Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Les écolos sont-ils solubles dans Nicolas Hulot ?

Les écolos sont-ils solubles dans Nicolas Hulot ?

La semaine dernière, trois députés verts européens ont invité leur candidate Dominique Voynet à céder sa place à Nicolas Hulot. Dans le même temps Corinne Lepage, dans un Rebond paru dans le journal Libération, a expliqué qu’elle ne voyait pas comment Nicolas Hulot pourrait représenter les écologistes.

Les chiffres laissent penser que Nicolas Hulot est en effet le mieux placé pour porter la parole écologiste, avec plus de 10% d’intentions de vote (alors qu’il ne s’est pas encore prononcé sur sa candidature), face aux 2% de Dominique Voynet et 1% de Corinne Lepage, même si rien n’est joué, même si les sondages peuvent se tromper. Mais une logique de rapprochement n’est-elle qu’arithmétique ? Il faut aussi confronter les programmes, afin de voir les divergences et les points communs. Car finalement, si tout le monde est d’accord, on parle bien d’un combat d’ego et de personnes, mais l’écologie est-elle monolithique ?

Il ne s’agit pas bien sûr de les comparer sur des sujets de société (quoique cela puisse être intéressant) comme la loi Dadvsi sur laquelle Nicolas Hulot n’a pris aucune position, tandis les Verts sont contre et Corinne Lepage aussi. Il en va de même pour une VIe République, silence de Nicolas Hulot sur ce sujet, tandis que les Verts la réclament et que Cap21, le parti de Corinne Lepage, aussi. Il y aurait de nombreux autres sujets à explorer, mais si Cap21 et les Verts se sont déjà prononcés sur ces questions (parfois à l’identique, comme on peut le voir), ce n’est pas le cas de Nicolas Hulot qui évite en fait tout sujet autre qu’écologique.

Retenons arbitrairement, quatre sujets centraux dans le débat autour de l’écologie. Le nucléaire, les OGM, le réchauffement et la fiscalité écologique.

Concernant le nucléaire tout d’abord 

Sur cette question, Les Verts et Corinne Lepage semblent plus ou moins se retrouver.

Concernant les OGM 

  • Nicolas Hulot, dans ses propositions, inclut la question non pas dans l’agriculture, mais dans la partie santé, parmi d’autres questions qu’il aborde sous l’angle de la prévention.
  • Les Verts se sont souvent illustrés sur cette question des OGM, par la voix notamment de leur ancien candidat à la présidentielle, Noël Mamère, qui passe en procès pour fauchage d’OGM. Dans leur programme, ils annoncent que la France deviendra une région européenne sans OGM.
  • Corinne Lepage se prononce, elle, sur un moratoire sur les mises en culture et l’obligation de procéder à des études sur l’impact sanitaire, qui sont aujourd’hui très rares et couvertes par le secret industriel.

Sur ce sujet, Nicolas Hulot et Corinne Lepage semblent assez proches.

Concernant le réchauffement 

  • Nicolas Hulot se prononce pour une réduction massive du recours au pétrole, au gaz et au charbon afin de diviser par quatre nos émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2050.
  • Les Verts sont aussi pour une division par quatre de nos émissions de gaz à effet de serre, mais d’ici à 2030.
  • Pour Corinne Lepage, une réduction s’impose aussi, toujours une division par quatre, mais en quarante ans.

Si les trois candidats semblent d’accord sur la nécessité de diviser les effets de serre par quatre (cela laisse supposer que c’est une diminution nécessaire, rappelons pour mémoire que le Protocole de Kyoto parle de 5%), ils ne proposent pas le même timing.

Concernant une fiscalité environnementale

  • Nicolas Hulot souhaite instaurer une "taxe carbone" et supprimer les subventions publiques aux entreprises polluantes.
  • Les Verts ont de nombreuses propositions sur cette question de la fiscalité, mais seule une est directement reliée à l’environnement : une part de la taxe professionnelle serait adossée à l’empreinte écologique des entreprises. Leurs investissements en énergies renouvelables ou en économies d’énergies bénéficieraient d’exonérations dans le calcul de l’impôt sur les sociétés.
  • Corinne Lepage a aussi de nombreuses propositions sur ce sujet : mettre en place une fiscalité favorisant l’émergence des écotechnologies et arrêter toutes les aides publiques aux activités destructrices de l’environnement. Elle veut de plus créer un livret d’épargne CO2, favorisant les bonnes pratiques environnementales et finançant les investissement des particuliers.

De façon peut-être surprenante, sur cette dernière question, les trois candidats ont des vues assez similaires.

Cependant, comme on peut le voir, il existe tout de même de nombreuses différences entre toutes ces composantes du mouvement écologiste, même si d’après l’ex-secrétaire national des Verts, Yann Wehrling, les propositions de Nicolas Hulot sont celles des Verts depuis vingt ans, même s’il est difficile de se faire une idée de Nicolas Hulot, ce dernier n’ayant pas vraiment développé son programme. Mais plus que des différences de programme, il existe des différences de stratégie politique à long terme. Nicolas Hulot se place uniquement dans le cadre de l’élection présidentielle. Cap 21 essaie plus ou moins de survivre, et les Verts sont dans une stratégie d’existence face au PS. Le choix de Dominique Voynet est clair : obtenir un score suffisamment important pour pouvoir être en position de force, relative il est vrai, pour discuter avec le PS des législatives à venir en échange d’un report de ses voix au second tour de la présidentielle.

Comme la candidature antilibérale, une candidature écologiste unique n’est pas pour demain, trop de choses les séparent. En revanche, ce qui est sûr (je sais, on n’est jamais sûr de rien), c’est qu’en cas de candidature de Nicolas Hulot, les Verts et Cap21 vont avoir beaucoup de mal à se faire entendre, notamment à rendre intelligibles leurs différences. Ce cas de figure permettrait-il un développement durable de l’écologie, pas sûr...


Moyenne des avis sur cet article :  4.64/5   (66 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • candidat 007 (---.---.41.75) 17 janvier 2007 11:36

    Intéressant papier.

    L’expérience de candidatures communes entre écologistes (pour des législatives) a déjà été tentée entre les Verts et GE, dans les années 94. les alliances d’appareils ça ne marche pas. Alors que GE et les verts avaient atteint des sommets (plus de 15 % , (GE plus Verts) pour les régionales de 2002, élections plus favorables à l’écologie politique) ils ont ramassé une claque aux législatives suivantes.

    or la présidentielle pour les petits partis est un des seuls moyens efficaces d’exister politiquement pour préparer les législatives (élections qui permettent la rémunération les partis selon le nombre de voix obtenues).

    les Verts sont donc tentés entre l’accord avec le PS pour des circonscriptions (possibilités de placer leurs notables, on dit former un groupe de députés-sénateurs) ou la présence à la présidentielle, amplificatrice de communication pour rassembler des voix aux législatives et payer le fonctionnement du parti.

    Tout ça c’est trivial, mais c’est comme cela. Les autres c’est pareil.

    c’est au regard de ces constantes que l’on peut penser que l’intervention des trois députés verts n’est pas idiote. Autant faire parler de l’écologie politique à la présidentielle et donc se ranger derrière Hulot, plutôt que de faire 1% ou 2% avec la candidate Voynet. les verts pourraient valoriser le score de Hulot aux législatives puisqu’ils ont le seul mouvement écolo véritablement organisé.

    Mais d’autres pourraient aussi s’en prévaloir ; Le Page de cap 21, et également Gamerre de GE , peut être Waetcher du MEI. Et il ne faut pas oublier que lorsqu’un thème fonctionne (l’écologie par exemple) tous les partis suscitent des gropuscules qui se présentent aux élections législatives (ex ; les nouveaux écologistes plus ou moins drivés par le FN) non pas pour faire des scores mais pour dévaloriser les autres mouvements ou brouiller les messages.

    Un dernier mot ; Si Le Page et Voynet souhaitent une 6 éme république , celle de LEPAGE est plutôt présidentialiste et celle de VOYNET parlementariste, quoique que cette dernière n’en parle pas beaucoup. Ces deux mouvements n’ont pas du tout la même approche institutionnelle.

    Donc il y a de quoi être sceptique face aux stratégies des organsiations. Et il semble bien qu’à défaut d’alliance pour une candidature commune, l’écologie politique soit en train de vivre de façon paradoxale, vis a vis de son succès médiatique, son chant du cygne en ce début 2007. Et c’est dommage.


    • (---.---.162.15) 17 janvier 2007 11:41

      Que les verts et Corinne Lepage se disent être d’authentiques écologistes et soient très réticents par rapport à un animateur de télévision qui n’a pas partagé leurs combats pendant 20 ans, ça m’apparaît logique. D’autant plus que ses attaches avec Jacques Chirac laissent présager des arrières pensées.

      Que les sondages donnent à Nicolas Hulot un pourcentage bien supérieur à Voynet et Lepage, ça me semble refléter, même de façon déformée, une certaine réalité dans l’opinion télévisuelle.

      Que certains électeurs naturels de Voynet et Lepage songent à se rattacher à un mouvement plus large, ça se comprend donc.

      Mais, en ce qui concerne les verts, marqués plus à gauche, une alliance avec les alternatifs apparaît beaucoup plus naturelle.

      Encore faudrait-il que ces alternatifs bénéficient d’une dynamique dans l’opinion. Or, depuis quelques jours, elle est lancée. Une pétition pour José Bové rencontre un très fort succès. Cf. http://www.unisavecbove.org

      Cela permet de décanter les choses. Buffet et Besancenot vont rejoindre la marginalité de Voynet, pendant qu’une large union citoyenne se dégagera autour de José Bové.

      Ca reste à confirmer, mais ça devient possible et même probable.

      Autre lien à propos de la candidature Bové, le blog du Yéti : http://www.yetiblog.org/index.php?2007/01/12/104-tout-commence&cos=1

      Am.


      • (---.---.162.15) 17 janvier 2007 12:19

        En complément à ce que j’ai écrit, Francine Bavay vient de signer la pétition. Cela signifie que les Verts qui ont voté « Non » à la Constitution européenne sont prêts à soutenir la candidature de José Bové...

        Dans cette pétition lancée vraiment de la base (des militants alternatifs marseillais), il y avait déjà Etienne Chouard, Jean Ferrat, Raoul-Marc Jennar, le mouvement continue donc à s’élargir. Bientôt Clémentine Autain et Yves Salesse ?...

        Am.


      • zOoO zO 17 janvier 2007 11:50

        La « possible » candidature de Mr Hulot, n’est qu’un aiguillon de plus.

        C’est un homme de média, et il utilise un outil qu’il connait très bien pour marquer les esprits sur un sujet très prisé actuellement, le réchauffement climatique. De même Coluche à son époque en se présentant voulait nous éclairer sur la comédie des élections.

        Il n’a pas de programme politique car je ne pense pas qu’il envisage réellement un poste de cet ampleur. Nous verrons lundi prochain, date prévue de l’annonce de sa décision.


        • troll (---.---.82.129) 17 janvier 2007 13:13

          sur le nucleaire, je trouve que les positions de Lepage sont plus proches de Hulot que des verts...

          voilou sinon interessant ! smiley


          • luisito luisito 17 janvier 2007 13:18

            Tout ce que je peux en conclure c’est que ce qui les rapproche est plus fort que ce qui les divise. J’irai meme plus loin en disant que meme au sein du PS ou de l’UMP les division sont bcp plus fortes (cf. Chiraquiens vs. Sarkosistes).

            Ce n’est pas un scoop, un parti, une coalition, une alliance, etc comporte en son sein differentes sensibilites. Il faut juste trouver des consensus et des compromis.

            Dons... alliez vous entre ecolos, alliez vous entre antiliberaux ! Vous en serez d’autant plus fort !


            • Michel (---.---.95.241) 17 janvier 2007 13:26

              quelques remarques « dans le désordre » :

              remarque générale : comme beaucoup d’articles sur AV, l’attention est focalisée sur l’élection présidentielle, ce qui est très « tendance » certes, mais exclut l’importance capitale des législatives deux mois après. Quelque soit le (la) président(e) élu(e) s’il n’a pas de majorité parlementaire, l’action du président sera extrement limitée.

              « Car finalement, si tout le monde est d’accord, on parle bien d’un combat d’ego et de personnes »

              C’est malheureusement à quoi est reduite l’election présidentielle, à l’égo. Soit des personnes, soit des partis... vivement qu’on supprime cette election inutile et infantilisante ! L’auteur participe, à sa façon, à cette tendance en se focalisant uniquement sur des candidats à l’élection présidentielle. Je lui propose un sujet de politique fiction pour un prochain article sur Agoravox : quelles réformes peut mener l’un de ces trois candidats dits écologistes (bien que Hulot ne soit pas encore candidat, mais bon..) s’il est élu et s’il dispose d’une majorité parlementaire PS ? UDF ? UMP ? A mon avis, il (elle) pourra pas faire grand-chose... Hulot en particulier puisqu’il n’a pas d’assise politique.

              « l’ex-secrétaire national des Verts, Yann Wehrling, les propositions de Nicolas Hulot sont celles des Verts depuis vingt ans, même s’il est difficile de se faire une idée de Nicolas Hulot, ce dernier n’ayant pas vraiment développé son programme. »

              Je pense que les Verts se définissent d’abord comme un parti de gauche avant d’etre un parti écologiste. Je pense que beaucoup d’écologistes ne se reconnaissent pas dans cette approche politique. L’argument soit-disant massue des verts c’est que Waechter a échoué avec sa position « ni à gauche, ni à droite » donc il fallait se positionner (à gauche pour les Verts). Mais bon force est de constater que, 14 ans après, les écologistes ne percent pas dans les scores électoraux (Waechter non plus, remarquez) quand bien même le thème de l’écologie a pris de l’importance et est devenu plus audible (notamment grace à Hulot, me semble-t-il, pour cette élection). En persistant à penser (c’est leur droit) que l’écologie est à gauche, je ne pense pas que leurs idées (dont certaines sont très bonnes à mon sens) auront beaucoup d’écho.

              Mais bon il est vrai que les Verts se complaisent dans les bas scores éléctoraux. Voynet déclare à qui veut l’entendre qu’elle se présente pour faire 5% et qu’elle votera Royal ensuite. Franchement quel intéret de se présenter à la présidentielle pour la perdre ?!?!? Je comprends ceux qui se présentent pour aller au moins au deuxième tour (je dis ça indépendemment des sondages qui me gonflent particulièrement) mais je vois pas comment on peut motiver des électeurs en leur promettant 5%. 5% à la présidentielle, ça n’apporte aucun poste ministériel, aucun député, rien, nada, nichts, niente, c’est juste perdu. C’est là on en revient à la question d’égo : se présenter juste pour être présent à l’élection... M’enfin à chacun sa « logique »...

              6eme république : dommage que l’auteur ne parle pas plus en détail de la nécessaire reforme constitutionnelle (6ème république). De ce point de vue-là, aucun des trois candidats n’a proposé d’avancée significative vers les référenda (c’est bien ça le pluriel de « référendum » ?) d’initiative populaire qui leur permettrait à eux et à leur parti de mettre des sujets comme le nucléaire, les OGM, le réchauffement ... etc ...sur le tapis politique et de les faire voter par les citoyens (le résultat n’irait pas forcément dans leur sens d’ailleurs mais au moins ce serait une décision démocratique)

              Pour finir, je pense que cet article intéressant l’aurait été encore plus s’il avait été publié après la décision de Hulot (dans une semaine il me semble). Cela dit, rien n’empeche d’écrire un autre article plus tard.

              Scusez le « fouillis » de mes remarques, c’est pô très construit tout ça... smiley


              • (---.---.162.15) 17 janvier 2007 21:23
                  Je pense que les Verts se définissent d’abord comme un parti de gauche avant d’etre un parti écologiste. Je pense que beaucoup d’écologistes ne se reconnaissent pas dans cette approche politique. [...] En persistant à penser (c’est leur droit) que l’écologie est à gauche, je ne pense pas que leurs idées auront beaucoup d’écho.

                Les verts sont des écologistes de gauche, les partisans de Corinne Lepage sont des écologistes du centre. Tous, je crois, sont d’abord écologistes. Mais cela ne suffit pas pour gouverner un pays. Il faut aussi se positionner sur plein d’autres problèmes et donc logiquement se positionner sur des options de gauche, droite, centre.

                Les Verts n’ont donc pas fait d’erreur en se positionnant à gauche, ils ont simplement fait un choix. Corinne Lepage en a fait un autre, tout aussi respectable du point de vue de l’écologie. Et un électeur qui donne priorité à l’écologie peut selon le contexte politique voter soit Vert, soit Lepage, c’est cohérent.

                Par contre Hulot refuse de choisir, comme Waechter le refusait et je pense qu’il a grandement tort.

                Je pense que si les verts n’avaient pas fait tant d’erreurs, et la plus grande est leur grande molesse face à Jospin, ils n’en seraient pas là.

                Am.


              • (---.---.107.66) 17 janvier 2007 16:19

                « Nicolas Hulot se place uniquement dans le cadre de l’élection présidentielle. »

                Ceci est maintenant faux, stricto sensu...

                Cf l’article du Monde paru hier : Nicolas Hulot envisage de négocier des sièges de députés « labellisés » écologistes


                • pensée-planete (---.---.17.187) 17 janvier 2007 17:22

                  Le 1er février 2007, dans toute la France :

                  Participez à la plus grande mobilisation

                  des citoyens contre le Changement Climatique ! L’Alliance pour la Planète (groupement national d’associations environnementales) lance un appel simple à tous les citoyens, 5 minutes de répit pour la planète : tout le monde éteint ses veilles et lumières le 1er février 2007 entre 19h55 et 20h00. Il ne s’agit pas d’économiser 5 minutes d’électricité uniquement ce jour-là, mais d’attirer l’attention des citoyens, des médias et des décideurs sur le gaspillage d’énergie et l’urgence de passer à l’action ! 5 minutes de répit pour la planète : ça ne prend pas longtemps, ça ne coûte rien, et ça montrera aux candidats à la Présidentielle que le changement climatique est un sujet qui doit peser dans le débat politique.

                  Pourquoi le 1er février ? Ce jour là sortira, à Paris, le nouveau rapport du groupe d’experts climatiques des Nations Unies. Cet événement aura lieu en France : il ne faut pas laisser passer cette occasion de braquer les projecteurs sur l’urgence de la situation climatique mondiale.

                  Si nous y participons tous, cette action aura un réel poids médiatique et politique, moins de trois mois avant l’élection présidentielle !

                  Faites circuler au maximum cet appel autour de vous et dans tous vos réseaux ! Faites-le aussi apparaître sur votre site Internet et dans vos news letters.

                  Contact/ information : Cyrielle, Les Amis de la Terre : 01 48 51 18 95.


                  • (---.---.35.52) 17 janvier 2007 17:41

                    « il ne faut pas laisser passer cette occasion de braquer les projecteurs sur l’urgence de la situation climatique mondiale »

                    Braquer les projecteurs ? Mais je croyais qu’on devait éteindre les lumières ! smiley


                  • victor 17 janvier 2007 19:44

                    Les Verts ne négocient plus avec le PS 17/01/2007 17h31

                    Dans une lettre à François Hollande, premier secrétaire du PS, Cécile Duflot rappelle qu’après « plusieurs mois » de discussions sur le contenu d’un éventuel accord programmatique et électoral, une « demande de réunion commune est restée lettre morte ». « Face à la situation de gel de facto de nos discussions, nous ne pouvons que vous alerter », écrit-elle. « Vous nous dites que ces discussions sont suspendues dans l’attente d’une clarification des candidatures écologistes à la présidentielle », poursuit la secrétaire nationale. « Cette position nous surprend », ajoute-t-elle


                    • Petit (---.---.60.48) 17 janvier 2007 20:20

                      Hulot c’est du vent médiatique, c’est l’écologie spectacle sans engagement.

                      Bref du tempête de bon sentiments du samedi soir oublié la cuvée décurgitée.


                      • terre neuve (---.---.84.14) 18 janvier 2007 12:50

                        l’homme de la renaissance ! J’attends avec impatience la candidature de Nicolas H.car même s’il est manipulé par d’autre parti, il a le droit de se présenter comme tous Français !!! Je sais que se n’est pas un homme politique mais il y en a eu d’autre avant lui et qui ont fait bouger la France ; en espérant qu’il s’entoure d’une équipe compétente et qu’il face le mieux possible pour nous donner un bol d’air social et écologique ! Il faut bien que quelqu’un commence, et qu’on arrêt de ce regarder le nombril« c’est les autre qui polue !!Et alors ?!! » !! De toute manière tous les autre groupe politique manipule le miroir aux alouettes ! Mais ne sont pas très écologique ?! Alors a toi Nicolas Hulots « pour ne pas confondre, avec Sarko qui dépense des millions d’€... » Alors a toi Nicolas Hulots fonce soit l’homme de la renaissance.........


                        • Emile Red Emile Red 18 janvier 2007 13:27

                          Hulot le faire-valoir People TF1/Bouygues, ami de Sarko, conseillé de Chichi, quelle légitimité peut-il avoir si ce n’est un penchant pour le médiatique et la rumeur.

                          Il faut le voir comme une solution diluante aux mains d’une droite peu sure de ses positions, et les sondages le situant à 10% doivent ravir les stratèges de Neuilly/Bauveau qui pensent avoir réussi l’arnaque maximum.

                          On ne peut avoir un profil écologique sans avoir un profil politique et social, le contraire est un non-sens, l’écologie contient une part d’idéologie non négligeable que Mr Hulot élude allègrement.

                          On ne peut être écologiste et soutenir certaines visions de l’économie de marché antithétiques et ne prendre aucune position économique laisse présager du meilleur mais surtout du pire, l’écologie ne se résume pas seulement au réchauffement qui n’est qu’un des résultats de la destruction rampante du milieu planétaire.

                          Hulot n’est qu’un Guignol téléguidé, il ne suffit pas de dénoncer et son pacte n’amène aucune solution réaliste et pragmatique pour modifier le système justifiant les comportements sociétaux.

                          Hulot vous montre le doigt qui montre les étoiles...


                          • Sabine (---.---.180.22) 19 janvier 2007 10:29

                            Je ne pense pas que Nicolas Hulot soit Hors Jeu. Il est un porte-voix important dans cette campagne. Les écologistes qui ne sont jamais en phase, ils n’auront jamais son aura. Il a raison de poursuivre sa route jusqu’au dernier moment. L’essentiel ce n’est pas de se présenter aux élections, c’est d’avoir des idées, de les porter sur la place publique pour qu’elles puissent être appliquées (par des politiciens, des gens de métier). Les idées passent bien quand le plus grand nombre est derrière. On échappe pas à la vox populi ! A nous tous d’être vigilants. Ce Parti Ecologiste est multiforme ! ne trouvez-vous pas que ses élus soient bien payés pour peu de résultats. Ne trouvez-vous pas qu’ils nous coûtent cher ? L’ECOLOGIE EST L’AFFAIRE DE TOUS, DE TOUS LES PARTIS. A NOUS d’Y VEILLER


                            • edouard (---.---.246.168) 21 janvier 2007 22:21

                              DERNIERE MINUTE : Une information exclusive et étonnante vient d’ètre postée il y a moins d’une heure sur le blog www.thedino.org à propos de la possible candidature de Nicolas Hulot.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès