Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Les propositions choc de Sarkozy

Les propositions choc de Sarkozy

 

Ou comment il donne par une main et reprend plus par l'autre.

C'est l'arnaque aux charges sociales (et non plus cotisations sociales), 1000 € à gagner dit-il sur une année, à supposer que ce soit vraie comme proposition, que se cache-t-il donc derrière cette politique ? 1000€, cela sonne comme une loterie, ou encore les offres promotionnelles en incitant à acheter un produit en appâtant le chaland par du gratuits, 100g par ci et 200g par là. Il s'agit bien d'une offre promotionnelle de fin de mandat.

Le smicard, par frustration et privation, a les yeux plus gros que le cerveau. 1000 € lui tapent dans l'œil, cela sonne consommation et il se voit déjà disposant de monnaies sonnantes et trébuchantes, lui permettant se vautrer dans la luxure de la consommation.

Sauf qu'il y a une différence entre les rêves et la réalité. Et surtout, notre smicard oublie la remarque de Copé, ceux qui se contentent de 5000€ par mois sont des minables, mais que dire de ceux qui se contenteront de 1000 € par an ?

1000€ par an ramenés au mois donnent à notre smicard 83€ par mois. La belle affaire !

Est-ce le plein d'essence par mois dont a besoin notre smicard pour son travail ? Le prix d'électricité (ils nous promettent des aussi des augmentations), du gaz ? Les cigarettes, le transport, la mutuelle, les assurances (logement, habitation voiture etc), la cantine des enfants, et j'en passe et bien des meilleures, ce sont ce que l'on appelle des dépenses incompressibles sur lesquelles le smicard n'a aucun pouvoir pour les réduire ou les supprimer. Aurait-il souhaité le faire il ne le pourra pas, les assurances sont obligatoires, il risque de voir son contrat de location résilié faute d'avoir une assurance habitation par exemple. Ce sont là des charges et des dépenses de survie dans la jungle de l'ultra-libéralisme, où de plus en plus de dépenses superflues deviennent paradoxalement indispensables dans une société qui a fait de la consommation sa raison d'être.


Les hommes politiques ont une vision globale de leur projet. Ils l'appliquent par de petites touches, par petits bouts. Le démantèlement du système sociale français se fait par à-coups, ses fondements sont depuis belle lurette ébranlés. Un jour, le réveil se fera pour contempler le travail patiemment accompli depuis que les Minc et compagnie ont insinué dans l'esprit du commun des mortels qu'il n'y a pas de salut en dehors du libéralisme à outrance. Le résultat est déjà là devant nous. Ils corrigent les conséquences de leur turpitudes par d'autres turpitudes. Que dis-je ? Encore s'agirait-il de turpitudes celles-ci ne seraient pas plus excusables mais au moins ne supporteraient-ils pas le soupçon de la traîtrise et d'œuvrer contre le peuple, ce peuple même qu'ils déclarent défendre.

Le résultat est là : une paupérisation massive de la population, laquelle apprend progressivement le défaitisme et l'esprit de chacun pour soi. Les électeurs on été séduits par le « travailler plus pour gagner plus ». Les heures supplémentaires non imposables à l'impôt sur le revenu n'ont finalement pas enrichi leurs auteurs. Ceux-ci ont aussitôt été dépouillés de leurs gains éphémères. Il aurait fallu pensé au revenu fiscal de référence*, qui intègre les gains des heures supplémentaires. Ce revenu fiscal de référence, un mystère qu'aucun de nous experts médiatiques n'a eu la turpitude d'en expliquer aux pigeons admirateurs et adorateurs de Sarkozy, les conséquences de son calcul sur l'augmentation de la taxe d'habitation, la taxe foncière, la baisse voire la suppression des aides au logement, l'impact que cela aura sur les tarifs des cantines scolaires des enfants etc..

Ce qui fut présenté comme un gain a été en réalité un abaissement de pouvoir d'achat. Cela est la première génération des promesses, la génération 2007. Pour ceux qui ont eu la crédulité d'y croire, de penser que les heures supplémentaires sont un moyen d'enrichissement, ceux-là seront cette fois-ci réticents et méfiants pour croire à de nouvelles promesses.

La deuxième génération de promesses, génération 2012, s'adresse donc à une nouvelle catégorie de personnes. Elle s'adresse à ceux qui n'ont pas eu l'occasion d'éprouver le « travailler plus pour gagner plus ». Un slogan où même certains Rmistes y avaient cru, ils pensaient que leur RMI allaient augmenter. Ce qui démontre l'effet mobilisateur de ce genre de slogan sur des gens qui n'ont même un intérêt direct dans les mesures proposées. Cette deuxième génération de promesses s'adresse ainsi à ceux qui n'ont pas eu la chance de se faire arnaquer de leur vote. Ceux que leur employeur ne propose pas d'heures supplémentaires, les précaires, les smicards en CDD, en intérims, cette population qui survit, et qui a pour leitmotiv « 1000€ par an mieux que rien », « 1000€ dans ma poche mieux que dans celui du voisin ». Une population qui ne voit pas plus loin que le bout de son nez, qui n'entend pas autre chose que ce qui se raconte sur TF1. C'est à cette population que s'adresse la deuxième génération de promesse 2012. Elle a un salaire qui n'évolue pas, ni au bout de 10 ans, ni 20 ans, toujours le smic (avec un c comme croissance et non un garantie). Le salarié moyen, les communicants politiques le connaissent bien. Ils parient sur son instinct de cupidité, exacerbé par la publicité, et des émissions qui ont pour mission le rétrécissement de plus en plus du cerveau disponible du consommateur. Ce salarié moyen, modèle parfait et échantillon représentatif de toutes les études d'opinion publique et de sondage en tous genres, ce salarié moyen sera obnubilé par les 1000 € par an, qu'il gagnera par l'effet de la suppression des charges sociales. Les communicants parient sur son esprit égoïste et individualiste, il préfère les 1000€ dans sa poche au lieu de financer le RSA d'individus se complaisant dans l'assistanat et la fraude (c'est là l'argument vendu par les experts dans les médias mensonges), mieux vaut 1000 € maintenant que pour une protection sociale qui devient avec le temps synonyme de charges, de poids, de cause de licenciements, cause de manque de compétitivité des entreprises.

1000 € maintenant valent mieux qu'une retraite que la salarié moyen a de plus en plus la certitude qu'il ne touchera pas . C'est à ce genre d'électeur-salarié que s'adressent les communicants en politique, l'appâter avec des propositions qui satisfont ses envies, ses rancunes. Il aura la gueule de bois quand il verra que demain les moins de 100 € par mois ne vaudront pas grand-chose (rappelez-vous déjà qu'avant le passage à l'euro l'on se disait que peut-on acheter avec 100 francs ?). Entre temps le gel du barème de l'impôt sur le revenu entraînera une augmentation subreptice de l'impôt sur le revenu, ceux qui étaient non imposables jusqu'à maintenant le seront demain. Parmi eux notre salarié moyen qui aura été appâté par les 1000€. Il payera demain rubis sur l'ongle plus que ce qu'il croyait gagner avec la suppression des charges sociales. Il payera en râlant l'impôt sur le revenu, la taxe d'habitation, la taxe foncière, il verra le prix de la cantine scolaire augmenté,l'allocation logement diminuée ou supprimée, le prix de la crèche augmenté ou les aides diminuées, en sachant que beaucoup d'aides sont en fonction de revenu fiscal de référence. Ce sont là des aides dont le salarié moyen bénéficie, sa famille également, au même titre que celui qui a le RSA. Par conséquent, le salarié moyen se tire une balle dans la jambe en se croyant priver d'autres de bénéficier des cotisations sociales sur son salaires.

Pourtant, le plus grave est de faire admette implicitement la fin de la politique de notre système sociale français. Le salarié (même s'il s'agit pour le moment des bas salaires) ne sera plus soumis aux cotisations sociales sur la part salariale, les patrons ont eu leur exonération sur certaines cotisations sociales sur la part patronale, sous prétexte que celles-ci sont remplacées par une augmentation de la TVA dite sociale, mais n'a rien de social que le tour de magie qui fait voler un pigeon du chapeau du magicien, en somme de la poudre aux yeux, qui empêche de voir l'arnaque.

Demain, il sera trop tard, le salarié moyen aura gagné des regrets de type : « si c'était à refaire, je ne serais pas allé à ce restaurant ... ». Le fond du problème n'est pas le restaurant, c'est le doigt d'honneur symbolique qu'il a envoyé à ses électeurs. Il peut s'en dispenser la prochaine fois, il n'en demeure pas moins que le salarié moyen se fera avoir en beauté encore une fois, et il sera trop tard quand il réalisera qu'il s'est fait avoir comme un pigeon. Mais il ne dira pas qu'il n'a pas été averti.

Aujourd'hui 23 février, le journal dit « gratuit » pas de commentaires dans Métro sur la proposition de Sarkozy faite à France 2. Dans Direct Matin, l'autre « gratuit », des paraphrases des propos du candidat sortant, mais sans réelle critique. Par ailleurs, même chez les spécialistes, les experts en tous, par exemple chez BFMtv, i-Télé, ces experts, qui pullulent dans les médias mensonges, répètent a cappella les propos du candidat sortant, sans réelle analyse sérieuse. Comme si les 1000 € n'ont pas de contrepartie, comme si la mesure n'est pas anti-salarié, anti-sociale et anti-peuple. Ce candidat sortant fait le contraire de ce qu'il déclare. Il fait la politique du système ultra-libéral, anti-social et anti-peuple.

L'opposition ne dit rien, laisse passer (en dehors de J-L Mélenchon qu'il a justement résumé la mesure, augmenter les salariés par leur propre argent ) un démantèlement sans précédent du système social français.

 


Mélenchon sur les propositions de Sarkozy : ”les... par BFMTV _____________________
 

*Le revenu fiscal de référence est indiqué sur votre avis d'imposition.

Son montant conditionne l'accès à certains dispositifs fiscaux comme la prime pour l'emploi, des exonérations ou réductions en matière d'impôts locaux.

Il est égal au montant net des revenus et plus-values retenus pour l'établissement de l'impôt sur le revenu au titre de l'année précédente.

Ce montant est majoré, si nécessaire :

du montant de certaines charges, cotisations ou primes déductibles du revenu global (par exemple, souscription en numéraire au capital des SOFICA et des SOFIPECHE, acquisition de parts de copropriétés de navires, investissements réalisés dans les DOM-TOM),

du montant des revenus exonérés relevant de la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC), des bénéfices non commerciaux (BNC) ou des bénéfices agricoles (BA) au titre des entreprises nouvelles, des jeunes entreprises innovantes, des activités exercées en zones franches urbaines, ou des activités exercées en zone franche corse),

Toutefois, les revenus non commerciaux non professionnels exonérés ne sont pas inclus dans le revenu fiscal de référence.

des produits de placement à revenu fixe soumis aux prélèvements libératoires,

du montant des revenus exonérés en France et perçus par des salariés détachés à l'étranger, ainsi que les indemnités liées à l'expatriation et exonérées d'impôt sur le revenu,

des salaires exonérés au titre des heures supplémentaires,

du montant de l'indemnité de fonction perçue par les élus locaux soumise à la retenue à la source,

du montant des revenus perçus par les fonctionnaires des organisations internationales,

de certains revenus exonérés par application d'une convention internationale relative aux doubles impositions.


Moyenne des avis sur cet article :  4.78/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 24 février 2012 11:06

    Qui se souvient de la phrase « je ne laisserai personne sur le bord de la route », de sa parole donnée aux ouvriers de gaz de France comme quoi « jamais GDF ne sera privatisée », de sa déclaration « Dans les deux ans, plus personne ne dormira dehors » ? L’action qu’il a menée dés son élection dispense de commentaire ces mensonges absolus..........

    http://2ccr.unblog.fr/2012/02/16/menteur-et-manipulateur/


    • yazan 24 février 2012 12:59

      Oui, le président peut promettre ce qu’il veut, il est désormais totalement décridibilisé. Ses promesses de 2007, ce n’est pas à 90 jous de l’élection suivante qu’il faut s’en inquiéter... 5 ans de sarkozysme nous ont appris à lire entre les lignes.... « Je vais donner cela aux pauvres » ? A chaque fois, il en a profité pour donner bien plus aux riches, quitte à précariser d’avantage les moins fortunés ! Exonérer les heures supplémentaires afin de pouvoir travailler plus pour gagner plus ? Ca s’est traduit par moins de droits pour le travailleur, un salaire stagnant, et plus de facilités pour le patron (ce qui n’a pas pour autant freiné la désindustrialisation de surcroit). Ce genre d’exemple, il y en aurait désormais assez pour remplir une encyclopédie !
      Le bilan de sarkozy, c’est du vent (en humour et en BD, un condensé de résumé).
      Etre gentil pendant 90 jours pour mieux pouvoir en remettre une couche ensuite, ça ne prendra plus, et le président le sait très bien.
      Mais peut être est il désespéré de craindre la prison dès son éviction (karachi, bettencourt, etc etc...) qu’il n’a au final plus rien à perdre ???


      • Richard Schneider Richard Schneider 24 février 2012 16:17

        Bon article très complet sur le sujet.

        J’ai particulièrement apprécié ce long passage - dont quasiment personne ne parle :
        .«  Entre temps le gel du barème de l’impôt sur le revenu entraînera une augmentation subreptice de l’impôt sur le revenu, ceux qui étaient non imposables jusqu’à maintenant le seront demain. Parmi eux notre salarié moyen qui aura été appâté par les 1000€. Il payera demain rubis sur l’ongle plus que ce qu’il croyait gagner avec la suppression des charges sociales. Il payera en râlant l’impôt sur le revenu, la taxe d’habitation, la taxe foncière, il verra le prix de la cantine scolaire augmenté,l’allocation logement diminuée ou supprimée, le prix de la crèche augmenté ou les aides diminuées, en sachant que beaucoup d’aides sont en fonction de revenu fiscal de référence. »
        Heureusement qu’il y a de sites comme AgoraVox pour soulever un certain nombre d’arnaques ! Le plupart de nos politiques, ainsi que les grands médias préfèrent disséquer les petites phrases des candidats : elles font le « buzz », c’est le plus important ...


        • xray 24 février 2012 16:50


          SARKOZY sert le capital de la Dette publique. 
          Il est l’instrument de l’axe CIA-VATICAN. 
          Il n’a pas de compte à rendre aux Français. 

          Sarkozy sera réélu. Les US ont besoin de lui pour porter la guerre en Syrie et en Iran. 

          Le Grand Guignol politique (L’Europe des curés) 
          http://n-importelequelqu-onenfinisse.hautetfort.com/ 

          Le capital de la Dette publique 


          • 1 2 + 1 2 + 24 février 2012 17:19

            Désolé XRAY, mais tu te trompes lourdement sur ton prétendu axe cia-vatican (qui ne méritent aucunes majuscules !)

            Le véritable axe du mal unit un petit pays menant un apartheid féroce sur la côte Est de la Méditerranée avec un géant tyrannique situé à l’Ouest de l’Atlantique.

            Le vatican n’est plus qu’une serviette hygiénique dont on se sert selon besoin et qu’on jette après usage.


          • Vipère Vipère 24 février 2012 18:47

            Bonjour à tous 


            Et à Robert Gil

            Qui ne souvient de la phrase culte et de bien d’autres dont la fameuse : « Je ne laisserai personne au bord de la route » !!! 

            C’était il a bientôt cinq ans et rien n’a changé, si ce n’est en pire !

            Ce qui n’empêche pas le Sire de revendiquer un nouveau mandant, en relookant à peine ses anciennes promesses ! 

            Et cette fois, il promet à l’électorat populaire qu’il veut pousser à voter pour lui :

            - « une carotte à 1000 Euros » !!! 
            - d’éradiquer les retraites chapeau, de réduire les salaires mirobolants etc... 

            Des mensonges ! toutes ces mesures déjà promises lors du précédant mandat et n’ont pas été tenues !

            Ce qui n’empêche pas France Info, de nous bassiner matin, midi et soir en décrétant que les hommes politiques doivent séduire à tout prix et qu’importe les moyens utilisés, seule compte la finalité : remporter la victoire électorale !

            Il ne suffit pas qu’une radio, (radio Sarko) au demeurant très médiocre, martèle de telles platitudes pour que l’auditeur les tiennent pour vraies ! 



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

FRIDA

FRIDA
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès