Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Les 50 ans de la Ve République (1)

Les 50 ans de la Ve République (1)

La Constitution de la Ve République a cinquante ans. Première partie : le cadre.

Le 4 octobre 1958, le Président de la République René Coty promulguait la nouvelle Constitution, celle de la Ve République, après un référendum qui l’avait largement plébiscitée.

Une Constitution qui émane essentiellement de la "doctrine" du Général De Gaulle et dont le sceau fut réalisé par son Ministre de la Justice, Michel Debré, très vite nommé Premier Ministre et père (notamment) de Jean-Louis Debré, actuel Président du Conseil Constitutionnel, et de Bernard Debré, député du 16e arrondissement de Paris.

Je ne reviendrai pas sur les circonstances de l’instauration d’une nouvelle République, l’ayant déjà fait dans trois articles.

Mon propos dans cette série d’articles est de faire quelques remarques sur les institutions et sur les personnes qui les font vivre ou les ont fait vivre.


La France, arc-en-ciel des régimes politiques

Depuis 220 ans, la France a connu 15 régimes politiques pendant que les États-Unis (par exemple) n’ont connu qu’une seule Constitution.

Et pas des régimes très semblables.

Les Français ont eu des cadres constitutionnels très diversifiés : république parlementaire (1870, 1944), république semi-présidentielle (1958), république présidentielle (1848), État français de Vichy (1940), empire (1804, 1852), monarchie constitutionnelle (1815, 1830), monarchie absolue de droit divin (avant 1789), consulat, une période révolutionnaire assez confuse etc.


Stabilité institutionnelle enfin atteinte

La Ve République arrive en deuxième place concernant les régimes les plus longs, derrière la IIIe République qui a duré 70 ans et qui a vécu la Première guerre mondiale (mais mourut de la Seconde). Les autres régimes n’ont pas duré vingt ans, soit une génération.

Nous sommes donc en 2008 dans une stabilité constitutionnelle particulière. Dans vingt ans (ou quinze ans si on fait démarrer la IIIe République en 1875 avec l’amendement Wallon), la Constitution du 4 octobre 1958 aura installé le régime démocratique le plus stable de toute l’Histoire de France. À condition de la garder.


Faut-il en finir ?

Pendant la campagne de l’élection présidentielle de 2007, de nombreux candidats voulaient instaurer une sixième république.

Le premier à en parler fut Arnaud Montebourg, mais il n’était pas candidat et pas forcément très écouté auprès des siens. Le premier candidat qui a repris l’idée fut François Bayrou et Ségolène Royal, qui a atteint le second tour présidentiel, l’a suivi ensuite sans avoir réellement présenté de quoi il s’agirait.

Depuis quelques années, l’expression même de sixième république a été mise à toutes les sauces, si bien qu’on ne sait plus très bien ce que cela veut dire : un régime plus parlementaire, où le Premier Ministre aurait le premier rôle comme en Grande-Bretagne ou en Allemagne (ou encore en France sous période de cohabitation) ? ou alors un régime plus présidentiel, où le Président et le Parlement sont complètement séparés (ni censure ni dissolution) comme aux États-Unis ?


Perfectionnisme versus pragmatisme ?

Je fais ici une petit commentaire personnel : j’ai toujours trouvé ridicule cette volonté de vouloir en finir avec une république. La disparition d’un régime nécessite des circonstances exceptionnelles comme une révolution, une guerre ou un coup d’État. La fin de la IVe République a été sans doute la moins dramatique. Certains ont parlé d’un coup d’État de De Gaulle. D’autres d’un processus logique de déliquescence de l’État. Les deux points de vue sont plus ou moins juste tous les deux.

Mais vouloir changer de république par simple programme électorale, c’est plutôt irresponsable et même inquiétant. Inquiétant car cela relève surtout du perfectionnisme, et dans les choses publiques, tout perfectionnisme me fait peur car est le terreau du totalitarisme.

Je n’ai jamais pensé que nous avons les meilleures institutions possibles. Des carences montrent quelques pistes à explorer, très négligées lors de la récente réforme des institutions. Mais pourquoi vouloir faire table rase ? Bayrou et Royal furent-ils des révolutionnaires ? ou voulaient-ils seulement surfer sur un sentiment assez populaire de "tous pourris" ?


D’où viennent les carences ?

Une Constitution, c’est comme une sculpture. Elle se peaufine au cours du temps. Elle s’améliore au gré des expériences.

Mais surtout, une Constitution, ce n’est rien par rapport aux comportements individuels des personnes. La preuve en est pour la IIIe République qui avait à peu près (au 49.3 et à l’article 16 près) les mêmes outils que la Ve République, mais MacMahon et Jules Grévy n’étaient pas De Gaulle !…


Pas de VIe République pour le 6e Président

L’élection de Nicolas Sarkozy a sonné le glas à ces velléités de fin de république. En héritier gaulliste et malgré la tentation de reprendre à son compte celles-ci (tout est effectivement possible pour déstabiliser l’adversaire), Nicolas Sarkozy a définitivement enlevé tout espoir de VIe République.

Et c’est heureux, lui qui voulait tout réformer, pour qui aucun tabou n’existait, qu’il ait souhaité préserver ce trésor de la République française.

Il a certes modifié la Constitution, faiblement (trop faiblement pour certains), y a inclus quelques mesures contestées (et contestables) comme le parachute doré des ministres parlementaires ou l’allocution présidentielle au Parlement, mais a aussi écouté quelques idées intéressantes pour renforcer les pouvoirs du Parlement.


Travaux pratiques après l’atelier théorique

Le tout sera de savoir comment les parlementaires oseront utiliser ces nouveaux outils, sachant qu’ils étaient déjà dans l’incapacité d’utiliser les outils existants du fait de pressions de tout ordre.

Qu’importe. Il semble qu’aujourd’hui, tous les acteurs, de la majorité comme de l’opposition, soient prêts à jouer le jeu au moment de l’application de cette réforme, c’est-à-dire à partir de mars 2009 (toute une batterie de lois et de lois organiques sont encore nécessaires).

C’est dans quelques années que nous verrons si cette dame maintenant d’un certain âge (cinquante ans), un peu ridée par la rudesse de la vie, est capable de s’adapter à notre temps, fait de plus de rapidité, plus de transparence, plus d’interactions avec les citoyens.


Dans un prochain article seront présentées les différentes révisions constitutionnelles depuis 1958.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (4 octobre 2008)
http://rakotoarison.over-blog.com/article-23257406.html



Pour aller plus loin :

Réflexions sur les institutions.

Le retour du Général De Gaulle en mai 1958.




Moyenne des avis sur cet article :  3.35/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • morice morice 4 octobre 2008 10:30

     Ah, voici l’homme qui trouve Parlin intelligente qui va nous parler de DeGaulle. Sylvain adore la Veme et.. ses Séanteurs, héritiers d’un système qui est tout sauf démocratique. Sylvain se rêve en "grand électeur " ??? Au fait, Sylvain, Jean Foyer est mort.


    • Sylvain Rakotoarison Sylvain Rakotoarison 4 octobre 2008 11:36

      A Morice,

      On ne rêve pas de ce qu’on a déjà été. J’étais déjà grand électeur en 1992 en tant qu’élu de la République. A l’époque, Internet n’existait pas vraiment, mais vous pouvez rechercher l’information, vous qui aimez fouiller les poubelles, elle est publique, je ne me cache pas derrière un masque comme vous.




    • foufouille foufouille 4 octobre 2008 13:00

      et conbien tu avait de boulot a l’epoque ?
      tu as serre la main d’un ripoux ?
      explique nous ce que ca fait d’avoir fait parti de la caste d’en haut


    • foufouille foufouille 4 octobre 2008 14:28

      pour info mon maire a 7 boulots. celui d’a cote 8, dont 3 temps complet ou presque..............


    • foufouille foufouille 4 octobre 2008 15:55

      dommage pour les moinsseur de la france d’en haut que ca soit veridique
      au premier tour des cantonales, il avaient ecrit leur "professions de foi". au deuxieme tour, celui qui avaient 8 boulot et qui voulait un 9°(dont agriculteur, maire, formateur a temps partiel, directeur de centre d’insertion........ ), a tout retirer........hop baguette magique
      la rance d’en haut


    • morice morice 4 octobre 2008 10:32

       Palin pas Parlin pardon... elle a beau dater du temps des dinosaures, ce n’est pas une raison pour écorche son nom. Déjà qu’elle a un accent à couper au couteau...


      • snoopy86 4 octobre 2008 14:30

        salut Had...

        Rassure-toi, le momo est en phase terminale...

        ton compte Rocla a-t’il été supprimé pour cause de granbleuite ?


      • Antoine Diederick 4 octobre 2008 20:39

        tiens tiens le hareng saur, fait des jeux de mots....pas mal le "motdérateurs’....du vrai Rabelais....ah que la langue française permet de ces audacieuses contractions, j’aime bien....

        Mais faut pas croire qu’on est plus malin comme cela, hein !


      • Antoine Diederick 4 octobre 2008 20:41

        le figure de Gaulle est incourtounable.....même dans les tatônement qu’elle eut a s’affirmer.


      • Antoine Diederick 4 octobre 2008 20:43

        incontournable.....et j’ai pas l’âge d’aimer cestuis là qui fut gouverneur un temps des Gaulles.

        le nom Gaulle vient du latin Gallinea, est est d’origine saxonne.


      • bernard29 bernard29 5 octobre 2008 01:23

        la quasi totalité des candidats à la présidentielle souhaitaient une "sixième République" dans leur projet présidentiel, manière de dire que la cinquième ne les satisfaisait pas. D’ailleurs un des seuls à ne pas parler de la Sixième Répûblique était Sarko qui lui voulait une République Irréprochable ; ce qui revient à dire qu’il trouvait aussi que la constitution actuelle n’était pas démocratique..

        La question n’est donc pas de "changer DE République" mais de "Changer LA République."

        La difficulté avec la Cinquième c’est qu’elle est rigide démocratiquement puisque qu’une assemblée ( le Sénat) a un droit de véto sur toute modification éventuelle, (’il faut l’accord des deux assemblées sur un même texte pour continuer la procédure de revision). Vous pouvez expliquer comme Debré que cette constitution est souple , en tirant argument de la succession des revisions ( plus d’une vingtaine), mais de fait mis a part le référendum de De gaulle, tout le reste n’est que "pipi de chat" et ou "petits arrangements entre amis" et élus, pour le plus grand bonheur de notre monarque tout puissant mais en plus irresponsable.


        • morice morice 5 octobre 2008 15:34

           Faut dire que dans le fil de notre célèbre Morice j’ avais mis des copiés-collés concernant la culture des cornichons

          merci d’expliquer ailleurs comment vous bloquez les forums : en plus, vous vous en vantez ! lamentable attitude, oui !! vous crachez tous les jours sur la démocratie !


          • Plum’ 6 octobre 2008 13:14

            Qu’il est désagréable de lire un tel article qui ne montre que les côtés les plus plaisants d’un homme disparu. Comme s’il n’y avait que ça...

            L’article du Monde http://www.lemonde.fr/carnet/article/2008/10/04/jean-foyer_1103048_3382.html était bien plus équilibré. il présentait d’autres facettes, notamment :

            "En 1972, Georges Pompidou devenu président de la République le nomme ministre de la santé publique, fonction qu’il n’assume que quelques mois. Le temps pour ce catholique fervent, spécialiste de chant grégorien, féru de latin, de faire savoir urbi et orbi qu’il est farouchement opposé à la libéralisation de l’avortement que chacun sait proche. Il met fin ainsi à sa carrière ministérielle, sur un coup de cymbales, avant de devenir président de l’Association des juristes pour le respect de la vie et membre de l’académie pontificale Pro Vita.

            Son fil à plomb était de Gaulle. Le grand homme disparu, le conservatisme de Jean Foyer revient au galop. Il critique vertement la ratification par la France, en 1974, de la Convention européenne des droits de l’homme, qualifiant d’« injurieux » le contrôle par la Cour de Strasbourg de « nos hautes juridictions ». Et il tente de retarder, la même année, comme président de la commission des lois, l’abaissement de la majorité à 18 ans."

            Il n’appréciait pas Sarkozy, mais il devait apprécier Benoït XVI...


            • Teo Toriatte 6 octobre 2008 21:57

              ""La preuve en est pour la IIIe République qui avait à peu près (au 49.3 et à l’article 16 près) les mêmes outils que la Ve République, ""

              Je croyais que la GRANDE différence entre la Vème république avec les précédentes était l’invention de l’article 34. En limitant le domaine de la loi, elle donne du champs libre pour l’éxécutif. 

               

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès