Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Les américanistes sont les pires amis des Américains (1re partie)

Les américanistes sont les pires amis des Américains (1re partie)

« Anti-américanisme », un terme qui fleure bon l’ « agitprop »

Pourquoi en cette rentrée 2008 ne pas analyser en détail deux aspects essentiels des relations franco-américaines actuelles qui, sur fond d’effondrement du dollar et de l’économie US, illustrent parfaitement la trahison des élites européennes, à savoir :

  • le fait que sans s’en rendre compte, en élisant Nicolas Sarkozy à la tête de leur pays, les Français ont porté la petite clique américaniste parisienne à la tête de leur pays ;
  • la constatation renouvelée que les américanistes (Français, Européens ou Américains) sont les pires amis des citoyens américains.

Mais avant d’aller plus avant, je me permets de préciser que je parle d’un sujet que je connais bien pour avoir fondé et dirigé (bénévolement) TIESWEB, le premier grand réseau transatlantique citoyen, lancé à Washington, à Blair House, résidence des invités officiels du président des Etats-Unis, lors du Sommet EU/USA de décembre 1997, avec le soutien des institutions européennes et du gouvernement américain de l’époque.

En politique, les mots sont essentiels. Et ce terme d’anti-américaniste, inconnu avant ces dernières années, n’est pas apparu par hasard. Il traduit la dissociation croissante entre le pouvoir washingtonien et le peuple américain, entre les décisions et les actions de G. W. Bush et ses sponsors politico-affairistes-religieux et les idéaux et principes des Etats-Unis qui avaient séduit le monde du XXe siècle. Il correspond à l’évidence croissante qu’une majorité d’Américains ne se reconnaît plus dans ses dirigeants et l’utilisation qu’ils font de la puissance de leur pays. Il devenait ainsi difficile de considérer comme anti-américaines des analyses ou des critiques partagées par une majorité de citoyens américains. D’où, miracle de l’agitprop version Washington, l’apparition du terme anti-américaniste, qui, tout en tant différent d’anti-américain, tente de s’y substituer, pour amalgamer ceux qui sont contre les politiques américaines actuelles et ceux qui n’aiment pas les Américains.

On connaît bien ces méthodes. L’ « anticommunisme primaire » fit les grandes heures de la propagande soviétique, et des relais occidentaux de Moscou, des années 1950 aux années 1980.

Car il s’agit bien de cela, de propagande et de rien d’autre. En bref, il s’agit de créer la confusion dans les esprits et d’identifier ceux qui sont contre le pouvoir washingtonien actuel à ceux qui sont contre le peuple américain. C’est une bonne vieille méthode de terrorisme intellectuel pour dicréditer les critiques.

Une fois identifiée, elle permet aisément en revanche de savoir quels sont les médias, experts ou dirigeants qui sont « affiliés » au réseau washingtonien, comme on pouvait aisément décrypter il y a vingt ou trente ans ceux qui prenaient leurs ordres à Moscou : tapez le mot « anti-américaniste » sur un moteur de recherche et vous verrez très vite qui y consacre de longues tribunes pour s’offusquer, se plaindre, dénoncer ou vilipender tous les espris malades ou malveillants qui se complaisent dans l’ « anti-américanisme ».

Pourquoi les américanistes sont-ils les pires amis des Américains ?

Mais pourquoi dire que ces américanistes (ceux qui rejettent les critiques contre Washington en les qualifiant d’ « anti-américanistes ») sont les pires amis des Américains ?

Il est possible de légitimer cette opinion de plusieurs manières.

Ainsi, on peut déjà utiliser les comparaisons historiques :

  • les stalinistes occidentaux n’étaient-ils pas les pires amis du peuple russe, cautionnant et vantant les louanges d’un système, d’une politique et de dirigeants qui sacrifiaient par millions leurs propres concitoyens ? Et toujours prêts à discréditer la critique en amalgamant critique du pouvoir moscovite et critique des idéaux communistes ou du peuple russe ?
  • les collaborateurs français (régime de Vichy) ou autres dans l’Europe occupée par les nazis, n’étaient-ils pas les pires amis du peuple allemand ? Eux qui soutenaient activement la politique du Berlin hitlérien tout en pourchassant le « terroriste » qui refusait la domination nazie, et dénonçait les critiques infondées contre la « culture » et la « nation » allemande ?

Et dans les deux cas, les deux peuples concernés, russe et allemand, ont ensuite confirmé leur profond rejet des politiques conduites en leur nom par ces deux régimes, prouvant qu’être staliniste ou collabo était sans aucun doute être le pire ami possible de ces peuples.

Pour information, le show américain de Nicolas Sarkozy a été organisé par un président et un Congrès américains largement rejetés par la grande majorité des Américains puisque selon le sondage Zogby International de septembre dernier, seuls 29% des citoyens américains approuvent l’action de G. W. Bush et à peine 11% celle du Congrès. Dis-moi par qui tu es applaudi et je te dirai quel homme politique tu es... !

Comme leurs homologues collabos ou stalinistes, les américanistes se moquent bien des citoyens américains, sinon, ils suivraient l’immense majorité d’entre eux qui estime désormais que Washington fait fausse route dans quasiment tous les domaines : diplomatie, guerre, économie, social, éducation, environnement... au lieu de chanter les louanges dont les premières victimes sont les citoyens des Etats-Unis : milliers de soldats tués ou blessés en Irak et Afghanistan, millions de familles jetées à la rue par la crise des subprimes, millions d’épargnants en train de se faire dépouiller de leurs retraites et de leurs économies par la crise financière à Wall Street, dizaines de millions d’Américains sans soins médicaux...

Mais les américanistes se moquent bien de tous ces « Américains de base » car ils n’appartiennent pas à leur vision de l’ « Amérique »  : soit parce qu’ils les considèrent comme « dégâts collatéraux » d’une expérience idéologique dont ils sont eux-mêmes les propagandistes, l’ « ultra-libéralisme » ; soit parce qu’ils bénéficient financièrement des dérives de l’ « américanisme réel » par rapport aux « mythes américains » ; soit parce qu’ils vivent dans une Amérique de rêve nostalgique (celle de leurs vingt ans, celle que Nicolas Sarkozy a décrite au Congrès, celle de l’ « âge d’or américain » des années 1940-1960 : Louis Armstrong, Elvis Presley, Apollo 11, Kennedy...).

L’américaniste nostalgique aime les Américains idéalisés d’hier, qui servent ses souvenirs, et refuse de s’intéresser à ceux d’aujourd’hui. Il a besoin d’être américaniste pour ne pas se sentir vieillir trop vite. Au pouvoir, il est tout aussi dangereux que les deux autres catégories, mais au moins il est sincère.

L’américaniste idéologue a besoin d’ignorer les Américains d’aujourd’hui qui, par dizaines de millions, sont poussés hors du « rêve américain », pour pouvoir continuer à prêcher son idéologie ultra-libérale. Il est aveuglé par son a priori idéologique.

L’américaniste « intéressé » se moque complètement des Américains d’aujourd’hui car il participe lui aussi activement à la dérive du « rêve américain » en « tondant le mouton américain », comme le montre par exemple la connivence de la sphère financière européenne avec son homologue outre-Atlantique en matière de prêts immobiliers subprimes. Il a ainsi besoin d’être américaniste pour faire de bonnes affaires avec ses partenaires « américanistes » américains. Cet américaniste-là est totalement cynique et constitue typiquement l’ami le plus dangereux qui soit. Celui qui ne vous fera pas arrêter de boire si vous devenez alcoolique, mais qui au contraire, se prétendra votre ami en vous vendant de l’alcool « à prix d’ami ». Ce sont d’ailleurs, ces américanistes-là qui vont s’évanouir dans l’année à venir du fait du statut de moins en moins attractif de l’économie américaine et du dollar US. Ce sont eux, oligarques et financiers français, qui ont dû faire relayer par Nicolas Sarkozy ce message, pourtant naïf, prévenant de risques de guerre commerciale si le dollar continue à s’effondrer.

Bien entenu, l’américaniste européen a un statut bien inférieur à celui de l’américaniste américain.

Car les américanistes sont en fait au pouvoir à Washington ; et ils recrutent leurs affidés dans le monde entier. Le processus de recrutement repose sur un credo très succinct :

1. Washington a toujours raison.

2. Ce qui est bon pour les élites américanistes est bon pour le monde entier.

3. Tout le reste est secondaire (y compris les principes démocratiques).

4. Tous ceux qui sont contre sont des terroristes (s’ils ne sont pas blancs, occidentaux ou chrétiens) ou anti-américanistes (s’ils sont blancs, occidentaux ou chrétiens).

5. Tous ceux qui souscrivent aux 4 principes précédents bénéficieront du soutien plein et entier des réseaux américanistes (au choix, non exclusif : pour faire des affaires, accéder au pouvoir, faire carrière).

Avec de tels principes fondamentaux, il est certain que les problèmes de l’Américain moyen ne figurent pas vraiment au rang des priorités de l’américaniste. Il serait même plutôt du genre à se nourrir des problèmes des citoyens américains.

Cependant, le citoyen américain, via les élections, restant le seul acteur capable de garder une apparence de légitimité aux élites américanistes, il faut le convaincre régulièrement du bien-fondé de l’américanisme. En effet, si d’autres forces politiques parvenaient à prendre le pouvoir à Washington (et je ne parle pas des élites démocrates dont la plupart sont des américanistes mous), qui ne partageaient pas les principes américanistes, ç’en serait fini du pouvoir américaniste dans le monde.


Moyenne des avis sur cet article :  3.75/5   (51 votes)




Réagissez à l'article

39 réactions à cet article    


  • Ceri Ceri 14 janvier 2008 11:55

    en fait la question est : pourquoi les américains ont laissé un président élu grace à des élection truquées 2 fois de suite, prendre le pouvoir ?
    Et pourquoi certains le plébiscitent encore ?

    J’ai l’impression que depuis Reagan et l’invention du populisme libéral pronant la fameuse "rupture", il y a un écart énorme entre ce que disent les politiques, et ce qu’ils font. C’est bien l’ère de la propagande, et Sarko prouve qu’on y arrive chez nous aussi.
    Les peuples élisent des politiques qui vont aller exactemlent dans le sens contraire de leurs intérets, pourquoi ?
    Comme vous le soulignez, il y a l’importance des médias liés aux industries et banques qui bénéficient des mesures prises par ces politiques (et finalement à droite comme à "gauche" ca revient presque au même).

    Une des grandes dérives avec ce populisme libéral, c’est que pour se légitimer il exclut tout ce qui ne lui convient pas par la réthorique, la redéfinition des termes ("assistés", "anarcho autonomes", "racailles") et redéfinit sans cesse les notions (comme la "flexisécurité", la "laicité positive" ou ce genre de choses) pour recadrer l’esprit des gens à grand renfort de battage médiatique.

    Comment sortir de ce cercle vicieux ?
     

     

     


    • Alpo47 Alpo47 14 janvier 2008 12:50

      Américanistes ? Sais pas pourquoi, mais un certain nombre de pseudos de ce forum de viennent immédiatement à l’esprit .....

      Qui sera le premier à venir défendre "the american dream" ?


    • Gazi BORAT 14 janvier 2008 13:17

      "...Qui sera le premier à venir défendre "the american dream" ? .."

       

      On peut prévoir sans grand risque l’apparition d’un lutin au curieux couvre-chef..

       

      gAZi bORat


    • miche.miche 14 janvier 2008 13:25

      "Comment sortir de ce cercle vicieux ?"

      —> En informant et en invitant nos con(s)citoyens à découvrir AgoraVox et les nouveaux média du Web !

      Plus le temps passe et plus la prise de conscience doit devenir efficiente.


    • anvil mac lipton anvil mac lipton 14 janvier 2008 13:41

      En fait, après avoir lu "Les Etats Manqués" de Noam Chomsky, on peut se dire que la situation est encore plus sombre que ça, et que ça dure depuis bien avant Reagan....


    • Yannick J. Yannick J. 14 janvier 2008 13:55

      dites !!!

      vous vous rendez comptes ? il y en a toujours pas un venu défendre l’américanisme...

      moi j’vous l’dit, tout se perd ma bonne dame !

      cela dit très bon article... merci


    • non666 non666 14 janvier 2008 13:50

      Quand je pense qu’on a refusé mon article sur la diabolisation , qui etait general et en aurait instruit plus d’un et qu’on accepte d’editer celui ci qui ne voit qu’un de ces aspects, je ne peux qu’avoir une seule conclusion :

      L’accès au statut de redacteur qui confere apparement tous les pouvoirs est en enjeux majeur de controle de ce qui sera edité.

      Comprenne qui pourra.

      .


      • BuZardinho BuZardinho 15 janvier 2008 17:16

        Je rejoins votre commentaire M Non666, tout mes articles ont été refusés également.


      • hahahaha 14 janvier 2008 14:53

        Il est extraordinaire de constater que tous ces racistes anti yankees se situent entre extrême- gauche et individus d’origines musulmanes.

         

        Le ciment de leurs haines sont les états-unis d’amérique, grand pays de liberté sous l ’éternel et un tout petit pays ressuscité d’entre les nations qu’est l’état hébreu.

         

        Cette communion sacro- sainte ce concentre particulièrement dans notre beau pays, phagocyté par une civilisation barbare vivant sur notre antique culture.

        Demain la démographie se jouera de notre fébrile démocratie.


        • Alpo47 Alpo47 14 janvier 2008 15:35

          Tiens, un nouveau pseudo pour un ancien discours ... Mais, qui se cache derrière ?

           


        • jako jako 14 janvier 2008 16:02

          c’est RDP il revient régulièrement sévire sous différents pseudos


        • Gazi BORAT 14 janvier 2008 16:24

          "...entre extrême- gauche et individus d’origines musulmanes..."

          Curieux positionnement...

          Des barbus avec un couteau entre les dents ?

          gAZi bORAt


        • hahahaha 14 janvier 2008 16:34

          Gazy,

           

          je ne voudrais pas être trivial mais ce n’est pas un couteau... c’est comme je le suggère, la verge qui est leur meilleure arme, la démographie joue pour les barbares, c’est l’éternel combat entre la qualité et la quantité.

          Bien à vous.


        • Ceri Ceri 14 janvier 2008 16:35

          ha ha aha... vous etes vraiment d’une stupidité crasse


        • hahahaha 14 janvier 2008 17:21

          Ceri,

           Je prends une douche chaque jour, quant à la stupidité, je vous l’accorde vous en avez une couche, très épaisse.

          Bien à vous.


        • adeline 14 janvier 2008 18:19

          ce sont des propos ( de hahahaha) quel pseudo !!!! qui me rappellent ceux de "tu seras un homme" (il est mal barré ce gamin............


        • hahahaha 14 janvier 2008 19:35

          Adeline,

          vous la prophètesse de thanatos, quelle est votre rôle précisément sur l’annonce de la mort de Rocla ?

          En second lieu, le hahaïsme est une philosophie que j’aime pratiquer, en un mot ne pas être plus vulgaire et idiot que son interlocuteur se mettre à son niveau pour votre cas, mon énergie me pousse à ne pas déployer trop de hahahaha !

           

          Bien à vous.


        • koton 15 janvier 2008 02:27

          hé la ,calmos,lerma,f lyon ou consort arrete tes bétises on t’a reconnu allez ouste !


        • CAMBRONNE CAMBRONNE 14 janvier 2008 15:15

          A L’AUTEUR

           

          Merci pour cette belle photo du Maréchal ! Il avait de la gueule quand même .

           

          Salut et fraternité .


          • jako jako 14 janvier 2008 16:25

            c’est vrai que le texte sur l’affiche est très proche du language utilisé par notre "conducator"


          • Gazi BORAT 14 janvier 2008 16:26

            @ Cambronne

             

            Ce doit être à cause de la taille de la moustache.. Ca vous change un homme..

            http://debrisson.free.fr/images/musee/stalin.jpg

            gAZi bORAt

             


          • koton 15 janvier 2008 02:30

            il est ironique,j’espère, le cambronne...


          • Piotrek Piotrek 14 janvier 2008 15:33

            Il existe aussi d’autres types d’americanismes.

             

            Americanisme d’opposition, typique de ce qu’on peut voir des anciens pays du bloc communiste. Le polonais, par exemple, devient automatiquement americaniste du fait de son opposition a la Russie. On peut prendre comme exemple la participation (aveugle) de la guerre en Irak, le zele quant a heberger une base pour le futur bouclier anti-missiles americain...

            C’est un americanisme "logique", de consequence, historique et geographique qui se dissipera avec le temps quand ces individus realiseront qu’il existe un milieu entre les deux, voire autre chose.

             

            Americanisme par besoin de reconnaissance. C’est un americanisme dont le but d’etre reconnu par les americains (et moins que par ses compatriotes). Par exemple, l’attitude "People" intriguante de Nicolas Sarkozy (vous n’avez pas l’impression que son attitude est difficilement comprehensible ?) tombe parfaitement sous le sens si on la transpose dans l’idee qu’ont les americains sur l’homme francais


            • Gzorg 14 janvier 2008 15:52

              Tres bon article de fond sur un problème de plus en plus visible par tous.

               

              Les américaniste politique (Lelouche , Kouchner...) et les people americaniste des plateux de Télé (les Bacharan et autres baverez...) ont tous en commun de defendre une amerique qui n’a jamais existé ailleurs que dans l’esprit vile et servile de nos elites nationals.

              Il n’est ni question ici de gauche ou de droite, les americanistes sont partout sauf dans les couches populaires.

              Nos chers socialistes dont P.Immarigeon dis "qu’ils sont fascinés à la fois par la force militaire US et leur doctrine libérale , comme le lapin pris dans les doubles phares d’une voiture" n’hesitent pas a acréditer les pires horeurs américaines au nom d’une vertue democratique qui pour le coup n’a jamais été réelle aux USA.

              Sarkozy a washington aujourd’hui, Jospin votant le pire des ambargos contre l’Irak tous sont confiné , formatés au moule de l’Atlantisme...

              Je crois que c’est Alain resnais qui disait "L’Amerique n’existe pas , je le sait , puisque j’en reviens..." le second problème que souleve votre tres bon article est celui de l’Europe.. ;car comment croire que nous reussiront un jours à nous extraire de cette doctrine Atlantiste de plus en plus corompus , alors que la plus part des dirigeants Européens sont des caniches dociles de la maison Blanche.

              L’amerique est aujourd’hui devenue le problème du monde, car si la plus part des gens rejettent les USA (et ils font bien la diffrence entre Washington et le peuple americain) les dirigeants sont eux incapables de changer face a cette amerique de plus en plus dangereuse et de moins en moins démocratique...

              je suis content de decouvrir votre cite , on peu rappeller aussi ceux qui oeuvrents actuellement pour une approche differente de l’Americanisme :

              JP.Immarigeon : americanparano.blog.fr/

              P.Grasset : www.dedefensa.org/

              Et d’autres a la verve acide (mais tellement juste) franceatwar.hautetfort.com/archive/2007/12/31/love-me-tender.html


              • ZEN ZEN 14 janvier 2008 18:13

                @ Gzorg

                Immarigeon, dont j’allais parler, est en effet une référence. American parano  est un livre original, qui s’appuie sur une lecture inédite de certains textes de Tocqueville pour donner un éclairage intéressant sur les constantes de l"esprit américain". Son blog mérite aussi le détour.


              • morice morice 14 janvier 2008 16:25

                C’est la panne hez drzz ou quoi  ?


                • Gzorg 14 janvier 2008 16:54

                  Il nous manque aussi le schtroumpf au bonnet rouge , gavé de Fox News...mais ou sont ils ?


                • Ceri Ceri 14 janvier 2008 17:03

                  ils sont sur le sujet sur TF1 en train de proner les sanctions contre les journalistes en cas de diffamation, y compris pour Denis Robert, et sont aussi en train de virer xénophobes, c’est vraiment magnifique


                • ZEN ZEN 14 janvier 2008 18:14

                  @ Morice

                  drzz fait sa prière dans son monastère suisse..


                • fouadraiden fouadraiden 14 janvier 2008 17:58

                   

                   

                   on essaie, avec ce raisonnement , de ns faire avaler une fiction dont la responsabilité incombe aux seuls juristes. il y aurait d’un côté les "américanistes",avec tous leurs défauts, et de l’autre, le bon peuple ,naif et inoffencif et sous l’emprise d’une vilaine pieuvre venus des fonds des mers.

                   

                   raisonnement qui ne vaut pas un sous et dont le but ,inavoué,consiste simplement à dédouaner l’Amérique ,les bons américians,des choix,souvant désatreux pour les peuples non-occidentaux, qu’elle fait avec l’accord de ses dirigeants .

                   

                   les Américian sont responsables des choix que les dirigeants font en leur nom. un autre raisonnement supposerait de notre part une critique virulante de l’ensemble des postulats qui ns font penser à propos des démocraties occidentales qu’elles sont singulières,les Etats -Unis étant la première d’entre elles.

                   

                  qd l’Amérique marque des points positifs, c’est à mettre sur le compte de son peuple vaillant.

                   qd l’Amérique tue ,pille et massacre ,le peuple ,comme par enchantement ,disparaît ne laissant à la lumière du jour qu’une kirielle de criminels.

                  .

                   


                  • Gazi BORAT 14 janvier 2008 18:27

                    @ fouadraiden

                    Position un peu extrème que vous semblez adopter là, et pourtant...

                     

                    Même aujourd’hui, dans le discours d’opposants clairement identifiés à la politique de G.W. Bush comme Chomsky ou Howard Zinn, on trouve des traces de l’évocation de "bonnes" valeurs américaines et une argumentation souvent plus moraliste que rationnelle..

                     

                    Discours que l’on ne retrouve pas chez d’autres, comme Angela Davis qui, bien qu’issue d’une minorité, rejette la position communautariste avec laquelle elle "flirta" dans les années 70...

                     

                    Je pense que l’on peut comparer cela à certains qui évoque les valeurs éternelles de tolérance de la république française (qui s’accomodèrent aussi en leur temps du colonialisme).

                     

                    Ces valeurs positives "nationales" sont aussi fantasmatiques que les psychologies des peuples chères aux anthropologues racialistes (dont certains en leur temps, se réclamèrent parfois de la "gauche") et demeurent incompatibles avec une position de type "internationaliste" ...

                     

                    gAZi bORAt


                  • fouadraiden fouadraiden 14 janvier 2008 22:42

                     

                    Borat

                     

                     rien d’extrême ,juste qu’on tente ds ns servir tjrs la même soupe.au fait, je sais pas si vs connaissez la soupe marocaine, la harira, c’est une de mes soupe préférée et je vous invite un de ces quatre à la partager ave moi .40 cent la soupe...

                     

                    sinon,

                     on comprend à quoi servent les discours de gauche ds ces cironstances. ces discours ne valent rien ,je pense meme qu’ils font partie de la stratégie du système(occidentale) qui les secrètent indépendamment de la volonté des intéressés.

                     

                     il suffit d’écouter un Jimy karter et sa compassion publique pour les Palestiniens..... une fois sans pouvoir à quoi peuvent ns servir ces discours ?

                     

                     la gauche fançaise,durant l’Empire colonial, était aussi coloniaslite que ses homologues de droite.

                     

                     qt à Chomsky , son discours c’est du blabla marxisant...je lui préfère de loin les auteurs de droite,bcp plus fiables.

                     

                     


                  • Gazi BORAT 15 janvier 2008 08:15

                    à fouadraiden

                    Qu’il existe un fonctionnement propre au "bloc" occidental à secréter un discours de gauche propres à dissimuler une lutte pour ses intérêts derrière un discours de "gauche-humaniste-paternaliste", c’est un fait indéniable.. C’est aussi un fonctionnement que l’on retrouve généralement chez les partis socio démocrates, qui protègent les intérêts de leur bourgeoisies nationales sur leur gauche...

                     

                    Il existe cependant une spécificité américaine, liée à l’histoire du pays et notamment à la phase d’expansion qui vit l’installation de colons au centre du pays, aux marges de la "civilisation" et des territoires où résidaient encore les tribus indiennes, et que l’on appelait la "Frontier"..

                     

                    Il y règnait une certaine liberté car ces territoires n’étaient pas encore sous contrôle direct d’une quelconque administration et l’on peut y voir là l’origine de certains discours à dimension libertaires sur les éternelles valeurs de "libertés individuelles" qu’accorde l’Amérique à ses fils..

                     

                    Dans la réalité, il ne s’agissait que d’une phase transitoire de colonisation (comme il est procédé encore actuellement en certains "lieux chauds" de la planête), et, lorsque les "natives" étaient repoussés encore plus loin, la "civilisation" et son contrôle des individus s’installait, les fermiers autrefois libres se retrouvaient engagés dans une spirale d’endettement bancaire et, pour ceux qui ne le supportaient pas, il ne leur restait qu’à s’installer encore plus loin et à suivre ainsi la progression de la "frontier"..

                     

                    Ce processus permettait à chaque fois de diluer des problèmes "sociaux" dans l’immensité d’un territoire encore "vierge". Ce processus, on le sait, se fit au détriment des droits des populations d’origine et ces "libertés individuelles" n’étaient permises aux nouveaux immigrants que dans la mesure où elles étaient retirées aux "natives"..

                     

                    Il en reste encore des traces, mais elles sont plutôt dramatiques : les "crackers", descendants de ces fermiers blancs aujourd’hui paupérisés et dont la détresse manipulée est canalisée vers la haine des "afro-américains", la fin de la ségrégation leur ayant rendu, par la perte du système de hiérarchisation des races, leur misère encore plus insupportable..

                     

                     

                    N’oublions donc pas, si l’on remarque cette sorte de schizophrénie qui affleure parfois dans le discours d’une certaine gauche américaine sur la "trahison" des valeurs étenelles de l’Amérique que celle-ci est bâtie sur un génocide..

                     

                    gAZi bORAt


                  • Kookaburra Kookaburra 14 janvier 2008 20:28

                    A lire le titre de l’article je craignais le pire – encore de l’anti-américanisme primaire – j’en ai déjà assez avec les interminables disputes avec mes amis dans lesquelles je me trouve reculé à prendre la défense des Américains – mes amis s’étonnent puisque je suis pas américain et mon peuple sinon mon pays d’origine est aussi anti-américain que les Français – mais je suis allé deux fois dans le sud-ouest américain et cela m’a tellement plu que je compte y retourner une troisième fois (plutôt de refaire une visite dans mon propre pays !) – et ceci non seulement pour les paysages vraiment exceptionnels mais aussi, et c’était ma grande découverte, pour la gentillesse, la courtoisie, l’amabilité des gens. Bon, je parle la langue, mais avec le mauvais accent, donc je suis quand même étranger (comme partout !). Même le garagiste qui me dépannait (c’était pas grande chose) ne voulait pas que je lui paye. Alors vous comprenez, quand j’entends sans cesse « les Américains ceci, les Américains cela etc. etc. », je dis stop, non, tu parle de Bush et le gouvernement mais pas des Américains !

                    Et donc c’est avec soulagement que je constate que c’est un très bon article, non déplaise à Foudraien (mais c’est normal !). Mais c’est une bonne question que quelqu’un à posée : comment se fait-il que Bush était élu ? Question que j’avais aussi posée aux Américains rencontrés, dont 90% était anti-Bush. C’est une question de région et de l’éducation, m’ont-ils répondu. C’est l’Amérique profonde qui a élu Bush, m’ont-ils dit.

                     


                    • moebius 14 janvier 2008 21:20

                      et les peuples non occidentaux sont peut etre des enfants de coeur... la réapparait le peuple, l’autre celui qui ne tue jamais, l’innocent, mais dans l’autre camp


                      • fouadraiden fouadraiden 14 janvier 2008 23:10

                        moeub

                         

                         je ne parle pas de peuple et ceux qui le font le font pour ns distraire ou, ds le meilleur des cas, par juridisme.


                      • caramico 15 janvier 2008 11:00

                        J’étais dans une famille américaine moyenne quand Carter (a l’époque) voulait rendre le canal aux Panaméens.

                        J’ai été surpris par la viruence des réactions nationalistes d’alors : "C’est nous qui l’avons construit, il est à nous...)

                        Tout ça pour dire que je vois bien l’américain moyen metttre à feu et à sang le reste du monde (dont ils ignore l’existence) pour garder intact l’Amercan way of life.

                        On ne peut exonérer le peuple des choix des dirigeants qu’ils se sont choisis.

                        Maintenant nous avons nous aussi assumer le choix de Sarkozy.


                        • BuZardinho BuZardinho 15 janvier 2008 17:30

                          On ne verrait pas le viaduc de Millau donné aux lozériens.


                        • 3°oeil 25 août 2008 21:22

                          la nourriture tv des ricains les pauvres , ici c’est pas mieux !
                          http://www.dailymotion.com/video/k2FzWHqLk8Js0SypvW

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès