Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Lepénisation, avec des vrais morceaux de Sarkozy dedans

Lepénisation, avec des vrais morceaux de Sarkozy dedans

J’éprouve quelque agacement devant les arguments - que je ne qualifierai pas - avancés ces derniers jours par la gauche, dans son opposition au Grand Satan.

J’éprouve aussi quelque scepticisme quant à l’intelligence et à la finesse stratégique, à long terme, de leur démarche. Car, au final, les excès de diabolisation auxquels ils se livrent finiraient par m’inciter à regarder de plus près les idées de Jean-Marie Le Pen. Allez... Parce que je sais que le second degré passe fort mal et que nombreux sont ceux qui, ne voulant pas le percevoir, seraient trop heureux de se jeter sur une telle "confession", je précise que je ne fais que forcer le trait mais que, si mes convictions m’en éloignent, je ne suis pas du tout certain que ce type de propos ne finisse pas par respectabiliser Le Pen.

Car, ces temps-ci, à gauche (et pas seulement) le mot d’ordre est plus pressant encore qu’il ne l’a été jusque là. Nicolas Sarkozy est un petit Le Pen (vous avez d’ailleurs, au choix : Sarkozy, c’est un Le Pen light, ou Sarkozy, c’est Chirac en pire). C’est Ségolène Royal qui s’en tient à des allusions à peine voilées. C’est Daniel Cohn-Bendit, dans un chat que je regrette d’avoir signalé tant il s’est montré incapable, sur un sujet qui le requérait, de dépasser la lorgnette partisane.

C’est cet extrait de ce chat qui m’a amené à réagir :

Henri : Que pensez-vous des dernières déclarations de Nicolas Sarkozy à propos d’une Union méditerranéenne ? N’est-ce pas une façon d’exclure toute une série de pays de la construction européenne future ?

Daniel Cohn-Bendit : Ce qui était quand même d’abord frappant dans le discours de Nicolas Sarkozy à Toulon, c’est qu’il a d’abord essayé de racoler l’électorat de Le Pen.

Jack Lang ne disait pas autre chose, dénonçant la "lepénisation" de Nicolas Sarkozy.

Et puis, sur les blogs, on trouvait l’argument étonnamment repris de page en page - comprenez que je m’interroge sur la spontanéité de la reprise - selon lequel Nicolas Sarkozy aurait témoigné du respect pour Hitler, en l’appelant "monsieur Hitler". L’argument" est stupide. Il l’est encore plus lorsque l’on se souvient que, si Nicolas Sarkozy est catholique (tout au moins de par son baptême), son grand-père maternel était juif, ce qui tend à exclure naturellement toute espèce de "respect" pour Hitler. Le propos est donc minable et méprisable. Mais il est révélateur.

Ceci étant dit, c’est donc avec une certaine inquiétude que j’ai pris connaissance du discours de Toulon. Deux fois. Une première, rapide, pour vérifier s’il l’avait effectivement terminé par un "La France aux Français ! ou un "Heil Hitler !". En fait, non. Il ne l’a pas fait. Alors bon, les jours passent et puis je le relis. Et je les trouve, ces passages qui défrisent un Jack Lang ou un Daniel Cohn-Bendit. Mais j’en trouve d’autres, aussi. Ceux-là ne les intéressent évidemment pas, puisqu’ils n’entrent pas dans leur schéma stratégique. On s’empressera de me dire que c’est le jeu normal de la politique, avant de me tenir un discours définitif sur le niveau de la campagne et les nécessités de la vie démocratique.

Quels sont-ils ces passages ? Sur un discours d’une certaine longueur, lesquels trouve-t-on ?

On trouve ceux qui ont déjà provoqué quelques remous :

"Je souhaite qu’on ne puisse pas vivre en France sans respecter sa culture et ses valeurs. Je souhaite qu’on ne puisse pas s’installer durablement en France sans se donner la peine d’écrire et de parler le français. Et à ceux qui veulent soumettre leur femme, à ceux qui veulent pratiquer la polygamie, l’excision ou le mariage forcé, à ceux qui veulent imposer à leurs sœurs la loi des grands frères, à ceux qui ne veulent pas que leur femme s’habille comme elle le souhaite, je dis qu’ils ne sont pas les bienvenus sur le territoire de la République française. A ceux qui haïssent la France et son histoire, à ceux qui n’éprouvent envers elle que de la rancœur et du mépris, je dis aussi qu’ils ne sont pas les bienvenus."

Soit, ce n’est pas bien de stigmatiser les étrangers. Il est vrai, toutefois, que lorsque l’on parle d’immigration, c’est généralement à propos des étrangers. Et il est vrai aussi que la République n’a de problèmes qu’à l’égard de certaines coutumes, certains rites, certaines prescriptions, qui ne sont en fin de compte pas le fait des Indiens Inuits. Ceux qui s’effarouchent qu’on le mentionne sont aussi les premiers à appeler de leurs voeux une stricte laïcité et la plus grande intransigeance contre les horaires de piscines aménagés pour les femmes.

Mais je vous le concède assez volontiers : le discours de Nicolas Sarkozy sur les étrangers, sur l’immigration, ne m’intéresse guère. Ce n’est pas le premier thème que je souhaite voir traiter lors de ces présidentielles.

On trouve également l’ensemble du passage sur l’immigration choisie :

C’est dans la perspective de cette Union Méditerranéenne qu’il nous faut concevoir l’immigration choisie, c’est-à-dire décidée ensemble, organisée ensemble, maîtrisée ensemble.

C’est parce que j’aime la France, parce que je sais qu’elle est notre bien le plus précieux, parce que la France partage avec tous les pays de la Méditerranée le même idéal humain, parce qu’autour de la Méditerranée, au-delà de toutes les différences, tous les hommes ont au fond en commun le même humanisme que nous pouvons, que nous devons regarder tous ensemble en face la question de l’immigration.

C’est parce que l’immigration non maîtrisée est une catastrophe pour les pays de départ comme pour les pays d’accueil que je veux poser à l’échelle de la Méditerranée la question de l’immigration clandestine. Elle fait la fortune des marchands de sommeil et des passeurs sans scrupules qui n’hésitent pas à mettre en danger la vie des pauvres malheureux dont ils exploitent la détresse. Aussi je souhaite qu’une convention soit élaborée entre tous les pays méditerranéens pour faciliter les reconduites à la frontière, et je souhaite que celui qui a été reconduit dans son pays ne puisse pas obtenir un titre de séjour en France pendant les cinq ans qui suivent.

Je souhaite que les étrangers en situation irrégulière soient exclus du droit au logement opposable.

C’est parce que je crois en la Méditerranée comme un espace de solidarité et de coopération que je souhaite que soit mise en place avec tous les pays qui l’entourent une politique commune d’immigration choisie, c’est-à-dire décidée ensemble, organisée ensemble, maîtrisée ensemble, et que dans ce cadre chaque pays fixe chaque année le nombre des étrangers qu’il peut accueillir dans des conditions qui permettent de respecter la dignité des personnes, que l’immigré en situation régulière ne puisse faire venir sa famille que dans la mesure où les revenus de son travail lui permettent de la faire vivre et de la loger décemment, qu’une charte fixe clairement les principes de l’entrée et du séjour des étrangers dans les pays d’accueil.

Je note en premier lieu que seuls les étrangers en situation irrégulière sont "exclus du droit au logement opposable". Je le mets dans une petite case quelque part.

Pour le reste, mon intégrité intellectuelle m’inquiète. J’ai peur que mon esprit soit en voie de lepénisation. Parce que, ayant relu ce passage plusieurs fois, je ne suis pas choqué.

Et voilà.

Il reste bien évidemment l’ensemble des passages concernant les fils de harkis, ceux qui concernent les descendants de ceux qui sont partis en toute bonne foi dans les colonies, celui dans lequel il cite Camus :

Je veux leur dire : n’avez-vous donc jamais été émus par la voix de Camus parlant pour tous ceux qui allaient devoir quitter la terre de leur enfance ? : « j’ai aimé avec passion cette terre où je suis né, j’y ai puisé tout ce que je suis et je n’ai jamais séparé dans mon amitié aucun des hommes qui y vivent, de quelque race qu’ils soient. Bien que j’aie connu et partagé les misères qui ne lui manquent pas, elle est restée pour moi la terre du bonheur, de l’énergie et de la création. »

Oui, bien sûr, à Toulon, sur cette côte, il s’adresse à des personnes qui, pour une certaine part, ont été sensibles au discours de Jean-Marie Le Pen. Il le fait, et je le comprends, dans l’optique qu’il a bien indiquée initialement : parce qu’une personne qui a voté Le Pen n’est pas un paria, parce que rien ne dit qu’elle votera toujours Le Pen, et parce que, par ce vote, ce n’est pas nécessairement l’adhésion aux idées de Le Pen qu’elle exprime. Certains de ceux-là votent avant tout pour celui qu’il perçoive comme étant le seul à ne pas les avoir lâchés, eux ou leurs parents, à leur retour des colonies, lorsque, ayant déjà souffert de quitter ces terres, on leur a expliqué qu’ils n’étaient que des exploiteurs. La faute revient à qui ? A ceux qui ont voté Le Pen ? Ou à ceux qui ont effectivement laisser se dérouler un discours injustement culpabilisateur ?

Rassurez-vous : je ne me leurre pas. Parmi les colons, il y avait des salauds, des pauvres types. C’est le lot commun de l’espèce humaine. Mais certains, dans une vision assez marxiste de l’Histoire, ont voulu ne voir que les salauds.

Alors, oui, il leur parle. Et, voyez-vous, si le fait qu’il leur parle peut contribuer à éviter que la France s’illustre une fois de plus avec un Le Pen au deuxième tour, je n’y vois pas d’inconvénient.

Jack Lang a préféré ne pas évoquer les propos tenus à l’égard des harkis. Il a bien fait. Pour quelqu’un qui se tenait à peu de distance d’un Georges Frêche vociférant et qui a affirmé ne pas avoir entendu ses saillies, avant de trouver un autre système de défense, l’exercice eût été périlleux.

Et puis, surtout, il y a tous ces passages du discours qu’il est malhonnête - mais tellement prévisible - d’écarter au profit de quelques phrases.

Ainsi lorsque Nicolas Sarkozy évoque cette Union méditerranéenne, il emploie des termes que je peine à imaginer dans la bouche de Le Pen :

Quand l’enfant grec cessera de détester l’enfant turc, quand l’enfant palestinien cessera de haïr l’enfant juif, quand l’enfant chiite cessera de maudire le sunnite, quand l’enfant chrétien tendra la main à l’enfant musulman, quand l’enfant algérien ouvrira les bras au Français, quand l’enfant serbe deviendra l’ami du Croate, la Méditerranée redeviendra le plus haut lieu de la culture et de l’esprit humain et elle pèsera de nouveau sur le destin du monde. Nos enfants ne sont pas condamnés pour l’éternité à la vengeance et à la haine. La Méditerranée doit faire pour elle-même ce que fit l’Europe après deux guerres qui avaient failli l’anéantir.

Le Pen ne dirait pas ça : ça fait "gonzesse".

Ca non plus, je ne suis pas vraiment certain de l’avoir entendu le dire :

Aux Algériens, aux Marocains, aux Tunisiens, à tous les ressortissants de nos anciennes colonies qui, espérant dans la France, sont venus y vivre, je veux que la France tende la main, qu’elle les accueille fraternellement, qu’elle ne leur offre pas la repentance mais la compréhension et le respect.

Et puis ça, ça ne mérite pas d’être mentionné ?

Il faut regarder la Méditerranée à l’aune de la mondialisation. La mondialisation est un fait. Un fait aussi plein d’espoir que lourd de menaces.

Alors qu’une partie de l’humanité s’arrache à la misère, une autre s’enfonce dans la pauvreté.

Refuser de voir la détresse au milieu de l’abondance, oublier la misère matérielle et morale de l’ouvrier du tiers-monde exploité jusqu’au bout de ses forces, et derrière les succès, ne pas regarder les inégalités, la violence et le pillage des ressources naturelles, c’est se condamner à ne pas comprendre que la mondialisation doit être abordée comme un problème de civilisation et pas seulement comme un problème économique.

La mondialisation c’est la croissance économique mondiale plus forte que jamais. C’est aussi le réchauffement climatique et des milliers de pauvres gens qui s’entassent dans des pirogues pour traverser la mer.

La mondialisation c’est les droits de l’homme et la démocratie. C’est aussi le terrorisme et le fanatisme religieux.

(...)

La mondialisation c’est l’occidentalisation du monde confrontée au rejet de l’Occident.

On ne peut pas continuer de répondre à la souffrance sociale, à la détresse morale, à des angoisses légitimes : « c’est triste mais on n’y peut rien ».

On ne peut pas continuer de répondre à l’angoissante question de l’avenir que dans l’interdépendance des nations, entre la montée en puissance du client et de l’actionnaire, au milieu du va-et-vient incessant des capitaux et des marchandises, le marché est tout et la politique rien.

Je n’accepte pas cette idée.

L’accepter c’est faire le lit de tous les extrémismes et de tous les fanatismes.

L’accepter c’est accepter que la mondialisation soit le nouveau nom de la fatalité.

Seule la politique peut mettre la mondialisation au service de l’homme. Seule la politique peut prévenir la révolte de l’homme contre une mondialisation dont il a le sentiment qu’elle l’asservit au lieu de le libérer.

Dernière chose, et après, je vous laisse tranquilles, promis :

Quand on évoque tout ce qui constitue notre conception de la personne humaine dans sa dimension intellectuelle comme dans sa dimension morale et spirituelle, tous nos regards se tournent vers la Méditerranée qui nous a tout enseigné. Nous sommes les enfants de l’Egypte, de la Grèce, d’Israël, de Rome, de Venise, de Florence, de Séville. Nous sommes tous les enfants de Socrate condamné à mort pour avoir perverti la jeunesse athénienne, d’Alexandre éternellement jeune et de son rêve grandiose d’un empire universel unissant l’Orient et l’Occident, d’Auguste faisant tous les soirs sa prière à tous les dieux de l’empire, d’un humble Juif crucifié pour avoir enseigné aux hommes à s’aimer les uns les autres.

Quand je pense à la Méditerranée, je pense à l’homme européen qu’elle a fait naître. Je pense à cette part de moi-même, à cette part de chaque Français, de chaque Européen, qui donne le sentiment, face à la Méditerranée, d’un retour à la source, à l’origine de sa propre pensée, de sa propre identité.

Je pense aussi à cette part de moi-même qui me fait me sentir chez moi quel que soit le pays, quel que soit le rivage qu’elle baigne.

Nous sommes aussi les enfants de Cordoue et de Grenade, les enfants des savants arabes qui nous ont transmis l’héritage des anciens Grecs et qui l’ont enrichi.

Attention à ce que vous dites, hein. Parce que si ça, c’est de la lepénisation des esprits, moi, je me sens devenir frontiste.

Alors voilà, certains font le pari que lorsqu’il énonce tout ce que je viens de citer en dernier lieu, il n’est pas sincère, qu’il masque sa vraie nature, celle d’un homme intolérant, haineux, celle d’un petit-fils de Juif (et Juif lui-même selon les conceptions diverses du judaïsme) qui respecterait Hitler.

J’ai tendance à penser - eh bien oui - que tel n’est pas le cas. Tendance à penser que Nicolas Sarkozy a tiré les leçons du 21 avril 2002 et du 29 mai 2005, les deux claques les plus visibles, mais point les seules. Tendance à penser que certes, parfois, il est un peu border-line. Un peu perplexe aussi sur la réelle efficacité de la chose. Quoique je ne sois pas un politologue émérite. Mais j’ai fortement tendance à penser que le Sarkozy d’extrême droite est bel et bien une construction stratégique et politicienne de la gauche.


Moyenne des avis sur cet article :  3.79/5   (136 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • koz koz 12 février 2007 14:10

    Le fait de surfer de gauche à droite - si on l’admet - ne me paraît pas, en lui-même, trop mauvais, tant que l’on prend le meilleur des deux. Et ce n’est pas ce qui fait de vous un facho.

    Quant au discours de Toulon, je suis sincèrement aller le lire avec quelque inquiétude, dans la mesure où, étant à Toulon, il aurait pu se « laisser aller » dans l’idée de convainvcre des électeurs qui se sont montrés sensibles au FN. Mais c’est un discours ferme et ouvert.

    La gauche a visiblement voulu étouffer la proposition d’Union Méditerranéenne, proposition centrale du discours, et qui n’est pas spécialement une proposition à la Front National. Alors, elle a trouvé ce moyen de la disqualifier.


  • dégeuloir (---.---.148.92) 13 février 2007 22:51

     smiley Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines ? Ami, entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne ? Ohé, partisans, ouvriers et paysans, c’est l’alarme. Ce soir l’ennemi connaîtra le prix du sang et les larmes.

    Montez de la mine, descendez des collines, camarades ! Sortez de la paille les fusils, la mitraille, les grenades. Ohé, les tueurs à la balle et au couteau, tuez vite ! Ohé, saboteur, attention à ton fardeau : dynamite...

    C’est nous qui brisons les barreaux des prisons pour nos frères. La haine à nos trousses et la faim qui nous pousse, la misère. Il y a des pays où les gens au creux des lits font des rèves. Ici, nous, vois-tu, nous on marche et nous on tue, nous on crève...

    Ici chacun sait ce qu’il veut, ce qu’il fait quand il passe. Ami, si tu tombes un ami sort de l’ombre à ta place. Demain du sang noir sèchera au grand soleil sur les routes. Chantez, compagnons, dans la nuit la Liberté nous écoute...

    Ami, entends-tu ces cris sourds du pays qu’on enchaîne ? Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines ? Oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh...


  • Bernard Dugué Bernard Dugué 12 février 2007 13:20

    Bonjour, coïncidence étrange, j’ai moi aussi cru bon de déconstruire l’image du facho Sarkozy,

    à lire ici

    http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=19138


    • snoopy86 (---.---.215.248) 12 février 2007 16:13

      Cette coîncidence est d’autant plus heureuse que les deux articles sont excellents.

      Ils rompent, avec objectivité, avec toutes les diabolisations que nous avions lu tous ces jours sur agoravox.

      Que l’on aime le candidat ou qu’on ne l’aime pas, votre honnêteté à tous les deux a quelque chose de rafraichissant.


    • jujubinche (---.---.235.222) 12 février 2007 13:46

      Le truc, c’est qu’on se doute bien que Sarkozy n’est pas un vrai facho. Le problème avec N Sarkozy, c’est qu’il diffuse ses idées en prime time, les simplifiant à l’extrême (sans jeux de mots smiley ).

      Le cas des moutons égorgés est simplement édifiant :

      La question ne portait pas sur ce problème précis, et lui s’est senti obligé de citer ces cas, qui, on le sait bien ne sont pas représentatifs de la population étrangère en france. Ce sont des cas particuliers.

      Il y a un mot pour cela, c’est la stygmatisation gratuite. Vous pourrez facilement prouver par A + B que sarkozy n’est pas facho, vous n’arriverez pas à prouver qu’il ne participe pas à la diffusion des idées fachos. Le discours de toulon n’est rien par rapport à cette sortie lamentable sur TF1, en prime devant 8 Millions de personnes.

      Je pense que sarko drague les élécteurs FN, et qu’il le fait outrageusement.


      • koz koz 12 février 2007 14:05

        J’ai écrit ce billet vendredi. Dimanche, je terminais la lecture d’un ouvrage, « les religions meurtrières » et, de façon accessoire, j’en otais un passage :

        " L’un d’eux a eu cette formule : respecter les autres, se respecter soi-même, exiger le respect des autres pour soi-même. Bien dit, non ?

        Cela passe par la réaffirmation de quelques règles simples, dont l’application ne doit souffrir aucune discussion, aucune compromission, aucune dérogation. Ici, on ne bat pas sa femme, on n’excise pas sa fille, on ne tue pas sa soeur sous prétexte qu’elle a souillé l’honneur de la famille en refusant le mari qu’on voulait lui imposer. Ici, la conscience est autonome et la religion relève du libre choix de l’individu. Ici, on ne tolère aucune manifestation de sectarisme religieux, les prêches haineux sont proscrits, l’incitation à la violence est interdite par la loi. La République est bonne fille, elle doit réapprendre à sortir ses griffes.

        Elle ne doit pas seulement interdire qu’on enfreigne ses lois, elle doit exiger qu’on embrasse son éthique.” (p.131)"

        Son auteur n’est pas précisément ce que l’on peut appeler un facho (http://www.koztoujours.fr/?p=121 )

        C’est donc que cette image vient d’ailleurs : du matraquage de la gauche, aidée en cela par le fait que Sarko soit à l’Intérieur, et par son style énergique...


      • jujubinche (---.---.235.222) 12 février 2007 15:54

        Je ne suis toujours pas convaincu.

        Vous me parlez d’un livre, soit. Moi, je vous parle d’un raccourci soigneusement choisi par des conseillers politiques. Un raccourci volontairement réducteur pour frapper les esprits... ce qu’il a fait, en stygmatisant les immigrés, et leurs pratiques barbares. Il n’y a aucun developpement littéraire la dedans, juste un avis brut de décoffrage asséné à une heure de grande écoute. Je suis désolé, mais je persiste donc dans mon opinion : ce n’est pas super élégant.


      • Bruno (---.---.109.53) 12 février 2007 16:30

        @jujubinche

        Le cas des moutons égorgés un cas particulier ? viens vivre avec moi en banlieu tu verra si c’est un cas isole dans la tour ou je vis Arretez de vous contenter de ce qu’on vous dis dans les medias. C’est peu etre un cas isole dans le seizieme mais pas a sarcelle


      • jujubinche (---.---.235.222) 12 février 2007 16:39

        T’es gentil je vis porte de la chapelle.


      • jujubinche (---.---.235.222) 13 février 2007 11:01

        Les sarkozystes sont de sorti on dirait !

        +9 au crétin qui croit pouvoir donner des leçons de banlieue sans connaître le moins du monde son interlocuteur !!

        C’est pas mal ça. Allez les mecs, trouvez plutôt des arguments valables, ça fera travailler la bonne partie de votre cerveau, celle qui n’est pas encore complètement bousillée pas la haine.


      • machinchose (---.---.168.64) 13 février 2007 15:56

        Pour parler des gens qui ne respectent pas les lois de la france il n’y avait dans la bouche de M. Sarkozy ques des exemple africains... pas d’exemple russe ou d’exemple franco-français... non non les gens qui ne respectent pas sont des attardés (polygames et egorgeurs) et africains... pas entrepreuneur du BTT qui emploie des illégaux ou des mafieux de l’est...

        on peut considérer que c’était minable.


      • LE CHAT LE CHAT 12 février 2007 13:48

        bon papier , cher koz , difficile de s’y retrouver entre démagosarko flattant le nationalisme bon teint et JMLP se sachant dans le colimateur de ceux qui veulent le diaboliser et qui fait patte de velours ! et avec Ségolène qui veut remettre au goût du jour les très pétainistes maisons de correction !


        • CAMBRONNE CAMBRONNE 12 février 2007 14:26

          BONJOUR KOZ

          Merci pour cet excellent article qui m’a permi de lire de bonnes citations de Nicolas Sarkozy .

          La tactique électorale se résume pour certains second couteaux comme Jack LANG à faire simple :A droite on cherche à montrer que Ségolène est bête à gauche que Sarko est un danger pour la république .La vérité est toute différente : Ségolène est socialiste et Sarko représente la droite républicaine .

          Ce sont les arguments les plus simples qui bien ressassés marchent le mieux . CF les Racailles et le Karcher .

          Faxe à des arguments de ce niveau il n’y a rien à dire .

          Vive la république quand même .


          • (---.---.7.210) 12 février 2007 14:27

            Tant qu’on limitera le nationalisme français aux références de 39-45 et qu’on oubliera qu’il est en France issu de la Revolution, on sera toujours Hors sujet.

            Tant qu’on oubliera que le Bonapartisme, le Colbertisme, le Gaullisme sont aussi des occurences de cette famille, on ne fonctionnera que dans la caricature.

            Tant qu’on oubliera l’analyse politique de Duverger et ce que signifie les 3 droites (Nationale et Autoritaire, Chretienne democrate et Sociale et Liberale) on sera toujours dans l’a peu pres.

            La faiblesse des droites est d’avoir accepté la caricature que la gauche faisait d’elle. D’une part en les metttant toutes les 3 dans le meme sac, d’autre part en ne prenant de chacune d’elle que ces caricatures extremes.

            Non, le nationalisme français ne se limite pas seulement a Petain ou a l’OAS. Non, la chretienne democratie n’est pas qu’une assemblée de bigots cul-benis, anti-avortement et contre le divorce ! Non le liberalisme ne se limite pas seulement a defendre le grand capital,mais aussi TOUTES les libertés.

            Mais voila, enseignants et journalistes nous ont imposé les références de gauche et nous avons du mal a nous en defaire.

            Il faudra bien pourtant y arriver et combattre sur le fond. Mais il est vrai que Lepen et Madelin ont parfois surfé avec leur caricatures...


            • www.jean-brice.fr (---.---.159.174) 13 février 2007 14:01

              Ce que vous pouvez être aveugles : le vrai patriotisme (et non nationalisme) est gaulliste ! continuez dans cette direction et vous aurez les résultats que vous méritez ...


            • non666 (---.---.7.210) 12 février 2007 15:00

              J’avions oublié de signer (la , au dessus)


              • Jojo2 (---.---.158.64) 12 février 2007 15:45

                Qui y croit vraiment à cette histoire d’Union Méditérranéenne ? J’aimerai bien le savoir.


                • Yves (---.---.15.126) 12 février 2007 16:00

                  Bonjour ,

                  Les caricatures ont toujours été utilisées par les politicards , de droite comme de gauche , pour dénigrer l’adversaire ...
                  - Ceci étant , cet article y participe ...

                  SARKOZY nous fait un beau discours plein d’humanisme ... , « amour , justice et solidarité » ... ,
                  - comme CHIRAC ...... n’a cessé de le faire jusqu’aujourd’hui ......... ( avec lui aussi , un discours télévisé , en 2002 , sur les voisins de palier immigrés , parasites , polygames , bruyants et odorants ... , rappelez vous ... )
                  - S’y tiendra t-il ... ??? ,
                  - alors que toute sa vie politicienne jusqu’aujourd’hui a été celle de l’école R.P.R. ... ( membre du bureau politique , secrétaire national , porte parole , président ) , avec son affairisme , ses magouilles , sa délinquance financière , sa partialité , son iniquité , sa prévarication et sa corruption ...
                  - Sauf erreur , je ne l’ai pas encore entendu s’exprimer très clairement et précisément sur une « rupture totale avec cette Ripouxblique » ...... , à laquelle il n’a cessé de participer ... ( maire , député français et européen , conseiller régional , président de conseil général , ministre , etc... )
                  - Ainsi , par exemple , dans son fief des Hauts de Seine ... , le député maire délinquant de Levallois - Patrick BALKANY - est l’un de ses amis intimes ...
                  - qui se ressemble s’assemble ... !!!

                  Aujourd’hui , Ségolène ROYAL affirme sa volonté de créer une démocratie participative ... ( associer les citoyens à la prise de décisions ) , à côté de la démocratie représentative actuelle ( démocratie confisquée ... ) http://fr.news.yahoo.com/11022007/5/segolene-royal-promet-qu-avec-elle-plus-jamais-la-politique.html
                  - et SARKOZY dénonce aussitôt sa « croyance dans la démocratie d’opinion » ... http://fr.news.yahoo.com/11022007/5/sarkozy-reproche-implicitement-royal-sa-croyance-en-la-democratie-d.html
                  - Donc , pour SARKOZY ... , le citoyen n’a que le droit de voter et payer ... puis de laisser l’Elite gérér pour lui ( et surtout pour elle ... )
                  - SARKOZY qui , pas plus que ROYAL , n’a encore précisé aux citoyens la façon dont il veut financer ses réformes de rupture ...... ( va t-il , par exemple , dans le cadre de cette rupture , faire en sorte que tous les manquements relevés par les Cours des comptes , fassent systématiquement l’objet de poursuites et de sanctions dissuasives ... ??? )

                  Sinon , s’agissant de ces références gonflantes à Hitler et au fascisme ... , rappelons quand même que , contrairement à ce qu’affirme KOZ ... , certains juifs ont bel et bien copiné avec le fascisme ... ,
                  - tel le mouvement BIRIONIM ... qui déclarait qu’il y avait du bon dans Hitler , à savoir sa pulpe anti-marxiste ... http://fr.wikipedia.org/wiki/Sionisme_r%C3%A9visionniste#La_tentation_fasciste_et_les_Birionim_.281928-1933.29

                  Pour terminer , s’agissant de « l’épouvantail avril 2002 » ... que les uns et les autres se jettent au visage des deux côtés ... , rappelons l’excellent film fiction / documentaire de William KAREL http://fr.wikipedia.org/wiki/William_Karel sur le sujet ... « Poison d’Avril » ... http://trendiste.vox.com/
                  - dans lequel , il est notamment rappelé ( avec archives à l’appui ) la façon dont a été orchestrée l’arrivée de Jean Marie LE PEN au second tour ... , après le retrait très étrange de Pasqua ... , permettant ainsi à CHIRAC ( qui ne pesait que 18% au 1er tour ... ) d’être réélu avec 82% ............


                  • drei mal (---.---.187.15) 12 février 2007 16:38

                    Les mandéens victimes de la guerre en Irak —par Chris Newmarker— [12/02/2007 14:23]

                    TRENTON, New Jersey (AP) — Plus de 60.000 au début des années 1990, les mandéens ne sont aujourd’hui qu’entre 5.000 et 7.000 en Irak : ces adeptes d’une religion minoritaire reconnaissant Jean-Baptiste pour prophète comptent parmi les victimes de la guerre qui ensanglante le pays depuis près de quatre ans.

                    Avec les meurtres, les viols, les conversions forcées et les confiscations de propriétés par des extrémistes islamistes, nombre de mandéens ont fui le pays, selon un récent rapport réalisé par la Mandaean Society of America, sise dans le New Jersey.

                    Si l’on en croit les dirigeants mandéens, des dizaines de milliers de fidèles vivent désormais éparpillés à travers le monde, dont une communauté aux Etats-Unis concentrée autour de New York et de Detroit. Et certains s’inquiètent que cette religion disparaisse, en particulier avec les mariages mixtes.

                    « Nous n’avons pas beaucoup d’espoir de survivre (au-delà de) deux à trois générations », estime de fait le Dr Suhaib Nashi, un pédiatre de 53 ans, membre de la direction de la Mandaean Society of America.

                    Pour les spécialistes de la culture mandéenne, leur disparition représenterait une grande perte, la fin d’un mouvement religieux remontant à l’époque de l’Empire romain. Les mandéens, gnostiques du Moyen-Orient, définissent leur religion dans la lignée de Jean-Baptiste et le reconnaissent pour prophète. Ils prônent le baptème pour se rapprocher d’un « monde de lumière », meilleur à leurs yeux que celui régnant sur Terre.

                    Ce mouvement « représente une tranche de la culture du Moyen-Orient avant la montée de l’Islam. C’est une vue sur un ancien monde. Et franchement, nous n’en savons pas beaucoup », observe Charles Haberl, spécialiste du Proche-Orient à la Rutgers University.

                    L’universitaire, qui prévoit de faire réimprimer l’un des principaux livres saints des mandéens pour la première fois en près de 150 ans, estime qu’une « énorme tradition littéraire » pourrait prochainement disparaître.

                    Contraints de quitter l’Irak et l’Iran, nombre de mandéens se sont adaptés à leurs nouvelles conditions de vie, connaissant une réussite financière en tant que médecins, ingénieurs ou bijoutiers, d’après le Dr Nashi. Mais nombreux sont aussi les représentants de la jeune génération à avoir épousé des femmes qui ne font pas partie de la communauté, suscitant des interrogations sur la survie du rite.

                    En Irak, les quelques milliers de mandéens qui y résident encore sont soumis à des conditions de vie de plus en plus dangereuses. Du temps de Saddam Hussein, ils étaient d’une certaine façon protégés par le gouvernement, qui surveillait les affrontements entre musulmans chiites et sunnites. Mais aujourd’hui, ils sont visés par des extrémistes de tous bords.

                    Le Dr Nashi raconte qu’un de ses cousin du côté paternel, Souhail Jani Sahar, a été tué par des chiites en novembre. Un cousin plus éloigné, du côté maternel, Yahya al-Chouhaily, a lui été tué par des sunnites en juin.

                    Tant le Dr Nashi que Mamoun Abdoulaimi, un mandéen de 60 ans vivant dans l’Etat de New York, sont convaincus qu’il ne restera bientôt plus de mandéens en Irak. D’après eux, des milliers d’adeptes ont trouvé refuge en Jordanie et en Syrie, mais rencontrent encore des problèmes.

                    Pour Jorunn Buckley, du Bowdoin College de Brunswick (Maine), qui a étudié le mandéisme et témoigné pour des adeptes de la religion devant des tribunaux américains, les Etats-Unis pourraient oeuvrer davantage afin que les mandéens quittent le Moyen-Orient.

                    Interrogé sur ce point, un porte-parole du département d’Etat renvoie aux propos tenus le 17 janvier par la secrétaire d’Etat adjointe Ellen Sauerbrey, qui garantissait « la même considération » pour les « populations spéciales » (minorités religieuses) d’Irak que pour les autres communautés. AP

                    Les gentils extrémistes islamistes qui n’aiment pas seulement que l’on ne caricature pas leur prophète , mais qui n’aiment pas non plus les mécréants et le mieux quand vous n’aimez pas c’est d’exterminer nest-il pas ?


                    • Yves (---.---.15.126) 13 février 2007 16:06

                      Exact ... , SARKOZY a même oublié les « mandéens » d’IRAK dans son programme social ...
                      - quel enculé ... !!!

                      Et puis , vérification faite , j’ai même constaté qu’il a aussi oublié :
                      - la persécution des KAREN par la Junte birmane http://fr.news.yahoo.com/11022007/5/l-armee-birmane-accuse-d-atrocites-contre-les-femmes-karen.html
                      - et la population nord - coréenne , persécutée par les deux tarés nazis-staliniens père et fils Kim Il Sun et Kim Jong Il http://www.artmaniaque.com/article.php3?id_article=123

                      Sinon , pour ce qui est de la ... « rupture » d’avec la FRANCE d’hier ... , SARKOZY en a donné un premier exemple ... en se rendant à BERLIN accompagné d’Alain JUPPE ...... http://fr.news.yahoo.com/12022007/202/sarkozy-affirme-berlin-une-convergence-avec-merkel-qui-ne-commente.html


                    • Albert (---.---.149.166) 12 février 2007 17:16

                      Sarkozy parle trop,et dit des choses antagoniques,il se dessine de « gauche »,de « droite »,du « centre », des « extrêmes »,et de nulle part.C’est à vous donner le mal de tête,et la nausée. Il a l’air de s’être « shooter » à je ne sais quelle drogue,d’avoir fumé la moquette.

                      Je préfère un bayrou respectable,calme et rigoureux,plutôt qu’un type dont on finit par ne plus savoir ce qu’il dit.C’est le genre de « mec » « pas -tibulaire mais presque » comme disait Coluche.

                      J’espère qu’on ne l’aura pas comme Président,il me fait penser à Bush,le cow-boy du texas.


                      • (---.---.249.19) 12 février 2007 17:27

                        Bien sur que non Mr Sarkozy n’ est ni fasciste ni rasciste, quelle énormité, il n’ a pas frayé lui avec le mouvement Occident comme son tres respectueux porte parole( ou je ne sais quel role) Mr Devedjian. Par contre je crois que l’ on peut le dire communautariste sans que cela soit assimilé aux deux adjectifs grotesques ( cité plus haut) dont certains tentent de l’ affubler. Je trouve en effet cela tres dangereux d’ amalgamer ces visions sociales. Par contre le fait d’ appeller à ce que les musulmans et les chretiens , les juifs s’ aiment tous, je tiens à signaler que jusqu’ a une certaine époque dans les quartiers ont été tous des momes sans a priori de couleur ou de religion.On jouait au foot , ou faisaient les memes conneries ENSEMBLE ; Ces problemes qui touchaient le proche orient ne nous « concernaient pas » Or aujourd’ hui , on précise j’ ai un ami juif ou un ami musulman , ou arabe etc... Il faudrait peut etre dire à Mr Sarkozy que c’ est le repli communautariste qui a pourri l’ une des seules réussites sociales des « ghettos » français. tout n’ était pas parfait, il y avait des problemes de voisinage et deja des rascistes ( et oui de tout temps) mais on avait pas atteint ce degré de défiance les uns envers les autres. A qui la faute ? Bref Mr Sarkozy nous berce avec des propos qu’ en effet Chirac n’ aurait pas renié en 2002, c ’ est meme un resucer de la fracture social puisque c’ est le même qui prépare ses discours. mais regardons les choses en face, il ne me semble pas que ces dernieres années mise à part ces 3 derniers mois, Mr Sarkozy était en marge du gouvernement à défendre ces idées, de rupture, d’ ouverture et encore moins à se soucier de la France qui travail et qui souffre. Lors de sa tres mediatique visite d’ une usine : « Il n’ y a pas que des bureaux, des cadres .. » Bravo les lieux communs ! S’ il savait ce que les ouvriers pensent et disent, une fois qu’ il est parti , il ne serait peut etre pas aussi sur de lui ! La seule rupture qu’ il risque de nous proposer, c’ est la rupture sociale ou alors la rupture d’ anevrisme a force d’ etre tout les jours à l’ opposé de sa personnalité profonde et de ses idées.


                        • Urtubia (---.---.249.19) 12 février 2007 17:28

                          C’est la signature du message precedent !


                        • (---.---.225.122) 12 février 2007 17:43

                          Si Sarkosy faisait ou avait fait tout ce qu’il a dit et promis, la France ressemblerait au paradis terrestre.

                          A part ça l’insécurité est de plus en plus grandissante, la violence est partout. Les médias sont aux ordres pour taire les blessés et les morts. Sarkosy veut aller en banlieue, deux policiers sont envoyés devant un juge. On a beau ne pas avoir mauvais esprit, les faits sont têtus. De la même manière, il s’acharne avec ses radars, sa police banalisée ou pas sur les honnêtes citoyens. Je reste aussi persuadé que des ordres ont été donnés pour ne pas agiter les banlieues car on n’a jamais autant proposé de marchandises « tombées du camion ».

                          Il peut raconter ce qu’il veut rien ne correspond avec ce qu’il annonce.

                          La seule réussite de NS aura été d’enrichir les mathématiques des statistiques en inventant le postulat sarkosien « Quand Sarkosy dit que quelque chose s’améliore en France, les statistiques doivent montrer elles aussi une amélioration »

                          Quant a créer une communauté méditerranéenne,c’est une idée qui doit faire beaucoup rire « jaune » dans les pays arabes sachant qu’on le définit comme le candidat naturel des juifs de France.


                          • koz koz 12 février 2007 17:55

                            Eh bien, on nous fait un petit coup de « complot juif » ? Soit c’est un fasciste, soit c’est un juif, c’est ça ? Hum, j’aime les leçons données sur ce ton.


                          • Yann (---.---.195.158) 12 février 2007 18:24

                            Allons, sarkozy n’est pas facho c’est un fait, il est tout simplement le plus « grand » démagogue du XXIeme siècle après Berlusconi et Chavez. Les Français se sont réveillés depuis 2005, ni le petit cocu ni la grande cruche ne seront présent au second tour.


                            • (---.---.28.49) 12 février 2007 19:23

                              Bonsoir, il y a quand même des différence notables entre sarko et le pen :
                              - l’un est pro-européén, l’autre pas.
                              - l’un est pour une immigration choisie, l’autre zéro
                              - l’un n’a jamais eu de paroles diffamatoires à l’égard des juifs, l’autre si
                              - l’un est contre la peine de mort, l’autre pour Il s’agit de différences majeures, et les ressemblances qui peuvent émerger sur tel ou tel discours montrent une réalité : M. Le Pen se garde bien d’être complétement infréquentable, son discours est très bien huilé et il fait là une fois de plus la preuve de son extrême savoir faire en matière de débats ; pour moi, les 2 meilleurs orateurs sont d’ailleurs sarko et le pen, et ce n’est d’ailleurs pas une coincidence si ils ont l’air de se ressembler , les 2 ont réponse à tout, excellent à l’oral, ils répondent aux questions, eux, ils ont au moins l’air de parler un peu + vrai que les autres. C’est d’ailleurs incroyable car pour moi, le potentiel de la gauche est actuellement énorme, mais très mal exploité par son candidat (je reste convaincu qu’un fabius, un strauss kahn aurait mieux fait !)


                              • Totoro (---.---.82.110) 12 février 2007 22:33

                                J’aurais apprécié que NS prononce le même discours devant le CFCM ou l’UOIF... et particulièrement le passage « à ceux qui veulent imposer à leurs sœurs la loi des grands frères, à ceux qui ne veulent pas que leur femme s’habille comme elle le souhaite, je dis qu’ils ne sont pas les bienvenus sur le territoire de la République française... »

                                et pour reprendre NS au 20ème rassemblement annuel de l’UOIF - Le Bourget - 19 avril 2003 « Aux adeptes de discours extrêmes qui jugent que l’Islam est incompatible avec la République, vous avez prouvé qu’ils avaient tort car vous aussi vous êtes convaincus que la foi n’a pas vocation à s’imposer aux lois de la République et que la République n’a pas la volonté d’imposer une foi. »

                                La boucle est bouclée, NS se prend à son propre piège...Et ne pas y voir un discours extrême ???


                                • Alois (---.---.29.56) 13 février 2007 16:08

                                  Sans vouloir être méchant, c’est vous qui faites de l’amalgame ici. Ce n’est pas parce que l’on comdamne des pratiques extrémistes comme NS le fait, que l’on ne peut dire aux musulmans de bonne volonté qu’ils soutiennent la République.

                                  L’Islam (comme toute autre religion) est compatible avec la République pour peu que ses adeptes reconnaissent (et c’est ce que dit NS dans le passage que vous citez) « que la foi n’a pas vocation à s’imposer aux lois de la République ». Les lois de la République sont celles d’égalité entre les hommes et les femmes, de liberté pour les hommes comme pour les femmes. Les pratiques que NS dénoncent sont contraires à ces lois.

                                  Je ne vois pas où est le discours extrême.


                                • Yves Desbordes (---.---.159.128) 13 février 2007 10:14

                                  Article interessant montrant une façon d’écouter l’autre, même l’adversaire politique. Bien que de gauche j’approuve en gros les paroles de Sarkosy rapportées dans cet article. Malheureusement il y a les paroles et la réalité. Il suffit de voir comment sont traités les sans papiers suite aux directives du ministre de l’intérieur (voir la liste de zpajol ou le site du RESF) pour se rendre compte qu’il y a un abîme entre les paroles humanistes et la réalité. Ainsi dans ma ville, X, d’origine camerounaise, marié à une française depuis septembre 2006, père d’une petite fille française, s’est vu notifié un APRF. Il doit quitter la France sans l’assurance de pouvoir y revenir prochainement.Est ce humain cela ? Il n’est pas possible de faire confiance à M Sarkosy. Yves Desbordes


                                  • machinchose (---.---.168.64) 13 février 2007 15:59

                                    c’est un grand humaniste ce sarkozy qui va chercher les enfants dans les écoles. Enfin pas lui, la police. sa police. (la cheffe de la PJ vient de lui déclarer son amour... bravo la neutralité)


                                  • Jean-Charles DUBOC (---.---.102.41) 13 février 2007 11:17

                                    Un très bon article qui permet de faire une analyse lucide de Sarkozy en critiquant la stratégie de diabolisation de Le Pen, utilisée depuis l’antiquité, et qui est celle du bouc émissaire...

                                    La désignation du bouc émissaire permet de rejeter les dysfonctionnements d’une structure sur un coupable désigné qui n’y est pour rien...

                                    Mais est-ce que les uns et les autres parlent sérieusement des choses qui fâchent comme la corruption des dirigeants, du NON-CONTRÔLE de nos dirigeants ?...

                                    Dans cette campagne l’affaire des frégates de Taiwan ne semble inspirer personne !!!...

                                    Et pour quelles raisons ?...

                                    Une nouvelle affaire, au moins aussi grave que celle des frégates, est disponible sur :

                                    http://euroclippers.typepad.fr/mon_weblog/lections/index.html

                                    Bonne lecture et bonne découverte.

                                    Jean-Charles DUBOC


                                    • Elisée-Moi (---.---.155.149) 13 février 2007 17:08

                                      L’ORDRE JUSTE

                                      Début novembre 2006, un journaliste appelle la fédération du PARTI SOCIALISTE des Bouches-du-Rhône. Il souhaite parler avec Théo BALALAS, le responsable des adhésions à la « fédé ».

                                      Ancien de l’OAS, cofondateur d’Ordre Nouveau et du Front national sur Marseille, Théo BALALAS a accompagné ou inspiré tous les exploits historiques de l’extrême droite locale (dont une série de plasticages et de « ratonnades » en 1973) avant de rallier Gaston Defferre.

                                      À l’instar de ses amis de la « fédé », les Guérini, Menucci, Bernardini et autres pratiquants de « l’ordre juste », le cacique rose-brun du service encartage (son poste est l’équivalent fédéral de celui qu’occupe Jack Lang rue Solferino) milite aujourd’hui pour Ségolène ROYAL, dont il apprécie le « discours carré » en matière sécuritaire.

                                      Le tromblon de 71 ans a assuré n’avoir aujourd’hui comme hier qu’un seul ennemi : « Les gaullistes qui ont trahi », marquant son attachement indélébile à l’Algérie française.

                                      Une telle sincérité en socialisme méritait certainement un peu de publicité. Hélas, trop occupées à morigéner Georges Frèche, les instances supérieures du PARTIE SOCIALISTE ont gardé bouche close sur Théo BALALAS.

                                      Quand le journaliste a appelé la fédé des Bouches-du-Rhône, dans le cadre d’un documentaire sur les crimes racistes commis à Marseille dans les années 70, on lui a répondu que le chef n’avait rien à déclarer. Et quand il a insisté pour obtenir au moins une photo, on l’a envoyé sur les roses.

                                      Au même moment, on pouvait lire sur « Désirs d’avenir », le site Internet de Ségolène Royal, une intervention de Théo BALALAS exhortant ses troupes à « ne rien lâcher jusqu’au 16, [car] toutes les voix compteront ».

                                      L’ex-OAS concluait : « Avec Ségolène Royal, OUI à une France tranquille, dans une France apaisée. »


                                      • dan (---.---.130.249) 14 février 2007 11:02

                                        Sarkkkozy a toujours mangé a tout les rateliers,toujours retourné sa veste,bref une vrai girouette,mais on nous parle souvent de ses« petites phrases lepeniste »mais ce qui m’etonne,c’est que quand lepen dit ce genre de choses,ça fait scandale,de plus, personne ne reprend ses declarations aux usa:j’aurai preferé que mon pere immigre aux usa car j’aurai preferé etre americain que français,ou encore :je ne me sent pas français,et que dire de ses relations toujours aux usa avec les religieux d’extreme droite americaine et des associations extremistes juives americaine dont il est tres proche (selon la presse americaine).ce type n’est peut-etre pas raciste je ne sait pas mais une chose est sure il veut nous imposer SON mode de vie,SA vision du monde et surtout il pretend meme savoir ce qui est bon et mauvais pour nous et nous l’imposer(certaines de ses reponses dans son emission sur sa chaine TF1 en sont la preuve) notament sur les libertés individuelles ,de plus l’article qu’il a retiré hier de son projet de loi sur la delinquance(concernant la sante mentale)me rappel la roumanie du temps de ceaucescu:les handicapés,les malades mentaux,les orphelins etc tous dans le meme sac,une sorte de prison pour tous ceux qui n’entre pas dans SA « normalité »,n’en etait il pas de meme avec hithler et sa race arienne ??? desolé si ça choque quelqu’un mais je me pose la question et surtout la question:Qui est vraiment sarko et ou veut-il en venir quand on a des relations aussi douteuse ?.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès