Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Les 10 bobards de la présidentielle

Les 10 bobards de la présidentielle

Liste non exhaustive

DSK, meilleur candidat pour le Parti socialiste.
Sondages mirifiques à l'appui, c'est la théorie qui s'est développée en début d'année 2011. Il était déjà étrange, voire carrément inquiétant, de constater que le parti "socialiste" était prêt à se donner comme candidat un ancien président du FMI, instance de l'orthodoxie monétariste et budgétaire détestée dans tous les pays qui ont eu le malheur d'avoir à traiter avec.
Mais les révélations new-yorkaises, puis parisiennes et lilloises, ont empêché le grand homme, qui aurait très probablement été choisi des deux mains par les militants et sympathisants à l'issue des primaires, secondaires ou tertiaires.
Avec le recul, heureusement…
 
"Europe écologie - Les Verts", un parti en plein essor.
Encore raté pour les écologistes de gauche, avec la candidature d'Eva Joly qui recueille à peine plus de suffrages que Nicolas Dupont-Aignan, parfait inconnu il y a encore 3 semaines.
L'histoire semble bégayer : déjà en 2007, Dominique Voynet plongeait dans les profondeurs du classement, à portée de fusil du chasseur Frédéric Nihous. Pourtant, rappelons-nous les discours enflammés qui suivirent les européennes de 2009 où EELV avait atteint 14% des voix. Les mêmes qu'après les européennes de 1999 boostées par Daniel Cohn-Bendit…
 
Les primaires socialistes, un progrès démocratique considérable.
C'est encore la thèse qui fleurit chez les intéressés. Arnaud Montebourg fut mieux inspiré. Car, à part faire de la publicité au PS, avec l'aide du Ministère de l'Intérieur qui a privatisé les listes électorales à son bénéfice, on ne voit pas en quoi la démocratie s'en trouve renforcée. Le résultat fut une parodie d'élection, à la fois grotesque (un parti politique laisse le soin à tout citoyen de choisir son candidat) et inquiétante (combien de vraies fausses élections de ce type seront organisées à l'avenir, et dans quels buts ?).
Finalement, quelle meilleure illustration de la connivence UMP - PS, qui se déchirent devant la galerie mais semblent considérer l'État comme leur propriété privée ?
 
Jean-Pierre Chevènement, Hervé Morin, Jean-Louis Borloo, Dominique de Villepin, Christine Boutin…candidats ! (ou le feuilleton des candidatures bidons). 
Belles prestations puisqu'on a dû attendre février pour voir se dégonfler les pseudos candidats, qui n'avaient sans doute aucune envie d'aller jusqu'au bout. Avec une mention spéciale pour Dominique de Villepin : n'a-t-il vraiment pas pu réunir 500 signature, lui, ancien premier Ministre bien exposé médiatiquement ? Était-ce du bluff depuis le début ? Peut-être s'y est-il pris trop tard, persuadé que la France l'attendait comme le messie. Quant aux autres, en parasitant la campagne, ils ont au moins prouvé que la manipulation n'est pas l'apanage des "grands candidats".
 
Marine Le Pen risque de ne pas avoir ses 500 parrainages !
C'est le bruit qui a commencé à courir à la mi-février. Même interrogation que pour Dominique de Villepin : intox ou confiance excessive et recherche tardive ? On ne saura jamais. Quelques éléments de réponse toutefois : cette formalité n'est pas une nouveauté pour le parti frontiste, qui peut avoir au minimum un tableau excel à jour. Et ce ne furent pas 500 parrainages à trouver mais à peine 400, puisque les dernières élections régionales furent particulièrement favorables au FN et lui ont donné un nombre appréciable d'élus. Une mission impossible, vraiment ? Un "État UMP" capable de censurer les maires non encartés, est-ce crédible ? Ce fut en tout cas l'occasion d'un petit recours auprès du Conseil d'État sur l'anonymat des parrainages, rejeté comme c'était assez prévisible. Pour reprendre l'expression d'une intervenante d'Agoravox, l'anonymat n'est en rien une garantie contre "l'explosion des manipulations"…
 
L'élimination de Nicolas Sarkozy par Marine Le Pen au premier tour serait "un cataclysme démocratique" !
Ce fut l'idée directrice de l'éditorial de l'hebdomadaire Marianne, le 28 janvier 2012. Avec de tels opposants, Nicolas Sarkozy n'a pas de souci à se faire. Au reste, on voit mal en quoi son élimination serait si catastrophique, si ses "transgressions à répétition" sont tellement infâmes. Cet argument fut en tout cas décisif pour personnaliser l'élection à l'extrême (pour ou contre Nicolas Sarkozy ?), faisant quasiment passer au second plan les autres sujets. Le vote utile pour Sarkozy, mais soutenu par ses opposants, voilà qui ne manque pas de piquant…
 
C'est Marine Le Pen qui a soulevé le scandale de la viande hallal.
En réalité, c'est un reportage d'Envoyé spécial qui a levé le lièvre, le jeudi 16 février. Marine Le Pen s'en est emparée le week-end suivant en lançant la polémique sur la viande consommée/abattue en Île-de-France. Il est vrai que c'est la seule parmi les candidats à avoir creusé le sujet à fond en y consacrant un clip de campagne en entier...
 
Les assassinats de Toulouse et Montauban ? Une mise en scène pour remettre en selle la candidature de Sarkozy !
Les supputations sournoises étaient attendues : à quelques semaines de l'élection, ces faits divers ne pouvaient qu'être l'œuvre du diable de l'Élysée. Manque de chance, Mohamed Merah a revendiqué ses actes au nom du djihad contre les juifs et les pays engagés en Afghanistan. Impossible de prétendre directement qu'aucun avion ne s'est crashé sur le Pentagone. Disons que les services secrets ont laissé faire et qu'ils sont, au minimum, indirectement responsables. Au final, ces assassinats tragiques n'auront guère bénéficié au locataire de l'Élysée, qui conserve dans les urnes son socle constant de 25% d'opinions favorables. J'ai l'intuition toutefois qu'ils ne sont pas étrangers à la poussée de Marine Le Pen, comme le climat délétère de "l'Intifada des banlieues" des années 2001-2002 a incontestablement profité à son père. Mais, chut, n'en parlons pas…
 
Les jeunes avec Marine !
Un sondage a accrédité cette hypothèse, dont les sympathisants frontistes ont fait leurs choux gras. Quelques jours plus tard, une autre enquête[1] indiquait que Jean-Luc Mélenchon arrivait en tête chez les 18-25 ans. Sans remonter jusqu'à Clemenceau[2], nombre d'études consacrées à ce sujet depuis des années[3] ont montré que les jeunes penchent plus à gauche et que la droitisation arrive en vieillissant. Amusant, toutefois, de constater que les sympathisants du FN ont subitement trouvé toutes les vertus aux jeunes, alors qu'ils étaient habitués, depuis le 21 avril 2002, à les traiter de têtes de linottes manipulés par leurs enseignants gauchistes (fut-ce pour critiquer des manifestations ayant lieu en pleines vacances scolaires…). Cette question si sensible permet toutefois d'en évacuer une autre : celle de la préférence massive des plus de 60 ans pour Nicolas Sarkozy…
 
Jean-Luc Mélenchon va remonter, dépasser et terrasser l'hydre frontiste.
Le bruit courait depuis plusieurs semaines. À Mots croisés (16 avril) François Delapierre, directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon, a réitéré cette prophétie, comme en lévitation au-dessus de lui-même. Le verdict est cruel : le socle ouvrier frontiste n'a pas été entamé d'un pouce et la candidature de Jean-Luc Mélenchon a seulement réussi à éponger les candidats trotskistes et Eva Joly. 10% c'est grosso modo le score des candidatures cumulées PC-Verts-divers écologistes-LCR-Lutte ouvrière en 2002 et 2007. Sans doute un problème de discours :
Malgré des avancées remarquables, il était sans doute difficile de convaincre un électorat populaire des vertus d'une VIe République parfaite tout en entretenant l'omerta sur les conséquences de l'immigration, "faux problème" dont il est interdit de débattre.
 
Au reste, les résultats de ce premier tour ne peuvent qu'inviter les politiques à la modestie :
La volatilité des votes (creux de Jean-Marie Le Pen en 2007, envolée de Marine Le Pen en 2012, phénomène inverse pour François Bayrou, siphonage des votes "trotsko-révolutionnaires" par Jean-Luc Mélenchon en 2012) reste l'un des enseignements majeur des dernières élections présidentielles.

Et l'attitude de nombreux éditocrates, qui se sont visiblement faits violence pour donner un temps de parole égal à tous les candidats lors de la campagne officielle, parait bien dangereux pour la démocratie...

 


[1] Voir Marianne n°782, p 12.
[2] "Celui qui n'a pas été anarchiste à 16 ans est un imbécile. C'en est un autre s'il l'est toujours à 40 ans".
[3] Sondage "sortie des urnes THS Sofres" 2007 cité par Emmanuel Todd dans "Après la démocratie" (2008) p138

Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • wesson wesson 26 avril 2012 13:13

    bonjour l’auteur, globalement d’accord sur l’ensemble, sauf en ce qui concerne l’affaire Merah


    D’ailleurs, vous liez cette affaire à celle du 11 Septembre, et dans ces 2 cas, le moins que l’on puisse dire c’est que des tas de questions qui se posent n’ont reçu aucune réponse satisfaisante par les voies officielles. Au mieux nous sommes en présence d’une défaillance des services de sécurité intérieure - dont le bilan depuis la réorganisation Sarkozy est catastrophique. Au pire, effectivement un coup monté qui a mal tourné n’est pas à exclure.

    Un changement de régime présidentiel devrait nous aider à y voir plus clair dans cette histoire, qui comme souvent n’est pas aussi simple et tranchée que l’on veut bien nous le faire avaler.

    • docdory docdory 26 avril 2012 13:36

      @ Olivier Perriet

      Petite rectification : c’est « riposte laïque » qui a levé le lièvre du scandale de la viande hallal dans un article de février 2010. France 2 s’est contenté d’enquêter sur ce qui était affirmé depuis longtemps par RL.
      On peut noter également une question au gouvernement du député Christian Vanneste à ce sujet, un peu avant l’article de RL mis en lien.

      • Romain Desbois 26 avril 2012 13:45

        Ca fait des années que toutes les associations de protection animale dénoncent ce scandale. Mais il a fallu que ce soit Lepen qui en parle pour que les merdias et les politicards s’en emparent. Juste parcequ’ils ont pensé avoir trouvé enfin un pou dans sa campagne.

        D’ailleurs, j’ai pu constaté qu’elle était très bien informée au contraire de ses détracteurs


      • Romain Desbois 26 avril 2012 13:41

        Perso c’est sur DSK et les intentions du PS.

        C’est hélas le côté hallucinogène des médias. Car ce sont bien les médias qui l’ont porté au nues .

        Rien ne dit qu’il aurait gagné les primaires. Il en a déjà perdue une je crois.

        Mais Sarko devait bien savoir ce qu’il faisait en le nommant au FMI


        • Traroth Traroth 26 avril 2012 17:26

          Je doute que ça ait été totalement innocent : si DSK avait été le candidat du PS, Sarkozy aurait été réélu dans un fauteuil, malgré toutes ses casseroles, l’échec de sa politique dans absolument tous les domaines et son attitude personnelle insupportable !


        • Al West 26 avril 2012 17:40

          DSK aurait été largement préféré à mon avis, si Sarkozy a encore un tout petit d’espoir d’être réélu (personnellement je n’en vois pas mais passons) c’est sûrement parce que certains le voient comme ayant une carrure internationale que n’a pas François Hollande, et c’est presque à raison ! Carrure internationale que DSK, en revanche, possédait, fort de son rôle au FMI entre autres. A mon avis, Sarkozy n’aurait pas fait un pli contre DSK, surtout qu’il incarne une gauche plus à droite qu’Hollande qui lui fait plutôt dans le flou artistique.


        • epicure 26 avril 2012 17:49

          Pourtant certains avaient déjà dénoncé l’escroquerie DSK comme homme de gauche, bien avant l’affaire du sofitel.

          DSK à la place de Hollande ?
          abstention à la gauche du PS au second tour contre sarkozy, puisque bonnet blanc et blanc bonnet.
          Mais par contre les électeurs de bayrou se reporteraient plus sur DSK que sur sarkozy.


        • docdory docdory 26 avril 2012 17:53

          @ Romain Desbois

          Je pense que l’arrestation de DSK après l’affaire Nafissatou Diallo a été une très désagréable surprise pour Sarkozy, car c’est sorti beaucoup trop tôt : il comptait probablement sur la perspective de son implication dans l’affiare du Carlton/Dodo la Saumure un peu avant la date limite du dépôt des candidatures ( de façon que le PS ne puisse pas réagir en temps utile ) . Avec une casserole de proxénétisme aggravé, DSK aurait perdu suffisamment de voix pour que l’élection de Sarkozy soit assurée.
          Evidemment , l’affaire Diallo a contrecarré le cours prévisible des choses en provoquant l’éviction de DSK de la vie politique suffisamment tôt pour que le PS puisse le remplacer à temps, donc beaucoup trop tôt pour arranger les affaires de Sarkozy !


        • Romain Desbois 26 avril 2012 18:21

          doctory

          C’est possible vis à vis de la stratégie de Sarkozy, mais je ne crois pas que le PS aurait choisi DSK dans des primaires ouvertes.
          il suffit de voir le score de Vals.


        • Olivier Perriet Olivier Perriet 27 avril 2012 10:34

          « Perso c’est sur DSK et les intentions du PS.C’est hélas le côté hallucinogène des médias. Rien ne dit qu’il aurait gagné les primaires. Il en a déjà perdue une je crois »

          Oui, en 2006.
          Mais comment ça se fait que Ségolène Royal a écrasé tout le monde en 2006, a confirmé son bon score aux légendaires élections du secrétaire général en 2008 et s’est faite totalement écrabouillée en 2011 ?
          Que signifient ces scores en yoyo, à part « on choisi le candidat le plus haut dans les sondages » ? Vous me direz que F Hollande a aussi fait voter pour sa compagne en 2006
          Si DSK avait été candidat, je suis sûr qu’il l’aurait emporté haut la main, malgré son pédigree


        • Traroth Traroth 27 avril 2012 11:27

          Mais l’UMP n’attendait que ça ! Ils auraient sorti ses casseroles du Carlton, l’affaire Tristane Banon, disons vers le mois de février, et Sarkozy n’aurait même pas eu besoin de faire vraiment campagne pour gagner facilement !

          Il faut se rappeler le contexte : la droite qui promet « l’enfer » à DSK une fois qu’il aurait déclaré sa candidature, DSK qui avait sans doute parfaitement compris le message, qui procrastinait sa déclaration de candidature depuis plusieurs semaines quand l’affaire du Sofitel est arrivée. Il était parfaitement clair que l’affaire Carlton était déjà connue depuis un moment !


        • Ruut Ruut 26 avril 2012 15:06

          Moralité les Médiats sont ceux qui font élire le président.
          Plus l’audience est grande plus le candidat aura de voies.
          Triste réalité de la prise du pouvoir par les chaînes de TV.


          • vachefolle vachefolle 26 avril 2012 15:45

            Tout ceci n’est pas grave.

            Le plus grave est que toute la campagne électorale n’aura absolument servi a rien.
            Il y a un an les sondages donnaient deja Hollande a 53/47. Ce sera le score a l’arrivée.
            Comme entre temps il n’a jamais expliqué clairement ce qu’il fera, cette campagne aura ete totalement inutile.


            • alain_àààé 26 avril 2012 16:17

              c est un fait que sarko a bien participé a envoyé D SK AU f m i qui a sut qu il avait une ccehance sur hollande et d ailleurs les responsables européens ont tout tablé sur l élection de sarko et que d s k c est bien fait roulé dans la farine en accord avec les américains et dont les bras ont été les services secrets


              • posteriori 26 avril 2012 17:03

                N’oublions jamais tous ceux qui combaturent pour la républicanité !


                • Abou Antoun Abou Antoun 26 avril 2012 18:20

                  Chacun des candidats ayant raconté au moins 100 bobards. vous auriez pu dresser une liste de 1000 bobards en ne choisissant que les plus gros.


                  • Romain Desbois 26 avril 2012 18:22

                    « Chacun des candidats ayant raconté au moins 100 bobards. »

                    Ha bon ?

                    Citez m’en dix de Joly, de Poutou, d’Artaud.


                  • Ariane Walter Ariane Walter 26 avril 2012 19:04

                    Très bon votre article sauf, même avis que Wesson, sur l’affaire Merah. Mais bon , comme vous dites, qui vivra verra.


                    • JACKTURF JACKTURF 27 avril 2012 07:39

                      Pendant que Tariq Ramadan appelle ouvertement à voter Hollande ou tout parti favorisant l’islam...

                      Pujadas n’a toujours pas réussit à faire dire hier soir à Hollande s’il y avait trop d’étrangers en France ? Quand on n’a pas le courage de ses convictions on ne se présente pas à la mandature suprême, car il va falloir en prendre des décisions et vite.

                      Comment les Français peuvent-ils changer de Capitaine de navire à un tel moment de notre histoire, j’avoue que ça me dépasse !

                      Mais ils croient quoi ? Qu’il n’y a jamais eu de crise ? Et la bécasse de Ségolène, elle aurait fait quoi, ils auraient fait quoi les socialistes dans la tourmente que nous venons de vivre ?

                      Les Journalistes sont en dessous de tout, pas un pour poser la bonne question, tous inféodés qu’ils sont à la gauche (plus de 90 % des journalistes avouant être idéologiquement de gauche) !

                      Quelle misère, que les Français sont cons...Pardon, des veaux mon Général...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès