Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Les maux démocratiques

Les maux démocratiques

Près de 70% des Français ne se reconnaîtraient ni dans la droite, ni dans la gauche ! Aujourd’hui, il y a un immense décalage entre ce que nous souhaitons individuellement et ce que souhaitent les hommes au pouvoir. La démocratie souffre de maux qu’il faudra bien traiter un jour ou l’autre.

1/ Obsolescence
La complexification exponentielle des technologies entraîne une complexification de la société. Cette complexification sociale n’est peut-être pas exponentielle, mais elle est certaine. Conséquence : il faut adopter de nouvelles façons de faire de la politique. Nous ne devons pas nous complaire dans un modèle démocratique, vieux de plus de deux siècles, dans sa forme actuelle. Il n’est pas optimisé pour la réalité d’aujourd’hui. L’ancienneté de la démocratie représentative en fait un ancien régime. C’est un peu pareil avec le football qui refuse la vidéo et ne se modernise pas. On change les joueurs, mais pas le jeu.

2/ Inertie
Parmi les hommes politiques installés, aucun ne veut changer les règles du jeu qui l’ont amené au pouvoir. En France, aucun n’a la carrure d’un Gorbatchev. Seuls des hommes nouveaux auront la force de changer les choses, car ils n’ont rien à perdre. Les autres n’ont pas envie de tuer la poule aux œufs d’or.

3/ Radicalisation
Alors que les critiques, mais aussi les solutions, n’ont jamais été aussi nombreuses et discutées sur Internet, le pouvoir continue de faire comme s’il n’entendait pas. Incapable de participer à nos débats, il se laisse tenter par des dérives autoritaristes, de type Patriot Act aux États-Unis, qui lui donnent l’illusion de tenir les rênes. Son ambition est de simplifier la société, plutôt que d’accepter sa vertigineuse diversité.

4/ Impérialisme
La structure pyramidale du pouvoir dans les démocraties représentatives n’est pas adaptée à la complexité croissante de la société. L’approche top-down ne convient que pour résoudre les problèmes simples. Face aux problèmes complexes d’aujourd’hui, une approche bottom-up s’impose. Les grands problèmes ne se règleront pas par le haut, mais grâce aux efforts de chacun de nous.

5/ Endoctrinement
La démocratie représentative n’est pas le système politique idéal. Non. On nous a mis ça dans la tête, mais c’est faux. Internet est une démocratie non représentative, et ça marche. C’est une preuve qu’il y a d’autres modèles possibles.

6/ Élitisme
Le système démocratique représentatif repose sur un postulat : le plus grand nombre penserait juste. Mais ce postulat est de plus en plus douteux : le plus grand nombre ne pense pas, seuls les individus pensent. Plus grave, le plus grand nombre est aussi influençable qu’un individu, surtout depuis que nous disposons de médias de masse. Les médias de masse auraient dû sonner le glas de la démocratie représentative. Depuis leur avènement, le pouvoir ne peut échoir qu’à ceux qui ont déjà le pouvoir sur les médias, donc qui sont déjà rois. Une nouvelle noblesse est née, une noblesse de parti.

7/ Nivellement
Par rapports aux anciens régimes, la démocratie représentative n’a changé le pouvoir qu’en le fragilisant. Moins libre d’entreprendre, il commet moins d’atrocités (ce qui est un bénéfice), mais il ne se lance plus dans des projets ambitieux (ce qui est dommage). C’est un nivellement par le milieu. C’est mieux qu’un nivellement par le bas, mais c’est loin d’être idéal.

8/ Myopie
Dans les démocraties représentatives, les hommes politiques sont élus pour plusieurs années, durée assez longue pour que joue la corruption, mais trop courte pour des projets vraiment ambitieux. Sur Internet, nous sommes en train de résoudre ce dilemme : nous apprenons peu à peu à nous représenter nous-mêmes. Ce mode de représentation, qui ne passe plus par des élections, est un pas vers plus de démocratie.

9/ Déresponsabilisation
En nous faisant participer épisodiquement à la vie politique, la démocratie représentative nous déresponsabilise. Nous sommes tous des exclus de la politique, exceptés les politiques professionnels.

10/ Inefficacité
La démocratie représentative est incapable de séduire la Net-génération. Nous déployons une fantastique énergie créative dont la société dans son ensemble ne profite pas. Une société qui se prive de ses forces vives est une société décadente. Aujourd’hui, pour la plupart, nous ne nous engageons pas, parce que notre façon de nous engager ne consiste pas à nous inscrire dans des partis. Alors, oui, nous ne faisons rien, en tout cas selon les règles fixées arbitrairement par d’autres avant notre naissance.

Cette liste de maux n’est pas seulement critique. C’est une liste positive, car nous avons des solutions, solutions déjà à l’œuvre depuis plus de dix ans dans la démocratie Internet, qui forme la plus grande communauté humaine jamais constituée.


Moyenne des avis sur cet article :  3.59/5   (51 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • en passant (---.---.120.30) 14 juin 2006 12:55

    Autant je suis d’accord avec les maux listés, autant je vous trouve peu prolixe au sujet de cette mystérieuse « démocratie Internet » (qu’entendez-vous par là ?), qui mériterait largement un deuxième article, parce que pour l’instant, tout cela me laisse surtout sur ma faim.


    • Adolphos (---.---.59.170) 14 juin 2006 13:02

      « La complexification exponentielle des technologies entraîne une complexification de la société. »

      Bein non, pourquoi ? La société est toujours la même, et (a part l’immigration, (certes) change trés peu. Ce ne sont que la surexposition médiatique de groupuscules extrémistes, comme en Mai 68 (2000 fils à papa en lutte contre papa) qui donne une impression de changement.

      « En France, aucun n’a la carrure d’un Gorbatchev. »

      Heu, Gorbatchev, communiste, à tué le communisme, donc, c’est pas une réussite à mon avis (même si bien sur, le communisme/socialisme était de toute façon condamné).

      « Alors que les critiques, mais aussi les solutions, n’ont jamais été aussi nombreuses et discutées sur Internet, le pouvoir continue de faire comme s’il n’entendait pas. »

      Bien sur qu’il faut licencier 1 million de fonctionaire et suprimer le satus de la fonction public pour la quasi totalité des autres, bien sur qu’il faut privatiser l’enseignement, la sécu, la SNCF, la RATP, etc.. Tout le monde le sais. Le probléme n’est pas là. Le probléme c’est d’être prés à avoir des morts pour imposer ce réformes indispensable aux mec de la CGT.

      « La structure pyramidale du pouvoir dans les démocraties représentatives n’est pas adaptée à la complexité croissante de la société. L »

      Oui, l’Etatisme n’a jamais été adapté à la complexité de l’économie, c’est bien pour cela qu’il faut privatiser.

      « La démocratie représentative n’est pas le système politique idéal. Non. On nous a mis ça dans la tête, mais c’est faux. Internet est une démocratie non représentative, et ça marche. »

      En quoi ????

      « Le système démocratique représentatif repose sur un postulat : le plus grand nombre penserait juste. Mais ce postulat est de plus en plus douteux : le plus grand nombre ne pense pas, seuls les individus pensent. »

      Non. Nous ne sommes pas en démocratie, mais en République. Le plus grand nombre désigne les chefs, qui pense pour lui (ou plus exactement, voit les chose globalement et tranche souverainement). Personne n’a jamais prétendu que le plus grand nombre penserait juste, Arf ! La République est Aristocratique par essence -C’est bien pour ca que des aristocrates ont fait la Révolution.. C’est une façon de réglé les conflits à l’intérieur de l’élite, au lieu d’avoir des luttes violante, type guerre civil.

      « Depuis leur avènement, le pouvoir ne peut échoir qu’à ceux qui ont déjà le pouvoir sur les médias, donc qui sont déjà rois. Une nouvelle noblesse est née, une noblesse de parti. »

      C’est donc dire que le vrai pouvoir, ce ne sont pas les élus et hommes politique, mais les journalistes...

      « Par rapports aux anciens régimes, la démocratie représentative n’a changé le pouvoir qu’en le fragilisant. Moins libre d’entreprendre, il commet moins d’atrocités (ce qui est un bénéfice), mais il ne se lance plus dans des projets ambitieux (ce qui est dommage). »

      Quelles atrocités l’ancien régime a-t-il commit ???? « il ne se lance plus dans des projets ambitieux » 13 millions d’immigrés en France, pour regénérer la « race » française épuisée, changer sa culture, et combatre le racisme et la xénophobie, ce n’est pas un projet ambitieux ?

      « Nous déployons une fantastique énergie créative dont la société dans son ensemble ne profite pas. »

      Ah bon ?


      • (---.---.150.188) 15 juin 2006 01:33

        Au delà des diverses idées plus ou moins extrèmes et positions très tranchées exprimées dans ce commentaire, discutables mais sur lequelles je ne reviendrais pas, je voudrais juste intervenir à propos de la phrase : « C’est bien pour ça que des aristocrates ont fait la Révolution... » Ce sont les bourgeois qui ont fait la révolution, même les petits bourgois, et le pouvoir n’a pas été aux mains des plus riches d’entre eux...


      • (---.---.59.170) 15 juin 2006 01:49

        « Ce sont les bourgeois qui ont fait la révolution, »

        Non, les « bourgeois », comme vous dites, n’étaient qu’une centaine sur plus de 600. La Révolution, c’est l’Aristocratie..


      • zen (---.---.178.224) 14 juin 2006 13:14

        L’auteur nous a habitué à chanter naivement les louanges d’internet, seul remède à nos maux...C’est toujours aussi indigent au niveau de la réflexion politique...c’est même affligeant que cet article soit passé.


        • Beauceron (---.---.86.194) 14 juin 2006 13:48

          « ...Non. Nous ne sommes pas en démocratie, mais en République.... »

          Oh... Alors Adolf a joué à « Civilization » !

          « ...Le probléme n’est pas là. Le probléme c’est d’être prés à avoir des morts pour imposer ce réformes indispensable aux mec de la CGT... »

          Mieux... Et ce jour-là, caché derrière son écran ou au charbon ?


          • Adolphos (---.---.59.170) 14 juin 2006 14:45

            « Et ce jour-là, caché derrière son écran ou au charbon ? »

            N’étant pas de la CGT, pourquoi voulez vous que j’aille faire le guignol pour une cause perdu dans la rue ?


          • Romain C. (---.---.226.67) 14 juin 2006 13:54

            « Sur Internet, nous sommes en train de résoudre ce dilemme : nous apprenons peu à peu à nous représenter nous-mêmes. Ce mode de représentation, qui ne passe plus par des élections, est un pas vers plus de démocratie. »

            Je suis entièrement d’accord ! La démocratie sur internet, c’est la possibilité de mal noté un article car il est trop fouillis (malgré la construction de l’article en 10 points qui tente de nous faire croire qu’il est bien organisé), trop général.

            L’idée principale peut de résumer en une phrase : la démocratie représentative est source de tous les maux, internet est la solution.

            Peut-être un peu simpliste par rapport à la « complexité » du monde, non ?


            • levoisin (---.---.84.11) 14 juin 2006 14:37

              En tout cas, Internet n’est pas une solution. C’est tout au plus un outil qui permet aux citoyens de récupérer une partie du pouvoir exercé par les medias.

              Et de même que les informations télévisées, autrement préparés par des journalistes indépendants, sont progressivement remplacés par les info-publicités et les communiqués de presse des entreprises commerciales, Internet va prendre la même direction.

              « Internet est une démocratie non représentative, ça marche », mais la bourse aussi. Alors vive l’ultra-libéralisme et le pouvoir aux plus riches ?


              • Aldoo (---.---.43.7) 14 juin 2006 15:21

                Finalement Internet est la solution, mais seulement pour gouverner le 4e pouvoir, non ?

                Bon la démocratie Internet, reste à montrer ce qu’on entend par là ! Pour le demos, je veux bien, mais le kratos ? Le « pouvoir » d’internet est encore au main d’une poignée d’associations de droit américain, que je sache... et les infrastructures sont propriété d’une multitude d’entreprises privées et états, qui finalement auraient le fin mot de l’histoire si on voulait supprimer l’ICANN et compagnie. Sur internet, le « peuple » n’a pas le « pouvoir », juste une très large liberté d’expression.


              • Provocateur etranger (---.---.28.210) 14 juin 2006 15:56

                Ce qui est interessant c’est qu un peuple un peu OBSOLETE , les français soit très consommateur de nouvelles tech !

                Es-ce dans le but de travailler encore moins ( smiley


                • Daniel Milan (---.---.162.108) 14 juin 2006 17:47

                  Je ne me suis jamais reconnu dans la droite, dans la gauche, ou même dans leurs extrêmes ! Pourtant, si je devais me définir, je serais plutôt socialiste !


                  • (---.---.177.234) 14 juin 2006 17:50

                    Ouaf !

                    NATIONAL-SOCIALISTE, oui !

                    Avis aux lecteurs d’Agoravox :

                    Daniel Milan avait entre autres créé une association à la mémoire de Julius Evola, le théoricien du fascime sous Mussolini, et fricoté avec la FANE, mouvement néo-nazi oeuvrant pour la réhabilition de Rudolf Hess, qu’Hitler considérait comme son dauphin, FANE qui a été dissoute à la suite de nombreuses aggressions, tracts et inscriptions antisémites.

                    Converti à l’Islam, Daniel Milan est un nazislamiste.

                    Une des sources : Antisemitism and Racism in France.

                    Houba houba grrr...


                  • Adolphos (---.---.59.170) 14 juin 2006 17:54

                    « Pourtant, si je devais me définir, je serais plutôt socialiste ! »

                    Mais vous etes pour les armagnac ou pour les bourguignons ?


                  • Sam (---.---.151.221) 14 juin 2006 18:07

                    Tu as pas un lien gratuit ?..


                  • bernard29 candidat 007 15 juin 2006 00:04

                    Voici de la démocratie du Web !!!.

                    c’est le « botom »

                    pardessus « le top »

                    et tout le monde est « down »,

                    dans le « up » du web.

                    bourrin-pouettediteur.


                    • (---.---.150.188) 15 juin 2006 01:27

                      « La démocratie représentative n’est pas le système politique idéal. Non. On nous a mis ça dans la tête, mais c’est faux. Internet est une démocratie non représentative, et ça marche. C’est une preuve qu’il y a d’autres modèles possibles. » J’aimerais bien qu’on m’explique en quoi internet est une démocratie... Il n’y a pas de gouvernement central, pas de police, pas vraiment de lois (des usages, tout au plus, les entorses à la loi se faisant « grace » à internet et non pas « sur » internet), pas d’élus... Si on veut comparer internet à un système politique, ce serait plutôt à l’anarchie (bien que la comparaison resterait très discutable...)


                      • artensois (---.---.21.222) 15 juin 2006 13:47

                        La démocratie : la grande malade de la République

                        Complexité Obsolescence

                        Face à la complexité dont l’un des meilleurs penseurs est pour moi Edgar Morin il n’y a qu’une réponse l’élévation de la capacité de compréhension de cette complexité par les citoyens. Complexe n’est pas identique à compliqué, la complexité peut être penser simplement. Il faut donc être capable de représenter simplement la complexité des enjeux auxquels les français sont confrontés. C’est cela la politique. Changer le jeu c’est un peu comme pour la fièvre, pour savoir si le patient en a, il ne faut pas casser le thermomètre.

                        Inertie

                        Vous avez raison la question est bien celle de la réforme, refonte des systèmes. Gorbatchev était tout sauf un homme nouveau, il était le parfait, même le meilleur fruit du système. Mais il a échoué, le système n’a pas évolué il s’est effondré.

                        Il n’a pas d’homme nouveau mais des pensées nouvelles.

                        La notion d’effondrement s’applique d’ailleurs assez bien à la situation française qui subi un effondrement lent et pénible. Cette effondrement de l’idée de la République française et pas seulement de la France voilà l’enjeu. Comment les idées qui ont fondées la République peuvent elles survivre, dans quelle corps politique ?

                        La nation française, première solution est aujourd’hui dépassée, l’Europe apparaît comme le candidat idéal.


                        • artensois (---.---.21.222) 15 juin 2006 13:49

                          Oui cet article est dangereux.

                          Avis de la rédaction s’impose.


                        • Marsupilami (---.---.164.126) 15 juin 2006 14:01

                          Ouaf !

                          Même s’il est vrai que la démocratie représentative est dans un état lamentable, surtout en France sous le règne d’un chiraquisme débilitant, comme disait Churchill : « La démocratie est le pire des systèmes... à l’exception de tous les autres »... même s’il faut penser à d’autres formes de participation politique.

                          Houba houba !


                          • Drôme (---.---.215.160) 20 juin 2006 19:41

                            Pourquoi dans notre pays ne pas instaurer une obligation de résultat pour candidat(e)s a quelque fonction politique que ce soit. Signer ses propres engagements de campagne au bas d’une feuille tel un contrat social, comme nous le faisons tous en signant un contrat de travail comportant obligations et devoir de chaque partie. Prévoir en cas de défaillance de l’interressé(e) quant a ses engagements des pénalités fiscales, des travaux d’utilité publique voire des peines d’emprisonnement pour ceux ne respectant pas du tout le programme annoncé, voilà qui devrait freiner les ardeurs de certains ne nos supers communicateurs professionnels. Question annexe : combien d’« énarques » signeraient des deux mains en bas de page ??


                            • denzo (---.---.150.51) 25 juin 2006 11:13

                              Oui, c’est le propre des nantis ! La France à le Syndrôme de la Paralysie : Elle voudrait rester figée en « l’état » ... Mais au 21ième siècle cela est impossible : La Planète s’est rétrécie .... A ne pas vouloir accepter ce fait, tous nos acquis « tomberont » les uns après les autres et sans rien d’autre en contre-partie ! Les Français veulent que ça change sans effort, sans participation, sans remise en cause individuelle, sans flexibilité. D’ailleurs la Politique n’en n’est qu’un reflet : Les Politiques ne veulent plus nous proposer des projets pour remettre la France sur les rails faute de perdre les élections. Alors ils nous proposent un projet issu des sondages sur ce que Plébicitent les Français ( A savoir toujours plus !) . Rassembler : Mais sur Quoi ? Pour quel Avenir pour La France, les Français ? Pour quel Projet : Un projet qui laisse un statut Quo ? Il est temps que la France prenne en route le train de la Mondialisation et la combatte sur ses armes : La Conquète, et non pas en la rejettant ou bien en miroitant aux Français des chimères. La seule façon que nous ayons d’imposer notre vision aux autres est d’abord de prendre le « pouvoir » c’est à dire d’être les premeirs en économie, R&D puis politique car YAKAFAUTKON n’interresse personne !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès