Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Les roses verdissent

Les roses verdissent

Ségolène a préféré prendre les devants, le week-end dernier, en prévision d’un sévère crêpage de chignon à venir au PS. Plusieurs ouvrages revanchards et vachards sont prêts, les éléphants sont absents et les jeunes loups hurlent dans leur coin. La Rochelle s’annonce raide.

Il faisait beau, à Melle, le jour du retour de Ségolène Royal aux affaires. Ségolène Royal, pour les plus jeunes, c’était cette candidate à la présidentielle dernière, levée comme un espoir, un vent nouveau, et redescendue bruyamment, comme une montgolfière enflammée, au soir d’un second tour aussi gris que l’été. Ségolène Royal, cet élan, cette audace, de blanc vêtue, dont la Grande Muraille se rappelle encore, et quelques agneaux, et François Hollande, son vrai faux compagnon d’alors, aujourd’hui avec une autre, dont Closer a eu l’indélicatesse de révéler le visage. Ségolène Royal, donc, plus forte chance socialiste d’accéder à l’Elysée, il y a quelques yachts de cela, et quelques vacances américaines aussi, a rebranché les micros, dans son fief, seule, mais « neuve », pleine d’énergie, et plus que jamais désireuse de « rassembler », d’ « écouter » et de « rénover » un parti, le PS, qu’elle ne daignait qu’à peine entendre jusqu’ici.

La rentrée de la grande dame du Poitou, que bien des commentateurs au verbe facile se plaisent à moquer, est une sorte de prérentrée, en fait, une sorte d’anticipation des coups qui ne vont pas tarder à pleuvoir. Plusieurs ouvrages, Désert d’avenir, Au revoir Royal, dont les titres évoquent pleinement les contenus, vont bientôt paraître comme autant de pelletées de terre, ou de roses, justement, jetées sur le cercueil de celle dont beaucoup, au PS, réclament la tête. Royal elle-même se fendra d’un ouvrage d’ « autocritique ». C’est que la dame, depuis sa défaite, s’est enfin rendue compte qu’elle avait perdu. Qu’elle avait perdu ce que nombre de ses partisans considéraient comme une élection « imperdable ». Mais, plus grave, qu’elle avait perdu en faisant cavalier seul, sans tenir compte des mises en garde, ou des conseils du PS, en « improvisant ». Royal a longtemps réfuté ces accusations d’improvisation, avant, le week-end dernier enfin, de reconnaître qu’elles étaient fondées. Oui, elle a improvisé, souvent, durant cette campagne, non, elle ne savait pas très bien où elle allait. Aujourd’hui, et un peu tardivement, Royal déclare ne rechercher rien d’autre que d’ « assumer » ses « responsabilités ».

Pour beaucoup, c’est trop tard. D’où un déchaînement, aussi tardif que suspect, de la part de certaines, comme Marie-Noëlle Lienemann, qui ne voit aucune circonstance atténuante dans le « gaufrage » de sa consoeur. « Elle a joué et joue encore totalement perso. Et n’a tiré aucune leçon de la campagne. Ce qu’elle appelle son autocritique se borne à dénoncer ceux du parti qui ne l’auraient pas soutenue et l’impréparation dont elle aurait été victime. Comme toujours, elle s’épargne et ne peut pas se remettre en cause. Ce qui la rendra incapable de rebondir. Je ne lui reconnais qu’un mérite. Sa détermination au service de sa seule personne. Car elle n’a aucun sens du collectif. » Lienemann, totalement silencieuse pendant la campagne, n’y va pas avec le dos de la cuiller. Mais son analyse reste lucide et pertinente. Royal continue effectivement à la jouer perso. Et plus que jamais. Le PS est débarrassé de DSK, en course pour le FMI, et de Fabius, en course pour un strapontin élyséen. Montebourg préfère s’agiter aux côtés de pseudo-rénovateurs qui ne parviennent que rarement à accorder leurs violons, si ce n’est pour chanter ensemble. Hollande est capitaine d’une coquille vide, sans second, sans matelot prêt à larguer une nouvelle fois les amarres sous ses ordres. Dans ce grand chambardement, Royal, à côté de laquelle Julien Dray brillait par son absence, tiens tiens, s’imagine tout d’un coup redevenue incontournable. « La relève n’est pas prête », dit encore Lienemann, et elle n’a pas tort, là non plus. Mais quand elle prétend vouloir travailler pour retaper la maison rose avec Emmanuelli ou Mélenchon, on se marre franchement, ces deux là faisant plutôt figure de gardiens de musée.

« Les courants, les chapelles, les écuries, qui nous ont fait tant de torts, sont derrière nous », croit savoir Arnaud de Montebourg. Qui se trompe lourdement, lui aussi. Ca sent plutôt de plus en plus l’écurie, pour certains du PS, et celles d’Augias pour beaucoup. Un joyeux foutoir, un savant carambolage entre celle qui s’estime future candidate « naturelle », les « jeunes » qui n’en peuvent plus de l’état de grâce élyséen mais ne voient rien qui puisse l’entraver et un premier secrétaire abandonné de tous et qui va essayer à La Rochelle d’éviter l’humiliation.

Même le bon score aux législatives n’aura finalement rien changé pour les socialistes. Plus éparpillés que divisés (c’est peu dire), ils se retrouvent aujourd’hui incapables d’exister en tant qu’opposition, trop préoccupés qu’ils sont à fourbir leurs armes pour prendre une part du gâteau. Ces roses-là ont quelques reflets verts, à toujours avancer dans plus de division et plus de chahut. A sans cesse improviser (on y revient) là où il faudrait savoir faire preuve de rigueur et de pertinence. A continuer ainsi, les Royal, Hollande, Lienemann et Montebourg finiront comme Noël Mamère : à râler dans leur coin, convaincus d’avoir raison, souvent ridicules, et très seuls.


Moyenne des avis sur cet article :  4.13/5   (78 votes)




Réagissez à l'article

80 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 28 août 2007 09:43

    Quand les hommes de communication prennent le pas sur celui des conseillers politiques,il se produit ce phénomène que nous avons pu voir avec Ségolène Royal.

    Un pur produit marketing,lancé comme tel plusieurs mois à l’avance par campagne de « publicité » dans les médias par copinages interposés sur le label « je suis une femme » et une manière de s’habiller en blanc afin que l’image devienne subliminale dans le cerveau des gens :

    SAINTE = SEGOLENE ROYAL = DIVINITE

    Seulement ,la com à ces limites,surtout quand en face vous avez un candidat qui à fait campagne sur le terrain et qui connait bien ses dossiers et les besoins des français.

    Constatons à ce jour que l’echec est total et le seul résultat est d’avoir détruit la totalité de la gauche.

    Après l’élection,le produit de marketing « Ségolène Royal » estimait que son programme électoral ne tenait pas la route !

    Franchement,comment le PS a t-il pu se faire manipuler ainsi par des publicitaires grands manipulateurs des masses et présenter une technocrate mitterandiste qui a fait fuir des millions d’électeurs de gauche ?

    Le PS est mort,car il ne réagit pas et plus et ne fait aucunes critiques envers celle qui a tout détruit


    • Aujourd’hui 28 août 2007 11:12

      Tous ces gens, « droite » et « gauche » bien mélangées, nous jouent un numéro pour nous distraire des vrais problèmes et nous faire gober des « solutions » qui nous tuent.

      Voir plutôt ces trois articles de la série « Sarkozy, opium du »peuple de gauche«  » :

      http://blog.360.yahoo.com/blog-hemwnYcgbq_SQcISKczR?p=152

      http://blog.360.yahoo.com/blog-hemwnYcgbq_SQcISKczR?p=166

      http://blog.360.yahoo.com/blog-hemwnYcgbq_SQcISKczR?p=171

      ou encore celui refusé récemment par Agoravox :

      http://blog.360.yahoo.com/blog-hemwnYcgbq_SQcISKczR?p=217

      Sarkozy, Strauss-Kahn, Bush, transversalité et targaires de la politique


    • bozz bozz 28 août 2007 15:41

      Ludo alors selon vous nous devrions oublier ce qu’on fait les ministres quand ils étaient en poste il y a dix ans ? c’est bien cela ? Allez oust pas besoin de juger Papon,ce n’était plus le même homme en tant que ministre giscardien que sous-préfet de gironde ! et en plus on en a parlé que très tardivement (bien plus que dix ans après les faits !).

      Mako, je vous invite a réaliser un dossier complet reprennant tous les arguments des livres et liens que vous nous présentez et a créer une association les diffusant au plus grand nombre ! des dossiers de presse seraient eux aussi les bienvenus, il faut toujours mâcher le travail des journalistes, seuls ils ne savent pas quoi dire !


    • Universitaire 1995 28 août 2007 16:02

      Lire, sur le site « Petite citoyenne », cet article d’Isabelle Debergue qui rappelle la génèse de l’affaire de la « chasse à la pédophilie » :

      http://www.geocities.com/petite_citoyenne/article181006.html

      Il y a eu d’abord Juppé avec Bayrou comme ministre de l’Education Nationale, et la suite a été organisée par Jospin - Allègre - Royal. Dans les deux cas, avec une large complicité des médias.

      Et, pour des liens d’autres auteurs, il y a par exemple :

      http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=13976

      http://blog.360.yahoo.com/blog-hemwnYcgbq_SQcISKczR?p=9

      http://www.cmaq.net/fr/node/26033

      etc...

      Mais si l’affaire a été lente à porter sur la place publique, c’est parce que beaucoup d’organisations politiques et syndicales ont freiné, tout simplement parce que des dirigeants politiques de toutes tendances y étaient mouillés. Il a fallu un scandale de l’envergure d’Outreau pourqu’on puisse en parler un peu plus.

      La « chasse aux pédophiles » était devenue une sorte de filon pour les politiques, c’est la triste réalité.


    • Marie Pierre 28 août 2007 16:33

      Ludo, justement oui. Autant Mako & Co m’énerve avec ses posts, il faut tout de même rappeler les mots de Ségolène Royal lors de l’affaire Outreau : les enfants ne mentent pas. Elle était ministre de la famille en avril 2002.


    • bozz bozz 28 août 2007 17:47

      pourquoi la circulaire n’a pas été annulée, et bien comme pour toutes les autres : les politiciens s’en foutent totalement jusqu’à ce que ce soit médiatisé et donc impactant politiquement parlant !

      Ludo : les premières actions en justice ont été menée lorsque papon est revenu sur le devant de la scène médiatique en devenant ministre dans le gouvernement Barre, c’est comme cela que ça se passe, quand les gens sont médiatisé on commence à entendre un peu plus ceux qui gueulent contre eux ! (les bouquins que cite Mako n’ont pas été écrits en novembre contre la candidate socialiste tout de même !)


    • Universitaire 1995 28 août 2007 18:36

      Royal a été ministre tout au long de la période 1997-2002, d’abord à l’enseignement scolaire, ensuite à la famille. Elle a été en permanence une instigatrice de la « chasse aux pédophiles », y compris au moment du démarrage de l’instruction de l’affaire d’Outreau. C’est vrai aussi qu’elle n’a pas été la seule. Un ou deux rappels sur cette affaire :

      http://www.geocities.com/petite_citoyenne/article181006.html

      (...)

      ... les déclarations de l’experte Marie Christine Gryson affirmant en tant que « psychologue, responsable d’une structure d’accueil aux victimes » à Hazebrouck (Nord) : « nous disposons d’une méthodologie fiable pour déterminer si un gosse dit la vérité », sont vieilles d’au moins dix ans et on peut les trouver, par exemple, dans un article de L’Express du 12 septembre 1996. Il semble que déjà à l’époque, devant un tel discours, le gouvernement se soit dit « prêt à mobiliser des moyens ». Autant dire que les différents gouvernements, parlements, commissions d’évaluation scientifique, conseils régionaux et généraux, et bien d’autres instances, qui se sont succédés depuis cette date avaient eu largement de temps d’évaluer le sérieux réel de ce genre de déclarations.

      Comment est-ce donc possible que la question de la validité et de l’impartialité des expertises n’ait été clairement abordée qu’au cours des audiences du procès d’Outreau de première instance, en mai et juin 2004, dans un contexte qui a abouti, précisément, à la récusation de Marie-Christine Gryson ?

      Et comment Alain Juppé a-t-il pu déclarer d’après L’Express, le 4 septembre 1996 : « Il faut parfois mettre entre parenthèses les droits de l’homme pour protéger ceux de l’enfant » ? Pourquoi opposer les droits de la personne et ceux de l’enfant ? C’est pourtant un état d’esprit qui semble avoir prévalu jusqu’au procès d’Outreau de première instance de 2004, et encore ce n’est que le 1er décembre 2005 que tous les innocents ont été acquittés en appel.

      (...)

      http://paris.indymedia.org/article.php3?id_article=71264

      (...)

      La Psychologie est-elle une science ? Question tabou. Ce n’est certainement pas une science « dure », comme les Mathématiques ou la Physique. Elle ne comporte pas des calculs précis et vérifiables. Par définition, elle ne fait pas référence à des expériences vraiment reproductibles. Chaque individu, chaque « cas », est différent. De même que chaque situation. Mais force est de constater que la justice a trop souvent tendance à se servir des expertises dans ce domaine comme si la Psychologie était une science « exacte » et que, quoi qu’ils en disent, des psychologues et des psychiatres jouent très largement ce jeu. Le rôle des expertises est essentiel dans l’actuel système répressif, au point qu’elles font basculer des vies sans que les carrières des « sommités » qui rendent les avis s’en ressentent en cas d’erreur ou de comportement contestable.

      (...)

      http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=13976

      (...)

      L’article 40 du Code de procédure pénale prescrit : « Toute autorité constituée, tout officier public ou fonctionnaire qui, dans l’exercice de ses fonctions, acquiert la connaissance d’un crime ou d’un délit est tenu d’en donner avis sans délai au procureur de la République et de transmettre à ce magistrat tous les renseignements, procès-verbaux et actes qui y sont relatifs ». Il s’agit d’avoir acquis la « connaissance » du crime ou du délit, et pas simplement d’entendre une version des faits sans preuve et qui peut être subjective. Mais le 14 mai 1997, dans un article intitulé « Pédophilie : un autre instituteur mis en examen », le quotidien l’Humanité rapportait notamment une déclaration du ministre de l’Education nationale, François Bayrou, insistant sur la nécessité de « saisir la justice » en cas de soupçons envers un enseignant : « Si dans l’enquête quelqu’un est soupçonné, on suspend sa présence auprès des élèves. Et si quelqu’un est condamné, il est radié. » Que faut-il entendre par « soupçon », quel rapport avec la « connaissance » d’un crime ou d’un délit ?

      En mai 1997 également, l’INHES (Institut national des hautes études de sécurité) diffusait une étude de deux experts intitulée « La pédophilie ». Le 5 juin, alors que le gouvernement de Lionel Jospin s’installait, L’Humanité commentait cet ouvrage et relevait que les auteurs appellent à « prendre toujours au sérieux la parole d’un enfant » car « les dénonciations sont très souvent vérifiées. Et, s’il y a mensonge, il reste de toute manière l’expression d’un malaise. » A cette époque, les déclarations d’experts passaient partout comme des lettres à la poste sans que personne n’ose les critiquer. Le 10 juin, Ségolène Royal, devenue ministre déléguée chargée de l’enseignement scolaire, effectuait d’après ses propres déclarations un « tour par téléphone des inspections académiques » afin d’entreprendre un « recensement des cas de pédophilie signalés à la justice ». Le même jour, dans la soirée, Bernard Hanse « s’est tiré une balle dans la tête, au vo­lant de sa voiture lancée sur la petite route de campagne ». Sa famille rapporte ainsi les faits :

      « 2 Juin 1997. Bernard intervient sans violence auprès d’un élève de sixième âgé de treize ans qui chahute pendant l’interclasse et qui tape dans une porte. Bernard le fait sortir du gymnase. 7 Juin 1997. La famille de l’enfant informe le principal que l’enfant accuse Bernard d’un geste déplacé, il y aurait des témoins. Le principal refuse d’écouter l’élève accusateur, n’écoute pas les enfants qui auraient été témoins de l’altercation. 9 Juin 1997. Le principal informe Bernard de l’accusation dont il est l’objet. Bernard demande une confrontation avec la famille et l’élève. 10 Juin 1997. Vers 16 h 10 le principal informe Bernard que la confrontation prévue avec la famille ne se fera pas (la famille ne peut pas venir tout de suite pour un problème de voiture, mais peut venir plus tard vers 18 heures). Donc il annule la confrontation prévue. A ce moment il lui annonce que la justice est saisie, le procureur est informé. Bernard sort du collège, révèle à son épouse par téléphone l’enclenchement de la procédure judiciaire à la suite d’une accusation mensongère et il lui précise l’existence d’une lettre qui révèle la terrible machination dont il est l’objet. Puis il met fin à ses ses jours. » (fin de citation)

      Quel avait été le rôle du Ministère de tutelle qui, pendant cette même journée, contactait l’ensemble des inspections académiques pour évoquer, précisément, de telles situations ? En tout état de cause, la famille Hanse a clairement déploré l’attitude de Ségolène Royal après les faits. L’élève ayant porté les accusations contre Bernand Hanse s’était retracté dès le 16 juin. Pourtant, dans sa lettre du 17 juillet 1997 rendue publique par la famille Hanse, la ministre refuse d’admettre l’existence d’une quelconque précipitation dans le fait d’avoir saisi le procureur de la République sans aucune enquête administrative réelle. Elle ajoute qu’il faut respecter la « présomption d’innocence » de l’enfant mis en examen pour dénonciation calomnieuse. Mais Bernard Hanse ne semble pas avoir eu pleinement droit aux mêmes égards, puisque sa réhabilitation publique, réclamée par sa famille, a mis longtemps à être clairement exprimée. Lorsqu’elle l’a été, après l’arrêt de la Cour d’appel de Reims du 21 juin 2002 et une question orale d’un député le 4 mars 2003, le ministre délégué à l’enseignement scolaire Xavier Darcos a évité d’admettre le moindre tort de l’administration qui, comme d’habitude, prétend n’avoir commis aucune erreur.

      (...)


    • Universitaire 1995 28 août 2007 18:57

      Voici un exemple de ce qu’on pouvait lire en janvier 2002. Et l’Humanité n’aurait jamais diffusé ce genre de nouvelles sans « se renseigner » avant auprès de ses amis politiques au gouvernement...

      http://www.humanite.fr/2002-01-12_Societe_-Affaire-d-Outreau-reprise-des-recherches

      Affaire d’Outreau : reprise des recherches

      La police, guidée par un couple de parents d’enfants livrés aux pédophiles du réseau d’Outreau, fouille dans des jardins ouvriers de la ville.

      Les deux suspects mis en examen dans le cadre d’une affaire de réseau pédophile affirment avoir assisté au meurtre d’une fillette belge à la fin de 1999, donnant une nouvelle dimension à une affaire dans laquelle 15 personnes ont été incarcérées depuis un an.


    • Universitaire 1995 28 août 2007 19:07

      Ségolène Royal était bien, en 2001-2002, au centre de la « campagne contre la pédophilie » qui a encouragé objectivement l’affaire d’Outreau. On peut lire, à côté de la vidéo :

      http://www.ina.fr/archivespourtous/index.php?vue=notice&from=fulltext&full=segolene+royal&num_notice=5&total_notices=206

      20 heures le journal : [émission du 17 janvier 2002]

      (...)

      18. [Outreau confrontation] à 20:14:06:00 - 00:01:08:00. - France 2

      Reportage. Le point sur l’enquête concernant le réseau de pédophilie d’Outreau. Un témoignage, au sein même de la famille qui était au coeur du réseau de prostitution des enfants a été recueilli. Commentaire sur images factuelles de la famille d’un [...]

      19. [Plateau brève : réunion pédophilie Matignon] à 20:15:14:00 - 00:00:57:00. - France 2

      - Brève avec images. Pédophilie : Ségolène ROYAL (ministre délégué à la famille) présentait aujourd’hui le plan de lutte contre la pédophilie qui sera mis en oeuvre la semaine prochaine avec notamment quatre spots d’informations. Commentaire sur [...]

      20. [Enfants victimes pédophilie] à 20:16:11:00 - 00:02:32:00. - France 2

      Reportage sur un centre situé dans les Deux Sèvres qui accueille depuis 1987, des enfants retirés à leurs parents par les services sociaux. Ils ont été victimes de maltraitance psychologique, physiques et sexuelles. Commentaire sur images factuelles [...]


    • irukandji irukandji 28 août 2007 21:30

      D’abord je n’ai connu Agoravox qu’en 2006. Puis effectivement la circulaire Royal existe depuis 10 ans, mais elle frappe et tue toujours. Et certains le vive aujourd’hui. Cette circulaire est toujours d’actualité, mais il est très difficile d’en mesurer l’ampleur, par le silence du ministère de l’éducation nationale sur les chiffres réels. Voir le site de Jamac, pour quelques stats récentes.


    • Universitaire 1995 28 août 2007 22:17

      Une conclusion que l’on peut être tenté de tirer, à l’examen de ces évidences accablantes, c’est que non seulement « nos » politiques font preuve d’un incroyable arrivisme et de peu de scrupules, mais ils sont de surcroît NULS et IGNARES. Et ils ont beau avoir fait l’ENA, Sciences Po et tout ce qu’on voudra. Dès qu’ils sont confrontés à un quelconque problème DE FOND ou CONCRET, ils sont dépassés et capables de faire n’importe quoi.

      C’est sans doute l’une des raisons pour lesquelles le pays va mal. Mais l’oligarchie choisit exprès ce genre de serviteurs. Il faut pouvoir les manipuler et, au besoin, les faire chuter. Les « choses sérieuses » se font dans d’autres couloirs.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 30 août 2007 03:59

      @ Mako. J’ai beaucoup de sympathie pour les avanies dont il semble que vous ayez été victime. J’ai cependant une impression de déjà vu à lire vos posts et - comme beaucoup d’autres lecteurs, il me semble - je crois que l’on serait prêt pour le prochain couplet.

      Concernant SR - le sujet de cet article - je dirais à peu près la même chose : déja vue... que la Gauche nous offre autre chose, ou il faudra changer de fil. En terminant, une question : les enfants qui accusent sont-il soumis aux détecteurs de mensonges ? J’ignore la loi française sur ce point.

      http://nouvellesociete.org/5165.html

      Pierre JC Allard


    • Universitaire 1995 30 août 2007 22:17

      Par rapport aux liens que donnés plus haut par Aujourd"hui et par moi-même avec le lien de De ço qui calt ? , il y a depuis aujorud’hui un problème dont j’ai pu vérifier qu’il vient d’Agoravox. Voir mes commentaires à l’article :

      http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=28437

      Ce n’est apparemment pas Yahoo ! Le problème vient d’Agoravox, dont l’informatique dénature automatiquement ces liens. J’ai bien tapé dans les derniers commentaires :

      SQcISKczR

      mais Agoravox affiche dans le lien :

      SQcIKczR

      avec un S en moins, ce qui empêche le lecteur d’accéder au véritable lien. C’est tout récent. Aujourd’hui encore, ça marchait.

      Utiliser donc :

      http://blog.360.yahoo.com/quicalt?p=152

      http://blog.360.yahoo.com/quicalt?p=166

      http://blog.360.yahoo.com/quicalt?p=171

      http://blog.360.yahoo.com/quicalt?p=9

      etc...

      A savoir,http://blog.360.yahoo.com/« nomdu compte » ?p="numéro"

      pour échapper à cette « erreur » ( ? ? ?) de l’informatique d’Agoravox.

      Ou sinon, cliquer sur « lien permanent » pour le commentaire concerné. Apparemment, là les liens sont bons.


    • caramico 28 août 2007 09:59

      Ce qui est un défaut pour l’une serait une qualité pour l’autre !

      Et Sarko, il l’a pas joué « perso » ?

      Voyez où ça l’a mené. Il faut des dents longues en politique et Ségolène doit encore affûter les siennes, si elle veut pas se faire bouffer par les « jeunes lions ».


      • Anto 28 août 2007 11:26

        C’est a dire qu’on a vu qu’avec elle, la democratie etait participative mais pas trop. Une socialiste qui la joue perso choque plus qu’un Sarko qui s’est toujours fait le chantre de l’esprit d’entreprise a la yankee et de la deregulation. Encore une fois c’est une question de maitrise d’image et de coherence.

        Diagnostique : schizophrenie ? Mauvais calcul ? Naivete ?


      • maxim maxim 28 août 2007 10:00

        cher Lilian ,en général vos articles me plaisent ,mais c’est la photo de la redemptrice du Poitou qui fait tache ,j’imagine que le choix en est volontaire ,où elle a bouffé quelque chose de pas frais et elle a des remontées ,ou elle s’adresse à son amant : mon chéri ,je ne sais pas,mais ce matin votre B...a comme un goût ..... ou bien ,elle a pas pu faire caca ,mais elle fait une méchante tirelire sur ce cliché ......


        • CAMBRONNE CAMBRONNE 28 août 2007 12:01

          Salut Maxim

          C’est sa vrais gueule ! celle avec le sourire c’est quand elle pense qu’on la regarde .

          Je vois avec plaisir que comme moi tu te fais rare dans l’expression mais que tu es toujours là .

          Salut et fraternité .


        • LE CHAT LE CHAT 28 août 2007 12:48

          @CAMBRONNE ET MAXIM

          c’est la gueule à laquelle il faudra s’habituer , car les occasions de sourire vont se faire rare au PS


        • maxim maxim 28 août 2007 14:40

          Salut à toi ,ami Cambronne ,mon pote le Chat ,l’incontrôlable Calmos et ceux que j’oublie ......

          on vient de se faire remonter les bretelles par notre Clairette ,honte à nous tous ,ce soir on se flagelle avec une poignée d’orties ........ allez hop demandez lui tous pardon !!!!

          faut pas déconner sur Ségolène ,non mais !!!!


        • haddock 28 août 2007 10:01

          Elle a quoi la dame ?

          On dirait la Joconde , un peu devinciée ,


          • maxim maxim 28 août 2007 10:19

            Lerma ,tu as de la chance ,tous les autres commentaires ont été supprimes ..... censure ????parce qu’on a déconné sur Royal ???? mystère mystère .... Avox est peut être sous la botte du PS maintenant ?????


            • Gil 28 août 2007 10:44

              Le réferundum sur le TCE a fait apparaître le gouffre qui existe entre les élites du PS et son électorat potentiel qui, pour les présidentielles, s’est dispersé à la recherche de qui serait peu ou prou, porteur de ses attentes. Le débat sur les valeurs a eu lieu en 2005, et depuis le PS n’a pas bougé : il aurait pu présenter n’importe quel candidat que le résultat en aurait été strictement identique.


              • ehryx 28 août 2007 13:33

                Il y aurait bien Bayrou pour représenter l’opposition, mais il est interdit de séjour dans les médias (qui semblent indexer le temps de parole sur le nombre de sièges à l’assemblée), et par la grâce du très Saint Sarkozy, il a été décidé qu’en France il y avait deux partis, pas plus. Le leader de l’opposition n’est donc autorisé que s’il est PS, et il faut reconnaître que ça arrange beaucoup de monde.


              • LE CHAT LE CHAT 28 août 2007 11:26

                vendetta chez les losers , on va droit vers un rosier nain !


                • tjouffli tjouffli 28 août 2007 12:15

                  Ca commence en effet à être un gros problème, cette gauche qui se vide depuis un moment de tous ses neurones, notamment parce qu’il n’y a plus personne pour contrer eficacement le monstre de communication qui s’ébroue dans tous les journaux sur la rive droite.

                  Je ne crois pas que Sego ait été la meilleure chance de gagner de la gauche dans cette élection dite (un peu hâtivement) « imperdable ». Elle s’est faite désignée sur son aura, son charisme, et non sur ces idées. Alors qu’elle consultait encore dans ses « assemblées populaires », il n’y avait toujours pas de programme à l’horizon. La seule idée était une femme vêtue de blanc et de bleu, projetant dans l’imaginaire populaire une image virginale (merci la com’) et arguant de sa féminité contre toute critique potentielle : « si vous me dîtes celà, c’est pârce que je suis une femme. » Cela ne constitue pas une défense solide. De même, l’enthousiasme qu’elle suscitait en tant que femme-candidate me paraissait tout aussi douteux. On ne vote pas pour un sexe, fût-il beau, mais pour des idées et un programme...

                  De même, sa posture virginale contrastait avec l’usage qu’elle faisait de la démagogie, tout à l’image du candidat UMP. Faut-il ainsi rappeler ce passage ridicule du débat présidentiel où, suite à une réaction concernant le viol d’une policière, Sego proposa de faire raccompagner toutes les femmes de la fonction publique à leur domicile ? Certes, c’est une façon comme une autre de créer des emplois, mais était-elle sérieuse ? Non, elle l’a même reconnu, elle ne croyait pas à bon nombre de ces propositions. Comment alors, dans ce contexte, redonner confiance dans le Politique ?

                  La responsabilité de l’échec de la gauche est donc bien portée en partie par la candidate, même s’il est certain que le parti (dont elle avait décidé de s’émanciper pour faire cavalière seule) ne l’a pas aidé là où il aurait pu fourni un peu plus de contenu à ses discours.

                  Responsabilité aussi de son compagnon d’alors, avec sa politique du consensus au sein du PS : à force de jouer la carte de la synthèse, le PS s’est peu à peu vidé de toute substance idéologique, de toute possibilité de réponse aux problèmes de la société. Quant aux éléphants, ils semblent trop occupés à jouer le jeu du pouvoir (parfois même avec un arrivisme déconcertant qui contribue largement au délitement de l’opposition) pour proposer une alternative. Eut-elle tenté plus tôt une alliance avec Bayrou (comme le lui recommendait Delors), les choses aurait pû être différentes. Sarko aurait eu plus de mal à vampiriser le future Modem en le vidant de ses élus, ceux-ci se serait trouvés confortés et dans une possible position d’assumer un rôle dans les cinq prochaines années. Bayrou aurait approté des idées et des voix, et le PS aurait consolidé le futur parti du centre. mais hélas, c’était trop attendre de Ségo et des éléphants, avec qui (et c’est un peu normal), le chef de l’UDF renâclait à s’allier.

                  On se retrouve donc aujourd’hui avec une opposition plus que moribonde, incapable de lutter efficacement contre la machine sarkozyste. Sans opposition, les médias courbent l’échine, jouent le jeu d’une politique people et arriviste, gesticulatoire, alors même que certains tenants de notre constitution se trouvent mis à mal par le pouvoir en place (voir l’affaire Cecilia en Lybie, ainsi que le non-lieu de la « présidente », commenté sur Agoravox hier).

                  Décidément, la France va mal, et c’est en partie la faute d’une gauche inerte, en panne d’idée et de renouvellement. C’est à vous faire regretter le sursaut des dernières législatives : peut-être une bonne vieille baffe aurait-elle réveillé le PS un bon coup, forçant une potentielle renaissance. De plus, la France n’aurait pas été forcément plus facile à gouverner avec une énorme majorité UMP à l’assemblée (dont il aurait fallu ménager les susceptibilités et les divers courants historiques gaullistes) plutôt qu’avec une opposition de gauche insipide. Ca va mal...


                  • stephanemot stephanemot 28 août 2007 12:29

                    Lilian,

                    « Archaïques », « dépassés », passe encore.

                    Mais comparer le PS aux Verts, vous êtes trop cruel.

                    Les Verts ont au moins un idéal clair, une planète à raffraîchir, des bébés phoques à congeler (ailleurs qu’en Corée du Sud si possible)...

                    Le PS n’existe plus.

                    Après sa chasse aux éléphants, le Comte Nagy a pris soin de ne laisser que des charognards et une gazelle trop occupée à se regarder dans le miroir pour prendre en main la destinée de la réserve.

                    Pour continuer à croire aux « idées » de Royal, il faut une certaine dose de mauvaise foi ou de crédulité. Les visages de ses ultimes supporters l’autre jour à Melle évoquaient d’ailleurs étrangement ceux des militants à l’université d’été 2006 de Le Pen.


                    • Forest Ent Forest Ent 28 août 2007 12:42

                      Le PS n’avait pas de champion parce qu’il n’avait pas d’idées et s’est résolu à désigner le moins médiocre des aparatchiks qui ne proposerait aucun choix clair. Il est en train de le payer, mais il nous l’a fait payer à tous en favorisant ainsi l’élection d’un président innommable (copyright bulgroz).

                      La nature a horreur du vide. La machine à baratin UMP lassera même les plus accros à TF1 qui aiment quand même changer de séries de temps en temps. Une autre opposition émergera.

                      J’espère qu’elle sera « décomplexée », c’est à dire qu’elle saura faire preuve à l’égard de l’UMP et de l’establishment de la même violence verbale et sociale dont ceux-ci ont usé, et que nous éviterons les succédanés de droite style Blair, Schröder, Kerry, ...


                      • LE CHAT LE CHAT 28 août 2007 12:52

                        @FOREST ENT

                        Que ceux qui veulent une gauche décompléxée suivent le petit facteur , lui au moins a pas peur d’annoncer la couleur ! assez de tartufferie , heureusement que les partis sont pas soumis au contrôle du BVP smiley


                      • Forest Ent Forest Ent 28 août 2007 15:02

                        Je ne suis pas communiste, et ne soutiendrai pas un parti « anticapitaliste ». Anti-mondialisation, anti-ultralibéral, anti-neocon, ... plein de trucs, ... Mais « anticapitaliste » ??? C’est pour proposer quoi à la place ?


                      • Forest Ent Forest Ent 28 août 2007 15:34

                        Besancenot est (humainement) capable de fédérer la gauche. C’est certain. Seulement si son programme consiste à rappeller Staline ou Trostky, ça ne va à mon avis pas faire rêver grand monde non plus.

                        J’aimerais un truc qui soit à gauche et pas soviétique. C’est vraiment utopique ? On est vraiment obligés de choisir entre Blair et Poutine ?

                        La ’gauche antilibérale’, ça me suffisait. smiley


                      • bozz bozz 28 août 2007 15:47

                        gauche anti-libérale mais pas soviétique ? vous avez essayé Mao ? Pol Pot peut-être ? ou encore Castro ? les deux Kim ? euh nos amis chinois depuis « petite bouteille » ? si j’ai trouvé ! le grand démocrate vénézuélien et son pote bolivien ! c’est ça VIVE CHAVEZ et la révolution néo-bolivarienne !!!!


                      • bozz bozz 28 août 2007 17:53

                        pour aller dans ton sens Ludo, une mesure simple pour favoriser les PME c’est de leur réserver une % des commandes publiques, cela permet d’éviter une certaine corruption due aux grands groupes et d’augmenter la taille des PME afin qu’elles puissent enfin se tourner vers l’export (pour l’instant le principal obstacle est leur trop petite taille)


                      • Forest Ent Forest Ent 28 août 2007 17:58

                        Mais moi non plus, je ne suis pas contre le (vrai) libéralisme. Je suis contre « l’ultralibéralisme ». J’ai essayé d’expliquer ça dans ce thread :

                        http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=24259

                        Au plan sémantique, on s’est bien fait avoir. Les neocons utlisent habilement le mot « libéral » qui ne les décrit en rien pour passer leur basse cuisine à base de corruption, et ont habilement fait croire que « régulation » signifiait « intervention ».


                      • Emmanuel 28 août 2007 18:14

                        @ Forest Ent

                        A gauche et pas soviétique ?

                        cf http://perso.orange.fr/marxiens/

                        Ou la pensée écologique pragmatique contre l’utopie du libre marché...


                      • Forest Ent Forest Ent 29 août 2007 11:48

                        Oui, c’est ça qui est difficile dans les campagnes de pub internationales : il faut trouver la bonne expression dans chaque langue.


                      • Cédric 28 août 2007 12:44

                        Ce qui est intéressant avec Lienemann c’est qu’au final elle donne totalement raison à Ségolène Royal sans s’en rendre compte. Totalement absente durant la campagne si ce n’est pour se complaire dans la posture critique, elle se met au niveau d’un Allègre, d’un Besson mais sans avoir le courage de prendre ses responsabilités. Alors elle se fend d’un bouquin, un de plus, sans le moindre doute indispensable puisqu’elle nous assène sa lumineuse pensée. Mais quid du débat interne, était-il indispensable de passer par un canal qui n’a pour seul but de tirer dans le dos de sa petite camarade ? Ce genre de chose, il est vrai que Marie-Noëlle n’en a cure parce qu’elle souffre exactement du même mal que tous ces responsables de la même génération qu’elle : elle se croit fondamentalement indispensable. Il pourrait y avoir le début d’une remise en question de l’attitude de nombreux hiérarches du PS, pas simplement durant cette élection mais depuis au minimum 15 ans. Que nenni puisqu’il faut désigner celle qui serait responsable de la défaite. Or ceux qui ont participé à cette campagne ne sont pas dupes et se souviennent de ces gens qui ont soutenu l’adversaire de l’actuel président comme la corde soutient le pendu. Il était intéressant de voir le soir même des élections que ses adversaires lui rendaient même hommage sur le mode « avec des amis comme les vôtres, vous n’avez pas besoin d’ennemis ». Et Lienemann, avec quelques mois de retard, leur donne raison, c’est sans doute le seul enseignement qu’il y a à tirer d’un ouvrage de cette Vichinsky d’occasion, sans courage et sans talent.


                        • moebius 28 août 2007 12:58

                          il n’y a pas plus d’idées a droite qu’a gauche. Qu’est ce une idées en politique ?. Sarkosy est une « idée politique » comme Ségoléne en est une autre et je pense pour rester dans la trivialité de cette article que l’idée Sarkosy n’est pas une grande idée. Elle des bourellets au fond de son canoé, cette pauvre idée quand pagaie frénétiquement et mélancoliquement chez ses trés riches et trés idéaux amis


                          • Voltaire Voltaire 28 août 2007 13:11

                            Même si 2012 est encore loin, il faut reconnaitre que les choses ne se présentent pas de façon optimale pour le PS. Faute d’opposant légitime, et aidé par Nicolas Sarkozy qui voit en elle l’adversaire idéale, Ségolène Royal remontera probablement la pente. Mais dans quel état ?

                            A gauche, Olivier Besancenot, le plus doué de la nouvelle génération, tente avec raison une OPA sur l’ensemble des mouvements anti-libéraux : les verts sont moribonds, la LCR cherche un second souffle, et la gauche du PS s’éfiloche.

                            Au centre, François Bayrou conserve une popularité intacte, qu’il a soigneusement évité d’exposer lors de l’Etat de grâce du nouveau président. Son MoDem se révèle être un succès populaire inédit, qu’il convient toutefois encore d’organiser en une machine à gagner les élections. Et le nouveau centre est mort-né, privé de financement publique et donc déjà sous perfusion UMP.

                            Faute d’un revirement spectaculaire, Bayrou aura donc réussi son OPA sur l’opposition : DSK parti, il prend naturellement la place de premier opposant au président sortant, en incarnant une sociale-démocratie renouvelée et participative. Ne lui manque plus que quelques ralliements de socialistes modérés, qui arriveront sans doute lors des scrutins de listes de 2009 et 2010 si le PS n’a pas redressé la barre d’ici là.


                            • Cédric 28 août 2007 13:36

                              Soyons sérieux 5 minutes : à part quelques journalistes de Marianne et Bayrou lui-même (encore que) tout le monde constate le trou noir politique dans lequel se trouve aujourd’hui l’ancien allié de l’UMP. Les lendemains de présidentielle ont été particulièrement durs pour lui, bien plus que pour le PS, lui qui n’a plus que 4 députés, lui-même compris, à l’Assemblée Nationale. Bayrou n’est plus qu’un homme politique de stature nationale virtuel qui ne survit que dans les fantasmes de quelques électeurs centristes.

                              Quant à Besancenot, il a beau faire dans l’imprécation, il lui reste le plus dur à réalisé : regrouper des chapelles qui se détestent depuis des décennies sous ses seules couleurs. Celles-ci ne sont plus officiellement celles de la LCR mais encore faut-il convaincre des militants qui verront la main de ce mouvement dans le moindre acte du facteur. Là-aussi, à côté de sa situation, celle du PS paraît presque enviable.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès