Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Les derniers sursauts de la gauche du PS

Les derniers sursauts de la gauche du PS

Un vent de panique souffle sur la gauche du PS.

On peut comprendre ces derniers socialistes dans un parti qui n’est même plus de gauche.

Le gouvernement pratique une politique de droite.

Las allègements de cotisations sociales pour les patrons et l’austérité pour les familles les plus en difficulté, le tout dans une obéissance aveugle à l’union européenne, voici le PS en 2014.

Devant une telle politique anti sociale, la population laborieuse ou au chômage a répondu massivement : le PS plus jamais ça, ce qui a conduit à l’abstention massive aux européennes.

Ce ne sont pas les rats qui quittent le navire en naufrage, ce sont les personnes saines, les militants qui en ont marre de la politique actuelle et qui ne voit aucune différence entre Sarkozy et le mou.

Le PS aujourd’hui est comme la SFIO dans les années 60 : un squelette.

Les adhérents sains s’en vont et il ne reste plus que les élus et les irréductibles ex gauchistes venus au PS dans le wagon de Filoche au milieu des années 90.

Cette gauche du PS est honnête et courageuse mais sans perspective.

C’est pourquoi elle appelle à un dernier combat avant la fin :

« Les 20, 21 et 22 juin à Bellerive-sur-Allier :

Rassemblement des socialistes qui refusent l’austérité

Le sursaut c’est maintenant ! Sauver la gauche du désastre ! »

Le texte d’appel est pathétique mais il risque de servir à rien.

Les 100 députés qui avaient exprimé leur désaccord avec la politique de Valls sont prêts à rentrer dans le rang pour une bonne partie d’entre eux.

Les irréductibles, eux n’ont qu’une alternative : quitter ce navire maudit et bâtir du neuf.

Ah si le Front de gauche pouvait arrêter de naviguer entre l’auto proclamation et la soumission électorale au PS.

Cranach


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • diogène diogène 7 juin 2014 15:28

    Comme quoi l’entrisme ne dure qu’un temps !


    • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 10 juin 2014 11:13

      NON !!!!

      la gauche du ps va s’unir avec le fdg le pcf et eelv et npa

      et va nous présenter un PROGRAMME COMMUN POUR 2017 !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


    • Scual 7 juin 2014 17:10

      Le FdG ? On verra.

      Si le FdG s’accorde sur une ligne claire : plus de PS qui tienne, que le PC fait bien comprendre qu’il est sur cette ligne et donne des garanties qu’ils ne trahiront plus jamais comme durant les municipales, seule et unique raison du fiasco électoral qui a suivi, peut-être dans dix ans on aura retrouvé la moitié de la confiance qu’on a perdu...

      Au moins maintenant on sait que la direction du PC n’est pas digne de confiance. C’est vraiment dommage que pour une toute petite bande de traitres vendant le FdG pour leur intérêt personnel, c’est tout le FdG qui soit discrédité et la France offerte au FN, mais c’est malheureusement un fait. Cette bande dirige la principale composante du FdG et leur pouvoir de nuisance est gigantesque... le FdG n’est dans les fait, pas digne de confiance actuellement et la perte de son électorat totalement justifiée.

      Si dans les semaines qui viennent on ne résout pas le problème PC, le FdG est mort.

      Par contre cette aile « gauche » du PS, je suis désolé mais c’est des conneries ! Ils ne peuvent pas se rebeller maintenant de manière sincère : il est beaucoup beaucoup trop tard. Ils ont soutenu et légitimé un parti et une politique de droite en agitant leur bouche mais en ne s’opposant pas réellement.

      Les limites ont été de très très loin dépassées. Ils ne sont pas dignes de confiance. Ce qu’ils ont laissé faire, c’est pas des broutilles ou des détails mais des trahisons gravissimes à la chaine et une seule d’entre elles était suffisante à prendre acte de la trahison totale. Leurs belles paroles ne suffiront jamais à effacer leur collaboration.


      • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 11 juin 2014 09:39

        IL N EST JAMAIS TROP TARD TANT QUE LA GUERRE CIVILE N EST PAS

         LA !!!!!!!!!!!!!!!!!!!


      • anny paule 7 juin 2014 17:20

        Je souscris à l’essentiel de ce texte mais ne comprends pas le sens de sa dernière phrase.

        De qui, de quoi parle l’auteur en désignant le FDG ? De quelle auto-proclamation, de quelle soumission électorale au PS ?
        Pour ce qui est de la dernière proposition, je veux bien admettre que l’attitude du PC ait été pour le moins ambiguë... et que ce parti se soit compromis. Mais de quelle « auto-proclamation » parlez-vous ?
        Le FDG est composite et devrait s’ouvrir à tous ceux qui restent respectueux des valeurs de gauche. Si les élus réfractaires du PS (Filoche et Liemann en tête) avaient réellement une conscience de gauche et faisaient autre chose que de l’agitation stérile, peut-être d’autres suivraient-ils... Pour l’instant, ces « chers élus » ne pensent qu’à eux-mêmes et à la rente que nous leur servons ! 
        Il est urgent de créer une gauche de gauche et nous avons, nous citoyens, notre responsabilité engagée dans l’entreprise de démolition soigneusement orchestrée par ce gouvernement. L’avenir nous appartiendra si, et si seulement, nous sommes capables de résister et de créer les moyens de rendre efficiente notre résistance. Le GMT devrait nous en offrir l’occasion !... 

        • Vipère Vipère 7 juin 2014 17:32


          La Gauche de Hollande sent le cadavre, il est urgent de l’enterrer !

          • Vipère Vipère 7 juin 2014 17:35

            « Si les élus réfractaires du PS (Filoche et Liemann en tête) avaient réellement une conscience de gauche et faisaient autre chose que de l’agitation stérile, peut-être d’autres suivraient-ils... Pour l’instant, ces « chers élus » ne pensent qu’à eux-mêmes et à la rente que nous leur servons ! »


            S’ils y avait eu des opposants à la Gôoche, ils seraient parti en courant, ceux qui sont restés sont pareillement imprégnés de l’odeur cadavérique ! 

            • lsga lsga 7 juin 2014 19:37

              toi, c’est l’odeur de Charogne de l’État Français qui t’imprègne... D’ailleurs, ta gueule de vipère est enfoncée jusque dans la pourriture du cadavre de l’État US, et tu tentes de vider ton poison dans une oligarchie nationale qui a été tué par le Capitalisme il y a déjà longtemps...


            • mmbbb 8 juin 2014 07:30

              Et oui toute ces personnalites de gauche venant s’exprimer sur les plateaux me font penser a ces caricatures de Daumier : Bourgeois repus bedonnant n’etant pas engoisse par les fins de mois et les problemes triviaux du peuple La gauche ne represente plus que la bourgeoisie de gauche et ces cons devraient s’interroger sur le vote FN Mais ils ont le reflexe atavique de l’analyse convenue Qu’ils degagent


            • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 11 juin 2014 09:41


              BIEN DIT LANGUE DE VIPERE !! !!


            • lsga lsga 7 juin 2014 19:35

              Le renouveau de la gauche de la gauche nous viendra des USA et du Canada, pas de la gauche Française nationaliste, keynésienne, bismarckiste, colonialiste. 

               
              Renversement mondial de la Bourgeoisie !
               
              Ce mort d’ordre aujourd’hui est massivement crié aux États-Unis :

              • diogène diogène 8 juin 2014 08:15

                Tiens Isga, tu reprendras bien un p’tit calva ?


              • xmen-classe4 xmen-classe4 7 juin 2014 21:05

                Comme c’est triste de voir ces députés une fois élus se découvrir comme etant de droite à cause de leurs méthode trop méfiante.

                il font de la politique pour conquerir et non pas gouverner. là les allemands demande de reformer l’education anpe contrat de travail assurance chomage la fiscalités, le faire dans un seul plan qui reduirais le smic de 30% et cela pour améliorer nos condition d’embauche et donc notre qualité de vie sans que cela n’affecte les depenses publique.


                • leypanou 7 juin 2014 22:58

                  « Ah si le Front de gauche pouvait arrêter de naviguer entre l’auto proclamation et la soumission électorale au PS. » : il ne faut pas confondre pas le FdG et le PCF qui n’en est qu’une composante.


                  • claude-michel claude-michel 8 juin 2014 07:14

                    Y a plus de gauche ni de droite...RIP..UMP/S...


                    • CRANACH 8 juin 2014 08:37

                      Le P¨CF louvoie et fait accord avec le PS et le PG fonctionne comme un appareil au service de Mélenchon qui décide, annonce sans consulter.


                      • diogène diogène 8 juin 2014 08:58

                        « Que reste-t-il de nos amours
                        Que reste-t-il de ces beaux jours
                        Une photo, vieille photo
                        De ma jeunesse
                        Que reste-t-il des billets doux
                        Des mois d’ avril, des rendez-vous
                        Un souvenir qui me poursuit
                        Sans cesse
                        +
                        Bonheur fané, cheveux au vent
                        Baisers volés, rêves mouvants
                        Que reste-t-il de tout cela
                        Dites-le-moi »


                        Charles Trénet


                      • eric 8 juin 2014 09:34

                        A d’autre !

                        Le Ps continue la politique de classe qui l’a toujours caractérisé. Il arrose par ordre décroissant :

                        1 Sa base.
                        2 Ses supplétifs.
                        3 Ses clientèles.

                        En faisant payer tous les autres pauvres compris et en tentant d’éviter la faillite.

                        Il suffit pour s’en convaincre de regarder pour chacune de ses mesures, a qui il prend a qui il donne et dans quel but.
                        Le plus effrayant est le cynisme absolument dépourvu de tout scrupule a chaque pas.

                        Ainsi, il vient de décider d’exonérer de l’impôt civil civique citoyen, 3 millions de riches ! Les siens. la classe moyenne sup. au sein de laquelle il recrute plus qu’a son tour.

                        Dans un pays ou 50% des gens payent l’IR, ses exonérations touchent en effet très exactement la classe moyenne supérieure. Un milliard d’euro de cadeau pour 3 millions de personnes. De mémoire, il avait augmente un minimum social, le rsa je crois, de 450 millions, pour un nombre de bénéficiaires pas très éloigné, et je ne suis plus très sur que ce n’était pas sur trois ans...

                        Un des « arguments » est que cela favorisera la consommation ! L’épargne oui ! A ces niveau de revenu, on est dans les 60% de proprio de leurs logements...Donné aux vrais pauvres, oui, cet argent aurait vraiment été consommé...

                        Les « déchirements » a gauche et au sein du PS recoupent a peu prêt exactement les segmentations entre différents types de bénéficiaires de la dépense publique et reflètent leur combat pour le partage du gâteau. Entre eux.

                        Dans la catégorie supplétif, nous allons nous taper a nouveau le cirque des intermittents. Le déficit de leur régime financé par les seuls salariés du privé, nous coute déjà deux fois plus que la hausse de l’aide aux vrais pauvres (pour 120 000 bénéficiaires contre 8 millions). Autant que le cadeau fiscal aux électeurs socialistes. mais c’est la pointe de l’iceberg, puisqu’en proportion de leurs revenus, l’argent public est globalement majoritaire.

                        Même cynisme sur le « pacte de compétitivité ». Ils savent tous compter et savent qu’au final, hausses d’impôts, de charge, de contraintes, etc...les mesurettes annoncées, s’analysent globalement comme une limitation d’une forte hausse de prélèvements qui : mettent en danger la survie des entreprises ( c’est a dire que le gouvernement n’a pas vraiment le choix). Ne coutent en réalité de loin pas ce qui est annoncé : c’est sur trois ans, et de toute façon, les montant attendus des impôts socialistes confiscatoires se sont avérés complètement erronées ( du simple au double). Le pouvoir va en partie renoncer a un argent qu’il n’aurait pas perçu de toute façon...mais avec un transfert, essentiellement, bien sur, au détriment du social, plus que de ses propres dépenses a lui...

                        On compatit aux « souffrances morales » des gauches de gauche, qui se voient traitées plus ou moins comme le reste de la société, c’est a dire par dessous la jambe.

                        Mais la solution juste et sociale, c’est un meilleur partage des prébendes en interne au sein des gauches, pas d’accroitre le racket global.

                        Dans les très fines balances du PS, l’arrosage est directement fonction de l’Utilité politique réelle. Ainsi, les intermittents sont au final mieux traites que les précaires de la fonction publique pourtant beaucoup plus nombreux. Mais leur surface sociale est bine moindre..

                        Dans les très fines balances des gauches, les rapports de force sont primordiaux.

                        Aujourd’hui, pour la première fois depuis très longtemps, le total des gauches non socialiste est supérieur a celui du PS en voix.

                        L’aile gauche du PS ne bougera donc pas. Au sein des « gauches de gauche », ils ne seraient pas forcement dominant. Au sein du PS ils peuvent encore se vendre assez cher.

                        Il faut suivre de prêt les mesures apparemment techniques qui sont annoncées chaque jour. Les mesurettes clientélistes vont s’accumuler pour maintenir la « paix sociale » au sein du parti compensées par des ponctions sur l’aide aux plus défavorisés.

                        Personne ne quittera le « navire maudit ». Au contraire, l’urgence est de multiplier les petits « acquis » bien cachés dans la jungle du budget, qu’on défendra pieds et ongles quand l’alternance se traduira par un grand nettoyage des écuries.

                        L’heure, a la gauche du PS, n’est pas a la révolte, mais bien a la préparation des « positions savamment préparées a l’avance », sur lesquelles se replieront les « gauches de gouvernement » en déroute.

                        Mieux protégés par les statuts, etc...ils laisseront les gauches de gauche en arrière garde du prolétariat, essuyer le gros des économies tous azimut qu’entrainera l’alternance.

                        Aujourd’hui, un député PS ayant vraiment une conviction sociale doit rejoindre la droite avec un but principal : lors de la reforme de l’État qui s’annonce, que les sacrifices soient repartit en fonction de l’utilité sociale de chaque dépense et non en fonction de la capacité de nuisance ou du statut des dépensiers.


                        • JP94 8 juin 2014 09:57

                          Il y a une réalité concrète dont il ne semble ne pas être tenu compte dans les commentaires .

                          - Certes le PS se commet avec le patronat et de plus en plus . Mais il a déjà cohabité au gouvernement : sa stratégie depuis 1981 exclut l’attaque frontale avec les desiderata du patronat . Rien n’est nouveau et , à plus longue échelle , c’était déjà le cas pour la SFIO.
                          Il n’a pas changé de nature mais le contexte , lui , a changé. Or il s’agit d’un parti opportuniste . Ses orientations actuelles illustrent aussi un rapport de force qu’il ne contribue pas à changer .

                          Si l’on compare les pertes en voix : le PS aux Européennes a perdu 200 000 voix.
                          La Gauche de la gauche ( comme on dit à présent ) , 600 000 voix .

                          Ainsi la politique d’austérité de Hollande , prolongeant à celle de Sarkosy et relayant celle de l’UE et donc du Patronat , n’a eu pour effet électoral que de favoriser l’extrême-droite ( en %) et d’amoindrir la mobilisation politique des citoyens partisans du changement de société .

                          Cela le Patronat et le PS le savent . C’est pourquoi Hollande n’amoindrira pas sa politique très dure pour les démuni(e)s. 
                          Le patronat se contrefiche du mariage pour tous et au contraire plus on en parle moins on s’en prend aux patrons ( ceux du CAC 40 ) .

                          Ensuite , les visées politiques du PCF ( disons de sa direction actuelle) et celles du PG , au sein du FG sont similaires .
                          Mais au niveau tactique , elles sont antagoniques : le PG a tout à gagner en refusant les alliances puisqu’il part de zéro . ( un peu à la manière d’EELV qui ne combat que les municipalités PCF , ou peu s’en faut) .
                          Le PCF , lui , risque gros , car il a construit et conquis depuis des décennies des municipalités que convoitent y compris ses partenaires et il sait par expérience qu’il lui serait ( ou sera ) extrêmement compliqué de les reconquérir : ce qu’il a mis des décennies à construire est cassé très vite et cela le contraint à une fuite en avant .
                           - Au moindre faux pas ou moindre investissement dans la réalisation de programmes sociaux uniques , la probabilité de perdre augmente fortement pour lui . Car il a un électorat exigeant et sur du concret.
                           - Une municipalité communiste est une municipalité engagée clairement aux côtés des plus démunis .
                          - A l’inverse , même de gros scandales n’empêchent pas une municipalité autre d’être réélue . L’électorat moyen est beaucoup moins exigeant envers les réalisations concrètes .
                           Au pire il s’abstient et du moment que rien de social n’émerge , pas de danger !

                          • Pierre-Yves Martin 8 juin 2014 15:24

                            La plus grande partie de ce qui est écrit ci-dessus, y compris à l’encontre su PCF, est justifié.

                            Mais, une fois de plus, on oublie soigneusement l’essentiel.
                            On ne peut pas faire une politique de gauche au sein de l’Union Européenne. On encore moins faire une « Europe sociale » avec des pays où les électeurs n’ont à choisir qu’entre deux camps au service des mêmes intérêts et ne sont« informés » que par des médias sans conscience ni indépendance.

                            Or la gauche se partage entre zélateurs idéologiques de Bruxelles (beaucoup de verts), aveugles volontaires (PCF), girouettes à petit diamètre (PG) et simples paumés (Ensemble).

                            Il n’y en a pas un qui offre le début du commencement d’une solution. Par contre, ce sont des champions dans l’art d’esquiver le débat.

                            Le peuple est moins naïf qu’on l’imagine : faute de pouvoir voter « pour », il vote « contre » (FN) ou s’abstient.


                            • lsga lsga 8 juin 2014 15:47

                              « On ne peut pas faire une politique de gauche au sein de l’Union Européenne. »

                               
                              la faute au prolétariat européen, incapable de s’unir au niveau européen, incapable de faire des grèves au niveau européen. 
                               
                              La « gauche » s’est toujours contenté de céder aux revendications de la rue. Si la rue ne revendique rien, elle ne cède rien. 

                            • Pierre-Yves Martin 8 juin 2014 16:55

                              Pas si simple : au sein de l’union européenne, tout est si bien verrouillé qu’on ne peut faire aucune autre politique que celle ds grands intérêts financiers, et ceci quelle que soit la pression, lorsqu’il y en a une.
                              Demandez aux Grecs, aux Espagnols, aux Portugais, aux Irlandais, et j’en passe ...


                            • zygzornifle zygzornifle 9 juin 2014 11:49

                              La gauche vite je consulte mon dictionnaire pour savoir ce que c’est : ha voila la définition du socialisme :

                              Le terme de socialisme désigne un ensemble très divers de courants de pensée et de mouvances politiques prônant une organisation sociale et économique allant dans le sens d’une plus grande justice, celle-ci supposant une égalité des conditions, ou du moins une réduction des inégalités. ...
                              ça à l’air bien ,j’aimerais en connaitre que je puisse voter pour eux.....


                              • diogène diogène 10 juin 2014 10:13

                                Ça manque de rigueur tout ça !

                                Tu annonces une définition de la gauche et tu donnes une définition de socialisme.

                                Si tu avais consulté Wikipedia, tu aurais trouvé cette explication :

                                "La notion de gauche (comme celle de droite) ne possède pas un contenu idéologique fixe et a priori : par exemple, l’orléanisme est à gauche du légitimisme, le bourgeois libéral est à gauche du bourgeois monarchiste, et ce qui était à gauche à une époque se retrouve souvent à droite à une autre époque, ainsi le bourgeois libéral est aujourd’hui généralement à droite, alors qu’il est de gauche du temps de Benjamin Constant. »


                              • zygzornifle zygzornifle 10 juin 2014 13:02

                                les socialistes se disent de gauche c’est pour cela.....


                              • franck milo franck milo 9 juin 2014 17:05

                                Au PCF, il est temps de virer tous les vieux culs usés sur les maroquins de l’Assemblée Nationale.
                                Je ne parle pas des anciens « guerriers » bien qu’il n’y en reste plus beaucoup...


                                • legrind legrind 10 juin 2014 10:28

                                  Filoche fait semblant d’être dans la France de 1974 alors qu’il est membre d’un parti qui nous ( aux français) a vendu Maastricht, l’€ , et l’immigration « chance pour la France » et « enrichissement » . Bref, un vrai traître à la classe ouvrière, aux classes populaires françaises. 


                                  • Garance 10 juin 2014 10:48

                                    En Italie la mafia est combattue


                                    En France elle est au pouvoir

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

CRANACH


Voir ses articles






Les thématiques de l'article

PS


Palmarès