Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Les nouveaux outils idéologiques pour saboter le web libre enfin (...)

Les nouveaux outils idéologiques pour saboter le web libre enfin dévoilés

A l’heure où la loi Hadopi vient d’être votée et qu’on attend maintenant la LOPPSI * qui va permettre d’aller encore plus loin dans la mise sous tutelle du web, il est intéressant de constater l’apparition de nouveaux outils idéologiques pour discréditer (et peut-être bientôt interdire) tout ce qui ne va pas dans le sens de l’information officielle. Quand Alain Joannès, ancien journaliste et professeur de journalisme prétend nous parler sur son blog journalistiques.fr de la désinformation concernant l’épidémie de grippe H1N1, c’est en fait – bien malgré lui - de bien autre chose qu’il nous parle.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, je dois dire tout d’abord que j’ai été frappé par le peu d’aménité dont fait preuve Alain Joannès pour tout ce qui n’appartient pas à son monde de référence, celui des journalistes professionnels. Je le cite :

« A l’intention des blogueurs incultes qui commentent ce qu’ils ne comprennent pas dans un style rédactionnel typique de la confusion mentale, voici une nouvelle image à plagier. »

« Quelques "journalistes citoyens" s’adonneraient à leur activité préférée : le plagiat. »

« J’ai été contacté par une "journaliste" se réclamant , la pauvre, de l’un de ces sites : elle était vivement intéressée par un seul détail de mon billet de dimanche : "C’est quoi la rumeur ? C’est quoi l’adresse du blog qui a lancé la rumeur ?". (Encore un peu de patience, cocotte, tu sauras bientôt tout). »

« Je vous dis franchement que votre rhétorique m’apparaît totalement fallacieuse, voire intellectuellement malhonnête, pour trois raisons que voici : »

« Le billet sur lequel vous avez déversé des raisonnements biaisés débouchant sur une mise en cause assez sournoise commençait par cette phrase prudente et précise : »

 

L’article est titré « La dynamique de désinformation sur les risques de pandémie ». Dans ce qu’il qualifie lui-même « d’étude », M. Joannès identifie notamment « 4 vecteurs de propagation » de la désinformation, et parmi ces vecteurs il identifie « une mouvance écolo-altermondialiste-anticapitaliste. ». Apprécions au passage avec quelle mesure ces choses-là sont dites. Il poursuit : « Ces trois sensibilités se rejoignent dans la mise en cause de Wall Street, des grandes firmes pharmaceutiques et de la mondialisation. A côté de cette mouvance, des groupes opposés à la vaccination obligatoire des enfants reprennent, avec une probable sincérité, les "démonstrations" idéologiques d’une fraction de l’ultra-gauche. »

A en croire Alain Joannès, le fait de remettre en cause Wall Street, les grandes firmes pharmaceutiques et la mondialisation est donc le signe d’une dangereuse désinformation. Il a le droit de le penser, mais prétendre parler de la désinformation en utilisant de pareils procédés est pour le moins contre-productif.

En plus de ce vecteur, Alain Joannès en définit trois autres. Celui des « conspirationnistes, adeptes de la "théorie du complot"  », les « réseaux anti-sionistes » (il parlera plus clairement un peu plus loin d’anti-sémites) et les « blogs et tweets de faux experts ». Dans sa démonstration, Alain Joannès identifie donc, sans le dire explicitement, une collusion objective entre les conspirationnistes, les antisémites, les escrocs et les alter et écologistes. Il est vrai que pour brouiller les cartes et salir ceux qui défendent autre chose que le pouvoir en place, les mélanger de cette façon avec la lie du web est un procédé efficace. On notera aussi au passage les présupposés idéologiques d’Alain Joannès : qui sont par exemple les « faux experts » ? Est-ce que leur qualité d’escrocs est indiquée sur leur site ou bien devons-nous ce qualificatif à la seule capacité d’appréciation de l’auteur de l’article ? Quelle est donc sa compétence à discerner les faux-experts des vrais ?

On peut en dire autant des « conspirationnistes ». Comme le disait un ancien ministre britannique « les complots existent, l’histoire l’a montré ». La différence entre aujourd’hui et hier est que les acteurs ou spectateurs du complot peuvent en témoigner sur le web. Même si leur parole est diluée dans un flot de mythes et de légendes, il y a de grandes chances que la vérité y soit aussi cachée, telle la pépite d’or dans la montagne. Or, on ne sait bien souvent la vérité sur les évènements que bien longtemps après qu’ils se soient produits. Pour Pearl Harbour, personne ne nie plus aujourd’hui que les militaires américains savaient que les Japonais attaqueraient Pearl Harbour, mais que cette attaque leur permettrait de changer l’état de l’opinion pour pouvoir entrer ensuite en guerre. C’est ce qui s’appelle de la manipulation de masse. Sans parler des mensonges plus récents sur les armes de destruction massive, l’uranium de Saddam Hussein, les prisons cachées de la CIA, les bunkers souterrains sous Bagdad construits par les Allemands, etc. Décréter donc que tous ceux qui produisent des explications de la réalité qui diffèrent de la réalité officielle du moment font partie de « groupes à irrationalités exacerbées », comme le dit plaisamment Alain Joannès, est donc simplement un moyen commode pour disqualifier à l’avance tous ceux qui ne sont pas d’accord avec lui. Pour ma part j’appelle ça du terrorisme intellectuel.

 

Source du schéma Alain Joannès http://www.journalistiques.fr/public/Desinformation_quatre_vecteurs.jpg

Alain Joannès poursuit sa démonstration par un schéma pseudo-explicatif qui relie par des liens « alters et écolos » avec « anti-vaccins » lesquels sont liés à « complot » puis « anti-sémites ». On ne peut pas alors s’empêcher de se demander sur quelle étude se fonde l’auteur pour se permettre de relier par des liens si lourds de sens les uns avec les autres, et à quel moment Alain Joannès va nous dévoiler les sites, les articles et les liens qui lui permettent de porter de telles accusations, faute de quoi son article sombrerait dans l’élucubration conspirationniste qu’il prétend dénoncer. Mais on a beau chercher, on ne trouve aucun lien, juste cette explication :

« Pour des raisons éthiques - et mon étude n’étant pas terminée - je ne fournirai pas, dans un premier temps, les liens conduisant vers les vecteurs de propagation de la désinformation. Trop d’exaltés se précipiteraient vers ces blogs pour y chercher des arguments qu’ils répliqueraient de manière virale. Quelques sites médiatiques iraient y chercher de quoi créer le buzz indispensable à leur business’’. »

On appréciera la rhétorique. Si Alain Joannès n’a pas fini son étude pourquoi la publie-t-il donc ? Est-ce là une pratique scientifique ? On savourera également le fait que ce soit pour des raisons « éthiques » qu’Alain Joannès ne nous fournisse pas ses sources. Enfin on ne peut s’empêcher de rire de bon coeur en lisant que l’auteur prétend pouvoir déclencher à lui tout seul un déchaînement viral sur la toile et que c’est à cause de ce danger - qui menacerait sans doute le web dans son ensemble - qu’il ne peut livrer ses sources. Il est vrai que ce que l’auteur risque de déclencher en mettant des noms sur les gens qu’il accuse, c’est une tempête de protestations, voire de plaintes pour diffamation, et on comprend mieux sa prudence. Précision utile, cet article date du 28 avril, nous sommes aujourd’hui le 20 mai, et ce que Alain Joannès appelle son « étude » n’est apparemment pas encore achevée, puisque qu’il n’a toujours fourni aucun lien pour étayer ce qu’il avance.

Il est particulièrement éclairant qu’Alain Joannès, pour nous parler de la désinformation, s’attaque de manière si virulente à des entités fantasmées dont il s’avère bien incapable de démontrer l’existence. Le conspirationniste n’est pas celui qu’on croit.

Ce n’est sans doute pas un hasard si Alain Joannès croit utile de jeter le discrédit sur le « journaliste citoyen », identifié comme « vecteur de désinformation », au moment où le gouvernement de ce pays achève la prise de contrôle des grands médias privés et publics, et s’occupe maintenant de verrouiller le web avec des lois scélérates comme Hadopi et bientôt Loppsi. Alain Joannès voit la paille dans l’oeil du blogueur mais ne voit pas (ou plutôt par cette manoeuvre tente de faire oublier) la poutre , que dis-je, l’obélisque, dans celui de l’appareil médiatique officiel, dont il est l’un des membres éminents. On peut parier que cette rhétorique exprimée ici dans sa pureté la plus cristalline sera un élément fondateur de la bataille qui s’engage maintenant sur le web et qui va consister à discréditer et harceler tous ceux qui osent encore penser par eux-mêmes. Fort heureusement, nous n’avons pas eu besoin du brevet de journalisme qu’Alain Joannès décerne à ses étudiants pour commencer à écrire, et nous n’aurons pas besoin de son approbation pour continuer. Sur le web, Monsieur Joannès, vous n’êtes pas dans une salle de classe, et nous ne sommes pas vos élèves.

 

Source de l’article : http://www.journalistiques.fr/post/2009/04/28/La-dynamique-de-desinformation-sur-les-risques-de-pandemie?pub=0#pr


Moyenne des avis sur cet article :  4.44/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • Triodus Triodus 20 mai 2009 13:39

    << Sur le web, Monsieur Joannès, vous n’êtes pas dans une salle de classe, et nous ne sommes pas vos élèves. >>

    Je dirais : « Sur le web, Monsieur Joannès, pas d’inquiétude : vous n’existez même pas. Vous êtes personne. »

     


    • DesIllusions 20 mai 2009 17:27

      « A l’intention des blogueurs incultes qui commentent ce qu’ils ne comprennent pas dans un style rédactionnel typique de la confusion mentale, voici une nouvelle image à plagier. » est la première citation que vous faite de son article. J’ai bien peur que vous soyez très exactement dans le cas de ceux dont il parle. Soit vous faite un contre-sens total et involontaire et heureusement le ridicule ne tue pas, soit vous tentez une manipulation dont je ne comprend pas l’intérêt et qui semble totalement contre-productive quand à votre posture.

      Il suffit de lire l’article dans le contexte de quelques autres écrits (que je découvre « grâce » ou plutôt malgrés vous) et de ses commentaires pour voir qu’il ne défend surtout pas les grandes rédactions française (par exemple son commentaire 16 sous l’article que vous attaquez) et encore moins des groupes de presse, ni leur traitement moutonnier (exemple idem sur le TCE) pour comprendre l’inanité de votre titre.

      Au prétexte qu’il attaque à justre titre la masse médiocre (comme dans n’importe quelle activité humaine) des blogs, tout en soulignant l’effet extraordinaire d’alerte qu’offrent les blogs de qalités, hélas noyés dans cette masse (voir ses réflexions sur l’époque du sang contaminé), vous avez cru y voir je ne sais quel Val ou BHL de base.

      Manifestement vous avez oublié de vous servir de votre cerveau car je ne vois pas le gouvernement sarkozyste et les policiers de la pensée qui l’accompagnent se servir d’un homme aussi clair dans ses écrits sur les carences de la presse et la collusion avec les pouvoirs, qu’il l’est (commentaire 16 encore et 18).

      J’espère donc que les lecteurs d’AV auront comme moi envie d’aller voir ce qu’est ce personnage présenté comme un casseur du net pour aller le chatouiller, et découvriront au contraire de ce que vous dites une personne extrémement carrée dans son expression (voire ici http://www.journalistiques.fr/post/2008/06/16/Depouilles-mediatiques ce qu’il dit de notre grandissime président) source d’une richesse étonnante sur les outils d’analyses et de collectes d’informations.

      Votre article est abject, car il est ou stupide (ce qui montre une légerté inexcusable dans l’analyse) ou de mauvaise foi racoleuse pour surfer sur les réactions d’autodéfense des internautes (et donc inqualifiable sur AV). Il a tout de même le mérite involontaire de m’avoir fait découvrir un blog de très grande qualité.


    • Christophe Certain Christophe Certain 20 mai 2009 18:31

      Peu m’importe ce qu’a écrit Alain Joannès par ailleurs, la question d’aujourd’hui est qu’il ait écrit ce texte avec des accusations sans preuve et des insinuations infamantes. pour ma part je défends et j’argumente mon point de vue. Je constate que vous êtes, comme Monsieur Joannès, dans l’insulte et le mépris, les lecteurs jugeront.


    • DesIllusions 20 mai 2009 19:22

      « Peu m’importe ce qu’a écrit Alain Joannès par ailleurs » Vous l’attaquez sur ses écrits et voici votre argument pour le contre-sens flagrant que vous faites ? Toute l’honneteté intellectuelle ressort de votre phrase.

      Dans cette article il démonte exactement les réseaux qui sur le net surf entre eux pour se faire mousser. Et il prend pour cela un exemple très précis de la pandémie de grippe A. Il classifit ces réseaux en fonction de « centre d’intérêts » convergents expliquant leur complicité SUR CE POINT PRECIS.

      VOUS en concluez qu’il considére le net comme résumé à ces réseaux. C’est donc de la pure malhonneteté intellectuelle de votre part, puisque justement il affirme dans les commentaires de l’article que cette extension de sa pensée est fausse et qu’il a bien pris les précautions d’emblée de cibler un phénomène de buzz et non pas de traiter du net dans son ensemble.

      Vous pourriez à la rigeur dire que c’est une façon de sa part de se cacher derrière son petit doigt ou de ne pas assumer si justement il n’était pas d’une clarté total dans ses propos, or je vous ais mis plusieurs liens glanés en quelques minutes de surf sur son site qui prouvent qu’il n’y a pas la moindre ambiguité dans son discour quand il souhaite dire quelque chose. Il l’assume, alors pourquoi lui préter des pudeurs qu’il n’a pas ?

      Vous n’avez pas pris le temps de faire ce simple travail de recherche avant de vous prendre pour un vengeur masqué et de publier sur AV, ni d’ailleurs après que je vous ais montré votre contre sens.

      Par ailleurs, si vous estimez que les liens placés en illustrations de mes propos ne sont pas des arguments parceque vous avez la felmme de les lire, ça corrobore mon assertion que vous travaillez en dilettante et montre donc qu’il a raison de fustiger les pseudo-journalistes citoyens qui ne s’embarrassent d’aucune rigueur dans leurs écrits.

      Ca ne vous grandis pas et effectivement ceux qui prendront la peine de confronter votre bile et ses écrits risquent de découvrir, comme moi, une mine de renseignements et d’outils.


    • daryn daryn 20 mai 2009 19:55

      @DesIllusions

      j’ai fait mon bon élève et suivi votre lien pour voir. C’est gratiné. Je cite :

      L’information de TF1 dirigée par un homme de droite, qui se présente comme tel, crée une situation cohérente avec le fait que le propriétaire de TF1 est un ami déclaré du président de la République et surtout avec le vote des Français en mai 2007. S’ils ont choisi Nicolas Sarkozy, c’est bien parce qu’ils sont d’accord avec toutes les options du personnage en question, y compris celles qui portent sur la pratique démocratique, donc sur l’information des citoyens.

      Franchement les bras m’en tombent. Ceci dit je vous accorde volontiers qu’il est carré dans son expression smiley Mais quant au contenu...


    • DesIllusions 20 mai 2009 21:43

      Bonsoir daryn,

      L’extrait que vous avez choisit montre bien l’idiotie de lier les écrits de ce journaliste aux volontés hégémoniques de notre grand président (que 1 000 talonnettes d’or le porte aux nues) comme a voulu le faire M. Certain.

      En revanche pourriez vous préciser ce que vous voulez dire par « les bras m’en tombent » ?
      - Etes vous surpris de trouver de tels écrits sur un site qui nous est présenté comme pro-hadopis ?
      - Ou êtes vous en désaccord avec l’analyse de la collusion média-pouvoir et estimez-vous que TF1 est totalement séparé de l’Elysée ?


    • daryn daryn 20 mai 2009 22:27

      @DesIllusions

      les bras m’en retombent d’avoir à expliquer. Je paraphrase :

      ils ont voté pour lui donc ils sont d’accord avec toutes les options du personnage. C’est une c...ie sans nom.

      l’information de TF1 est dirigée par un homme de droite assumé, le patron de TF1 est un homme de droite, Sarkozy est à droite, la france est à droite puisqu’elle a voté pour lui donc tout va bien, c’est cohérent et normal. Sachant que dans le reste de l’article Monsieur Joannès nous explique gentiment que bien sûr que non il n’y a pas tentative de contrôle, simplement on récompense les fidèles en les mettant aux postes clé, virant du même coup les gêneurs. Mais ce n’est pas une tentative de contrôle, pas du tout, simplement un réflexe humain.

      Je n’ose pas vous recommander la lecture de ’Abus de pouvoir’ de François Bayrou parce que je ne suis pas certain que le vocabulaire qu’il utilise et les concepts qu’il évoque vous soient accessibles. Est-ce ce que la notion d’indépendance de la presse ou des média vous dit quelque chose ?


    • DesIllusions 20 mai 2009 22:49

      Euh... je ne vois pas le rapport avec l’article de M. Certain, fustigeant un soit disant opposant au net qui forgerait les outils de destruction de la toile et son total contre-sens finalement avéré.

      Vous partez maintenant sur un autre angle qui serait une connivence avec la mise en place par le pouvoir de ses relais : [..]L’affichage d’un engagement politique est surtout plus honnête que la vomitive « neutralité » journalistique affichée par telle « personnalité » télévisuelle qui a successivement « servi » Yvette Roudy et Jean Poperen au PS, donc Mitterrand, puis Balladur et Chirac avant de ployer devant Sarkozy. Les téléspectateurs qui ne connaissent pas de tels parcours croient au professionnalisme alors qu’il y a surtout beaucoup de veulerie. L’information de TF1 dirigée par un homme de droite, qui se présente comme tel, crée une situation cohérente avec le fait que le propriétaire de TF1 est un ami déclaré du président de la République et surtout avec le vote des Français en mai 2007. S’ils ont choisi Nicolas Sarkozy, c’est bien parce qu’ils sont d’accord avec toutes les options du personnage en question, y compris celles qui portent sur la pratique démocratique, donc sur l’information des citoyens. [..]

      Si pour vous ces écrits sont ceux d’un homme tentant de noyer le poisson, alors effectivement M. Bayrou doit être d’une rare violence dans son livre. Je vous rassure je pense pouvoir appréhender les concepts de son livre ou en tout cas essayer, mais j’ai surtout du mal à suivre sa ligne politique plutôt sinueuse même si jusqu’à très récément elle lui a fait voter à peu près tout les budget des gouvernements de droit.

      En revanche je vous retourne l’argument de la maitrise du vocabulaire et des concepts, mais de ceux développés par M. Joannès... à moins qu’un parti pris définitif vous empêche de partir à la découverte sans a-priori, comme je l’ai fait ?


    • Christophe Certain Christophe Certain 21 mai 2009 06:50

      @desillusions Je crois malheureusement que c’est vous qui n’avez rien compris, ni à ce qu’à écrit Alain Joannès, ni à ce que j’ai écrit moi-même. Quand je dis que ce qu’à écrit M. Joannès par ailleurs ne m’intéresse pas c’est évidemment dans le cadre de cet article puisque je fais une analyse de son article sur la désinformation et non pas de l’ensemble de son oeuvre, qui par ailleurs peut très bien comporter des choses très intéressantes, cela ne change rien au problème.
      Ce qui pose problème (entre autres) dans cet article, c’est que M. Joannès admet comme présupposés l’existence immanente d’entités comme les « conspirationnistes »,ou les « alter-écolo » , les « faux-experts », etc. concepts qui sont des généralisations abusives, et des jugements de valeurs qui ne reposent sur rien d’autre que l’opinion personnelle de M. Joannès. Ensuite il les relie entre eux, de façon infamante avec les anti-sémites, sans avancer une quelconque preuve de la réalité de ces accusations, qui sont très graves, puisqu’il ne fournit aucune adresse de site ni aucun lien qui attesterait de la réalité de ces relations. Et même si ces liens existaient cela ne prouverait rien puisque je fais moi-même un lien vers l’article de M. Joannès, et ce n’est pas pour cela que je suis d’accord avec lui.

      Peut-être n’avez-vous pas compris que la peste porcine n’est qu’un prétexte qui lui permet précisément de mettre en évidence ce type de relations ? M. Joannès n’est pas un spécialiste de la grippe porcine mais de la communication, ce qui l’intéresse donc dans cette histoire, et ce qui est l’élément central de son article c’est le schéma qui illustre ses fantasmes, qui lui permet de faire des accusations sans preuves avec l’apparence d’une démarche scientifique.
      Evidemment M. Joannès n’a pas fait cela sur commande de l’Elysée, mais il fournit en donnant sa caution intellectuelle à ce genre de raisonnement qui sont dans l’air du temps des armes redoutables qui vont être utilisées pour décrédibiliser toute contestation au pouvoir. Une fois établi l’existence de « conspirationnistes » ou de « faux experts », il suffit de vous mettre dans une des cases, en sous-entendant que vous avez en plus des relations cachées avec des réseaux « anti-sémites » pour vous discréditer totalement. C’est de la diffamation pure et simple. C’est n’importe quoi sauf un raisonnement scientifique ou même journalistique. C’est une arme de propagande, et il est urgent d’en montrer les mécanismes avant d’avoir à en subir les effets.


    • DesIllusions 21 mai 2009 11:22

      @Christophe Certain

      Et bien on va finir par arriver à se comprendre.

      Je persiste à dire que votre article est stupide alors que vous aviez un sujet en or pour un article brillant. Voici pourquoi :

      - Vous généralisez l’utilisation de son outil (dans ce cas précis le mode d’analyse de diffusion d’un buzz) à une volonté de dénigrer l’ensemble du net. Vous vous trouvez exactement dans la position de ceux qui stigmatise le net (repère de pirato-pédo-nazi) pour dénigrer l’ensemble du net. Ainsi vous affirmez qu’il créé les cases pour qu’on puisse y mettre les opposants aux « versions officielles », mais lui y met aussi les gouvernements et vous vous ne vous géner pas pour le mettre dans une case en coupant tout ce qui ne correspond pas à votre case.

      - Ce faisant, vous réduisez ce monsieur à un opposant des internautes le désignant à la vindicte de bien des lecteurs d’AV dont vous savez qu’ils sont sensibles à cette thèse (voire les réaction de Triodus et Kalki qui manifestement n’ont pas été lirent ses écrits et jugent sur votre seul point de vue) et donc passent à coté de quelque chose que vous pouviez leur faire décvouvrir.

      - Du coup au lieu de promouvoir l’outil qui serait interressant pour tous ceux qui cherche à comprendre comment on les manipulent, vous le disqualifiez en écartant ce qui va à l’encontre de votre lecture. Par exemple dans CE SEUL article que vous aviez choisi, deux passages montrent parfaitement que ce n’est pas le net qu’il démonte mais des manipulateurs : [..]- A court de matière rédactionnelle, si le développement de l’émergence ralentit dans les jours qui viennent, les médias traditionnels n’hésiterons pas à « relancer » l’actualité avec des polémiques, des « buzz » (4) et des « scoops ».[..] [..](4) J’attends avec une gourmandise sardonique, je dois l’avouer, l’argumentation des médias tradionnels qui diront, en substance : « C’est à cause du web. Il y avait un tel buzz qu’on a été obligés de traiter le sujet. Même si on savait que c’est faux. A partir du moment où tout le monde en parle, çà relève de l’actu. » Ben voyons.[..]

      - Vous dites qu’il assimile tout le monde aux anti-sémites et autres paranos du net sous prétexte qu’il regroupe pour son analyse des mouvances autour d’intérêts communs... Mais vous croyez vraiment que des groupes de se genre n’existent pas ? Vous imaginez vraiment que seuls les gouvernements défendent leurs intérêts et que des groupes de ce type sont de gentils réveurs qui arpentent le net par pur altuisme ?

      - Vous me dites maintenant, tout ça n’est pas grave il a forgé les outils qui vont servir à d’autres, c’est ça qui est grave... Franchement ... avec la liberté de parole qu’il a vous croyez vraiment que certains vont s’amuser à tordre ses outils comme vous le faite au risque de se le prendre en retour ? Vous pensez qu’il ne dispose pas des relais nécessaires pour démonter celui qui s’y risquerait ? Alors que si vous aviez mis en avant les dangers et les avantages de ses outils plutôt que de vous attaquer à l’homme, vous fournissiez aux lecteurs des moyens de comprendre certaines manipulations. En étant le premier à faire du buzz autour des outils et non contre l’homme vous faisiez en sorte qu’ils soient connus et donc vous désamorciez une utilisation orientée qui pourrait en être fait.

      Voilà désolée que vous ayez choisit une voie vindicative pour traiter la personne au lieu de traiter le sujet, plus de mesure aurait permis des échanges certainement plus calmes et constructifs. Je suis persuadée qu’un article « fair and balance » aurait été plus enrichissant pour tout le monde et plus gratifiant. Les attaques Ad Hominem sur un blog, bon... les articles équilibrés sur AV c’est mieux.


    • Christophe Certain Christophe Certain 21 mai 2009 12:03

      J’ai répondu à vos objections par politesse alors que votre post ressemblait fort à un troll, ça se confirme. Je m’arrêterai donc là.


    • DesIllusions 21 mai 2009 12:28

      Wikipedia Définition du Troll :

      Un troll est un utilisateur qui cherche à créer une polémique en provoquant les participants d’un espace de discussion (de type forum, newsgroup ou wiki) sur un réseau informatique, notamment Internet et Usenet.

      Par métonymie, on parle de troll pour un message dont le caractère est susceptible de générer des polémiques ou est excessivement provocateur, sans chercher à être constructif, ou auquel on ne veut pas répondre et que l’on tente de discréditer en le nommant ainsi.

      Effectivement votre article est un troll :
      - Créer une polémique en faisant un article idéologique et violent.
      - Provocation par une attaque sur l’homme et non son sujet sur l’analyse des buzz prix comme prétexte.
      - Provocateur en faisant des raccourcis manifestement faux sur ce qu’exprime ce monsieur.
      - non constructif puisque lorsque l’on vous montre les coupes que vous avez faites parcequ’elles vont toutes (comme par hasard) à l’encontre de votre manip vous n’avez pas de réponse pour les justifier.
      - tentative de discréditer mes réponses, touche ultime du trollage.

      On en revient bien à ce que je disais initialement votre article est abjecte et finallement votre attitude aussi. Je me demande comment le comité rédactionel d’AV laisse passer des articles aussi manifestement diffamatoires avec l’attaque d’un homme dont je me demande bien ce qui vous motive de la conduire. Ca ne sert pas du tout la communauté d’AV.

      Dont acte.


    • daryn daryn 21 mai 2009 22:24

      @DesIllusions

      je ne répondais pas sur le sujet traité par Christophe Certain. Dans votre commentaire initial vous donnez un lien pouvant donner envie de s’intéresser ou respecter M. Joannès. J’ai suivi ce lien par curiosité, et ai été édifié. Quand on est capable d’écrire sans rire ou ironiser une énormité telle que S’ils (les Français) ont choisi XXXX, c’est bien parce qu’ils sont d’accord avec toutes les options du personnage en question, on est selon moi soit d’une extrême mauvaise foi, soit complètement à côté de ses pompes (que XXXX soit comme c’est le cas ici Nicolas Sarkozy, ou quelqu’un d’autre). Dans les deux cas je n’ai guère envie de m’intéresser plus avant à ce monsieur. Désolé si j’ai été ambigu.


    • Vilain petit canard Vilain petit canard 20 mai 2009 16:05

      Et bien la preuve est faite qu’Alain Joannès, professeur de journalisme, est un gros nul jaloux de son statut. Tant pis pour lui.


      • Sindelar 20 mai 2009 17:32

        « Pour Pearl Harbour, personne ne nie plus aujourd’hui que les militaires américains savaient que les Japonais attaqueraient Pearl Harbour, mais que cette attaque leur permettrait de changer l’état de l’opinion pour pouvoir entrer ensuite en guerre. »

        Excusez du peu mais le nie tout historien un tant soit peu sérieux.


        • Internaute Internaute 21 mai 2009 08:22

          Eh bien ! Vous en avez contre Alain Jannes. Je ne sais pas qui est cette personne mais je me demande pourquoi vous lui donnez tant d’importance ?

          Etre journaliste n’est pas une profession mais une corporation. N’importe qui un peu doué pour les lettres peut écrire un article intéressant. Ceux qui ont réussi à avoir une carte de presse pour en jouïr avec les droits et prérogatives qui y sont attachés voient d’un mauvais œil la concurrence s’installer. Dénoncer les journalistes libre comme de faux journalistes est de bonne guerre.

          (On reconnait un vrai faux journaliste à ce qu’il écrit œil et non pas oeil)


          • Kalki Kalki 21 mai 2009 10:08

            Je vous donne une petite clé de karaté mental (contre les dialectiques et les idéologies) c’est simple, c’est direct :

            Celui qui veut interdire à l’autre d’utiliser la critique, et la critique c’est tout simple s’exprimer, juste s’exprimer
            C’est à dire aussi celui qui de sa prestance d’expert (de la pensé dominante) écrase et ridiculise une pensé ( ou une critique) n’est pas ce qu’on pourrait appeler un démocrate, ou tout moins la démocratie n’est pas le système dans lequel ce professionnel veut vivre ( et vit idéologiquement et par ses réseaux de relations qui font qu’il est professionnel).*

            La démocratie : est basé sur plusieurs choses : dont une information libre et vraie (qu’on à jamais réussi a atteindre avant internet , il faut le dire) et un esprit critique chez l’atome citoyen.

            Ces deux critères faisant une évolution du système (la démocratie) possible.

            Alors que ce qu’ils défendent tous, ces membres du statu quo, défendent un système qui n’est pas ’Libre’, et démocratique.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès