Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Les peuples européens disent NON à L’Union Européenne (...)

Les peuples européens disent NON à L’Union Européenne !

Comme le montre la photographie jointe à ce texte, le 29 septembre les manifestants espagnols encerclaient le parlement....

Le 30 septembre, c'est devant l'Assemblée Nationale que nous aurions dû manifester....

Mais ne gâchons pas notre joie, cette manifestation Nation-Place d'Italie était un succès...

« Ce n'est qu'un début, continuons le combat ! »

« Évidemment qu'on ne peut pas sortir de l'Europe, puisqu'on est dedans, mais pourquoi rester dans l'Union Européenne »

« En 1789 les républicains ont fait échec au doit de veto du roi et aujourd'hui il faudrait accepter celui des technocrates de Bruxelles »....

Voici là quelques réflexions glanées dans la première manifestation nationale contre la ratification par le parlement français du nouveau traité européen.

Plus de soixante organisations et associations avaient appelé à cette manifestation nationale, on a même pu voir des élus socialistes défiler avec leurs écharpes tricolores.

Comme me l'a confié l'un d'entre eux : « Hollande avait promis de renégocier le traité, il ne l'a pas fait, du moins il n'a rien obtenu »

« J'ai reçu des menaces d'exclusion du PS mais qu'importe »

Combien étions-nous dans les rues de Paris ?

50 000 peut-être, plutôt 100 000 d'après certains observateurs.

Le dernier cortège de la manifestation qui regroupait les militants du POI fort nombreux et combatifs a dû « piétiner » jusqu'à 16heures avant de pouvoir partir.

Les manifestants organisés politiquement ou non encartés ont montré leur détermination et qu'il fallait compter sur eux et sur leur mobilisation.

Cette manifestation ne constitue pas un point d'orgue mais un point de départ pour un combat unitaire contre le traité européen et contre l'austérité.

« Ah si les organisations syndicales et politiques avaient appelé dès juin et au plus tard à cette manifestation nous aurions été 5 fois plus nombreux »

« Certes, mais il n'est pas trop tard » répondait un autre manifestant.

Nous ne sommes pas seuls :

LISBONNE, ATHENES, PARIS, MADRID, NON A L'UNION EUROPENNE !

Il ne s'agit pas là d'un vœux pieux mais d'une mobilisation qui commence à se construire dans toute l'Europe avec des manifestations gigantesques à Lisbonne et à Madrid.

La Grèce en est à sa troisième journée de grève générale, au Portugal ce sont les syndicats qui envisageant de dépasser le cadre des manifestations.

« Haranguant la foule réunie à Lisbonne, le secrétaire général de la CGTP, Arménio Carlos, a appelé à "l'unité de toutes les victimes de cette politique" et annoncé la tenue le 3 octobre d'une réunion de la centrale syndicale qui "discutera de la convocation d'une grande grève générale".

UNE GREVE GENERALE ? POURQUOI PAS ?

Des comités unitaires commencent à se constituer dans les villes et les campagnes pour discuter de la situation, poursuivre le combat contre le traité de Bruxelles, contre sa ratification et aussi contre l'austérité qui va être imposée au peuple de France.

Notre combat n'est pas uniquement « hexagonal :

Paris, Madrid, Lisbonne, Athènes, dehors, dehors, l’Union européenne !

D'autres capitales et d'autres pays européens vont connaître des mobilisations similaires.

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  4.62/5   (53 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • Henri Francillon Henri Francillon 1er octobre 2012 11:53

    Parce qu’il est sous la houlette de Mélenchon, représentant du système chargé de canaliser sa colère, le peuple manifeste donc " pour un combat unitaire contre le traité européen et contre l’austérité", sous la protection de la police et au bénéfice d’une organisation officielle.
    C’est comme la prise de la Bastille organisée par la même crapule et un peuple réel aurait profité de l’occasion pour remettre ce psychopathe à sa place, exiger la démission du Gouvernement et le jugement sévère de tous ses complices.
    Mais un peuple virtuel d’idiots utiles, agissant aux ordres du système qu’il croit combattre, préfère s’en prendre aux messagers qu’aux vrais coupables, et s’extasie sur internet d’avoir moinssé quiconque a critiqué son idole.
    Car comme un Musulman a son Mohammed ou un Chrétien a son Jésus, le révolutionnaire français a pour idole son Mélenchon.
    Le critiquer c’est en effet critiquer qui se soumet à lui de son plein gré, et la critique est un blasphème chaque fois qu’un être se divinise en référence à une idole.
    La révolution ne passera pas par la France et si Hollande s’en va c’est Bruxelles qui le décidera, pour imposer à ce peuple de zombies un Goldman Sachs de service.


  • La mouche du coche La mouche du coche 1er octobre 2012 19:29

    Je ne comprend pas où l’auteur a vu que cette manifestation était contre l’UE. smiley Ils sont contre le traité budgétaire, ce qui n’est pas la même chose, le contraire en fait.


  • Yvance77 1er octobre 2012 10:11

    Salut,

    Qu’est-ce que représentent aux yeux des salauds de Barros, Van mes choses etc... (tous élus par les peuples bien entendu) les quelques manifestants à Paris et ailleurs.

    Réponse rien !

    Ils étaient occupés à leurs petites affaires, à savoir solder les peuples aux profits des financiers. du comme d’hab pour eux.

    Seule l’insurrection citoyenne avec grève générale à l’appui les fera plier.

    Les manifs d’hier ils sont ou ce matin ? Au turbin (pour ceux qui en ont) à la maison ou paumés en ce lundi matin. Ils ont juste perdu leur dimanche et les ordures qui nous gouvernent doivent bien en rire.

    Tant qu’on ne pigera pas qu’il faut taper dans le dur dorénavant, et bien on subira leur dure loi criminelle et antisociale !


    • nicolas_d nicolas_d 1er octobre 2012 10:35

      @Yvance
      C’est sûr qu’à priori « eux » s’en battent les c...
      Mais le but n’était pas forcément que dimanche soir « ils » disent « ok ok vous avez gagné, on fait comme vous voulez, une autre europe et tout et tout »
      Le but c’est de montrer aux gens qu’il se passe des choses, que des mobilisations se montent. Et qu’ils sont libres de venir grossir les rangs. Ils faut des rangs grossis pour « taper dans le dur »


    • CHALOT CHALOT 1er octobre 2012 10:11

      Mélenchon et le PG ne sont qu’une petite composante, ensuite en Espagne et au Portugal ils ont commencé par des manifestations de cette dimension et ils déscendent dans la rue aujourd’hui par centaines de milliers...
      Patience, le peuple souverain s’avance....


      • CHALOT CHALOT 1er octobre 2012 10:29

        En Espagne, ils ont commencé très tôt et pas de l’ampleur d’aujourd’hui.
        Avec votre calcul, vous me rappelez Vianson Ponté qui écrivait dans le Monde juste avant l’explosion de mai 68 : la France s’ennuie....


        • hunter hunter 1er octobre 2012 10:46

          Salut à tous,

          En tant que provincial très loin de Paris, j’allume hier soir ma télé pour le JT : je voulais savoir l’ampleur de la manif’ !

          Ce n’était que le 4ème titre du nain Pujadas ; le premier, (un truc super important), c’était l’arrestation de joueurs de hand ball qui auraient magouillé des paris.

          Quand le perroquet aborde enfin la fameuse manif’ ; j’étais étonné : pas un seul chiffre de participation, pas d’images de la foule !

          alors que depuis des années, à chaque fois qu’il y a une telle manif’, les rapporteurs d’informations passent des heures à gloser sur « les chiffres des organisateurs » et « les chiffres de la police » !!! (là encore, un truc super important !!!!)

          Une petite interview de quelques secondes, du comédien Jean-Luc (très bon d’ailleurs, Désolé Ariane....), et c’est tout !!!!
          Pas d’images sur d’éventuelles manif’ complémentaires en Province genre Marseille, Toulouse,etc...
          J’ai l’impression qu’il n’y a rien eu à Toulouse, où pourtant la contestation est assez pratiquée.
          Un peu léger, mais bon, c’est Pravda 2 !!!!

          Donc je me dis, que comme ils prennent leurs ordres de très haut, ça a du être un succès, avec comme instructions de minorer l’évènement, pour ne pas « affoler » le citoyen !

          Donc étiez-vous nombreux ? Avez-vous des photos ? Ca serait sympa de partager avec les pauvres provinciaux, parce que même si pour beaucoup de « capitalistes » (habitants de la région capitale), nous ne sommes que des quantités négligeables , eh bien on s’intéresse quand même à ce qui se passe !
          Tout ceci confirme, comme d’habitude, que l’info « mainstream », c’est de la.... BEEEEEEEEEP  !

          Ce matin, sur France Info ou France Inter, idem, pas un mot ! Je crois que Mermet en parlera cet aprèsm’, je verrai ce qu’il raconte.
          Par contre, un sondage matraqué en boucle, comme quoi s’il y avait eu un référendum sur le TSCG, il y aurait eu 65% de oui !

          C’est sûr que s’il n’y avait que 80000 à 100000 personnes, eh bien il faut être honnête :c’est un échac !

          Effectivement il y a plus de mondes dans les manif’ espagnoles ou portugaises, mais on ne peut pas comparer : nos pauvres camarades espagnols, portugais et grecs, sont eux déjà sous le joug ! La France, pas encore !

          Les espagnols, les grecs et les portugais subissent déjà ce que nous allons subir d’ici deux trois ans (le temps que les « machins » européens se mettent en place, c’est toujours très long ), donc qu’eux manifestent, c’est logique : plus la pression s’intensifie, moins ils ont à perdre !
          Eux, ils sont déjà dans la merde, et en grand nombre ! Nous pas encore assez !
          Le peuple ne sait pas anticiper (personne ne lui a appris, surtout pas l’enseignement).
          Le peuple de France réagira quand il sera vraiment dans la merde, mais là, ce sera trop tard.......
          Chez nous (même dans mon petit département pauvre et agricole du Sud-Ouest), les gens continuent à rouler comme des branques, en consommant donc beaucoup d’hydrocarbures, toujours plus chers. J’en déduis qu’ils ont donc du pognon à perdre non ?

          Certes le centre ville de notre sous préfecture, voit beaucoup de magasins qui ferment ; même une agence immobilière vient de fermer, ce qui est rare. Mais bon, un site a déjà été repris par une caisse d’épargne, et les autres sites....on ne sait pas !

          Merci donc à ceux qui ont participé, de donner des infos, de partager des photos (mettez les URL de vos blogs),

          Be seeing you

          H/


          • Garrigue Garrigue 1er octobre 2012 11:27

            Bien sûr que c’est un échec, les raisons ?

            1) Manifestation parisiano-parisienne.

            2) Manifestation gaucho-gauchiste à l’appel d’une « tête de liste » ayant appelé à voter pour le pouvoir de gauche en place.

            3) La rigueur ? Quelle rigueur ? La France ne connait pas encore la rigueur, Sarko ayant amorti le choc en nous sur-endettant. La rigueur elle devrait commencer maintenant mais Flanby fait tout pour continuer sur la lancée de Sarko en faisant la danse de la croissance qui ... ne viendra pas.

            Enfin, pour ceux qui comparent notre situation avec celle de 68, c’est grotesque et ça sent les relents de bobos du baby-boom en manque d’aventure, ces mêmes bobos ex-pseudo-révolutionnaires qui sont aujourd’hui aux manettes...

             


          • Fergus Fergus 1er octobre 2012 10:55

            Bonjour, Chalot.

            Sans doute s’agit-il là d’un bon début pour une mobilisation européenne. Mais il reste un long, un très long chemin à parcourir pour convaincre les populations. Lorsque l’on écrit, comme on peut le lire ici et là, que les peuples sont dans la rue, ce n’est pour l’instant vrai que de la partie la plus ancrée à gauche, la plus politisée ou la plus exposée aux alères sociales.

            C’est pourquoi il importe de poursuivre les mouvements de ce type afin de les amplifier jusqu’à ce qu’ils soient réellement en mesure de peser sur les orientations politiques des exécutifs européens et de la Commission. Mais il ne faut pas se voiler la face, ce sera dur, très dur, et le chiffre du jour, 64 % de Français favorables au Traité budgétaire, est pour le moins révélateur de cette difficulté.

            Mais comme l’a écrit Saint-Exupéry, « l’homme se découvre lorsqu’il se mesure à la difficulté » ; souhaitons que cette découverte de son potentiel soit le fait des idées de progrès et qu’elle puisse briser la dynamique du fatalisme qui, depuis des années, s’est installée un peu partout.


            • Fergus Fergus 1er octobre 2012 10:58

              Un mot encore : les peuples européens ne disent pas non à l’Europe, ils disent non à l’Europe libérale.


            • miha 1er octobre 2012 11:34

              Chalot parlent DES peules européens.

              Comment dire encore « oui » à l’UE ?

              « Ils » nous en ont tellement dégoûtés qu’on n’en veut plus... même fédérale.

              Si un référendum été fait dans chaque pays européen pour demander si il est bon de rester dans l’UE, au moins 22 sur 27 diraient « non ».

              D’ailleurs, ce n’est pas pour rien que le gouvernement ne veut pas courrir le risque de faire un référendum au sujet du TSCG. ... malgré le sondage tombant à pic qui veut nous faire croire que 64 % des français sont pour.


            • Luxum Luxum 1er octobre 2012 13:16

              « Un mot encore : les peuples européens ne disent pas non à l’Europe, ils disent non à l’Europe libérale. »

              Si vous parlez du libéralisme philosophique (http://fr.wikipedia.org/wiki/Lib%C3%A9ralisme) alors c’est une bonne chose que l’Europe en soit puisqu’il s’agit de la limitation des pouvoirs d’un souverain.
              Si par contre, en parlant d’Europe Libérale, vous pensez au libéralisme économique, il est normal que ce soit une source de rejet car justement le libéralisme économique augmente le pouvoir du souverain.
              C’est plutôt pervers, un même mot avec deux sens radicalement opposées.

              Mais bon Fergus, vous devriez savoir que l’UE ne peut pas être réformée. Le mieux est d’en sortir.

              « Ils » nous en ont tellement dégoûtés qu’on n’en veut plus... même fédérale.

              Surtout fédérale...


            • lionel 1er octobre 2012 14:05

              Fergus, comme vous affirmez ce que vous voulez, permettez que je fasse de meme. 


              Les peuples d’Europe sont avant tout des peuples nationaux (conservateur ou progressiste). Il n’y a pas de peuple d’Europe car l’Europe est un projet exogène qui n’a jamais été souhaité par aucun peuple. Je ne crois pas qu’aucun Finlandais ait formulé un désir d’union avec les Portugais ! Hormis peut être quelque union matrimoniale, au demeurant fort improbable avant le machin « erasmus ».

              Les Irlandais ne voulais pas du Soviet suprême de l’UE, ni les Français, ni les Irlandais, ni les Suédois...

              Les peuples dit Européens ne veulent plus de la dictature inssuportable de l’UE, de Von Rampoy, de Ashton, de Barroso, de Goldman Sachs, de JP Morgan, du parlement Juif Européen (représentant des Juifs nationaux qui les ont élus ?) etc...



            • Fergus Fergus 1er octobre 2012 14:19

              Bonjour, Lionel.

              L’Europe peut prendre différents visages, et celui qui est dessiné depuis 20 ou 30 ans n’est pas le bon, précisément en raison des graves dérives libérales (au sens économique) imposées par les oligarchies. Mais il n’est pas interdit de penser qu’une autre Europe, plus sociale, pourrait voir le jour, ni interdit de penser que le pouvoir pourrait se déplacer de l’actuelle Commission cooptée par une poignée de chefs d’Etat vers un gouvernement supranational issu de la majorité du Parlement européen.


            • nicolas_d nicolas_d 1er octobre 2012 16:49

              @Fergus

              Non

              Certes l’Europe peut sans doute prendre plusieurs visages insoubsonnables. Certes celui qu’elle nous a montré jusque là n’est pas le bon.

              Mais un « gouvernement supra national » ? Houlala. Déjà qu’on ne maitrise pas le notre !

              Un gouvernement qui s’occuperait des diversités de chacun vous pensez ? Ou plutôt qui essayerait de lisser ces diversités ?
              Un gouvernement qui ne s’occuperait que des « valeurs communes » ? Lesquelles ?
              Si elles sont communes c’est que ça s’est fait tout seul, alors pas besoin de gouvernement supra national pour nous dire ce qu’on sait déjà.


            • Fergus Fergus 1er octobre 2012 19:49

              Bonjour, Nicolas_d.

              Vous avez raison de souligner les difficultés de mettre en place un avenir commun car il impliquerait une harmonisation fiscale et sociale notamment. C’est pourquoi, si je reste partisan d’une évolution de ce type, je ne souhaite la voir un jour que dans le cadre d’une Europe ayant définitivement tourné le dos à la dictature des marchés. Bref, ce n’est pas demain la veille


            • Fergus Fergus 1er octobre 2012 19:51

              Commentaire coupé à l’envoi, voici la fin :... pas demain la veille que l’Internationale socialiste (au sens ancien du terme) pourra promouvoir un tel modèle.


            • Luxum Luxum 1er octobre 2012 20:19

              Pour qu’une Europe sociale voit le jour il faut d’abord déconstruire celle là et donc : en sortir.

              Mais je ne comprend pas ce désir de vouloir à tout prit donner à tous les pays européens un drapeau commun. Ce serait nier leur diversité.
              Le Royaume-Uni a un drapeau qui est la fusion des drapeaux de trois états relativement similaires mais pour l’Europe tout entière... Je n’ose imaginer à quoi ressemblerait le drapeau.

              Enfin, si tous les pays qui composent l’Europe avait un gouvernement social (et donc véritablement démocratique) on pourrait sans mentir dire que nous vivons dans une Europe social s’en pour autant la doter d’une constitution.


            • nicolas_d nicolas_d 1er octobre 2012 20:23

              @Fergus
              Sans langue de bois, ça veut dire quoi pour vous « harmonisation fiscale et sociale notamment »
              Ca veut dire ce que je disais plus haut « lisser les diversités » ?

              J’anticipe peut être mais... si c’est le cas vous pensez vraiment que c’est la bonne solution ? Ca ressemble à un « ordre »... un empire vs une masse... pas pour moi merci

              Pourquoi ne pas faire reposer le système social, à chaque échelle, sur la diversité ?
              A ce moment là un « gouvernement global » ne peut pas s’en occuper. Il serait obligé pour bien faire de déléguer, déléguer, pour finir sur les gens vraiment compétents à savoir ceux, locaux, qui auraient bien pu se passer de leurs donneurs d’ordre.


            • kimbabig 1er octobre 2012 20:34

              Bonsoir, Fergus

              Ce sondage que vous évoquez (64% des français pour le TSCG) me semble étrange : il y a seulement 2 semaines. Un autre sondage indiquait que si le référendum sur Maastricht avait lieu aujourd’hui, une même proportion (64%) de nos concitoyens voterait NON.

              Cela tendrait à montrer qu’il y a au moins 28% des gens qui se laisseraient à nouveau embobiner en ayant conscience de l’avoir été il y a 20 ans de la même façon...

              Ou alors l’un des deux sondages est faux.

              En attendant j’aimerais bien que notre cher François (qui eût, par défaut et par dégoût du nabot, ma voix parmi tant d’autres), soit joueur et tente le référendum, avec égalité de temps de parole dans les médias entre partisans du oui et ceux du non... En annonçant clairement avant le vote qu’une victoire du NON entraînera le retrait français de l’ue.

              Mais malheureusement, je crains qu’il ne faille pas trop compter dessus ! Quel dommage que la majorité des cadres socialistes s’acharne à ne pas admettre la dangerosité du projet européen et son incompatibilité avec l’espérance de progrès social qu’ils sont censés porter !


            • Fergus Fergus 2 octobre 2012 09:26

              Bonour, Kimbabig.

              En dépit desapparences, ces deux sondages ne sont pas contradictoires : le rejet de Maastricht révèle une forte défiance envers ’Union européeenne telle qu’elle a évolué ; quant à cette large approbation du TSCG, elle est probablement due à la volonté des Français de sortir au plus vite de la crise, et faute de pouvoir sortir de l’Union, il considèrent (à mon avis à tort) ce traité comme un passage obligé qu’il faut accepter.


            • miha 1er octobre 2012 11:28

              Presqu’entièrement d’accord avec ce que vous écrivez, Chalot.

              J’y étais aussi, à cette manifestation d’hier, venue du fond de ma province, après 4 heures de bus.

              On peut dire que c’est une réussite, en effet, à condition de ne pas comparer avec la Grèce, le Portugal, l’Espagne..

              80 000 personnes à l’appel de partis (pas que le FDG), de syndicats et de diverses associations. (j’étais avec ATTAC)

              C’est cela qui fait la différence avec les Grecs, le Portugais et les Espagnols : eux,ce sont les citoyens qui se mobilisent, pas des partis ou des syndicats et voyez le résultat : 80 000 à Paris, 500 000 à Madrid mardi dernier.

              Hélas ! Les Français se font encore des illusions : ils s’imaginent à l’abri et ne pas connaître le sort des Grecs, Portugais, Espagnols. Comme ils se trompent !

              64 % pensent qu’il faut ratifier le TSCG, selon le dernier sondage (manipulateur ou pas ?).... c’est à pleurer devant tant d’ignorance et de soumission naïve !

              http://www.dailymotion.com/video/koWAHQ4szCo0v1cMdL#from=embed

               

              Quant à la grève générale... cela ne se décide pas en quelques jours, cela se prépare des mois à l’avance : il faut mettre de côté l’argent nécessaire pour payer pendant plusieurs mois ce qui est incontournable (loyer, charges,...) et faire des stocks de nourriture ... (pas de vacances, pas de cadeaux à Noël sauf pour les enfants, ...) qui le fait ? (moi, je l’ai fait depuis 2010, après la régression des retraites)


              • anty 1er octobre 2012 11:30

                L’ampleur de la catastrophe économique est bien plus grave en Espagne ou en Portugal que chez nous

                C’est pourquoi il ne faut pas compter a des manifestations de même ampleur en France

                • lionel 1er octobre 2012 14:12

                  D’accord avec vous sur l’ampleur de la catastrophe, mais la nature de celle ci est la même. Est-ce que les Méditerranéens n’auraient pas une vis sociale plus riche de part le fait qu’ils s’enferment moins chez eux ? Cela permettrait d’échanger, bien plus que l’on peut le faire dans nos régions où les merdias des presstitués ne sont que trop rarement soumis à une critique collective et citoyenne. 




                • robin 1er octobre 2012 11:43


                  En Espagne ou au Portugal c’est le million qui descend dans la rue c’est autre chose que nos malheureux 50 000 à 100 000 personnes même si c’est bien.

                  Et Même à 1 million les Etats passeront en force alors ç’est pas demain la veille que les banksters vont avoir peur ! 

                  Quand l’essentiel de la masse moutonnière daignera bouger, ça sera trop tard les principaux meneurs seront déjà internés dans l’équivalent des camps de la FEMA et la dictature sera partout chez elle smiley


                  • Salade75 1er octobre 2012 13:44

                    Je suis toujours admiratif des individus qui savent ce que pensent les peuples.

                    Ce qui est sûr, c’est que si les peuples disent non à l’UE, ils votent oui à chaque élection depuis 30 ans (sauf au referendum pour quelques uns d’entre eux).

                    Mais je suis encore plus admiratif de ceux qui savent ce que pense le peuple, qui lui demandent de voter pour quelqu’un qui pense le contraire, et qui ensuite jouent les vierges effarouchées avec conviction face au résultat obtenu.


                    • jack mandon jack mandon 1er octobre 2012 13:54

                      Chalot

                      De toute façon, les peuples européens disent oui un jour, non le lendemain.

                      Les peuples sont le reflet de ceux qui semblent prendre des initiatives.

                      Dans ce fatras, je me demande si nous ne sommes pas tous descendants des celtes,

                      connus, chez nous sous le nom de Normands...

                      « Peut être bien que oui, peut être bien que non. »

                      Vous me rappelez quelqu’un qui habitait près de chez moi, avec un R en plus.

                      (c’est encore pour détendre)

                      Pour répondre à votre article, je crois que l’ambivalence qui s’empare des peuples,
                      traduit une panique généralisée qui ne permet plus la réflexion.
                      Pour réfléchir il faut s’en donner les moyens et pour ce faire, révolutionner peut être la démocratie...mais le changement, c’est à la saint glinglin.
                      qui me semble mal vieillir.

                      Si je tente d’en rire, c’est que ça me rend bien triste, c’est un réflexe de survie.


                      • Berkano Othala 1er octobre 2012 14:11

                        Bonjour Chalot .

                        Je pense que le peuple est bien seul pour manifester , que ce soit à 100 000 ou 20 milliards, il ne peut rien faire car il n’a pas d’alliés . les politiques le méprisent , les industriels le délocalisent , les médias le stigmatisent , et les intellectuels le minimisent .

                        Quand De Gaulle nous qualifiait de veaux , c’ était très lourd de sens, car le veau est gavé puis est conduit à l’abattoir, et nos élites pensent sincèrement la même chose .
                        Aujourd’hui ,ils voudraient pour nous tous , nous faire un grand bond en arrière ... dans l’évolution des espèces , ils souhaiteraient faire de nous des cloportes, car ce sont des invertébrés ? se nourrissent de détritus ,on ne les voit pas , et quand on les écrase on ne les entend pas crier .
                        Occupy wall street fur un échec ... car ils auraient dû s’inviter comme les corses en 2008 chez Clavier pour une pique nique party, c’est autre chose qu’une tea party .
                        Refaisons le coup du larzac, puisqu’ils nous fond le coup de Jarnac .
                        Occupy le château de Bity, Occupy, le cap nègre , Occupy le cabanon de mougins , et là vous verrez ils nous écouterons .et là c’est bien plus qu’un grenelle qu’il faudra faire .

                        Mais bon "le printemps arabe c’est pour les autres , a nous l’automne européen .


                        • LE CHAT LE CHAT 1er octobre 2012 15:28

                          cette manif des cocus de hollande , avec en tête Melenchon et Thibault qui avaient explicitement appelé à voter pour lui ne risquait pas d’être suivie ! qui voudrait suivre ces tristes sires !

                          de plus un sondage du nouvel obs donne deux français sur trois pour le nouveau traité européen ( propagande ???? )


                          • la pavana 1er octobre 2012 16:15

                            Que nous soyons 80000 ou 20000 peu importe, c’est la prise de conscience du danger qui prime . Chaque pays réagit à sa manière avec le gouvernement qu’il a ...
                            Qu’en France les médias désinforment ? en Espagne aussi ! Lorsque les français dans quelques mois, verront leur niveau de vie diminuer drastiquement, les enfants revenir à la maison, le spectre du chômage pour soi et les autres ......la santé hors de prix ; l’éducation sans prof ou instit..
                            Je souhaite que certains pensent à ceux qui sont venus à pied en train ou en voiture, sacrifier une partie de leur revenus, pour dire aux français ce 30 septembre on l’a crié dans Paris , entrainant les pieds ?calmes ? NON au TSCG , NON à l’austérité ,NON à la politique droitière gouverné par un PS qui trahit ses 60 propositions !!!! !hélas mille fois hélas il sera trop tard !


                            • kalagan75 1er octobre 2012 16:43

                              bon ok vous criez tous haut et fort , mais vous voulez quoi ? On continue de s’endetter et on est de plus en plus à la merci des banques ?


                              • Aldous Aldous 1er octobre 2012 17:24

                                merci pour cet article revogorant smiley




                                • Pierre-Yves Martin 1er octobre 2012 19:23

                                  En pas mal de dizaines d’années, j’ai vu un certain nombre de manifestations. Beaucoup étaient à ranger dans les formalités. Mais pas celle-ci.

                                  Quelques impressions :

                                  • D’abord l’éternelle question du nombre. Je dirais de l’ordre de 50 000, voire un peu plus. C’est plutôt élevé pour une manifestation dont l’origine n’est pas syndicale, sans être un record.

                                  • La jeunesse de bon nombre de manifestants. Ce n’était pas 7 à 77 ans puisque cela commençait... à 3. Les vieux communistes (il s’agirait d’ailleurs plutôt des vieilles communistes) ne constituent vraiment plus le gros de la troupe.

                                  • Affiches, slogans, réactions ; Mrs Hollande et Ayrault n’étaient pas mieux traités que Mrs Sarkozy et Fillon ’ (« Hollande, si tu savais...) et le PS n’a rien à voir avec la gauche (Devoir : le PS est-il un parti de gauche ? Réponse : non, non et non ; note : 20/20).

                                  • Après la manif, j’ai regardé et écouté radio, télévision, et Internet. Rarement la volonté d’en parler le moins possible (souvent en une seule phrase alambiquée ou une très courte séquence ne montrant que le premier rang), d’en minimiser le nombre (« quelques milliers » ou « des milliers » alors qu’il s’agissait indiscutablement de dizaines de milliers), de dénaturer le message (c’était une manifestation contre l’austérité et on mentionnait à peine le traité européen) n’a été aussi flagrante. Si cette manifestation avait eu lieu sous Mr Sarkozy, la couverture médiatique aurait probablement été moins malhonnête.

                                  Ceci m’amène à deux conclusions.

                                  Mr J.L. Mélenchon et les communistes ont tort de ménager la chèvre et le chou en répétant qu’ils ne sont pas dans l’opposition, en regrettant le manque de considération du pouvoir à leur égard, etc. Le peuple de gauche, lui, a tranché : le pouvoir et le PS sont des adversaires avec qui nous avons bien peu de choses en commun. Le PS, lui, l’a d’ailleurs compris depuis longtemps ; il sait bien que ses véritables ennemis sont la gauche et il agit en conséquence.

                                  Il faudra bien que les dirigeants de gauche sortent de leur discours totalement schizophrénique sur l’Union européenne. Ils nous expliquent, et ils ont parfaitement raison, qu’il n’y a rien à espérer de l’U. E., que c’est un régime de plus en plus autoritaire, qu’elle est toute entière dévouée à la cause de l’ultra-libéralisme et qu’elle fait tout pour aggraver l’exploitation de presque tous par des intérêts financiers à court terme. Et en même temps ils prônent une mythique « Europe Sociale », dont ils savent très bien qu’elle ne correspondra jamais à rien, et proclament leur attachement à « l’ Europe » comme si celle-ci, notion géographique et historique, se confondait avec l’organisation des gnomes de Bruxelles.

                                  Il faudra donc que le débat s’ouvre, pas seulement sur la lutte, largement vouée à l’échec, contre les méfaits de l’U.E., mais surtout sur la seule solution possible : EN SORTIR.


                                  • Soi même Soi même 1er octobre 2012 19:30

                                    Chalot un peut tard ton constat, c’était aux élections Présidentielles que je aurais bien voulue entendre ta voie.
                                    Cela n’étonne pas de ta part car t’es un cuistre.


                                    • c’est pas grave 1er octobre 2012 20:01

                                      " Il faudra bien que les dirigeants de gauche sortent de leur discours totalement schizophrénique sur l’Union européenne. Ils nous expliquent, et ils ont parfaitement raison, qu’il n’y a rien à espérer de l’U. E., que c’est un régime de plus en plus autoritaire, qu’elle est toute entière dévouée à la cause de l’ultra-libéralisme et qu’elle fait tout pour aggraver l’exploitation de presque tous par des intérêts financiers à court terme. Et en même temps ils prônent une mythique « Europe Sociale », dont ils savent très bien qu’elle ne correspondra jamais à rien, et proclament leur attachement à « l’ Europe » comme si celle-ci, notion géographique et historique, se confondait avec l’organisation des gnomes de Bruxelles." P-Y M

                                      peut-on mieux le dire ...

                                      (merci)


                                      • kimbabig 1er octobre 2012 20:08

                                        Il est urgent et indispensable de sortir la France de l’union européenne, organisation qui n’en finit plus de démontrer sa nocivité, tant elle est fondamentalement incompatible avec la notion de progrès social, tout comme les modes de fonctionnement et les intérêts des pays membres sont fondamentalement incompatibles entre eux dans le cadre d’une union aussi étroite.

                                        Plus on tardera à le faire et plus nous devrons subir ces diktats austéritaires qui nous mènent droit à la ruine, comme la Grèce ou le Portugal... Si la France reste dans l’ue, c’est le sort peu enviable de ces pays qui nous attend : le meilleur moyen d’être solidaire avec eux, désormais, serait de faire exploser l’ue ! Mais commençons déjà par en sortir !


                                        • Yves Dornet 1er octobre 2012 21:08

                                          Bonsoir,

                                          Nous voyons bien que cette Europe n’est en rien un ensemble cohérent.
                                          Qu’avons nous en commun en matière de justice, de défense, de règles sociales, fiscales, environnementales...pas plus ni moins qu’avec le Japon, le Brésil, Israël.
                                          Cette Europe n’est en rien un bien commun et l’euro vaut ce que valait le franc face au mark.
                                          La crise enfonce tous les jours un peu plus les nations dans les sables mouvants des marchés financiers. Il faut en sortir au plus vite et reprendre notre indépendance, à commencer par la re-création d’une banque de FRANCE à son service.

                                          le problème c’est quand on a des types comme mélenchon qui trompent les ouvriers, les salariés...hier il a fait sortir le gibier pour prendre l’air...


                                          • Louis Matisse Louis Matisse 1er octobre 2012 23:38

                                            Il faut que le peuple Français brise dans un sursaut de dignité la dictature européenne qui asservit tout notre continent. Que l’on redonne à la République ses prérogatives et les instruments nécessaires à son indépendance et à sa liberté, que des institutions de Bruxelles et de Francfort l’on fasse table rase, et que nous décidions nous-mêmes de notre avenir. C’est la volonté du peuple Français qui est souveraine, pas celle des élites européennes. La France n’a pas fait la Révolution pour finir l’esclave d’eurocrates et de fonctionnaires non-élus, les citoyens n’ont pas à être sous la tutelle de quelques groupes et institutions que ce soient.

                                            L’espoir d’un réveil français et européen est grand. La France dans ses fers brisés, magnifique, loyale à sa grandeur passée qui suscita l’étonnement du monde, saura inspirer à nouveau les peuples pour le bonheur de l’Humanité. Il faut que nous montrions l’exemple à l’Europe : enterrons l’Union Européenne et ses institutions antidémocratiques et désormais antisociales. Que la révolte parte de France et s’étende à l’Europe toute entière. Nous allons refuser cette politique eurocentralisée et dont personne ne veut ici et ailleurs. La liberté des peuples sera recouvrée et le renouveau des démocraties sauvera l’Europe malade qui est au bord du gouffre.

                                            PS : l’article 50 du TFUE donne les modalités juridiques pour qu’un Etat quitte l’Union Européenne.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès