Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent

Les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent

La formule va encore faire florès pendant les mois à venir où les promesses de tout poil vont encore être formulées dans le but de convaincre les électeurs.

Il existe deux sortes de promesses : celles qui n’engagent à rien mais font rêver, du style « la France qui se lève tôt », le Président du pouvoir d’achat », « je veux qu’il n’y ait plus personne à dormir dehors si je suis élu », « la fin des paradis fiscaux », et puis il y a les autres du style « création de 60000 emplois dans l’Education Nationale en 5 ans pour 2,5 milliards d’euros », beaucoup plus risquées parce que techniques et vérifiables.

Essayons donc d’y voir clair dans cette proposition et imaginons les conditions possibles de sa mise en œuvre.

D’abord signaler qu’il s’agit de 60000 emplois dans l’Education nationale et non de 60000 postes d’enseignants. Il peut s’agir pour partie de poste de vie scolaire (surveillants) et d’administration pure dans les établissements scolaires dont la rémunération n’est pas la même que celle des enseignants.

En second lieu, ces postes peuvent être des emplois à temps non complet.

Enfin, ces postes, en particulier ceux d’enseignants, peuvent être gagés sur des postes dont on sait qu’ils ne seront pas remplacés à terme. On pense à cet effet à la suppression du redoublement annoncé par le candidat Hollande, et qui pourrait libérer à terme, un certain nombre, pour ne pas dire un nombre certain, de postes.

Dans l’absolu, la création de 12000 postes par an pendant les 5 années du mandat présidentiel peut se décliner de la manière suivante :

2012

2013

2014

2015

2016

TOTAL

260 millions

260 millions

260 millions

260 millions

260 millions

1300 millions

 

260 millions

260 millions

260 millions

260 millions

1040 millions

 

 

260 millions

260 millions

260 millions

780 millions

 

 

 

260 millions

260 millions

520 millions

 

 

 

 

260 millions

206 millions

 

 

 

 

 

3846 millions

Ce calcul qui donne un résultat de 3,846 Milliards (a comparer avec les 2,5 annoncés) est réalisé à partir d’une rémunération de 1800 €/mois par agent, charges comprises (hypothèse basse qui ne prend pas en compte le déroulement de carrière - un agent recruté en 2012 coutera plus cher en 2016 – ni les coûts annexes de formation, d’action sociale…).

A partir de là, il est permis de bâtir plusieurs hypothèses, notamment en considérant qu’une partie des emplois seront à temps non complet (emploi de vie scolaire, par exemple), ce qui minorera l’enveloppe budgétaire finale, sans peut-être la faire descendre jusqu’à la somme de 2,5 Milliards annoncée.

C’est pourquoi la promesse de 60000 emplois sur 5 ans dans l’Education Nationale ne sera sans doute pas réalisée comme indiqué dans le tableau ci-dessus mais, plus probablement, sera mise en œuvre de façon progressive pour tenir compte notamment du vote du Parlement autorisant la création des emplois, et de l’organisation des concours de recrutement. Ceci aurait pour effet de différer les recrutements en fin d’année pour les faire coïncider avec la rentrée scolaire et on aurait une année quasi-blanche en 2012. L’impact budgétaire serait alors reporté pour partie sur les années suivantes et le nombre de 60000 emplois ne sera atteint sans doute qu’après la fin du plan en 2016.

Il est alors probable qu’en régime de croisière, c'est-à-dire après la fin du plan de cinq ans les effets financiers en année pleine seront bien supérieurs aux 2,5 Milliards annoncés, mais que ce montant annoncé peut être tenu pour la période 2012/2016, mais au prix d’artifices techniques et de jonglages budgétaires.

Il serait donc indispensable que le candidat Hollande sorte de l'effet d'annonce et communique de manière plus précise autour de ce projet, ce qui éviterait la surenchère caricaturale de L’UMP sur le coût du projet socialiste.es

Les électeurs auraient alors le sentiment qu’on ne les prend pas pour des buses prêtes à acheter le dernier produit marketing qui ne sert à rien mais qu'on les considère comme des citoyens adultes.


Moyenne des avis sur cet article :  1.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 2 novembre 2011 10:24

    Il faut sortir d’un système où l’idéologie et les belles paroles ne sont que du
    « marketing ». Les membres de l’élite ne s’intéressent qu’à leurs intérêts personnels.
    Cela explique toutes les promesses non tenues faites par nos politiciens pour se faire
    élire ; Mais attention les gens qui mentent régulièrement pour arriver à leur fin sont
    des manipulateurs. Pensez-y la prochaine fois. !!!

    http://2ccr.unblog.fr/2011/04/08/travail-famille-patrieet-petits-mensonges/


    • sophie 2 novembre 2011 15:45

      Les promesses n’engagent que ceux qui y croient, cela vaut pour tous les candidats

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès