Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Les 9 plaies du Parti Socialiste

Les 9 plaies du Parti Socialiste

J’ai choisi de poser sur ce billet un rapide et incomplet panégyrique en 8 points des incohérences qui ponctuent le parcours de certains socialistes et qui malheureusement contribuent à la difficulté de ce Parti à présider aux destinées du pays.

  -Point N°1 - La plus significative et sans doute la plus nocive de ces dernières années, remonte à 1983, quand confronté à une réalité économique exigeante, le PS fait le choix d’opter pour l’économie de marché. La décision seule n’st pas forcément critiquable, ce qui l’est en revanche, c’est que depuis maintenant plus de 28 ans, certains socialistes ne s’y sont toujours pas résolus et constituent une minorité de blocage au sein du Parti. Entendons-nous bien, je ne cherche pas par ce chemin à justifier une option plutôt qu’une autre, d’autant que les revers économiques auraient aujourd’hui tendance à créditer la minorité. Simplement, je veux souligner que chez les socialistes, la division est quasi institutionnelle.

Je passerai sous silence les antagonismes historiques entre MITTERRAND et ROCARD, JOSPIN et EMMANNUELI, FABIUS et JOSPIN-ROCARD, pour en venir à un passé plus récent. Pour en être plus récent, il n’en est pas plus glorieux, descendant en droite ligne de la fracture que j’évoquais au point N° 1

 -Point N° 2 - La cohabitation CHIRAC/JOSPIN de 1997 à 2002. Durant ces 5 années le gouvernement JOSPIN sous présidence CHIRAC s’exposera au feu des critiques pour avoir signer les traités ouvrant à la capitalisation et à la privatisation  des fleurons de notre économie, tels que France télécom et EDF. Malgré d’autres très bons résultats, notamment en matière sociale et budgétaire, cet alignement aux exigences Européennes restera un lourd fardeau de son mandat.

 -Point N° 3 - Le traumatisme de 2002. Le malheureux JOSPIN, évincé dès le premier tour de la Présidentielle, sera accusé d’hérésie par l’aile gauche du Parti, pour avoir osé dire durant sa campagne, je cite « Mon programme n’est pas socialiste  » et s’être moqué de son concurrent Jacques CHIRAC qu’il décrira publiquement comme « vieux usé et fatigué  ». Erreurs de communication et passif politique ambigu auront raison de son avenir au service de la nation. Il en restera un traumatisme qui poursuit encore aujourd’hui les socialistes.

 -Point N° 4Le traité constitutionnel de 2005. Sous le fragile Premier secrétariat de François HOLLANDE, l’homme du consensus mou, le Parti va littéralement exploser en deux camps, toujours aussi distincts aujourd’hui. Alors que les militant(e)s, à tort ou à raison, se sont prononcés à plus de 60% en faveur du traité, une fronde anti traité à vu le jour. D’abord orchestrée par Henri EMMANUELLI, puis rapidement, et disons-le, habilement reprise par Laurent FABIUS, voila que l’autorité même du Premier secrétaire est mise à mal et que les frondeurs bafouent le plus sacré des fondamentaux socialistes ; le vote des militant(e)s. De ce tragique épisode, naît du manque d’envergure autoritaire de François HOLLANDE, la cicatrice est toujours béante.

 -Point N° 5Primaires 2006 et Présidentielles 2007. JOSPIN, en retraite depuis 5 ans, HOLLANDE affaibli, le Parti se retrouve orphelin de leader naturel. Il est alors décidé de procéder à des primaires internes pour désigner le candidat à la présidentielle. Laurent FABIUS, Dominique STRAUSS KAHN et Ségolène ROYAL sont candidats. Autant la candidature des deux premiers, malgré quelques incidents de parcours, semble naturelle, autant celle de Ségolène est vue comme iconoclaste par les apparatchiks. Pourtant, très vite, un engouement à la fois militant et populaire va faire de Ségolène celle que les socialistes vont qualifier pour affronter SARKOZY. On connaît la suite. Les mauvais perdants du PS ne mouilleront pas leurs chemises dans la campagne, contribueront même, pour certains, à l’entraver et faute d’unité, à cause de l’égocentrisme démesuré de certains, la Présidentielle sera perdue pour la 3ème fois consécutive.

 -Point N° 6La reconstruction. Un congrès est organisé à REIMS  en novembre 2008 pour tenter de ressouder la famille socialiste. Formule aussi sempiternelle que stérile. Lors de ce congrès, Ségolène ROYAL, toujours vue comme un OVNI par ses camarades dirigeants, proposera une motion. Cette motion arrivera en tête au avec 29% des suffrages militants. Les battus, une nouvelle foi forts de leur tenace rancune et incapables de comprendre ce que veulent les militant(e)s , vont alors se coaliser dans une espèce d’alliance hétéroclite, malheureusement pour le parti, sans ciment, afin de priver Ségolène de la direction du parti, qui lui aurait ouvert les portes à une candidature incontestée pour 2012. Mais cette improbable coalition seule n’y suffira pas, il lui faudra recourir à la tricherie pour définitivement écarter l’ex candidate de la direction.

Parfois un dessin est bien plus explicite qu’un long discours.

 

Ce déballage au grand jour des détestables méthodes du Parti vont à ce point désabuser grand nombre de militant(e)s et sympathisant(e)s que ceux-ci déserteront les urnes du PS pour celles d’ Europe Ecologie lors des Européennes qui suivirent.

 -Point N° 7Les primaires 2011. Martine AUBRY, élue, malgré elle à ce qu’on en dit, à la tête du Parti, voyant que celui-ci menace d’exploser une nouvelle fois, reprend, sans conviction, mais par nécessité, la ligne directrice de la motion ROYAL, à savoir la rénovation. Malgré des votes militants, largement boudés, sur différentes thématiques, adoptées par des conventions nationales paresseuses, on voit bien que côté militant le cœur n’y est plus. Les gesticulations de la direction sonnent faux. Peu de militant(e)s y adhèrent. Ils ont compris que le Parti ne veut pas de Ségolène ROYAL, mais prend bien volontiers ses idées et sa dialectique. Ben, c’est comme cette boisson qu’on dirait de l’alcool mais que ce  n’en est pas, ça ne nous grise pas.

 -Point N° 8 Appelé point de Départ. Nous revoilà à la veille d’une élection capitale, dans un climat délétère, malgré la sauvegarde des apparences à laquelle s’emploient et Martine AUBRY et Ségolène ROYAL. Avec un cénacle socialiste qui boude une des siennes et manœuvre souterrainement pour tenter, sinon de la décourager, car la tâche est impossible, du moins de la discréditer afin que l’opinion en ait une image faussée,lui prêtant  des défauts qu’elle n’a évidemment pas.

Point N° 9 -  Il n’y a rien de neuf

C’est à désespérer d’être socialiste. Heureusement j’ai choisi depuis 2006 d’être du côté de celle qui ne se décourage jamais et qui a cette capacité d’effacer la rancœur personnelle au bénéfice de l’union constructive pour la nation. Je continuerai donc à servir d’abord la gauche, ensuite le Parti socialiste, accessoirement Ségolène ROYAL, et fidèlement le candidat, tel qu’il soit, issu des primaires, afin de débarrasser le pays du clan de coquins auquel la bêtise de certains socialistes l’a livré en 2007. Il n’y a qu’un bémol à cet engagement

Je veux la certitude que la candidature de Ségolène ROYAL aux primaires ne soit pas victime du mauvais esprit de ses camarades.  A défaut, j’irai taquiner le goujon en 2012.

Christian


Moyenne des avis sur cet article :  1.67/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • JC (Exether) 14 janvier 2011 11:19

    Je souhaite certainement la défaite de l’UMP en 2012, j’ai même voté Royal au second tour en 2007. Je considère aussi qu’elle n’a pas été soutenue correctement par les autres membres du PS et que c’était déloyal envers elle et envers le peuple Français. En revanche le fait même qu’elle n’ait pas été soutenue son positionnement ensuite et les actions entreprises par elle montre qu’elle n’est pas une candidate de rassemblement, ce que doit être avant tout un candidat à l’élection présidentielle.

    J’espère aussi que les primaires seront menées correctement, mais j’espère que Ségolène Royal n’en sortira pas gagnante.


    • matthius matthius 14 janvier 2011 13:20

      Ségolène Royal n’a pas assez rassemblé car elle était à chaque fois contredite par les médias.

      Pourquoi ?

      Parce qu’elle ne souhaite pas fréquenter les clubs de pouvoir ?
      Ceux qui l’ont contredite était tous dans des clubs de pouvoir et avaient l’aura des médias.

      On me disait même que Sarkozy avait de la carrure. Voilà ce que peuvent faire les clubs de pouvoir.


    • Massaliote 14 janvier 2011 11:21

      Le monstre UMPS est une seule et unique plaie


      • epapel epapel 14 janvier 2011 13:06

        Vive Sarkozy !


      • zelectron zelectron 14 janvier 2011 11:22

        Quelle analyse !
        votre billet à lui tout seul montre les merveilleuses qualités qu’il faut pour être un « (très)bon » socialiste.


        • epapel epapel 14 janvier 2011 13:08

          Apparemment, il est bien placé pour en savoir quelque chose.

          La question que je me pose sur l’auteur : pourquoi reste-t-il dans un tel panier de crabes s’il n’en est pas un lui-même ?


        • Christian Christian 14 janvier 2011 13:14

          Bonjour Epapel


          Pourquoi je reste au PS ? Simplement parce que j’espère contribuer à le changer (modestement et avec d’ autres s’entend)

          Cordialement
           Christian

        • epapel epapel 14 janvier 2011 14:05

          Vous n’êtes pas donc pas un crabe mais plutôt un naïf.


        • LE CHAT LE CHAT 14 janvier 2011 11:32

          Bonne pêche !


          • Nanar M Nanar M 14 janvier 2011 12:32

            C’est à désespérer d’être socialiste.

            Engage toi donc au Front de Gauche !


            • epapel epapel 14 janvier 2011 14:03

              Ca, c’est le plan qui tue :
              - l’aile gauche du PS chez Mélenchon
              - l’aile droite chez Europe Ecologie ou Bayrou

              Résultat :
              - PS:15, Europe Ecologie 15, Mélenchon 10, Bayrou 10
              - Marine Le Pen qualifiée pour le second tour contre Sarkozy alors que globalement la gauche fait plus de 50%

              Il faut se faire une raison, le choix de la direction du PS c’est DSK, et s’il ne se présente pas ou s’il n’emporte pas assez de suffrages, alors les primaires se transformeront en congrès de Reims en pire. Tout est organisé pour que ce soit DSK ou le chaos.


            • JL JL 14 janvier 2011 14:40

              Il est probable que si DSK est présent, l’UMP éclatera et son candidat ne sera pas Sarkozy.

              Rapidement une partie s’alliera au FN et l’autre au PS. Autrement dit, rien ne changera : l’UMPS sera en position de garder le pouvoir sous l’étiquette PS pour 10 ans !


            • non667 14 janvier 2011 21:13

               à épapel
              Tout est organisé pour que ce soit DSK ou le chaos.

              le chaos va même être amplifié pour amener dsk au pouvoir !
              C’est l’occasion, au début de l’année 2011 de prendre du recul, et de parler d’une crise autant politique qu’économique.

              la politique pro-capitaliste mondiale a causé /permis la crise économique
              rien ne venant /pouvant entraver cette politique pro-capitaliste (sauf les ruptures nationalistes ? ) celle ci se poursuivra faisant peser tout le poids de la crise économique sur les peuples.les amenant « aux restos du cœur »

               : la France, avec ses 1500 milliards de dette ,84% du PIB , - 7,7 % de déficit peut être comme la Grèce , Irlande et tout les autres pays européens ( sauf peut être l’Allemagne)  déclarée arbitrairement par les banquiers du N.O.M. en perte de confiance et passer du classement AAA à 0 sans justification fin 2011 .

              acculée a la faillite la france n’aura d’autres solution que de passer sous les fourches caudines du fmi (comme avec le ps en 1983 )
              pour faire passer cette pilule de« gauche » qui mieux que l’homme de « gauche » DSK peut le faire ?
              il faut s’attendre à une attaque financière fin 2011 début 2012 pour préparer les élections

               c’est là que ZORRO l’homme de confiance du F.M.I. arrive .
              au besoin et pour en rajouter . un candidat issu des primaires du P S devant la gravité de la situation se désisterait pour D S K .au dernier moment !

              2° tour marine /dsk = 40% /60% les mondialo-capitalistes (umpsmodemvert ) auront gagné 

              a l’occasion de ce 2° tour les électeurs devront observer l’attitude et la sincérité des « anti mondialistes » s’il choisissent dsk et l’abstention ?

              il ne restera au peuple qu’une solution pour reprendre le pouvoir c’est de gagner le 3° tour c’est à dire les législatives qui suivront . en virant les mondialos au 1° tour sinon le scrutin magouillitaire les ramènera au 2°. les électeurs devront également tenir compte de l’attitude ci dessus pour pousser les élus a faire passer l’intérêt général avant leur ambitions et intérêt clanique 

              à auteur

              par rapport au 1° c’est une escroquerie d’avoir gardé le nom de PS en 1983 il aurait du revenir à chevènement , depuis ont vit dans le mensonge et l’embrouille ce qui n’est pas sain pour la démocratie et fait du tord au peuple au profit des mondialos-capitalistes


            • JL JL 15 janvier 2011 10:22

              Non667, je suis assez d’accord avec cette analyse. Par ailleurs, bien que sensible aux position de Chevènement, je ne suis pas convaincu de son positionnement à gauche, si gauche veut dire favorable à une meilleure répartition des richesses et à un interventionnisme centré sur la demande plutôt que sur l’offre - bien que ça aille de soi pour un républicain : les mondialistes rejettent on le sait, le soutien à la demande au nom de ce que ce seraient les producteurs étrangers qui en bénéficieraient (l’aporie assumée est la signature de la droite dite décomplêxée !).

              Pour ce qui concerne le chaos que cette droite pourrait bien attiser en vue de promouvoir une finale DSK vs MLP, observons ce qui se passe en Tunisie en ce moment.

              - Ce matin les éditocrates maison de France Culture (« L’économie en question », de 8H10 à 9H) disaient déjà que l’économie tunisienne se portait bien, et si l’invité avait l’outrecuidance de faire remarquer le taux de chômage catastrophique, le leader de la troupe bottait rapidemant en touche pour le faire taire.
               
              - Par ailleurs, ce matin on apprend que des casseurs se sont livrés à des pillages et ont provoqué des batailles de rues, voire des exactions. Il faut croire que les médias n’ont pas encore accordé leurs violons puisqu’il était dit (info de 8H, FC) que ces casseurs étaient des affidés de Ben Ali : j’y vois la signature de l’aide que MAM proposait au président honni, à savoir notre compétence mondialement reconnue pour pourrir des manifestations de braves gens en révolte.

              Je crois qu’il n’est pas utile d’être grand clerc pour comprendre que l’objectif de la fameuse « communauté internationale » est d’éviter la prise de pouvoir par un parti qui ne serait pas OMC-compatible, comprenez par là : moins ouvert à nos capitaux et plus rigoureux en matière d’impôts sur les sociétés et revenus immobiliers.


            • non667 15 janvier 2011 22:16

              à JL
              que l’objectif de la fameuse « communauté internationale »
              moi aussi je ne crois pas à la révolution tunisienne spontanée , on n’a pas entendu la communauté internationale" c’est à dire les usa , la cia et le mossad ils sont surement là et a défaut d’avoir fomenté la révolution ils seront les 1° par l’intermédiaire du fmi ,omc a sauver la tunisie et a soutenir le nouveau gouvernement a condition bien sur que celui -ci soit à leurs bottes !
              exit donc les magouilles franco-ben ali bienvenue aux magouilles tuniso-anglosaxones ?


            • Gorg Gorg 14 janvier 2011 13:05

              @L’auteur
               Christian (tout comme Jules d’ailleurs) vous nous fatiguez avec Ségolène (et avec le PS). Votre lobbying n’a aucune chance. Non, non et non..... il nous reste encore quelques neurones. Les libéraux ça suffit et ne nous dîtes pas qu’ils sont de gauche, nous ne vous croirons pas. Ou alors vous êtes amoureux, mais çà c’est autre chose ....


              • epapel epapel 14 janvier 2011 13:05

                Excellente analyse sur beaucoup de points, mais l’auteur n’en tire pas la seule conséquence valable : quitter le PS ou changer de champion.
                 


                • Clojea Clojea 14 janvier 2011 14:07

                  C’est vrai qu’on peut se demander pourquoi vous restez au PS. Vous répondez par ce que vous espérez le changer. Je ne voudrais pas vous décourager, mais vous ne changerez rien. Pourquoi ? Pour la simple raison que le PS est pareil que l’UMP, leurs membres sont trop occupés à essayer d’avoir des places dans le gouvernement et jouir d’une position priviligiée. Pouvoir et puissance. Tant qu’ils obéiront à ces critères, rien ne changera. Ils ont oubliés le sens premier du mot politique, qui veut dire comment gérer une nation et faire en sorte que le peuple soi content. Les politiques sont là normalement pour servir, pas pour se faire servir. La nuance est de taille.


                  • verdan 14 janvier 2011 15:41

                    umps dehors ...et leurs defenseurs également ...dehors !


                    • Georges Yang 14 janvier 2011 23:29

                      Vous oubliez la dixième plaie du PS
                      Ségolène Royal qui peut être élue aux primaires par les électeurs UMP, car la moins dangereuse pour Sarkozy

                      Ni le nain ni la folle


                      • ddacoudre ddacoudre 14 janvier 2011 23:46

                        bonjour chritian
                        quand le parti à pris l’option de la loi du marché ce ne sont pas les adhérents qui on fait ce choix mais les élites du parti pour réassurer la réélection de Mitterrand en s’ouvrant au centre et à la vie civile.
                        je me rapelle qu’en 1992 ou 93 il avait étéenvisagé de modifier l’acronymedu parti pour qu’il cole avec satransformation social démocrate qui est rappelont le la gestion sociale du capitalisme.

                        je me souviens que dans masection tous été contre l’abandont du sigle PS dont ils gardaient le souvenir lié à là commune et à blum, bref au socialisme historique.
                         c’est toujours cette fracture que vous n’avait pas solutionné, moi je vous ai quitté bien avant car j’ai toujours combattu le capitalisme, et le communisme qui n’était qu’un capitalisme d’état loin de l’idéal marxiste.
                        la loi du marché est une ineptie qui justifie tout sans avoir une réalité, c’est une croyance comme celle de croire en dieu du même acquabit. si ont veut lui donner une concrétisation réelle il faut reconnaitre alors que le marxisme et le communisme sont engendré par la loi du marché. etc.
                        vous changeriez de sigle ce serait plus clair ce qui sont resté attaché à une vision réformiste du capitalisme se séparerait de ceux qui veulent le gérer, come en son temps les réformiste se sont séparé des révolutionnaires.

                        cordialement.
                        cordialement


                        • sleeping-zombie 15 janvier 2011 09:35

                          Hello,

                          Je rajouterai bien une 10eme plaie au PS, sur ma simple expérience personnelle :

                          Je vis dans une ville de plus 100.000 habitants, et le seul contact que j’ai eu avec le PS ces 10 dernières années, c’est un tract posé dans ma boite aux lettres il y a 3 semaines, m’invitant a participer aux primaires (je suis même pas sûr qu’il fallait adhérer pour ça). Pour l’anecdote, le tract était plastifié (donc peu bio-dégradable) et ma boîte équipée du joli auto-collant vert « pas de pub ».
                          Le seul contact en 10 ans, alors que l’année dernière j’ai du posé 5 ou 6 journées pour aller manifester contre la « réforme » des retraites.
                          En comparaison, tous les matins, en me rendant à la gare, je passe devant des témoins de jehova. Ils m’embêtent pas, ils sont juste là.

                          Tiens, au fait, dans la belle brochette de dirigeants que tu cites, lequel a dit : « le problème du PS, c’est qu’il est composé pour moitié de conseillers municipaux, et pour autre moitié de gens qui voudraient être conseillers municipaux ».

                          Bref, si la seule ambition du « parti » c’est de faire de l’UMP à la place de l’UMP, les électeurs, de moins en moins nombreux d’ailleurs, préfèreront toujours l’original. Votre seul espoir actuellement, c’est que le nain fasse la même erreur en voulant singer la borgne.

                          bonne année !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article

PS


Palmarès