Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Les outils de la gouvernance démocratique

Les outils de la gouvernance démocratique

Une description des outils permettant d'atteindre une gouvernance politique et économique réèllement démocratique à une échelle locale, régionale, nationale et internationale.

Une gouvernance réellement démocratique implique de dépasser les modes de fonctionnement en vigueur actuellement dans la prise de décision.

Aujourd’hui, on considère que la prise de décision politique ou économique est le privilège d’un cercle restreint éclairé par ses études, ses titres ou ses fonctions. Qu’il s’agisse de décisions prises au sein des entreprises, associations, collectivités territoriales et bien entendu au niveau le plus haut, celui de l’État, on retrouve toujours ce système de cercle restreint d’oligarques ayant obtenu le privilège de décider pour l’ensemble de l’organisation.

Cet état de fait n’est pas une fatalité, il est possible d’imaginer et de mettre en application d’autres modes de gouvernance permettant d’élargir le cercle des décisionnaires habituels et surtout d’obtenir des décisions de meilleure qualité, ce qui est l’objectif principal.

Nous avons vu l’espoir suscité par le Grenelle de l’Environnement et son modèle à trois parties : la société civile (à travers les associations), les entreprises, et les personnes publiques (les collectivités territoriales et l’Etat). Ce type de modèle permet de mieux prendre en considération l’avis des différents acteurs concernés et de mieux impliquer toutes les parties non seulement dans la prise de décision mais aussi dans la mise en œuvre des solutions retenues. Les compromis trouvés sont moins politiques ou idéologiques et tendent vers des solutions pragmatiques ménageant l’intérêt et les besoins des différentes parties.
On pourrait digresser longuement sur la mise en application du Grenelle, mais ce n’est pas le propos de cet article.

On peut également s’intéresser au Comité Consultatif National de Bioéthique (CCNE), dont le fonctionnement et la composition (bien que restreinte), sont un modèle de démocratie. Ce comité ménage une place aux différentes confessions présentes en France, aux différents courants de pensée et également aux chercheurs dans différents domaines. Il a le pouvoir d’entendre toute personnalité susceptible d’éclairer son jugement. On peut regretter deux choses : – Son pouvoir uniquement consultatif

- Sa composition restreinte

On pourrait multiplier à loisir les exemples d’instances décisionnaires ou consultatives qui tendent à introduire plus de démocratie dans leur fonctionnement face au constat de notre propension à concentrer les pouvoirs pour faciliter leur exercice. Le million d’associations actives, en France, qui donnent à leurs membres des pouvoirs plus ou moins étendus (afin d’en contrôler le fonctionnement et d’influencer leur action), sont autant de lieux d’expérimentation des pratiques démocratiques.

La question à laquelle j’aimerai répondre est la suivante :

Est-il possible de développer des méthodes, des moyens et des outils afin de permettre une prise de décision plus démocratique dans les organisations et ce qu’elle qu’en soit le type : économique, sociale ou politique ? Et de permettre cet exercice de la prise de décision démocratique malgré la taille de ces organisations : de plusieurs milliers de personnes pour certaines entreprises ou associations jusqu’à plusieurs millions pour les organisations politiques, les collectivités territoriales et les états ?

Les nouveaux outils de communication ont permis un accès plus facile à l’information, et ont ainsi amélioré incidemment la prise de décision. Le seul problème étant que, pour le moment, les processus décisionnels n’ont pas évolués. Une prise de décision centralisée a toujours tendance à nous rassurer. On préfère confier les pouvoirs à une instance restreinte quitte à créer des contre-pouvoirs dont le collège est également restreint. On redoute plus que tout l’immobilisme qui pourrait ressortir d’un partage équitable du pouvoir décisionnaire si ce dernier se retrouve bloqué ou retardé dans son action. On préfère donc une décision médiocre qui permet d’avancer à une bonne décision qui arrive trop tard. Mais encore une fois, ceci n’est pas une fatalité. On peut concevoir des processus et des outils qui offrent à la fois une grande qualité décisionnelle en alliant rapidité et sécurité.

Si nous faisons l’inventaire des outils collectifs offerts à travers Internet, on se rend compte qu’ils n’ont pas été pensés pour la prise de décision :

- les forums ne sont qu’un agrégat d’opinions rarement argumentées et au milieu desquels seul certains moteurs de recherche arrivent à trouver une information pertinente.

- Les réseaux sociaux sont fragmentés et privilégient l’instantané à la construction et à la hiérarchisation des idées et des points de vue.

- Les blogs, ne sont finalement qu’une modernisation des journaux classiques, mais ils permettent tout de même une interaction plus forte avec les lecteurs et surtout ils valorisent la construction des idées et l’argumentation de leur auteur.

Si l’on s’intéresse aux outils professionnels de collaboration ou de gestion de projets, on constate qu’ils ne sont pas pensés et conçus dans une optique de décision commune. Ils ont pour tâche principale de permettre l’agrégation d’informations et leur remontée vers le décisionnaire sous un format lui facilitant la tâche et qui finalement semble bien éloigné de la réalité.

Si l’on recherche des outils réellement collaboratifs et permettant une co-construction riche de l’information, sa hiérarchisation, sa confrontation pour permettre d’aboutir finalement à une prise de décision commune sur un sujet donné, alors la liste se réduit grandement. Pour ma part j'en connais deux : 

- KMI Compendium  : il permet de créer des bases de connaissances collaboratives et de les organiser spatialement pour une meilleure intégration cognitive, il doit encore évoluer car il n’est pas encore adapté pour les groupes de travail dépassant la centaine de personnes (ce qui est déjà honorable !), sinon au prix d’un effort considérable de maintenance. C'est un logiciel libre, il peut donc être modifié pour s'adapter aux besoins de n'importe quelle organisation.

- Votorola Project  : un logiciel libre en cours de développement ayant pour objectif de fournir un outil de démocratie directe fonctionnel aux grandes échelles. Il est encore en version Alpha et donc pour le moment réservé aux développeurs, mais vous pouvez contribuer (en anglais).

Il y a également la plate-forme « Buddypress » qui est une extension de « wordpress » (la plate-forme de blog open-source la plus utilisée au monde) et qui permet d’installer en quelques minutes sur son site les principales fonctionnalités d’un réseau social : Blogs, forums, profils, groupes, partage d’articles, etc.… Mais encore une fois il lui manque de véritables fonctions permettant la co-décision et la co-construction de textes, d’idées, de débats structurés. Ces fonctions pourraient voir le jour sous la forme d’extensions du logiciel, puisque tout le monde (à condition de savoir programmer) peut créer de nouvelles extensions, c’est la magie de l’open-source ! C’est d’ailleurs ce qu’est en train de créer Europe-Ecologie Les Verts à travers leur plate-forme collaborative qui est gérée sous WordPress et Buddypress, ce qui est également le cas du site de votre serviteur.

Il existe certainement d’autres outils, et il est toujours possible de faire évoluer les outils existants, qui sont souvent des logiciels libres.

Je suis convaincu qu’il est possible et de surcroit, souhaitable de développer de nouveaux outils au service de la prise de décision démocratique. Et je suis également certain qu’une décision prise par le plus grand nombre est toujours meilleure qu’une décision prise par un nombre restreint d’individus. A la condition évidemment que l’on exige de l’ensemble des participants à une décision un socle commun de connaissances du sujet en complément de leur bagage personnel. On peut également imaginer une pondération des votes en fonction de la représentativité de chaque participant au sein de l’organisation concernée. La représentativité d’un individu au sein d’un groupe est la somme de plusieurs facteurs et caractéristiques, il peut s’agir de représentativité géographique, générationnelle, professionnelle, idéologique, philosophique. Il est évident que l’on ne réunira jamais l’ensemble d’une organisation pour prendre chacune des décisions, ce serait contre productif, et extrêmement consommateur de temps. De plus l’implication et l’efficacité des participants est fonction de leur intérêt pour les questions débattues. Même si chaque individu est libre de participer à l’ensemble des décisions, inévitablement les participants ne seront pas les mêmes en fonction des questions soumises au débat. Reste à mettre en œuvre les méthodes et les outils qui serviront au mieux ce type d’approche décisionnelle.


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Jason Jason 21 février 2012 18:59


    Vous déclarez trois modèles : « modèle à trois parties : la société civile (à travers les associations), les entreprises, et les personnes publiques (les collectivités territoriales et l’Etat). » Pourquoi pas ? Cependant il faut inclure l’aspect économique, les financements (qui paie pour quoi ?) et surtout l’évaluation marchande de ce qu’on va mettre en oeuvre. Sans unités de compte (qu’est-ce qui coûte quoi ?), on passera directement à la saisie de ce systême ternaire par les marchés tout puissants, et bon nombre de projets avorteront. Les estimations sur les coûts de conservation de l’environnement, pour ne citer que ceux-là, sont encore embrionnaires, sauf pour les grands désastres (entendez grands chantiers déjà montrés du doigt).

    La démocratie, d’accord. Mais la finance la pervetit entièrement. Il faudrait aussi des décideurs nommés en raison de leurs compétences, de leur expérience, de leurs mérites et de leur intégrité. Voter sur la base d’une présentation séductrice, d’alliances, de démarches occultes (lobbies), etc. n’a pas de sens. Le nombre de participants n’est pas, et il s’en faut, garante d’une bonne décision. Regardez ce qui se passe autour de vous.

    Quitte à aller à contre courant des idées reçues, je préfère l’aristocratie, au sens d’aristos, excellence, aux pétaudières et aux pantalonnades actuelles. Une aristocratie basée sur le mérite et le talent reconnus. Le vote de gens quasi-illettrés ou complètement « brain washed » (lavés du cerveau) n’a pas de sens. Ce vote donne libre cours aux pires dévoiements.


    • Nirnever Nirnever 23 février 2012 11:22

      Vous avez raison, il faut toujours suivre du regard d’où viens l’argent et à quoi il sert. C’est d’ailleurs l’une des meilleures clés de compréhension des partis politiques en France.

      L’un des intérêts majeur de multiplier le nombre des participants à une décision, jusqu’à obtenir une démocratie directe, c’est que la perversion opérée par la finance sur nos élites est plus difficiles à appliquer à l’ensemble de la population. Vous pouvez corrompre de différentes manières les 2000 personnes qui nous gouvernent, mais il est beaucoup plus difficile de pervertir 1 millions de personnes participant à une loi de réglementation de la finance !

      L’aristocratie est déjà pervertie en elle-même, car sous-couvert de compétences (réelles le plus souvent), elle s’affranchit du bien de l’ensemble et perd rapidement de vue l’intérêt général, même lorsqu’elle le revendique ardemment.

      D’autres articles sont en attente de validation sur ce sujet sur AgoraVox, ils sont déjà publiés sur mon site. Et d’autres sont en cours de finalisation.


    • democradirect democradirect 21 février 2012 20:31

      Avant les questions de technologies (logiciels informatiques, etc…), il faut une volonté de ne pas laisser quelques uns accaparer le pouvoir.

      Ainsi, la démocratie semi-directe existe en Suisse depuis bien avant l’invention de l’informatique (voir ici les sujets sur lesquels les Suisses décideront lors de la prochaine votation).

      Il faudrait introduire un tel système en France (voir ici et ).


      • Nirnever Nirnever 23 février 2012 11:24

        Comme énoncé plus haut, d’autres articles sont en attente de publication ici, mais ils sont déjà en ligne sur mon site !

        J’ai grandi à côté de la Suisse smiley

        Leur système à de nombreux avantages, mais aussi quelques défauts ! Le taux de participation aux votations est souvent extrêmement bas. Et on assiste parfois à quelques dénis de démocratie de la part de l’exécutif confédéral, mais dans l’ensemble ils sont bien plus démocrates qu’en France !


      • bert bert 21 février 2012 22:21

        la démocratie c’est sarkozi TF1 et johni holiday

        je te souhaite bien du courage 



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès