Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Les leaders majeurs de demain

Les leaders majeurs de demain

Depuis trois semaines, l’UDI est enfin présente dans les médias : son nouveau président Jean-Christophe Lagarde multiplie les prestations à la télévision et à la radio. Il fait partie de ceux qui, demain, compteront de manière déterminante dans la vie politique française.
 



Cela fait plaisir de voir que des idées auxquelles l’on croit ont de nouveau droit de cité dans les médias actuels. Jusqu’à maintenant réduite à la seule personnalité de Jean-Louis Borloo, l’Union des démocrates et indépendants a souffert pendant deux ans d’une absence de visibilité, renforcée par le retrait de la vie politique de Jean-Louis Borloo. L’élection de Jean-Christophe Lagarde à la présidence de l’UDI a changé radicalement la donne médiatique et permet aux centristes d’exister à nouveau dans les médias, en rappelant quelques évidences tant sur l’immigration que sur l’Europe, deux thèmes souvent dévoyés par les intérêts électoralistes.

En novembre 2014 s’est mise en place effectivement l’organisation de l’opposition à François Hollande pour les prochaines années : trois congrès de partis ont en effet émaillé les feux de l’actualité avec le renouvellement de leurs instances dirigeantes : l’UDI le 14 novembre 2014 (à Paris), l’UMP le 29 novembre 2014 (à Paris) et le FN le 30 novembre 2014 (à Lyon).


Bruno Le Maire

Le très bon score de Bruno Le Maire (45 ans) avec près de 30% fera de lui, mieux que les autres, l’un des leaders majeurs de demain. Incontournable, comme l’ont été au PS Benoît Hamon et Arnaud Montebourg, le premier pour sa performance au congrès de Reims en novembre 2008 et le second pour la sienne à la primaire socialiste d'octobre 2011.

C’est d’ailleurs une mauvaise nouvelle pour Alain Juppé qui pourrait voir en Bruno Le Maire un véritable concurrent, aussi intelligent, aussi doué, aussi sérieux, aussi responsable, mais plus jeune et peut-être plus courageux et plus travailleur, puisqu’il s’est frotté au verdict des militants de l’UMP. Nicolas Sarkozy a d’ailleurs joué très habilement puisqu’il ne cesse aujourd’hui de valoriser Bruno Le Maire, en lui demandant de représenter (avec lui) l’UMP au congrès de la CDU et aussi au congrès du PPE, et en confiant le soin de préparer une primaire ouverte à droite et au centre à Thierry Solère, l’un des très proches de Bruno Le Maire et qui fut aussi l’ancien dissident qui fit trébucher Claude Guéant aux dernières législatives à Boulogne-Billancourt.


J.-C. Lagarde, M. Maréchal-Le Pen et L. Wauquiez

Dans l’émission "Mots croisés" présentée par Anne-Sophie Lapix diffusée en direct le lundi 1er décembre 2014 sur France 2, Bruno Le Maire n’était pas invité mais trois autres (jeunes) députés l’ont été qui représentent, eux aussi, pour des raisons parfois différentes, l’avenir de la politique française.

yartiLeader02

Le thème était sur l’avenir de la droite ("Où va la droite ?"), en invitant également l’extrême droite (non revendiquée) et le centre (revendiqué), sans représentant de la gauche.

Jean-Christophe Lagarde (47 ans), député-maire de Drancy depuis près d’une quinzaine d’années, avait sans doute sur le plateau le plus d’expérience sur le terrain et sa présence venait de sa récente élection à la présidence de l’UDI. Il faudra d’ailleurs m’expliquer pourquoi France 2 l’a placé à droite de la députée du Front national. Il avait la même couleur de cravate que Laurent Wauquiez : celle de l’UDI mais aussi de la Haute-Loire qui avait eu longtemps une couleur "centriste".

Laurent Wauquiez (39 ans), député-maire du Puy-en-Velay, ancien ministre de 2007 à 2014, et représentant de la "Droite sociale" à l’UMP (il faudra m’expliquer ce qu’il y a de "social" à dénigrer sans arrêt les droits sociaux et à dénigrer l’assistanat chez ceux qui, parmi les plus défavorisés, ont besoin des aides sociales pour survivre), était là parce qu’il est cité, avec Nathalie Kosciusko-Morizet, pour le poste de numéro deux de l’UMP, sur lequel Nicolas Sarkozy a un peu hésité (le 4 décembre 2014, NKM est finalement nommée "numéro deux" de l’UMP au poste de vice-présidente déléguée). Laurent Wauquiez est un fort en thème, normalien, major à l’agrégation d’histoire, sorti major de l’ENA, et fut repéré par Jacques Barrot (qui vient de disparaître) pour être son "héritier" (hélas, ce dernier est loin de lui avoir transmis son enthousiasme européen, lui qui avait pleuré d’émotion lors de l’attribution du Prix Nobel de la Paix à l’Union Européenne).

Marion Maréchal-Le Pen (24 ans), députée du Vaucluse depuis deux ans, et surtout la petite-fille de son grand-père, la nièce de sa tante, où l’on sait que les liens de famille sont essentiels dans ce parti qui reste, malgré ce qu’elle proclame, un "Front familial" avec la tante à la présidence, le grand-père à la présidence d’honneur, le compagnon au secrétariat général, et des élus de gauche n’hésitent pas non plus à ajouter à la maisonnée le "majordome" Florian Philippot. En étant la mieux élue des apparatchiks du FN lors du dernier congrès à Lyon le 29 novembre 2014, elle a acquis la conviction qu’elle s’est maintenant émancipée de ses liens familiaux.

Participait au débat également la journaliste (de "Challenges") Ghislaine Ottenheimer qui a pris des positions quasiment de gauche en rappelant que l’immigration n’est pas le problème fondamental de la France d’aujourd’hui, qui est le chômage, la désindustrialisation et l’incapacité surtout à créer de nouveaux emplois, de nouvelles activités économiques (le nombre de demandeurs d’emploi est nettement plus élevés que le nombre d’étrangers, de toute façon !).


Proximité programmatique UMP/FN ?

Dans ce débat à trois, j’ai été assez étonné, malgré les dénégations des deux, d’une véritable convergence idéologique entre Laurent Wauquiez et Marion Maréchal-Le Pen, que ce soit sur l’Europe, même si les mesures préconisées sont différentes, le sentiment antieuropéen est le même (Laurent Wauquiez a même prétendu vouloir refaire l’Europe des Six sans savoir quoi faire des vingt-deux autres), sur l’immigration (les mesures prônées sont les mêmes, notamment sur l’aide médicale d’État) ou sur le mariage gay.

Seuls les discours se voulaient antagonistes, Laurent Wauquiez reprochant à Marion Maréchal-Le Pen un FN "poussiéreux" et "démodé", elle-même mettant sans conviction dans le même panier UMP et PS (les contribuables ont pourtant des moyens d’apprécier les différences).


Le courage de Jean-Christophe Lagarde

J’ai été au contraire très heureux que Jean-Christophe Lagarde ait défendu des positions rationnelles, raisonnables, et courageuses par les temps qui courent. Il l’a fait sur plusieurs thèmes de manière claire et nette, sans ambiguïté, au risque de caresser dans le mauvais sens le poil populiste. Il était temps qu’un responsable national ait ce courage de rappeler quelques éléments d’évidence.


Sur l’immigration

En effet, il a par exemple dénoncé ceux qui voudraient supprimer l’aide médicale d’État (AME) pour les étrangers, qui coûte actuellement 700 millions d’euros (et pas un milliard comme souvent proclamé). Ce dispositif avait été installé par le Premier Ministre Lionel Jospin parce qu’on avait constaté une recrudescence de la tuberculose. Le moyen ne servait pas à soigner les étrangers malades, car ils étaient de toute façon soignés gratuitement dans les hôpitaux mais sans facturation. L’AME n’a donc pas augmenté les dépenses de soins mais permet au moins de "tracer" ces malades et d’éviter les épidémies, d’avoir une bonne vision épidémiologique de la France pour protéger aussi et même d’abord les Français. Jean-Christophe Lagarde n’a pas hésité d’ailleurs à reprendre le thème du virus d’Ebola évoqué par Jean-Marie Le Pen en disant que sans l’AME, cela voudrait dire qu’on laisserait un étranger clandestin atteint du virus d’Ebola dans la nature en France, sans soin, avec les risques majeurs de contamination qu’on peut imaginer ! La suppression de l’AME va donc au-delà du déraisonnable, selon l’intérêt bien compris des nationaux.

Toujours sur l’immigration, Jean-Christophe Lagarde a rappelé que le taux d’étrangers sur la population totale a à peine varié (de l’ordre de 8%) en France sur une trentaine d’années alors que le chômage a crû énormément. S’en prendre aux étrangers relève donc d’un véritable phénomène de bouc émissaire qui ne résoudra pas les problèmes économiques qui sont tout autres. Il est donc regrettable que cette obsession idéologique du FN soit reprise souvent par l’UMP et en particulier par Laurent Wauquiez qui méritait mieux que de surfer dans un populisme démagogique assez grégaire.

J’ajoute que le FN ne cesse d’évoquer les environ 200 000 étrangers qui entrent chaque année sur le territoire national en oubliant de parler de ceux qui s’en vont, car ce ne sont que quelques dizaines de milliers qui restent, les autres sont essentiellement des étudiants et des chercheurs associés, des expatriés qui apportent de la richesse à la France. Et Jean-Christophe Lagarde d’insister sur les statistiques fausses portées par le FN à propos du coût de l’immigration. La seule étude fiable car provenant de chercheurs reconnus pour leurs compétences (à Lille) donne au contraire un apport des étrangers de 12 milliards d’euros en cotisations, taxes et impôts divers alors qu’ils bénéficient peu des aides sociales et autres prestations, contrairement à l’idée souvent admise même par les plus modérés.

Jean-Christophe Lagarde a dénoncé justement ce discours qui fustige l’immigration sans rien faire pour l’organiser, car dans tous les cas, les flux migratoires sont ce qu’ils sont et ils sont aujourd’hui bien plus nombreux Afrique vers Afrique que Afrique vers Europe. Le principe de réalité, c’est au contraire d’organiser cette immigration pour favoriser l’intégration des étrangers en France. Il a cité un exemple concret dans sa ville de Drancy : une salle de classe de maternelle a une majorité d’enfants "allophones", c’est-à-dire ne parlant pas français. Or, ce ne sera qu’en CP (à 6 ans) que l’État s’apercevra qu’il faudrait proposer des cours de français supplémentaires. Alors qu’on pourrait le faire dès l’âge de 3 ans. Trois ans de perdu.


Sur l’Europe

Jean-Christophe Lagarde n’est pas non plus timoré sur le sujet européen. Il a préconisé ouvertement une Europe fédérale avec surtout un gouvernement de la zone euro. Tout à fait en accord avec la suggestion récente et pertinente de Valéry Giscard d’Estaing, l’idée est de créer plusieurs Europe, une Europe à deux vitesses, l’actuelle et celle qui s’intégrerait dans une gouvernance plus démocratique et plus efficace, regroupant une douzaine de pays de la zone euro.

Là encore, il a dénoncé ceux qui veulent en finir avec l’Espace de Schengen alors qu’il faudrait au contraire le renforcer. S’il y a des problèmes, c’est parce que l’Union Européenne n’a pas mis suffisamment de moyens pour faire respecter les règles de Schengen à l’intérieur d’un vaste territoire. De plus, supprimer Schengen, ou sortir de cet espace pour la France ne changerait rien au "problème", puisque la Grande-Bretagne est soumise aux mêmes enjeux mais ne fait pas partie de l’Espace de Schengen. Tout le discours sur le sujet reste démagogique mais n’apporte aucune des clefs de résolution.

Enfin, Jean-Christophe Lagarde s’est dit favorable au Traité transatlantique qui permet de s’intégrer dans un vaste ensemble économique qui pourrait imposer ses standards et sa qualité face au Brésil, à la Chine et à l’Inde. Cette lucidité des grands ensembles internationaux paraît très peu compréhensible en France où la classe politique reste systématiquement repliée sur des considérations purement franco-françaises alors que les enjeux économiques sont avant tout mondiaux, et sans cette prise en compte, il n’y a aucune raison d’éviter cette hémorragie industrielle.


Se démarquer

Dans les jours qui ont suivi ce débat, ce fut surtout la collusion idéologique entre Marion Maréchal-Le Pen et Laurent Wauquiez qui a nourri la plupart des commentaires, avec un avantage pour la première qui a su faire taire Laurent Wauquiez sur un certain nombre de sujets (en particulier sur le mariage gay et l’hésitation supposée de Marine Le Pen). Laurent Wauquiez n’avait visiblement pas beaucoup travaillé ses dossiers tandis que Marion Maréchal-Le Pen est devenue une oratrice redoutable, capable d’asséner des idées assez nauséeuse avec un sourire d’ange.

Quant à Jean-Christophe Lagarde, il a présenté une vision très humaniste de la politique, n’hésitant pas à se démarquer des démagogues de tout poils, qu’ils soient politiquement corrects ou incorrects. Il a ainsi pu montrer que l’UDI représentait bien une option nouvelle dans l’offre politique, entre une UMP de plus en plus perméable aux idées du FN et un PS complètement discrédité dans l’exercice du pouvoir.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (4 décembre 2014)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Émission "Mots croisés" du 1er décembre 2014 sur France 2.
Jean-Christophe Lagarde.
Jacques Barrot.
François Bayrou.
Jean-Louis Borloo.
Nicolas Sarkozy.
Marine Le Pen.
Jean-Marie Le Pen.
Bruno Le Maire.

yartiLeader03


Moyenne des avis sur cet article :  1.18/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • fred.foyn Le p’tit Charles 5 décembre 2014 10:46

    Marion Maréchal-Le Pen...la seule valable en politique pour l’avenir il me semble.. ?


    • Le chien qui danse 6 décembre 2014 14:51

      Amusant le p’tiot, en espérant qu’il reste comme ça, juste inoffensif...


    • lloreen 5 décembre 2014 12:39

      Les entreprises gouvernementales sont forcloses depuis le 25.12.2012.
      Pour votre information.

      http://sans-langue-de-bois.eklablog.fr/un-groupe-d-avocats-contre-le-systeme-decident-de-corriger-les-injusti-a80445134
      Extrait.

      "

      Le One People’s Public Trust ou OPPT * est constitué d’un groupe d’avocats très compétents qui, dans le cadre du système judiciaire, a décidé quelques années en arrière, de se dresser contre le système afin de corriger les injustices, dont ils étaient témoins. Pour commencer leur investigation, ils décidèrent, de dénoncer les malversations faites par les banques avec l’argent public.

      Cet argent est employé par les banques à des fins privées et s’avère souvent en relations directes avec la majorité de tous les crimes  : Crime contre l’humanité, contre la souveraineté du citoyen, crimes judiciaires et commerciaux, etc. et qui inclue sans limites, la violation de la paix, les outrages, la servitude involontaire, l’escroquerie, la coercition, l’utilisation de la force, le vol, le découragement, les actes et pratiques trompeuses, etc.

      Ces courageux avocats ont décidé de renverser le système avec ses propres règles. Ils ont mené une série d’investigations très complexes où ils ont repris le Public Trust, crée dans le cadre de la constitution des Etats Unis. Ils ont inscrit tous les habitants de la planète et ont suivi une procédure judiciaire où les défenseurs sont tous les débiteurs et l’accusation, non seulement le système bancaire mais aussi toutes les multinationales abusant de ces mêmes citoyens...Une fois les dossiers constitués, ils leurs ont demandé de contester l’accusation, ce qu’ils n’ont pas fait, bien sûr.Un groupe d’avocats contre le Système, décident de corriger les injustices.

      La défense a donc entamé des poursuites allant jusqu’à la saisie complète et la clôture d’ entités légales du système dans leur totalité.

      Parallèlement à cela, fut créée une structure de base d’un autre type de gouvernance appelé le CVAC (Centre de Valeur des Actifs du Créateur). Le CVAC est une structure légale très bien constituée.

      Qu’est-ce donc que l’OPPT ? C’est une organisation légale constituée par nous tous, chaque individu de la planète. Y sont inclus les capitaux de la planète, c’est à dire tout ce qui a une valeur, aujourd’hui, principalement l’or et l’argent, et qui a été consigné en propriété par le Trust. Il est important de  préciser que dans l’OPPT, c’est tout les individus de la planète qui sont concernés, personne n’est mis à l’écart, il n’y a pas de frontières, pas de gouvernements et pas de multinationales. L’OPPT est donc une organisation derrière laquelle tous les individus de la Planète se positionnent pour dénoncer les injustices commises à leur insu et dont le but principal est de récupérer les richesses volées afin qu’elles soient redistribuées de manière égale .

      Note : CVAC= Creator’s Value Assests Centre

      * Comprendre « Groupement Public du peuple Uni »

      One People’s Public Trust (OPPT) saisit légalement les avoirs des grandes entreprises, des Banques et des Gouvernements, pour abus d’esclavage et usage de systèmes monétaires privés.

      Beaucoup d’entre vous en ont entendu parler… beaucoup d’autres pas du tout. Annoncé publiquement le 25 décembre 2012, le système de «  Multinationale Gouvernementale » a été saisi. Saisi en toute légalité… via l’un de ses propres mécanismes. Les « pouvoirs en place » sont maintenant les « pouvoirs du passé ». Toute dette a été effacée et les entreprises incluant, sans limite, les Multinationales Gouvernementales, et les Banques – ont été saisies.

      Bien entendu, ils pourront continuer leur jeu en espérant que nous continuerons à jouer avec eux. Mais grâce à une série  d’investigations menées par One People’s Public Trust (connu sous le nom de OPPT) dans le cadre du C.C.U. (Code de Commerce Uniforme), le choix est désormais de notre côté. Un nouveau cadre légal pour une gouvernance sociale est maintenant en vigueur, un fait qui a été ratifié légalement par le cadre juridique contrôlé par son prédécesseur.Automatiquement et pour ainsi dire… NOUS SOMMES LIBRES !!!(Mettez-vous à l’aise - c’est un article long, mais c’en est un que vous ne pouvez rater !!!) One People’s Public TrustLe jugement des poursuites judiciaires menées par OPPT à la cour a entraîné beaucoup d’agitation. Et à juste titre ! Le potentiel pour le changement positif qu’il a généré est d’une IMPORTANCE CAPITALE ! Mais avant d’en arriver aux conséquences, j’aimerais vous présenter « les faits » et « comment cela s’est passé ». La multinationale Gouvernementale sous contrôle et les principaux médias sous contrôle, refusent d’annoncer leur propre disparition – pour une raison évidente. Ainsi, en tant que citoyens planétaires informés, je crois que notre rôle est de comprendre ce qui est arrivé, de comprendre comment, afin d’informer les autres … et finalement pour initier le mécanisme de changement mondial que nous attendons tous.Mais tout d’abord, un tour d’horizon de la réalité.Avant de poursuivre, permettez-moi de formuler quelques faits marquants.1) Les Gouvernements étaient des multinationales. Le phénomène de la multinationale Gouvernementale n’est pas seulement démontré par le fait que les «  Gouvernements » se comportent comme des Bénéficiaires (non comme des Administrateurs) du Gouvernement supposé en place, mais de nombreux documents, apportant la preuve, le démontrent aussi ! Les Etats-Unis, le Canada, l’Australie, Le Royaume Uni, la France, l’Italie, le Japon, l’Afrique du Sud… et la liste est longue… sont tous des multinationales basées aux Etats-Unis, et enregistrées en tant que telles auprès de la Commission des Opérations de Bourse des Etats-Unis… (S.E.C) et agissent de la sorte à nos dépens. « Ce Système » est oligarchique par nature, dans la mesure où il est destiné seulement à offrir le profit « à quelques-uns », alors que nous autres travaillons pour l’alimenter. 2) Les individus étaient des entreprises privées : A la naissance, un acte de naissance est signé par vos parents, qui est utilisé ensuite par la Multinationale Gouvernementale pour alimenter un Trust en votre nom. Ce Trust permet de cautionner votre fond de garantie, et « un compte en fond de garantie » est créé et financé sous votre propre nom. Vous êtes le bénéficiaire de ce Trust… mais personne ne vous signifie qu’il existe. Si vous ne faites pas un acte testamentaire à l’âge de 7 ans, la Multinationale Gouvernementale vous considère comme décédé – selon la loi maritime – et vous êtes officiellement considéré « comme disparu en mer » par le système. Sérieusement. C’est alors que la  Multinationale Gouvernementale assure ensuite le contrôle financier de vos avoirs, en toute connaissance de cause. Elle sait que la plupart d’entre nous vivons de fait au-delà de l’âge de 7 ans, et continue à nous considérer comme des esclaves vivants. Les fonds de garanties générés par la monétisation de votre vie – vous utilisant comme cautionnement – vous sont prêtés lorsque vous avez recours aux prêts bancaires, prêts immobiliers, etc. Vous êtes alors forcé de travailler pour rembourser ces prêts en plus des intérêts – au système sur votre fond de garantie. Légalement, vous n’avez aucun droit sur ce fond, parce que vous êtes considéré comme « décédé » à l’âge de 7 ans. Vous perdez. 3) Les grands médias sont l’instrument dont se servent les Multinationales Gouvernementales pour mener la propagande directement chez vous. Ils sont utilisés pour manipuler les perceptions du public sur les actions et inactions de la Multinationale Gouvernementale, dans le but de renforcer les normes sociales, de les délimiter, de dicter des comportements sociaux et vous vendre des futilités en créant un « besoin  » et un produit qui le satisfait. Ceci n’est pas limité aux seuls grands médias. La psychologie du « vieux » paradigme est également renforcée par les institutions telles que l’éducation nationale et la religion.Les multinationales, les gouvernements et les grands groupes médiatiques racontent tous les mêmes mensonges. Ils font tous partie de la même bête. 4) En conséquence, la structure du monde économique était un mécanisme d’esclavage de masse. L’esclavage est un système dans lequel les gens sont traités comme une propriété, et forcés de travailler. Les esclaves sont détenus contre leur gré, depuis le temps de leur capture, l’achat ou la naissance, et privés de leur droit de partir, ou de refuser de travailler. Est-ce que cela vous rappelle quelque chose ? Vous êtes né dans « le système » sans que l’on vous dise comment il fonctionne. Vous avez été élevé et l’on vous a appris à contribuer au système. Vous devez travailler des heures exhaustives dans le système, et vous devez payer des taxes au système privé. Vous devez adhérer aux règles du système – qui relèvent pour la plupart de la propriété et de la possession – sinon vous serez puni par le système. L’architecture du système délivre délibérément l’abondance à une minorité « triée sur le volet », et de nombreux autres auront faim. Mais si vous n’aimez pas ça, vous ne pouvez pas quitter le système. Le système « possède » tout, tout le monde et partout. Jusqu’à maintenant, vous n’aviez qu’une option : coopérer. C’est comme vivre dans un casino sans porte de sortie, et la maison mère gagne toujours. "


      • lloreen 5 décembre 2014 12:40

        Extrait.

        "

        Quand nos Gouvernements sont-ils devenus des sociétés ?

        Tout a commencé avec l’introduction du système bancaire dénommé, la Réserve Fédérale. Lorsque le décret de la Réserve Fédérale fut voté par le congrès aux Etats Unis en 1913, le Député Charles Lindbergh a prévenu le Congrès Américain dans un registre du Congrès daté du 22 décembre 1913 (vol. 51), qu’en instituant le système privé de la Réserve Fédérale, la conséquence inévitable serait qu’en utilisant le pouvoir de créer la monnaie, permettrait de provoquer l’inflation et la déflation de l’économie, et les grandes entreprises prendraient le contrôle. Selon les termes du député Lindbergh : “A partir de maintenant, les dépressions seront créées scientifiquement”. Et elles le sont. En 1929, les « pouvoirs du passé » ont délibérément fait chuter la bourse. Comment ? Les fluctuations des titres de la bourse sont causées par l’émotion. Avant le crash de 1929, on a créé une euphorie qui a généré une période d’inflation. Les pouvoirs aux commandes ont vendu leurs titres à prix élevé, puis créé la panique sur la baisse dans le marché. Lorsque les cours se sont effondrés, ils ont racheté leurs titres pour une bouchée de pain – et éliminé la concurrence aux abois du même coup. En bref, la Grande Dépression de 1929 a été générée artificiellement afin que les grandes entreprises qui contrôlaient  la bourse puissent en profiter pour prêter aux gouvernements l’argent nécessaire pour sortir de l’effondrement qu’elles avaient provoqué. Les nations souveraines ont finalement été forcées de signer des emprunts qui, par leur nature même, ne pourraient jamais être remboursés. Et comme les dettes souveraines ne cessaient de s’accroître, le paradigme de « l’esclavage par l’endettement » a été formalisé … et les grandes entreprises ont pris le contrôle. De nos jours, les multinationales Gouvernementales continuent de feindre d’être les vrais gouvernements. Le Système des Banques centrales (qui domine actuellement les économies occidentales) continue d’alterner les périodes de ‘boom des marchés’ et de ‘dépression des marchés’ en restreignant ou relâchant stratégiquement l’émission de monnaie et de crédit. L’actuelle Crise Financière Mondiale en est un parfait exemple. Et en même temps, les grands médias jouent leurs rôles en manipulant les humeurs de la bourse sur les marchés et en facilitant les contre-vérités politiques. Mais la campagne judiciaire complexe entreprise par l’OPPT a mené à la saisie des avoirs et propriétés du système des grandes  multinationales. Toutes les sociétés privées, y compris les systèmes gouvernementaux et bancaires, ont été saisies de leurs avoirs en utilisant leurs propres mécanismes de législation/réglementation commerciale. En langage juridique, cela signifie la fin pour les anciens Trust du vieux système et le début pour les nouveaux ! Alors est-ce le « renversement du Gouvernement » ? Non – c’est le renversement des grandes multinationales qui se sont comportées comme des gouvernements. Si vous comprenez que les «  Gouvernements » sont en fait des entreprises privées qui ont, par ruse, altéré les constitutions des nations souveraines, leur acte de décès était un fait programmé à venir. La fraude du gouvernement est réelle. Et finalement – par leur incapacité à réfuter les accusations basées sur le CCU (le Code de Commerce Uniforme) – l’imbrication des multinationales gouvernementales dans son ensemble se trouve coupable de fraude, de trahison et d’esclavage. En vertu du droit international, l’OPPT a le droit d’exiger la réparation par dédommagement de ces crimes. Celles-ci ont choisi la saisie de leurs avoirs et la cessation de leurs activités de grandes entreprises, banques et gouvernements en tant que responsables ainsi que la confiscation de leurs titres et avoirs des infrastructures légales – y compris l’or et l’argent détenus comme garanties par le système financier – pour les transférer entre les mains de l’OPPT. N’y pensez pas en termes de renversement, mais comme la saisie de biens usurpés. Les poursuites en justice de l’OPPT récupèrent ce qui nous appartient en tant qu’êtres souverains sur cette planète. La loi Universelle, la Common Law et le C.C.U. sont maintenant la loi applicable sur cette planète.(Je décrirai plus tard en détail les mécanismes mis en place par l’OPPT pour remplacer les fonctions de gouvernance). CCU : La bible du commerce Le C.C.U est la “bible” du commerce ; il décrit précisément la manière selon laquelle le commerce international est régi. En fait, l’ensemble du système commercial gravite autour du C.C.U. Si le prêt immobilier de votre logement est saisi, via une hypothèque, ou que vous êtes dépossédé de votre voiture, la banque utilise le mécanisme parallèle du C.C.U pour agir. Mais la législation du C.C.U. n’est pas enseignée dans les facultés de droit. Elle reste le domaine des grandes entreprises privées et de leurs dirigeants, qui forment leurs employés en contentieux du C.C.U. – gardant ainsi la connaissance de cet instrument « en interne ». Mais un des administrateurs d’OPPT a été amené professionnellement à utiliser la législation du C.C.U durant un certain temps, et comprend en profondeur comment les « pouvoirs du passé » manipulaient le C.C.U pour contrôler le système financier américain au plus haut niveau. Experte en C.C.U, mère et fondatrice de l’OPPT, Heather-Ann Tucci-Jarraf a utilisé la saisie de sa propre maison comme cas d’école. Elle a attaqué la procédure de saisie immobilière à travers le mécanisme C.C.U et, ce faisant, a découvert – pour employer des termes simples – que la justice américaine est toujours en faveur des multinationales. Ce qui n’est pas étonnant, vu que 99% des lois se rapportent à la propriété privée… ou au commerce. En avançant prudemment, l’OPPT arriva à la conclusion que les entreprises privées opérant sous le couvert des gouvernements souverains et des systèmes financiers se rendaient coupables de trahison envers les habitants de cette planète en l’absence de toute information connue, volonté et consentement express de leur part. Le rapport final de cette investigation se trouve ici . Et en l’espèce, … pour saisir le « système », les administrateurs du Trust OPPT ont tendu un piège en utilisant la structure légale qui leur était fournie PAR le « système » lui-même.Comment les administrateurs OPPT sont-ils arrivés à la saisie ? L’OPPT est géré par des administrateurs Caleb Skinner, Hollis Randall Hillner et Heather Ann Tucci-Jarraf. L’OPPT a été créé lorsque les administrateurs se sont associés – et ce faisant ont renoué – avec le Trust intégré dans les termes de la Constitution originale des Etats-Unis de 1776, laquelle constitution, fut abandonnée lorsque le gouvernement des Etats-Unis fut transformé en Multinationale Gouvernementale en 1933. L’OPPT a ensuite associé chaque individu de la planète à cette structure de Trust en tant que bénéficiaires de ses titres et propriétés, et l’a désigné « le Peuple Unique, Créé par le Créateur ». Ce faisant, les administrateurs créaient un Trust, dans le cadre légal qui a des droits supérieurs à quelconque partie – le Trust entre le Créateur et les « Êtres existants » de la Terre. Les « Êtres existants » sur Terre sont les bénéficiaires du Créateur en tant que garants des manifestations du Créateur sur Terre. Juridiquement parlant, il ne peut y avoir de proclamation supérieure à celle du One People’s Public Trust … exceptée celle émise par le Créateur lui-même. Les ressources de notre planète – spécifiées dans les actes du C.C.U. comme étant l’or et l’argent mondial – ne peuvent de ce fait être détenues, vendues contre rémunération, comptées sous forme de ‘salaire’ pour nous rendre esclaves, ou être épargnées afin de créer de la pauvreté ou déposséder. Sous l’OPPT, nous sommes tous actionnaires de titres. Les ressources de notre planète nous appartiennent dorénavant à chacun à parts égales. C’est notre droit de naissance. Maintenant c’est la loi.Entre 2011 et 2012, les administrateurs ont déposé une série d’investigations complexes au C.C.U. au nom de ses bénéficiaires. Les détails de ces investigations de l’OPPT au C.C.U. peuvent être consultés sur leur site : http://peoplesstrust1776.org/. Attention : c’est une lecture juridique dense destinée à un enregistrement et une divulgation légale officielle. Ce n’est pas destiné à la communication de poursuites de l’OPPT contre des tiers ou leurs conséquences sur le public. Cependant les administrateurs travaillent directement avec la collectivité de ‘médias alternatifs’ pour être sûrs que le public reçoive une information précise, claire et adéquate. Pour résumer ces documents :En l’espèce, les grandes entreprises multinationales, les gouvernements et les banques ne font qu’un, « Une Commission d’enquête et une instruction » ont été déposées à l’encontre « du débiteur », une entité juridique créée via le mécanisme C.C.U. régit par le Code d’Enregistrement des sociétés. Le dépôt de plainte stipule que le débiteur a « en toute connaissance de cause, volontairement et intentionnellement commis des actes de trahison  » en « possédant, faisant fonctionner, aidant et encourageant des systèmes monétaires privés » et « en faisant fonctionner des systèmes d’esclavage envers … des citoyens sans les informer, contre leur volonté et leur consentement ». Les dossiers de procédures de C.C.U. sont des données publiques, et suivent les mécanismes de procédures juridiques classiques. Si une entité légale fait l’objet d’une plainte, la personne morale (dans ce cas le «  débiteur ») a le droit de la contester. Si celle-ci n’est pas en mesure d’en apporter la preuve contradictoire ou, n’est pas reçue dans un délai imparti, il en résulte un jugement par défaut, suivi par l’application du verdict. La conséquence est, la cessation immédiate d’activité de cette entité légale, dans le cas présent, au motif qu’elle a été incapable d’apporter la preuve contraire des charges de trahison démontrées par l’OPPT. Le plus important ici, est que le jugement en culpabilité selon le C.C .U. a valeur légale immédiate s’il n’est pas démontré le contraire. Et dans ce cas, les administrateurs de l’OPPT se sont assurés qu’ils créaient une situation juridique dans laquelle les individus et toute entité légale dénommée le « débiteur » n’avaient aucune capacité de démontrer le contraire. Comment ont-ils réussi ? Toutes les charges déclarées d’esclavage et de fraudes sont vraies. Bien sûr, aucune preuve tangible de leur innocence n’a été démontrée.Le « débiteur » est de ce fait coupable de trahison.En dédommagement, les grandes entreprises sont saisies de leurs avoirs usurpés et confisqués,La richesse de notre planète est réaffectée au Trust l’OPPT. Toute dette des multinationales est effacée,Le « système » est définitivement clos. Les archives publiques le prouvent,Les dépôts et déclarations enregistrés au C.C.U. font office de Loi Internationale Selon les clauses même du système, celui-ci n’existe plus. Nous sommes libres !! Cliquer ici pour lire le communiqué de presse de l’OPPT du 4 février 2013."



        • lloreen 5 décembre 2014 12:46

          La république française (et pas la France ! ) est une entreprise gouvernementale. Son président est l’ employé de la haute finance, c ’ est - à dire de ces escrocs très précisément qui mettent les nations à sac. Il suffit de disséquer leur politique pour le constater tous les jours depuis 1973 et la loi de Pompidou, ex directeur de la banque Rothschild.
          Macron est le même vassal des Rothschild que ne l’ était Pompidou en son temps ainsi que tous les présidents depuis cette date.

          UPIK® Record - L LRegistered company nameREPUBLIQUE FRANCAISE PRESIDENCE
          Non-registered name or business unit
          LD-U-N-S© Number542472212 LRegistered address55 R DU FAUBOURG SAINT HONORE LPost code75008 LCityPARIS
          CountryFrance WCountry code241
          Post office box number

          Post office box town

          Telephone number

          Fax number

          Name primary executive
          WActivity (SIC)9199

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès