• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Les “valeurs républicaines” me gonflent

Les “valeurs républicaines” me gonflent

Il y a deux ans, il n’y en avait que pour “citoyen”, utilisé comme adjectif. Il y avait des “cafés citoyens”, des “engagements citoyens”, des “marchés citoyens” : tout devait porter le label magique. Vous aviez envie de vous cuiter ? Organisez une “fête citoyenne”, voila votre beuverie annoblie, garantie sans mal de crâne le lendemain.

Mais il en va de ces mots valises comme des plans de sauvetage de l’Euro : tristes cache-sexe de l’indigence de la pensee, ils ont une durée de vie de plus en plus courte, avant que leur vacuité ne soit révélée à tous. Exit donc “citoyen”, tout désormais doit être “républicain”. Les doctes exégètes de la politique l’ont certifié : lors de la passation de pouvoir, la poignée de main entre Hollande et Sarkozy était “républicaine”. Ouf ! Eut-elle été hallal que Marine Le Pen n’aurait pas été contente, alors que “républicaine”, vous pensez, rien à redire. Que Francois Hollande fasse son caca matutinal sous le regard jaloux et vengeur de la Tigresse Twitteuse, et la foule de courtisans de se prosterner devant la neerlandaise merveille : que voila un caca républicain !

 Oh bien sûr, il y a les petits malins qui font du cumul : Jean-Pierre Chevenement avait fondé un “Mouvement Républicain et Citoyen”, le gourmand ! Mais on peut faire mieux : moi, figurez-vous, je suis un gaulliste social, laïc, solidaire, européen, citoyen et républicain. Sept vacuités à la queue leu leu, ça doit bien finir par faire du sens, à la longue, non ? Non ? Comme je suis déçu.

 Aujourd’hui, un grave débat agite le petit monde qui papote : le Front National est-il républicain ? Alors j’ai ressorti du placard mes vieux manuels de droit constitutionnel : républicain, par opposition à monarchiste, Président contre Roi (et maitresse du Président contre Royal, mais c’est une autre histoire). Marine Le Pen réclame-t-elle le retour des Bourbons sur le Trône ? Non, donc voila, c’est plie : républicain. Par opposition aux Britanniques, emportés dans leur euphorie post-jubiléenne : pas républicains, les Anglais, vilains, les Anglais.

 Ah oui, mais il parait que ce n’est pas ça, républicain, ou bien ce n’est plus ça. Oui mais c’est quoi, alors ? Première piste : ce serait un synonyme de “démocrate” : “démocrate”, après tout, c’est grec, et la démocratie grecque en ce moment, c’est pas la joie, alors mieux vaut se replier sur le Latin. Mais bon, on ne va pas très loin avec cela non plus : rien dans le programme du FN, que ce soit dans leur demande de suffrage proportionnel ou dans leur recours au referendum n’est intrinséquement anti-démocratique. On peut être pour, on peut être contre, mais ce n’est pas anti-démocratique. Alors, peut-être que dans le secret de leur conscience, Marine Le Pen et Florian Philippot nourrissent de noirs desseins dictatorials, mais moi, je ne suis pas le Bon Dieu, je ne sais pas lire dans les consciences. Donc, pour l’instant : toujours républicain.

 Pourtant, tout le monde nous le dit en fronçant les sourcils : le Front National n’est pas républicain. Mais c’est quoi, républicain, à la fin ? Sur le Grand Journal de Canal+, la charmante autant qu’insignifiante Najat Vallaud-Belkacem, confrontée à Florian Philippot, nous a enfin livré la clé, ou tout au moins une clé : le FN n’est pas républicain parce qu’il est favorable à la peine de mort. Et voila, c’est simple : le Général de Gaulle, Jules Ferry (devant la tombe duquel Francois Hollande s’est prosterné), une petite moitié des Français ? Favorables à la peine de mort, donc pas républicains, tous autant qu’ils sont ! Najat a dit, Najat a excommunié : que pèse un auguste Général face à un si joli sourire ?

 Pour les quelques recalcitrants qui trouveraient tout cela un tout petit peu insuffisant, reste une carte maitresse : les “valeurs”. Alors voila, il y a ceux qui “partagent des valeurs” avec le FN et ceux qui n’ont “aucune valeur en commun” (hosanna !). Marine Le Pen dit qu’il faut etre poli, honnête et respecter le travail bien fait. Horreur ! Il faut donc que je renie d’urgence ces valeurs, sinon je “partagerai des valeurs” avec le FN, et cela fera de moi un salaud et un pestiféré.

 Moi, j’ai pour principe, pour valeur pourrait-on dire, d’engager tout debat “à armes égales”, argument contre argument. J’ai horreur de l’attitude, aussi arrogante que lâche, qui consiste à postuler sa propre superiorité et la turpitude de l’adversaire afin de ne pas avoir à répondre à ses arguments, le “d’où parles-tu” péremptoire. Peut-être suis-je un salaud, peut-être pas, cela ne détermine en rien si j’ai raison ou tort. Peut-être Najat Vallaud-Belkacem est-elle réellement une sainte et Florian Philippot un monstre, peut-être pas : je laisse au Bon Dieu le soin d’en juger, moi, je juge de la qualite des arguments.

 J’ai également pour valeur la politesse et l’ouverture au dialogue : alors quand j’entends dire par François Fillon qu’il faudrait immédiatement racrocher le téléphone pour couper court à toute discussion avec un leader du FN, j’ai du mal à l’accepter. Au nom de quoi ? Quel dévoiement prophylactique permet-il de rejeter un être humain dans cette alterité radicale, telle que toute dialogue avec lui serait souillure ?

 Si on veut attaquer le FN sur la qualité de ses propositions, il y a de la matière. La France étouffe sous les blocages, les rentes, les réglementations et la bureaucratie, et le FN ne propose que de les aggraver. Le FN reconnait l’échec de l’Euro, et il a raison, mais Marine Le Pen déclare qu’elle souhaiterait le retour a l’étalon-or, qui serait encore plus rigide et arbitraire que l’Euro. Le protectionnisme réclame à cors et à cris ne fera qu’accentuer le décrochage de notre économie. Mais voila, s’attaquer au protectionnisme, faire l’apologie du libre-échange, ce n’est pas facile dans le climat intellectuel francais d’aujourd’hui. L’attrait du protectionnisme est intuitif et immédiat, la justification du libre-échange est ardue et exigeante. Augmentation du SMIC : l’existence même du SMIC est une bombe atomique contre l’emploi, notamment des jeunes, mais allez-donc expliquer cela à des salariés désespérés. Augmentation tous azimuts des allocations : ah, si seulement on en avait les moyens ! Etc. Ah oui, on pourrait, on devrait, le dézinguer, le programme du FN, mais ce faisant, il faudrait s’attaquer à tellement de vaches sacrées du discours politique contemporain, dans ce pays tetanisé par l’anxieté, exigeant toujours plus de ces “protections” qui l’emprisonnent dans leur cercle vicieux… Non, trop glissant ce terrain-la, mieux vaut catéchiser sur “les valeurs”, c’est moins risqué.

Je fais un rêve, le reve d’un débat politique lucide, rigoureux et exigeant, le rêve d’une France qui prendrait enfin ses problèmes à bras le corps, le rêve d’une classe politique qui abandonnerait sa démagogie et ses minauderies moralisantes. Réveillez-moi dans cinq ans.


Moyenne des avis sur cet article :  3.57/5   (81 votes)




Réagissez à l'article

86 réactions à cet article    


  • Constant danslayreur 21 juin 2012 16:18

    Sur la forme comme sur le contenu j’aime beaucoup merci smiley

    Un bémol cependant, après « les monuments historiques m’emmerdent » et « les valeurs républicaines me gonflent », je propose :
    « les titres de la une d’AV me pompent l’air, m’énervent et me les brisent (les oreilles) »


    • Le citoyen engagé Le citoyen engagé 22 juin 2012 17:14

      Oui bravo pour ce billet salvateur même si on se demande s’il faut vraiment défendre cette république judéo-maçonnique ou plutôt la souveraineté du peuple via la Nation.

      De mon côté j’ai choisi la souveraineté du peuple contre la république et vous ?

      Le citoyen engagé


    • ThaTon ThaTon 21 juin 2012 16:51

      Ce n’est pas en dormant que le caractère futile de l’élection présidentielle va changer. En vous réveillant tous les 5 ans, vous vous inscrivez dans la logique du suffrage quinquennal.

      Pour le reste, vous avez raison, vous rêvez. Nous vivons à une époque archaïque et les citoyens du prochain siècle considérerons probablement celui-ci comme nous considérons le XIX° siècle.


      • kemilein 22 juin 2012 02:37

        il est a souhaité une révolution mentale majeur pour l’espèce humaine, car après 10 milles ans d’archaïsme il serait peut être temps d’avancée et de considérer correctement les analyses et découverte faites depuis tout ce temps.

        je note que républicain ne veut rien dire, ou si peu. c’est la chose publique, don commune, et basta, ca ne présage ni ne préfigure la chose en question, du temps de rome il y avait l’empire et l’esclavage comme chose commune, et ca ne concernait pas tout le monde non plus (drôle de chose que celle publique qui n’est qu’a une poignée)

        je renote que la démocratie n’a rien d’angélique non plus, chouard a beau dire, la démocratie c’est juste le pouvoir au grand nombre, et un grand nombre de con, ca ne se raisonne pas et ca fait des bourde monstrueuse, comme élire (< contraire a la démocratie) des traitres, ou alors ca part en guerre, moins faut cul quand mme que BHL, les athéniens ne devaient certainement pas se voiler la face, eux c’était pour le pognon, pas pour apporter les droits de l’homme naturels divins sorti de nul par et fonder sur rien.


      • Anaxandre Anaxandre 22 juin 2012 15:35

        @ kemilein

        Si les erreurs et les réussites du passé faisaient « progresser » l’humanité, ça se saurait ! L’histoire de l’homme n’est faite que d’avancée, de régressions, de croissances de civilisations puis de leur écroulement, etc...

        Ne jamais confondre « progrès technique » qui est factuel et « progrès humain » qui est un mythe religieux.


      • kemilein 23 juin 2012 02:07

        et je ne crois strictement pas que l’humain soit capable d’apprendre ni de ses réussites ni de ses erreurs, pas plus que je ne le crois capable de progresser.


      • romain blachier romainblachier 21 juin 2012 16:56

        Bref, vous êtes, comme toujours sur ce site, pro fn...


        • ThaTon ThaTon 21 juin 2012 16:59

          Merci, donc, d’en élever le débat...


        • simir simir 23 juin 2012 15:55

          @Actias

          Tu n’as pas à avoir peur on ne te fera rien, tu n’es pas assez dangereux

        • Castel Castel 21 juin 2012 17:29

          Très bien comme article, bienvenu dans la novlangue, parce que c’est vraiment de cela qu’il s’agit.
          L’idée est bien de rendre confus la pensée politique des gens et de permettre des amalgames anti-protectionnisme pour éviter une forme de résistance de la pensée « citoyenne ».


          • LE CHAT LE CHAT 21 juin 2012 17:37

            ouaip , pendant ce temps le camp républicain est tellement mieux .....

            ça commence à gonfler sérieusement , le FN a des valeurs qui sont les siennes , que certains partagent et qui sont républicaines .
            ça n’autorise en rien ceux à qui ça ne plait pas d’insulter et d’ostraciser le FN et ses electeurs , ça ce n’est pas républicain , ce n’est pas être démocrate !!!!


            • Castel Castel 21 juin 2012 17:52

              La mafia républicaine qui se fout du monde a pris le pouvoir, il n’est pas sensé le partager ptit chat ;)


            • epicure 21 juin 2012 17:43

              lecture politique superficielle, donc article au contenu superficiel.

              Enfin sur le début je suis un peu d’accord, que il y a des modes d’utiliser certains mots, de les mettre à toutes les sauces, mais en fait de vider ce mot de son contenu.
              Comme ces mouvements soit disant citoyens qui renvoient leur membre à leur origine ethnique, alors que le concept de citoyen et une vision de la personne débarrassé des oripeaux ethniques.
              Ce n’est pas les mots en eux même qui sont gênant, mais le fait de les mettre à toutes les sauces, parfois pour leur faire dire le contraire.
              C’est comme la pub UMP des législatives qui alignait les valeurs de l’UMP, alors que la présidence sarkozy a été la négation de nombre de ces valeurs proclamées. Pareil pour les centristes qui ont soutenu sarkozy.

              Sinon historiquement le FN est la fusion de nombreux mouvements antirépublicain d’extrême droite. Le FN plus explicitement antirépublicain uniquement par dépit car sa fondation repose sur le constat de l’échec des tentatives de pouvoir antirépublicaines pour l’extrême droite. L’adaptation à la démocratie est une manœuvre tactique pour essayer de diffuser leurs idées auprès d’une population peu sensible aux idées antirépublicaines.
              Pour info, en 1986, quand JM lepen est retourné ( après poujade dans les années 50 ) sur les bancs de l’assemblée nationale, le FN avait un discours plutôt antiparlementaire.
              Le noyau historique du FN n’est pas constitué de grands amis de la démocratie et de la république, mais bien de membres historiques de l’extrême droite. En devenant plus populaire, le FN a vu ce noyau dur se dissoudre jusqu’à la nomination de marine lepen sur des discours aux accents républicains. Pourtant 40/50 ans avant ce genre de discours ne serait pas passé auprès du noyau dur et considéré comme une trahison.


              • Castel Castel 21 juin 2012 18:01

                Pour info, en 1986, quand JM lepen est retourné ( après poujade dans les années 50 ) sur les bancs de l’assemblée nationale, le FN avait un discours plutôt antiparlementaire.

                Vous savez, dans la politique, tout le monde est une véritable girouette. Le Pen a eut un discours provoquant (il l’a toujours d’ailleurs) et il s’est fait remarquer grâce à cela, il a par ailleurs remplacé l’épouvantail Georges Marchais. Actuellement, le discours ultra-protectionniste du F.N. n’est pas du tout ringard, au contraire, il est complétement d’actualité. Si on ne revient pas à des valeurs de base, on n’y retournera plus jamais et cela sera, pour le coup, la mort de la démocratie. Le vote F.N. c’est aussi l’opposition à une mondialisation irréversible.


              • Le péripate Le péripate 21 juin 2012 18:01

                Avant d’être utilisé à toutes les sauces pour n’importe quel usage le terme extrême-droite est très précis : il désigne les monarchistes légitimistes, point. Soit à la rigueur quelques catholiques du FN mais pas plus.


              • louphi 22 juin 2012 00:26

                Instructif !


              • epicure 22 juin 2012 01:39

                @ Par Le péripate (xxx.xxx.xxx.42) 21 juin 18:01

                Non il y a longtemps que le terme extrême droite n’est plus limité au monarchisme, Tant que les mêmes principes gouvernent une idéologie même si ce n’est pas sous la forme de monarchie de droit divin, cela reste une idéologie d’extrême droite. Si des monarchistes catholiques ont fondé le FN c’est bien qu’ils reconnaissaient celui ci comme mouvement d’extrême droite.

                La première caractéristique d’une idéologie d’extrême droite c’est l’essentialisation du statut social par la naissance.
                C’est un élément qui est absent dans toutes les autres familles politiques , surtout pas les vrais libéraux, surtout pas la gauche puisque reposant sur l’égalité des droits.

                Donc toute idéologie qui promeut une société : sexiste, raciste, esclavagiste (ou qui s’en rapproche) est une idéologie d’extrême droite, même si ce n’est pas une monarchie de droit divin. C’est pour ça par exemple que le nazisme fait bien partie de l’extrême droite car son idéologie repose sur l’essentialisation du statut social par la naissance.

                Hors extrême droite les familles idéologiques reposent soit sur l’égalité des droits et devoir, la réduction des inégalité ( gauche et idéologies collectivistes), soit sur la non essentialisation du statut social, permettant à quelqu’un au fond de pouvoir monter l’échelle sociale ( libéralisme ).


              • Le péripate Le péripate 22 juin 2012 09:14

                Oui. Enfin la définition c’est vous qui la posez. Et le raisonnement est parfaitement circulaire. Ce que vous dîtes n’est pas faux et présente l’apparence de la vérité.

                En effet les fascismes remplacent la classe des prolétaires par la classe nationale ou ethnique.
                Mais c’est une simple permutation, une variation et non un renversement.

                D’ailleurs cet élément, la classe d’une manière générale, est parfaitement absent des conceptions monarchistes et on se demande bien qu’elle pourrait être l’évolution qui mène de la monarchie au fascisme (et aux socialismes en général. Bien que l’absolutisme.. mais bon, c’est une autre histoire).

                Par contre on voit bien cette idée naitre à gauche. Des textes comme « le Moloch juif » du second de Blanqui Gustave Tridon innove même avec l’invention de l’antisémiste, qui est aussi un antichristianisme.

                Alors nommer cette chose extrême droite alors que tout, absolument tout la relie aux messianismes collectivistes est une mystification.
                C’est la raison d’être d’un intellectuel (de gauche) que travestir en permanence l’histoire, d’effacer les traces.
                Grosso -modo la gauche d’hier est l’extrême- droite d’aujourd’hui, et on peut prédire sans trop se tromper que la gauche d’aujourd’hui sera l’extrême-droite de demain.


              • Onecinikiou 22 juin 2012 09:33

                @ Epicure,

                Auriez-vous l’obligeance de nous indiquer, en un quelconque point du programme politique et économique du Front national, où se trouverait cette tentative d’essentialisation du statut social par la naissance dont vous faites mention ?

                A moins que vous ne considériez que le statut et/ou l’identité national des individus, acquis pour la plupart par naissance, et le distinguo qu’ils supposent explicitement avec ceux extérieurs à cette réalité factuelle, suffisent en eux-mêmes à remplir les conditions de vos catégorisation sentencieuses ; auquel cas l’on doit vous prévenir que serait d’ « extreme-droite » la majorité des individus et des gouvernements sur cette planète. Et on comprend bien ici les limites de ce raisonnement.

                De nouveau et au lieu d’affirmer péremptoirement sans jamais rien démontrer : ou trouvez-vous dans ledit programme qu’il promouvrait même implicitement une société "sexiste, raciste« , voire »esclavagiste" ?!

                Vous dites enfin que que la gauche d’obédience marxiste serait idéologiquement non-raciste et ce évidemment pour mieux la dédouaner du crime que vous ne manquer pas d’attribuez à ceux qui ne penseraient pas comme vous. Mais vous vous moquez certainement, ou alors êtes alors victime d’hémiplégie. Il convient donc de renverser urgemment la perspective, la vôtre en l’occurrence :

                &nbsp;&raquo;B.&nbsp;P. anal.

                1.&nbsp;Attitude d’hostilité de principe et de rejet envers une catégorie de personnes."

                http://atilf.atilf.fr/dendien/scripts/tlfiv5/advanced.exe?8 ;s=2105722935 ;

                « Ceux en particulier qui depuis des décennies, ont admis l’incitation à la haine de classe et à la discrimination contre les riches n’auront pas à s’étonner si l’origine ethnique devient à son tour un prétexte à des politiques de discrimination. Il n’y a pas de différence, en morale ni en Droit, entre la discrimination politique contre les riches et celle qui frappait les juifs. Le nazisme est d’abord un socialisme. » - François Guillaumat

                Je passe sur votre allégation, hilarante, concernant l’idéologie libérale qui appellerait à lutter contre les inégalités, quand elles n’ont cessé de se creuser à un niveau sans précédent depuis l’ancien régime sous la férule précisément des thèses néolibérales qui entérinent de fait un modèle de développement essentiellement inégalitaire. 

                http://www.oecd.org/document/35/0,3746,fr_21571361_44315115_49175587_1_1_1_ 1,00.html

                Evolution des inégalités de revenus et de patrimoine aux USA :

                http://www.les-crises.fr/inegalites-revenus-usa-3/

                http://www.les-crises.fr/inegalites-patrimoine-usa-1/

                Avoir un peu de connaissances en économie politique vous aurait évité de vous ridiculiser, puisque vous auriez alors su déjà que le néolibéralisme se fonde sur le penchant naturellement inégalitaire des sociétés humaines afin de stimuler l’économie et dynamiser la croissance, le « progrès ». Il suffit pour s’en convaincre de constater l’évolution de la courbe de Lorentz comme du coefficient de Gini partout en occident depuis maintenant plusieurs décennies et la rupture du consensus fordien.

                En conclusion : ainsi donc, et selon vos propres définitions des termes du débat : SONT d’extrême-droite et les libéraux, et les marxistes. Et je suis sûr que vous serez heureux d’apprendre aujourd’hui que, sans nul doute, vous êtes désormais réductibles - sinon la victime - de vos propres catégorisations...


              • Le péripate Le péripate 22 juin 2012 09:42

                Il faut un GPS pour s’y retrouver dans ce bestiaire !


              • epicure 22 juin 2012 11:49

                @Par Gars d’Affi (xxx.xxx.xxx.43) 22 juin 09:29

                bien vu.
                montres moi dans un de mes message sur agoravox où je dis que le régime coréen est idéologiquement très éloigné de l’extrême droite.
                Nombres des régimes de l’est qui se disent communistes reposent sur des structures de pouvoir comparables à celles de l’extrême droite., le pompon c’est la Corée du nord avec sa dynastie et son culte de la personnalité caricatural.

                Mais sorties des hautes sphères du pouvoir, ce sont des sociétés qui se veulent ( du moins en théorie ) plus égalitaires, moins clivantes, où le statut de naissance a moins d’importance que les régimes d’extrême droite proprement dit.
                Dans les sociétés d’extrême droite il n’y a pas juste une haute sphère du pouvoir privilégié et le reste de la société ( ce que j’appelle une hiérarchie sociale simple ) , mais c’est toute la société qui est clivée, hiérarchisée, même l’intérieur des familles (sexe, ainé).

                Ce sont ces différences qui distinguent les deux familles idéologiques et qui fait que l’extrême droite déteste ces régimes, non pas pour leur autoritarisme dont elle partage la valeur, mais pour leur tendance à générer une société plus uniforme, là où l’extrême droite aime la distinction des différences.

                Ces régimes ont donc une forte parenté avec l’extrême droite au niveau du pouvoir politique, mais prèsentent deux visions différentes de la société autoritaire/communautariste.

                C’est pourquoi au final, bien que pas forcément plus démocratique, sympathique, humaniste que l’extrême droite, c’est régimes ne sont pas classables à l’extrême droite.


              • epicure 22 juin 2012 12:42

                @Par Le péripate (xxx.xxx.xxx.42) 22 juin 09:14 


                Ce n’est pas une définition arbitraire, mais un constat rationnel de ce qui unifie les extrêmes droites au delà des apparences,, en réponse à une définition simpliste et superficielle de l’extrême droite.

                Des monarchistes et des non monarchies se sont retrouvés à la fois dans l’étiquette de d’extrême droite, droite pour eux, et pour fonder un parti unique en 1972, le FN. C’est bien qu’ils se retrouvaient dans des principes et valeurs communs.

                Bon déjà tu essayes de faire une analyses, mais tu te plantes lamentablement, puisque non tu ne peux pas faire l’amalgame entre la classe sociale identifiée par la gauche et les groupes ethniques, raciaux ou autres de l’extrême droite.

                Puisque le but de toute vrai idéologie de gauche, c’est d’abolir les classes sociales, là où l’extrême droite au contraire renforce les différences ethniques,n raciales, sociétales, sexistes etc... Donc il s’agit bien d’une opposition absolue, d’un renversement idéologique, les deux familles idéologiques reposent sur des principes et pratiques totalement opposés.

                Ah la belle blague, le concept de classe est absent des conception monarchistes, mais là encore tu ne joue que sur les apparences, les mots, pas les faits concrets rationnels.

                Tu oublies : les ordres : noblesse, clergé, tiers états, la classe des maitres et des esclaves, la classe des hommes et la classe des femmes, etc... avec des droits et devoirs différents.

                La classe sociale c’est la transposition de l’ordre social dans une société capitaliste, mais ça ne change rien sur le fond au niveau hiérarchisation de la société, qui est la signature de toute idéologie de droite.

                Ce qui unit la monarchie aux fascismes ? :

                en positif

                les valeurs d’ordre, de hiérarchie, de chef, de différence des droits, la déshumanisation d’une partie de la population (esclaves pour les uns, juifs et autres pour les nazis par exemple), le goût pour la mystique, le religieux, le spirituel (à l’opposé du matérialisme), le corporatisme.

                Entre autre.

                En négatif :

                la haine de : la liberté, de la démocratie, le parlementarisme, de la République, des droits de l’homme, de l’égalité des droits, de l’universalisme, de l’indifférence aux particularismes, de l’individualisme, du féminisme, bref tout ce qui est l’héritage des lumières et de la modernité. Et souvent l’antisémitisme, comme dans l’affaire Dreyfus, où il n’y avait pas que les royalistes d’extrême droite pour vomir sur Dreyfus.

                Quand à l’antisémitisme, hormis quelques cas particuliers de gauche et pendant une période donnée, c’est une valeur de l’extrême droite, comme l’a montré l’affaire Dreyfus, puis la tragique occupation nazi. L’antisémitisme existait déjà sous l’ancien régime donc la monarchie. Ce sont des courants réactionnaires , conservateurs, donc de droite, qui ont développé toute une pensée sur l’antisémitisme moderne, toujours dans une perspective de hiérarchisation et de clivage de la société.

                Ce qui unit le fascisme avec le monarchisme, c’est donc une conception idéologique de l’homme et de la société transcendantale et différentialiste. Là où la gauche s’est bâtie sur une vision immanente et universaliste. Donc tu essayes de faire l’égalité entre des mouvements politiques qui sont totalement opposés tant au niveau des principes, valeurs, concepts, qu’au niveau des combats menés et de la mise en œuvre de leur politique.

                Enfin pour rappel que les fascismes et la gauche se sont toujours détestés et opposés, sauf alliances tactiques. Tes amalgames ne reposent sur rien de factuel, uniquement sur des apparences, des approches simplificatrices, que la simple connaissance de l’histoire de al politique suffit de démonter tellement les opposition entre la gauche et les fascismes sont flagrants.

                La différence historique du fascisme et du monarchisme ?

                - le monarchisme est né de façon implicite avec l’ancien régime avant le capitalsime.

                - Les idées des lumières se sont construites en opposition du monarchisme (pour faire simple).

                - Les fascismes sont nés en opposition aux idées des lumières, dans des contextes capitalistes et post monarchiques ( pouvoir royal aboli ou affaibli ).

                Bref ceci explique les différences de forme, mais sur le fond, le monarchisme et les fascismes ont beaucoup de point communs, qui fait qu’ils sont classés à l’extrême droite tous les deux..

                Sachant que la gauche a combattu pour  :

                la république, la laïcité, contre l’antisémitisme et le racisme en général, pour un pouvoir économique plus démocratique ( par un état démocratique ou démocratie directe par coop ou mutuelles ), pour des régimes parlementaires sans chef privilégié, pour une société égalitaire, sans classe, sans ordres, sans caste, pour l’égalité des droits, pour l’égalité homme/femme, pour la liberté culturelle, etc....

                Donnes moi aller soyons généreux, à peine 5 combats de cette liste qui ont été aussi ceux des fascismes, sinon ton affirmation qu’il y a un fort lien entre la gauche et le fascisme ne repose sur rien. Déjà on aurait de la peine à en trouver un seul.

                Tiens c’est bizarre, mais les non monarchistes qui se placent à l’extrême droite, fascistes ou autres, ont combattu contre ces positions de gauche.....


              • samuel 22 juin 2012 15:19

                « Ce que vous dîtes n’est pas faux et présente l’apparence de la vérité »

                Ce qui n’est pas faux est vrai.


              • hommelibre hommelibre 22 juin 2012 15:27

                @ Péripate : le féminisme faisant porter par essence la charge de la violence sur les hommes, il est sexiste. La gauche étant féministe, elle est d’extrême-droite...


              • Onecinikiou 22 juin 2012 18:02

                D’autre part, et dans le même temps que l’on remplirait les caractérisations politique et idéologique d’Epicure selon lesquelles l’on serait d’extrême droite, quand bien même pourrait-on tout à fait recevoir l’hommage et la haute estime de la nation. Et quel hommage !


                Exemple fameux d’un de Gaulle, figure illustre et éternelle incarnant la grandeur de la France, et dont les nombreuses déclarations réitérées et convergentes rapportées par Peyrefitte soulignent la vision raciste ou à tout le moins racialiste qu’il avait de la société et des rapports de forces qui lui étaient inhérents. Et cela, outre le fait qu’il fut un catholique pratiquant et avait des penchants notoirement monarchistes, ce qui n’arrange rien.

                Ainsi donc - et toujours selon ces catégorisations obsolescentes à buts de disqualification morale et politique, dérisoires - de Gaulle fut et devrait demeurer dans la conscience collective et populaire comme appartenant indéniablement à l’extrême-droite, canal historique.

                Si donc être et se revendiquer gaulliste en 2012 (et tout ce que cela implique en terme d’indépendance et souveraineté nationales, de visions stratégique et géopolitique, de planifications sociale et économique) se révèle d’extrême-droite, il ne faudra pas s’étonner à l’avenir, à force de crier au loup, que nombre de sincères patriotes français soient fiers et résolus de s’en affirmer en conséquence.

              • epicure 22 juin 2012 19:46

                @Par Onecinikiou (xxx.xxx.xxx.237) 22 juin 18:02

                mes identifications ne sont pas morales mais rationnelles, elles ne sont pas de nature morale.
                Ici extrême droite, dans mon analyse a la même valeur que libéral ... ou socialiste par exemple.
                Je cherche un autre mot concept courant pouvant le remplacer mais j’arrive pas à le trouver, pouvant englober tous les mouvements classables à l’extrême droite.
                Réactionnaire, ne colle pas tout à fait avec les idées d’extrême droite qui contiennent des éléments de modernité, nationaliste exclu les extrême droite purement religieuse et celles supportant une division régionale/ethnique de niveau inférieur de la nation etc...

                C’est vrai que De Gaulle est un personnage, intéressant, qui possède plusieurs facettes politiques. Avant la guerre, il était plus familier des mouvements royalistes que républicains , il me semble. Pourtant ce n’est pas pour le monarchisme, ni pour le racisme/racialisme que les gens se déclarent gaullistes, mais pour la prise de distance de la droite républicaine avec l’extrême droite, pour ses références républicaines etc... bref tout sauf les références d’un homme qui tend vers l’extrême droite.... bon sans être ni libéral, ni de gauche tout autant.

                Le gaullisme, auquel beaucoup font référence , me semble être le genre de pensée médiane entre les différentes familles de pensée, une sorte de synthèse, de syncrétisme des idéologies françaises, en excluant les extrêmes, ce qui fait qu’il a servi de référence à des gens de la droite républicaine comme de la gauche (modérée), tout le monde trouve de quoi s’y nourrir.
                Du point de vu de la démarche personnelle, le général me semble avoir favorisé le réalisme sur le dogmatisme, le consensus avec le peuple sur l’extrémisme.
                Il n’a pas instauré de monarchie car il a réalisé que la monarchie n’était plus réalisable en France au sortir de la seconde guerre mondiale, et les français pas prêts à un nouveau chef transcendant comme Pétain. Mais déjà en 1870, les légitimistes, les orléanistes et les bonapartistes avaient fait le même consensus : plutôt la république honnie qu’une monarchie bancale minée par les guéguerres de légitimité.
                Même s’il avait des penchants racistes/racialistes, au niveau pratique cela ne s’est pas traduit par la transformation de la france en société raciste, parce qu’il savait que si la france était blanche ( très majoritairement), la culture française s’opposait à un racisme structurel.

                Je dirais que c’est par amour de la France qu’en pratique De Gaulle n’a pas laissé les traces d’un homme d’extrême droite dans l’histoire en tant que chef de la résistance et président de la république.


              • Onecinikiou 22 juin 2012 20:57

                Tant que vous n’aurez pas défini précisément en quoi le projet et programme politique, géopolitique, économique et social du Front national, remplit en quoi que ce soit vos caractérisations idéologiques - et ce alors même qu’il serait très facile de démontrer en quoi ledit projet se rapproche en réalité le plus près, de tout l’échiquier politique actuel, de celui de feu le Général, dont vous dites vous-même, dans une confusion intellectuelle terrible, qu’il ne fut pas d’extrême-droite alors qu’il en remplit objectivement toutes les conditions préalables (racistes, catholiques et monarchistes) que VOUS avez précédemment énumérées - et bien votre discours achoppera irrémédiablement.


                Mais dites-moi : qu’y aurait-t-il de raciste dans le programme du Front national en cela qu’il serait pénalement condamnable par devant les juridictions compétentes, et donc potentiellement interdit, hum ? C’est de fait un non-sens, qui par conséquent contredit radicalement cette vulgate ressassée ad nauseam. A dessein bien évidemment.

                Le fait supprimer la double nationalité ? Vous n’y pensez pas, c’est en parfaite droite ligne de notre modèle républicain assimilitationniste, et en capacité de faire litière au phénomène de double allégeance, toujours plus prégnant au sein de nos sociétés multiculturelles ouvertes à tous les vents mauvais de la mondialisation, qu’elle implique ou suscite.

                Le fait de reconduire des clandestins à la frontière (un gros mot sans doute dans votre bouche), par définition dans l’illégalité vis à vis de nos lois républicaines ? Vous n’y pensez pas non plus, car inepte rationnellement.

                Le fait de déchoir de leur récente nationalité française (10 ans) les bi-nationaux qui auraient enfreins nos lois républicaines par leurs crimes ? C’était la règle jusqu’en 1998. La France raciste jusque là ?!

                Le fait d’introduire - ou de réintroduire plus exactement - la notion de préférence ou de priorité nationale dans notre corpus législatif ? Cette disposition fut pourtant introduite en droit français par un gouvernement de gauche radical-socialiste en 1932. Un gouvernement de gauche radical-socialiste d’ « extrême-droite » (et anti-républicain) si l’on suit par conséquent vos circonvolutions théâtrales. Là encore inepte, donc disqualifié.


              • Le péripate Le péripate 21 juin 2012 18:08

                Je me manquerai pas de vous réveiller dans cinq ans. smiley D’ici là j’essaye de tenir ma petite bougie allumée : on aura peut-être besoin de chaleur et de lumière.

                Très bon papier.


                • Georges Yang 21 juin 2012 18:19

                  http://www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/a-quand-la-fellation-citoyenne-41640

                  Etre citoyen ou passer sur manuel. Est-ce une attitude républicaine ?


                  • Axel de Saint Mauxe Axel de Saint Mauxe 21 juin 2012 18:35
                    Parmi les priorités individuelles figure en bonne place le reniement de la citoyenneté, de la démocratie, de ses principes égalitaires, des Droits de l’Homme, le refus de la loi de la majorité, et plus généralement de toute forme de domination en se purgeant du poison révolutionnaire qui coule dans ses veines.


                    • Axel de Saint Mauxe Axel de Saint Mauxe 21 juin 2012 18:38

                      Parmi les priorités individuelles que je défend figure en bonne place le reniement de la citoyenneté, de la démocratie, de ses principes égalitaires, des Droits de l’Homme, le refus de la loi de la majorité, et plus généralement de toute forme de domination en se purgeant du poison révolutionnaire qui coule dans nos veines.


                      • ThaTon ThaTon 21 juin 2012 18:41

                        Si le FN ne jouait pas, main dans la main avec les médias, le jeu de son ostracisme et quoiqu’on en dise, de sa diabolisation, les idées sur lesquelles il a fait une OPA : patriotisme, protectionnisme, immigration, intérêt national, etc. pourraient se discuter sereinement et le pays avancerait peut-être.

                        Ses meilleurs alliés sont ceux qui le diabolisent et font de lui et de ses électeurs des nazis se distribuant sous le manteau les détails d’une solution finale imminente.

                        Ses ennemis sont ceux qui subissent l’anathème de la lèpre FN, jetée sur tout sujet que ce parti aborde. Ce sont ses propres électeurs réduits au taux de pollution du pays et livrés à la jouissance égotique des commentateurs et des éditorialistes.

                        Que l’espace public se réapproprie les médias, qu’on arrête de parler de politique par étiquette et par association, et la baudruche FN se ratatinera d’elle même.

                        Ses meilleurs alliés sont les antifas, les anti-racistes, les humanistes de plateau-télé, mais surtout la gauche et la droite qui sont bien contents d’avoir un bouc-émissaire médiatique sur lequel ergoter plutôt que de devoir faire face au constat de leur impuissance, de leur lâcheté et de leur incompétence.

                        Ses pires ennemis sont les français, plongé dans un manichéisme politique absurde et rendus à un état de confusion tel qu’ils se vident de tout pouvoir critique et décisionnel, c’est à dire, de cette substance citoyenne qui épouvante la classe dominante depuis 1792.


                        • debase 21 juin 2012 18:57

                          @auteur

                          Ce qu’« ils » appellent « les valeurs républicaines », ce sont tout simplement celles de la « république universelle » des franc-maçons soit disant portée par la ’raison’, c’est à dire en fait un simple avatar de ce qu’on appelle aujourd’hui le ’mondialisme’, une idéologie mortifère qui va déclencher des guerres civiles partout où elle cherche à se répandre.

                          Quand je dis ’ils’, je parle bien de ceux qui se réunissent encore actuellement dans leur petit club ’le siècle’ pour gérer le pays à leur avantage, sans le moindre souci de l’opinion populaire.

                          C’est toute cette ’clique’ qui nous aura emmené dans le mur...


                          • Relladyant Relladyant 21 juin 2012 21:01

                            Excellent article. Les média prennent des libertés avec le sens des mots pour en réalité faire passer de facon subliminale le clivage « gentil/méchant ». Mais comme vous le dites le FN n’est pas monarchiste aux dernieres nouvelles...


                            • perlseb 21 juin 2012 22:11

                              une France qui prendrait enfin ses problèmes à bras le corps

                              Mais quels problèmes ?

                              Le chômage ? Les politiques ne sont pas au chômage alors ils s’en foutent. Mais les vrais décideurs sont rentiers, alors eux le travail comme le chômage, ils s’en foutent aussi.

                              L’appauvrissement des classes moyennes qui va de pair avec l’enrichissement des décideurs ? Où et le problème : on ne décide pas de s’appauvrir que je sache.

                              Le déficit et la dette ? Ils ont été programmés par nos décideurs : ça augmente leur rente.

                              L’insécurité ? Les beaux quartiers des décideurs sont bien surveillés. Et il est préférable de diviser pour régner, de faire peur : l’insécurité est souhaitable dans les quartiers populaires.

                              Franchement, en me plaçant du point de vue d’un décideur, je ne vois aucun problème à la France sinon qu’elle n’a rien à voir avec une démocratie. Mais quand on est décideur, la démocratie est le pire des systèmes, puisqu’elle vous supprime...


                              • ThaTon ThaTon 21 juin 2012 22:35

                                Les politiques et les « vrais décideurs » ne se foutent pas du chômage, au contraire, maintenir 10% de chômage permet de peser à la baisse sur les salaires.


                              • dom y loulou dom y loulou 22 juin 2012 12:53

                                et les dettes existent pour nous faire payer « en nature » dans des camps de travail type Auschwitz


                                pour rien d’autre

                                suite logique de l’agenda de dépopulation, seul « but » que poursuit l’occident sous le règne des Rottenschild

                                sous toutes les appellations que vous voulez et surtout celles que vous aimez entendre

                              • perlseb 22 juin 2012 21:50

                                @ ThaTon,

                                Oui excusez-moi, pour le chômage. J’ai posté un peu vite. Effectivement, la courbe de Philips ou NAIRU, indique que si les rentiers veulent une inflation basse et de la main d’œuvre bon marché, il faut un chômage élevé.

                                Donc le chômage, ils ne s’en foutent pas, ils s’assurent qu’ils soit suffisamment haut.


                              • debase 25 juin 2012 15:51

                                @perlseb

                                Les ’vrais décideurs’ se réunissent au ’Siècle’ et instaurent dans l’ombre le ’mondialisme’ par idéologie et également par pur intérêt personnel, dans cette perspective ils encouragent par tous les moyens l’immigration massive et la dissolution de l’identité du pays. Ils se scindent en deux tendances dénommées ’gauche’ et ’droite’ pour des questions d’ordre économique (faut-il plus ou moins de fonctionnaires ?)

                                L’extrême-gauche, dirigée par un trotskyste-franc-maçon sert au plus haut point leurs intérêts.

                                Leur ennemi juré n’est pas ce qu’ils appellent l’extrême-droite mais le ’souverainisme’.

                                Tous ces gens sont bien évidemment personnellement totalement protégés des aspects néfastes de leur politique (insécurité physique comme matérielle)...

                                On peut remarquer qu’aucun d’entre eux n’a pris la peine de venir expliquer les problèmes de dette au journal de 20h, ce qui aurait du être fait depuis 10 ou 20 ans si ces gens avaient fait leur devoir de soit-disant ’élite’. Au lieu de cela ils se sont débrouillés pour que les problèmes de football, tennis et autres du même genre soient mis en avant afin de distraire le peuple (merci pour eux à l’équipe de France 98).

                                ’Ils’ ne tiennent aucun compte de l’opinion populaire (cf résultat référendum de 2005 sur la constitution européenne) tout en disposant de tous les pouvoirs, pas seulement politique mais aussi financier et médiatique (ce qui leur permet d’acheter de nombreux ’artistes’ qui vivent grâce aux médias).

                                Ceux sont eux les responsables de la crise que nos enfants et nous-même vont avoir à supporter pour les X années à venir, ’X’ étant, au stade actuel, totalement indéterminé !

                                Nous ne sommes plus du tout en démocratie et allons vers le gouffre et peut être même la guerre civile (voir les faits divers et aussi l’armement disponible croissant dans les zones de non droit).

                                Je dis ’Vive le Front National’, le seul parti à vouloir prendre les mesures qui s’imposent !

                                Je voudrais dire aussi : Droite ’humaniste’ = Droite ’mondialiste’, un mouvement qui n’a strictement rien à voir avec le ’Gaullisme Social’ quoiqu’en dise ses leaders (De Gaulle n’aurait jamais encouragé l’immigration massive et le multi-culturalisme !).

                                Je rabâche mais il faut le faire...


                              • louphi 22 juin 2012 00:24

                                Instructif !


                                • La Prune La Prune 22 juin 2012 01:15

                                  Tu aurais pu rajouter :

                                  Le FN n’est pas Républicain car il souhaite la priorité national. Ce n’est pas Républicain, car ce n’est pas Constitutionnel. Par contre, le PS qui veut le droit de vote des étrangers est anticonstitutionnel, mais Républicain. Ben oui, vous ne comprenez pas ? Ce qui est anticonstitutionnel, mais socialiste est Républicain, mais ce qui est anticonstitutionnel, mais pas socialiste n’est pas Républicain. 
                                  Compliqué ? Pas vraiment. En fait le FN n’est pas Républicain point barre. C’est un axiome, mais attention ! Un axiome Républicain bien sur !

                                  • gordon71 gordon71 22 juin 2012 12:58

                                    la prune 


                                    bonjour vous faites quoi dans la vie ?

                                    vous ne faites pas partie de ces républicains, fonctionnaires ou prof qui bénéficie de la priorité nationale pour leurs concours de recrutement 

                                    par hasard ?

                                     smiley

                                  • spartacus spartacus 22 juin 2012 04:07
                                    Le PS est il républicain ?
                                    Mafia, fraudes, élitisme, parachutages, clientéliste, ostracisme des adversaire...

                                    • Henri Francillon Henri Francillon 22 juin 2012 08:46

                                      Ce texte dégage une odeur nauséabonde n’étant pas sans nous rappeler les heures les plus sombres de notre histoire.
                                      En voulant ainsi dédiaboliser ainsi le FN vous franchissez la ligne rouge du cordon sanitaire et cherchez à stigmatiser en discriminant.
                                      C’est un dérapage intolérable qui vous place à la droite de Pétain.
                                      J’aurais aussi voulu placer que vous faites le jeu du FN mais il y aurait eu redite, alors je me contenterai de dire que je suis outré que la modération ait laissé passé un tel torchon et que, au nom de des valeurs de la France des Droits de l’Homme, je refuse fièrement de vous saluer et vous gratifie de mon mépris le plus républicain.


                                      • Le péripate Le péripate 22 juin 2012 08:57

                                        Vous êtes bien conditionné vous. Un vrai perroquet.


                                      • Henri Francillon Henri Francillon 22 juin 2012 09:45

                                        Franchement, si vous n’arrivez pas à voir que c’est du second degré, c’est à désespérer.
                                        Non pas de vous deux car vous paraissez encore lucides, mais des gens que vous côtoyez puisqu’il doit y en avoir qui peuvent dire ça sérieusement.
                                        Désolé pour vous.


                                      • zarathoustra 22 juin 2012 09:48

                                        Excellent commentaire d’Henri Francillon qui nous rappelle que le ventre de la bête immonde est encore fécond.


                                      • oncle archibald 22 juin 2012 09:48

                                        Monsieur Francillon l’auteur demande simplement des explications sur l’argumentation commode qui a été utilisée pendant toutes les campagnes électorales que nous venons de subir et bien entendu il n’y a pas de réponse crédible ... 

                                        Je suis absolument catégorique sur ce point car ou bien nous sommes en « république » et les lois républicaines sont appliquées, ou bien nous sommes sous dictature et elles ne s’appliquent point. 

                                        Il fut un temps pas si lointain ou quelques mini partis politiques (d’extrême gauche), prônant la révolution violente avec appels au meurtre, ont été interdits (sous de Gaule et Pompidou). Ainsi donc la République non seulement peut mais doit, dans l’intérêt de tous, interdire les partis politiques qui prôneraient des valeurs contraires aux principes de la république.

                                        Or j’observe que François Mitterand, ce grand républicain patenté, a modifié la loi électorale et instaurant une part de proportionnelle avec pour seul objectif que le FN soit représenté à l’assemblée, lui permettant ainsi de continuer à gouverner en privant la droite majoritaire en voix de majorité parlementaire. Actuellement ce n’est pas possible car c’est la PS qui serait tout autant prisonnier des groupes parlementaires tels que le front de gauche.

                                        Alors vos grands discours enflammés .. bon ... au placard .. et nous sommes très très nombreux à prendre conscience que les « valeurs républicaines » sont comme le dit l’auteur, le prétexte commode pour arriver au résultat électoral souhaité et éviter les discussions de fond ... 

                                        Je préfère de loin la rhétorique de Monsieur FABIUS qui a dit un jour que le FN posait de bonnes questions auxquelles il apporte de mauvaises réponses .. C’est de cela qu’il faudra bien un jour ou l’autre discuter ...

                                      • oncle archibald 22 juin 2012 09:53

                                        Tiens .. vous m’avez déjà répondu à 9h45 ! Excuses donc pour l’interpellation.

                                        Désolé de n’avoir pas vu le « second degré », comme quoi il y a encore des contributeurs qui s’intéressent au texte sans chercher à savoir qui en est l’auteur ..

                                      • Henri Francillon Henri Francillon 22 juin 2012 10:04

                                        Vous êtes tout pardonné Tonton Archibald, et je me dis que si vous êtes tant à imaginer qu’un tel commentaire peut être sérieux je devrais plus regarder la télé, lire la presse officielle et me mêler à la foule, car personnellement je pensais que mon ironie était évidente.
                                        Si ne ne le fais pas, et pour vous répondre sur le reste, c’est parce que selon moi le système français n’est ni démocratique ni républicain.
                                        Cette opinion étant souvent violemment attaquée sur la place publique, et n’ayant que peu de goût pour les joutes vocales, je préfère m’abstenir de consommer ce qui aveugle tant la majorité de mes compatriotes.


                                      • gordon71 gordon71 22 juin 2012 13:02

                                        henri 


                                        utilises les smiley
                                         smiley

                                        et les smiley sinon on ne s’y retrouve plus entre le premier le deuxième et la 4ème degré

                                         smiley

                                      • Le péripate Le péripate 23 juin 2012 18:03

                                         smiley C’était plus vrai que vrai ...


                                      • zarathoustra 22 juin 2012 09:42

                                        Le FN est anti républicain car ses adhérents n’ont pas « d’ami plus noir que les arabes », ça parait pourtant évident !


                                        • kiouty 22 juin 2012 10:22

                                          la justification du libre-échange est ardue et exigeante.

                                          Parce qu’il y en a une ? smiley


                                          • globulos nilasse 22 juin 2012 10:55

                                            il est vrai que le dévoiement du mot republicain a toutes les sauces est fatigant,mais l’auteur ne veut pas pousser trop loin son analyse pro-fn de la novlangue,quant il dit :


                                            Alors, peut-être que dans le secret de leur conscience, Marine Le Pen et Florian Philippot nourrissent de noirs desseins dictatorials 

                                            hormis la faute d’orthographe,il oublie certainement volontairement que la plupart des dictatures ne sont pas des autocraties mais bien des républiques. je peux comprendre qu’on soit pro-fn,un parti anti-système qui envoie a l’assemblée nationale gilbert collard (avocaillon de seconde zone sur-médiatisé et opportuniste) et marion MARECHAL le pen (abusé d’avoir appelé sa fille comme ça) future héritière du trone du FN. mais qu’il soit républicain ou pas,n’est pas le problème. c’est la tartuferie qu’il représente qui en est un. développer un non sujet,qui plus est,de manière aussi partiale et caricaturale,tout ça pour en arriver a dire,le FN,« c’est crès crès bien,na !! » quelle puérilité !!

                                            • globulos nilasse 22 juin 2012 11:23

                                              c’est vrai,je vous l’ai deja fait,vous le savez,car vous semblez me suivre d’un sujet et d’un site a un autre comme un morback passant d’une paire de burnes a une chatte. mais le jour ou vous en produirez une de la nature, n’hésitez pas a me prévenir. parce que vu l’indigence de vos commentaires en général,je pense que vous n’avez de leçons a donner a personne famine.


                                            • globulos nilasse 22 juin 2012 11:24

                                              erratum : de cette nature


                                            • Jules64 22 juin 2012 12:04

                                              Il est pas content le monsieur voir ici les causes


                                              • Pierre Régnier Pierre Régnier 22 juin 2012 12:42

                                                @ l’auteur

                                                J’aurais préféré un titre disant que ce sont, comme on le voit dans l’article, les tricheurs qui « vous gonflent ». Car cet article met en lumière une tricherie grandissante, en France, chez les politiciens et les journalistes.

                                                Les valeurs républicaines existent bien et elles sont réellement très précieuses. Il faut donc les défendre.

                                                Mais leur défense passe aujourd’hui par la dénonciation d’un manifeste mensonge, celui que la pseudo-Gauche - je suis de gauche et donc obligé de mettre désormais des guillemets - continue de pratiquer en opposant, avec des tricheurs de droite, un prétendu « front républicain » au Front National.

                                                Par exemple, quand celui-ci dénonce l’occupation de rues par des musulmans à l’heure de la prière, quand il dénonce l’existence et l’extension de la viande hallal au mépris de la loi sur l’abattage des animaux il est très clairement plus et non pas moins républicain que les partis prétendant constituer un "front républicain" pour sopposer à sa prétendue dangerosité.

                                                Et quand la presse utilise sans le mettre en question ce terme mensonger de "front républicain" elle se fait clairement complice du mensonge.

                                                Il est dommage, l’auteur, que vous décidiez de vous endormir à la fin de votre article, car il est urgent que les français se réveillent et réalisent qu’un redressement durable de leur pays ne peut se faire sans que soit redonné aux mots leur vrai sens.

                                                Et aux politiciens leur véritable image. 


                                                • vivabolivar 22 juin 2012 12:43

                                                  Bravo, rien que le titre , tout est dit

                                                  Chacun y verra ce qu’il veut mais ces « éléments de langage » utilisés sans discernement comme un credo qui clôt tout effort de réflexion, cela me gave aussi au plus haut point
                                                  Batton,-nous sur des idées, débattons, avançons des arguments , c’est sûr que c’est déjà plus difficile !!!
                                                  Je détestais les dernières années où on nous prenait des débiles mentaux mais les années qui viennent ne s’annoncent pas mieux.
                                                  Comment agir ? That is the question !!!


                                                  • dom y loulou dom y loulou 22 juin 2012 13:10

                                                    si l’establishment UMPS martèle ce terme de républicain c’est uniquement parce que, comme le disait notre très éclairé conseiller FEDERAL Couchepin in der jolie Schweiz, (où brûlent des fermes toutes les nuits) 


                                                    « en république c’est encore les chefs qui commandent »

                                                    ripoublicain veut dire en fait « fermez vos gueules les esclaves » 


                                                    et les esclaves applaudissent en faisant des courbettes à la reine des crapauds à Buck in Ham

                                                    ...

                                                    argent dans le jambon.... 

                                                    ont de ces expressions quand même les lords de naissance « très divine »... le jambon étant le citoyen sans doute

                                                    bonne journée quand même

                                                    • dom y loulou dom y loulou 22 juin 2012 13:18

                                                      à moins que ce soit °Back in Ham° ... retour au jambon... 


                                                      mais alors ce serait pour enterrer vif tout ESPRIT !!!

                                                      bref



                                                      • XanderDjiff XanderDjiff 22 juin 2012 13:28

                                                        Excellent article, qui démonte bien cet abus de langage.
                                                        Malheureusement, Les médias et les politiques nous en submergent dans des tas de domaines, ces termes ayant en commun leur caractère vague et peu définissable. Pires, ils vident ces termes de tous leurs sens initiaux, voire les pervertissent.
                                                        J’ai cet exemple en tête : que penser d’une « intervention humanitaire » occidentale, au nom de la « Liberté », de la « Democratie » et des « Droits de l’Homme », lorsque ceux qui interviennent ne se genent pas pour bombarder et massacrer des civils, torturer leurs prisonniers et instaurer un climat à la fois autoritaire et chaotique dans ces pays nouvellement « libérés » ?


                                                        • Yohan Yohan 22 juin 2012 13:30

                                                          excellent article effectivement


                                                          • docdory docdory 22 juin 2012 14:07

                                                            @ Matthieu Vasseur

                                                            Ceux qui tirent veulent un « front républicain » contre Marine Le Pen enfument leurs électeurs.
                                                            La réalité, c’est qu’il s’agit d’un leurre pour dissimuler leur propre anti-républicanisme :
                                                            - Républicain, Bertrand Delanoë qui détourne 28 millions d’euros d’argent public pour l’édification, aux frais des contribuables parisiens d’un « institut des cultures de l’islam » (i.e. une mosquée déguisée ) ? En quoi ce prétendu « institut » ferait-il partie de la « chose publique » ?
                                                            - Républicain, ce même Delanoë qui finance une crèche Loubavitch à Paris ? Une crèche confessionnelle, est-ce que ça fait partie de la « chose publique » ?
                                                            - Républicain, ce gouvernement de gauche qui ne profitera certainement pas de sa majorité plus que confortable pour mettre fin au scandale du financement des écoles privées par des fonds publics, et n’appliquera pas le principe républicain de base « à école publique, fonds publics et à école privée, fonds privés ». Les écoles privées ne font pas partie de la « chose publique », que je sache ?
                                                            - Républicain, François Fillon qui, au mépris de l’article 2 de la loi républicaine de 1905 (« la République ne reconnaît, ne salarie et ne subventionne aucun culte » ) a assisté es-qualité de Premier ministre à l’inauguration d’une mosquée aux côtés d’une petite fille voilée ? Si ce n’est pas la reconnaissance d’un culte, qu’est-ce que c’est ?
                                                            - Républicain Manuel Valls qui, il y a peu, souhaitait le financement public des mosquées ( depuis quand un lieu de culte fait-il partie de la « chose publique » ) ?
                                                            - Républicains, les Verts, qui passent leur temps à tenir des discours antirépublicains ?
                                                            Que tous ces gens prétendent donner des leçons de républicanisme à Marine Le Pen, c’est l’hôpital qui se moque de la charité !
                                                            Après tout, d’un point de vue idéologique, Marine Le Pen n’est guère plus à droite que quelqu’un comme Barack Obama :
                                                            - elle veut faire un référendum sur la peine de mort ? La belle affaire ! Il n’y a aucune chance que Barack Obama propose un référendum à ses concitoyens pour l’abrogation de celle-ci !
                                                            - elle veut stopper l’immigration ? Barak Obama n’a nullement projeté de mettre à bas le mur anti-immigration de 1500 km qui sépare les USA du Mexique !
                                                            - elle veut du protectionnisme ? Mais les USA sont les champions du protectionnisme dès que les intérêts vitaux de leurs entreprises sont en cause !
                                                            - elle veut la préférence nationale ? Mais un immigré qui arrive clandestinement aux USA n’a « droit » strictement à rien, ni allocations, ni école , ni système de santé, ni rien, et Barack Obama n’a pas changé cela.
                                                            Il y a donc une certaine incohérence dans le fait que la caste politico-journalistique qualifie Marine Le Pen « d’antirépublicaine », alors que cette même caste va tresser des lauriers pour Barack Obama, alors que finalement il n’y a pas tant de différence idéologique que ça ....


                                                            • dom y loulou dom y loulou 22 juin 2012 15:30

                                                              c’est pas pour vous embêter docdory... 


                                                              mais la frontière sud vers le Mexique est grande ouverte et en proie à une INVASION de pistoleros qui décapitent les jeunes filles donc... faut bien rapatrier l’héroïne d’afghanistan par quelque part hein... donc on se contente de 1 ranger pour 70’000 km2... ça c’est du protectionnisme !!

                                                              non, vous auriez pu dire Obama est plus proche de Pinochet que de Jésou à la limite



                                                            • Anaxandre Anaxandre 22 juin 2012 14:31

                                                              Tenez, un petit pavé dans la mare :

                                                              Comment qualifieriez-vous « le dîner républicain du CRIF ? »

                                                              (Et je me permets d’ajouter une petite question philosophique : Est-il légitime d’associer les termes « front » et « républicain » ?)


                                                              • docdory docdory 22 juin 2012 16:37

                                                                @ Anaxandre

                                                                Sont anti-républicains les hommes et femmes politiques qui assistent, es qualité, à un dîner confessionnel, quelque soit la confession en cause.
                                                                On ne peut pas, à mon sens, être un élu ou un ministre de la République et assister au dîner du CRIF comme certains ou au dîner de rupture du ramadan, comme d’autres ( souvent les mêmes, d’ailleurs ) . 
                                                                La République ne reconnaît aucun culte ( article deux de la loi de 1905 ), donc les politiciens ne doivent pas assister à des dîners cultuels ( sauf, de façon discrète et non officielle, en tant que simple citoyens, s’ils font partie de la religion en question. °

                                                              • Anaxandre Anaxandre 22 juin 2012 17:15

                                                                Je dirai rapidement que tout soutient inconditionnel en tant que membre du gouvernement ou d’élu de la République, bref, de représentants de la Communauté Nationale, à un groupe communautaire inféodé à une nation étrangère est par nature anti-républicain.

                                                                "Élu directement par le peuple, le président de la République ne doit pas s’adresser à telle ou telle fraction, mais au peuple de France tout entier. Il doit veiller à garantir la cohésion nationale et rechercher sans cesse et dans tous les domaines ce qui peut la renforcer. Car tout doit être fait pour apaiser les tensions, dans un pays, la France, dont l’Histoire montre qu’il peut être enclin aux disputes, aux antagonismes, à de brusques embrasements."

                                                                Jacques Chirac (qui n’est pourtant pas mon auteur favori et qui aurait souvent bien fait d’appliquer ses discours à sa pratique !...)


                                                              • dom y loulou dom y loulou 22 juin 2012 15:09

                                                                mais enfin watremez.... puisqu’ils utilisent maintenant le terme de fédéralisme, à la commission des Habsbourg européanisés, pour dictature... on devrait être contents et se prosterner devant eux !!! Ils disent LE mot !!! oh merci on se sent plus pisser !!


                                                                ils fédèrent autant les banqueroutes que toutes les ruines de l’empire britanique, c’est pas beau ça ?

                                                                ô grand défilés et banderolles et cris de « Allez loups Ja !! » ...



                                                              • dom y loulou dom y loulou 22 juin 2012 23:07

                                                                je crois, Actias, que je rêve tous les jours que ces partis... partent enfin pour de bon... 


                                                                mais je rêves bien sûr, les colons ne sont pas venus pour partir, mais pour dom miner ;)


                                                                alors il n’y a pas d’autre solution que de partir soi-même de ces partis qui ne veulent pas partir 

                                                                et ne font QUE nous séparer sans cesse 

                                                                bien à fous ;)

                                                              • franc 22 juin 2012 17:21

                                                                Définir le fascisme par l’essentialisme ou le racialisme me semble réducteur .

                                                                l’Etat fasciste c’est surtout l’asservissement de l’individu aux ordres de l’Etat , ,et alors un état fasciste peut être de droite ou de gauche ;ainsi le collectivisme (à ne pas confondre avec le communisme ) est du fascisme ,les individus sont niés et aux ordres de la Collectivité qui représente l’Etat qui de toute façon et de manière concrète est lui -même représenté et dirigé par un groupe d’individus qui détiennent le pouvoir .

                                                                l’Etat fasciste c’est l’individu au service de l’Etat ,l’Etat marxiste c’est l’Etat au service de l’individu ,du moins en principe . Car l’Etat quel qu’il soit et quelles que soient sa bonne intention et ses bonnes résolutions dégénère toujours en Etat fasciste suivant le principe thucydien :« tout homme utilise tout le pouvoir dont il dispose » (Thucydide)

                                                                c’est pourquoi les anarchistes ont une méfiance absolue envers l’Etat et avec raison et veulent abolir immédiatement l’Etat .Mais les marxistes,en étant plus prudents et plus pragmatiques ou rationnels , pensent néanmoins qu’il ne faut pas brûler les étapes historiques et que l’existence d’une forme d’Etat est encore nécessaire dans une phase provisoire et transitoire pour l’éducation et l’élévation des consciences du peuple avant que l’Etat puisse être aboli en même temps que l’exploitation de l’homme par l’homme en vertu justement de l’existence du principe thucydien et de l’imperfection ontologique humaine ,à condition bien sûr que cet Etat soit bon c’est à dire dirigé par des hommes bons et honnêtes .Ce qui fait que l’Etat marxiste est à se rapprocher de la République de Platon où les gouvernants sont les meilleurs et les plus sages des citoyens ,c’est à dire les philosophes. authentiques .-----------------------« Le meilleur gouvernement est le gouvernement où les philosophes sont rois et les rois philosophes »(Platon)

                                                                 

                                                                d’autre part être patriote ou même nationaliste et défendre l’autonomie des peuples et l’indépendance des nations ce n’est pas être essentialiste au sens de racisme car alors les anticolonialistes seraient taxés de raciste en même temps que la déclaration universelle des droits de l’homme des Nations-Unis

                                                                Et il ne faut pas confondre non plus la démocratie moderne issue des Lumières et le démocratisme issu du postmodernisme ;le modernisme des Lumières est rationaliste et le postmodernisme est nihiliste .


                                                                • epicure 22 juin 2012 21:47

                                                                  Si c’est à moi que tu réponds, tu as mal compris ce que je disais, il s’agit des extrêmes droites en général , et non des fascismes en particulier. Ceci englobe autant les monarchistes catholiques que les intégristes musulmans ou juifs.

                                                                  L’état est un moyen, pas une fin, c’est un outils qui comme tu le dit bien au fond peut être utilisé pour tout et son contraire.
                                                                  Je comprend l’anti-étatisme des anarchismes, mais parfois je trouve qu’ils sont trop dogmatiques sur le sujet.
                                                                  L’abus de pouvoir peut se trouver sans état, même à l’intérieur d’une crèche associative il peut y avoir des abus de pouvoir (ahhh la moindre goutte de pouvoir). Et l’absence d’état n’est pas forcément synonyme de liberté, il suffit de voir la somalie où il n’y a plus d’état sous la coupe des intégristes islamistes. De même dans une entreprise capitaliste privée, il n’y a pas de pouvoir étatique mais le pouvoir peut être arbitraire et sévère.
                                                                   Le seul critère rationel et valable, c’est l’utilisation du pouivoir qu’il soit exercé au travers d’un état, d’une comunne ou d’une association de quartier , d’une mutuelle, ou autre.

                                                                  On peut être patriote républicain et internationaliste à la foi (voir Jaurès), donc pour le droit du sol, le don de la nationalité aux étrangers qui « le méritent ». Donc ne pas enfermer l’étranger dans un statut essentialisé, tout en ne permettant pas au premier étranger mal intentionné de faire ce qu’il veut dans le pays ( au niveau politique ).

                                                                  Mais on peut être nationaliste xénophobe, être pour le droit du sol, et réduire les droits des étrangers sur de nombreuses choses, parfois les plus élémentaires (santé, éducation, travail, etc...), et donc éssentialiser les étranger dans leur statut d’étranger et les inférioriser par des droits réduits ou absents. Et ceci est une politique d’extrême droite.

                                                                  Dans le fascisme la composante soumission à la communauté de l’individu est aussi importante que le renfermement identitaire de cette communauté, et le chef au dessus de la communauté. C’est la conjonction des deux qui fait le fascisme.
                                                                  Le fascisme repose sur la division de l’humanité, comme toute idéologie d’extrême droite.
                                                                  Comme dirait l’autre : « diviser pour mieux régner »

                                                                  tiens voilà coment imagine un intellectuel les fascismes s’ils renaissaient à notre époque : " Un fascisme authentique aux États-Unis serait pieux et anti-Noirs ; en Europe occidentale, laïc et antisémite, voire anti-musulman ; et en Europe de l’Est, religieux et slavophile."


                                                                • debase 23 juin 2012 18:02

                                                                  @Babylon

                                                                  Oui ! Quelles sont-elles exactement ?

                                                                  C’est bien la première question à régler...

                                                                  Par ex. : la ’préférence nationale’, le ’droit du sol’ en font-ils partie ? La ’fraternité’ doit-elle aussi s’appliquer à des envahisseurs ?

                                                                  Sans être un tant soit peu anti-républicain, on ne peut que constater tous les jours que ces ’valeurs républicaines’ sont brandies à tout bout de champs avant tout à des fins de manipulations politico-médiatiques !

                                                                  De toute manière les vrais questions se situent en amont : La France se confond-elle avec la République ? La France est-elle née vraiment qu’en 1789 ?

                                                                  Ne jamais perdre de vue que la république a été rejetée par la majorité populaire à plusieurs reprises dans son histoire (Directoire, évènements de Juin 1848), il s’agirait bien de savoir très exactement pourquoi... Le problème pourrait être que la pourriture semble la gagner assez facilement en situation de paix, dès que l’affairisme sans scrupule a la possibilité de se déchaîner...

                                                                  La réponse aux deux questions fondamentales ci-dessus est clairement NON !

                                                                  Nos ’élites’ membre du ’siècle’ feraient bien d’en tenir compte !


                                                                • dom y loulou dom y loulou 22 juin 2012 23:39

                                                                  il me semblait avoir lu quelque part... (sic) mais je ne sais plus où... désolé, cela doivent être les neuro toxiques... que les valeurs du rez publique c’était LIBERTE, EGALITE, FRATERNITE ;)


                                                                  mais bon, je sais bien ce que les ripoux publiques en ont fait de cette belle maxime 

                                                                  une gigantesque pyramide pharaonique où c’est gravé dans le marbre en tout petit TRAVAIL SOUS-MISSION, DIVERTI SE MENT ...

                                                                  • franc 23 juin 2012 17:01

                                                                    Oui on peut être patriote et internationaliste ,je dirais même plus on aime sa patrie plus on respecte les autres patrie ou nations .Etre internationaliste ne veut pas dire nier les nations et par conséquents renier sa nation ,etymologiquement international veut dire relation entre les nations et cest le contraire de négation des nations .

                                                                     

                                                                    Et l’internationalisme n’implique pas le droit du sol ;le droit du sol relève de la politique nationale et il n’est en rien obligatoire pour constituer une nation,je dirais même au contraire .La Nation c’est un Peuple dirigé par un Etat à l’intérieur d’un territoire limité avec des ressources suffisantes pour cultiver sa culture ,la culture spécifique du peuple qui constitue la nation,car il ya des peuples différents comme il ya des individus différents avec des caractères différents qui produisent expérimentalement des cultures différentes ,on ne peut le nier .La culture chinoise est différente de la culture arabes qui est différente de la culture indienne qui est différente de la culture africaine qui est différente de la culture européenne .

                                                                     

                                                                    Si l’on est pour le multiculturalisme alors il faut défendre l’existence de toutes ces cultures différentes .Mais le multiculturalisme se mesure à l’aune du monde et non au niveau d’un pays ,ce qui serait absurde ,car à un peuple spécifique correspond une culture spécifique .Ce qui n’exclut pas le métissage ,mais le métisage n’est pas le mélange et se fait dans des conditions bien déterminées qui n’effacent pas la spécificité ni ne détruisent les qualités propre du peuple en question mais au contraire qui respectent l’intégrité et améliorent même la spécifité de ce peuple ,en tout cas le métissage doit lui-même être limité pour ne pas uniformiser l’humanité dans un agglomérat grisâtre et pour le maintien des conditions de l’existence du métissage lui-même .

                                                                     

                                                                     Ce qui compte pour l’appartenance à une nation c’est l’accord avec l’esprit de cette nation ,corps et âme ,car une nation c’est un corps et une âme qui constituent l’esprit de cette nation ..Et si l’on n’a pas tout à fait le corps spécifique du moins est -il nécessaire d’avoir l’âme de ce peuple ,mais le mieux et le meilleur pour l’appartence à une nation c’est d’avoir un corps et une âme en accord avec le corps et l’âme de cette nation .Or il faut toujours rechercher le mieux ou le meilleur ,c’est un devoir spirituel ou du moins une exigence rationnelle .

                                                                     

                                                                    Le droit du sol est une stupidité ,ce qui compte c’est le droit de l’esprit .

                                                                     


                                                                    • franc 23 juin 2012 17:53

                                                                      Et vous reconnaissez vous même que le fascisme c’est différent de l’extrême droite .Par conséquent être d’extrême-droite n’est pas nécessairement être fasciste .Donc acte .

                                                                      Si donc il n’ y aurait pas de problème à dire que le mot fasciste est péjoratif ou repréente quelque chose de mauvais ou mal , du moins en général pour beaucoup de gens ,par contre il y aurait un problème à affirmer catégoriquement que extrême droite représente quelque chose de mauvais en soi

                                                                       Car le terme d’extrême-droite peut -être ambigü dans son évaluation morale car l’ambiguïté se trouve dans le terme extrême qui le qualifie et qui peut avoir deux sens différents voire opposés ;En effet extrême peut qualifier positivement ou négativement,positivement s’il se rapproche du terme exact ou parfait comme une ligne parfaitement droite ou extrême droite ;négativement s’il signifie un trop , un débordement , une exagération ou démesure.

                                                                      Si le mot droite a un sens positif ou représente un bien alors le mot extrême-droite repréente aussi un bien au sens de parfaitement ou exactement droite ;Donc tout le problème se reporte alors à la valeur du terme droite ,et là encore il serait encore plus difficile de l’assimiler catégoriquement à quelque chose de mauvais en soi .

                                                                       

                                                                      Donc il ne faut pas confondre extrême-droite et fascisme et de plus extrême-droite ne représente pas nécessairement quelque chose de mauvais ;Il fut un temps ou une extrême-droite a été fasciste cela n’implique pas que tous les extrême droites sont fascistes ni qu’aujourd’huis l’extrême droite est fasciste .Les temps changent et le fascisme peut bien changer de camps ,il se pourrait que le fascisme soit plus à gauche qu’à droite aujourd’huis ;quand on ne respecte pas la liberté d’opinion ,quand on oblige à avoir telle ou telle opinion ou qu’on interdise telle ou telle opinion et cela par la loi même ,alors assurément on est fasciste . Selon le principe thucydien que tout homme utilise tout le pouvoir dont il dispose , il en résulte alors que tout homme est un fasciste en puissance .Mais l’important c’est d’en avoir conscience et d’en limiter les dégats si l’on a un sens aigü de justice .Et donc ne pas trop trop juger et insulter les autres de manière inconsidérée comme l’avertit la parabole évangélique de la paille et de la poutre .

                                                                       

                                                                      j’irais encore plus loin ,il ne faut pas non plus confondre socialisme national avec national-socialisme ,et même national-socialisme d’avant la prise de pouvoir d’Hitller avec nazisme


                                                                      • epicure 24 juin 2012 03:10

                                                                        je ne dis pas que le fascisme n’est pas d’extrême droite, mais que l’extrême droite ne se limite pas au fascisme, c’est différent.
                                                                        Les fascismes sont inclus dans l’extrême droite ( (mathématiquement on dirait que l’ensemble F est inclus dans l’ensemble ED).
                                                                        Pour ceux qui adhèrent aux valeurs fascistes ou de l’extrême droite, ces termes n’ont rien de péjoratif. Par contre pour ceux qui y sont opposé ces termes sont péjoratifs, car synonyme de dictature ( extrême droite et démocratie ne font pas partie de la même famille conceptuelle ).

                                                                        Justement je me suis posé la question, sur les terminologies, et en fait au niveau de la droite, extrême a les deux sens en même temps :
                                                                        celui de pureté idéologique des valeurs de droite, et celui de trop, car l’application pure de ces caleurs abouti à des régimes antidémocratiques, intolérants, ségrégationnistes, utilisant la violence etc.... donc extrême dans le sens péjoratif.
                                                                        Contrairement au terme extrême gauche qui recouvre un large spectre idéologique avec tout et son contraire, l’extrême droite regroupe une seule famille politique qui se regroupe autour des mêmes principes et concepts généraux, avec des variations et interprétations propre à chaque mouvement.
                                                                        En fait toutes les idéologies autoritaires sont considérées comme extrêmes, hors toutes les idéologies d’extrême droite sont autoritaires.

                                                                        Le fascisme appartient à la famille de pensée de droite, et s’oppose aux principes et valeurs de gauche, donc la gauche ne peut pas devenir un nouveau fascisme, seulement une pseudo-gauche qui aurait reniée les valeurs de gauche.

                                                                        Pour que l’extrême droite représente quelque chose de bon, il faudrait que l’extrême droite suive, ou s’approche de la règle d’or morale « ne fais pas aux autres ce que tu ne voudrais pas qu’ils te fasse », manque de bol tous les principes de l’extrême droite sont à l’opposé de ce principe.


                                                                      • franc 24 juin 2012 19:15

                                                                        vous dites que le fascisme est inclus dans l’extrême droite et en même temps que le fascisme est différent de l’extrême droite et donc l’inclusion est stricte et par conséquent il ya au moins un mouvement d’extrême droite qui n’est pas fasciste sinon il y aurait contradiction avec votre affirmation de la différence ,c’est ce que je dis dans mon commentaire précédent ,tous les extrêmes droites ne sont pas fascistes ,et d’autre part vous ne considérez pas le mouvement de l’histoire qui modifie la nature ou les valeurs idéologiques selon la critique marxiste .

                                                                         

                                                                        Oui ceux qui adhèrent au fascisme ne trouve pas péjoratif le terme fasciste ,mais ceux qui adhère à l’extrême droite non fasciste ,et il en existe d’après ma proposition précédente ,le terme fasciste est péjoratif .Exemple ,Marine LePen vient de porter en justice Mélenchon pour injure car il a qualifié le front national ou elle-même de fasciste (l’arroseur arrosé) ;Marine Le Pen qui appartient au FN qui d’après certains comme je pense vous-même est un mouvement d’extrême droite ,trouve donc que le mot fasciste est péjoratif ,ce qui contredit votre affirmation que ceux qui adhèrent à l’xtrême droite tne trouve pas péjoratif le mot fasciste .

                                                                        d’autre part vous semblez cette fois assimiler dictature avec fascisme ,là encore je ne suis pas tout à fait d’accord ,l’autorité qui oblige à faire le bien n’est pas en soi fasciste au mauvais sens de ce terme à savoir l’asservissement de l’individu à l’Etat ,car pratiquer le bien ne peut être une servitude ,au contraire c’est une libération ,c’est plutôt laisser pratiquer le mal qui produit l’asservissement des individus .D’ailleurs la démocratie elle-même pratique une dictature ,la dictature de la majorité sur la minorité et même en fait la dictature d’une minorité sur la majorité .Le terme dictature ne s’oppose pas à démocratie mais plutout à l’anarchie .Et je pense que vous confondez dictature et tyrannie .

                                                                         

                                                                         Freud parlait de tyrannie de la vérité ,en fait il voulait dire dictature de la vérité mais il a employé le mot tyrannie pour frapper l’attention devant l’oxymore .La vérité est-elle mauvaise ?ce serait le mensonge qui est plutôt une dictature et une tyrannie .

                                                                        Et Platon disait que la démocratie mène inéluctablement vers la tyrannie .Platon serait -il fasciste lui qui a combattu et fuit les tyrans qui l’ont menacé de mort .A mon avis il serait rangé parmi l’extrême droite non fasciste

                                                                         

                                                                        Et il me semble que vous avez un comportement dogmatique en en posant comme axiome que les valeurs de droite sont mauvaises par nature et les valeurs de gauche bonnes en soi ,ce ne sont là que des affirmations gratuites et vous ne le démontrez pas .Je pense plutôt que les valeurs de droites comme les valeurs de gauche sont des valeurs incomplètes ou des vérité partielles ;La varité consiste à les compléter en les réunissant et le cas échéant dans une union hypostatique des contraires si elles s’opposent .


                                                                        • epicure 24 juin 2012 22:35

                                                                          Je dis que le fascisme ne recoupe pas toutes les extrêmes droites, il fait parti de ce qui est appelé le courant révolutionnaire, C’est à dire une extrême droite qui veut non pas restaurer la société comme avant la révolution en tout point identique, mais créer une nouvelle société sur les mêmes principes, en prennant compte de certains éléments historiques récents, c’est l’extrême droite passé par la moulinette de la modernité, entre acceptation des outils modernes mais tout en rejetant les valeurs de la modernité.L’extrême droite révolutionnaire remplace la monarchie par la dictature. L’autre extrême droite c’est la réactionnaire, qui elle reste attachée au passé, souvent bâtie sur des critères religieux (catholiques, musulmans , jjuifs, hindous etc...), c’est l’extrême droite originelle, dont les modèles et la pensée ont leurs canons avant l’époque des Lumières.

                                                                          Pour rappel le FN est le mouvement de synthèse de toutes les extrêmes droites qui ne voulaient pas finir en petits groupuscules inaudibles de 100-200 personnes rêvant d’un retour à la monarchie où du régime de Pétain dans leur coin.
                                                                          Le FN historique c’est le miracle de la réunion de l’extrême droite réactionnaire et celle dite « révolutionnaire » dont les néofascistes, les nostalgiques de Vichy.

                                                                          Lepen père lui est un héritier du courant révolutionnaire avant tout, alors que Bernard Anthony, si je me rappelle bien, lui était un représentant du courant réactionnaire.
                                                                          Avec la fille marine, le sujet devient plus délicat, car elle a adopté des discours plus modernes, on pourrait dire plus à gauche que le courant historique du FN, et déplait aux vieux de la vielle, elle donne une image plus soft de son courant politique, ce qui lui permet d’attirer plus de monde que si le FN restait sur les thématiques du FN lors de sa formation (1% lors des élections présidentielles). Mais arrive à rester dans la lignée nationaliste. Car son discours s’adresse avant tout à l’électorat du FN qui n’a pas forcément sa carte du parti, avec des composantes plus populaires que le FN historique.
                                                                          Donc il est vrai que à première vu elle ne défend pas une ligne purement fasciste, mais pour Mélenchon, ce n’est que de al poudre aux yeux, il arrive à retrouver les classiques de l’extrême droite dans le programme du FN, même si c’’est plus subtil pour un observateur non averti.
                                                                          Marine lepen veut donner une image acceptable, propre au FN et de sa propre personne, gommer les origines idéologiques du FN, ce que ne cachait pas son père, donc il est normal qu’elle crie qu’elle trouve le terme fasciste péjoratif à son encontre.

                                                                          Les fascismes reposent sur la dictature comme mode de gestion politique, toutes les dictatures ne sont pas forcément fasciste, voir les régimes de l’est pseudo populaires et démocratiques, pseudo-communistes, ou nombre de pays du tiers monde qui sont dirigés ou qui ont été dirigés par des dictatures qui ne relèvent pas forcément du fascisme à proprement parler.
                                                                          Qu’est ce que tume parle de bien au sujet des dictatures, ce n’est pas parce qu’elle disent pratiquer le bien qu’elles font le bien en assassinant les opposant.... Il n’y a pas de dictature compatible avec le bien, le bien universel comme expliqué avant repose sur le respect au mieux de la règle d’or.
                                                                          Pratiquer le bien, c’est laisser les autres vivre, ne pas faire craindre d’être exécutés pour ses opinions, le pas étouffer systématiquement toute opposition, ne pas imposer une pseudo vérité par la violence et la terreur, bref tout le contraire d’une dictature.

                                                                          Non une vrai démocratie, ne repose pas sur al dictature de la majorité parce que en démocratie, contrairement à la dictature la minorité a des droits, dont notamment le droit d’expression, le droit à la vie, ce que ne respectent pas les dictatures. En démocratie on ne peut pas faire ce qu’on veut avec al minorité ... qui peut devenir majorité, en dictature si.

                                                                          La dictature, comme la monarchie repose sur un pouvoir transcendantal, unilatéral, et particulariste. Seul donc la minorité à qui est attribué le pouvoir transcendantal décide pour tout le reste de la population, et ce sans se préoccuper si les actions sont néfastes à certains, à qui de toute façon le système n’accorde pas de droits (politiques religieux, sociétaux, économiques etc...).

                                                                          La vrai démocratie,basée sur des principes de gauche repose sur un pouvoir immanent, multilatéral et universaliste. Elle permet à tout le monde de pouvoir s’exprimer et de pouvoir influer sur le cours de la politique, et à chacun de voir ses droits respectés.
                                                                          Mais tous les régimes qui se disent démocratiques ne respectent pas forcément les principes de la vrai démocratie, surtout si c’est la droite conservatrice qui est au pouvoir, comme le pacte merkozy, qui donne de grands pouvoir à des institutions non démocratiques et qui n’ont aucune responsabilité vis à vis des peuples.

                                                                          Si sur la forme effectivement il y a une différence entre dictature et la tyrannie, sur le fond, c’est une question de nuance. Et moi j’analyse le fond.
                                                                          Sur le fond la différence entre la dictature et la tyrannie, c’est la place du chef dans la hiérarchie transcendantale, comme en monarchie, le dictateur à quelque chose au dessus de lui dans la hiérarchie qui n’est pas une personne concrète (cela peut être dieu, une tradition, un code, l’intérêt de la nation ou du groupe élitiste dont il est issu. Le tyran n’a rien au dessus de lui, il est dans al hiérarchie du système l’autorité transcendante la plus supérieure, sa volonté est la volonté de la société, il peut faire absolument tout ce qu’il veut.

                                                                          Mais quoi qu’il en soit, pour l’individu lambda, cela ne fait pas vraiment de différence, est ce que les balles d’un dictateur sont plus douces que celles d’un tyran ? est ce que c’est plus cool d’être rabaissé au statut de sous homme si c’est une dictature plutôt qu’une tyrannie ?

                                                                          Ce n’est pas du dogmatisme, mais un constat, après analyse, je sais pourquoi les valeurs de droites amènent le mal (camps de cocnentration, esclavage, dictature ou tyranie, racisme, oppression sexiste, etc...), parce que les valeurs de droite amènent systématiquement à des oppressions, les combats de la droite sont en fait le combat pour maintenir des oppressions ou d’en établir de nouvelles.

                                                                          Depuis la défense de l’ancien régime, en passant par le combat contre la laïcité, contre l’égalité homme femme, contre la limitation des pouvoirs des patrons sans scrupules etc..., il y a toujours la défense d’oppressions, donc la défense du mal, si on se place au point de vu moral.
                                                                          Mais le jugement moral est secondaire, mais implicite une fois compris les principes de droite, c’est à dire les principes de l’extrême droite.

                                                                          Les valeurs affichées de droite, ne sont pas forcément mauvaise de façon explicites. Mais par contre les principes qui sous tendent les idéologies de droite, amènent implicitement à des oppressions. D’ailleurs à part des idéologies très cyniques, la plupart essayent de tourner leurs valeurs de façon qu’elles peuvent être interprétées de façon positives.
                                                                          Par exemple derrière le mot ordre est que c’est juste l’absence de criminalité ou de violences dans la société, ou alors le fait d’avoir une groupe avec plus de droit que les autres. Dans un cas nous avons une valeur positive, dans l’autre la porte ouverte à toutes les dérives et justifications.


                                                                        • franc 24 juin 2012 20:10

                                                                          Et Marx promeut la dictature du plolétariat contre la démocratie bourgeoise ,Marx serait -il fasciste ?

                                                                          Et parlons en des démocraties occidentales aujourd’huis .Qui ont le comportement des tyrans ou des fascistes ,les dictatures syriennes de Assad et libyenne de Kadafy ou les démocraties ocidentales en particulier française et anglaise qui font la guerre à ces dictatures ;Personnellement je suis du côté des dictatures qui s’opposent aux démocraties occidentales qui imposent leur tyrannie du capitalisme mondialiste et donc contre les démocraties françaises et anglaises dans cette affaire de la Syrie et de la Libye .BHL par contre est pour les démocraties occidentales ,cela fout mal pour les démocraties .

                                                                           

                                                                          quant à la règle d’or « ne fait pas aux autres ce que tu ne veux pas qu’ils te fassent » cela concerne tout le monde et pas seulement à l’extrême droite , la droite ,la gauche ,l’extrême droite ,l’extrême gauche ,le centre et ailleurs ,vous et moi- même .Et il ne faut pas être si suffisant et arrogant pour penser qu’on applique partout et toujours et parfaitement cette règle d’or ,laquelle doit être accompli e en même temps que cette autre règle d’or de l’humilité qu’enseigne la parabole évangélique de la paille et de la poutre .Car à bien y regarder je trouve que vous avez des comportements fascistes envers ceux qui ne sont pas de votre bord politique ou idéologique et que donc vous enfreignez cette propre règle d’or que vous exigez pour les autres pour les considérer de ne pas appartenir au camp du bien ,ces autres d’extrême droite pourraient vous rétorquer en vous jetant à la face cette même règle d’or .

                                                                           

                                                                          Et d’ailleurs cette règle est nécessaire mais non suffisante .


                                                                          • franc 25 juin 2012 16:23

                                                                            Sur ton dernier commentaire ,je suis à peu près d’accord avec toi dans la 1ère partie dans l’analyse du FN et en particulier sur la différence entre l’extrême-droite et le fascisme puisque tu le reconnais en fin de compte en disant toi-même que « le fascisme ne recoupe pas toutes les extrêmes-droites »,c’est ce que je m’évertue à te le dire ,donc acte ,--------------------------------mais cependant à une nuance près par une petite réserve sur ta définition du fascisme qui diffère un peu de la mienne . 

                                                                             

                                                                            par contre dans la 2è partie sur l’assimilation de la dictature avec la tyrannie ou la diabolisation des valeurs de droite ,je ne suis toujours pas d’accord .

                                                                            Tout ton raisonnement repose sur un dogme : la dictature est un mal ou les valeurs de droites sont un mal .

                                                                            Or justement je remet en cause ce dogme ,et tout ce que tu trouve comme justification de ce dogme c’est un raisonnement circulaire ou vicieux, une totaulogie , à savoir A est mal parce que A est mal .

                                                                            En effet tu dis :« je sais pourquoi les valeurs de droite amènent le mal -----------parce que les valeurs de droite amènent systématiquement à l’oppression » ;oppression a ici le même sens que mal .

                                                                             il en résulte comme corollaire que l’ordre (valeur de droite) amène l’oppression.N’est-ce pas absurde ;ce serait plutôt le contraire ,c’est le désordre qui amène à l’oppression .La justice est un facteur d’ordre et l’injustice est un facteur de désordre ,il me semble que c’est l’injustice avec ses désordres qui amène à l’oppression et non la justice avec son ordre .La justice est fondé sur l’ordre de la raison et là où il ya déraison il ya désordre et injustice .

                                                                             

                                                                            mais lorsque tu justifies par l’histoire que les valeurs de droite amènent à l’oppression parce que des hommes de droite dirigent le gouvernement ,tu ne pas la différence entre les hommes et les principes mais quand aux valeurs de gauche là par contre tu fais la différence entre les principes et les hommes ,les hommes de gauche n’ont pas bien appliqué les valeurs de gauche ;mais les hommes de doite pourront te répliquer en disant aussi que les dirigeant de droite n’ont pas bien appliqué les valeurs de droite


                                                                            • franc 25 juin 2012 17:16

                                                                               Tu dis ,je cite

                                                                               :« La dictature, comme la monarchie repose sur un pouvoir transcendantal, unilatéral, et particulariste. Seul donc la minorité à qui est attribué le pouvoir transcendantal décide pour tout le reste de la population, et ce sans se préoccuper si les actions sont néfastes à certains, à qui de toute façon le système n’accorde pas de droits (politiques religieux, sociétaux, économiques etc...).

                                                                              La vrai démocratie,basée sur des principes de gauche repose sur un pouvoir immanent, multilatéral et universaliste. Elle permet à tout le monde de pouvoir s’exprimer et de pouvoir influer sur le cours de la politique, et à chacun de voir ses droits respectés. »

                                                                               

                                                                              Tu semble opposer le transcendantal et l’immanent ,je pense comme la théorie de la connaissance qui conceptualise que l’immanent est la projection du tanscendantal dans le champ de l’immanence qu’il n’ y a pas opposition mais homomorphisme voire isomorphisme entre le champ transcendantal et le champ de l’ immanence .

                                                                              Et tu confonds là encore comme un dogme axiomatique entre la dictature et la tyrannie en définissant ou déterminant la dictature comme la tyrannie de manière arbitraire ou gratuite

                                                                              Une dictature se fondant sur la raison transcendantale qui détermine la raison universelle repose certes sur un pouvoir transcendantal ,mais en quoi c’est un défaut, au contraire c’est une qualité et non un défaut car basé sur un principe rationnel absolu indépendant des particularismes et donc réellement universel garant de l’impartialité et de la vérité objective ,rejetant le relativisme et le nihilisme ,et par conséquent cette dictature reposant sur la raison transcendantale n’est nullement particulariste ni unilatéral puisque se fondant sur la raison universelle laquelle est implimentée et actualisée dans chaque être humain ,et que donc chaque individu humain par sa raison peut évaluer et juger du bien fondé et de la jutesse des choses ,c’est là justement que se fonde et s’exerce la vraie et réelle démocratie .Au contraire c’est en se limitant dans le champ de l’immanent restreint au matérialisme purement physique et donc individualiste,car dans ce champ il n’existe plus que des monades individuelles,des individus isolé sans rapport ou lien les uns avec les autre par une transcendnace quelconque qu’il ya opposition sytématique des particularismes noyés dans le relativisme et le nihilisme des valeurs causant les affrontement et les conflits inéluctables ;Et c’est dans ce champ immanent restreint et irrationnel des individualismes et des nihilismes ,du subjectivisme et et du relativisme que s’engendre et prospère la tyrannie et les tyrans de toute sorte .

                                                                               

                                                                              la vraie démocratie est basée non pas sur les valeurs de gauche exclusivement ou les valeurs de droite exclusivement mais dans la vérité des deux


                                                                              • franc 25 juin 2012 18:10

                                                                                Car on peut aussi critiquer la démocratie comme on peut critiquer la dictature

                                                                                 

                                                                                le principe démocratique ,du moins le principe démocratique de l’élection des dirigeants au suffrage universel ,la démocratie électoraliste ,est comme ontologiquement vicié à la base ;En effet il stipule l’égalité de valeur entre toutes les opinions des individus quels qu’ils soient ,ignorants ou connaissants,conscients ou inconscients,bêtes ou intelligents ,compétents ou incompétents ,puisque à la fin donc seul compte le nombre de suffrages ,c’est à dire que la vérité ou la valeur d’une opinion dépend du nombre de personnes qui y adhèrent ;Or l’on sait expérimentalement que la vérité d’une opinion ne dépend pas du nombre de personne qui la professe ;Même l’unanimité pour une opinion ne prouve pas que cette opinion soit juste ou bonne .Par exemple dans la période lointaine primitive de l’humanité proche de l’animalité ,,il est probable que tous les hommes pensent que la terre est ronde suivant l’observation immédiate de ses sens ,ce qui n’implique pas pour autant une vérité .Dans une classe devant un problème de mathématique difficile la quasi totalité des élèves ne trouveraient pas la solution sauf peut-être un seul ,si tous les autres qui n’ont pas trouvé la solution décident d’une voix unanime que celui a trouvé la solution est dans le faux ,il n’en reste pas moins que celui-ci est dans le vrai .la vérité est fondé sur la raison et uniquement sur la raison ,et plus précisément sur la raison universelle et donc transcendantale c’est à dire absolue et au desus des opinions relatives particulières .

                                                                                 

                                                                                Ce serait une erreur fondamentale que de rejeter la dimension transcendantale car alors là toutes les valeurs immanentes elles-mêmes seraient bousculées et rejetées du fait du subjectivisme et du nihilisme qui en résultent . Car l’idéal fait parti du champ transcendantal .

                                                                                L’idéal n’existe pas dans la réalité concrète,et l’égalité non plus ,il n’ ya pas d’égalité de nature entre les hommes car comme dit Coluche ,Dieu a fait les hommes blancs et les hommes noirs ,les hommes intelligents et les hommes bêtes ,les hommes beaux et les hommes moches ,les hommes grands et les hommes petits ,les hommes sains et les hommes malades ,et si un homme est noir ,bête ,moche , petit et malade ,c’est très difficile pour lui . 

                                                                                 Et les valeurs républicaines ,les idéaux de liberté ,de l’égalité et de fraternité ne seraient pas fondées de manière absolue et peuvent être rejetées.Car il n’existe pas d’égalité concrète de nature dans l’immanence mais il il existe une égalité idéale de droit dans la transcendantalité .La raison transcendantale c’est la raison religieuse par excellence qui détermine le bien et le mal .


                                                                                • franc 25 juin 2012 20:41

                                                                                  Une erreur -ci-dessus ,il faut bien entendu dire ------------------------".Par exemple dans la période lointaine primitive de l’humanité proche de l’animalité ,,il est probable que tous les hommes pensent que la terre est PLATE (et non pas ronde) suivant l’observation immédiate de ses sens ,------------------------------

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article

FN


Palmarès