Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Les familles vont trinquer !

Les familles vont trinquer !

Dire qu'en 2012, alors que plus de 8 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté, la TVA sur les produits de première nécessité comme le pain continue à s'appliquer....

Au lieu de la supprimer le gouvernement va la faire passer de 5,5% à 5% et augmenter la TVA sur les autres produits de consommation courante.

C'est le pouvoir d'achat des familles qui en prend un coup !

La TVA est payé par le consommateur .
Appliquée sur tous les produits de consommation, elle impacte fortement le coût de la vie.
C'est l'impôt le plus injuste qui soit, il concerne même les produits de consommations de base.
Comme l'explique dans un communiqué le CNAFAL , Conseil National des Associations Familiales Laïques :

Les foyers modestes attendent toujours le changement dans la justice fiscale

« Plusieurs mesures votées sous l’ère Sarkozy ont porté atteinte aux revenus des plus modestes : ces mesures toujours en vigueur continuent à peser lourd sur les foyers fragiles et modestes.
Depuis les revenus de l’année 2008, les personnes qui se retrouvent seules (divorcés (ées), séparés (ées), veuves /veufs) et qui n’ont pas élevées seules pendant au moins 5 ans leurs enfants ne bénéficient plus du dispositif d’une demi-part supplémentaire.
Les personnes qui bénéficiaient du dispositif en 2008, sans remplir la nouvelle condition, voient l’avantage fiscal de la demi-part supplémentaire se réduire chaque année (400€ pour les revenus 2011, 120€ pour les revenus 2012) pour disparaître en 2013.
Cette mesure passée presque inaperçue en 2008, et contre laquelle le CNAFAL s’était insurgé, touche lourdement des contribuables âgés veufs ou veuves qui perçoivent de petites retraites et qui avec l’avantage de la demi-part n’étaient pas imposables en 2008. Alors que leur retraite n’a pas augmenté, voire a même diminué, ils ou elles doivent maintenant s’acquitter de l’impôt sur le revenu.
Le gel du barème appliqué sur les revenus 2011, et maintenu pour les revenus 2012, va également peser sur ces mêmes foyers modestes. Si l’augmentation de la décote de 439€ à 480€ va permettre de limiter cet impact pour les revenus imposables inférieurs ou égaux à 11 897€, l’absence d’indexation va bien peser sur de nombreux foyers dont les revenus restent faibles dans le contexte actuel de baisse de pouvoir d’achat.
L’augmentation de la TVA de 5,5% à 7% avait déjà fortement pesé sur le pouvoir d’achat des familles à faible revenus, mais les nouvelles mesures du pacte de compétitivité qui vont se traduire pour les ménages par une nouvelle augmentation de la TVA vont encore alourdir les difficultés de nombreux foyers qui voient leurs impôts sur le revenu et à la consommation augmenter alors que leurs revenus stagnent ou régressent.
Pour le CNAFAL le changement dans la justice fiscale ne peut se satisfaire du maintien des mesures injustes prises sous l’ère Sarkozy, pas plus qu’il ne doit prévoir l’augmentation de la TVA impôt fiscalement le plus injuste. »

La décision prise par ce gouvernement d'augmenter la TVA ne sera pas indolore pour les ménages et notamment pour celles qui ont du mal à joindre les deux bouts :
les places de cinéma, l'essence-encore lui, les appareils électroménagers, la consommation de gaz et d'électricité, le coiffeur.....
Quant à la seule baisse de la TVA, celle des produits de première nécessité qui passera de 5,5% à 5% son incidence sera faible avec l'augmentation constatée des produits frais et d'autres programmés .
Cette TVA sur les produits de première nécessité devrait être nulle.

Les familles modestes n'en peuvent plus, plus de deux millions d'entre elles sont sous le seuil de pauvreté et beaucoup d'autres sont obligées de rogner sur de nombreuses dépenses pourtant nécessaires.
Elles n'acceptent pas qu'au nom de la compétitivité, elles puissent payer la note
 !

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  3.79/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • COMME D HABITUDE...
    vivement une carte low-coast pour les familles valables pour nourriture...transports...essence

    des conseils regionaux (bretagne) ont proposé un tarif « ribambelle » POUR LE TER la sncf

    ne le propose pas (gratuité pour les enfants) seul l’adulte paye son TRAIN...AUCUNE PUB SNCF  !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    un tarif tgv pour les riches...tpv pour les pauvres :
     :
    sont ils capables nos bobos-socialos de le faire et de baisser le logement en ville (:2...) NON SANS LES COMMUNISTES C EST LE PROGRAMME MINIMUM ET NON LE PROGRAMME COMMUN.....UMPSou umpfn........meme prix


    • LE CHAT LE CHAT 13 novembre 2012 10:47

      quand un gouvernement dit « de gauche » s’en prend au demi au comptoir et au Nuttela des enfants , on se dit qu’il y a vraiment tromperie sur la marchandise !

      j’ai au moins la satisfaction de ne jamais avoir donné ma voix pour ces gens là !


      • jpm jpm 13 novembre 2012 12:02

        Ou est la tromperie... nous faire croire que le Nutella c´est bon pour la sante de nos enfants... ou reconnaitre que cela contient des mauvaises graisses... De la meme facon que la bierre contient de l´alcool... au meme titre que d´autres boissons deja taxées. 

        Comme pour la cigarette l´idee c´est de decourager certains comportements mauvais pour la sante... et si en plus, cela peut rapporter de l´argent au budget national pourquoi pas. C´est le principe du pollueur payeur... applique a l´alimentation smiley

        Maintenant pour la hausse de la TVA de 0.4 %, c´est sur que cela va diminuer le pouvoir d´achats de tout le monde, pour les celibataires comme pour les familles nombreuses... mais pas vraiment plus que l´inflation qui est de 1 a 2 %. Le vrai probleme, c´est donc les revenus des plus faibles qui ne suivent plus.


      • LE NUTELLA EST PLEIN DE POISONS (cyanure) comme ta cigarette ...garde ton verre de lait et

         ton cannabis @le chat....c’est plus sain..............


      • walden walden 14 novembre 2012 08:38

        l’augmentation du prix des substances toxiques ou nocives paupérisent les consommateurs précaires. la paupérisation et la précarisation sont parmi les facteurs à l’origine de la consommation problématique : le coût élevé de l’héroïne n’a jamais freiné la consommation, au contraire, elle induit des comportements à risque qui accentuent l’impact social de la drogue. en prétendant lutter contre un problème de santé publique, on l’aggrave.
        par ailleurs, le trésor aura intérêt à favoriser la consommation de junk food pour remettre ses comptes à jour.
        si on considère que les consommateurs de nourriture pourrie sont des malades, il faut les soigner, pas les imposer.


      • jpm jpm 14 novembre 2012 11:15

        Je ne pense pas que même en la taxant lourdement, le trésor public ait intérêt à favoriser la consommation de Junk Food pour remettre ses comptes à jour, car contrairement a ce que laisse penser votre dernière ligne, les alcoolos dépendants et les personnes souffrant d´obésité ou de diabète sont soignes par la sécurité sociale. Les comportements alimentaires dangereux coutent donc à la société... et même avec une forte taxation, ils ne représenteront probablement jamais une bonne affaire pour le budget national.

        Encore une fois il ne s´agit pas d´interdire... mais simplement de décourager la consommation de produits juges préjudiciables à la sante des personnes ou de la planète.


      • Txotxock Txotxock 13 novembre 2012 11:11

        Qu’est ce que les familles viennent faire ici ? Il faut être plus d’un pour subir ?


        • Jimmy le Toucan 13 novembre 2012 11:33

          TVA = Taxe valeur ajoutée
          ça ne veut rien dire, abolissez là


          • foufouille foufouille 13 novembre 2012 11:38

            taxe qui rejouissent les escrolos
            paris sera bientot interdit aux voitures des sales pauvres


            • COMME POUR LE LOGEMENT.a 3000 euros le F3 eT 1500 euros le F2...


            • eau-du-robinet eau-du-robinet 13 novembre 2012 20:19

              Évidemment l’augmentation de la TVA de 5,5 à 7% aura un impact particulier sur les personnes voire les familles avec des revenues modestes.

              Oui, vous avez raison quand vous écrivez :
              C’est le pouvoir d’achat des familles qui en prend un coup !

              Mais pas seulement des familles. En France il y des millions de personnes vivant seul qui sont aussi impacté par cette hausse !

              C’est pas en augmentant la TVA qu’on va sortir de la crise bien au contraire !


              • Croa Croa 13 novembre 2012 22:58

                Oui, ils font très fort !

                Auront l’honneur de participer non seulement « les revenus modestes » mais même les sans revenu ! Ainsi le clodo, à l’égal du bourgeois, participera dès qu’il pourra se payer un litron ou un camember... Elle est pas belle la vie ?  smiley


              • TSS 14 novembre 2012 13:44

                Évidemment l’augmentation de la TVA de 5,5 à 7% aura un impact particulier sur les personnes voire les familles avec des revenues modestes.

                il n’y a pas de taxe de 5,5% à 7% mais 7% à 10% et baisse de 5,5% à 5% !!

                il ne faut jamais s’embarquer sans biscuits... !!


              • spartacus spartacus 13 novembre 2012 23:20

                Le premier problème de la misère en France c’est la bureaucratie, avant toutes choses. 

                Plusieurs milliards !

                Un grand nombre de Français ne bénéficient pas des prestations sociales auxquelles ils ont pourtant droit. 
                Le non-recours aux prestations sociales est trois fois supérieur à la fraude sociale. 
                Le système français trop complexe. Trop d’associations comme celle de l’auteur, trop de guichets comme les communes, l’Etat, les collectivités locales, le Conseil général ou les départements.

                Les personnes ayant droit à des prestations n’en sont pas informées alors, qu’à l’inverse, certains individus parviennent à passer au travers des mailles du filet pour toucher des prestations auxquelles ils n’ont pas droit

                Le système est si compliqué, mal vérifié et mal géré que le gaspillage et plein de détournements par ceux qui sont censé aider.

                Des aides ubuesques co-financées par plusieurs organismes pour bien complexifier !

                En France l’aide sociale aide plus ceux qui sont censés la distribuer que les pauvres.
                Seul 30% du total du budget national va directement aux intéressés.
                sources : rapport Tian juin 2011...

                • walden walden 14 novembre 2012 08:46

                  aucun système n’est parfait, il y aura toujours des dysfonctionnements. remplacer la sécu, l’état par le chacun pour soi (et l’argent pas pour tous), remplacer des administrations par des boîtes à chaussure plus ou moins sophistiquées pour se couvrir en cas de risque, c’est suicidaire. en matière d’administration bureaucratique, le privé n’a strictement rien à envier au public.
                  par contre, dans le rayon solution, on peut creuser aussi bien la démocratie que la localisation des décisions,
                  à suivre, j’espère


                • jpm jpm 14 novembre 2012 10:09

                  Je suis assez d’accord avec le diagnostique de Spartacus sur la complexité du mille feuille social français… et le non recours aux prestations sociales par méconnaissance ou tout simplement découragement devant la lourdeur de la bureaucratie.

                  C´est pour cela que je milite pour un véritable revenu de base, inconditionnel et suffisant pour vivre modestement mais dignement. Ce revenu universel viendrait donc en remplacement de tout un tas d´aides conditionnelles et de minima sociaux. Il serait cumulable avec les autres revenus, en contrepartie d´un prélèvement généralisé sur tous les revenus qui assurerait son financement.

                  Ainsi chacun serait assuré d´avoir un revenu et c´en serait fini de la misère même si il resterait bien évidemment d´autres problèmes sociaux. Personne ne serait exclus ou stigmatisé puisque tout le monde toucherait et plus personne ne pourrait tricher. En contrepartie tout le monde serait encouragé À garder ou reprendre une activité rémunérée pour compléter ce revenu de base, assurant ainsi le financement du système.

                  Il ne s´agit donc pas d´un chacun pour soi (et l´argent pas pour tous), mais d´un chacun pour tous et d´un tous pour chacun. Selon les périodes de la vie on serait donc soi contributeur par son travail et son esprit d´entreprise soi simplement bénéficiaire le temps de mener a bien un projet personnel.

                  http://fr.wikipedia.org/wiki/Allocation_universelle
                  http://revenudebase.info/
                  http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/un-revenu-universel-est-il-108224


                • foufouille foufouille 14 novembre 2012 11:37

                  "Je suis assez d’accord avec le diagnostique de Spartacus sur la complexité du mille feuille social français… et le non recours aux prestations sociales par méconnaissance ou tout simplement découragement devant la lourdeur de la bureaucratie."

                  c’est surtout a cause des gens comme crassus qui parlent d’assistanat
                  pour eux 5€/h, c’est bien assez pour les autres


                • jpm jpm 14 novembre 2012 11:50

                  Foufouille, je ne veux pas défendre Spartacus... car si j´approuve son diagnostic, je ne connais pas vraiment ses solutions. Mais en tout cas, je ne crois pas qu´il soit responsable de la complexité administrative ni de la mauvaise volonté de certains fonctionnaires qui sont la pour décourager les allocataires de bénéficier de leur droits.

                  Personnellement je suis pour que tout le monde ait le droit de vivre dignement sans dépendre de la bonne volonté d´un quelconque fonctionnaire. Mais, je pense aussi que tout le monde a le droit de s´enrichir par son travail. Avec un revenu de base inconditionnel, ces deux choses seraient assurées... et surtout plus personne ne serait obligé de travailler à 5 euros de l´heure pour survivre. Malgré tout si le boulot est intéressant… il y aura surement encore des gens intéressés.


                • Hubu 14 novembre 2012 02:07

                  L’augmentation de la TVA va avoir un effet pervers comme c’est le cas en Espagne ou en Grèce avec la récession.

                  La consommation augmente ce qui diminue la récession un certain temps mais de manière trompeuse : les gens consommes davantage en sachant que les prix vont augmenter et ensuite la récession va repartir de plus belle dès le début de l’année 2014 en France

                  Conclusion : 2014 on sera également en récession même si Hollandréou va continuer à se foutre de notre gueule bien profond et ce, jusqu’au bout avec sa baisse du chômage fin 2013 HA HA HA HA HA !!!!


                  • ourston 14 novembre 2012 05:46

                    Si un « pauvre » retraité se met à payer l’impôt sur le revenu, c’est parce qu’il fait partie des 50% des foyers français les plus riches. On ne peut à la fois déplorer le côté injuste de la TVA ( pas si injuste en réalité) et regretter l’application de l’impôt sur le revenu qui est un impôt progressif.


                    • ourston 14 novembre 2012 05:51

                      Il faudrait demander au salarié ce qu’il préfère :

                      -payer plus de TVA tout en bénéficiant d’une baisse de cotisations, ce qui lui donnera une chance de sauver son emploi, 

                      ou

                      -se retrouver chômeur


                      • walden walden 14 novembre 2012 08:42

                        si le coût du travail était générateur de chômage, le chômage serait massif en allemagne, au japon ou en scandinavie. ce chantage au coût du travail est parfaitement odieux, on nous fait chanter avec un commerce extérieur qui représente 20% du PIB. le problème de l’économie capitaliste n’est pas de produire, c’est de trouver des débouchés, des clients. Si on comprime les salaires - sociaux, le chômage, les retraites, ceux des fonctionnaires comme les salaires individuels - c’est le PIB qui se dégonfle, c’est l’activité qui entre en surproduction.
                        vous voulez éviter le chômage en acceptant des salaires de misère - comme cela se fait depuis trente ans ? vous aurez les deux, le chômage et des salaires de misère.


                        • jpm jpm 14 novembre 2012 09:53

                          Je ne sais pas si le cout du travail est générateur de chômage, mais du prix auquel la personne sera payée dépend son embauche. Imaginons que vous ayez un projet qui rapporte 2000 euros par mois et qui nécessite l´emploi d´une personne... et bien vous n´embaucherez cette personne et réaliserez ce projet que si le cout total de son poste (salaire brut, plus charges patronales, plus frais administratif, plus cout du poste de travail) est inferieur à ces 2000 euros. Alors évidemment on peut légitimement exiger le smic à 1700 euros net par mois, mais il faut aussi accepter que tous les emplois qui ne génèrent pas au moins ces 1700 euros plus les charges afférentes (soi quasiment le double) disparaissent petit à petit.

                          Sans parler de patron voyou, prenons l´exemple de l´aide à domicile... qui avec un smic net a 1700 irait payer 3000 euros par mois (c´est à dire le même smic plus les charges) pour faire garder un parent ou un enfant malade. Dans ce cas la, il vaudrait mieux arrêter de travailler et le faire soi-même... c´est à dire détruire deux emplois... le sien et celui de la personne qui aurait pu nous aider. Le cout ou le prix du travail est donc un facteur déterminant dans la décision d´embauche. Ce qui est vrai pour un employeur individuel est vrai pour un chef d´entreprise et c´est ainsi que l´on voit (malheureusement de plus en plus difficilement) de plus en plus de médecins se passer de secrétariat.

                          Petite remarque à propos du chômage en Allemagne… il faut rappeler qu´il existe de mini jobs a 400 euros par mois sans aucunes protections sociales. Cela peut expliquer en partie leur taux de chômage… et la raison pour laquelle il est beaucoup moins cher d´y manger au restaurant.


                        • Romain Desbois 14 novembre 2012 10:20

                          Walden
                          Je pense que justement c’est l’inverse. C’est le chômage qui p-se sur le « coût » du travail.
                          C’est simple, puisque les cotisations sont prélevées sur les salaires, plus il y a de chômeurs et plus les cotisations pésent sur ceux qui bossent. Ne serait-ce que le coût du chômage, c’est presque un lapalissade.

                          Maintenant si on n’augmente pas les contrôles sur le respect du code du travail, on pourra toujours ouvrir plus grand le robinet, l’eau passera toujours par les trous de la baignoire.

                          Je propose une solution radicale. Déconnecter les prélèvements sociaux des salaires. pour les tous les particuliers, inclure ces « charges » dans l’impôt sur le revenu (les rendant ainsi progressives) ; le salarié touche son salaire brut.

                          Pour les entreprises , quel que soit le nombre de salariés, les « charges patronales » sont prélevées de manière progressives, sur les bénéfices bruts. ainsi les entreprises qui ont besoin de fort taux de main d’œuvre, tel que les boites d’entretien, ne seront pas pénalisées par rapport à des PME de pointe qui n’ont pas besoin d’employés et qui se font pas mal de « nouille encore ».

                          La progressivité permet de ne pas spolier l’entreprise dès le premier euro de bénéfice.


                        • foufouille foufouille 14 novembre 2012 11:44

                          le chomage est surtout de la faute des PDG qui ont cru que tout y pouvait acheter leur produit tout le temps
                          si les CSP+ le peuvent souvent, il faut la revendre d’occasion ensuite
                          ca coince aux niveau des reparations
                          les pauvres, ca va pas chez le garagiste
                          donc exit la bagnole avec ordinateur (la valise) obligatoire pour chaque marque


                        • Oliver HACHE Oliver HACHE 14 novembre 2012 21:05

                          Qui se souvient que la suppression de la TVA pour les produits de première nécessité était un des points du programme de François Mitterrand en 1981.. ? Je pense qu’il ne faut avoir fait Saint Cyr pour faire rapidement le compte et que cette suppression était au-dessus des moyens du gouvernement d’alors qui arrosait à tout va.

                          Impôt juste, parce touchant chacun à hauteur de sa consommation de biens et de services.. ? Impôt terriblement injuste, puisque taxant 100% du revenu disponible des plus démunis.. ? Les analyses se défendent et s’argumentent. Quoi qu’il en soit, c’est l’impôt qui entre le plus rapidement dans les caisses de l’Etat. Et l’Etat, il a besoin d’argent. Alors la doctrine socialisante est reléguée au deuxième plan, pour ne pas dire plus loin encore.

                          J’ai lu un peu plus haut que TVA ne signifiait rien en soi. TVA signifie tout en fait. On est taxé sur la production de richesse. Un produit est acheté 100, revendu 150, laTVA s’applique sur 50. In fine, c’est celui qui consomme, à défaut d’apporter de la valeur au bien, qui paye la taxe sur sa dernière valeur. Juste ? Injuste ? Je vous laisse en débattre.

                          La TVA va augmenter d’un peu plus de 2% (Eh oui, quand on passe d’un taux de 19.9 à un taux de 20, l’augmentation n’est pas de 0.4%) sur des produits dont une partie est superflue. En revanche, la TVA sur les produits alimentaires va parallèlement (et peut-être) baisser de 10%. Et c’est bien de ces derniers produits dont les plus démunis ont besoin, non ? Finalement, est-ce un si mauvais deal ?

                          Le souci de notre société de consommation est que, depuis des années, on tente de faire croire (et on y est arrivé en fait) que les pauvres peuvent s’offrir le train de vie des plus aisés. Il faut savoir vivre à son niveau, ce que de trop nombreuses personnes oublient. Comme elles oublient que gagner de l’argent n’est bien souvent que la contrepartie de nombreux sacrifices.

                          Même si je pense m’attirer quelques volées de bois vert sur cette dernière réflexion, je vous laisse la méditer.

                          Bien cordialement,

                          Hache

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès