    Mais, il oublie d’appliquer la même méthode pour la France.

                    Pour la France, c’est 90% de dette financière +332% de dettes retraites soit 412% du PIB. soit 8400 Milliards de dettes. La France est largement au dessus de l’Allemagne à cet égard qui se situe à 269% du PIB.

                    http://www.workforall.net/ModeleSocialFr.html


                  • Fergus Fergus 25 septembre 2013 11:30

                    Le problème de l’Allemagne n’est pas tant la dette que la nécessité d’assouplir les contraintes économiques (imposées par le tandem Merkel-UE) qui pèsent sur ses voisins. Tant que ces pays ne recouvreront pas une croissance actuellement bridée par les oukases européens, leur situation ne pourra que stagner, voire s’aggraver. Un scénario qui précipiterait l’Allemagne dans une dangereuse crise d’exportation, potentiellement détériorée au fil du temps par le vieillissement préoccupant de la population.


                  • Roubachoff 26 septembre 2013 06:44

                    Pas d’inquiétude pour nos amis les ultra-libéraux de BFM-TV. Avant même que l’Allemagne s’écroule, ils se sont déjà trouvé un nouvel Eldorado : le Canada. Souvenez-vous, il y a quelques années c’était l’Espagne. Et il fut un temps où le Japon faisait baver tout le monde. De toute façon, les Doze, Chiffre, Attali et consort se sont jamais à court d’argument quand il s’agit de démontrer qu’ils avaient raison d’avoir tort.


                  • howahkan Buddha 25 septembre 2013 16:42

                    c’est l’histoire d’un mec qui se dit : tient ! une bonne compétition c’est bien, je sens que je vais gagner ! smiley
                    le tout multiplié par 7 milliards........... smiley

                    après des siècles de monopoly, le gagnant se dessine, il est presque seul avec 7 milliards de battus smiley) qui tous pensaient gagner......

                    tout s’écroule ,enfin la finance , que va t’ il se passer ? smiley
                    colère,règlement de compte,

                    il ne fallait pas jouer, comme avec le nucléaire, la génétique , la chimie qui pollue et tue etc etc...

                    De la Fontaine parlait des humains ici :

                    -Une Grenouille vit un Boeuf
                    Qui lui sembla de belle taille.
                    Elle, qui n’était pas grosse en tout comme un oeuf,
                    Envieuse, s’étend, et s’enfle, et se travaille,
                    Pour égaler l’animal en grosseur,
                    Disant : « Regardez bien, ma soeur ;
                    Est-ce assez ? dites-moi ; n’y suis-je point encore ?
                    - Nenni. - M’y voici donc ? - Point du tout. - M’y voilà ?
                    - Vous n’en approchez point. »La chétive pécore
                    S’enfla si bien qu’elle creva.
                    Le monde est plein de gens qui ne sont pas plus sages :
                    Tout bourgeois veut bâtir comme les grands seigneurs,
                    Tout petit prince a des ambassadeurs,
                    Tout marquis veut avoir des pages.
                    ...


                    • howahkan Buddha 25 septembre 2013 16:51

                       

                      Dans le cristal d’une fontaine
                      Un cerf se mirant autrefois
                      Louait la beauté de son bois,
                      Et ne pouvait qu’avec que peine,
                      Souffrir ses jambes de fuseaux,
                      Dont il voyait l’objet se perdre dans les eaux.
                      « Quelle proportion de mes pieds à ma tête ?
                      Disait-il en voyant leur ombre avec douleur :
                      Des taillis les plus hauts mon front atteint le faîte ;
                      Mes pieds ne me font point d’honneur. »

                      Tout en parlant de la sorte,

                      Un limier le fait partir.

                      Il tâche à se garantir ;

                      Dans les forêts il s’emporte.
                      Son bois, dommageable ornement,
                      L’arrêtant à chaque moment,
                      Nuit à l’office que lui rendent
                      Ses pieds, de qui ses jours dépendent.
                      Il se dédit alors, et maudit les présents

                      que le ciel lui fait tous les ans

                      Nous faisons cas du beau, nous méprisons l’utile ;
                      Et le beau souvent nous détruit
                      Ce cerf blâme ses pieds, qui le rendent agile ;
                      Il estime un bois qui lui nuit..................................................

                      Mais qu’est ce que ça a à voir avec le sujet ?

                      Mais tout bien sur.....il fut un temps ou l’humain avait encore un cerveau ..

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès