Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Les Patrons sont sympas

Les Patrons sont sympas

Devant l'apathie de nos concitoyens, les patrons pourraient proposer de revenir à 10 H par jour, 2 semaines de congés par an et diminuer les salaires de 30% ; ils n'auraient qu'à dire qu'avec la mondialisation on ne peut pas faire autrement : « la conjoncture économique nous oblige à prendre des mesures radicales » ! Ils pourraient aussi repousser l'âge de la retraite à 75 ans, supprimer la sécurité sociale, et nous obliger à faire 8 jours de travail de solidarité !


L'utopie du patronat n'est pas la même que la notre, c'est sûr, mais la leur gagne du terrain. Une entreprise qui licencie et qui distribue des supers bonus à ses cadres, c'est la réalité. Une banque au bord de la faillite, soutenue par de l'argent public et qui donne des primes exorbitantes à ses tradeurs, ça existe. Des biens publics qui sont bradés à des copains, c'est vrai. Un président de la république arrivant au pouvoir en annonçant que les caisses sont vides et qui en même temps se double son salaire : c'était du domaine de l'impensable, et pourtant ...


Il y a 20 ans dans un conseil d'administration,
un actionnaire a dit : il nous faut une rentabilité à deux chiffres. Tous ceux qui étaient présent ont dit, ce n'est pas possible, c'est de l'utopie ! Et bien, les utopistes du capital ont prouvé à leurs semblables que l'utopie n'était qu'une question de volonté : recul de l'âge de la retraite pour les salariés, privatisation des entreprises publiques, démantèlement de l'école et de la santé, gel des salaires pour les pauvres et allégements fiscaux pour les plus riches, …


Plus leur utopie avance, et plus nos libertés reculent.
Nous sommes capables d'être violent envers quelqu'un qui nous vole notre voiture, mais nous acceptons que des gens pleins aux as, qui nous méprisent et nous exploitent précarisent notre avenir et celui de nos enfants ! Beaucoup acceptent sans bouger que l'on nous prive de nos droits, de notre système de santé simplement parce que certain l'ont décidé. Leur explication est simple : on ne peut pas faire autrement !


Rappelons à ceux qui nous rebattent les oreilles que la financiarisation est source de progrès favorisant l’investissement, l’emploi et l’innovation, rappelons leur qu'avant la dérèglementation financière, sans les tradeurs, les fonds d'investissement et les rendements à 20%, la croissance était de 5%, le chômage et la dette nulle ou presque. Rappelez-vous, c'était il y a à peine 30 ans !!!


Ce qui était impossible pour eux il y a 30 ans est super facile aujourd'hui.
Grâce aux luttes et aux legs de nos anciens, notre génération a été pour beaucoup à l'abri du besoin, le monde du travail était soumis à des règles, la protection sociale développée, les prix encadrés et l'avenir ouvert. Nous nous sommes donc laissé endormir. Pendant ce temps le capital et le grand patronat n'a jamais cessé de lutter contre cet état de fait. Nous, nous avons baissé les bras.


Nous nous sommes contentés de vivre et de consommer. Nous leur avons abandonné le terrain politique, leur télévision et leur propagande ont fait le reste.
Nous livrons nos enfants à ceux qui aujourd'hui nous exploitent, en nous contentant de leur dire : « c'est comme ça, on ne peut pas faire autrement ! »

Article publié sur Conscience Citoyenne Responsable

http://2ccr.unblog.fr/2010/11/02/les-patrons-sont-sympas/


Moyenne des avis sur cet article :  4.57/5   (46 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 21 septembre 2011 10:52
    @ Robert Gil

    Cher Monsieur,

    Votre constat est très juste. J’observe que vous comme moi n’avons pas l’intention de laisser perdurer l’état de fait et le processus d’assujettissement que vous décrivez. La solution existe.
    Voyez mon dernier Post. 

    « Les périodes électorales se suivent et se ressemblent. Celle où nous entrons voit refleurir sans retard la rhétorique creuse et hypocrite des barons de la droite et de leurs comparses socialistes qui, tels les automates solidaires d’un ancien jacquemart, viennent alternativement asséner aux citoyens les coups de maillet de l’évangile libéral : « la crise », « la dette », « au-dessus de nos moyens », « la nécessaire rigueur », « l’unité des Français », etc.

    Alain Accardo, La Décroissance, septembre 2011.



    Bien à vous, Renaud Bouchard

    • foufouille foufouille 21 septembre 2011 12:04

      mieux !
      le patron veut des hlm et usines enterrees facile a gazer
      1h de soleil pour les bons travailleurs
      air payant
      soupe a base de dechets
      ...........


      • Jean 21 septembre 2011 16:20

        1h de soleil pour les bons travailleurs

        « Et du boudin à la sciure » dit Jean Gabin


      • pilhaouer 21 septembre 2011 12:39

        Mais bien sur !
        La mondialisation, ça sert à ça ! Mettre en fausse concurrence des économies très différentes pour niveler vers le bas ! Le point d’équilibre est atteint lorsque les salaires et les régimes sociaux des pays développés rejoignent ceux des pays émergents.
        Ce serait justice si, en réalité, ça ne profitait pas surtout à la classe dominante !
        L’Europe libérale aussi sert à détruire les acquis sociaux par la concurrence interne.
        La « crise » aussi sert au capital à détruire, récupérer à la faveur des chocs financier et résoudre ses contradictions !

        "Nous nous sommes contentés de vivre et de consommer. Nous leur avons abandonné le terrain politique, leur télévision et leur propagande ont fait le reste.
        Nous livrons nos enfants à ceux qui aujourd’hui nous exploitent, en nous contentant de leur dire : « c’est comme ça, on ne peut pas faire autrement ! » « 

        Oui, en effet !

        Alors jusqu’où ? Jusqu’à quand ?

         »Une fois qu’on a dépassé les bornes, il n’y a plus de limites !" disait Alphonse Allais

        A nous de lui donner tort.


        • chapoutier 21 septembre 2011 13:16

          pourquoi les patrons ont-ils réussi jusqu’à présent à imposer leur diktats ?

          parce que, à mon sens, ceux ( partis et syndicats) en qui le peuple travailleur de ce pays avait confiance on trahis le peuple.

          il suffit de revenir aux dernieres grèves contre les projets de destructions de nos retraites.

          qui à empêchés par tous les moyens que la gréve deviennent générale ?


          • iris 21 septembre 2011 14:22

            entendu parisot sur france culture -sur son livre sur marine le pen-toujours les mèmes mots et la mème rhétorique-et ce n’et pas on avis qui va faire changer d’opinion les lepenistes


            • Marc JUTIER Marc JUTIER 21 septembre 2011 15:22

              Mais le principal de l’escroquerie est expliqué ici :

               

              MONNAIE - Histoire, escroquerie actuelle et solution de remplacement + sites, articles, vidéos et citations en 108 000 signes et 108 liens. Cette publication a pour but de contribuer à la réflexion sur le fait monétaire, de faire un petit historique de l’histoire monétaire, d’expliquer le principe de la création monétaire et le fonctionnement du système monétaire mondial pour finalement présenter une solution de remplacement au système actuel, le 100 % Money, adapté à la France et au monde d’aujourd’hui. 1 / Réflexion générale sur le capitalisme et son moyen de manipulation - 2 / Histoire - 3 / La création monétaire actuelle - 4 / La réforme monétaire proposée par Fraternité Citoyenne (Le 100% Money). En abandonnant leur droit de produire la monnaie, les peuples se sont mis dans une situation de servage vis à vis des banques. Une gigantesque escroquerie monétaire met en difficulté les finances des états et diminue gravement le niveau de vie des citoyens.

              Le lien sur « google document » n’est accessible qu’a ceux qui ont un compte google ! C’est pourquoi j’ai mis le document sur le post (accessible à tous).

              Partie 1 : http://www.lepost.fr/article/2011/09/16/2591739_monnaie-histoire-escroquerie-actuelle-et-solution-de-remplacement.html

              Partie 2 : http://www.lepost.fr/article/2011/09/19/2593512_monnaie-histoire-escroquerie-actuelle-et-solution-de-remplacement-partie-2.html

              Partie 3 : http://www.lepost.fr/article/2011/09/19/2593521_monnaie-histoire-escroquerie-actuelle-et-solution-de-remplacement-partie-3-sites-articles-et-videos.html

              Sommaire : http://www.lepost.fr/perso/marc-jutier/

              Sur google doc :

              http://docs.google.com/document/pub?id=1GcppQQGJ1chSEz-i090xwCqb1phxw2MSTlcjJJfKOOA

              Raccourci : http://bit.ly/otqNVV

              Comprendre la dette publique (en quelques minutes)

              http://www.youtube.com/watch?v=fIyPMzaK_Cc&feature=player_embedded

              N’est-il pas de notre devoir de faire connaître le fonctionnement de ce système absurde à nos concitoyens ?

              ………….

               

              A faire connaître à tous les citoyens français


              • Sitting Bull Sitting Bull 21 septembre 2011 15:57

                En ce qui concerne le premier paragraphe, loin d’être de la science fiction, au train où vont les « plans de rigueur » en Europe, c’est ce qui nous attend très bientôt...

                J’aime bien le clin d’oeil sur les utopies...


                • Sitting Bull Sitting Bull 21 septembre 2011 16:06

                  Et, pour pousser la démonstration à son paroxysme, ne serait-il pas nécessaire, pour faire la nique aux Chinois et autres Indiens, de rétablir l’esclavage ?
                  Je vous dis pas la productivité ainsi acquise !

                  Payer pour pouvoir bosser fait l’objet d’une réflexion en cours... smiley


                  • Ruut Ruut 21 septembre 2011 16:35

                    il serais temps de retourner aux fondamentaux et a l’auto suffisance nationale.


                    • nilasse nilasse 21 septembre 2011 17:30

                      les populations vieillissantes sont moins combatives que les populations plus jeunes. l’age moyen en france est de 42,9 ans,pas de quoi avoir envie de se révolter et de prendre le risque de perdre les 3 merdes matérielles qu’on a accumulé durant sa vie. il est plus confortable pour des esprits encroûtés de laisser perdurer une situation en pensant qu’elle ne nous atteindra pas. le formatage a la soumission des français dure depuis des décennies et ça n’est pas demain qu’ils bougeront.


                      • iris 22 septembre 2011 11:13

                        Tout à fait d’ccord il faut encore une génération pour que ça explose-attendre que le retraité de 30 glorieuses ne soient plus là et qu’on puisse plus se nourrir -
                        alors peut etre...en attendant c’est la résignation et la peur


                      • mbdx33 mbdx33 21 septembre 2011 18:23

                        N’oubliez pas que le dé tricotage des acquis sociaux, n’est pas une nouveauté. A son arrivée au gouvernement Pétain avait fait de même, il avait mis à mal la laïcité, les congés payés, interdit les syndicats, etc.

                        Le problème de notre société aujourd’hui c’est qu’elle n’a plus d’idéal à opposer aux partisans capitalisme ou aux réactionnaires. Du moins c’est ce que l’on veut nous faire croire.

                        Car un autre monde possible, où les valeurs travail, argent, confort mais aussi solidarité, indépendance, développement sont possibles. Le problème c’est que cette conception remet en cause l’establishment actuel.
                        Ceci est valable dans le monde du travail, sur internet, dans la façon de consommer, etc


                        • Lorelei Lorelei 22 septembre 2011 00:15

                          Les gens ne bougeront pas, tres jeune j’ai appris une chose que sur 20 enfants seul un où deux allaient se mouvoir et se battre face à de l’injustice. Il faut vraiment comprendre cette donnée les gens en majorité ont une grande tolérance face à l’injustice, aux crimes, tres peu sont capables de dire NON, se comporter en traitant son voisin de sale noir et out, sa femme de pute est out etc...

                          la majorité des gens acceptent l’injustice à des degrés inimaginables, seule une petite minorité sortira de ses gongs et reconnaitra que c’est pas ok, que là nous avons affaire à du mal et cela a toujours été ainsi et c’est pour ça que les gens qui asservissent ont souvent la possibilité de gagner, c’est en raison de notre lâcheté, de notre degré d’acceptation de l’injustice.


                          • pilhaouer 22 septembre 2011 09:00

                            « ... cela a toujours été ainsi ... »

                            Même en admettant que le courage n’est pas forcément la vertu la mieux partagée, l’histoire est pleine de contre-exemples, de Spartacus à la Commune, de la révolution de 1789 aux luttes de libération des colonisés .
                            Mais des révoltes victorieuses rarement et jamais définitivement ! C’est ce qui explique la crainte de se révolter : Qui va suivre ? Jusqu’où irons-nous ? Verrons-nous le nouveau monde car le temps des hommes n’est pas celui de l’Histoire ?
                            Pour toutes ces raisons la révolte se produit au bord du chaos et souvent là et quand on ne l’attend pas.
                            Nous vivons une faillite démocratique, avec de grand partis sans idéologie (l’idéologie n’est pas un gros mot mais la vision d’un avenir) qui ne font que du commerce de voix.
                            Il est impossible d’espérer de cette démocratie très contrôlée (et pas par le peuple)
                            Nous marchons donc vers le précipice et la question est de savoir s la révolte se produira avant l’abîme.


                          • JOJO JOJO 22 septembre 2011 00:23

                            la consommation c’est l’opium du peuple. avant c’était la religion. ===> consommation = religion des temps modernes. 


                            • DTHEV 22 septembre 2011 08:43

                              L’état providence s’écroule sous sa dette et vous parlez de crise du libéralisme ...
                              L’état a imposé aux banques un mode de fonctionnement scandaleux (création d’argent par le crédit sans contre partie, etc...) l’état a abusé de ce système jusqu’à ruiner le pays et ce serait pour vous la faute de la mondialisation ou des patrons ?
                              C’est une crise du collectivisme, une crise de l’état, une crise du keynésianisme.

                              Les détracteurs de Keynes disaient que booster la croissance avec de la dette était pas possible à long terme et Keynes leur avait répondu « Messieurs à long terme nous seront tous mort », c’est ce qui nous arrive Keynes est mort nous sommes arrivé au long termes et c’est la faillite de l’état.


                              • pilhaouer 22 septembre 2011 09:16

                                L’état est privatisé depuis longtemps et aux mains de la classe dominante !
                                Ses décision sont les décisions de la ploutocratie.
                                Objectif : détruire justement la protection de l’Etat providence et transformer le citoyen en consommateur de n’importe quoi.
                                1. Vider la colonne crédit en défiscalisant et en favorisant le capital.
                                2. Hurler à la dette intolérable pour supprimer toute solidarité ( après avoir encouragé la dette privée car il faut bien vendre à ceux qui n’ont plus les moyens d’acheter)
                                3. Organiser la concurrence en Europe pour s’aligner sur le moins-disant social et idem à l’international . Pour ce faire inscrire dans les traités la déchéance des états et le dogme de la concurrence dite libre et non faussée ( mensonge absolu).
                                4. Faire semblant de lutter contre la financiarisation de l’économie qui est un bon moyen de s’enrichir sans s’embêter à produire et à faire travailler ces emmerdeurs que sont les salariés.

                                « L’état a imposé aux banques un mode de fonctionnement scandaleux ! »
                                Ecrire celà alors qu’il est évident que c’est la finance qui impose ses désidératas depuis belle lurette est assez osé !


                              • pilhaouer 22 septembre 2011 09:23

                                J’ajoute que le capitalisme (= libéralisme ou expliquez-moi) nécessite pour se perpétuer des crises régulières dont l’histoire porte trace même si l’on ne veut retenir que les plus graves, que la guerre est excellente pour le régénérer, que les conquêtes coloniales (ou néo) lui sont indispensables et que l’environnement lui est indifférent sauf s’il peut en tirer profit rapidement.


                              • kiouty 22 septembre 2011 09:57

                                L’état a imposé aux banques un mode de fonctionnement scandaleux (création d’argent par le crédit sans contre partie, etc...) l’état a abusé de ce système jusqu’à ruiner le pays et ce serait pour vous la faute de la mondialisation ou des patrons ?

                                Ha ha ha, c’est tellement scandaleux que les banques n’ont rien dit, sauf à réclamer encore plus de dérégulation quand tout allait bien et qu’ils se gavaient grace a ce système qui a été mis en place pour leur propre bénéfice.

                                Ce sens de l’humour inégalable des libéraux me rendrait presque jaloux !


                              • DTHEV 22 septembre 2011 18:20

                                Vous pouvez dire ce que vous voulez les faits parlent d’eux même :

                                Les pays qui sont en crise sont ceux ou l’état a creusé une dette énorme.
                                Les pays plus libéraux qui ne sont pas endetté ne sont pas en crise (Australie, etc ...)

                                Donc c’est bien une crise de la dette et non du libéralisme.


                              • DTHEV 22 septembre 2011 18:24

                                Nous sommes entièrement d’accord
                                La honte n’est pas sur celui qui accepte des privilèges (banque) mais bien sur celui qui les donne (l’état).


                              • chapoutier 22 septembre 2011 18:25

                                dthev

                                l’australie, c’est bien comme exemple pour tenter de faire croire que le capitalisme c’est tout bon ;

                                monaco non plus n’a pas de dette et c’est plus proche ;


                              • foufouille foufouille 22 septembre 2011 18:27

                                « L’état a imposé aux banques un mode de fonctionnement scandaleux (création d’argent par le crédit sans contre partie, etc...) »
                                ben voyons
                                avec un ratio prudentiel de 5%
                                les banques pretent si elles peuvent gagner a 100%
                                elles ne pretent pas aux handis, trop gros, etc


                              • kiouty 22 septembre 2011 09:55

                                « la conjoncture économique nous oblige à prendre des mesures radicales »

                                Tout-a-fait ! On pourrait par exemple travailler gratuitement et 365 jours par an 15h / jour pour les entreprises, et se laisser crever quand on tombe malade pour ne pas grever le budget de la sécurité sociale que « tout-le-monde-nous-z-envie ».
                                Je pense que c’est un préalable INDISPENSABLE pour rétablir notre Compétitivité et rassurer les Marchés, face aux Défis de la Mondialisation.

                                Après tout, ce sont les-z-entrepreneurs qui font la vraie vie, pas les fonctionnaires ! Et surtout, si on est dans la merde aujourd’hui, c’est la faute à l’état, aux fonctionnaires et aux 35h.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Robert GIL

Robert GIL
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès