Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > « Les Républicains » : le double flop de Sarkozy

« Les Républicains » : le double flop de Sarkozy

Sarkozy l’a voulu et l’a obtenu : l’UMP, dont le nom est gravement entaché par les fraudes et les affaires financières, se nommera désormais « Les Républicains », dans l’espoir d’une illusoire virginité morale. Le changement de nom a été entériné par les militants en fin de semaine sur internet puis validé samedi lors d’un congrès fondateur. Malheureusement pour Sarkozy, ce double rendez-vous s’est traduit par un double flop...

Disons-le tout net, ce changement de dénomination constitue un scandale, et ce n’est pas un hasard si tant de personnes, au sein même de la droite et du centre-droit, ont émis des réserves quand elles n’ont pas carrément affiché leur opposition à une manœuvre qui s’apparente de facto à un hold-up portant atteinte aux principes de la démocratie. Le problème posé par la nouvelle appellation du parti n’est pas tant l’usage du mot « républicains » que l’emploi de l’adjectif « les ». Cette formulation relève en effet d’une forme d’escroquerie électorale car elle vise à suggérer aux Français qu’il n’existe pas de Républicains hors du parti dirigé par Sarkozy, ou du moins que les « vrais » Républicains sont dans ce parti et nulle part ailleurs.

En conséquence de quoi, et conformément à l’article 4 de la Constitution faisant référence aux « principes de la démocratie » et à une « participation équitable des partis (...) à la vie démocratique de la Nation », le Conseil Constitutionnel devrait pouvoir être saisi. Ce qui pourrait amener cette instance à mettre en demeure le parti de Sarkozy de renoncer purement et simplement à cette appellation si manifestement abusive, ou a minima, à être rebaptisé « Parti républicain ». Tous les partis peuvent en effet revendiquer leur appartenance à la République et leur respect des valeurs qui lui sont attachées, mais aucun ne peut laisser croire à la population qu’il en est le dépositaire exclusif. En cela, l’équité se trouve bel et bien bafouée.

Le Conseil Constitutionnel sera-t-il saisi ? Nous le saurons dans les prochaines semaines. En attendant, Sarkozy a pu mettre sur pied sa grand’ messe de fondation du nouveau parti à l’issue du vote des militants. Et là, malgré les rodomontades habituelles du chef de feue l’UMP et de son entourage, force est de reconnaître qu’en ces deux épisodes du « renouveau » les choses ne se sont pas déroulées comme l’avait souhaité Sarkozy, c’est le moins que l’on puisse en dire. On peut même parler de deux flops qui, n’en doutons pas, ont dû laisser dans la bouche de l’ex-président de la République un goût amer.

Tous autant que nous sommes, nous avons entendu les commentaires condescendants des caciques de la droite à l’énoncé dans les médias de la faible participation des militants du PS appelés à voter le 21 mai sur les motions internes de leur parti : avec 56 % de participants, le fait est que le résultat n’a pas été brillant. Mais ce vote sur des motions en vue d’un futur congrès n’avait pas la même force symbolique qu’un vote sur un changement de nom appelé à être le fer de lance de la communication du nouveau parti pour les années à venir. Dès lors, que penser du score réalisé par la droite ? Avec 46 % de votants les 28 et 29 mai, l’UMP se situe 10 points derrière la participation du PS, pourtant si largement – et si imprudemment – moquée quelques jours plus tôt.

Seulement 37 % des adhérents de l’UMP ont approuvé la dénomination « Les Républicains ». Un pourcentage d’une faiblesse insigne pour un changement aussi important dans la vie d’un parti. Un évènement qui, normalement, aurait dû mobiliser un nombre de votants massif. Mais les faits sont là : manifestement, beaucoup à droite n’ont pas digéré cette initiative de Sarkozy ! Et ils ont tenu à le faire savoir en boycottant ce scrutin interne. Au final, c’est un flop indiscutable pour le président de la vraie-fausse nouvelle formation politique.

Malheureusement pour lui, Sarkozy n’en avait pas fini avec les déceptions. Le congrès de lancement du parti rebaptisé « Les Républicains » devait attirer une foule de militants enthousiastes, venus à La Villette en rangs serrés acclamer la nouvelle dénomination et le promoteur de ce changement. À défaut des rassemblements qui, jadis à droite, pouvaient réunir jusqu’à 80 000 participants, les organisateurs du congrès, Sarkozy en tête, avaient misé sur une affluence de 20 000 personnes. Las ! Malgré le temps clément, 10 000 militants au grand maximum se sont déplacés en laissant dans la Grande Halle des espaces vides du plus mauvais effet. Pire : un écran géant avait été installé à l’extérieur pour permettre à tous ceux qui n’auraient pas pu entrer dans la salle de suivre le déroulement du congrès. Une précaution inutile : mis à part les quelques pigeons qui ont pu s’en servir comme perchoir, cet écran s’est révélé totalement inutile.

Après le flop du vote est venu pour Sarkozy le flop du congrès, et ce ne sont pas ses excès de langage à la tribune qui le sauveront d’un naufrage inéluctable que seuls les militants les plus sectaires ne voient pas venir !

Sauf décision contraire du Conseil Constitutionnel ou de la Cour d’Appel de Paris, appelée(s) à juger sur le fond, la dénomination « Les Républicains » restera. Mais comme le craignent de nombreux sympathisants de droite, ce nom risque fort d’être traîné comme un boulet durant les campagnes électorales à venir : d’ores et déjà, « Les Ripoublicains » sont vilipendés en relation avec les nombreuses affaires héritées de l’UMP et censées avoir subi un coup de Kärcher par la magie d’un changement de dénomination aux allures de tour de passe-passe. « Les Ripoublicains » : un détournement qui pourrait en effet connaître un grand succès sur le net et sur les affiches électorales. Réponse dès l’automne avec la campagne des Régionales. 


Moyenne des avis sur cet article :  4.36/5   (45 votes)




Réagissez à l'article

107 réactions à cet article    


  • sls0 sls0 31 mai 2015 18:35

    Il est déjà difficile de savoir ce que l’on a dans la tête, dans la tête des autres c’est encore plus difficile.
    Sarko, son association d’idées c’est peut être avec république bananière.


    • Fergus Fergus 31 mai 2015 18:51

      Bonjour, sls0

      « son association d’idées c’est peut être avec république bananière »

      Son parcours et son action semblent valider cette hypothèse. Qui plus est, Sarkozy n’a pas le profil d’un président, mais celui d’un aventurier opportuniste et sans scrupules (cf. l’affaire Bygmalion) soucieux de ses seuls intérêts personnels. Ajoutons à cela un fort désir de revanche qui fait de lui un individu prêt à tout pour arriver à ses fins.

      Evidemment, certains ne manqueront pas sur ce fil de pointer du doigt Hollande, pas beaucoup plus fringant comme président, c’est le moins que l’on puisse dire. C’est pourquoi, une fois n’est pas coutume, je donne raison à NKM qui, en substance, déclare qu’en 2017 il ne faudra pas « rejouer le film de 2012 ». Autrement dit, à la retraite ces deux-là, l’un à sa collection de timbres à Neuilly et l’autre à la pêche aux gardons en Corrèze !


    • mmbbb 1er juin 2015 11:27

      @Fergus Hollande se representera et le PS est en train de preparer la machine electorale J’ai entendu ce matin Sapin sur France Musique dans un flash d’info, dans une belle langue de bois qu’au sein du PS la dissension c’etait du passe et que comme un seul homme le PS etait unis . Hollande est un teigneux qui cache ce trait de caractere sous ses airs débonnaires Quant a la droite dite republicaine comme la gauche dite socialiste il n’y a que les noms qui donnent une impression de veracite Nous sommes maintenant dans le giron de l’Europe et c’est Bruxelle qui dicte la regle compatable Cette campagne je ne la suivrai pas, entre cette agitation qui s’annonce et la reliate de la poiltique concrete il y a un abime Si Juppe passe il sera le toutou de cette europe. La france est dans la panade et pour longtemps


    • Fergus Fergus 1er juin 2015 11:55

      Bonjour, mmbbb

      Suite au vote des motions, il est évident que Hollande est désormais sur les rails, la perspective d’une primaire au PS étant clairement passée à la trappe, sauf imprévu de taille.

      « la dissension c’était du passé ». A peu autant au PS qu’à l’UMP rebaptisée et déjà déchirée. smiley

      Je ne suis pas pessimiste comme vous sur l’UE car elle va devoir impérativement sinon se réformer en profondeur, du moins assouplir significativement les traités en vigueur. Deux raisons à cela : la percée des « extrêmes » (vus comme cela de Bruxelles) de droite comme de gauche, et les défis environnements qui vont forcément influer dans les années à venir sur les choix économiques et politiques.

      « La France est dans la panade et pour longtemps »

      Possible, mais pas certain : il y a 15 ans, on disait la même chose de l’Allemagne !


    • pyjahman pyjahman 1er juin 2015 14:59

      @Fergus

      Je ne comprends pas pourquoi cela choque tout le monde ?!
      En réalité il fait, en grand décomplexé, un lien avec le parti républicain américain à la BUSH, et dévoile publiquement sa stratégie d’alignement sur les USA. Maintenant tout le monde le sait c’est officiel.

      Dans ce cas là, je me vois entièrement antirépublicain, et démocrate non pas au sens USA (le PS va changer de nom vous allez voir) mais au sens pouvoir au peuple de controle et de décision sur les législateurs.


    • JL JL 1er juin 2015 15:15

      @pyjahman,
       
      ’’En réalité il fait, en grand décomplexé, un lien avec le parti républicain américain à la BUSH, et dévoile publiquement sa stratégie d’alignement sur les USA.’’
       
      Cette opération, du point de vue politique est géniale : c’est que la réponse du berger Sarkozy l’Américain :à la bergère PS mondialiste.
       
      Rien de nouveau sous le soleil ? Si : un pas en avant de plus vers la destruction de la République.


    • Fergus Fergus 1er juin 2015 15:49

      Bonjour, pyjahman

      Si Sarkozy veut afficher son alignement sur les Etats-Unis, il risque d’en payer le prix, les Français étant de plus en plus réticents à l’égard de cette nation et de sa créature : l’Otan.

      Qui plus est, même aux Etats-Unis, c’est à un Parti Républicain que l’on a affaire, et non à un parti abusivement dénommé Les Républicains. Bien qu’ils osent tout, même les Américains n’ont jamais envisagé un tel détournement !


    • Fergus Fergus 1er juin 2015 16:01

      Bonjour, JL.

      En réalité, je pense qu’il n’y a rien d’autre que la volonté de Sarkozy de glisser les affaires sous le tapis. Et c’est mal engagé !


    • mmbbb 1er juin 2015 18:38

      @Fergus L’Allemagne n’a pas le meme systeme de pensee economique L’elite en France a failli Il y quelques temps dans ce media un ingenieur decrivant la chute d’Alcatel alors que cette entreprise etait aussi puissance que Siemens dans les annees 1990 Cette entreprise a ete rachete par Nokia et denote ainsi sa descente Que vaut le titre aujourd hui ? . Siemens, les Allemands agissent sur du long terme , est desormais une entreprise florissante Mais Alcatel est l’exemple de ce que notre elite intouchable est capable D’autre part le systeme educatif allemand ne meprisent moins l’ouvrier Il me semble que le PDG de Mercedes a fait son ascension en interne Impensable en France Je ne vais pas plaider a charge contre l’Europe c’est un peu facile nous en france nous avons fait des choix que nous sommes en train de payer durement . Et lorsque que vous faites allusion a l’ Allemagne de quinze en arriere G Schroerder c’est vrai en corrompant certains syndicalistes a impose des reformes structurelles Il est impassable d’appliquer en france ce type de reforme tant notre systeme semble bloque Je ne suis pas pessimiste mais la mentalite francaise ne me sied pas J’ai toujours ete attire par les pays du nord (pour anecdocte chaque fois que j’ai commande un produit en Allemagne Nikel chrome rien a redire sur le serieux de ce pays ) Salutations


    • Fergus Fergus 1er juin 2015 19:41

      @ mmbbb

      Beaucoup de vrai dans ce que vous dites. Pour autant, malgré nos défauts (indéniables) et les qualités allemandes (tout aussi indéniables), bien des éléments peuvent rebattre les cartes dans les années à venir. Encore faudrait-il que nous puissions nous appuyer sur une classe politique à la hauteur de ce que fut naguère la nation française avant l’émergence des aventuriers cyniques et des boutiquiers étriqués !

      Pour ce qui est du système d’enseignement allemand, assez largement basé sur un respect du travail manuel quasiment inconnu chez nous, d’accord avec vous : j’ai découvert cela en Bavière dès la fin des années 60.

      Mon modèle préféré est toutefois encore plus au nord : dans les pays scandinaves pour lesquels j’ai une grande admiration.

      Bonne soirée à vous. 


    • JL JL 1er juin 2015 20:10

      @Fergus,
       
       Est-ce que l’alternative qui nous serait imposée : Sarkozy l’Américain vs Hollande le mondialiste
       
       ne vous inspirerait que ça comme réflexions : le mal c’est le camp d’en face ?


    • Fergus Fergus 1er juin 2015 20:44

      @ JL

      Entre deux maux, il faut choisir le moindre, c’est bien connu !


    • JL JL 1er juin 2015 22:15

       Fergus,
       

      Vu que la Communauté internationale est sous la férule de Washington,
      pour les millions de Français, Sarkozy l’Américain ou Hollande le mondialiste c’est bonnet blanc et blanc bonnet.


    • Fergus Fergus 1er juin 2015 22:45

      @ JL

      D’où la nécessité de choisir quelqu’un d’autre au 1er tour.


    • JL JL 1er juin 2015 23:53

      @Fergus
       
      au premier tour de quoi ? Du PS ? De l’UMP ?


    • Fergus Fergus 2 juin 2015 09:03

      Bonjour, JL

      Je parle évidemment de la présidentielle. Encore faudrait-il qu’il y ait une offre alternative crédible et de nature à mobiliser les personnes tentées par l’abstention.


    • pyjahman pyjahman 4 juin 2015 08:06

      @Fergus
      Vous Fergus, si intelligent...
      Allons, les élections sont une mascarade, il ne faut plus rien attendre de ces gens là !
      Ceux qui décident ne doivent plus être des professionnels de la politique. Ils doivent être des gens comme vous et moi.


    • Fergus Fergus 4 juin 2015 09:08

      Bonjour, pyjahman

      Les élections ne sont une mascarade que parce que les électeurs, bercés par la doxa dominante, sont inconsciemment complices du jeu des puissants.

      Qu’il y ait des « professionnels » ne me dérange pas forcément - des citoyens lambda ne donneraient pas de meilleures garanties ! - dès lors que plusieurs conditions sont réunies dans l’exercice du pouvoir : limitation drastique du nombre des mandats dans une fonction, interdiction à vie de tout élu condamné pour des malversations dans le cadre de ses fonctions électives, instauration d’un véritable référendum d’initiative populaire pouvant porter sur tous les sujets socioéconomiques et sociétaux, fin définitive de l’immunité des élus, quel que soit leur statut.

      Ces conditions ne sont évidemment pas réunies. D’où la nécessité d’œuvrer pour l’émergence d’une 6e République. Mais je crains qu’il faille encore beaucoup attendre...


    • pyjahman pyjahman 4 juin 2015 10:13

       @Fergus
      Voilà :)
      Vous savez dire joliment en 3 paragraphe ce que je dis en une phrase.
      « limitation drastique du nombre des mandats dans une fonction » = dé professionnalisation de la fonction d’élu qui n’est plus une carrière à part entière.
      Je ne dis pas que ce n’est pas un travail et qu’il ne doit pas être rémunéré.


    • Fergus Fergus 4 juin 2015 11:07

      @ pyjahman

      Une différence entre nous : en parlant de « limitation drastique des mandats dans une fonction » (en l’occurrence, je pense à deux), je n’exclue pas qu’il puisse d’agir de 2 mandats de maire, suivis de deux mandats de député, de sénateur ou de président de région, puis de 2 mandats de président de la république.


    • pyjahman pyjahman 4 juin 2015 14:21

      @Fergus
      J’en conviens. A débattre


    • Alex Alex 31 mai 2015 18:36
      Bien que vous ayez raison sur l’appellation, je ne pense pas que les Français soient dupes : l’habit n’a jamais fait le moine, et les principales figures de ce parti étant connues depuis belle lurette, ce nom ne risque pas tromper grand monde.
      Ce qui discrédite le plus ce mouvement est le maintien de « personnalités » peu reluisantes : des photos aperçues dans un article du Figaro montraient qu’étaient présents à cette réunion, outre Sarkozy, les fameux Coppé et Balkany...
      Que ces gens ne soient pas hués par les militants est particulièrement inquiétant, aussi bien pour l’UMP que... pour les socialistes. En effet, qu’une majorité de Français leur préfère Sarkozy (et ces sbires) ou le Pen montre le profond rejet de la politique actuelle de ceux qui osent se qualifier de « socialistes ».

      • Fergus Fergus 31 mai 2015 19:02

        Bonjour, Alex

        « ce nom ne risque pas tromper grand monde »

        C’est également ce que je crois. Et pour peu que des développements judiciaires surviennent dans les mois à venir, notamment sur l’affaire Bygmalion, c’est le nouveau nom du parti qui sera marqué à son tour, faute de purge préalable des affaires judiciaires accrochées aux basques des dirigeants estampillés UMP.

        « Que ces gens ne soient pas hués par les militants est particulièrement inquiétant »

        Le problème du cœur des militants de l’UMP¨est qu’il est constitué de personnes d’un « terrifiant » sectarisme, pour reprendre la terminologie de notre insatiable matamore. 

        Pour ce qui est du « profond rejet » provoqué par la politique libérale de l’exécutif PS, c’est une évidence. Dommage qu’il n’y ait pas à gauche la constitution d’un front de progrès capable comme Podemos de devancer un PS qui a depuis longtemps tourné le dos aux valeurs su socialisme et, de ce fait, tourné le dos aux classes populaires !


      • Alex Alex 31 mai 2015 21:51

        @Fergus

        Podemos devra « juste » affronter l’UE, la BCE, le FMI, et surtout, cet « ennemi invisible » qu’un homme politique français courageux avait affirmé vouloir combattre (il avait même perdu 15 kilos en s’entraînant au combat...).
        L’Espagne, comme la Grèce, fait partie des « PIGS » ; cette appellation sympathique montre clairement l’origine des futurs ennemis de Podemos.

      • Fergus Fergus 31 mai 2015 23:06

        @ Alex

        Certes ! Mais entre la possibilité d’une remise en cause des systèmes établis et la certitude que rien ne bougera avec les partis traditionnels complices, mieux vaut tenter quelque chose de nouveau en politique. Et pour peu que les idées essaiment... Rêvons un peu...

        Bonne soirée.


      • Alex Alex 1er juin 2015 11:15

        @Fergus

        « Rêvons un peu... »

        Au rêve, je préfère l’efficacité.
        En l’occurrence, elle consiste à observer ce qui se fait en Grèce (Podemos n’en est qu’au stade des promesses), relever les erreurs et les pièges afin de corriger en conséquence et ne pas se planter.
        Une autre démarche indispensable est d’essayer de comprendre pourquoi les socialistes « officiels » ont tourné casaque. Il y a deux explications possibles : soit ils étaient des taupes du capitalisme (peu probable), soit ils ont été confrontés à des problèmes imprévus, et n’ont trouvé d’autre solution que celle qu’ils proposent.
        C’est en connaissant tous ces éléments que l’on peut définir un programme qui tienne la route.


      • Fergus Fergus 1er juin 2015 11:48

        Bonjour, Alex

        Qui ne préfère pas l’efficacité ? Mais nous sommes tous tributaires du vote de nos concitoyens : s’il va dans le sens souhaité, tant mieux ; si ce n’est pas le cas, il nous faut faire avec, bon gré mal gré.

        « relever les erreurs et les pièges afin de corriger en conséquence et ne pas se planter. » Entièrement d’accord. Mais cela vaut également pour les erreurs commises dans notre propre pays par les forces de progrès lors des précédentes campagnes électorales.

        Pour ce qui est des socialistes qui ont « tourné casaque », je ne crois pas moi non plus qu’ils étaient à proprement parler des « taupes du capitalisme », mais foncièrement des sociaux-libéraux pas trop contrariés par les évolutions de la social-démocratie chez nos voisins.


      • wesson wesson 1er juin 2015 22:00

        @Alex
        « En l’occurrence, [l’efficacité] consiste à observer ce qui se fait en Grèce »


        Vous parlez d’or. 

        Au delà de toute autre polémique, je crois que une autre politique est consubstantiel à une sortie de l’Euro, et donc en fait de l’union Européenne.

        Et c’est là où je perçoit comme un effroyable gâchis en Grèce, qui hélas pourrait tourner à la débâcle. Syriza avait 2 années pour se préparer politiquement à faire accepter à son peuple une sortie ordonnée de la monnaie Européenne, mais s’y est refusé par principe. 

        De toute manière cela arrivera car les Allemands y sont maintenant favorables (il n’y a guère plus que les Américains qui s’y opposent, pour des raisons géopolitiques évidentes, par exemple l’adhésion immédiate de la Grèce à la banque des BRICS).

        Passons, la sortie de la Grèce de l’Euro est maintenant inéluctable, le gouvernement Tsipras le sait mais ne le dit pas pour essayer d’éviter un bank run massif. 

        Et lorsque ça se produira, ça va réellement secouer en Grèce, et Syriza ne s’y est pas apprêté. C’est à mon sens cela le véritable gâchis, d’autant que l’Europe ne ménagera pas ses efforts pour bien faire savoir aux autres qui seraient tentés que ce qui leur en coûterai.

        Podemos a fait un score intéressant, mais l’Espagne n’as pas encore assez souffert pour qu’il en arrivent à prendre le pouvoir.

      • Parrhesia Parrhesia 31 mai 2015 19:20

        Que Sarkozy ou Juppé se fassent huer, nous n’en ferons pas une jaunisse.

        Ayant tous les deux les mêmes patrons, ils pratiquent naturellement les mêmes politiques et défendent les mêmes intérêts.
        Mais sur un plan strictement humain, et compte tenu des différences de maintien et d’intellect entre les deux hommes, il faut avouer qu’un Juppé se faisant huer au bénéfice d’un Sarkozy au sein d’un même parti politique en dit long sur le standing actuel des militants « Républicains-ex-UMP » !!!
        Notons aussi l’embarras devant lequel nous nous trouvons désormais placés pour désigner honnêtement les « Républicains-qui-balancent-les référendums-nationaux aux toilettes » par rapport aux « Républicains-Républicains » !!!

        • Fergus Fergus 31 mai 2015 19:44

          Bonjour, Parrhesia

          « un Juppé se faisant huer au bénéfice d’un Sarkozy au sein d’un même parti politique en dit long sur le standing actuel des militants « Républicains-ex-UMP » !!! »

          En effet, mais il n’y a pas lieu de s’en étonner car les militants qui viennent à ces congrès sont avant tout les adeptes d’une secte dont Sarkozy est le gourou. Eu égard aux casseroles multiples qu’il traîne à ses basques et aux ennuis judiciaires de quasiment toute la garde rapprochée politique et personnelle de Sarkozy, dans n’importe quel parti, il aurait été éjecté depuis belle lurette. Sarkozy ne tient que grâce à ces militants à œillères dont la fuite en avant suicidaire est impressionnante. Un congrès UMP-« républicains », c’est désormais une sorte de répétition de Waco !

          « les Républicains-qui-balancent-les référendums-nationaux aux toilettes », voilà qui résume bien ce qu’est le parti de Sarkozy. N’oublions toutefois pas qu’il a obtenu le soutien de Hollande et d’une majorité de caciques du PS pour mener à bien ce que certains nomment, non sans raison, une « forfaiture ». 


        • Fergus Fergus 31 mai 2015 23:10

          @ sampiero

          Qu’il y ait des règlements au sein de la PME Le Pen n’a rien pour surprendre car il y a un petit côté Atrides chez ces gens-là et ceux qui leur sont proches. Laissons-les se déchirer...

          Bonne nuit à toi dans la douceur corse.


        • Espoir Espoir 31 mai 2015 20:58

          Je n’arrive toujours pas à comprendre comment des français peuvent encore choisir Sarkozy. Vraiment cela dépasse l’entendement. Je comprends pourquoi les suédois nous considèrent comme à mi chemin entre une démocratie et une république bananière ! Certains de nos compatriotes ont vraiment la mémoire courte. Et dire aussi que Hollande veut se représenter !

          Après Mitterrand, il n y a que des bras cassés ...


          • Fergus Fergus 31 mai 2015 23:18

            Bonsoir, Espoir

            La récent sondage montre que 72 % des Français ne veulent plus de Sarkozy. Et pour Hollande, handicapé par son exercice actuel du pouvoir, c’est encore pire avec ses 76 %. Malheureusement, nos personnages politiques sont autistes dès lors qu’on leur signifie qu’ils ne sont plus les bienvenus.

            Côté PS, rien ne devrait pouvoir empêcher une nouvelle candidature de Hollande compte tenu des résultats du vote des mentions.

            Côté « Républicains », ce sont les militants qui ont un comportement aberrant en continuant de soutenir Sarkozy malgré son échec à la tête du pays, son comportement inadapté à la fonction, et les multiples affaires peu reluisantes dans lesquelles il est englué. N’importe quel candidat un tant soit peu moins repoussant que Sarkozy serait assuré de l’emporter face à Hollande et Le Pen. Dès lors, le soutien des militants de droite à cet aventurier est totalement irrationnel et risque de déboucher sur une défaite de leur camp !


          • alinea alinea 31 mai 2015 22:40

            Ce qui serait chic, c’est que les autres partis changent aussi de nom ; qu’ils s’appellent tous « les républicains » !
            On verrait si les tribunaux les condamnent pour plagiat !! smiley

            On dirait une bien mauvaise série avec un bien mauvais acteur ; ce pauvre Sarkozy qui s’ennuie quand on ne parle pas de lui, et qui traîne jusqu’à ce qu’on le traîne dans la boue.
            Quelle pitié ! Il a toujours été pitoyable mais là, il se surpasse ; je suis étonnée qu’il y ait des gens pour marcher dans ces combines !
            Enfin aujourd’hui je me méfie de moi-même car j’ai appris que tout est possible : Sarko président !!! à vue de nez, c’est quand même risible !


            • Fergus Fergus 31 mai 2015 23:23

              Bonsoir, alinea

              Oui, cela serait assez cocasse.

              « Il a toujours été pitoyable mais là, il se surpasse ; je suis étonnée qu’il y ait des gens pour marcher dans ces combines ! »

              Le problème du cœur des militants de l’UMP - alias les prétendus républicains -, c’est qu’ils sont clairement devenus une sorte de secte en extase devant un gourou. Cette dérive est évidemment dangereuse, et Sarkozy, en l’encourageant, creuse peut-être lui-même son tombeau politique car les comportements qui en découlent, entre la béatitude hallucinante des groupies et la surenchère du chef, effrayent de plus en plus de sympathisants modérés.


            • Heum, heum,... 1er juin 2015 00:40

              Je trouve moins scandaleux que Sarkozy l’Américain appelle son parti les Républicains, comme aux USA, que de voir Hollande, DSK, Cambadélis, El Blancos, Macron, et toute cette bande appeler leur parti socialiste. 


              Socialistes qui ont fait passer la directive Bolkenstein et les travailleurs étrangers détachés, Socialistes qui veulent supprimer les Dimanche, les jours fériés, Socialistes qui encouragent l’immigration clandestine, donc la pire forme de traite négrière et d’esclavage qui soit, Socialistes qui vont supprimer les les CDI et conventions collectives, socialistes qui sont les serviteurs des Banques et de la finance internationales.

              Au moins, Sarkozy annonce la couleur, il se présente pour ce qu’il est : un suppôt des USA, un enfant de la CIA et de l’Aipac, un admirateur des milliardaires, comme un ennemi des Français.

              Hollande es pire, c’est un menteur, un imposteur, un traître. Il utilise le fait d’être socialiste pour faire passer les pires mesures anti-sociales sans que les syndicats n’organisent des manifestations.

              Sarkozy est un Républicain, c’est-à-dire un néo-cconservateur, Hollande est un jaune.

              Je trouve très bien que Sarkozy soit le candidat de l’UMP et de la droite libérale aux prochaines élections présidentielles : il n’a aucunes chances d’être élu.

              Sauf contre Hollande.



               

              • Garance 1er juin 2015 04:49

                @Heum, heum,...


                Bonne analyse

                Hollande ; la conséquence d’une turlutte forcée dans un hôtel new-yorkais

                Enfin.... il n’y a pas que de mauvaises nouvelles dans la noirceur du temps


                Honteusement invalidé pour 6 voix : réélu à 59,43 % !!!!!!

                Ce en toute discrétion 

                Chapeau l’artiste

                De bonne augure pour mettre tout le monde d’accord, ( n’en déplaise au corsico seul adorateur du Pourri en son île) smiley



              • Fergus Fergus 1er juin 2015 09:28

                Bonjour, Heum, heum,...

                Aux Etats-Unis, le parti conservateur se nomme Parti Républicain, ce qui est très différent de l’appellation Les Républicains qui privatise le concept de république ! Le scandale est là, dans ce détournement très peu... républicain !

                Pour ce qui de l’abandon des valeurs du socialisme par le hollandisme, nous sommes d’accord, mais cela relève pas de la relation de ce parti avec ses électeurs, et non de l’équité du système politique français.

                Quant à prévoir qui sera élu, ou même candidat en 2017, rien n’est joué pour personne !


              • Fergus Fergus 1er juin 2015 09:33

                Bonjour, Garance

                Passez donc au Pontet, nul doute qu’il vous offriront une coupe de champagne. En attendant, ce sont effectivement les adversaires locaux du FN qui ont ce matin la gueule de bois. Mais vous connaissez le proverbe : « Une hirondelle ne fait pas le printemps ».

                Pour ce qui est de l’invalidation, elle était normale : quand l’écart des voix (en l’occurrence 6) est de quelques unités seulement, et compte tenu des menus aléas d’un scrutin, elle donne systématiquement lieu à invalidation, et je ne me souviens pas vous avoir vu protester lorsque les « victimes » de ces invalidations appartenaient à d’autres partis que le FN.


              • Heum, heum,... 1er juin 2015 17:22

                @Fergus


                « ... le parti conservateur se nomme Parti Républicain, ce qui est très différent de l’appellation Les Républicains qui privatise le concept de république ! »

                Certes.

                Mais la bande au pouvoir qui se fait appeler « Parti Socialiste », ça n’empêche pas que tout le monde les désigne comme « Les Socialistes ».

                Et puis de toutes façons, en France tout le monde est républicain, pour le maintien et la défense de la République française, d’un espace public national, d’une fonction publique nationale, de services publics nationaux, même les royalistes.

                En fait non, il y a des hommes politiques qui veulent la suppression de la République française, soit par des privatisations au bénéfices d’un marché mondial, soit au bénéfice d’une Europe politique fédérale de régions. 

                Parmi ces hommes politiques, il y a justement Sarkozy. 

                Donc il choisi d’appeler son parti « les Républicains », par antiphrase, comme pour « les socialistes ».

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès