Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Les Français ont décoché une droite avec Fillon, et s’ils cognaient à (...)

Les Français ont décoché une droite avec Fillon, et s’ils cognaient à gauche à la présidentielle

La première place surprise de François Fillon au premier tour de la primaire Les Républicains, et sa très probable désignation comme candidat du parti dimanche prochain, démontrent que bien des Français sont prêts à changer rapidement d'opinion pour passer des messages ou pour éliminer des politiciens déconsidérés.

Et si le premier tour de la présidentielle de 2017 révélait une surprise analogue, cette fois-ci à gauche ?

A peine passée la surprise de la première place de François Fillon au premier tour de la primaire LR, en position extrêmement favorable pour l’emporter le 27 novembre avec 44% des voix et le soutien affirmé de Nicolas Sarkozy qui en avait rassemblé sur son nom 20%, la conclusion qui s’impose apparemment est prise comme base de travail sans plus de doute : si Fillon confirme, c’est bien évidemment lui que le second tour de la présidentielle 2017 opposera à Marine Le Pen du Front National.

Les arguments pour cette conclusion sont extrêmement forts. Ne s’agit-il pas du résultat de tous les sondages ? L’affiche du second tour n’est-elle pas nécessairement un affrontement LR – FN… tout aussi nécessairement que l’affiche obligée du second tour de la primaire LR était évidemment Sarkozy – Juppé ?

Non seulement l’ironie est de mise devant toute prétention d’affirmer cinq mois à l’avance qu’une élection serait déjà jouée, mais les Français viennent de démontrer avec éclat que même dans les toutes dernières semaines, ils sont capables de réévaluer leurs options et de changer leurs choix.

Pourquoi François Fillon ?

Certes, l’ancien premier ministre de Nicolas Sarkozy a su habilement prendre des positions clairement à droite, voire émettre des signaux au bon moment pour donner l’image de quelqu’un qui partage les préoccupations de nombre de Français concernant l’islamisme djihadiste – publication d’un livre de circonstance au titre vigoureux « Vaincre le totalitarisme islamique » – ainsi que le refus de l’adoption plénière aux couples homosexuels exprimé par la Manif pour tous.

Il est cependant difficile d’attribuer un tel mouvement en sa faveur à ces seuls facteurs, si on se rappelle que les programmes économiques des différents candidats à la primaire n’étaient que des variations très limitées autour de leitmotive communs, soit un alignement poussé sur les réformes exigées de Paris par l’Union européenne, et en matière institutionnelle et diplomatique le maintien de la dépendance envers la superstructure européenne dans laquelle l’approbation du traité de Lisbonne a placé la France. D’autant plus que même s’agissant de la lutte contre le djihadisme ou de la question de l’adoption par des couples homosexuels, les différences entre les candidats à la primaire ne doivent pas être exagérées. Un mouvement d’opinion qui quadruple en trois semaines le score prévisionnel d’un candidat est difficile à attribuer à la simple étude de petites différences de détail ou de style entre ce candidat et les autres.

Ce mouvement s’explique en revanche aisément si l’on fait la seule hypothèse qu’au-delà du désir de tourner la page Sarkozy, une grande partie de l’électorat de droite partageait aussi le désir de se détourner d’Alain Juppé. Il est alors tout naturel qu’à partir du moment où la simple possibilité de la présence au second tour de quelqu’un d’autre que ces deux-là semblait s’ouvrir – car les études d’opinion montraient un frémissement, et sans doute tout électeur peut ajuster ses choix en fonction de ce que prévoient les sondages – c’est un véritable cercle vertueux qui se soit enclenché au profit de ce « troisième homme » au point non seulement de le propulser au second tour, mais de le placer en très bonne place pour remporter haut la main la primaire.

Ce sera nous deux, mon cher Alain…

Les motivations pour refuser et l’ancien président de la République, et le premier ministre de Jacques Chirac, ne sont guère difficiles à deviner. Beaucoup plus que leur longue présence dans la vie publique française – c’est aussi après tout le cas de François Fillon, premier ministre de Nicolas Sarkozy – c’est tout simplement la question de la probité.

Nicolas Sarkozy, jamais condamné, et pourtant si souvent cité, n’était de ce point de vue pas à présenter. Il est vrai que sans casseroles, on campagne beaucoup plus léger…

Alain Juppé quant à lui, accusé en 1995 d’utiliser l’argent public pour rénover à grands frais un appartement appartenant à la ville de Paris dans lequel il faisait loger son fils à prix d’ami, a été condamné en 2004 dans l’affaire des emplois fictifs pour avoir selon les attendus du jugement « trompé la confiance du peuple souverain » en détournant l’argent public au profit d’un parti politique. Condamné en appel à une peine légère de seulement une année d’inéligibilité et quatorze mois de prison avec sursis, sachant, comme disait le regretté Coluche, que « sursis c'est un mec il reste dehors, il y va pas ».

Alain Juppé déclarait lors du débat télévisé du 13 octobre « si les Français estiment que ma faute me disqualifie, ils ne m’éliront pas ». Sauf énorme renversement le 27 novembre, c’est bien ce qui se dessine, en effet.

Fillon candidat LR, et conséquences – qui sera qualifié pour le second tour ?

En cas de nomination de François Fillon, il faut s’attendre à ce que François Bayrou soit lui aussi candidat, comme il l’avait annoncé pour le cas où un autre qu’Alain Juppé représenterait LR. Or cette candidature créera une situation inédite.

Ce seraient en effet pas moins de quatre candidats qui se disputeraient alors l’électorat combiné LR / PS / Centriste, c’est-à-dire l’ensemble des Français qui approuvent ou se résignent à ce que la politique notamment économique du pays soit alignée sur les prescriptions de l’Union européenne, en dépit de leur caractère catastrophique, dont des pays comme Italie, Espagne ou Portugal ont gravement souffert, et la France à ce jour seulement un peu moins.

Fillon, Macron, Bayrou et le candidat PS qu’il s’agisse de Hollande, Valls ou un autre, se partageraient à quatre un gâteau qui fait à peu près 50% de l’électorat.

Cela ouvre au moins la possibilité d'un scénario tout aussi surprenant que l'ont été l’élection de Donald Trump ou le référendum du Brexit. Un scénario à faire s'arracher les cheveux à Madame Merkel, avec la qualification de deux candidats qui seraient non-approuvés par l’UE et la Chancelière...

Un second tour Mélenchon - Le Pen.

Angela Merkel n’est pas d’accord

Crochet du droit… et direct du gauche ?

La qualification de François Fillon pour le second tour de la présidentielle est en réalité loin d’être assurée. Il reste un certain nombre de gens de gauche dans notre pays, qui ne pourront se satisfaire de candidats défendant en pratique – certes plus ou moins ouvertement – le programme économiquement très libéral exigé par l’UE (1) et reculeront aussi pour la plupart devant l’option d’un vote pour Marine Le Pen.

Il est fort possible qu’eux aussi trouvent un moyen de sortir les plus mauvais, comme les électeurs de droite sont en train de le faire, déjà avec Sarkozy et très certainement bientôt avec Juppé. Leur instrument à eux pourrait s’appeler Jean-Luc Mélenchon.

Le direct du gauche, je vous dis !

Il ne s’agit pas de se prononcer sur la probabilité de ce scénario, mais bien de constater qu'il n’a rien d’impossible, à partir de ce raisonnement :

  • Si on interprète la percée massive et inattendue de Fillon comme la décision de beaucoup d'électeurs de droite de saisir la possibilité de se débarrasser à la fois de Sarkozy et de Juppé, à partir du moment où la chose a commencé à seulement apparaître possible, c'est-à-dire à partir du moment où il a commencé à monter un peu dans les sondages, d'où boule de neige et montée en flèche, bref un effet miroir entre électeurs et instituts de sondage menant à un point de bascule, comme analysé finement en termes militaires par le colonel Goya
  • Alors on peut se demander si les électeurs de gauche, non pas certes la « gauche » type Macron ou Hollande c’est-à-dire une gauche qui n’en est pas, ne pourraient pas faire le même « coup » que les gens de droite à la primaire LR, c'est-à-dire se servir d'un candidat certes lui aussi intégré depuis belle lurette à ce qu’il est convenu d’appeler les « partis de gouvernement » puisque Mélenchon était déjà ministre d’un gouvernement Jospin, mais apparaissant comme une chance de sortir d'un duel annoncé dont on ne veut pas, pour précisément faire mentir les prévisions et se sortir de ce duel qu'ils refusent. Dans ce cas, bien sûr, pour se sortir du second tour annoncé entre Fillon et Le Pen.

Le choix très probable de François Fillon comme candidat LR fera baisser le seuil, la masse critique à atteindre de gens de gauche se portant sur un même candidat pour pouvoir forcer l'entrée du second tour, simplement parce que l'arc PS-LR, caractérisé par des choix économiques très proches et une insistance d'autant plus grande sur des marqueurs "sociétaux", "catholiques" ou "identitaires" pour distraire le chaland, s'enrichira d'un candidat supplémentaire dispersant les électeurs de cet arc, en la personne de François Bayrou. A considérer l’ensemble des derniers sondages en date, on peut estimer grossièrement ce seuil de 4 à 7 points supplémentaires nécessaires à Jean-Luc Mélenchon pour pouvoir viser le second tour, en fonction des scores que feront Macron et Bayrou aux dépens de Fillon. Sans doute, il y faudrait un mouvement d’opinion, mais d’une dimension qui n’a rien d’invraisemblable, surtout compte tenu de l’enjeu aux yeux de nombreux Français de gauche c’est-à-dire refuser un second tour pour eux inacceptable.

Certes il ne s'agit en tout état de cause que d'un scénario. Il est parfaitement possible par exemple que Mélenchon le fasse échouer, Fillon ayant après tout habilement appliqué la stratégie d'apparaître à la fois clairement de droite, moins agité que Sarkozy, plus consistant que Juppé et plus honnête que tous deux – ce dernier point n’étant pas le plus difficile – tandis que rien ne garantit que Mélenchon fasse preuve d’une habileté comparable. Ou encore, une toute surprise pourrait advenir que la percée d'un candidat de gauche.

Mais les Français, dont une partie vient d’administrer un spectaculaire crochet du droit aux candidats Sarkozy et Juppé, pourraient fort bien décocher l’année prochaine un direct du gaucheà la fois au candidat Fillon et aux autres candidats alignés sur l’UE, au bénéfice du candidat de gauche qui aux yeux de beaucoup manque cruellement au second tour. Et ce candidat de gauche ne saurait guère être que Mélenchon.

Soigne ta droite… Soigne ta gauche…

Et si l’apparemment improbable arrivait…

Quel serait le résultat d’un duel Le Pen – Mélenchon au soir du second tour ? La seule réponse honnête à ce stade est que c’est tout à fait nébuleux. Entre mobilisation de leurs électorats respectifs, et surtout choix de la moitié environ des Français qui actuellement soutiennent de plus ou moins bon cœur l’arc PS-LR entre ceux qui seraient à leurs yeux deux candidats inacceptables, ou encore simplement leur abstention.

Ce qui paraît bien clair, c’est que l’avis de Marion Maréchal-Le Pen comme quoi « (Fillon) est le plus dangereux pour le FN » pourrait bien être prématuré. En réalité, si Mélenchon profitait d’un refus de la gauche de l’opinion d’accepter au second tour deux candidats placés à droite, c’est bien une possibilité réelle de victoire qui se profilerait, à la fois pour Marine Le Pen et pour Jean-Luc Mélenchon.

20 heures, le soir du premier tour ?

(1) Programme économique à contre-pied par rapport aux enjeux du jour, et d’ailleurs totalement décalé par rapport aux préoccupations actuelles des pays même qui l’ont inspiré, Grande-Bretagne et Etats-Unis, acceptation ahurie de la dépossession de ses pouvoirs dans laquelle le traité de Lisbonne place notre pays, ainsi que trahison du vote des Français lorsqu’ils ont soutenu l’adoption de ce traité - bref de la constitution européenne refusée en 2005 - sans nouveau référendum.


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

128 réactions à cet article    


  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 25 novembre 09:02

    Bonjour,
    Encore faudrait-il que Julien Dray ne savonne pas la planche à Mélenchon, comme Killary a fait pour Sanders... Le PS va présenter un candidat, il n’a pas envie d’avoir de concurrents....


    • Alexis Toulet Alexis Toulet 25 novembre 11:55

      @Fifi Brind_acier

      La différence est que Sanders devait obtenir l’investiture du Parti démocrate, tandis que Mélenchon se dispense de tenter d’obtenir celle du Parti socialiste - il a raison naturellement il échouerait.

      Pour le reste nous sommes d’accord sur le fait que le chemin d’aucun candidat quel qu’il soit ne sera parsemé de roses... l’adversité sera forte pour tous.


    • wesson wesson 25 novembre 14:47

      @Fifi Brind_acier
      Merde Fifi, mettez vos fiches à jour cet article a plus d’un an. Isoler Mélenchon c’était bien le plan, mais il se basait sur l’hypothèse que le PS ferait toujours plus que Mélenchon.


      Hors, depuis maintenant plusieurs semaines le score de Mélenchon est présenté dans les sondages comme supérieur à celui du PS. Dans ces conditions, c’est le PS qui se retrouve isolé, et le sera d’autant plus que de plus en plus de leaders vert appellent à voter Mélenchon, et qu’il existe une chance raisonnable pour que le PCF finisse par accorder son soutient au mouvement des insoumis. 

      C’est bel et bien le PS qui va se retrouver isolé à mon avis. Reste à savoir l’ampleur de la défaite : ce serait assez bien qu’il passe en dessous de la barre des 5%, même si il faut reconnaître que c’est improbable pour la prochaine élection. 


    • Onecinikiou 25 novembre 16:38

      @wesson


      Dans les derniers sondages Macron est au dessus (quelques %) de Mélenchon. 

      De toute façon nous ne savons toujours pas qui sera le candidat du PS. Pas plus que nous savons si Bayrou se présentera dans l’hypothèse Fillon. 

      Cela fait beaucoup de conjectures pour prétendre deviner ce qu’il en sera du second tour. 

    • doctorix doctorix 25 novembre 16:48

      @wesson

      A part MLP qui passera les 20%, la multiplicité des roquets qui veulent l’os fait que la barre ne dépassera pas 15% pour accéder au second tour.
      C’est tout à fait à la porté de de Mélenchon, et le choix de Fillon est une excellente chose pour lui, car il est difficile de faire plus antisocial que son programme.
      Ce serait même gagné d’avance si JLM se décidait à dire clairement qu’il va sortir la France de l’Europe. C’est quand même bien dans l’air de l’opinion.Je pense que c’est un calcul qu’il prépare. Mais l’Europe (et l’OTAN) a encore six mois pour nous décevoir encore un peu plus, et je crois qu’il fera ce choix.

    • doctorix doctorix 25 novembre 16:57

      @Onecinikiou

      Macron est une baudruche qui va se dégonfler bien vite, avec les casseroles qui vont sortir, comme celle-ci :
      Il bénéficie d’une pub monstrueuse et terriblement suspecte actuellement, mais ça ne suffira pas à en faire un homme de gauche (ce que d’ailleurs il ne revendique pas du tout : http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/article/2016/08/20/je-ne-suis-pas-socialiste-la-declaration-de-macron-au-puy-du-fou-agace-la-gauche_4985511_4854003.html )

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 25 novembre 18:49

      @wesson
      Mélenchon n’a pas besoin de 500 signatures ?


    • Le421 Le421 25 novembre 19:24

      @doctorix
      Alors là, je suis épaté !!

      J’ai fait cette analyse ce matin.
      La victoire de Fillon Dimanche serait du pain béni (jeu de mot dirait Maître Capello !!) pour les Insoumis et du pain noir pour le FN. Le PS aura la tannée qu’il mérite.
      Je compte sur les vrais écologistes qui, si ils sont honnêtes, trouveront leur compte plus qu’ailleurs dans le programme de la France Insoumise. Idem pour le PCF, le NPA et LO.
      Comme avec moi, il y a des différences, mais qui n’en a pas avec quelqu’un.
      Mais il y a incontestablement plus de choses qui nous rassemblent que de choses qui nous séparent.
      Et à moins d’être azimuté comme Fifi par exemple... Ca pourrait le faire.
      Un accident.
      La France qui vote à gauche !! Etonnant, non !!


    • Ar zen Ar zen 25 novembre 20:26

      @doctorix


      Je ne pense pas que Mélenchon appellera pour une sortie de l’Union européenne. Par ailleurs il est « simplement » pour une sortie du commandement intégré de l’OTAN. Ceci veut dire que la France de Mélenchon « resterait » soumise à l’article 42 du TFUE qui conditionne la politique étrangère de la France à celle de l’OTAN et donc à celle des USA. 

      Et puisque je parle de l’article 42 du TFUE, les sympathisants de Mélenchon, présents sur Agoravox, sont-ils en mesure de préciser si le programme de ’« renégociation des traités » de Mélenchon prévoit :

      1°) De modifier l’article 42 du TFUE ?
      2°) De modifier l’article 63 du TFUE concernant le contrôle du mouvement des capitaux ?
      3°) De modifier l’article 121 du TFUE qui lie la France économiquement aux décisions de Bruxelles ? 
      4°) De modifier l’article 106 du TFUE qui siffle la fin de la partie pour les services publics à la française ?
      5°) De modifier les articles 38 et 39 du TFUE qui assassinent notre agriculture et notre pêche ?
      6)) De modifier l’article 14 du TUE concernant le rôle du parlement européen ?
      7°) De modifier l’article 15 du TUE concernant le rôle du conseil européen ?
      8°) De modifier l’article 16 du TUE concernant le rôle du conseil de l’Union européenne ?
      9°) De modifier l’article 17 concernant le rôle de la Commission européenne ? 
      10°) De modifier l’article 19 concernant le rôle de la cour de justice de l’UE ?
      11°) De modifier le protocole numéro 4 concernant le système européen de banques centrales et de la banque centrale européenne ?

      Ceci à titre d’exemple. Les sympathisants de Mélenchon se posent-ils parfois quelques questions sur « la modification des traités » claironnée par JLM sans que jamais celui ci n’entre dans le fond du problème ? Ce ne sont pas les traités qu’il faut modifier, il faut identifier les dispositions de ces traités qu’il conviendrait de modifier pour aller dans le sens de Mélenchon. Ou alors, les traités sont bons pour la poubelle de l’histoire et il faut sortir au plus vite de l’U.E. 













    • wesson wesson 25 novembre 22:02

      @Fifi Brind_acier
      Il en as déjà plus de 300, et si les communistes le soutiennent officiellement, il aura très facilement celles qui lui manquent. 


      Pour être tout à fait honnête, je pense que quoi qu’il arrive, il aura ses 500 signatures même sans soutient du PCF. 

      Il s’est livré à une théâtralisation, avec 2 buts : 

      * Couper l’herbe sous les pieds du FN qui fait ce coup là à chaque élections. 
      * Faire parler de ce système d’adoubement qui est profondément antidémocratique, et surtout la porte ouverte à tous les bricolages (on peut effectivement soutenir un « petit candidat » pour parvenir à éliminer au 1er tour un candidat qui aurait toutes ses chances au second). 

      Voir d’ailleurs à ce propos la vidéo de David Louapre (Science Étonnante No 35 - Réformons l’élection présidentielle) fort intéressante, et qui peut parfaitement s’inscrire dans la démarche de création d’une nouvelle république.

    • Ar zen Ar zen 25 novembre 22:16

      @wesson

      Je me réjouis vraiment de ce que Mélenchon ait ses 500 signatures. Le contraire serait un véritable déni de démocratie. 

      Il ne lui manque qu’une chose : annoncer sa volonté de sortir de l’UE et de l’OTAN. 


    • wesson wesson 25 novembre 22:36

      @doctorix
      « Ce serait même gagné d’avance si JLM se décidait à dire clairement qu’il va sortir la France de l’Europe.  »


      Non.
      Je ne peut que constater que malgré l’épisode Grec, la Gauche progressiste reste profondément Européenne et n’as pas perdu espoir de faire changer les traités et l’orientation néolibérale. On pourrait disserter sur le fait qu’ils ont tort, ou les raisons invoqués, mais c’est un fait qu’une sortie sèche de l’Europe est un repoussoir pour cette part de l’électorat, et même si elle n’est plus majoritaire, elle n’en reste pas moins importante. 

      Et de cette constatation en découle une autre : il n’y a dans l’esprit de ces gens aucun autre projet alternatif. C’est le fameux TINA par la pratique. Il faut donc veiller pendant la campagne à expliquer que si, il y a effectivement un autre projet, qu’il est crédible et qu’il faut se préparer à l’appliquer le cas échéant. 

      Pour moi, si Melenchon est élu il ira effectivement négocier avec l’UE dans le but réel et sincère de faire changer les traités.

      Par contre, je crois que la plaisanterie durera 1 mois au maximum, et que une fois l’impasse objectivement constatée, il sortira.

      Et à l’inverse de Mitterrand en 83, il ne prendra pas le chemin de la rigueur et du renoncement, mais il appliquera son alternative, parce que merde : c’est très exactement ce sur quoi son mouvement « les insoumis » est en train de bosser.

      « Ceux qui font des révolutions à moitié n’ ont fait que se creuser un tombeau. » St Just

    • covadonga*722 covadonga*722 25 novembre 22:46

      @wesson
       yep si le frère la truelle qui conchie les sous-chiens est président un jour , je prend volontiers le pari que cela finira un 11 septembre ......


    • Ar zen Ar zen 25 novembre 22:48

      @wesson


      Mais comment pouvez vous écrire : « c’est un fait qu’une sortie sèche de l’Europe est un repoussoir pour cette part de l’électorat, et même si elle n’est plus majoritaire, elle n’en reste pas moins importante. »

      Qu’est-ce que vous en savez ? Il n’existe strictement aucun débat sur le sujet de l’appartenance de la France à l’UE. Aucun, jamais, nulle part ! La seule et unique référence est le référendum du TCE. Une majorité confortable a voté contre, et ce résultat a été obtenu dans des conditions de propagande extrême en faveur du TCE.

      Evidemment ,si vous prenez en compte BFmerde, vous avez une certaine orientation sur ce sujet et vous pouvez écrire qu’une sortie sèche est un repoussoir. Mais véritablement vous n’en savez rien ! Je suis persuadé du contraire tellement l’UE est anti-peuple. Si Mélenchon annonçait sa volonté de sortir de l’UE il serait président de la République. 
       

    • wesson wesson 25 novembre 22:56

      @Ar zen
      Sur la promesse de sortie de l’OTAN, c’est parfaitement clair. ça fait partie des 7 priorités programmatique, et Mélenchon le répète à peu près à toutes ses interventions. Je dirai que c’est l’aspect le plus consensuel et trans-partisan.


      Sur la sortie de l’UE, comme expliqué dans un post plus haut, je crois que stratégiquement il dit qu’il ne le souhaite pas. Mais je pense également qu’il ne se fourvoiera pas dans 6 mois de négociations pendant lesquelles la BCE aurait tout à loisir d’étrangler financièrement le pays. Et surtout, ce que je voit, c’est la préparation d’une véritable alternative, non pas perçue comme une hypothèse improbable mais au contraire comme un programme à appliquer. C’est ce qui me fait penser que Mélenchon est sérieux lorsqu’il dit que si il échoue à faire changer l’orientation de l’Europe alors il en retirera la France. 





    • wesson wesson 25 novembre 23:04

      @Ar zen
      « Qu’est-ce que vous en savez ? [...] »


      Vous avez en très grande partie raison. J’ai juste l’impression que dans mon entourage social (qui il faut bien le reconnaître est majoritairement composé de CSP+) la sortie de l’UE est effectivement un repoussoir ultime. Souvent socialistes, ils n’ont pas eu à souffrir de l’UE, n’ont pas été déclassés, et ils ont pratiquement suivi le même chemin de droitisation que le PS, sans vraiment s’en rendre compte. 

      Il se voient encore un avenir pour eux et leurs enfants dans le cadre de l’UE, à l’inverse ils ont véritablement peur d’une sortie - non pas à cause de la sortie elle même mais à cause de la punition que ça ne manquerait pas de déclencher de la part notamment de l’Allemagne et des USA.

      Je conçoit que ça ne représente plus du tout une majorité, mais je pense malgré tout que c’est une masse critique électoralement parlant.

    • Paul Leleu 26 novembre 00:32

      @Le421

      il est clair que le choix Fillon relance la nécessité d’un Mélenchon au second tour... je partage ce sentiment


    • Paul Leleu 26 novembre 00:35

      @Ar zen

      Mélenchon est en faveur de la sortie de l’OTAN


    • Paul Leleu 26 novembre 00:45

      @wesson

      personnellement je suis pas un csp+ mais je reste attaché à l’Europe qui est aussi une garantie contre les guerres nationales (n’en déplaise aux oublieux). Guerres nationales largement payées par le sang des peuples... par ailleurs je trouve de beaux horizons culturels à penser l’Europe... mais bien sûr pas cette europe-là.

      je me pose aussi la question : comment faire plier la finance internationale si on peut pas faire déjà plier l’Europe ??

      je reste en réflexion ouverte à un éventuel frexit.... mais pour moi, le peuple ne doit pas se laisser enfermer dans de faux choix (Pepsi ou Coca ?)


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 26 novembre 06:47

      @wesson
      Une nouvelle République n’a de sens que dans un pays souverain. En restant dans l’ UE, toutes les décisions doivent s’inscrire dans le Droit communautaire, qui est supérieur au Droit des Etats.
      Alors, commencez donc par le début, la sortie de l’ UE !


      "La primauté du droit européen sur les droits nationaux est absolue. Ainsi, tous les actes européens ayant une force obligatoire en bénéficient, qu’ils soient issus du droit primaire ou du droit dérivé.

      De même, tous les actes nationaux sont soumis à ce principe, quelle que soit leur nature : loi, règlement, arrêté, ordonnance, circulaire, etc. Peu importe que ces textes aient été émis par le pouvoir exécutif ou législatif de l’État membre. Le pouvoir judiciaire est également soumis au principe de primauté. En effet, le droit qu’il produit, la jurisprudence, doit respecter celui de l’Union.

      La Cour de justice a estimé que les constitutions nationales sont également soumises au principe de primauté. Il revient ainsi au juge national de ne pas appliquer les dispositions d’une constitution contraire au droit européen."


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 26 novembre 07:34

      @Le421
      Fifi l’azimutée vous rappelle à la triste réalité de l’ Union européenne. Je sais, c’est dur de tirer les doux rêveurs de leur déni des réalités. Il n’est pas possible en restant dans l’ UE de faire des politiques intérieures nationales différentes des politiques européennes... .


      Et les politiques européennes sont celles des GOPé. C’est l’article 121 du TFUE qui permet à la Commission européenne d’élaborer les politiques économiques pour les 27 pays.

      Si Mélenchon était cohérent, il tirerait les leçons de Tsipras et mettrait le Frexit en priorité dans son programme...

    • 59jeannot 26 novembre 08:45

      @Fifi Brind_acier
      ta sollicitude pour Mélenchon me touche beaucoup


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 26 novembre 08:51

      @wesson
      On sait d’avance qu’il n’obtiendra rien, Cameron a fait pareil, il n’a pas obtenu le changement d’une virgule dans les Traités, alors que le PIB de la GB est supérieur à celui de la France.


      Si les Français ne sont pas pour le Frexit, c’est que l’ UPR est censurée, et que les médias associent le Frexit au FN = Trump = Poutine = populisme = caca boudin !
      Mélenchon n’a jamais écrit une ligne pour expliquer les avantages du Frexit, et c’est à lui que vous confiez le soin de sortir la France de l’ UE, de l’euro et de l’ OTAN ?

    • Ar zen Ar zen 26 novembre 09:21

      @Paul Leleu

      Permettez moi de rectifier : Mélenchon est pour la sortie du commandement intégré de l’OTAN !

      Est-ce que vous mesurez la différence ? En sortant du commandement intégré la France appartiendra toujours à l’OTAN. Prenez vos renseignements.

    • Ar zen Ar zen 26 novembre 09:26

      @Fifi Brind_acier

      Et dire qu’il y a une personne qui a été en mesure de cliquer sur « une étoile » de ce commentaire. Il y a un travail d’information terrible à faire pour éveiller les consciences !

    • Le421 Le421 26 novembre 09:35

      @Fifi Brind_acier
      Allez, j’en remets une louche !!

      Visiblement, certains ont du mal à comprendre le français !!

      https://www.youtube.com/watch?v=51vtTpxNDho

      A 12 mn environ, ça n’a pas changé.

      Et depuis 2012, il n’a pas changé. Il a dit la même chose au discours de Bordeaux pour les Présidentielles.
      Quand on ment, on a du mal à exprimer toujours la même chose.

      Par contre, c’est vrai. Vous, Fifi, vous ne mentez pas.
      Une idée fixe... Sortir de l’UE, sortir de l’UE, sortir de l’UE et enfin... Sortir de l’UE.
      Mais bon. Ca fait un peu perroquet et puis ensuite...

      Dommage. Le fond de vos idées est juste, je le répète encore.


    • Ar zen Ar zen 26 novembre 09:43

      @Paul Leleu

      Seriez-vous êtes victime de la propagande de BFmerde ? 

      Comment pouvez vous imaginer qu’un traité « économique », dont la première mouture a été signée en 1957 ait fait davantage pour le « maintien de la paix » qu’un traité militaire signé en 1949 ? 

      Parce que l’OTAN c’est bien ça ! C’est un traité militaire dans lequel les signataires s’engageaient à se prêter mutuelle assistance en cas d’attaque extérieure. Pour ce faire, ils mettaient en commun leurs moyens militaires. Comment voulez vous que des pays qui mettent en commun leurs moyens militaires se fassent la guerre ? 

      Par ailleurs « MAD » est passée par là. Mutuelle Assured Destruction, je parle de la dissuasion nucléaire qui a été un facteur de paix sans commune mesure avec le traité de Rome. 

      Est-ce que les pays asiatiques se sont fait la guerre depuis 1957 ? Et pourtant ils ne sont pas liés entre eux par un traité économique. 

      Vous êtes victime du célèbre biais de causalité imaginaire ! Votre erreur consiste à croire que, parce qu’un événement A (traité de Rome) survient, suivi par un événement B (la paix) , A est la cause de B pour l’unique raison que A s’est déroulé avant B. C’est une affaire connue depuis longtemps et qui a donné naissance à l’expression « post hoc ergo propter hoc ». 

      Est-ce qu’il vous arrive de penser « collaborations internationales » ? Voyez vous ce que c’est ? 

    • Le421 Le421 26 novembre 09:47

      @Ar zen
      Je vous rappelle que si quelqu’un connaît bien les règles de l’Europe, c’est tout de même un parlementaire qui a défendu le « non » au TCE de 2005... Pour faire très court.
      Ayant donné des conférences sur le sujet, je peux vous dire que la liste est encore plus longue que celle que vous donnez. Mais dans une intervention sur AV, ce serait un peu longuet...


    • Le421 Le421 26 novembre 09:51

      @Le421
      Et de la même façon, si deux ou trois points sont mis en exergue sur les traités TAFTA, CETA, il en existe bien plus...
      Mais la primauté des décisions des tribunaux arbitraux sur les lois des états est proprement scandaleux.

      Et qui va au charbon ???

      https://www.youtube.com/watch?v=y2afi_kXDCg

      Ah oui, ça ne passera pas sur France Télévisions...
      Merci internet.

      France Insoumise www.jlm2017.fr/


    • Ar zen Ar zen 26 novembre 10:20

      @wesson

      Les médias dominants, aux mains d’une oligarchie, font tout pour assurer la propagande de l’UE. 

      Posons nous la question suivante : combien de débat dans les médias dominants (presse, radio, tv) concernant le bien fondé de l’appartenance de la France à l’UE ? Hormis la tirade de Philippe Seguin lors du traité de Maastricht, rien. Cela fait donc 25 ans.



    • Ar zen Ar zen 26 novembre 10:43

      @Le421

      Nous n’avons pas beaucoup vu Jean Luc Mélenchon contester l’UE au sein du parlement européen. Nous avons beaucoup vu Nigel Farage mais JLM était aux abonnés absents. Pour quelqu’un qui connait les règles de l’UE (et non de l’Europe, comme vous l’écrivez par relâchement) il était bien soumis. 

      Vous voyez bien que Mélenchon parle sur un plan totalement général et que ce faisant, il noie le poisson. Jamais, au grand jamais, il ne parle des « dispositions » qu’il conviendrait de « modifier ». Il n’en dit jamais un mot. A moins que vous n’ayez le preuve du contraire. 

      Le problème n’est donc pas de faire une liste sur Agoravox mais de constater que JLM est dans l’impossibilité de bâtir une stratégie sur la modification des traités qu’il n’aborde jamais préfèrant parler d’une manière évasive d’une « refondation des traités européens ». Parce qu’à ce stade de la campagne présidentielle il serait temps de détailler ce qu’il souhaiterait « modifier ». Mais cela reste du domaine du secret !

    • Ar zen Ar zen 26 novembre 10:47

      @Le421


      Qui va au charbon ? Asselineau va au charbon. Le seul moyen d’éviter le TAFTA et le CETA c’est de sortir de l’UE ! 

      Impossible de stopper les négociations. Mandat a été donné à la commission pour négocier. Et ce mandat ira jusqu’au bout. Seuls les pays de l’UE auront le choix de signer ou de ne pas signer les accords arrêtés par la commission après négociation. 

    • doctorix doctorix 26 novembre 10:50

      J’ai déja posté ça ailleurs, mais il n’y a pas assez demonde, alors je le recolle ici :


      Je viens de rencontrer Asselineau à Limoges (hier soir). D’abord, c’est un très bel homme, 1,80m, une belle stature.
      Nous étions 120 environ. Il a commencé par saluer chacun en lui serrant la main en traversant toute la salle en long et en travers, avec toujours un mot gentil pour chacun..
      Ensuite, plus de trois heures de pédagogie, expliquant le dessous des cartes avec clarté et gentillesse, reprenant un a un tous les articles du traité de Bruxelles et de l’OTAN qui nous baisent à tous les coins de rue, un par un, toute la perversion de ce système, exposant clairement ses projets, très construits, et son parcours personnel très riche, lorsqu’il accompagnait nos chefs d’etat dans les pays étrangers pour leur préparer les dossiers et le terrain.
      A la fin, le dernier tableau s’allume, il est écrit : « Pourquoi devriez-vous me faire confiance ? »
      Et là, une voix s’élève : « Parce qu’on vous aime », et toute la salle applaudit.
      C’est ça, Asselineau. Avant tout un homme simple et gentil.
      Un parti avec zéro dette, zéro financement par l"Etat (l’ex UMP, qui touche beaucoup de l’etat, a 25 millions de dettes). Un parti qui ne vit que de cotisations de ses adhérents. Aucun casier judiciaire chez ses membres, tous bénévoles.
      En ce qui concerne les 500 signatures, il semble qu’on n’en soit pas loin, mais il ne donne pas le chiffre pour ne pas démobiliser les collecteurs, et que les promesses ne sont pas toujours tenues.
      Mais je crois sincèrement qu’il sera présent dans la course, et que son programme séduira énormément de gens quand il pourra enfin l’exposer dans les média, qui ont actuellement carrément des consignes et des interdictions de parler de lui.
      Tout ça m’a bien changé des discours verbeux des 7 mercenaires...

    • doctorix doctorix 26 novembre 10:51


      Asselineau nous a raconté à quoi il a renoncé pour ses convictions : un de ses collègues de l’époque pantoufle maintenant à 270.000 euros par mois dans une banque. Lui se contente de sa retraite, certes confortable, mais sans commune mesure.
      Personne à part lui ne fait connaître les travers des traités de Bruxelles, qui ne sont que l’expression de la domination étazunienne sur un continent qu’ils considèrent comme leur pré carré, pour ne pas dire colonie, au milieu duquel ils installent par la corruption des larbins à leur service (MLP y-compris bien sur).
      Il n’est qu’à voir comment nos media à la remorque diabolisent tous ceux qui n’obéissent pas, et on en a encore aujourd’hui l’exemple avec le décès de Fidel Castro. Mais on sait comment ils (les USA) ont traité tous les présidents élus d’amérique latine et du moyen orient (et d’ailleurs).
      Si nous avons la chance, o combien méritée, d’avoir les 500 signatures, vous verrez qu’aucun autre candidat n’aura le courage de débattre avec lui d’aucun sujet, tellement il les domine dans sa connaissance parfaite de tous les dossiers, avec sa mémoire d’éléphant et ses jugements très surs. En particulier, un dialogue avec MLP tournerait à la farce.
      Si vous avez des exigences pour les générations futures, alors vous devez bannir de votre pensée la quasi totalité des autres candidats, au profit du seul homme vraiment honnête et compétent du panel, le seul à apporter des solutions immédiates.
      Je sais, je suis dithyrambique : mais c’est la première fois que je rencontre un homme susceptible de déchaîner l’enthousiasme, la première fois que je prends une carte d’adhérent, croyez-bien que ce n’est pas sans raisons.

    • Ar zen Ar zen 26 novembre 13:03

      @Le421

      Il semblerait que vous tourniez en boucle sans prendre le temps de lire les commentaires que l’on vous fait. 

      Alors je poste, une seconde fois à votre attention, ce qu’il y a derrière l’idée de sortir de l’UE et de l’OTAN. 

      On supprime la procédure du congrès
      On instaure le référendum d’initiative populaire
      On qualifie le vote blanc
      On refuse le cumul des mandats
      On accepte un seul renouvellement de mandat
      On accepte que la banque de France prête à taux zéro à l’Etat.
      On nationalise les autoroutes
      On nationalise la Poste
      On nationalise le service des eaux, du gaz,l’EDF et France télécom
      On nationalise la SNCF
      On intéresse les travailleurs aux bénéfices des sociétés
      On remet en place le contrôle du mouvement des capitaux
      On sanctuarise dans la constitution la sécurité sociale
      On garantie l’indépendance des syndicats et de la presse.
      Etc

      Maintenant il vous reste à réagir, comme vous l’écrivez si bien, comme un perroquet.


    • wesson wesson 26 novembre 22:52

      @Paul Leleu
      « l’Europe qui est aussi une garantie contre les guerres nationales (n’en déplaise aux oublieux) »


      ça je ne peut pas laisser dire cela. Ce qui a évité les guerres « nationales » sur l’Europe, ça a été d’abord la branlée prise par la grande industrie suite à sa collaboration avec les nazis, puis ensuite c’est la peur qu’inspirait l’union soviétique qui a empêché la dérégulation financière pour ne pas en subir le contrecoup. Depuis que l’URSS a disparue, cette régulation n’existe plus et le capitalisme revient à la forme qu’il avait au début du 19ème siècle. 

      Et la conséquence en sera la même. Il faut 40-50 ans pour que ça mûrisse : Attendez-vous à des conflits
      armés intra-Européens entre 2020-2030 si rien ne change.

      En attendant, tout le monde parle de se réarmer. C’est sûrement pour ne jamais avoir à s’en servir, n’est-ce pas !

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 novembre 07:33

      @wesson
      Vous utilisez toutes les ficelles des euro-atlantistes, pour faire peur, c’est de mauvaise augure...
      La BCE n’a aucunement étranglé la Grande Bretagne, qui ne s’est jamais si bien portée, avant même sa sortie de l’ UE !


      Le FMI a été obligé de rectifier les prévision de croissance pour la GB, c’est le seul pays dans ce cas. L’emploi est reparti à la hausse, grâce à la baisse de la livre, les exportations et le tourisme ont augmenté, créant des emplois. De nombreuses entreprises investissent en GB : Google prévoit 3000 emplois, Renault Nissan, Lego, Facebook, IBM etc.

      Thérésa May prévoit un plan de retour de l’industrie britannique. Du jamais vu depuis 30 ans !
      Et déjà 27 pays ont proposé des accords de coopération à la GB, dont, excusez du peu, l’ Inde, la Chine, l’Australie, le Canada, la Nouvelle Zélande... 

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 novembre 07:42

      @Le421
      Merci, mais j’ai bien compris que la priorité de Mélenchon est de renégocier les Traités. Sauf qu’il n’aura jamais l’accord unanime des 26 pays ! Pourquoi ?

      Parce qu’il n’y a pas 26 pays d’accord avec l’ Europe sociale que propose Mélenchon !

      Vous comprenez qu’il faut l’accord unanime de tous les pays européens pour changer les Traités ?


    • Alexis Toulet Alexis Toulet 27 novembre 08:21

      @Ar zen

      Une remarque en passant, on ne se rend pas compte à quel point certaines mesures pourraient rassembler les suffrages au-delà des frontières partisanes.

      Un exemple, au sujet de votre série « On supprime la procédure du congrès, On instaure le référendum d’initiative populaire, On ... On... Etc » : moi qui vote le plus souvent pour des candidats placés à droite, je suis d’accord avec la grande majorité des éléments de cette liste.


    • Ar zen Ar zen 27 novembre 09:20

      @Alexis Toulet

      Ce que vous écrivez, je le partage totalement. Aujourd’hui le clivage « droite -gauche » n’existe plus. Pourquoi ? Parce que les décisions pour la France ne sont plus prises par nos gouvernements et notre représentation nationale. Nos hommes et femmes politiques nous mentent sur le pouvoir dont ils disposent pour conduire la France.

      Aujourd’hui le clivage est devenu le suivant : soit vous êtes pour la « souveraineté de la France », comme stipulé à l’article 3 de la constitution française, soit vous abandonner l’exercice du pouvoir à une caste de non élus qui ne représentent que les intérêts particuliers d’une petite oligarchie. L’intérêt collectif et l’intérêt commun des Françaises et des Français n’est jamais plus pris en considération.

      Je suis venu à L’UPR parce que ce parti est un parti « provisoire » qui n’a pas vocation à poursuivre son chemin après le départ de la France de l’UE. Le clivage droite-gauche retrouvera tout son sens après le « Frexit ». Les mesures phare de l’UPR vont simplement dans le sens d’un retour à la démocratie (plus ou moins semi-directe). Le peuple de France devrait être sensible aux outils démocratiques qui lui sont proposés pour décider de son avenir collectif.

      Regardez ci-après les compétences de l’UE. Vous avez les compétences « exclusives » et les compétences « partagées ». Mais ces dernières ne sont « partagées » qui si, et seulement si, l’UE ne décide pas d’exercer sa propre compétence. C’est à pleurer. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès