Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Les irlandais, le traité de Lisbonne et l’amertume de (...)

Les irlandais, le traité de Lisbonne et l’amertume de Mélenchon

Nous assistons à une révolte au parlement européen en 2007 à propos du traité de Lisbonne.

Deux ans après, les irlandais ont de nouveau répondu à un référendum sur ce même traité, mais à l’inverse de leur premier référendum, ils ont voté « oui ». Pourquoi ? Mélenchon accuse le coup et nous explique.

Mais cette ouverture des irlandais ne signifie pas pour autant que le traité de Lisbonne est ratifié par tous les pays. Rien n’est encore joué.

Nous avons tous en mémoire la révolte au Parlement européen, en 2007 à Strasbourg, qui revendiquait une Europe démocratique, à savoir, que soit organisé des référendum à propos du traité de Lisbonne.

Révolte au Parlement de l’UE - INCROYABLE par Baptiste_L06

 

Nous savons bien que la France qui s’était exprimée démocratiquement en votant massivement "non" au traité de Lisbonne, s’est vu imposer peu de temps après ce même traité par Nicolas Sarkozy.

Les irlandais en revanche, ont eu l’opportunité de s’exprimer une deuxième fois. Pourquoi une deuxième fois ? N’auraient-ils pas compris le traité la première fois ? Non. Tout simplement parce que nous traversons une crise et que le pouvoir en place avait de quoi faire pression pour obtenir le "oui" qu’ils attendent tant.

C’est ainsi que "les irlandais ont cédé". A juste titre, Mélenchon accuse le coup et s’exprime sur Europe1.

"Je pensais que les irlandais tiendraient mieux le chocs, ils ont été mis dans une ambiance complètement inouïe dont on a pas idée ici en France et puis un campagne où l’Église, le pouvoir, les syndicats, tout le monde s’est mis sur le "oui" les grandes entreprise ont payé d’immenses campagnes, on leur a promis du travail, on les a menacé de leur retirer la caution de la BCE sur les banques irlandaises,...enfin tout y est passé et ils ont fini par céder."

Les irlandais votent oui, Mélenchon accuse le coup par Baptiste_L06

 

"L’Europe démocratique et populaire à laquelle moi j’ai rêvé avec d’autres, ben c’est fini. C’est cette Europe là où on fait voter deux, trois, autant de fois les gens jusqu’à ce qu’ils disent oui avec des moyens indignes pour quelque chose qui est totalement dépassé qui a amené le monde à la ruine, à savoir le néo-libéralisme dans toute sa splendeur."

Effectivement, il n’y a plus de doute dans quelle Europe nous vivons. Peut-être un jour nous connaitrons une Europe des peuples, pour les peuples et par les peuples, mais aujourd’hui, nous devrons nous contenter de cette Europe primitive...ou pas.

Et oui, le Monde nous explique "qu’en République tchèque, le très eurosceptique président Vaclav Klaus fait tout pour retarder sa signature, malgré le vote favorable du Parlement. Après la victoire du "oui" au référendum irlandais, il a refusé de se prononcer sur la date où il déciderait d’apposer ou non sa signature au traité de Lisbonne. "Ce n’est pas à l’ordre du jour et ce n’est pas non plus à mon ordre du jour de répondre à des questions de ce genre", a-t-il déclaré samedi."

Gagné du temps ? A quoi cela sert ? Reculer pour mieux sauter ? Pas tout à fait en fait. "Ce retard pourrait permettre aux conservateurs britanniques, qui ont de fortes chances de remporter les prochaines législatives au printemps, de bloquer le traité." En plus de cela, il reste encore la Pologne et la Finlande à ratifier le traité. La Pologne aurait promis de signer si les irlandais disaient oui, mais en Finlande le contexte est plus compliqué : un conflit régional pourrait faire obstacle à cette ratification.

Le traité de Lisbonne n’a pas encore franchi tous les obstacles et la course doit être suivie de près.


Moyenne des avis sur cet article :  4.85/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

41 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 5 octobre 2009 09:33

    Je crois que vous vous bercez d’illusions : Vaclav Klaus validera le Traité dans quelques jours ou, plus probablement, quelques semaines, le temps d’évacuer sa mauvaise humeur. Et pour cause : il ne pourra pas continuer indéfiniment à s’opposer à ses parlementaires, à son gouvernement et à la Cour suprême tchèque dans un pays qui va subir de terribles pressions européennes
     
    Attendre les élections législatives britanniques du printemps prochain en espérant une (probable) victoire des conservateurs serait d’autant plus illusoire que David Cameron reniera très probablement son engagement d’organisation d’un référendum sur le Traité.

    J’aurais pourtant, moi aussi, voulu que le non l’emportât, mais il faut désormais tourner cette page et envisager d’autres moyens de s’opposer à la mainmise des libéraux sur les instances et les décisions européennes.


    • manusan 5 octobre 2009 09:53

      Raffarin n’avait pas tord finalement : « we need the No, to win the Yes »


      • manusan 5 octobre 2009 10:25

        thanks Rilax

        L’espoir du NO frenchies est désormais du coté des libéraux English.

        J’entends déjà : Libéraux anglais, on est avec vous.

        Une partie de franche rigolade en perspective.


      • Manfred Manfred 5 octobre 2009 12:29

        « les gens qui votent non sont ceux qui sont en conflit avec le gouvernement et qui ne comprennent rien au texte »

        Si ce n’est pas de la belle propagande comme on les aime...

        Au Moyen-Age les seigneurs utilisaient des sobriquets pour rallier la peuple contre ceux qui se révoltent, à croire que les méthodes n’ont pas changé...


      • Yannick Harrel Yannick Harrel 5 octobre 2009 15:55

        Bonjour,

        Ce vote des Irlandais en corrélation avec la crise survenue est fort instructif car si la zone Euro se meut dans les profondeurs de la croissance mondiale (ce n’est pas moi qui l’affirme mais le FMI), l’Irlande a bénéficié outre les garanties sur la fiscalité, le droit à la vie et la neutralité militaire (rien que ça !) d’un soutien actif de la BCE ! En somme les grands pays de la zone Euro ont payé malgré la crise pour acheter le Oui des Irlandais.

        Ce que les gens favorables au Oui oublient de préciser c’est la pression médiatico-économique qu’il a fallu pour l’emporter, au prix même d’un deuxième vote contraire aux principes démocratiques et d’une contorsion des principes d’unité des règles communautaires. En somme, l’Union en avançant dévoile de plus en plus son hideux visage.

        Cordialement


      • Manfred Manfred 5 octobre 2009 10:03

        Je rêve ou c’est un véritable copié/collé ?

        http://www.nbiou.com/international/les-irlandais-votent-oui-melenchon-accuse-le-coup/

        Sinon, pour commenter... Si ça ne passe pas cette fois, ça passera une prochaine fois. N’est-ce pas la leçon qu’il faut tirer de nos gouvernements ?

        Combien d’échecs faudra-t-il au peuple pour qu’il perde enfin toutes ses illusions ? Personnellement, il n’est pas besoin de me trahir plusieurs fois avant de perdre toute ma confiance. Pendant ce temps, certains se bercent d’espoirs...


        • Baptiste L Baptiste L 5 octobre 2009 16:33

          A vrai dire, nbiou est mon blog et j’ai effectivement copié coller l’un de mes articles pour vous en faire profiter.

          J’espérais aussi vous faire découvrir mon blog mais visiblement les modérateurs ont supprimés les liens de la source, autrement dit : moi même. Dommage.


        • abdelkader17 5 octobre 2009 10:17

          « Europe démocratique »,si c’est la première blague du jour elle est à retenir.


          • docdory docdory 5 octobre 2009 14:02

            @ Abdelkader 17


            Pour une fois , je suis 100 % d’accord avec vous sur « l’ Europe démocratique » !!!
            Comme quoi , tout peut arriver en ce monde !

          • abdelkader17 5 octobre 2009 14:15

            @Doc
            salut
            dommage que je ne bois pas, j’aurais ouvert une bonne bouteille hahaha.


          • Ropi 5 octobre 2009 10:31

            C’est affligeant. Il faut que le Irlandais revotent !

            Pour ma part, j’ai quand même un peu de mal à gober ça !
            Que, sous la pression, l’opinion ai basculé, pourquoi pas... ça peut en effet s’envisager...
            Mais à ce point ??? !! ! 67% de oui, si j’ai bien lu ??? Alors qu’il y avait presque 54% de non avant. C’est presque incroyable et c’est peut-être pour ça que j’ai du mal à y croire...
            ça aurait été plus crédible avec 51 ou 52% de oui...

            Mais bon, comme dirait l’autre, plus c’est gros plus ça passe...


            • manusan 5 octobre 2009 10:35

              Giscard a raison, voir commentaire de Chantecler plus haut.


            • Ropi 5 octobre 2009 10:46

              Peut-être pourriez-vous développer d’avantage ?...


            • manusan 5 octobre 2009 11:06

              Lors d’un referendum, le peuple répond d’abord à celui qui propose le texte, ensuite au texte lui même. Une foule est loin d’être parfaite.

              En 1941, plus de 80% des français considère le nazisme comme populaire car il les protègera du communisme. En 1981 les français étaient majoritairement pour la peine de mort, les français votent en masse pour Napoléon 3 qui supprimera leur droit de vote dès qu’il prendra ses fonctions .... ect .....

              Pour la petite histoire concernant la peine capitale, la constitution originale avortée par 55% des francais abolissait la peine de mort. Le traité en cours rétablis la peine de mort dans certaines conditions, comme les émeutes.

              http://have-it.com/denonciation/pages/europe/peine_de_mort.html

              Le traite constitutionnel, c’est pas la même chose que la constitution, c’est pire, et on va l’avoir.


            • Augustule pipo 5 octobre 2009 14:06

              Il s’agit de 67% de OUI sur un taux de participation de 58% je crois !

              Les 42% restant n’ont pas estimé utile d’aller revoter, considérant qu’ils ont déjà donné leur avis l’année dernière, et que de toute façon, une seule réponse était possible !


            • manusan 5 octobre 2009 14:57

              Si on faisait revoter les français, on aurait 100% de OUI vu que les 55% qui ont voté NON estimeraient qu’ils ont déjà voté.

              faite comme tout le monde, noyer votre chagrin dans la Guiness plutôt que de dire des conneries.


            • Ropi 5 octobre 2009 17:42

              Houla, vous mélangez un peu tout, là, je trouve !
              Je n’ai pas le temps de répondre en profondeur, mais rien que pour le nazisme, il faut comparer ce qui est comparable : on a un peu plus de recule aujourd’hui sur les effet à long terme du libéralisme économique que n’en avait les français sur le nazisme en 1941.
              Nul doute que si on avait été au courant de la solution finale à cette date, on aurait certainement pas été 80% a penser cela...


            • Ropi 5 octobre 2009 17:44

              Et si, dans un fonctionnement (qui se voudrait) démocratique, on considère les décisions du peuple comme suspectes, que proposeriez-vous alors ?


            • Bardamu 5 octobre 2009 11:14

              L’Histoire est édifiante de ce point de vue :
              Les crises sont le terreau idéal pour y planter les germes des futures DICTATURES.
              La nôtre sera mondiale -via sa gouverance !-, économique, psychologique, sanitaire, écologique...
              Ou, ne sera pas !
              Peuple, RéVEILLE-toi, « say NO », pour une fois !


              • Bardamu 5 octobre 2009 11:23

                Je signe un TCHèQUE en blanc pour y apposer un grand NON, à l’ordre de cette EUROPE !


                • Ropi 5 octobre 2009 17:48

                  Trop tard pour s’y préparer, nous y sommes déjà.
                  L’eau est déjà bien plus que tiède, et nous n’avons toujours sauté du chaudron...
                  C’est cuit.


                • Céphale Céphale 5 octobre 2009 12:29

                  Avant d’entendre Mélanchon sur France-Inter, on a entendu Valéry Giscard (d’Estaing). Mais il ne s’est pas soumis au questions des auditeurs, comme c’est la coutume. Il a sorti trois belles énormités.

                  1. Le traité de Lisbonne ne présente pas de différences fondamentales avec le projet de traité constitutionnel. « On a mis ce projet entre les mains de juristes qui l’ont rendu ILLISIBLE » (sic).

                  2. « Faire revoter un référendum, c’est démocratique. Le contraire serait un déni de démocratie. En effet les électeurs peuvent changer d’avis quand la conjoncture économique a changé ». Dont acte. Conséquence logique : on pourra faire revoter les Irlandais une troisième fois quand ils auront vu qu’on s’est foutu de leur gueule.

                  3. Les Irlandais ont voté oui cette fois parce qu’on leur a expliqué que le traité de Lisbonne assure leur sécurité. « Ils n’avaient pas compris la première fois parce que leur gouvernement de l’époque était impopulaire et que les partisans du non ont fait une campagne partisane et HAINEUSE » (sic). Ceux qui ont suivi la deuxième campagne apprécieront.


                  • JL JL 5 octobre 2009 12:39

                    @ Céphalé, on appréciera le sophiste VGE qui soutient sans boncher que « Les Irlandais ont voté oui cette fois parce qu’on leur a expliqué que le traité de Lisbonne assure leur sécurité » en même temps qu’il déclare que ce traité est illisible.

                    Je crois que si le pouvoir ne rend pas fou, il rend ses serviteurs idiots : ils font un traité illisible, et posent le postulat suivant :

                    « si les gens votent non c’est qu’ils ont mal compris, s’ils votent oui c’est qu’ils ont bien compris. S’ils ont mal compris, on leur explique et on recommence ».


                    • Lapa Lapa 5 octobre 2009 12:45

                      quand est ce que vous comprendrez que les personnes votent suivant leur propre intérêt à l’instant présent ?
                      A l’époque une majorité a voté non car chacun a pensé (à tort ou à raison) que pour sa petite gueule il fallait dire non. Maintenant la petite gueule elle a peur de la méchante crise, alors elle se dit (et on lui dit ) qu’en votant oui c’est mieux pour elle. Résultat : majorité de Oui.

                      Bref croire que le référendum c’est dégager une opinion claire, une volonté populaire sur une vision d’avenir et à long terme c’est prendre ses rêves pour des réalités. Un référendum c’est juste une photo instantanée d’une opinion publique faite d’une multitude de choix purement personnels (voire parfois uniquement politicien) ; avec laquelle il se dégage parfois une majorité souvent peu pérenne.

                      A partir de là, acter de décision définitive en fonction de cet instantané c’est de l’escroquerie démocratique.


                      • docdory docdory 5 octobre 2009 14:00

                        Les irlandais , avant de voter oui , auraient du méditer cette fable de La Fontaine, « le loup et le chien » :


                        http://www.bacdefrancais.net/loup.php

                        Maintenant , c’est trop tard , les voilà esclaves pour longtemps !



                        • Avallis Avallis 5 octobre 2009 14:52

                          Pour habiter en Ireland depuis longtemps je peux affirmer que les irelandais ont vote massivement « oui » parce qu’ils n’avaient pas d’autre choix et avenir.
                          Depuis le debut de la crise l’economie est en chute libre, le chomage a triple en un an et les banques se trimballent pres de 60 milliards de deficite.
                          Ajoute a cela la menace de perdre un peu plus de travails si le referendum avait donne le « non » gagnant. Une grosse incertitude pesait aussi sur les entreprises etrangeres qui avec un « non » n’auraient plus vu l’ireland faisant parti de l’ « Europe ».

                          Il y a aussi des conditions externieurs. Cette fois le vote a ete organise un vendredi donc beaucoup de gents ont eu l’opportunite de se rendre dans leur bureau de vote en partant en WE. La derniere fois il avait ete place un jeudi ou tres peu de gents ont pu se deplacer. D’ailleur a cause de ca, le « oui » avait toutes ses chances des la premiere fois.

                          Comme le dit l’article, le camp du « non » n’a eu quasiement aucun support mediatiques ce qui d’un point de vu democratique n’est pas une bonne chose. Mais au bout du compte, pour la sante du pays -au detriment de sa democratie- il vallait mieux qu’ils votent « oui ».


                          • Yannick Harrel Yannick Harrel 5 octobre 2009 16:18

                            Bonjour Avallis,

                            Merci pour votre retour.

                            En somme vous confirmez qu’il y a bel et bien eu chantage à l’emploi, notamment par les entreprises sur place... Et au niveau financier, comme je le signifiais plus haut, la BCE est intervenue pour supporter l’économie Irlandaise tout faisant comprendre qu’un Non au prochain référendum la rendrait largement moins « compréhensive » dans le futur. Comprendre : votez bien et notre soutien vous est acquis le temps de la crise.

                            Cordialement


                          • gnarf 5 octobre 2009 14:53

                            Marrant comme les medias Francais ont bien fait attention de ne pas vous donner les informations exactes. Les Irlandais ont vote oui apres avoir recu des derogations de Bruxelles sur les points qui les genaient.
                            Donc c’est tout a fait logique qu’ils aient vote oui. Par exemple ils peuvent garder leur fiscalite avantageuse s’ils le souhaitent, alors que le premier Lisbonne voulait que les questions fiscales soient votees a Bruxelles.

                            Ils ont vote differemment car c’est un traite different.


                            • caramico 5 octobre 2009 15:20

                              3 millions d’électeurs x par le pourcentage de participation ? x par 67%.

                              Je n’ai pas les chiffres, mais ça ne doit pas faire lourd de votants pour le oui.
                              Et ce petit chiffre, inférieur à la votation en France pour la poste, va décider du sort de l’Europe ?


                              • nebari 5 octobre 2009 15:33

                                c’est nouveau ça, quand on vote mal on peut revoter !

                                Mais alors pourquoi on n’applique pas cela en france aussi.

                                Je pense qu’on a mal voté en 2007 je revoterai donc bien.

                                Chiche


                                • Paul Cosquer 5 octobre 2009 16:32

                                  Le référend’hommes s’est changé en référend’lopettes.

                                  Les Celtes ont capitulé à leur tour devant le capitalisme mondial triomphant.


                                  • Avallis Avallis 5 octobre 2009 17:18

                                    « Les Celtes ont capitulé à leur tour devant le capitalisme mondial triomphant. »

                                    N’importe quel pays dans la situation actuelle de l’Ireland aurai vote « oui » pour faire parti d’un tout.
                                    En ce moment l’Ireland ne ressemble plus a rien et il vaud mieux pour elle de faire partie d’une Europe meme mauvaise plutot que pas du tout.


                                    • Ropi 5 octobre 2009 17:54

                                      « En ce moment l’Ireland ne ressemble plus a rien »

                                      C’est vrai, mais la faute à qui ?


                                    • Jean-Fred 5 octobre 2009 18:00

                                      Concernant le sujet épineux de l’Europe, je vous conseille de voir la conférence de Jacques Asselineau : les 12 impasses de l’UE.

                                      Je ne partage pas toutes les opinions de ce monsieur mais sa conférence est très intéressante. Il fait parti de l’UPR pour vous situer .


                                      • BA 5 octobre 2009 18:42

                                        « Le gouvernement veut changer le statut de la Poste pour la privatiser, êtes-vous d’accord avec ce projet ? »

                                        Seuls 31.701 votants ont répondu « oui » (1,51 % des suffrages), contre 2.092.016 « non ».

                                        http://www.liberation.fr/societe/0101595233-statut-de-la-poste-le-carton-de-la-votation

                                        Aîe  ! Il y a un énorme problème  !

                                        Le problème est le suivant  : c’est le « oui » qui aurait dû gagner.

                                        Nicolas Sarkozy a donc demandé une deuxième votation qui aura lieu la semaine prochaine.

                                        Nicolas Sarkozy a précisé qu’il y aura des nouvelles votations sur le statut de La Poste jusqu’à ce que la réponse soit « oui ».

                                        Nicolas Sarkozy a conclu  : « Nous refaisons voter les peuples jusqu’à ce qu’ils répondent « oui ». C’est la nouvelle démocratie. C’est le progrès. C’est moderne. Ceux qui s’opposent à cette réforme sont des ringards. »

                                         

                                         


                                        • Manfred Manfred 5 octobre 2009 23:23

                                          Génial, si on pouvait refaire le monde à coup de votations...

                                          Prochaine votation donc :

                                          - Faut-il ou non démissionner du traité de Lisbonne ?


                                        • furio furio 5 octobre 2009 21:31

                                          Nouvelle explication de texte de JL Mélenchon sur Canal plus devant Denizot qui se gaussait de ce OUI !! Et contre le toujours aussi répugnant lefebvre porte parole de l’ump !!! Ce vote est quand même hallucinant ! Bien sur il arrive après le grand traumatisme de la crise ! Mais il y a encore des connards qui n’ont pas mis un nom sur cette crise ! C’est la crise de l’ultra libéralisme ! Non ! Et ces irlandais qui disent oui à plus de libéralisme !!!Hallucinant ! oui !


                                          • Axel de Saint Mauxe Nico 5 octobre 2009 21:40

                                            La construction européenne fait partie des « grands tabous ».

                                            Interdiction de diverger.

                                            C’est ainsi, alors : chuuut....


                                            • Baptiste L Baptiste L 5 octobre 2009 23:26

                                              Une chose qui me fait bien plaisir, c’est de voir que vous ne restez pas inertes, que le peuple s’intéresse de près à ce sujet.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Baptiste L

Baptiste L
Voir ses articles







Palmarès