Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Les amères bougies de Nicolas Sarkozy

Les amères bougies de Nicolas Sarkozy

Les marges de manœuvre du nouveau sexagénaire demeurent très restreintes, peut-être trop pour imaginer retrouver un jour …le Graal de la politique française.



Après François Fillon, après Angela Merkel, après François Hollande et après Jean-Claude Juncker en 2014, l’ancien Président de la République et actuel président de l’UMP Nicolas Sarkozy fête son soixantième anniversaire ce mercredi 28 janvier 2015. L’occasion, pour moi, de revenir sur son retour dans la jeu politique intérieur.

Jusqu’aux attentats contre "Charlie Hebdo", Nicolas Sarkozy avait réussi un début de parcours sans faute à la tête de l’UMP. Élu président de l’UMP le 29 novembre 2014, reprenant la fonction formellement le 2 décembre 2014, Nicolas Sarkozy avait tout fait pour remettre en marche un parti très divisé depuis deux ans, traumatisé par la rivalité entre Jean-François Copé et François Fillon. Son action a d’ailleurs été clairement de rétablir l’unité au sein d’une famille qui s’était émiettée au fil des ambitions personnelles.

Son acte le plus symbolique est d’avoir donné à Bruno Le Maire, le seul qui a osé le défier au sein d’un scrutin, la reconnaissance politique qu’il méritait désormais, notamment en le faisant représenter l’UMP au congrès du PPE et au congrès de la CDU.

La configuration de la direction de l’UMP est elle-même un savant équilibre entre une aile que j’appellerais humaniste avec Nathalie Kosciusko-Morizet en numéro deux, vice-présidente déléguée, et une aile plus "dure", sécuritaire et souverainiste, avec Laurent Wauquiez, en numéro trois, secrétaire général, qui continue toujours à se revendiquer d’une "droite sociale" dont le "social" n’est qu’une vitrine pour fustiger ce qu’il appelle régulièrement l’assistanat.

yartiSarko2015A05

Nicolas Sarkozy a peut-être compris ce que certains barons de l’UMP ne voudraient pas comprendre : qu’à partir de 2017, c’est forcément une autre génération qui prendra le relais politique. Certes, les présidentiables restent encore des poids lourds, politiquement, et la grande popularité du maire de Bordeaux Alain Juppé ou même la sympathie parlementaire dont bénéficie François Fillon vont probablement déterminer l’issue de la compétition à droite.

Mais la réalité est que Nicolas Sarkozy semble avoir pris conscience que la génération des quadras et des quinquas doit être prête à l’affrontement face à une gauche qui, forcément, parce qu’elle n’a personne d’autre (pas même Arnaud Montebourg qui a déserté le terrain en découvrant, un peu tardivement pour un ancien Ministre de l’Économie, les joies de l’entreprenariat), personne d’autre que l’actuel et redoutable Premier Ministre Manuel Valls à proposer pour les dix à vingt prochaines années.

La dignité de Nicolas Sarkozy à la suite des attentats du 7 au 9 janvier 2015 est également à mettre à son crédit. Chef du plus grand parti de l’opposition, c’était la première personnalité à permettre l’unité nationale. Dommage d’ailleurs que François Hollande n’ait pas voulu le mettre à ses côtés lors de la marche républicaine du 11 janvier, la photographie aurait eu un impact important et l’image de rassembleur de François Hollande aurait même été plus grande. Qu’importe la photo, qu’importe même les mesquineries pour gagner ou pas un rang ou deux, l’essentiel est ailleurs.

yartiSarko2015A04

D’un point de vue intérieur, c’est-à-dire, au sein de l’UMP, Nicolas Sarkozy a donc su regagner une légitimité et aussi une autorité (pas seulement auprès des militants mais aussi auprès des élus). Cette unité, il la doit essentiellement à son acceptation d’organiser une primaire ouverte pour désigner, comme les socialistes en octobre 2011, le candidat de l’UMP à la prochaine élection présidentielle. À part le calendrier qui n’est pas encore fixé (normalement, prévu avant l’été 2016), il y a peu de sujets de division interne au sein de l’UMP. Mais cela ne reste qu’à l’intérieur. À l’extérieur, sa situation est nettement moins facile.

Ainsi, son projet de fonder un grand rassemblement allant de l’UMP aux centristes semble assez utopique : quel serait l’intérêt de l’UDI, qui vient à peine de s’émanciper et qui aura l’occasion, après des performances remarquables en 2014 (municipales, européennes et sénatoriales, meilleure progression au Sénat), de se compter aux élections départementales de mars 2015 et aux élections régionales de décembre 2015, de reperdre sa liberté d’action ?

L’une des décisions-clefs que le nouveau président de l’UDI, Jean-Christophe Lagarde, devra d’ailleurs prendre (soumise au vote des militants, a-t-il promis), c’est la participation ou pas des centristes à la primaire de l’UMP. Pour l’UMP, ce serait un moyen formidable d’éviter une candidature centriste à l’élection de 2017. Pour l’UDI, ce serait un moyen non négligeable d’influer sur le choix du candidat de l’UMP dans le sens voulu, mais au risque de ne plus exister politiquement par la suite.

Dans tous les cas, il paraîtrait insensé que l’UDI ne prenne pas la même décision que le MoDem vis-à-vis de cette primaire de l’UMP. À quoi servirait une UDI qui s’annihilerait à la primaire UMP sans empêcher la candidature d’un candidat du MoDem ? La chance de l’UMP, c’est que François Bayrou serait susceptible de soutenir dès maintenant la candidature d’Alain Juppé. Mais est-ce le souhait de Nicolas Sarkozy ?

yartiSarko2015A03

Plus ouvertement, Nicolas Sarkozy se retrouve en difficulté après le sursaut (historique) de popularité dont bénéficie actuellement l’exécutif pour sa très bonne "gestion" de l’après-attentats. Les mesures de lutte contre le terrorisme présentées par Manuel Valls le 21 janvier 2015 ne donnent pas beaucoup de champ de différenciation à un Nicolas Sarkozy qui fait plus figure d’ancien combattant que d’homme d’avenir.

Évidemment, la question qui reste, c’est son éventuelle candidature à la primaire ou pas. Et si ce n’était pas son intention ? Après tout, Valéry Giscard d’Estaing, qui a repris la présidence de l’UDF du 30 juin 1988 au 31 mars 1996, n’est jamais redevenu candidat à une élection présidentielle. Et il était encore plus jeune que Nicolas Sarkozy à la fin de son mandat...

En plus de son image qu’il n’a pas réussi à renouveler depuis son retour du 19 septembre 2014, Nicolas Sarkozy a également une épée de Damoclès (multiple) avec les affaires judiciaires en cours. Et la seule vraiment sérieuse, c’est l’affaire Bygmalion qui pourrait cependant le placer plus dans le rôle de la victime que du fauteur.

yartiSarko2015A06

Au moment de souffler ses bougies, l’ancien Président devra de toute façon repenser complètement sa stratégie : les attentats contre "Charlie Hebdo" ont profondément bouleversé le paysage politique au même titre que l’affaire DSK le 15 mai 2011, et François Hollande pourrait bien, contre toute prévision, tirer son épingle du jeu. C’est pour cela qu’il sera intéressant de l’écouter lors de sa cinquième conférence de presse solennelle fixée le jeudi 5 février 2015 à 11 heures. Rien n’est jamais écrit… et comme le candidat de 2007 le répétait, tout devient possible…


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (28 janvier 2015)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Je suis Charlie.
Mathématiques militantes.
Le nouveau paradigme.
Le retour.
Bilan du quinquennat.
Sarkozy bashing.
Ligne Buisson ?
Stigmatisation.
Transgression.
Sarcologie et salpicon socialistes.

yartiSarko2015A02


Moyenne des avis sur cet article :  1.28/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • pens4sy pens4sy 28 janvier 2015 06:51

    Sarko n’est même pas une option pour 2017.
    Si on y arrive.


    • fred.foyn Le p’tit Charles 28 janvier 2015 08:17

      Pourquoi parler de cette racaille.. ?
      Bizarre...


      • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 31 janvier 2015 11:40


        sarko quel veau il ne respecte rien SAUF LE POGNON  !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

        oui c EST UNE RACAILLE DE LA PIRE ESPECE


      • zygzornifle zygzornifle 28 janvier 2015 09:00

        Petit rappel :Sarkozy l’homme qui amenait sa clientèle fortuné ouvrir des comptes en Suisses, Cahuzac est un amateur à coté ....http://rue89.nouvelobs.com/2009/04/02/quand-sarkozy-lavocat-ne-meprisait-pas-les-paradis-fiscaux


        • Fergus Fergus 28 janvier 2015 09:30

          Bonjour, Sylvain.

          « La dignité de Nicolas Sarkozy à la suite des attentats du 7 au 9 janvier 2015 est également à mettre à son crédit. »

          MDR ! Outre le pitoyable épisode du défilé qui, le 11 janvier, a vu Sarkozy jouer des coudes pour être sur la photo, tel un ado totalement immature, rappelons-nous sa sortie de l’Elysée lorsque Hollande a reçu les chefs de parti après l’attentat de Charlie Hebdo : aucun ne s’est permis le moindre commentaire sur la manière dont le Président en exercice avait pris les choses en main ; sauf Sarkozy qui n’a pu s’empêcher de faire son numéro de donneur de leçons en laissant entendre - de la voix doucereuse qu’il emploie lorsqu’il ment effrontément - qu’il avait conseillé à Hollande de faire ceci ou cela, comme si le Président de la République n’attendait que la parole de cet expert. Consternant de puérilité, là encore !


          • wesson wesson 28 janvier 2015 11:55

            Bonjour l’auteur,

            déjà fortement désillusionné que nous ayons élu François Hollande en 2012, je suis carrément outré par le fait que en guise d’alternative à droite, l’UMP n’ai rien de mieux à proposer que le retour de Nicolas Sarkozy, un président objectivement catastrophique.

            Est-ce que le peuple Français mérite t’il cela ? Oui si effectivement c’est son choix ! 

            • Pyrathome Pyrathome 28 janvier 2015 14:21

              C’est une rubrique nécrologique ?


              • Samson Samson 28 janvier 2015 17:54

                « Son action a d’ailleurs été clairement de rétablir l’unité au sein d’une famille qui s’était émiettée au fil des ambitions personnelles. »
                Si « La France Forte » a fait long feu, l’adage « Diviser pour régner » semble garder tout son avenir. L’UMP, quand bien même rebaptisée et renflouée, c’est moins sûr ! Mais si votre héros promets comme à son habitude des biscuits à tous les membres du parti dont il a pillé les caisses, d’aucuns semblent maintenant avertis quant à la valeur à accorder à sa parole !

                « La dignité de Nicolas Sarkozy ... est également à mettre à son crédit. ... Qu’importe la photo, qu’importe même les mesquineries pour gagner ou pas un rang ou deux, l’essentiel est ailleurs. »
                On a la dignité qu’on peut et vous semblez vite satisfait ! Quant à s’arrêter à chacune de ses mesquineries, on n’en finirait jamais !

                « Les mesures de lutte contre le terrorisme présentées par Manuel Valls le 21 janvier 2015 ne donnent pas beaucoup de champ de différenciation à un Nicolas Sarkozy qui fait plus figure d’ancien combattant que d’homme d’avenir. »
                Je me trouve fort surpris d’avoir à acquiescer à votre opinion, les points communs entre les deux hommes sont de fait innombrables : « Manu le fourbe » caresse la même dévorante ambition de devenir Calife à la place du Calife. Dénué lui aussi de tout scrupule, il semble miser sur les mêmes méthodes que votre poulain pour y parvenir : slogans en novlangue à l’attention d’un électeur « moyen » qui, abreuvé de mass-media et à tort ou à raison, est réputé « con » (après le « Karcher » cher Zébulon, c’est maintenant, pour mieux garantir la pérennité de la langue française, au tour de l’« Apartheid » de débarquer en fanfare sur les écrans de banlieues), mêmes manières de racler les fonds d’égouts par des propos nauséabonds sur les Roms, exercices divers de musculation, surtout à l’attention des plus fragiles et précarisés, ..., j’en passe.

                Par les vertus de la Pensée Unique, les programmes politiques du PS et de l’UMP semblent désormais sortis de la même imprimante : même pour les esprits les mieux « formatés », il devient - hors mœurs et logos - difficile de les distinguer au jeu des 7 erreurs !

                Seuls restent donc la classe et le style pour les différencier, ce qui n’a rien d’avantageux pour « l’Agité du bocal » !
                Ce serait faire insulte au bon sens de l’électeur à la dernière présidentielle que de l’imaginer ravi du dilemme « utile » entre un mollusque soporifique et une girouette hyperkinétique ! En renvoyant votre favori à ses études, c’est donc pour le rejet l’image désastreuse qu’il a donné tant de la nation que de la fonction présidentielle qu’il était censé incarner qu’ils ont opté : agressivité et postures de petite frappe, bling-bling, exhibition ostentatoire de tocantes pour nouveau riche, accumulation en un quinquennat d’une invraisemblable collection de casseroles, morgue, mauvaise foi et mépris affichés qui ont tant dévalué, ...
                Comme je le soulignais plus haut, on a la dignité qu’on peut ! Même si elle n’arrive pas à évacuer l’encombrant qui lui colle aux basques, je doute fort qu’une droite classique et attachée aux principes républicains lui pardonne jamais un tel manque de classe ! Inutile même d’envisager de chasser le naturel et relifter l’animal, jamais personne ne sera dupe !

                « ... François Hollande pourrait bien, contre toute prévision, tirer son épingle du jeu. »
                Pas de panique ! Serait-ce même le cas, avec pour Vizir un « Manu le fourbe », je veillerais à sa place à en priorité bien faire vérifier le contenu des plats qu’on me sert !

                Toujours un bonheur de vous lire !
                Salutations !  smiley


                • 65beve 28 janvier 2015 19:30

                  Bonsoir,
                  S’il devait revenir, c’est plus que 2,5M qu’il nous coûterait !


                  • Lisa SION 2 Lisa SION 2 28 janvier 2015 19:58

                    En cette belle période de liberté d’expression, je profite de la tribune pour crier haut et fort dans le micro avec écho svp : CASSE TOI POV CON ! merci ça fait du bien.


                    • Bruce Baron Bruce Baron 28 janvier 2015 20:20

                      Nicolas Sarkozy commence à ressembler à un petit grand-père quelconque que l’on pourrait croiser à la sortie du métro Blanche.


                      • Michel Maugis Michel Maugis 29 janvier 2015 00:22

                        Bah moi, je préfère Sarkonazy à Hollande.


                        Crapule pour crapule , je préfère une crapule originale qui se réclame de droite, c’ est plus honnête.
                        Pas une infâme copie.

                        Mais je ne voterai pour aucune d’ elles, qui à laisser gagner Lepen, ce sera la faute au P« cf » et au front de gauche qui se seront obstinés à empêcher la validation de la candidature de Asselineau.

                        Asselineau le Président qu’ il nous faut !

                        • Parrhesia Parrhesia 29 janvier 2015 21:04

                          Le « nouveau sexagénaire » fait manifestement couler un flot d’encre excessif si nous nous en tenons à l’examen de ses performances passées.

                          Toute la presse parle de lui, dont une bonne moitié comme s’il s’agissait d’un messie dont le retour finirait presque par être considéré comme une parousie. Nous entendons prononcer son nom des dizaines de fois par jour sur la moindre chaîne de télévision dont deux, que je ne citerai pas, nous imposent son image d’innombrables fois chaque jour. Comment seront chiffrés et comptabilisés les frais occasionnés par « la » campagne de l’intéressé, campagne dont le moins que nous puissions dire est qu’elle a commencé tôt !

                          Oublié, le referendum populaire sur l’Europe soigneusement classé là où un singe met ses noix !

                          Oubliée la question du referendum sur Mayotte, posée aux seuls Mahorais et aux seules Mahoraises en dédaignant l’avis des électeurs métropolitains !

                          Oubliées les lois hadopi et loppsi, la dernière permettant carrément l’introduction de Big Brother dans votre salle de bains ; sans compter le maintien sous son quinquennat de la loi Fabius-Gayssot dont les effets pervers sont de plus sensibles mais qui n’a pas semblé beaucoup déranger son parti entre 2007 et 2012.

                          Oubliés les 600 milliards de dette souveraine supplémentaires, soit environ 34% d’augmentation de la dette préexistante à son arrivée, et ceci sur cinq ans seulement !

                          Oublié le fait que cet endettement colossal a été réalisé sans qu’aucune nouvelle mesure économique internationale n’ait été proposée, à une contre-Europe entièrement « mondialistée » et qui fait désormais rigoler tous ceux qu’elle ne fait pas pleurer.

                          Oubliée la gestion des frais de campagne du « nouveau sexagénaire » qui finirait par nous faire croire qu’il a été le seul président d’une République quelle qu’elle soit à ne pas poser au moins une fois à son Directeur de campagne la question qui préoccupe en général tout candidat : « Où en sommes-nous point de vue finances ? »

                          Oublié le fait qu’après près de quarante ans de politique au plus haut niveau (quoi que…), l’ex-président persiste à argumenter, sur la croissance et sur la relance de l’emploi sans remettre en cause un système ultra-libéral donc complétement dérégulé, qui fait reposer une part de plus en plus grande de notre consommation sur l’importation ! Comme si l’on pouvait l’on relancer en France l’emploi des fabricants de petites cuillères en achetant lesdites petites cuillères à 10.000 Kms de nos agences pour l’emploi métropolitaines ; et ceci, bien entendu, sans taxer les petites cuillères importées !

                          Oubliée, enfin, la réforme du Parquet plaçant les Procureurs de la République sous l’autorité du Ministère de la Justice pour aligner la France sur le système états-uniens, avec les résultats que nous voyons !

                          Oubliés… à moins que !!!


                          • gaston gaston 31 janvier 2015 09:42

                            Le niveau d’étude de ce guignol de sarkozy reflète à lui seul la catastrophe qu’aura pu être la vie politique de ce triste personnage adepte de tout sauf de démocratie !
                            Ecoutez le lire ses discours dans un Français approximatif qu’on lui écrit , car il en est incapable , et que visiblement il ne comprend pas !
                            Ses conseillers ont du à plusieurs reprises s’arracher les cheveux , il est à peu près du niveau intellectuel des pires tanches de l’UMP comme copé morano dati et quelques autres !
                            Il a massacré le pays de 2007 à 2012 que ce soit au niveau des droits de l’homme , de la justice qu’il a sans cesse bafouée ou de l’industrie ou il a encourager les délocalisations pour faire plaisir à se « amis » , il a aussi tout fait pour protéger les fraudeurs du fisc ( enfin les gros ) tout en attaquant les fraudeurs sociaux qui représente une goutte d’eau dans l’océan des fraudes ,il a même volé l’argent du peuple pour engraisser les riches avec le fameux bouclier fiscal , acte de haute trahison envers le peuple !
                            Il a aussi donné son accord pour prendre dans le porte feuille des Français pour engraisser un repris de justice à hauteur de 400 millions à qui personne ne devait rien !
                            Ne parlons pas de ses casseroles , une bonne dizaine , et encore on n’est pas au courant de tout .....bizarre quand même pour un type honnête autant de citations en malhonnêteté non ? à moins que ce ne soit un complot ....ben en même temps il ne lui reste plus que ça pour sa défense !
                            Il avait confiance dans la justice de son pays APRES avoir été blanchi au bénéfice du doute dans l’affaire Bétencourt , mais a crié au complot quand il a été mis en examen dans l’affaire des écoutes.... quel retournement de situation quand même , du coup je suppose qu’il n’a plus confiance dans la justice de son pays non ?
                            Récemment on l’a vu jouer lamentablement des coudes pour être au premier rang lors des tragiques évènements qui ont secoués le pays , preuve qu’il est prêt à profiter de tout même de l’immonde pour faire parler de lui  !
                            Il n’est certe pas très malin , mais il sait parfaitement que sa seule chance d’être débarrassé des méchants juges qui peuvent enfin faire leur travail depuis qu’il n’est plus à la tête de l’état et donne des ordres aux procureurs , et bien c’est d’être élu président en 2017 !
                            Malgré sa petite intelligence il a sans doute bien compris que ses chances étaient de plus en plus réduite plus l’échéance se rapproche , même à droite , à part les vieilles bourgeoises du seizième ,personne n’en veux !
                            Il est non seulement minoritaire face au peuple , mais également dans son propre camp ce qui est encore plus problématique pour lui !
                            Le principale étant que le peuple et la démocratie soit définitivement débarrassé de cette racaille politico financière !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès