Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > LES TRENTE IGNOMINIEUSES (de 1980 à nos jours…)

LES TRENTE IGNOMINIEUSES (de 1980 à nos jours…)

Voici un article que j’écrivais juste après les élections de 2012 

Le peuple français avait le choix entre deux visions du monde. L'une, antédiluvienne, ploutocrate, à vivre sous le joug de la phynance et de l'exploitation. L'autre, résolument moderne, poétique, avec l'humanité au cœur. Les Français, toujours inconsistants, ont voté pour l'enfer. Ils y étaient déjà. Qu'ils y restent. 
Depuis neuf mois - une gestation - je lis, écoute, regarde, compare. Tous les programmes, tous les articles, toutes les vidéos. En définitive, le devoir de chaque citoyen responsable. Mais, la pensée unique, hégémonique, s'acharne à infantiliser et déresponsabiliser le chaland... 

Tous les médias, plume dans la plume, bouche dans la bouche, ont fait l'étalage de leur vassalité au monstre capitaliste. N'hésitant aucunement à se vautrer dans la calomnie et l'endoctrinement à la dominance. Et paradoxalement ceux qui s'étiquettent de gauche. Etonnant ? Non, il y a bien longtemps que cette gauche-ci a capitulé, relayant même la superfluité des combats sociaux, distillée sournoisement par la réaction durant les Trente Ignominieuses (de 80 à nos jours). Cher, c'est tellement ringard de se révolter, c'est comme cela, on y peut rien changer ! Entre gens du même monde, ils se sont accordés sur le fatalisme de l'esclavage et du profit qu'ils nomment pudiquement le libéralisme et l'incontournable loi de ses marchés. Ils ont oublié que fatalité est l'antonymie de liberté et de déterminisme. Mais comme ils se plaisent à dire, la gauche et la droite n'existe plus. Pas plus que la lutte des classes, une notion archaïque et surannée, n'est-ce pas ?...
Le suffrage universel m'a toujours fait ricaner jaune. Quel intitulé déjà : universel ! Le roitelet élu se pressent une destinée planétaire ! De jaune, le rire hoquète jusqu'à la folie. Mais, contrairement à mon rejet épidermique et réfléchi de ce moment ridicule où le troupeau de la population choisit son nouveau maître, j'avais décidé de suivre ligne à ligne, mot à mot, baves contre baves, les circonvolutions aguicheuses de la façade médiatique et politique française. Allons donc voir un peu ce qu'il y a réellement dans ce ventre mou ! Une fois n'est pas coutume...

Je dois avouer que j'y fus surtout attiré par le grondement populaire soudain qui s'enflait quotidiennement, soutenu par une nouvelle organisation nommée Front de Gauche. Il y avait un grouillement d'hommes et de femmes de bonne volonté. D'horizon tellement divers. Avec le regard et le sourire de ceux qui vont bousculer l'Histoire en la fraternisant. Camarade est un si beau nom lorsqu'il retrouve tout son sens. Le libertaire que je suis ne pouvait qu'être séduit. Et pour la première fois de ma vie, j'ai cru. J'ai cru que cette force naissante allait pouvoir enfin balayer toute la résignation destructrice de ces temps. Et que tout cela allait se gagner dans les urnes ! Et non dans la rue comme j'en suis toujours persuadé. Il faut dire que les qualités humaines et le tutélaire talent de M.Mélenchon y fut pour beaucoup. Pauvre idiot que je fus ! Quelle naïveté spontanée ! C'est vrai qu'un anarchiste est cet homme et cette femme qui n'a jamais trahi ses idéaux d'enfance. 

 Nous autres, Anarchistes, avons toujours lutté en dehors de vos clous. Ces bombages rectilignes qui encadrent, trop astiqués de soumissions, d'obéissance qu'on dirait des notables ventrus plantés des deux côtés de la route militante. Tu dois être discipliné Kamarade !... Vos partis comme autant de cages dogmatiques où s'étiole et fane l'Idée, toujours. Quelle qu'elle soit : la marée humaine - ses flux et ses jusants - est un poison pour la Nature, y compris celle de toute chose. Donnez-moi une foule, et je lui fait douter de l'existence des arbres ! A présent que ce peuple imbécile, inculte et paresseux a encore scié une à une les planches sur lesquelles il aurait pu dansé, il voudrait, m'y pressant, que je vote pour Hollande et son ps ? Ce ps qui dans toute l'Europe marche dans les pas vulgaires de la droite fascisante ! Du Hollande au pays du Camembert ! Une hérésie ! 

 La lutte anarchiste, c'est d'abord l'exemple. Sans autre ralliement qu'à l'évidence et au bon sens humain, de la solidarité et de l'égalité : libérons-nous, les uns les autres ! Le combat est plus culturel qu'idéologique. Plus philosophique que doctrinaire. C'est la mise en pratique immédiate de ses fondements. Envers soi-même, pour comprendre dans sa chair l'évolution, la mutation libertaire et traquer, analyser la moindre vermine dominatrice en nous, le plus petit despotisme larvé, l'égoïsme sournois, les peurs aux yeux bandés, le mépris déguisé en civilité. Il n'y a pas plus enrichissant que sa propre étude : en moi il y a toutes les horreurs et toutes les beautés. Mais la nature même de la société nous pousse plutôt à juger et à condamner l'autre. L'enfer, c'est les autres, nous dit la mélancolie existentialiste. Mais c'est d'abord moi qui marche sur la grand' route du Pandémonium et qui doit s'en détourner...
Ne vit libre que celui qui s'est libéré de toutes ténèbres.
Le combat anarchiste commence par la fraternité naturelle, spontanée et appliquée. L'éducation perpétuelle, de chaque mot, chaque conflit, chaque question. Nous avons toujours dû nous informer, apprendre, nous instruire par tous les moyens dont nous disposons. Si nous-mêmes n'enseignons pas ce qu'est une société libertaire, ce ne sont certainement pas les organes d'information qui s'en chargeront, ni aucun parti. Ils ne remplissent jamais leur rôle d'éducation populaire, mais a contrario celui de la domestication du peuple par la manipulation, le mensonge, la désinformation et l'intoxication réactionnaire. Nous avons pu tous nous en rendre compte au cours de cette lamentable parodie de démocratie. Et ce peuple, qu'elle abrutit de vacuité, le lui rend bien dans ses genouflexions quotidiennes. 

Je dis souvent que le Front de Gauche est une étape nécessaire, obligée avant l'avènement de notre société solidaire. Il est un escalier éducatif. Il lui faudrait plus d'une génération pour décangréner l'individu. Le nettoyer de dieu et lui substituer l'intelligence et la richesse de l'existence en commun. Canaliser sa volonté intrinsèque de domination vers la création, en la détournant de l'asservissement humain. L'homme est un animal dominant. Et alors ? L'idée n'est pas de laisser sa nature s'exprimer chaotiquement, décadente comme aujourd'hui. Mais qu'elle s'éduque. Cessons de nous égorger en riant dans les rues. Notre bestialité dépasse celle de tout autre vivant. Non, l'humain ne nait pas bon ! Ce n'est qu'un animal cruel et conquérant, le plus criminel de la création, le seul à tuer pour le plaisir. Mais, faire partie de l'humanité, c'est utiliser ces énergies brutes comme cette violence et la muter en moteur créateur, en seul Grand Architecte que nous sommes si nous le voulons. 

Nous avons placé d'énormes espoirs et de la volonté trempée comme de l'acier dans le programme du Front de Gauche. Je croyais naïvement (décidément, la politique est un sacerdoce où il est tout de même question de foi...) qu'il pouvait remporter ce match ridicule, ces élections faussement démocratiques, pour mettre en place des remparts à notre barbarie ordinaire. Alors oui, j'ai voulu croire qu'en élisant M.Mélenchon, cela allait "bouger", et dans le bon sens. Je fus d'ailleurs très chagrin d'observer certains amis anarchistes s'enfermer dans le dogmatisme le plus sectaire en continuant d'appeler au non-vote, niant la formidable poussée de ce mouvement. Bien sûr que nous dénonçons de tout temps la supercherie du suffrage universel ! Mais il ne suffit pas d'ânonner ses fondamentaux en ignorant le déroulé de l'histoire que nous sommes en train d'écrire. Il ne s'agissait pas d'élire un homme et son gang, même si nous savions qu'il fallait les surveiller de très près, connaissant les faiblesses humaines. Mais l'écriture d'une nouvelle constitution allait redonner à chacun(e) une parole de citoyen(ne), un pouvoir qui compterait enfin. Cette démocratie directe que je souhaite tant depuis l'invention grecque. 

 Mais, Peuple primitif, bourrique, apathique, préféra encore la noirceur à la lumière, largement conforté en cela par toutes les presses et politiques de l'hexagone qui jamais ne fit son élémentaire travail : informer. Qui saurait, entre autre, ce qu'est le M.E.S si M.Mélenchon et le Front de Gauche ne l'avait pas disséqué au grand jour ? 
 Voilà. Et finalement aujourd'hui, vous nous demandez de "voter utile" ?... Comme le martela le ps avec la baudruche lepen ? Une démarche que nous condamnâmes ?... Certes, parce que les électeurs que nous sommes ou pas, avait au premier tour un véritable choix. Entre un monde libéral où la loi est d'être le plus fort, le plus riche de l'autre et un second à construire, égalitaire et fraternel. 

Certes. Mais quant à ce second tour, nous n'avons plus aucun choix. Si ce n'est celui d'une certaine stratégie politique. On revient donc a cette aberration de l'élection présidentielle : élire le moins pire. Choisir entre coca cola et pepsi comme dit Podemos… N'êtes-vous point lassés de participer à ces mascarades ? Qu'attendez-vous d'un hollande et de ses camarillas ? Vous pensez que ce sera plus facile de le ré orienter ? Vous plaisantez !? Le ps possède quasiment toutes les régions, le Sénat, l'Assemblée Nationale, et une trésorerie colossale ! Cela ne vous effraye pas trop, bien que cela se nomme autocratie ou dictature ? 
Il y a bien longtemps que le ps ne rougit plus de ses trahisons ! N'attendez aucune faiblesse de leur part. Au premier rejet de sa politique libérale, à la première agitation de rue, il vous enverra ses flics dans la gueule et si cela ne vous suffit pas, ce sera l'armée à la baïonnette. Je ne veux convaincre personne, mais toute cette propagande m'insupporte... Je me sentirai vraiment lamentable d'aller fourrer dans la fente le nom d'un homme et d'une organisation contre laquelle tout mon être se hérisse. Pendant toute la période préélectorale, nous avons pu constater l'allégeance de Hollande à cette forme de société marchande et inhumaine que nous combattons. Hollande et ses François-tireurs qui ont méprisé plus de quatre millions de personnalités, les électeurs du Front de Gauche. Préférant les poignarder que de s'attaquer au fn, nous comparant aux fils et filles de Pol Pot ! Malheureux imbécile calculateur ! Et pendant que nous y sommes, pourquoi ne pas comme eux, aller draguer ces électeurs du front national ? Puisque le ps préfère cela plutôt que nous convaincre, nous, la dernière gauche ! Cette ordurerie fasciste qui ne peut s'éradiquer dans de telles sociétés du profit. Car ne louvoyons pas ! N'édulcorons pas la réalité ! Les 18 % sont bien des fascistes ou des apprentis fascistes, des ignares irréfléchis, sans aucun courage que celui de déléguer à plus ordure que soi, et non de pauvres malheureux désespérés comme on tente de nous les représenter... ! 

 Tous les médias et toute la caste politique sont responsables de ce honteux score du fn. Chaque jour, ils nous ont distillé ses poisons, ne ratant aucun discours, le moindre étron de leur pensée. Préférant ignorer le Front de Gauche et l'assimiler aux terreurs de la révolution française ou du communisme perverti du siècle passé. Plutôt Hitler que le Front Populaire ! Honte ! Honte ! Mais les masques sont définitivement tombés. Nous connaissons et nous n'oublieront jamais ceux et celles qui ont combattu l'Humain ! Tu es raciste et autolâtre. Mais ne t'arrêtes pas aux couleurs de la peau, aux rituels différents. Il y a encore plus étranger de toi. Si tu pouvais imaginer l'abîme qui sépare ta figure vide de la mienne ?
Nous sommes confrontés une fois de plus à l'impossibilité de construire ensemble ce nouveau monde, en fait, que peu désirent. Nous n'arrivons déjà pas à vivre en couple, alors une ville, un pays !... Mais le couple est-il vraiment la vocation de la femme et de l'homme ?... Je crains bien que le nœud se trouve là. Peut-être devrions-nous commencer par ne plus nous accoupler, nous coller l'un à l'autre, en se jurant une impossible fidélité. A deux, toujours qu'à deux. Ne voulant jamais partager, avare, cet amour et cette complicité qui, inexorablement s'évanouiront, laissant dans le cœur les ravages individualistes que l'on sait.
Je retourne donc à mes luttes clandestines, mes combats au noir, avec mes véritables frangines et frangins anarchistes... Tout le reste est littérature dans ces démocraties tocs. L'humain est incapable d'être libre ensemble. Il en avait l'occasion, il l'a méprisée, une fois de plus. Il en a l’occasion tous les jours. Il n'en a pas le goût. Qu'il disparaisse dans les misères qu'il s'est choisi.

 

Voilà donc ce que j’écrivais peu après les élections de 2012… Rien à changer, toujours les mêmes têtes de gondole ploutocrate ; toujours les mêmes “révolutionnaires” en charentaise ânonnant l’abstention comme une secte religieuse, marchant sur la seule alternative réelle ; toujours la même population ignorante et soumise qui votera pour les mêmes bourreaux. 
Il y aurait vraiment de quoi désespérer si nous n’avions pas en notre pouvoir cette nouvelle énergie populaire “La France Insoumise” débarrassée de tous les opportunistes qui détruisirent le Front de Gauche à coup de déplorables compromissions. 
Cette fois, nous allons gagner, nous allons prendre en mains notre destin et notre avenir commun. Nous allons enfin réaliser ce que c’est de lutter et de gagner ensemble, gens de tout horizon, sans carte, sans parti, juste celui de la justice. 


Moyenne des avis sur cet article :  3.66/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • Leonard Leonard 30 septembre 18:26

    Nul n’est plus esclave que celui qui se croit libre - Goethe

    Rien a rajouté...


    • PATRICK PIET PATRICK PIET 1er octobre 17:13

      @Leonard
      Ça tombe bien, tu n’as rien dit. Bravo Goethe…


    • leprince.sherman 30 septembre 19:39

      « Oui, Messieurs, c’est la guerre entre les riches et les pauvres : les riches l’ont voulu ainsi ; ils sont en effet les agresseurs. Seulement ils considèrent comme une action néfaste le fait que les pauvres opposent une résistance. Ils diraient volontiers, en parlant du peuple : cet animal est si féroce qu’il se défend quand il est attaqué. »
      — Extrait de la défense d’Auguste Blanqui en Cour d’Assises, 1832


      • fred.foyn fred.foyn 1er octobre 07:53

        Les peuples sont incapables d’un choix raisonné surtout lors des élections...ça se saurait...


        • Clofab Clofab 1er octobre 08:52

          Qui finance donc les « no borders » ? Des « anarchistes » à la solde de l’oligarchie

          Voici la liste non-exhaustive de leurs principaux donateurs :

          la Commission européenne , le Conseil de l’Europe, le Conseil œcuménique des Églises

          la Rothschild Foundation , la Jewish Humanitarian Found, l’Open Society de Georges Soros

          l’OSCE, le Patronat et le Gouvernement Fédéral Allemand (Foundation Remembrance, EVZ)

          le Home Office britannique (département public en charge de l’immigration)

          et plus de 550 organisations provenant de toute l’Europe…

          Il est donc aisé de conclure que ces groupuscules qui se présentent eux-mêmes comme des « anarchistes, des radicaux d’ultra-gauche, anti-étatiques, partisans de l’indépendance auto-gestionnaire » ne sont en fait que des groupes pilotés par des organisations étatiques à seule fin de créer des situations de conflits au sein des différents pays cibles de leurs actions.

          Plus ? :

          http://www.cercledesvolontaires.fr/2016/01/28/financement-no-borders-oligarchie/

          A bon entendeur…


          • PATRICK PIET PATRICK PIET 1er octobre 17:18

            @Clofab
            Hé le gadjio, t’as dû te tromper d’article ou alors tu ne sais pas lire ? Ce qui semble plus probable 

            vu tes autres commentaires attardés. Ni lire…

          • Clofab Clofab 1er octobre 09:10

            Les antifas : faux rebelles, vrais collabos !

            Les personnes ou les groupes visés par les antifas sont ceux qui combattent le Nouvel Ordre Mondial dans toutes ses dimensions (la dictature de la finance, le lobby sioniste, le libéralisme économique, l’atlantisme ou l’impérialisme de l’Union Européenne) ce qui fait des antifas des alliés objectifs du pouvoir politico-médiatique. Rebelles les antifas ? en tout cas, pas lors de leurs rassemblements de soutien à la loi sur la « mariage pour tous » ni dans leur campagne contre Dieudonné où ils se sont alignés sagement sur la politique du gouvernement et celle des préfets qui ont fait le choix de l’interdiction de ses spectacles.

             

            La suite sur :

            http://www.silviacattori.net/spip.php?article5544


            • Clofab Clofab 1er octobre 09:30

              Loin d’être des rebelles comme ils le prétendent, les antifas constituent une véritable milice au service de la réaction et du pouvoir, expliquant l’étrange impunité de fait dont ils bénéficient malgré les violences et les déprédations qu’ils commettent régulièrement comme dernièrement à Nantes où ils ont joué le rôle traditionnel de casseurs. “Les fascistes de demain s’appelleront eux-mêmes antifascistes"… sans doute attribuée à tort à Winston Churchill, cette phrase est en tout cas curieusement prémonitoire.


              Yala le facho...


              • François Vesin François Vesin 1er octobre 10:40

                @Clofab
                Vous parlez dans ce cas des « anarchistes » !

                Tout est dans ces guillemets 
                qui vous autorise toutes les déviances !

                L’article auquel vous réagissez
                évoque tout le contraire,
                la domination de soi-même
                constituant la base de toute action

                Camarade
                l’Anarchie c’est l’Ordre !

              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 1er octobre 18:08

                @Clofab
                Je crois que vous confondez les anarchistes libertaires avec les antifas, anarchistes Canada Dry, qui se font passer pour des anarchistes mais qui n’en sont pas...
                 Cf histoire du mouvement libertaire.


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 1er octobre 11:12

                Il y plusieurs variétés d’anarchistes... Il y a les antifas qui sont financés par les fondations Soros, Ford, Rockefeller et plusieurs départements du Gouvernement américain...


                Et puis d’autres, sincères, je n’en doute pas, comme l’auteur, qui a voté Mélenchon, le pauvre ! Lequel a offert 4,5 millions de voix sur un plateau d’argent à Hollande, dont sa voix. Je comprends sa déception...

                C’est que l’auteur n’est pas n’importe qui, il est de la race des Seigneurs, il se la pète en ayant fait un travail sur lui, tout en crachant abondamment sur les citoyens, « ce peuple imbécile, inculte et paresseux », qui refuse sa jolie révolution, sans qu’il ait d’autre explication que la bêtise des Français.

                Je ne vais pas refaire l’histoire du mouvement ouvrier, mais dans « le camp dit révolutionnaire », ce sont les staliniens qui ont gagné, ils ont bien pourri le débat, les libertaires sont devenus inaudibles. Ce n’est donc pas la faute des citoyens. Les libertaires ont perdu, à cause du stalinisme qui a occupé tout l’écran pendant 100 ans, mais sans doute aussi parce qu’ils ont des « obsessions » qui ne tiennent pas la route...

                Leur refus obstiné de l’ Etat, leur démocratie à la base, sans sommet, leur refus des élections, en font une théorie qui ne correspond pas à ce que souhaitent les citoyens et encore moins les Français !
                Pour eux, l’ Etat, la France et les Français, ce n’est qu’une seule et même chose.
                C’est lié aux origines anciennes de l’ Etat français inventé par la Monarchie.
                Toucher à l’ Etat, c’est toucher aux fondements de l’identité française. C’est ainsi, si cela ne plaît pas aux libertaires, qu’ils aillent planter leurs choux dans des pays récents qui n’ont pas la même histoire.

                Le problème central des « révolutionnaires », peut importe lesquels, c’est qu’ils partent des théories qu’ils jugent géniales, tellement géniales que la réalité doit entrer de force dans la théorie...., et que ce que souhaitent les citoyens, c’est peanuts !

                Et quand la réalité ne rentre pas, ce n’est pas que la théorie soit mauvaise ou inadaptée, c’est que les gens sont cons....
                La remise en question de l’auteur est encore à parfaire...


                • leypanou 1er octobre 11:57

                  @Fifi Brind_acier
                  Les libertaires ont perdu, à cause du stalinisme qui a occupé tout l’écran pendant 100 ans : pourquoi pas aussi 1000 ans pendant que vous y êtes ?
                  Et puis, les libertaires, ils ont existé bien avant Staline non ?


                • Et hop ! Et hop ! 1er octobre 14:12

                  @leypanou : Lisez quand-même ce qu’écrivent George Orwell (Vive la catalogne libre) et Simone Veil (Écrits historiques et politiques) de la façon dont les Bolchéviques ont traité les anarchistes pendant la guerre d’Espagne. 


                  Le socialisme internationaliste révolutionnaire, version Komintern, a été un des deux horizons indépassables de la gauche depuis 1945, l’autre étant le capitalisme international libéral promu à partir de la Libération, avec des poussées trotsko-libertaire en 1968 et privativiste-contractualiste en 1990.

                • Et hop ! Et hop ! 1er octobre 14:18

                  @Et hop ! Le programme politique du Conseil National de la Résistance doit énormément à celui de la Révolution nationale de l’État français, chose qu’il est impossible de dire.


                • PATRICK PIET PATRICK PIET 1er octobre 17:10

                  @Fifi Brind_acier
                  À la tienne !



                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 1er octobre 17:38

                  @leypanou
                  Oui, mais plus après ! Ils ont soigneusement fait le ménage en Espagne.
                  Pour les staliniens, l’ Etat c’est tout, et c’est d’abord eux.
                  Pour les anarchistes libertaires, l’ Etat est un épouvantail.
                  On en est là depuis le 19e siècle.


                • epicure 2 octobre 21:23

                  @Et hop !

                  Le programme du CNR doit beaucoup aux composantes du CNR, notamment de la gauche.

                  suffit de voir le résumé des mesures principales :
                  https://fr.wikipedia.org/wiki/Programme_du_Conseil_national_de_la_R%C3%A9sistance

                  "
                  Dans la seconde partie, « Mesures à appliquer dès la Libération du territoire », il est d’abord prévu de « veiller au châtiment des traîtres et l’éviction, dans le domaine de l’administration et de la vie professionnelle, de tous ceux qui auront pactisé avec l’ennemi ou qui se seront associés activement à la politique des gouvernements de collaboration » et d’instaurer la confiscation des biens traîtres et des trafiquants de marché noir.
                  « 
                  Oui on sent bien l’influence de la révolution collaboratrice de pétain ....
                  Les collabos masochistes à ce point ?

                   »
                  des mesures politiques, comme le rétablissement de la démocratie, du suffrage universel et de la liberté de la presse ;
                  « 

                  oh tiens rétablissent de choses abolies par la révolution collaboratrice.

                   »
                  des mesures économiques, caractérisées par « l’instauration d’une véritable démocratie économique et sociale, impliquant l’éviction des grandes féodalités économiques et financières de la direction de l’économie »
                  « 
                  Là comme les précédentes c’est l’influence de la gauche qui est patente.

                   »
                  des mesures sociales, dont un rajustement important des salaires, le rétablissement d’un syndicalisme indépendant et des délégués d’atelier et « un plan complet de sécurité sociale, visant à assurer à tous les citoyens des moyens d’existence, dans tous les cas où ils sont incapables de se le procurer par le travail, avec gestion appartenant aux représentants des intéressés et de l’État ».
                  "

                  là encore des mesures totalement à rebours de la révolution collaboratrice, puisque pétain avait abolit les syndicats et la grève.
                  Quand à la sécurité sociale le plan a été fortement influencé par des communistes et des socialistes.

                  En plus l’un des premiers initiateurs d’un programme commun, c’est léon Blum, ennemi déclaré de la révolution collaboratrice.

                  Et en 1943, les socialistes créent un premier programme d’après libération, avec notamment des nationalisation, le vote des femmes.

                  Par conséquent impossible d’y voir l’influence quelconque de l’extrême droite qui était combattu par les auteurs du programme.


                • andromerde95 2 octobre 22:54

                  @epicure
                  t’as oublié l’etat providence que pétain a créé et que le cnr n’a fait que renforcer : https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9volution_nationale#Droit_du_travail


                • epicure 3 octobre 01:53

                  @andromerde95

                  J’ai rien oublié puisque la protection sociale c’était dans les cartons de la gauche.
                  C’est à dire que ce n’est pas juste un copié collé de vichy, mais quelque chose qui est interne à l’idéologie socialiste.
                  Mais le front populaire a été de courte durée, Blum a dû arrêter le processus de réformes moins de 8 mois après sa victoire. Les centristes ont bloqué le processus.

                  D’une façon globale le CNR s’oppose à l’idéologie de la révolution collaborationniste, comme je l’ai rappelé .
                  C’est pour ça que dire que il a ses sources dans le régime de vichy est un mensonge, puisque le CNR va retricoter ce que pétain a détricoté.


                • epicure 3 octobre 22:52

                  @andromerde95

                  Toujours à raconter tes conneries qui n’intéressent personne car on sait que c’est faux.
                  Retourne à l’école primaire et au bac à sable, laisse les grandes personnes tranquilles.


                • andromerde95 3 octobre 23:03

                  @epicure
                  0 argument


                • Axel de Saint Mauxe Axel de Saint Mauxe 1er octobre 11:29

                  Je dis souvent que le Front de Gauche est une étape nécessaire, obligée avant l’avènement de notre société solidaire.


                  Après avoir lu un début de texte prometteur, j’avoue à ce moment là être tombé de ma chaise... l’auteur semble à la fin se rendre compte de sa bévue de 2012....

                  Là réside tout le drame des anarchistes : MARX.

                  • UnLorrain (---.---.122.56) 1er octobre 12:41

                    Extreme socialisme...division extreme de la classe sociale dans son entier,une belle reussite.... Une photo vue chez l excellent dissequeur politique qu est JG Malliarakis,une photo qui en dirait long sur cette division,car qui est en accord avec ce type de gus soit disant du service d ordre de la CGT et portant dans leurs mains des battes de baseball ?

                    Flaubert semble avoir reussi a user de son existence plutot que l inverse vu qu il aura vecu a peu pres autant de temps que Reclus,Flaubert coucha par ecrit des chapitres de son existence je peux m en inspirer je crois,et si j ai bonne memoire de ses nouvelles il dira clairement que le socialisme est une monstruosite...J en viens a me dire qu une simple once de socialisme est generateur de bordel a l heure actuelle. Flaubert,ciseleur de phrases,de textes,de.recits, de livres, dixit wikiped...certainement vrai puisque dans une correspondance d une cousine a lui celle ci raconte comment Gustave pouvait rester une apres midi entiere a hesiter a devoir ecrire ce mot ou cet autre dans cette phrase ou il butait donc..

                    En tout individu il y a de l opportunisme,gauche.


                    • Et hop ! Et hop ! 1er octobre 14:15

                      Qu’est-ce qui vous empêche de monter une entreprise selon vos principes anarchistes, 

                      par exemple une fabrique de chaussures, de vélos ou une exploitation agricole ?

                      Comme ça vous pourrez vérifier si le régime d’organisation sociale que vous rêvez d’imposer à tout le monde, est vivable.

                      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 1er octobre 17:44

                        @Et hop !
                        En Espagne les coopératives et les syndicats professionnels fonctionnaient très bien, là n’est pas la question. Cf « L’Espagne libertaire » de Gaston Leval.


                      • ddacoudre ddacoudre 1er octobre 14:43

                        bonjour P Piet

                        j’ai lu quelques commentaires qui ne sont pas tendre, l’émancipation n’est pas une donné inné elle s’acquiert péniblement par entassement des savoirs. or nos savoirs passent par l’écriture car ce que nous ne pouvons pas apprendre nous pouvons savoir où aller le chercher....
                        ton article poétique relève de la philo élisé Reclus n’en aurait pas rougi.
                        nous sommes tout juste sorti, du moyen âge dont il reste plus de trace que de celle des lumières dans l’esprit des gens la superstition est encore fort présente et l’exploitation des sentiments émotionnels se sont supplantés à la raison qui bât en retraite. notre planète n’a jamais été aussi petite et ce n’est pas fini quand nous pourrons aller de paris au japon en 3h. elle deviendra encore plus petite. il c’est avéré que ce sont toujours les conquérants qui circulent les premier à la recherche de ressources. les moyens modernes de communication n’ont fait qu’accélérer cela. il ne l’on pas fait pour le bonheur des peuple mais pour retirer de leur besoin la richesse d’une consommation.. la peur de cela et les acrimonie qui en ont découlé font que la mondialisation effraie comme tout ce que l’on ne connais pas parceque l’on n’apprend pas et on laisse ceux qui savent prendre le pouvoir pour former des oligarchies ou des ploutocraties
                        d’un savoir qui devait être émancipateur nous en sommes arrivés à croire qu’il doit seulement contribuer à trouver un boulot dans des entreprise qui sont essentiellement de structure totalitaire.nous sommes mal barré pour affronter le XXI siècle.http://ddacoudre.over-blog.com/pages/Nous-ne-pourrons-pas-survivre-a-une-societe-qui-ne-reduit-l-existence-humaine-qu-a-une-valeur-compta-7612473.html
                        https://www.youtube.com/watch?v=yUMGHeLoLbA
                        cordialement.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès