Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Les élections (régionales), moment type du pouvoir du peuple

Les élections (régionales), moment type du pouvoir du peuple

Bon, en marge de l’écriture de mon prochain essai sur la démocratie et les nouvelles technologies, il m’a semblé important de connaître les grands moments d’une démocratie vus de l’intérieur : débats à l’assemblée nationale et vote de loi (notamment la LOPPSI), rencontre d’élus de divers bords, suivi de la campagne, notamment celle du PS sur le thème du numérique lors de la venue d’Anne Hidalgo à la Cantine (à qui j’ai posé les questions sur l’open data suggérées par Creative COmmons france), il ne restait plus que le QG de campagne à tester ! C’est chose faite sur l’invitation de Matthieu, en charge de la stratégie numérique en Ile de France de Valérie Pécresse : récit de soirée.


DSC00061

C’est la première fois que je me confronte directement au militantisme, et Matthieu aura été un bon guide. J’ai en effet pu suivre les coulisses offerts au service presse, avec les journalistes qui : préparent leur prise d’antenne / vont à la pêche aux infos / se lancent dans la collecte des petits-fours / tentent d’appeler les porte-paroles des partis pour obtenir du verbatim (voir photos ci-dessous)


DSC00076
la presse room

DSC00077
la "petit-four" room

Il est assez grisant de sentir l’excitation monter chez les journalistes politiques. C’est assez contagieux en fait. On a l’impression que la France va être chamboulée d’un instant à l’autre, comme si l’élection régionale (en Ile de France en l’occurrence) allait marquer un "avant" et un"après"... Cet atmosphère de bouche à oreille continu dans la salle de presse est également communiqué par les militants qui semblent également attendre un dénouement qui va faire basculer beaucoup de choses. Ce n’est que rentré chez soi que l’on relativise ce qui vient de se passer (pas un grand enthousiasme à l’échelle des français qui ne se sont déplacés qu’à 50% pour aller voter).
 

DSC00067
des militants bien impliqués émotionnellement


Mais l’élection démocratique, vue de l’intérieur, donne l’impression de toucher les vies de manière très profonde. Et pourtant l’échelon régional n’est pas celui qui a le plus de pouvoir dans la hiérarchie de la représentation démocratique du peuple. En tout cas, les journalistes composent leurs analyses, commentant à 20H les chiffres qu’ils ont plus ou moins eu depuis 18h. Cette charmante journaliste de France 3 (ci-dessous) relisait ainsi son texte à côté de moi, histoire de ne pas écorcher un nom propre une fois à l’antenne. Je serais curieux de voir comment ça a rendu en direct ;)

DSC00064
journaliste france 3


Mais j’ai également eu accès "aux coulisses des coulisses", c’est-à-dire que j’ai pu vivre l’annonce des résultats directement au milieu de l’équipe des militants, ainsi qu’en présence de quelques têtes de listes (merci Matthieu encore une fois, pour le coup, c’était vraiment une expérience VIP). J’y ai croisé des personnes plutôt détendues, des bénévoles prompts à serrer des mains et à échanger des mots agréables (assez loin intellectuellement de l’agitation de la salle de presse) ; et des personnes au sein du QG qui récoltaient par téléphone les remontées d’urne aux 4 coins de l’île de France et consolidaient les résultats sur excel.

Vous n’en verrez pas de photo car, comme on me l’a expliqué, ces bénévoles pour la plupart n’ont pas fait le choix d’être des personnages publics, donc ce n’est pas à moi de les postériser aux 4 coins du web :) Après, il y avait en tout et pour tout une vingtaine de personnes dans ce QG, répartis sur 2 étages d’une péniche. Une vingtaine de personnes pour orchestrer, pendant des mois, les choix de plusieurs millions d’individus dans l’Ile de France le jour du vote...Un peu la règle des 1% si chère au Web2.0 en somme...
 
La soirée s’est terminée (du moins pour moi) par le discours de la tête de liste UMP Ile-de-France. Les résultats étant bons pour sa liste, l’accueil a été très chaleureux. 
 
Valérie Pécresse
 

J’en ai retenu le fait que "l’abstention était le grand vainqueur de la soirée", ce qui m’amène à m’interroger sur le vrai pouvoir du citoyen en démocratie, qui sert de base à mes réflexions du moment sur le rôle d’internet dans l’intermittence entre l’épreuve du suffrage universel : 

En effet, à l’échelle de l’individu, passer beaucoup de temps à étudier les programmes électoraux, pour finalement n’avoir qu’un impact marginal et égal à celui de n’importe qui lors du suffrage universel, constitue une prise très faible sur le cours des évènements démocratiques. Par contre, étudier un pan d’activité étatique en détail, décortiquer les faits et gestes d’un élu ou d’une organisation, ou avoir un avis d’expert sur un sujet débattu à l’assemblée nationale, aboutit, via les médias sociaux, à un impact équivalent à dix, cent, mille, ou un million de « voix ». Soit de manière très pratique en ralliant ces dix, cent, mille ou un million d’opinions sans tous les efforts exigés par le passé pour la constitution de collectif, soit en sautant des étapes pour transformer son opinion en opinion publique via des intermédiaires de plus en plus représentatifs de citoyens : Que ce soit via un blog dont les écrits d’expert résonnent sur la toile pour arriver aux oreilles des journalistes, puis des médias et des hommes politiques ; ou bien via un lobby organisé par plusieurs individus directement auprès d’élus via les outils numériques ; ou encore une enquête à charge à partir d’informations publiques méthodiquement analysées et distillées de manière subtile dans l’espace public numérique ; l’impact est alors direct et plus ou moins fort sur le fonctionnement démocratique : amendements portés à l’assemblée, projets de lois remis en question ; ou de manière plus négative, candidat écarté des listes, ou baisse de la réputation mettant en péril le bon exercice d’une fonction de représentant... 
 
Et si finalement, l’abstention n’était que le résultat d’un déplacement de l’exercice du pouvoir en amont pour certains, rendant les choses convenues au moment du vote pour tous ?
 

Moyenne des avis sur cet article :  2.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Bardamu 15 mars 2010 13:57

    Mon inquiétude à la lecture du présent article vient tout entière du constat porté que pareil chef d’oeuvre analytique est le fruit de la réflexion ?... d’un supposé intellectuel, pardi !

     Car il me semble entrevoir, ce derrière la figure emblématique de l’universitaire érudit -s’adonnant à la lubie première de son Alma mater, à savoir la publication (prélude à la reconnaissance et aux honneurs)- quelque simple Candide découvrant, le temps d’une rencontre ?... la vraie vie !

    Oui, notre Tintin reporter -sans frontières-, débarqué le temps d’une soirée sur la péniche umpéiste, paraît bien, à son bord, y avoir été en proie à de terribles révélations !
    De celles que le quidam, certes plus avisé, verra comme une énième et banale manifestation de notre comédie humaine !

    Et le voilà, rentrant chez lui la nuit tombée, se posant pour la première fois de son existence de franches questions existentielles !... l’imaginer la tête fichue au creux de l’oreiller amuse le Bardamu, tiens !... « Qu’ouis-je, qu’asperge, ou erre-je ? »... devait-il se dire !

    Grand Dieu, nos élites seraient demeurées au stade infantile ?

    Moi, ce que je retiens de l’article, c’est la photo d’une journaliste -regardez plus haut !... se tenant la fesse droite !... la droite, oui !... celle qui la semaine prochaine promet de s’avachir !


    • anti-oligarchie anti-oligarchie 15 mars 2010 18:38

      Quand on sait que Caroline Fourest est sortis de la Sorbonne,ça te donne une petite idée sur la qualité des intellectuels en France....


    • Bardamu 16 mars 2010 08:53

      @Anti-oligarchie :

      Anne Roumanov a fait Sciences-Po (sciences sur son pot ?)... Sylvie Joly, je ne sais quoi encore !
      Elles n’ont jamais réussi à m’arracher un seul sourire, celles-ci !
      Un manque cruel d’esprit donc, que le comique (Dieudo en a) exige ! 

      Quant au coup de la correction d’orthographe, Chantecler, je trouve cela assez « petit » !


    • lord_volde lord_volde 16 mars 2010 11:37

      Quand je me retrouve le cul entre deux chaises à lire du Bardamu, je plussois jusqu’à plus soif car ce garçon, il faut le reconnaître, a un talent fou pour débusquer, entre autres, les rejetons policés de l’université.


    • Bardamu 16 mars 2010 12:51

      Lord :

      Tu n’es pas mal non plus dans ton genre !... comme chasseur chevronné de tartufes !

      Le plus drôle, quand on les touche là où ça fait mal, nos « si-sûrs-d’eux-mêmes », ce sont les prétextes qui s’en suivent.

      Ils les croient si forts, ceux-ci !... quand, de fait, ils n’en soulignent que mieux leurs faiblesses !... voire, leurs turpitudes !

      Salut à toi !


    • anti-oligarchie anti-oligarchie 16 mars 2010 19:59

      l’orthographe est une science a part entière.L’intelligence et l’esprit une autre.
      A toi l’orthographe papi et a moi le reste. :)


    • Alban MARTIN Alban MARTIN 15 mars 2010 16:50

      En fait, ll ne faut pas chercher de l’intellectualisme là où il n’y en a pas...Il me semble que ce texte, publié à l’origine sur mon blog perso, n’est pas composé comme un article de recherche, mais bien comme un récit subjectif du vif de l’action, ce qui est assez visible au travers du registre de l’émotion et du ressenti qui est employé...

      Mais bon, après, si vous ne voyez pas la différence entre les 2, ce que vous n’avez sans doute jamais lu un travail professoral...

      PS : ce n’est pas une journaliste qui se tient la fesse, mais la caméraman. Après, là encore, ça ne fait peut-être pas de différence pour vous, pourtant le travail d’une caméraman et d’une journaliste est très différent, encore une fois...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès