Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Les renoncements d’#Hollande, 3ème épisode : les collectivités

Les renoncements d’#Hollande, 3ème épisode : les collectivités

Les renoncements de François Hollande s’accumulent depuis le 6 mai. Il suffit de lire ses 60 engagements de campagne pour réaliser, non sans un certain effroi, à quel point les virages opérées le sont à 180°, avec dérapages totalement incontrôlés. Tellement incontrôlées que c’est au ministre de l’intérieur qu’il revient désormais la charge de calmer “la grogne” sociale qui enfle et de manière musclée. Ainsi figurait en 3eme position des promesses présidentielles l’obligation pour les entreprises de rembourser les aides publiques en cas de délocalisation, mais également la mise en place d’un taux d’imposition à trois étages en fonction de leur taille. A la place, nous avons eu l’épisode des geonpis et le crédit d’impôt de 20 milliards que même Sarkozy n’avait pas osé mettre en place lors de son premier mandat. A la place, les syndicalistes et les grévistes, qui refusent les licenciements souvent boursiers auxquels on assiste, sontles cibles prioritaires des forces de l’ordre.http://agauchepourdevrai.fr

Le renoncement qui, ce jour, a retenu l’attention d’A gauche pour de vrai ! est passé presque inaperçu. Pourtant il s’agît d’un renoncement qui coûtera 3 milliards aux collectivités locales et territoriales, excusez du peu. Car notre désormais cultissime ministre du budget, également appelé Picsou par ses proches, Jérôme Cahuzac, les a minutieusement comptés les sous. Et il s’est aperçu qu’il manquerait à l’état 10 milliards en raison d’une petite largesse de 20 milliards octroyée aux entreprises du CAC 40 sous la pression du Medef. Et comme la tendance n’est vraiment pas de demander aux entreprises de participer à l’effort budgétaire mais bien plus de leur en faire “croquer”, Monsieur picsou a donc eu l’idée de se retourner vers les collectivités locales et territoriales. Ainsi, la promesse 54 de notre président, qui assurait la péréquation afin de permettre aux collectivités d’assumer leurs missions de plus en plus nombreuses, ne sera pas tenue ! Précisons que Fleur Pellerin, en charge des assises de l’entrepreneuriat qui se sont tenues à la mi janvier, entend poursuivre la politique d’allègement fiscal des entreprises. A ce rythme, les geonpis vont tellement grossir qu’ils deviendront rapidement des oies bien grasses… pour eux, pas question de “règle d’or” mais plutôt de champagne et de caviar.

Une telle décision, devrait, en théorie, mettre les élus et responsables socialistes en situation de révolte. Car à l’époque de Sarkozy, ils dénonçaient, à juste titre, l’étranglement des collectivités qui réalisent pourtant 70% des investissements publics du pays, investissements indispensables au maintient d’une relative activité. Ils allaient même jusqu’à voter des budgets en déficits, c’est à dire se mettre hors la loi, car une collectivité a l’obligation d’équilibre budgétaire. L’actuel président de l’Assemblée Nationale était hier président du conseil général de la Seine-Saint-Denis. Et c’est lui qui avait levé la fronde des élus locaux contre cette logique budgétaire qui conduit les collectivités à l’endettement, donc à l’étranglement. Il manque cette année, à ce même département, plus de 30 millions pour boucler son budget. Va-t-il, aujourd’hui comme hier, opter pour la révolte ? Ce serait logique non ?

Plus sérieusement, la véritable logique de cet étranglement budgétaire des collectivités est la privatisation des services publics de proximité. Pas une ville, pas un département, pas une région n’échappent à présent aux “délégations de services publics”. C’est ainsi que les entreprises privées réalisent ce que les collectivités ne peuvent plus financièrement assumer : distribution de l’eaurestauration scolaire, vigils de surveillance… Le tout dissimulé derrière un cahier des charges qui, assure-t-on, permet à la collectivité de garder le contrôle…En réalité, il suffit de voir comment il devient quasiment impossible de comprendre et donc de contrôler la manière dont certaines entreprises privées réalisent, entretiennent puis exploitent la distribution de l’eau par exemple, pour comprendre que le contrôle n’existe pratiquement plus. Les partenariats publics privés se multiplient comme les petits pains il y a 2000 ans. Et là, on ne peut plus se cacher derrière un cahier des charges car l’entreprise privée “partenaire” de la collectivité ou de l’état oeuvre à l’exploitation du service public et en détient des parts.

En réalité, il ne suffit pas d’être contre la peine de mort, pour le PACS ou pour le mariage pour tous pour être de gauche. Si tel était le cas, Chirac, Bachelot ou Apparu seraient des militants “gauchistes” avérés. Lorsqu’un gouvernement favorise la privatisation des services publics il est de droite. Lorsqu’un gouvernement allège la fiscalité des entreprises et alourdit la pression financière sur les collectivités, il est de droite. Lorsqu’un gouvernement envoie les forces de l’ordre maltraiter des salariés et accède dans le même temps à toutes les revendications du patronat, il est de droite. Lorsqu’un gouvernement transfère le financement de la sécurité sociale sur la consommation, il est de droite. Mais arrêtons là cette liste pour ne pas faire souffrir plus que de raison ces militants socialistes qui s’imaginent encore aujourd’hui être encartés dans un parti de gauche. Qu’ils sachent, en revanche, qu’ils ne pourront pas dire, à la veille de l’affrontement entre le rouge et le brun, qu’ils n’avaient pas vu leur parti virer au bleu vif. Leurs responsables gouvernementaux, qui sont aussi ceux de tous les Français, en acceptant la règle d’or, en l’inscrivant dans la constitution, en s’agenouillant devant l’autel des 3% de déficit, ont définitivement tué le Parti Socialiste. Leurs responsables ont définitivement rompu avec l’héritage d’un certain Jaurès. Les nouveaux mythes des dirigeants socialistes se nomment “David Ricardo”, “Adam Smith” et “Milton Friedman”.

Sydne93


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • leypanou 8 février 2013 12:02

    Ce n’est pas un renoncement car il n’a jamais voulu mener une politique de gauche sur les choses essentielles.

    Quand on a nommé P Moscovici au ministère de l’Economie et des Finances, on ne peut pas prétendre honnêtement vouloir mener une politique de gauche ou il y a quelque chose qui m’échappe.

    En ce qui concerne le financement des collectivités locales, là encore, les départements pauvres seront étranglés car ils n’ont pas assez de ressources avec le nombre toujours croissant de personnes aidées. L’actuel président de l’Assemblée Nationale l’a soulevé alors qu’il n’était que simple président de Conseil Général ; maintenant qu’il est au perchoir, les problèmes n’ont pas disparu pour autant. En plus, les impôts locaux sont particulièrement injustes, et les familles pauvres sont saignées à cause de l’injustice du système d’imposition. S’il y a une réforme URGENTE à faire, c’est bien celle-là.

    Mais avec un gouvernement social-libéral, on peut toujours attendre.


    • Michel DROUET Michel DROUET 8 février 2013 12:25

      Il n’y a pas de renoncement : la promesse 54 de Hollande, je n’y ai jamais cru.

      La vraie réforme aurait consisté à proposer un allègement du mille feuille territorial en supprimant le Département par exemple et en diminuant le nombre d’intercommunalités, pas de dire que l’on maintiendra les dotations à leurs niveaux actuels à toutes les collectivités.

      A partir du moment où la promesse 54 induit que le système actuel ne sera pas réformé et que les finances de l’Etat sont dans l’état que l’on connait, cette promesse était inapplicable dès le départ, c’était une évidence.


      • Dinu pass Dinu pass 9 février 2013 08:03

        Comment peut on croire aux promesses de guignols pareils ! Gauche - Droite, c’est le pile - face d’une même pièce pour tromper la plèbe qui se précipitent à chaque élection pour voter pour ou contre. Si c’était vraiment différent, l’opposition revenue au pouvoir annulerait les dispositions des gouvernements précédents (ex la gauche avec hadopi ou la doite avec le mariage pour les pd). N’allez plus voter et aller à la pêche à la place !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès