Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Les sous-préfets nouveaux « outils » de la régulation du chômage (...)

Les sous-préfets nouveaux « outils » de la régulation du chômage ?

Tétanisé par son objectif de 9% de chômeurs à fin 2011, Xavier Bertrand veut transformer les sous-préfets en bras armé de la politique de l'emploi. Une mise sous tutelle pour Pôle Emploi et une nouvelle chasse aux chômeurs « récalcitrants » ?

On aurait pu croire que devant les chiffres calamiteux du chômage, qui risquent de mettre en péril la réélection de Nicolas Sarkozy et de sa majorité, Xavier Bertrand se serait mobilisé pour obtenir un peu plus de moyens humains et financiers, pour Pôle Emploi. Mais rigueur oblige, comme l'écrit La Fusion pour les Nuls : Xavier Bertrand a préféré instituer un nouvel échelon hiérarchique à Pôle emploi : le sous-préfet !

Ce qui est étonnant lorsqu'on connaît le : «  profil des candidats souhaités pour le recrutement dans le corps de sous préfets » publié par le Ministère de l'intérieur, auquel ils sont rattachés.

Etonnement confirmé par le discours de Brice Hortefeux, lors du séminaire des sous-préfets, où ils leur assignait pour tâche : « (...) de contribuer à la qualité du diagnostic local sur la délinquance et de proposer des mesures innovantes et efficaces (...) » et de : (...) privilégier spécifiquement le déploiement de la vidéo-protection (...) »

Mais, ce sont donc ces spécialistes du social, que Xavier Bertrand : « (...) réunira en septembre tous les sous-préfets de France « pour mettre en place des plans d'actions dans chaque bassin d'emploi (...) Dès la semaine prochaine, je tiendra une visioconférence avec les directeurs régionaux de Pôle emploi et les préfets de région  » - Ouest France

En fait, il s'agit surtout d'un effet d'annonce, puisque la mobilisation des sous préfets a été mise en place le 3 mars 2011 par : « L’instruction DGEFP n° 2011-09 du 3 mars 2011 relative à la mobilisation pour l’emploi au niveau infra-départemental - implication attendue des sous-préfets : objectifs et suivi  » dont l'objectif devait être : « de faire de 2011 l’année de la baisse du chômage » avec le succès que nous connaissons, aujourd'hui.

Echec prévu à l'époque par Geneviève Koubi sur le site Droit cri-TIC : « (...) L’instruction du 3 mars 2011 relative à la mobilisation pour l’emploi (...) est de faible intérêt au vu des enjeux sociaux que supposent la politique de l’emploi et les transformations du marché du travail ... Mais elle révèle plus qu’un simple souci pré-électoral. Elle indique par quels moyens l’État approfondit sa stratégie de contrôle des populations « inactives  » (...) »

Stratégie définie en mars par Xavier Bertrand : « (...) les sous-préfets devront veiller à ce que soient apportées des solutions aux offres non pourvues de Pôle emploi et de ses cotraitants, avec une identification, avec les acteurs socioprofessionnels et les entreprises, des métiers pour lesquels les offres d’emploi restent vacantes plus longtemps que la moyenne (...) » mais semble t-il, peu efficace jusqu'à présent !

Mais là, le temps presse, et il est nécessaire de montrer, le plus rapidement possible, que le chômage baisse. On peut donc légitimement s'attendre à ce que de nouvelles sanctions tombent sur les demandeurs d'emplois considérés comme trop exigeants au point de refuser des CDD de ... une à deux journées.

Et dans la mesure où nous apprend L'Expansion : « (...) Les radiations administratives des demandeurs d'emploi ont fait un bond inhabituel en juillet, à savoir : +25,1% sur un mois et +7% sur un an (...) » même les moins soupçonneux d'entre nous, peuvent se faire une idée de la manoeuvre.

Mais, comme il est plus que probable que ce traitement du chômage ne permettra pas de présenter des chiffres significatifs à la population, le gouvernement toujours prompt à fustiger l'emploi dans les collectivités locales, comptera pourtant sur elles, pour créer un maximum d'emplois aidés.

Ce qui était d'ailleurs précisé dans les consignes aux sous-préfets de mars 2011 : « (...) il est démandé aux sous-préfets de promouvoir les contrats aidés, notamment auprès des collectivités territoriales et de leurs EPCI pour les inciter à l’embauche et au cofinancement de contrats, dans le cadre des conventions annuelles d’objectifs avec les conseils généraux (...) » et confirmé par Xavier Bertrand le 25 août dernier : «  J'attends aussi un engagement significatif des conseils généraux  »

Ce qui, en cas de réussite permettrait à Xavier Bertrand de vanter son action, tout en laissant l'UMP, son parti politique, montrer du doigt les conseils généraux de gauche coupables d'augmenter la pression fiscale locale !

Mais que ne ferait-on pour maintenir dans l'emploi en 2012 ... les ministres et députés de la majorité présidentielle ...


Crédit et copyright photo
La Provence


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


    • nilasse nilasse 31 août 2011 16:04

      quant on arrive plus a contenir les problèmes sociaux avec des mensonges et des chiffres truqués,on fait appel aux flics. ils doivent vraiment craindre un coup de colère populaire pour partir dans une fuite en avant de cette manière. leur but est de nous faire vivre dans la peur,pour que celle ci nous tétanise. l’ump sort le fusil a pompe idéologique de ce « feignant »de chômeur qu’il faut mettre au pas. bien souvent RSAiste qui,avec 400 euros,jouirait de la vie sans entrave. ce gouvernement est une calamité.


      • ubotugy ubotugy 1er septembre 2011 13:23

        Est-ce une politique sciemment orchestrée pour pousser les gens à la révolte armée ?


      • easy easy 31 août 2011 18:20

        A l’époque où il y avait du travail pour tous, les gens se sont adaptés à cette donne en trouvant normal de travailler
        Lorsqu’on a commencé à manquer d’emplois, les chômeurs ont protesté, ont dit leur humiliation et les politiques ont demandé aux CRS de les briser.
        Cette situation ayant duré, les gens s’y sont adaptés en trouvant normal de ne plus travailler et de ne plus manifester.

        Mais les politiques qui sont débordés de travail bien payé, qui n’ont toujours pas créé d’emplois pour le peuple, protestent maintenant que les gens aient perdu le réflexe de travailler et veulent envoyer les CRS les briser dans leur tanière.


        • TSS 1er septembre 2011 09:58

          En 1970 nous etions 50 millions et le plein emploi ! A l’heure actuelle nous sommes 65 millions

          et l’automatisation du travail est passée par là ,jamais nous ne retrouverons le « plein emploi » !

          il est grand temps que les gens qui nous gouvernent(?) planchent sur d’autres options !

          un bon vieux conflit ,par exemple, pour relancer l’economie..Avec des gens aussi peu inventifs

          il ne faut s’etonner de rien !

          Et puis le chomage et la pauvreté sont un plus pour le contrôle du peuple... !!


          • TSS 2 septembre 2011 01:46

            Avec vos obsessions et votre cerveau en « jelly » vous me faites marrer. !!

            Relisez bien ce que j’ai écrit , en épelant si besoin est , vous verrez que je ne parle ni de

             droite ni de gauche... !!


          • VATTY 1er septembre 2011 13:16

            Le chômage est artificiel, il permet de faire baisser le « coût du travail » d’une main d’oeuvre servile précarisée.

            C’est d’ailleurs officieux, cf. NAIRU.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès