Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Les ministres fantômes du gouvernement Ayrault

Les ministres fantômes du gouvernement Ayrault

La semaine dernière, les médias ont donné la parole à deux personnalités politiques appelées à s’exprimer sur un évènement d’actualité : Hélène Conway-Mouret et George Pau-Langevin. Mais qui sont ces femmes ? Combien de Français savent qu’elles sont membres du gouvernement ? 

Il faut se rendre à l’évidence : déjà inconnue de nos compatriotes lorsqu’elle était sénatrice des Français de l’étranger, Hélène Conway-Mouret est restée confinée dans l’anonymat depuis l’annonce de son entrée dans le gouvernement Ayrault le 21 juin 2012. Qui est cette femme ? Tout simplement la ministre déléguée chargée des Français de l’étranger. Eh oui, chers compatriotes, ce poste existe bel et bien dans l’organigramme pléthorique d’un gouvernement nettement plus constitué pour accueillir les représentants des différents courants du PS et des partis alliés que pour sortir la France de l’ornière socioéconomique dans laquelle elle est plongée par les effets cumulés d’une crise interminable et les gabegies imputables au millefeuille administratif et aux pratiques clientélistes.

À quoi sert Hélène Conway-Mouret ? À rien qui ne puisse être pris en charge par les équipes de son ministre de tutelle. Et si elle a vu quelques micros se tendre furtivement vers elle à l’occasion de l’enlèvement récent d’un prêtre aux confins du Cameroun et du Nigeria, ce n’est pas à son aura de ministre qu’elle a dû cette soudaine attention, mais au mutisme sur cette affaire d’un Laurent Fabius nettement plus motivé par les équilibres géopolitiques du proche orient et le dossier sensible du nucléaire iranien.

Quelques jours plus tôt, c’est une autre femme qui s’était exprimée dans les médias, George Pau-Langevin. Une femme intelligente, mais seulement connue d’une minorité de Parisiens pour avoir convaincu Bertrand Delanoë de remplacer le nom de Richepanse par celui de Chevalier-de-Saint-George dans une rue du 1er arrondissement de la capitale. Il faut dire que le premier, un général brutal nommé par Napoléon, avait été l’artisan du rétablissement de l’esclavage aux Antilles en 1802 tandis que le second, compositeur de grand talent et escrimeur émérite, s’était en outre illustré comme le premier officier noir des armées de la nation française. Une cause juste, mais dont l’importance en période de crise paraît pour le moins ténue.

Saint-George était noir, comme George Pau-Langevin. Et ce n’est pas au titre de sa fonction de ministre déléguée auprès du ministre de l'Éducation nationale, chargée de la Réussite éducative, que l’on a entendu la guadeloupéenne, mais à celui de personne de couleur membre du gouvernement, venue soutenir Christiane Taubira, victime comme chacun sait de scandaleuses attaques racistes venues de l’extrême-droite et de la frange la plus intolérante de la droite républicaine. Mais au fait, à quoi sert ce ministère délégué, et quid de cette « réussite éducative » ? Sauf erreur de ma part, seul Vincent Peillon s’exprime sur ces sujets, George Pau-Langevin étant de facto réduite à astiquer son maroquin dans la plus grande discrétion.

Autre étoile de grande magnitude politique : Yamina Benguigui. Femme de cinéma et de média – et accessoirement gravure de mode –, la ministre déléguée à la Francophonie brille beaucoup plus par ses interventions mondaines que par une quelconque utilité dans le dispositif gouvernemental pour garder à notre pays un peu de son influence intellectuelle et culturelle passée. N’étant pas représentative d’un courant du PS, c’est évidemment au titre des « minorités visibles », concept hérité du sarkozysme, que cette fille de parents algériens doit ce maroquin si emblématique sur le papier du « rayonnement de la France » mais si peu efficace dans les faits. Soyons justes, Yamina Benguigui n’est pas absente pour autant des médias : on la voit beaucoup au Festival de Cannes !

Avec Anne-Marie Escoffier, c’est à un autre ectoplasme du gouvernement que l’on a affaire. Après avoir été ministre de la Justice, sa patronne, la morlaisienne Marylise Lebranchu, fait preuve d’une grande discrétion dans l’exercice de son ministère. Ce n’est évidemment pas pour lâcher la bride à sa ministre déléguée chargée de la Décentralisation, cette brave sénatrice aveyronnaise dont le seul mérite est d’être étiquetée Radicale de Gauche. Un maroquin tient parfois à peu de chose. Par chance pour elle, il est un média qui s’intéresse à ses confidentielles activités : La Dépêche du Midi. Et n’allez surtout pas croire que cet intérêt soit lié au fait que le patron de ce quotidien se nomme Jean-Michel Baylet, par ailleurs président du PRG.

 

Des fantômes des deux sexes

Rassurez-vous, mesdames, il n’y a pas que des femmes parmi les fantômes du gouvernement. Qui peut citer une action ou une intervention remarquée de Kader Arif, notre estimé ministre délégué aux Anciens combattants, réduit la plupart du temps à des commémorations et des prises d’armes en compagnie de papys décorés ? Ou de Guillaume Garot, transparent ministre délégué à l’Agroalimentaire, soigneusement maintenu dans l’ombre par son ministre de tutelle, le vibrionnant Stéphane Le Foll. Tout aussi transparents, le Savoyard Thierry Repentin et le natif d’Arras – comme l’ami Bidasse – Pascal Canfin, deux « collaborateurs » de Laurent Fabius, l’un ministre délégué chargé des Affaires européennes, l’autre ministre délégué chargé du Développement, aucun des deux n’ayant jusque-là réussi à se faire connaître des Français dans le cadre de leur action gouvernementale.

Encore ne parle-t-on là, par pure charité judéo-chrétienne, que de ministres délégués et pas des ministres à part entière. Qui connaît par exemple le rôle essentiel que joue pour notre pays Sylvia Pinel, la ministre de l’Artisanat, du Commerce et du Tourisme ? L’ex maire de New York Rudolph Giuliani avait inventé la « tolérance zéro » en matière de sécurité ; Sylvia Pinel a, quant à elle, inventé l’« action zéro » en politique. Mais l’objectif a été atteint : il fallait impérativement, pour préserver les équilibres dans le plat gouvernemental mijoté à la sauce hollandaise, une ministre PRG. Ce rôle est échu à l’inconsistante mais néanmoins sympathique Sylvia Pinel. Pourquoi elle ? Pour une raison simple : Jean-Michel Baylet n’ayant pas souhaité entrer au gouvernement pour y assumer un rôle de second plan, c’est son ex-directrice de cabinet qu’il a choisi de propulser sur la photo de famille. Et c’est ainsi que la native de L’Union (Haute-Garonne) a été récompensée pour son rôle au sein de l’Alliance de gauche PS-PRG-EELV !

Quant à Victorin Lurel, guadeloupéen comme George-Pau Langevin, c’est à la fois au titre de représentant des « minorités visibles » et à la volonté de brosser dans le sens du poil les électeurs de nos lointains départements et territoires, qu’il a dû son maroquin de ministre des Outre-Mer. Avait-on besoin d’un tel portefeuille, à l’évidence plus symbolique que réellement utile, au sein d’une république dont tous les départements sont censés être traités sur un pied d’égalité ? Certainement pas. Et ce n’est pas le passage à ce poste, lors du précédent quinquennat, de la baroque Marie-Luce Penchard qui est de nature à convaincre du contraire.

Avec 20 ministres et 17 ministres délégués depuis l’éviction de Delphine Batho, le gouvernement compte 37 membres dont la plupart sont des zombies n’apportant pas une once de plus-value à la conduite des affaires du pays. Plus fort que Nicolas Sarkozy et François Fillon, pourtant déjà à la tête d’un exécutif pléthorique ! Manifestement, le changement n’était pas « pour maintenant » lorsqu’été composé cet effectif.

À cet égard, il est intéressant de regarder ce qui se passe en Europe. Or, nulle part, sauf dans la pittoresque Italie, un grand pays ne compte autant de membres dans son gouvernement. Avec 13 ministres en Espagne et 15 en Allemagne, nos voisins montrent que l’on peut gérer une grande nation sans sombrer dans le ridicule. Même le Royaume-Uni avec ses 25 ministres et secrétaires d’État fait beaucoup mieux que nous en la matière, et cela d’autant plus que 3 d’entre eux sont affectés aux relations particulières avec le Pays de Galles, l’Écosse et l’Irlande du Nord.

Malgré ses difficultés et en dépit de la nécessité de reprendre la main pour ne pas être totalement « démonétisé », François Hollande n’a pas intérêt à remanier le gouvernement dans les prochaines semaines. Si tel était le cas, il prendrait en effet le risque de se priver d’un levier politique qui pourrait devenir indispensable après la double séquence électorale du printemps 2014 en cas d’échecs cuisants aux Municipales et aux Européennes. Mais que le président de la République décide ce remaniement maintenant ou après ces scrutins électoraux ne change rien à cette évidence : il devra mettre sur pied un gouvernement beaucoup plus resserré – pas plus de 20 ministres et ministres délégués – s’il ne veut pas, d’emblée, plomber l’avenir de cette nouvelle équipe gouvernementale en reproduisant les minables petits calculs politiciens du passé. Les fantômes ont leur place dans les manoirs hantés, pas au cœur de l’exécutif d’un pays confronté à de telles difficultés économiques et sociales !

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (40 votes)




Réagissez à l'article

134 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 20 novembre 2013 11:08

    39 Ministres afin qu’on évite d’appeler Flamby Ali Baba !!

    on peut en diviser le nombre au moins par deux , vu qu’ils ne servent à rien et que dans un régime présidentiel où le président continue à faire comme son prédecesseur malgré les moi Président, ils n’ont aucune chance de briller !

    Voir Flamby s’exprimer sur le tireur fou en lieu et place de son ministre de l’intérieur en est l’illustration !

    une palme spéciale à notre ministre de la Francophonie qui s’exprime vraiment laborieusement dans la langue de Voltaire ....


    • Fergus Fergus 20 novembre 2013 11:38

      Bonjour, Le Chat.

      Diviser par deux, c’est le minimum, en effet.

      Pour ce qui est de Hollande et Valls, le cas est un peu spécial, le Président et son Premier ministre étant plombés dans les sondages alors que Valls caracole à des niveaux élevés de popularité. D’où la nécessité pour eux, de tirer de temps à autre la couverture en imposant silence à Valls pour éviter que celui-ci ne continue à leur faire trop d’ombre. Ce faisant, il arrive que les duettistes sortent de leur rôle. Le résultat en est encore plus de confusion.


    • appoline appoline 21 novembre 2013 19:42

      Comme quoi le nombre de ministres n’est pas synonyme de qualité et de compétence. Vous avez raison le chat, moitié moins suffirait amplement et surtout reviendrait beaucoup moins cher au pays. Quand je vois le chef de l’état ou son premier ministre ou même un ministre se déplacer pour des peccadilles, j’ai envie de leur dire : honte à vous de piller ainsi la France, honte à vous bande d’incompétents qui ne respectez même pas les citoyens qui se saignent pour payer leurs impôts. 


    • Fergus Fergus 21 novembre 2013 22:35

      Bonsoir, Appoline.

      Encore faut-il tempérer nos réactions, certains déplacements futiles en apparence pouvant avoir une portée symbolique ou une importance bien réelle pour une partie de la population.


    • alberto alberto 20 novembre 2013 11:19

      Salut Fergus :

      Remarquable article pour un constat implacable !

      Au nom de la parité et du renvoi d’assesseur aux petit(e)s copain(e)s F.H. a donc créé de toutes pièces ces ministères des portes et fenêtre et autres lambris et parquets... 

      Mais vrai aussi, que nos finances le permettent, ne roule-t-on pas sur l’or ?

      Dérive monarchique doublée d’une indécence aveugle venant d’un homme autoproclamé de gôôôche !!!

      Et 51% des français qui ont voté pour lui pris pour des couillons...

      L’Histoire jugera s’il devra, ou non, rejoindre comme nombreux de ces prédécesseurs la galerie des bouffons ou celle des renégats ?

      Bien à toi


      • Fergus Fergus 20 novembre 2013 11:49

        Salut, Alberto.

        Je n’ai pas grand mérite, la réalité de cette vacuité du rôle de ces ministres fantômes étant elle-même implacable.

        Même très marginal, le coût de ces ministères bidons (locaux, cabinets, collaborateurs, etc.) n’en est pas moins insupportable en période de crise et de grande difficulté économique pour plusieurs millions de nos compatriotes.

        Tu écris « L’Histoire jugera s’il devra, ou non, rejoindre comme nombreux de ces prédécesseurs la galerie des bouffons ou celle des renégats ? »

        Disons que Hollande va jouer sans dernière cartouche de crédibilité avec la réforme de la fiscalité. Soit il joue le jeu et remet de la simplification et de la justice dans le maquis fiscal, auquel cas il pourra se flatter d’avoir mené à bien l’une des plus difficiles réformes de la Ve ; soit il n’envisage que des mesures cosmétiques et tente, par ce biais, d’enfumer les Français, et il aura droit, à juste raison, au goudron et aux plumes. A suivre... Mais entre nous, je ne suis que très modérément optimiste.

        Bonne journée.


      • Fergus Fergus 20 novembre 2013 11:53

        Bonjour, Lyacon.

        Il y a de nombreux ministres de plein exercice qui fournissent un gros travail. Selon notre sensibilité politique, on peut ne pas être d’accord avec leur action, voire être résolument hostile à certaines mesures, mais on ne peut les accuser d’oisiveté. Cela, c’est la conséquence de l’alternance du pouvoir.


      • Fergus Fergus 20 novembre 2013 12:20

        @ Lyacon.

        OK ! Le fait est que j’aurais pu également parler de Mmes Bertinotti et Carlotti, par exemple, dont les rares actions médiatisées ne brillent pas par l’efficacité quand elles ne sont pas à côté de la plaque (cf. Aide sociale à l’enfance : revers pour le gouvernement). Mais ces deux-là ne sont pas totalement des ectoplasmes, même si je pense que leurs attributions devraient être regroupées dans le portefeuille de leur ministre de tutelle.

        Bonne journée.


      • spartacus spartacus 20 novembre 2013 12:10

        Mais non ils agissent dans l’ombre pour imposer leurs visions BOLCHEVIQUES.

        Que des propositions d’entraves aux libertés d’entreprendre, de menaces, terrorisme des entrepreneurs et entreprises privées et matraquage des entreprises et entrepreneurs.

        Sans rigoler avec 3 exemples au hazard et dans l’ordre de l’article : Rien n’est inventé !

        Helen conway mouret : 3 étoiles bolchéviques
        Exemple : proposition de loi relative à l’égalité salariale : objectif Bolchevique :  sanctionner les entreprises et les entrepreneurs de lourdes amandes. 

        George Pau-Langevin :  3 étoiles bolchéviques
        Exemple : proposition de loi contre les discriminations : objectif Bolchevique : sanctionner les entreprises et les entrepreneurs de lourdes amandes. 
        Anne-Marie Escoffie 3 étoiles bolchéviques
        Proposition de loi visant à mieux garantir le droit à la vie privée.  objectif Bolchevique : sanctionner les entreprises et les entrepreneurs de lourdes amandes.  

        Tous oeuvrent pour la destruction des entreprises privées, les alourdir de taxes, de contraintes, de bureaucratie et de sanctions. Tous oeuvrent pour la fin des libertés individuelles et pour un étatisme forcené.

        Bienvenue en France dernier pays du soviétisme étatisme.

        • Fergus Fergus 20 novembre 2013 12:25

          Bonjour, Spartacus.

          Je constate que vous êtes en pleine forme. Cependant, n’avez-vous pas, de temps à autre, l’impression d’être un tantinet excessif dans vos commentaires ? Si je vous dis cela, c’est par sympathie pour votre opiniâtreté à voir des bolcheviques partout et à dénoncer la résurgence dans notre pays de soviets assoiffés du sang des patrons. Hélas ! tant d’excès nuisent, je le crains, à votre démonstration. J’en suis sincèrement désolé !


        • spartacus spartacus 20 novembre 2013 18:12

          Vous imaginez que je suis excessif ?


          Je vous avait prévu l’inacceptation du CICE déja il y a 1 an. Vous me trouviez excessif. 

          Je vous avait prévu l’inacceptation de l’impôt et les recettes fiscales de chaque impôt seraient en diminution ; Nous le savions maintenant. Vous me trouviez excessif. 

          Je vous avait prévu les pénuries au Venezuéla iraient de pire en pire, l’arrivée de l’armée dans les magasins, l’inflation ubuesque et des pouvoirs autocratiques accentués pour le dirigeant Vénézuélien. C’est en train de se produire. Vous me trouviez excessif. 

          Chaque semaine son lot de contraintes bureaucratiques et harcèlements d’entreprises et entrepreneur. 

          L’argent du risque ou du challenge est maintenant imposé au même niveau que celui des protégés de la nomenklatura étatique...Soviétisme.

          L’exil de masse est en train de s’amplifier. Peut être êtes vous dans des milieux protégés ou vous ne le voyez pas ?

          Comme en URSS, les talents qui fuient l’imposition coercitive sans droit à la parole sont traités de « traitres » ou« minables » comme on en URSS on a traité Soljenitsyne quand il est parti. 

          La liberté des prix n’existe plus dans les loyers. Dans le transport de livres. Demain dans les supermarchés ?

          Cette semaine nous avons le Hamon Bolchevique. 6 étoiles Bolcheviques !

          Il nous a réinventé le KOLKOSE soviétique. 

          Le Kolkose (SCOOPS) imposé par la force coercitive de l’état, il attente discrètement à la liberté de vendre son entreprise.

          Beau bordel bureaucratique en perspectives. Le patron sera « obligé » notez le mot « obligé » de proposer a ses salariés son entreprise et sera "obligé d’attendre 2 mois la réponse. Dans le genre destruction de masse on fait pas meilleur mortier explosif Bolcheviste. Une bonne destruction de PME qui va rendre la France dans une situation post soviétique.

          NON. Nous avons le gouvernement le plus réactionnaire, doctrinaire et bolchevique que nous n’avons jamais eu. 
          Même Jospin ou Mitterrand n’étaient pas si débiles gauchistes !

          Je suis sur le terrain de l’entreprise, et je vous le confirme. La liberté est en danger.

        • Gauche Normale Gauche Normale 20 novembre 2013 19:24

          @spartacus

          Que d’hallucinations quand on sait que ce gouvernement ne remettra jamais en cause l’UE et ses traités anti-ouvriers.
          Au fait, ça fait un an que vous ne nous parlez plus de votre Cameron adoré. Alors tout y va pour le mieux, au RU ? Les investisseurs vont bien ? Les pauvres riches ne sont pas spoliés ? Je suppose que c’est le plein-emploi là-bas... Non ? ah mais oui, c’est la faute aux bolcheviques.
          Sinon, merci de reconnaître que Mitterrand et Jospin n’était pas gauchistes : le premier a stabilisé l’inflation honnie des libéraux et le deuxième a privatisé à tour de bras. Il n’y a plus d’argent dans les caisses parraît-il.

        • Fergus Fergus 20 novembre 2013 19:28

          @ Spartacus.

          Je ne prétends pas qu’il n’y a pas eu d’initiatives malheureuses ou contreproductives, et vous avez raison d’en souligner certaines. Mais de la manière que « trop d’impôts tue l’impôt », trop de critiques excessives tuent la critique et la rendent inaudible.

          Bonne soirée.


        • spartacus spartacus 20 novembre 2013 21:12

          @gauche normale

          Au contraire parlons de l’Angleterre !
          Elle va de mieux en mieux. 

          Cameron a au moins les connaissances minimales en économie que les Enarques fonctionnarisés n’ont pas. Il a au moins lu Schumpeter.

          Toute hausse du poids de l’Etat dans l’économie déclenche une hausse du taux de chômage environ deux ans après.

          Le contraire étant également vrai, Cameron réussit a faire baisser le chômage là ou Hollande ne réussira jamais. En 2014 en Angleterre, il devrait passer en dessous des 7%. 

          Pourquoi ? Tout simplement parce que la croissance économique ne dépend que d’une chose et d’une seule, la « Création destructrice » (Schumpeter). Or, il n’y a JAMAIS de destruction dans un système Etatique. Donc plus le poids de l’Etat monte, et plus le pays se met à ressembler à l’ex URSS et c’est bien sur ce qui est en train d’arriver à la France.


          Terroriser sur les entreprises, les riches et les créateurs de richesses n’est pas à l’ordre du jour.

          Les dépenses étatiques représentent toujours un COÛT pour le secteur privé, quand les coûts augmentent, la rentabilité des affaires diminue, quand la rentabilité diminue, la croissance ralentit et le chômage augmente. 

          L’embauche d’un fonctionnaire déclenche en général la mise au chômage de deux travailleurs du secteur privé. 
          L’embauche d’un fonctionnaire, et ce que l’on ne voit pas, la mise à pied de deux innocents.

        • spartacus spartacus 20 novembre 2013 21:59

          En Angleterre la demande dans South Kensington quartier Français explose. 


          La taxe a 75% pas encore en place en France, rapporte déjà beaucoup d’argent avec les entrepreneurs Français exilés du collectivisme Français. 
          Cameron remercie Hollande de lui envoyer les entrepreneurs et entrerises Françaises. 

          Tous les jours les Bolcheviques Français y envoient les talent et les centres de créations de richesse et les emplois que les Français n’auront plus.

          Les gauchistes, doctrinairement préfèrent partager le chômage, que de savoir qu’il puisse exister des gens plus riches que eux qui pourraient leur offrir du travail. 

        • A. Nonyme A. Nonyme 20 novembre 2013 22:57

          Les socialistes ont réussi l’exploit exceptionnel d’augmenter massivement les impôts pour avoir moins de rentrées fiscales. Y sont trop forts !


        • Fergus Fergus 20 novembre 2013 23:20

          @ Spartacus.

          « il n’y a JAMAIS de destruction dans un système Etatique. Donc plus le poids de l’Etat monte, et plus le pays se met à ressembler à l’ex URSS et c’est bien sur ce qui est en train d’arriver à la France. »

          Nous ne devons manifestement pas vivre dans le même pays. La France de Hollande n’a rien d’un système étatique. Tout au plus finance-t-elle quelques dizaines de milliers d’emplois aidés comme l’a fait auparavant la droite après avoir beaucoup décrié ce type d’emplois. Pour le reste, le pouvoir est au contraire trop démuni pour jouer un rôle efficace sur le marché du travail.

          Bonne nuit.


        • Gauche Normale Gauche Normale 20 novembre 2013 23:26

          @spartacus

          Elle va de mieux en mieux.
          Pfffffff ha ha ha. smiley
          Mais mon pauvre rêveur, le Royaume-Uni est touché de plein fouet par le même chômage de masse que nous !
          Cameron a au moins les connaissances minimales en économie que les Enarques fonctionnarisés n’ont pas. Il a au moins lu Schumpeter.
          C’est sûr que si il fait les mêmes raccourcis contre-nature du genre « impôt=URSS », c’est pas gagné. En fait c’est plus subtil. Là-bas l’ENA s’appelle Eton et bon nombre de politiciens sont passés par cette école payante, à commencer par Cameron mais aussi le maire de Londres.
          Toute hausse du poids de l’Etat dans l’économie déclenche une hausse du taux de chômage environ deux ans après.
          L’État n’a pas de « poids » lorsqu’il ponctionne pour financer les services publiques puisque cela revient de facto à faire redescendre l’argent sur la société. Bien entendu ce panier est de plus en plus percé sous la pression des lobbys qui sévisent depuis les 1980s (on peut dire merci à Jean-Charles Naouri, Michel Camdessus, l’UE...). Payer des impôts, c’est toujours mieux que d’alimenter des bulles virtuelles avec les dividendes.
          il devrait passer en dessous des 7%.
          Suupeeer. Déjà, 7% c’est énorme d’autant plus que ce chiffre qui ne prend pas en compte la précarité des travailleurs a été bidouillé par les conservateurs de 79 à 97. Les jeunes doivent accepter n’importe quel emploi mal payé sous peine qu’on leur coupe les vivres.
          Terroriser sur les entreprises, les riches et les créateurs de richesses n’est pas à l’ordre du jour.
          On voit bien quelles sont les catégories que vous défendez. Rien à faire des autres. Voici comment Cameron mattraque les plus faibles (facile, hein) :
          Les dépenses étatiques représentent toujours un COÛT pour le secteur privé
          Oh le pauvre, obligé de payer pour des services publics dont il se sert ! Pourtant, il faut bien l’admettre : les fonctionnaires ont amorti le choc en 2008. Comme les impôts rentraient et qu’ils avaient la sécurité de l’emploi, ils ont consommé et donc sauvé quelques emplois. C’est autre chose qu’en Grèce ou en Espagne, où l’État-Providence est des plus faibles d’Europe.
          L’embauche d’un fonctionnaire, et ce que l’on ne voit pas, la mise à pied de deux innocents
          Et les nouveaux esclaves de Cameron, ça fait de la concurence à combien de travailleurs innocents ?

          Bref, vous vous réjouissez qu’un austéritaire rétablisse l’esclavage contre le chômage, que les entreprises aient retrouvé la voie du profit (là je veux bien vous croire) tout en sacrifiant la vie de centaines de milliers de travailleurs, que les inégalités se soient accrues, qu’il faile être riche pour faire de bonnes études... En France, le filet social est plus épais mais ça ne devrait plus durer avec les directives de Bruxelles et le marché Transatlantique. Vous allez adorer.

        • Gauche Normale Gauche Normale 20 novembre 2013 23:29

          Si la France est un pays collectiviste, alors les étudiants du monde entier doivent adorer le collectivisme :


        • Fergus Fergus 21 novembre 2013 09:24

          Bonjour, Gauche normale.

          Merci de rétablir la vérité sur la situation socioéconomique du Royaume-Uni. J’ajoute à cela que ce pays qui met en avant les baisses d’impôts et se vante d’une pression fiscale bien moindre que celle de la France est caractérisé par des dépenses contraintes au moins égales, voire plus élevées que dans notre pays. Pourquoi ? Parce que la prise en charge publique y est largement transférée sur la dépense privée en matière de santé et d’éducation, pour ne parler que de ces domaines. Mais au final, le citoyen britannique n’est pas gagnant, contrairement à ce que claironnent les chantres du libéralisme.


        • spartacus spartacus 21 novembre 2013 11:17

          Mais de quelles informations ubuesques vivez vous ???

          Vos réponses sont iniques de malhonnêteté, tellement vous avez honte de sortir les chiffres.

          @gauche normale
          Allons le 1er lobby loin devant tous les autres est celui des obligés de ce même état.
          L’argent de l’état ne redescend vers les besoins naturels, il est donc moins porteur d’efficacité. 

          Le chômage est descendu à 7% sur une base de départ à 11%En rythme annuel, la croissance britannique est actuellement de 1,3 % et prévue à 1.8% en 2014.

          Le système d’allocation pour les chômeurs de longue durée n’est pas fiancé par l’assurance mais par l’état. D’assurance cela se transforme en rente. Demander à travailler pour percevoir une rente est donc bien plus moral que vos balivernes de fausses compassion qui ne sont que des encouragement à la servitude rentière.

          Les stages pour chômeurs sont une bonne manière d’intégrer socialement les gens. La demande est au travail, pas à être assisté de subventions et sous dépendance étatiste, ne vous en déplaise à votre vision doctrinaire et passéiste. 

          Même socialement Cameron met KO Hollande ! 
          Il dirige le pays vers une aide sociale unique et automatisée le Welfare Reform Act 2012Un crédit universel va remplacer toutes les allocations. Finit les cumuls multiples, les copinages et les inégalités de redistribution clientélistes. Plafonnées, elles éviteront de servir de rente à ceux qui s’en contentent.

          Oui la baisse du chômage est plus sociale que n’importe laquelle de vos idées. Les vôtres ne créent que 100% de la servitude à l’état. Seule la baisse du chômage entraîne la liberté la liberté individuelle et l’autonomie et libère de la dépendance.

          En cette période, les perspectives sont meilleures en Angleterre qu’en France, et en plus ils ont le handicap géographique d’être une île. 

        • Le421 Le421 21 novembre 2013 13:55

          Ben voyons !! La technique qui consiste à casser le thermomêtre pour faire partir la fièvre, on connaît.
          Genre, en Allemagne, on fait baisser le chômage avec des emplois à 45€/mois. Le type n’est plus chômeur. Et puis, si il refuse, on le radie.
          Simple et efficace. Et complètement con. Point.

          Au fait, l’hexagone, c’est la France, avec un grand « F ». Tant pis si ça vous déplaît, mais nos méthodes, elle doivent venir de nous-mêmes, pas des british ou des schpountz. C’est tout.

          Ceci dit, à lire certaines personnes, je doute qu’en parlant comme ça on trouve des solutions efficaces à court terme...Vu le niveau !!  smiley


        • Gauche Normale Gauche Normale 21 novembre 2013 14:09

          Merci Fergus. Effectivement, j’ai oublié de parler de l’arnaque de la dette privée.

          @ Spartacus
          Vous n’avez rien d’autre à me répondre que du mépris. Faire travailler les chômeurs est une absurdité : de quoi devrait-il s’excuser ? Le chômage n’est pas un choix et celui qui le subit a cotisé lorsqu’il travaillait. Votre apologie du travail mal payé rejoint beaucoup la devise « Arbeit macht frei » dont parlait Hugos. Dans les années 30, il n’y avait pas d’indemnisation : celui qui perdait son emploi devenait automatiquement pauvre. Aujourd’hui un chômeur, smicard, salarié (etc) dépense 100% de ce qu’il reçoit, là où il faut supplier un repreneur de bien vouloir sauver quelques emplois avant qu’il se barre de toute manière. Ce grand social de Cameron a multiplié le « contrat zéro heure ».Traduction : zéro droit pour le travailleur. Par exemple, si il refuse de faire des heures sup’, c’est la porte. C’est pas pour rien qu’il y a eu une grève contre ça : http://www.nouvellesdumonde.net/premier-foods-evite-troisieme-semaine-de-greve-a-wigan-usine-hovis/

        • spartacus spartacus 21 novembre 2013 14:10

          En fait de chez nous que voulez que sorte quelque chose de 75% d’élus fonctionnaires pour les chômeurs ?


          Ils ne s’arrangent que pour s’auto-privilégier sur le compte des autres. Le chômage, l’entreprise, les coûts ils s’en tapent, ils ne sont pas concernés.
          Par contre les impôts ils ont bien intellectualisé que ça servait a payer leurs privilèges alors là ils tous les jours de nouvelles idées....

          Il ne sortira rien des privilégiés de l’état. Absolument rien !



        • Gauche Normale Gauche Normale 21 novembre 2013 18:10

          Les fonctionnaires sont un lobby ? Pas très terrifiant pour le gouvernement alors, car ça fait des années que le salaire est gelé ! Les présenter comme des privilégiés est indécent. On attend toujours qu’il s’en prenne aux multinationales fraudeuses, qu’il démantèle le lobby pharmaceutique ou le lobby du tabac. Mais je suis bien d’accord avec vous à propos des élus privilégiés : on pourrait faire pas mal d’économies.


        • Fergus Fergus 21 novembre 2013 19:00

          @ Gauche normale.

          Entièrement d’accord avec votre dernier commentaire. Rappelons également que si les fonctionnaires gagnent légèrement plus que les salariés du privé, c’est en raison du haut niveau de qualification requis pour une forte proportion des emplois de la fonction publique, notamment dans l’éducation et la santé.

          Bonne soirée.


        • appoline appoline 21 novembre 2013 19:45

          C’est pourtant vrai, ils voudraient foutre les petits entreprises en l’air qu’ils ne s’y prendraient pas différemment


        • spartacus spartacus 22 novembre 2013 09:49

          Les fonctionnaires gagnent mois ?

          Vous prenez les gens pour des cons ! Commencez par annoncer vos salaires réels cotisations incluses.

          Pas des privilégiés ?

          Lorsqu’un employeur privé lambda débourse un peu plus de 15% pour son salarié pour abonder à sa caisse de retraite, l’État se fend d’un montant proportionnellement entre 3 et 8 fois supérieur.


          Donnez donc vos salaires complets qu’on se marre !

        • Fergus Fergus 22 novembre 2013 10:32

          Bonjour, Spartacus.

          Quelques chiffres (source L’Expansion) sur le salaire médian net annuel :

          - 34 920 euros pour un non salarié

          - 29 110 euros pour un fonctionnaire d’état (y compris les enseignants, tous à statut cadre)

          - 25 550 euros pour un fonctionnaire territorial

          - 25 020 euros pour un salarié du privé (dont une forte proportion d’ouvriers et employés non ou peu qualifiés)

          Bonne journée.

           


        • spartacus spartacus 22 novembre 2013 12:18

          Toujours des références ubuesques basées sur l’ignorance (volontaire ou pas) de la réalité payée par l’employeur....

          Un salaire s’analyse sur un salaire complet. C’est a dire charges sociales incluses.
          Les fonctionnaires bénéficient d’un « salaire caché » dans les charges sociales.

          Ce qui veut dire sur votre exemple que le « vrai salaire » ou "salaire complet est celui ci :

          Pour 29 110 euros net le salaire complet du fonctionnaire est de 93152€ en salaire complet .

          25 550 euros pour un fonctionnaire territorial soit 81560€ en salaire complet (prof).

          25 020 euros pour un salarié du privé soit 52542€ en salaire complet


        • Fergus Fergus 22 novembre 2013 13:19

          @ Spartacus.

          Je n’arrive pas à mettre la main sur vos chiffres salaires + charges de la fonction publique d’état et territoriales, et je manque de temps pour poursuivre mes recherches (Peut-être avez-vous un lien ?). Cela dit, il est normal qu’il y ait une différence, la retraite complémentaire étant prise en compte dans la fonction publique et les services publics.


        • Gauche Normale Gauche Normale 22 novembre 2013 13:37

          Je relève deux phrases :
          -l’une de Fergus « les fonctionnaires gagnent légèrement plus que les salariés du privé »
          -l’autre de Spartacus, qui répond « les fonctionnaires gagnent moins ? »

          Comment voulez-vous prendre au sérieux quelqu’un qui répond sur une autre affirmation et donc à côté de la plaque...


        • Bulgroz 22 novembre 2013 13:50

          " n’avez-vous pas, de temps à autre, l’impression d’être un tantinet excessif dans vos commentaires ?Hélas ! tant d’excès nuisent, je le crains, à votre démonstration. J’en suis sincèrement désolé  !" dit Fergus à spartacus.

          Comme il a raison le Fergus, il faut être tempéré, mais au fait, Fergus, ? Fergus ? ce nom me dit quelquechose. Ah oui, c’est lui qui a publié le 29 Février 2012 sous la photo d’un Sarkozy avec un nez de Pinochio « Petit abécédaire de Sarkozy »

          Extraits de l’antisarkisme tempéré à la Fergus qui donne des leçons.

          Tapie : ami de Sarkozy, bénéficiaire, sur instruction du président et avec la complicité de Lagarde, d’une indemnisation extravagante dont 40 millions d’euros (plus de 3000 ans de Smic) au titre du seul... préjudice moral. / Talonnettes : accessoires destinés à rehausser la taille d’un individu ; n’existe malheureusement pas en politique où les nains restent des nains. / Toison d’Or : souvenir ramené d’Espagne par Sarkozy pour amuser Giulia. / Tics : vont de pair chez Sarkozy avec Toc comme la politique qu’il conduit. / Train : moyen de transport imprégné d’une odeur de transpiration prolétaire, à ne prendre qu’une fois en période électorale.

          Connards : tous ceux qui entourent Sarkozy.
          Carla la Collectionneuse : après avoir épinglé de très nombreux mâles du show-biz et de la Jet Set, il lui manquait un président. Question : acceptera-t-elle de rester au côté d’un « loser » ? /
          Débiles : tous ceux qui entourent Sarkozy.
          Abrutis : tous ceux qui entourent Sarkozy

          etc, etc.....

          De la fine dentelle donc, le fergus, et il peut donner des leçons.

          http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/petit-abecedaire-de-sarkozy-111440


        • spartacus spartacus 22 novembre 2013 15:20

          Cela dit, il est « normal qu’il y ait une différence ».


          Hélas non ce n’est pas « normal ». C’’est simplement des droits sociaux différenciées majeurs !
          Et s’il n’y avait que la retraite, idem chômage, idem santé, idem temps de travail, idem avantages sociaux idem idem idem.
          Il n’y aucune normalité MAIS BIEN UNE IMMORALITE que l’état prenne en charges le social que dans le privé. Le seul étant de créer des revenus cachés et corporatiste honteux.




        • Fergus Fergus 22 novembre 2013 16:26

          Bonjour, Bulgroz.

          Mis à part un ou deux jugements de valeur sur la politique de Sarkozy, et quelques clins d’oeils amusés, tout le reste de cet abécédaire est basé sur des faits indiscutables. Y compris évidemment les insultes récurrentes que l’ex-président a eu l’occasion d’adresser un peu à tout ce qui constitue la société française, hormis lui-même.

          Merci d’avoir mis un lien sur cet article que j’avais oublié. Si c’était à refaire, il va de soi que je le rédigerais sans doute à l’identique. Encore que... je pourrais y ajouter les amis de Sarkozy mis depuis en examen ou en passe de l’être dans divers dossiers. 

          Mon commentaire à Spartacus portait sur le bolchévisme. Peut-être voyez-vous également des bolcheviques partout...


        • Fergus Fergus 22 novembre 2013 16:35

          @ Spartacus.

          Sans doute ne l’aviez-vous pas lu, mais en matière d’avantages comparés entre public et privé, j’ai raconté à deux reprises ce qui s’était passé dans un grand service public de transport où la Directrice des RH nouvellement nommé (en provenance du privé) avait entrepris de faire table rase d’un certain nombres d’avantages excessifs à ses yeux. Encore lui fallait-il des arguments solides pour affronter les élus du CE.

          Cette brave femme a donc commandé à un cabinet d’audit indépendant une étude comparative portant sur l’ensemble des avantages du personnel dans 10 boîtes, moitié publiques, moitié privées. Lorsque le rapport est arrivé, l’entreprise que cette brave DRH voulait assainir était classée dans la 2e moitié de la liste et les premières places étaient trustées par des grands boîtes privées, du genre banques et compagnies d’assurances. Le rapport est allé directement à la poubelle et les syndicats en rigolent encore.

          Bonne fin de journée.


        • Bulgroz 22 novembre 2013 16:38

          Mais oui, Fergus, vous avez raison puisque vous le dites et que l’idée même d’un introspection vous est étrangère.

          Vous méritez bien le droit de donner des leçons de tempérance aux autres, surtout que vous persistez dans l’innomable comme suit :
          Connards : tous ceux qui entourent Sarkozy.
          Débiles : tous ceux qui entourent Sarkozy.
          Abrutis : tous ceux qui entourent Sarkozy

          En tout cas, votre idée de nous inviter à voter pour ce nullisime de Hollande était lumineuse. Vous aviez le nez fin.


        • Fergus Fergus 22 novembre 2013 17:05

          Bonjour, Bulgroz.

          Excusez-moi si votre dernier commentaire m’a presque conduit au fou-rire. Et pour cause : ces qualificatifs ne viennent pas de moi, évidement, mais de Sarkozy lui-même qui les a tous employés (cf. la presse de l’époque) à l’égard ses collaborateurs comme il l’a fait à l’égard des Bretons, des corps constitués, des écologistes, des chercheurs, bref d’à peu près tout le monde. Il s’agit donc de citations en quelque sorte.

          Insulter n’est d’ailleurs pas dans ma nature. Jamais je ne me serais permis de traiter ainsi des personnages politiques, et je m’y refuse toujours, même pour Copé, ce qui me demande des efforts, je dois le reconnaître. Et il en va de même sur ce site où, malgré des attaques parfois virulentes et parfois des injures, jamais je n’ai répondu sur le même ton.


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 novembre 2013 06:23

          spartacus,

          L’austérité imposée par Bruxelles a fait perdre à l’économie française près de 5 points de PIB

          Analyse d’un des économistes de la Commission européenne.

          Votre obsession de la fonction publique est maladive.


        • spartacus spartacus 23 novembre 2013 09:31
          Austérité ????
          Pignoufferie gesticulatrice de gauchiste en mal de coupables factices.
          Il n’y a jamais eu d’austérité en France.

          Mince l’austérité en Angleterre a fait passer le chômage de 10.5% à 7%. 
          Une vraie austérité. Avec une vraie baisses des dépenses publiques.
          En France une non-austérité a fait passer le chômage de 9.5 à 11%.

          Chaque fonctionnaire embauché coûte 2 emplois privés. 
          Chaque fonctionnaire licencié remet 2 personnes dans le privé au travail.

          Pourquoi ???
          Parce que l’économie agit avec une constante, la « destruction créatrice ». Phénomène que les 80% de prof de gauche de l’éducation nationale on oubliés dans leurs cours de Marxisme.

          Dans le privé le marché assure les renouvellements, dans le public la destruction de l’emploi devenu inutile ne se fait pas.

          C’est écrit dans tous les livres basiques de tous les économistes. Sauf en France !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès