Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > « Les Républicains » : un nouveau parti de droite, vraiment (...)

« Les Républicains » : un nouveau parti de droite, vraiment ?

 Il reste des énormes différences de taille entre le parti républicain américain et le futur parti "Les Républicains" en France. A commencer par l'héritage historique : aux USA les républicains ont Lincoln ayant aboli l'esclavage, nous on aura pour le moment...Sarkozy qui débat sur le halal. Avec Nixon, ils ont eu le Watergate puis l'impeachment, et en France ce sera "no gate" puis l'immunité présidentielle envers et contre tout. Avec Bush ça a été le 11 septembre, en France ce sera une merguez qui se plante dans un cassoulet...

 Bon trêve de bêtises, d'autant que la dernière blague n'est pas respectueuse pour les victimes de Charlie Hebdo. Sarkozy aurait appelé son nouveau parti "les patriotes" ou "les nationaux", le contenu de son programme en serait resté le même : lui au-dessus de la France, tel Naboléon avec ses troupes de travailleurs aguerries, dopées aux heures supplémentaires défiscalisées, prêtes à donner l'assaut au marché mondial. C'est le mouvement perpétuel avec zéro réflexion sociale et culturelle : on ferait bien de délocaliser les panthéons et les tombes des grands écrivains, au cas où ils auraient une attaque post mortem.

 Mais j'avais dit que j'arrêterais. Oui, "Les Républicains", c'est ça ! Bon, honnêtement ça va pas changer grand chose, peut-être ça va jouer sur 1 % de l'électorat. Ce qui est intelligent c'est la dénotation un peu martiale, à la romaine avec un côté distinctif, hiérarchique. On cherche parmi vous - "Les" - mais tout le monde en même temps, ceux qui veulent bien s'y reconnaître et se montrer avec distinction parmi nous, la masse indéfinie - "Des" républicains comme tous les autres, ce ne sont pas "Les Républicains", les vrais, les purs, les durs. En fait, contrairement à ce qu'on pourrait croire, c'est très clivant comme nom de parti - c'est un peu : t'es soit avec nous soit contre nous, alors qu'il existe des républicains en dehors du parti issu du RPR...

 Justement Rassemblement Pour la République, c'est exactement la même chose, sauf que "Les" remplace "Rassemblement Pour la", donc la différence se trouve dans le pluriel de "Les", et toute l'astuce est là : il y a la République et il y a "Les Républicains", il reste Les possibilités de faire coexister ensemble plusieurs visions de "La République" ; le projet de Sarkozy est alors de faire le "remake" de 2007 où il avait réussi à fusionner le nouvel électorat FN et l'électorat de la droite "dite" républicaine. Depuis 2002, il n'a jamais changé de stratégie et continue de plus belle étant donné le score du FN : libre-échange à fond pour les élites et les intellectuels qui réussissent (au-dessus de 10 000 euros par mois, faut pas déconner quand même !) et politique conservatrice avec des accents réacs sur le coeur de base de l'électorat de droite : beaucoup d'immigration, ok, mais pour les petits cadres on vous laisse "le privilège de l'enraciné depuis des siècles" face aux nouveaux arrivants, en mangeant une bonne côte de porc tranquillement sans être emmerdés par tous ces bic... Excusez-moi, j'allais me lâcher.

 Effectivement, depuis les années 1970, la droite refait toujours la même stratégie, en accusant du reste la gauche de le faire implicitement pendant qu'elle-même le fait explicitement - mystère de la politique française... Toujours la même rengaine de la droite qui promet de résoudre les problèmes d'immigration et de sécurité en apportant de plus en plus d'eau au moulin, en se déchargeant du social et des conséquences politiques négatives sur la gauche, qui encaisse et n'a rien dit pendant un bon moment. Les années fric, les années 80, les émeutes, les premiers attentats terroristes, la première intifada, tout cela a marqué les esprits.

 Reste à savoir si la droite française a été et sera un acteur de premier plan tout au long de ces années de libéralisation pendant laquelle la confusion s'est étendue à tout le pays. Il est fort probable que la droite "dure" n'a été qu'une forme d'opportunisme qui prenait dans la société les éléments dont elle avait besoin pour continuer, mais sans chercher à changer quoi que ce soit à la situation générale du pays. C'est le chaos et c'est ainsi, il ne sert à rien d'espérer, il faut se protéger et pourquoi pas acheter un antivol et des couteaux. Mais aujourd'hui le mensonge risque de remonter à la surface : comment peut-on prétendre changer la situation lorsqu'en réalité on a toujours laissé faire, malgré les quelques confettis lancés aux réactionnaires les plus enragés ?

 La gauche a sûrement laissé faire elle aussi, mais au moins, elle a rarement prétendu, depuis les années 1970, qu'elle allait régler ces problèmes d'un claquement de doigt, elle a eu au moins cette modestie. Trop peut-être, et c'est certainement pour cela qu'elle se trouve dans cette situtation aujourd'hui. Paradoxalement, alors qu'elle dispose davantage de l'appareil conceptuel pour gérer des problèmes auxquels la droite avait parfois des réponses velléitaires et simplistes, la gauche, qui a longtemps jalousé le pouvoir économique de la droite, s'est fourvoyé dans la course à l'argent et c'est bien ça qui l'a tuée avant tout, et non les problèmes de sécurité et d'immigration...

 Excusez-moi d'avoir été long, mais quand Sarko revient, il fallait bien que je vide mon sac. C'est bon, je suis débarrassé maintenant, j'ai fait le plein pour aller jusqu'en 2022, sans m'arrêter et me poser dans ce grand cirque.


Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 18 avril 2015 09:13

    Bonjour, Boogie.

    Comme je l’exprimais hier sur un autre article, l’emploi de l’article « Les » devant le mot « républicains » est un scandaleux abus dans la mesure où cette dénomination a pour but de sciemment tromper l’électorat en tentant de lui faire croire que seul le parti dirigé par Sarkozy est peut se prévaloir de ce label républicain.

    Ce choquant hold-up d’une valeur fondamentale à des fins partisanes devrait en toute logique être invalidé par le Conseil constitutionnel si ses membres jouent leur rôle qui consiste, entre autres, à garantir l’équité du système électoral français.


    • Boogie_Five Boogie_Five 18 avril 2015 11:47

      @Fergus


      Salut Fergie

      J’ai bien peur que le recours au Conseil Constitutionnel ne soit pas suivi d’effet. A ma connaissance je ne vois pas sur quel article de la Constitution on se baserait pour interdire ce nom : il n’y a pas de discrimination raciale ou religieuse avec le nom « Les Républicains ». 

      Après c’est clair qu’il s’agit d’un hold-up électoral, en tout cas une volonté de s’afficher comme le seul parti « légal » face à d’autres qui seraient « antirépublicains » ou trop timorés. 

      Cependant, selon comment les français reçoivent cette stratégie, et surtout les électeurs frontistes, le fait de s’autoproclamer « Républicains » peut se retourner contre soi-même. Et oui, il y a les républicains d’en haut et ceux d’en bas, il y a les républicains corrompus parce que la République est corrompue et il y a les autres républicains qui veulent une autre République. C’est un peu comme le mot peuple qui ne veut plus rien dire lorsque chacun essaye de tirer la couverture à soi, sur un terme qui désigne aussi l’ensemble dans lequel tout le monde se trouve. 

      Donc, il n’y a pas de raisons d’avoir peur de ce subterfuge, si Sarkozy gagne les prochaines élections, ce sera pour d’autres raisons, notamment le ralliement de l’extrême-droite derrière lequel il court depuis tant d’années.

    • Fergus Fergus 18 avril 2015 18:31

      @ Boogie_Five

      Il est écrit dans l’article 4 de la Constitution « La loi garantit les expressions pluralistes des opinions et la participation équitable des partis et groupements politiques à la vie démocratique de la Nation. »

      Cette participation équitable des partis à la vie démocratique concerne, entre autres, les règles de financement, les temps de parole en assemblée, l’accès aux médias, la mise à disposition du matériel électoral, etc.

      Mais cette participation devient inéquitable lorsqu’un parti choisit délibérément une dénomination de nature à tromper les électeurs sur sa respectabilité par rapport aux partis adverses. En conséquence de quoi, le Conseil constitutionnel pourrait, s’il est saisi, contraindre le nouveau parti de Sarkozy soit à renoncer à ce nom, soit à le modifier en « Parti Républicain ».

      Cela dit, assez d’accord : ce subterfuge du changement de nom pour tenter de faire oublier les casseroles de Sarkozy ne devrait tromper personne.


    • CN46400 CN46400 18 avril 2015 18:41

      @Fergus


      Un plus dans cette manip, Valls ne pourra plus employer le mot « démocrate » pour sa future formation.....

    • Boogie_Five Boogie_Five 18 avril 2015 21:22

      @Fergus

      Merci de porter à ma connaissance cet article, ça fait plaisir de discuter avec des gens sérieux. Néanmoins, je reste quand même sur ma position : 

      Sur la pluralité des opinions et la participation équitable : 
      Tout dépend de l’interprétation qu’un juriste pourrait avoir du mot - « Les ». Pourrait-on en conclure que cela signifie « Les seuls » et que le parti empêcherait les autres de s’attribuer le qualificatif de « républicains ». Justement non, parce qu’un parti n’est pas un gouvernement et il n’a pas la capacité de créer les conditions pour être le seul parti légal autorisé à accéder aux emplois publics. C’est comme si un conseil municipal interdisait à un commerce de porter le nom « Le républicain » pour la même raison que tu défends. La nature d’un parti est d’être semi-publique et son fonctionnement interne ne regarde en aucun cas la Constitution, à partir du moment où il ne trouble pas l’ordre public, n’incite pas à la haine et bien sûr respecte les règles sur le financement, etc. 

      Sur le rapport avec les autres articles : 
      Quant tu m’exposes l’article 4, tu pensais peut être à l’article 1 qui dispose que « La République est une et indivisible », etc. Et il paraîtrait possible, en interprétant négativement le nom « Les républicains » que ce nom de parti pourrait être interdit parce qu’il néglige la raison sociale qui est d’être un parti, qui ne saurait être organisé comme un organe d’Etat se confondant totalement à l’ensemble des institutions républicaines - bref, un parti unique officiel. Mais, là aussi, il faudrait que le parti ait lui-même la force de contrainte d’interdire les autres partis sous le prétexte qu’il ne soient pas officiels, or un parti, n’étant pas une délégation de l’Etat ou un organe de l’Etat, ne dispose pas par nature de cette contrainte, sauf quand il accède au pouvoir, et encore pas en son nom propre, mais sous celui des pouvoirs publics. 

      De toute façon, ne t’inquiète pas, il n’y a pas de risques d’un parti unique en France, l’UMP est trop libéral pour ça. En revanche, le FN....

    • zygzornifle zygzornifle 18 avril 2015 11:26

      bienvenue aux RIPOUXBLICAINS fan et adorateurs des Bygmalion, des mamie ZINZIN avec sarkozy qui amenait sa clientèle fortunée ouvrir des comptes en Suisse  : http://rue89.nouvelobs.com/2009/04/02/quand-sarkozy-lavocat-ne-meprisait-pas-les-paradis-fiscaux


      • septikettak septikettak 18 avril 2015 21:36

        Ben alors, le Parti Socialiste est dans l’illégalité. Il a bien trompé son électorat.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès