Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Les français et l’axe gauche-droite 1/3 : un reflet des résultats (...)

Les français et l’axe gauche-droite 1/3 : un reflet des résultats nationaux et du potentiel électoral du Centre

Une nouvelle analyse de l'auto-positionnement des français sur l'axe politique gauche-droite vient d'être publiée par l'Institut CSA pour Atlantico. Encore me direz-vous ? Effectivement, mais à la vitesse à laquelle les situations électorales évoluent, il est intéressant de continuer à suivre cette question. 

Ce qui est particulièrement bien vu dans cette publication, c'est de constater l'ajout d'une proposition différente de celles que l'on a pu voir dans d'autres éditions de ce type. En effet, nous avions déjà vu la possibilité de se positionner "ni de gauche, ni de droite" mais plus rarement celle de n'être "ni de gauche ni de droite ni du centre."

Nous avons donc 6 positions avec le résultat suivant.

Les sous-totaux "A gauche" et "A droite, sachant qu'ils incluent au moins 4 partis ou plus : les partis d'extrême gauche (PC, PG, NPA...), le PS et EELV d'un côté, l'UMP et le FN (au moins) de l'autre, ils n'ont donc pas une vraie signification électorale, si ce n'est pour certaines situations de second tours, et encore. En revanche, en ajoutant "ni du centre" nous avons pour la première fois (ou comme rarement) un bonne idée de ce que représente le centre en terme d'adhésion volontaire.

Avec 14%, on voit donc que le potentiel d'un parti unique au centre serait d'être très solidement ancré comme troisième force politique incontestable. 

Quid des 30% qui ne se reconnaissent dans aucune des positions de l'axe ou ne se prononcent pas ? L'interview de Yann-Marie Cann - Directeur Opinion de l'Institut CSA - ne le mentionne pas de cette façon, donc je vais faire quelques hypothèses sur le comportement électoral de ce groupe dans un ordre qui reflète sans doute les proportions du plus grand au plus petit nombre :

  • L'Abstention : il faudrait donc ajouter une subtilité la prochaine fois en séparant NSP - ceux qui ne parviennent pas à se situer par manque d'intérêt par exemple- des "ni-ni-ni" qui expriment peut-être ainsi une certaine colère et/on un rejet de la classe politique
  • Le Front National : on le voit solidement à 9% et on peut facilement imaginer qu'une partie de ces électeurs "non-identifiés" se tourne vers le FN expliquant ses scores élevés récents (en plus de ceux de droite et même d'autres courants qui peuvent se laisser tenter, mais dans une moindre mesure)
  • Le Centre : c'est l'effet inverse, plus haut que ses scores électoraux le laisseraient entendre, mais qui pourrait trouver dans ce groupe une "réserve d'électeurs" qui veulent dépasser les catégories, bien que le centre soit inclus dans le triple "ni"
  • Autres : y compris les nouveaux partis citoyens comme Nous Citoyens ou Nouvelle Donne bien que ces derniers doivent aussi intéresser les centristes et peut-être droite modérée pour le premier, et la gauche pour le second). Un potentiel non-négligeable pour eux.

Au vu de ces résultats il me semble que l'on retrouve les principales tendances électorales actuelles :

Les abstentionnistes potentiellement premier parti de France

  • La gauche et la droite (PS et UMP) qui entrent dans l'arène avec une mise de départ de 20% de français qui votent un peu de manière manichéenne 
  • Le centre beaucoup plus souhaité que ces résultats ne le laisseraient croire
  • L'extrême droite qui n'est toujours pas un mouvement fort d'adhésion 
  • L'extrême gauche qui est un vestige du passé

Ceci me renforce dans l'idée souvent répétée sur mon blog Des Mots Crates que le Centre uni ET indépendant AVEC un corpus d'idées clairement énoncé, s'adressant directement aux français plutôt que de considérer les alliances avec la droite (ou la gauche qui n'en veut pas) comme indispensables pourrait devenir une force politique majeure voire majoritaire, répondant ainsi à l'attente de nombreux français.

Ce sondage est extrêmement riche en information. Pour ne pas faire trop long, je poursuivrai donc cette analyse dans deux autres billets en utilisant les données qui évaluent l'influence de facteurs sociaux (sexe, âge, classe sociale, proximité politique) sur la capacité des électeurs à se situer sur l'échiquier politique (billet 2/3), et la correspondance de cet auto-positionnement avec leurs valeurs et leurs priorités (billet 3/3). 



Méthodologie du sondage :


Moyenne des avis sur cet article :  1.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • JL JL 8 novembre 2014 11:57

    Les Français ont bien compris qu’une véritable politique de gauche a été rendue impossible par notre adhésion à marche forcée dans l’UE et par les traités internationaux signés par l’UE en notre nom.

    Pour le dire en un mot, c’est TINA ou l’aventure.

    L’aventure, nous en avons une petite idée quand on observe comment sont traités les pays qui ne s’intègrent pas dans la trop fameuse communauté internationale. On ne rappellera jamais trop que cette expression désigne les pays qui sont soumis à la volonté du pays militairement le plus puissant du monde.


    • zygzornifle zygzornifle 8 novembre 2014 13:51

      Exact l’entrée dans l’UE c’est la mort programmée de la gauche et de ses idéaux .....


    • lsga lsga 8 novembre 2014 13:59

      N’importe quoi, l’entrée dans l’UE, la fin des systèmes sociaux nationaux, c’est la naissance programmée d’un grand mouvement prolétaire européen. 


    • JL JL 8 novembre 2014 14:28

      Ta gueule, le troll !

       smiley

      Zut, j’ai oublié : don’t feed the troll ! Mais que ça fait du bien. Ce type dit n’importe quoi.


    • lsga lsga 8 novembre 2014 14:41

      quel argument JL !

       
      Marx, Le manifeste, 1870

      La totalité : ça comprend, entre autre, toute l’Europe, et toute l’Afrique. 

    • JL JL 8 novembre 2014 18:10

      Gna gna gna et gna gna gna !

      Marx n’est pas Nostradamus : il a été beaucoup trop précis.

       smiley

      Popper dirait : Marx est réfutable, Nostradamus, non !


    • lsga lsga 8 novembre 2014 18:45

      Vous n’avez rien compris à Popper, mais tant mieux. 


    • JL JL 8 novembre 2014 18:48

      C’est de la provoc ?? Ou bien c’est que vous ne savez pas quoi répondre ?!


    • lsga lsga 8 novembre 2014 19:06

      c’est juste que Popper est un auteur que j’ai étudié en détail, et vraiment, n’importe qui l’ayant étudié ne serait-ce qu’un peu se roulerait par terre de rire en lisant votre commentaire. Vous n’avez rien compris à Popper. Tant mieux, ça permet de bien rappeler que vous êtes un sous-doué, à qui il manque un peu d’ADN reptilien smiley smiley

       
      Allez, un ptit coup de main ? Popper nous parle de la 3ème colonne de la Table des valeurs de vérité de l’implication. smiley smiley 

    • JL JL 8 novembre 2014 19:24

      La question n’est pas Popper, mais Nostradamus.

      Ses prédictions ne sont pas réfutables pour la simple et bonne raison que ses adeptes n’y trouvent jamais une explication qu’a posteriori, ceci expliquant cela.

      Est-ce que vous pouvez comprendre ça, ou bien faut-il que je vous explique pas à pas comme on le fait pour un simple d’esprit ?

      Je note que quand vous perdez pied vous sombrez dans l’insulte la plus méprisable.


    • Piotrek Piotrek 8 novembre 2014 16:22

      L’enquête est super-intéressante, c’est très instructif.

      Mais croire que les 30% d’indécis sont plus accessibles puisqu’ils de déclarent apolitiques, c’est être un peu naïf, les partis proposent tout et n’importe quoi dans leurs paniers garnis pour amadouer ceux qui hésitent. C’est le segment le plus concurrentiel. Ne dit-on pas toujours qu’une victoire à l’élection se gagne au centre ?


      • epicure 8 novembre 2014 19:50

        Dans la 5ème république un centre indépendant n’a aucune existence propre, suffit de voir le MODEM.
        Sous la IIIème république, il a fait la pluie et le beau temps , même divisé en divers courants (il tenait le sénat notamment).

        14% ça représente pas vraiment un courant majeur. Et bayrou avait fait 17% lors d’une présidentielle.

        Dans les 30% d’indécis il doit y avoir divers profils dont celui qui n’est pas pensé la quatrième famille politique qui s’’est souvent cachée derrière la gauche ( révolutionnaires autoritaires, staliniens, nationalisme jacobin etc... ) , et que marine lepen drague actuellement avec son discours républicain, vu qu’il est orphelin de l’URSS, et d’un PCF qui a rompu avec la ligne de moscou.

        Et puis hollande accompli une politique que ne renierait pas toujours les centristes, contrairement à la gauche.


        • non667 9 novembre 2014 00:47

          à olivier......
          sondage droite /gauche à la c....

          le clivage est entre les mondialistes = N.O.M. judéo-américano-mondialo capitaliste 
          en france l’umpseelvmodem
          et les indépendantistes -nationalistes patriotes : le F.N. seul

           aasselineau destiné a diviser les souverainistes et grapiller quelques % au fn , au même titre que les « souverainistes de mes 2 » dupont gnangnan ,de villiers ,............etc....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès