Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Les plus ambitieux doivent-ils toujours gagner ? (1/3)

Les plus ambitieux doivent-ils toujours gagner ? (1/3)

Des convictions solides et de l’intelligence relationnelle éprouvée sont les constituants de base d’un homme d’État. Mais ils sont loin d’être suffisants. Première partie.

En France, contrairement à d’autres pays démocratiques comme les États-Unis, la classe politique rassemble des personnalités souvent douées, intelligentes, brillantes. Enfin, je veux dire, la classe politique au niveau national.


Une élite pour la politique française

Les belles carrières sont réservées le plus souvent à ceux qui sortent des meilleures écoles de la République  : Polytechnique (X), Normale Sup., et bien sûr, l’École nationale d’Administration (ENA).

Valéry Giscard d’Estaing était un X-ENA. Alain Juppé un normalien-énarque. François Hollande un HEC-ENA. Et ainsi de suite. Les exemples sont en effet très nombreux.

Même Nicolas Sarkozy, qui ne sort d’aucune grande école et dont certains opposants doutent même du niveau culturel, a fait tout de même des études de droit immobilier pour devenir avocat, ce qui l’a inséré dans une catégorie socio-professionnelle enviable (il voulait cette carte de visite pour être crédible en politique).

Au départ de la carrière politique, un poste administratif, souvent à responsabilité, des contacts avec le monde politique concrétisés rapidement par une collaboration avec un responsable politique. Puis le baptême du feu, l’élection, puis la multiplication des mandats, en nature et en périodes, pour atteindre une visibilité nationale qui pourrait peut-être conduire à un destin national.


Coups du destin

Évidemment, beaucoup d’appelés et peu d’élus et souvent, il y a des circonstances positives ou négatives, des coups de chance, de malchance, un hasard particulier ou une opportunité qui font ou défont des carrières. Et puis, il n’y a pas que l’Élysée dans l’esprit de bien des personnalités politiques. Parlementaire en mission, ministre, présidence de ci, de ça… bref, tout un grand éventail de responsabilités politiques pour rassasier la soif de certains… ou pas.

Nous y voilà… la soif… La soif du pouvoir… la soif de l’ego… la soif de l’argent… et nous pourrions continuer. Cette soif a un seul nom, l’ambition. Pour la soif de l’argent, cela s’appelle la vénalité.

Le mot est lâché et il est essentiel en politique  : pas de réussite en politique sans conviction mais non plus sans ambition.

Mais il y a ambition et ambition.


Les différentes formes de l’ambition politique

J’ai alors classé de manière très personnelle trois formes d’ambition (voire quatre).

La première est l’ambition nationale. "Je ne m’occupe pas de moi mais d’une cause" : la République, l’État, la Nation, l’indépendance, la science, les handicapés, l’environnement, etc. Cette cause peut porter haut. Le général De Gaulle avait sans nul doute cette ambition. Il payait ses factures d’électricité lorsqu’il occupait l’Élysée. Il s’est rarement soucié de sa situation personnelle et de celle de ses proches pour ne se porter que sur son ambition nationale. Bien sûr, ce type d’ambition manque amèrement dans la classe politique actuelle. Pour tout dire, à part De Gaulle, je ne vois personne ayant cette hauteur de vue dans les soixante dernières années, excepté Pierre Mendès France, Raymond Barre et Jacques Delors. On ne peut cependant pas demander aux hommes (ou femmes) politiques d’être surhumains. C’est donc une ambition d’exception, rare.

La deuxième est l’ambition par opportunité. "Je pense à moi, mais je ne veux pas sacrifier ma vie à mon ambition. Alors, je saisis les opportunités. Sinon, tant pis." L’ego y est déjà fort développé. On peut mettre dans cette catégorie Georges Pompidou, Alain Poher, Édouard Balladur, Raymond Barre, Jacques Delors, Ségolène Royal, Jacques Chaban-Delmas, Lionel Jospin… chacun se trouvant au bon moment à la bonne élection. Ou pas (pour Delors). À une moindre échelle, on peut aussi y mettre des élus "par hasard", c’est-à-dire qui ont bénéficié d’une situation dont ils n’étaient pas responsables. Par exemple, Bertrand Delanoë élu en mars 2001 à la mairie de Paris (en mars 2008, ce n’était plus par hasard), ou Michel Destot élu en juin 1995 à la mairie de Grenoble (alors que son prédécesseur Alain Carignon était en prison). Ou en négatif, comme Edgar Faure que la candidature à l’élection présidentielle de 1974 chatouillait.

La troisième est l’ambition totale, celle qui rend l’homme (ou la femme) politique "animal politique". L’ego est démesuré (mais ce n’est pas un signe distinctif). "Depuis tout petit, je veux être le plus grand. En gros, c’est ça. Et je fais tout pour réussir. Je sacrifie tout pour arriver." Nous y reviendrons.

J’ajoute cependant à mon rythme ternaire une quatrième case  : les "animaux politiques" qui ont abandonné la partie, désabusés, dépassés par la situation. Ce sont eux qui étonnent. Car ils ont fait un lâcher-prise surprenant. Par exemple, Philippe Séguin, ou François Léotard, ou encore Michel Rocard. Ils étaient dans la potion politique dès leur plus jeune âge, mais ils ont arrêté net. Pour différentes raisons, opportunités extérieures à la politique, affaires, revers électoraux, deuil, etc., mais ces personnalités auraient pu persévérer comme d’autres (qui, elles, ont réussi in fine). Faut-il y mettre aussi Alain Juppé  ? Il faudra lui demander, car son silence politique laisse entendre qu’il n’a plus aucune ambition nationale. On peut aussi inclure dans cette rubrique Alain Carignon, Michel Noir, Édith Cresson…


Dans un second article, je donnerai un autre repère que l’ambition, puis, je passerai en revue les précédentes élections présidentielles complétées par un troisième article qui conclura sur les constantes et 2012.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (25 juillet 2008)


Pour aller plus loin  :

Les grands candidats à l’élection présidentielle.


Documents joints à cet article

Les plus ambitieux doivent-ils toujours gagner ? (1/3)

Moyenne des avis sur cet article :  3.75/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • rocla (haddock) rocla (haddock) 25 juillet 2008 17:41

    Philippe Seguin est comme vous dites un animal politique , il est de plus en plus pachyderme...


    • Bof 25 juillet 2008 21:47

      Bon article . Mais, pour un futur...il faudrait peut être comparer le sort des Français avec les carrières de ces surdiplômés.
      La France avait rattrapé tout son retard dans les années 1970 . Elle n’avait plus de dettes extérieures , donc les Français pouvaient enfin être libres. Depuis 1975 environ, de nouveau avec nos surdiplomés qui ont promis de moderniser la France dans leurs discours, nous arrivons à 22 % d’illétrés et 30% d’enfermés dans les zup donc exclus de toute décision même celles les concernant directement et nos entreprises nationalisées achetées à crédit et déclarées "’ égarées "’ par notre Justice.....ça doit être cela un pays modernisé dans leurs très petites "grandes écoles"....tout pour moi, rien pour les autres !

      Heureusement, notre nouveau président ne serait pas un surdiplômé ! ...il va peut être nous sortir de cette merde où les surdiplomés nous ont mis....enfin, un coin de ciel bleu ! mais est-ce vrai ?


      • rocla (haddock) rocla (haddock) 25 juillet 2008 22:27

        Bof ,

        Je vous ai plussé .


      • bof 25 juillet 2008 22:46

        Je ne connais pas suffisamment les "autres pays démocratiques comme les États-Unis" pour me prononcer sur le caractère brillant ou non de leurs politiciens... à part deux spécimens hors-concours : GW Bush qui a toutes les apparences de l’imbécile inculte (et à qui on peut juste faire le crédit de persister dans ses choix, si catastrophiques soient-ils ; autant d’obstination entêtée, ça force le respect).
        L’autre spécimen étant Tony Blair, brillantissime expert en communication (tellement expert qu’il finissait par croire à son propre discours), qui fut un moment la coqueluche des bobos français, gauche et droite confondus, et qui a disparu de la circulation après avoir rêvé tout haut d’une présidence européenne.
        Rien de très glorieux, faut bien en convenir...

        Pour dire qu’en France, "la classe politique rassemble des personnalités souvent douées, intelligentes, brillantes", l’auteur ne manque pas d’audace ! Ils ne manquent certes pas d’ambition et vous le décrivez fort bien !
        Doués, ils le sont sans doute. Intelligents... là je me prononce pas, car si intelligence il y a c’est plus au service du parti ou de la carrière perso qu’elle est utilisée. Et moi je m’en tape de leur carrière : c’est mon pays qui m’intéresse !
        Mais pour ce qui est de la classe, là y’a pas grand monde. Je parle de la véritable classe, de celle qu’a un jour montré Villepin à l’ONU face aux mensonges américains, ou de celle qu’avait souvent Mitterrand (si retors qu’il ait pu être par ailleurs).
        Y’ a bien eu quelques Mendes-France, Delors... Allez, je vous accorde même Rocard. Une certaine classe, en effet. Mais passez-moi l’expression : pas de couilles !

        Non décidément, le Général a mis la barre bien trop haut. Face à une référence de ce calibre, si "doués", "intelligents", "brillants" même qu’ils aient pu être, ils ne parviennent pas à avoir l’air d’autre chose que des médiocres.

        Pauvre France, tiens !


        • bof 25 juillet 2008 22:48

          tiens, voilà que j’ai un homonyme..
          Va falloir que je trouve autre chose, alors


        • Winst 26 juillet 2008 04:55

          En France, contrairement à d’autres pays démocratiques comme les États-Unis, la classe politique rassemble des personnalités souvent douées, intelligentes, brillantes.

          Je propose de mettre le verbe "rassembler" à l’imparfait, pour plus de crédibilité déjà, ensuite parce que dès la première phrase ça choque et parce qu’enfin de sarkozy à dati en passant par albanel ou pécresse, j’ai pas trop le sentiment qu’on ait la dream team du Trivial Poursuit sous la main là !


          • takakroar 26 juillet 2008 05:41

            Intéressant cette proposition de classer les ambitions.

            Pourtant, je n’arrive pas à reconnaitre le plus grand nombre. Je ne vois pas bien où les classer. Je les sens au fond "normalement" carrièristes, extérieurement soucieux de montrer qu’ils se dévouent au bien commun. A ce titre, à leurs yeux sans doute, mais auusi aux yeux de la plupart d’entre nous, il est donc logique qu’on leur concède quelques (!) avantages, ne serait-ce que parce qu’ils ont un rang à tenir.

            Une fois qu’ils ont goûté au train de vie, à la notoriété avec les égards qui vont avec, à la gratitude (intéressée) qu’ils retirent, des faveurs grandes ou petites qu’ils concèdent, ils n’ont envie que d’une seule chose : c’est que çà continue. Cà me parait tout à fait humain. Rien de pire, sauf les exceptions que vous citez, que de retourner dans l’anonymat. De n’être plus rien que soi-même. Surtout si ce "soi" n’aspirait qu’à l’apparence.

            Pour celà je trouve que les institutions (on peut rêver) devraient prendre en considération le côté naturel de ces travers humains pour établir des règles, ne seraient-ce que la limitation des mandats dans le nombre et la durée, pour les contenir et valoriser le travail de fond.


            • Allain Jules Allain Jules 26 juillet 2008 11:09

              Il faut aussi parler des opportunistes. Être ambitieux n’est pas mauvais en soi. Mais, s’il faut écraser les autres pour arriver, non. http://allainjulesblog.blogspot.com/


              • Christoff_M Christoff_M 28 juillet 2008 05:50

                Chirac a trahi Giscard entre autres et il est trahi par son futur ex jeune lieutenant....

                la roue tourne et elle revient finalement dans la tronche de ceux qui sont passé en force à un moment donné !!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès