Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Les “valeurs républicaines” me gonflent

Les “valeurs républicaines” me gonflent

Il y a deux ans, il n’y en avait que pour “citoyen”, utilisé comme adjectif. Il y avait des “cafés citoyens”, des “engagements citoyens”, des “marchés citoyens” : tout devait porter le label magique. Vous aviez envie de vous cuiter ? Organisez une “fête citoyenne”, voila votre beuverie annoblie, garantie sans mal de crâne le lendemain.

Mais il en va de ces mots valises comme des plans de sauvetage de l’Euro : tristes cache-sexe de l’indigence de la pensee, ils ont une durée de vie de plus en plus courte, avant que leur vacuité ne soit révélée à tous. Exit donc “citoyen”, tout désormais doit être “républicain”. Les doctes exégètes de la politique l’ont certifié : lors de la passation de pouvoir, la poignée de main entre Hollande et Sarkozy était “républicaine”. Ouf ! Eut-elle été hallal que Marine Le Pen n’aurait pas été contente, alors que “républicaine”, vous pensez, rien à redire. Que Francois Hollande fasse son caca matutinal sous le regard jaloux et vengeur de la Tigresse Twitteuse, et la foule de courtisans de se prosterner devant la neerlandaise merveille : que voila un caca républicain !

 Oh bien sûr, il y a les petits malins qui font du cumul : Jean-Pierre Chevenement avait fondé un “Mouvement Républicain et Citoyen”, le gourmand ! Mais on peut faire mieux : moi, figurez-vous, je suis un gaulliste social, laïc, solidaire, européen, citoyen et républicain. Sept vacuités à la queue leu leu, ça doit bien finir par faire du sens, à la longue, non ? Non ? Comme je suis déçu.

 Aujourd’hui, un grave débat agite le petit monde qui papote : le Front National est-il républicain ? Alors j’ai ressorti du placard mes vieux manuels de droit constitutionnel : républicain, par opposition à monarchiste, Président contre Roi (et maitresse du Président contre Royal, mais c’est une autre histoire). Marine Le Pen réclame-t-elle le retour des Bourbons sur le Trône ? Non, donc voila, c’est plie : républicain. Par opposition aux Britanniques, emportés dans leur euphorie post-jubiléenne : pas républicains, les Anglais, vilains, les Anglais.

 Ah oui, mais il parait que ce n’est pas ça, républicain, ou bien ce n’est plus ça. Oui mais c’est quoi, alors ? Première piste : ce serait un synonyme de “démocrate” : “démocrate”, après tout, c’est grec, et la démocratie grecque en ce moment, c’est pas la joie, alors mieux vaut se replier sur le Latin. Mais bon, on ne va pas très loin avec cela non plus : rien dans le programme du FN, que ce soit dans leur demande de suffrage proportionnel ou dans leur recours au referendum n’est intrinséquement anti-démocratique. On peut être pour, on peut être contre, mais ce n’est pas anti-démocratique. Alors, peut-être que dans le secret de leur conscience, Marine Le Pen et Florian Philippot nourrissent de noirs desseins dictatorials, mais moi, je ne suis pas le Bon Dieu, je ne sais pas lire dans les consciences. Donc, pour l’instant : toujours républicain.

 Pourtant, tout le monde nous le dit en fronçant les sourcils : le Front National n’est pas républicain. Mais c’est quoi, républicain, à la fin ? Sur le Grand Journal de Canal+, la charmante autant qu’insignifiante Najat Vallaud-Belkacem, confrontée à Florian Philippot, nous a enfin livré la clé, ou tout au moins une clé : le FN n’est pas républicain parce qu’il est favorable à la peine de mort. Et voila, c’est simple : le Général de Gaulle, Jules Ferry (devant la tombe duquel Francois Hollande s’est prosterné), une petite moitié des Français ? Favorables à la peine de mort, donc pas républicains, tous autant qu’ils sont ! Najat a dit, Najat a excommunié : que pèse un auguste Général face à un si joli sourire ?

 Pour les quelques recalcitrants qui trouveraient tout cela un tout petit peu insuffisant, reste une carte maitresse : les “valeurs”. Alors voila, il y a ceux qui “partagent des valeurs” avec le FN et ceux qui n’ont “aucune valeur en commun” (hosanna !). Marine Le Pen dit qu’il faut etre poli, honnête et respecter le travail bien fait. Horreur ! Il faut donc que je renie d’urgence ces valeurs, sinon je “partagerai des valeurs” avec le FN, et cela fera de moi un salaud et un pestiféré.

 Moi, j’ai pour principe, pour valeur pourrait-on dire, d’engager tout debat “à armes égales”, argument contre argument. J’ai horreur de l’attitude, aussi arrogante que lâche, qui consiste à postuler sa propre superiorité et la turpitude de l’adversaire afin de ne pas avoir à répondre à ses arguments, le “d’où parles-tu” péremptoire. Peut-être suis-je un salaud, peut-être pas, cela ne détermine en rien si j’ai raison ou tort. Peut-être Najat Vallaud-Belkacem est-elle réellement une sainte et Florian Philippot un monstre, peut-être pas : je laisse au Bon Dieu le soin d’en juger, moi, je juge de la qualite des arguments.

 J’ai également pour valeur la politesse et l’ouverture au dialogue : alors quand j’entends dire par François Fillon qu’il faudrait immédiatement racrocher le téléphone pour couper court à toute discussion avec un leader du FN, j’ai du mal à l’accepter. Au nom de quoi ? Quel dévoiement prophylactique permet-il de rejeter un être humain dans cette alterité radicale, telle que toute dialogue avec lui serait souillure ?

 Si on veut attaquer le FN sur la qualité de ses propositions, il y a de la matière. La France étouffe sous les blocages, les rentes, les réglementations et la bureaucratie, et le FN ne propose que de les aggraver. Le FN reconnait l’échec de l’Euro, et il a raison, mais Marine Le Pen déclare qu’elle souhaiterait le retour a l’étalon-or, qui serait encore plus rigide et arbitraire que l’Euro. Le protectionnisme réclame à cors et à cris ne fera qu’accentuer le décrochage de notre économie. Mais voila, s’attaquer au protectionnisme, faire l’apologie du libre-échange, ce n’est pas facile dans le climat intellectuel francais d’aujourd’hui. L’attrait du protectionnisme est intuitif et immédiat, la justification du libre-échange est ardue et exigeante. Augmentation du SMIC : l’existence même du SMIC est une bombe atomique contre l’emploi, notamment des jeunes, mais allez-donc expliquer cela à des salariés désespérés. Augmentation tous azimuts des allocations : ah, si seulement on en avait les moyens ! Etc. Ah oui, on pourrait, on devrait, le dézinguer, le programme du FN, mais ce faisant, il faudrait s’attaquer à tellement de vaches sacrées du discours politique contemporain, dans ce pays tetanisé par l’anxieté, exigeant toujours plus de ces “protections” qui l’emprisonnent dans leur cercle vicieux… Non, trop glissant ce terrain-la, mieux vaut catéchiser sur “les valeurs”, c’est moins risqué.

Je fais un rêve, le reve d’un débat politique lucide, rigoureux et exigeant, le rêve d’une France qui prendrait enfin ses problèmes à bras le corps, le rêve d’une classe politique qui abandonnerait sa démagogie et ses minauderies moralisantes. Réveillez-moi dans cinq ans.


Moyenne des avis sur cet article :  3.57/5   (81 votes)




Réagissez à l'article

86 réactions à cet article    


  • Constant danslayreur 21 juin 2012 16:18

    Sur la forme comme sur le contenu j’aime beaucoup merci smiley

    Un bémol cependant, après « les monuments historiques m’emmerdent » et « les valeurs républicaines me gonflent », je propose :
    « les titres de la une d’AV me pompent l’air, m’énervent et me les brisent (les oreilles) »


    • Le citoyen engagé Le citoyen engagé 22 juin 2012 17:14

      Oui bravo pour ce billet salvateur même si on se demande s’il faut vraiment défendre cette république judéo-maçonnique ou plutôt la souveraineté du peuple via la Nation.

      De mon côté j’ai choisi la souveraineté du peuple contre la république et vous ?

      Le citoyen engagé


    • ThaTon ThaTon 21 juin 2012 16:51

      Ce n’est pas en dormant que le caractère futile de l’élection présidentielle va changer. En vous réveillant tous les 5 ans, vous vous inscrivez dans la logique du suffrage quinquennal.

      Pour le reste, vous avez raison, vous rêvez. Nous vivons à une époque archaïque et les citoyens du prochain siècle considérerons probablement celui-ci comme nous considérons le XIX° siècle.


      • kemilein 22 juin 2012 02:37

        il est a souhaité une révolution mentale majeur pour l’espèce humaine, car après 10 milles ans d’archaïsme il serait peut être temps d’avancée et de considérer correctement les analyses et découverte faites depuis tout ce temps.

        je note que républicain ne veut rien dire, ou si peu. c’est la chose publique, don commune, et basta, ca ne présage ni ne préfigure la chose en question, du temps de rome il y avait l’empire et l’esclavage comme chose commune, et ca ne concernait pas tout le monde non plus (drôle de chose que celle publique qui n’est qu’a une poignée)

        je renote que la démocratie n’a rien d’angélique non plus, chouard a beau dire, la démocratie c’est juste le pouvoir au grand nombre, et un grand nombre de con, ca ne se raisonne pas et ca fait des bourde monstrueuse, comme élire (< contraire a la démocratie) des traitres, ou alors ca part en guerre, moins faut cul quand mme que BHL, les athéniens ne devaient certainement pas se voiler la face, eux c’était pour le pognon, pas pour apporter les droits de l’homme naturels divins sorti de nul par et fonder sur rien.


      • Anaxandre Anaxandre 22 juin 2012 15:35

        @ kemilein

        Si les erreurs et les réussites du passé faisaient « progresser » l’humanité, ça se saurait ! L’histoire de l’homme n’est faite que d’avancée, de régressions, de croissances de civilisations puis de leur écroulement, etc...

        Ne jamais confondre « progrès technique » qui est factuel et « progrès humain » qui est un mythe religieux.


      • kemilein 23 juin 2012 02:07

        et je ne crois strictement pas que l’humain soit capable d’apprendre ni de ses réussites ni de ses erreurs, pas plus que je ne le crois capable de progresser.


      • romain blachier romainblachier 21 juin 2012 16:56

        Bref, vous êtes, comme toujours sur ce site, pro fn...


        • ThaTon ThaTon 21 juin 2012 16:59

          Merci, donc, d’en élever le débat...


        • simir simir 23 juin 2012 15:55

          @Actias

          Tu n’as pas à avoir peur on ne te fera rien, tu n’es pas assez dangereux

        • Castel Castel 21 juin 2012 17:29

          Très bien comme article, bienvenu dans la novlangue, parce que c’est vraiment de cela qu’il s’agit.
          L’idée est bien de rendre confus la pensée politique des gens et de permettre des amalgames anti-protectionnisme pour éviter une forme de résistance de la pensée « citoyenne ».


          • LE CHAT LE CHAT 21 juin 2012 17:37

            ouaip , pendant ce temps le camp républicain est tellement mieux .....

            ça commence à gonfler sérieusement , le FN a des valeurs qui sont les siennes , que certains partagent et qui sont républicaines .
            ça n’autorise en rien ceux à qui ça ne plait pas d’insulter et d’ostraciser le FN et ses electeurs , ça ce n’est pas républicain , ce n’est pas être démocrate !!!!


            • Castel Castel 21 juin 2012 17:52

              La mafia républicaine qui se fout du monde a pris le pouvoir, il n’est pas sensé le partager ptit chat ;)


            • epicure 21 juin 2012 17:43

              lecture politique superficielle, donc article au contenu superficiel.

              Enfin sur le début je suis un peu d’accord, que il y a des modes d’utiliser certains mots, de les mettre à toutes les sauces, mais en fait de vider ce mot de son contenu.
              Comme ces mouvements soit disant citoyens qui renvoient leur membre à leur origine ethnique, alors que le concept de citoyen et une vision de la personne débarrassé des oripeaux ethniques.
              Ce n’est pas les mots en eux même qui sont gênant, mais le fait de les mettre à toutes les sauces, parfois pour leur faire dire le contraire.
              C’est comme la pub UMP des législatives qui alignait les valeurs de l’UMP, alors que la présidence sarkozy a été la négation de nombre de ces valeurs proclamées. Pareil pour les centristes qui ont soutenu sarkozy.

              Sinon historiquement le FN est la fusion de nombreux mouvements antirépublicain d’extrême droite. Le FN plus explicitement antirépublicain uniquement par dépit car sa fondation repose sur le constat de l’échec des tentatives de pouvoir antirépublicaines pour l’extrême droite. L’adaptation à la démocratie est une manœuvre tactique pour essayer de diffuser leurs idées auprès d’une population peu sensible aux idées antirépublicaines.
              Pour info, en 1986, quand JM lepen est retourné ( après poujade dans les années 50 ) sur les bancs de l’assemblée nationale, le FN avait un discours plutôt antiparlementaire.
              Le noyau historique du FN n’est pas constitué de grands amis de la démocratie et de la république, mais bien de membres historiques de l’extrême droite. En devenant plus populaire, le FN a vu ce noyau dur se dissoudre jusqu’à la nomination de marine lepen sur des discours aux accents républicains. Pourtant 40/50 ans avant ce genre de discours ne serait pas passé auprès du noyau dur et considéré comme une trahison.


              • Castel Castel 21 juin 2012 18:01

                Pour info, en 1986, quand JM lepen est retourné ( après poujade dans les années 50 ) sur les bancs de l’assemblée nationale, le FN avait un discours plutôt antiparlementaire.

                Vous savez, dans la politique, tout le monde est une véritable girouette. Le Pen a eut un discours provoquant (il l’a toujours d’ailleurs) et il s’est fait remarquer grâce à cela, il a par ailleurs remplacé l’épouvantail Georges Marchais. Actuellement, le discours ultra-protectionniste du F.N. n’est pas du tout ringard, au contraire, il est complétement d’actualité. Si on ne revient pas à des valeurs de base, on n’y retournera plus jamais et cela sera, pour le coup, la mort de la démocratie. Le vote F.N. c’est aussi l’opposition à une mondialisation irréversible.


              • Le péripate Le péripate 21 juin 2012 18:01

                Avant d’être utilisé à toutes les sauces pour n’importe quel usage le terme extrême-droite est très précis : il désigne les monarchistes légitimistes, point. Soit à la rigueur quelques catholiques du FN mais pas plus.


              • louphi 22 juin 2012 00:26

                Instructif !


              • epicure 22 juin 2012 01:39

                @ Par Le péripate (xxx.xxx.xxx.42) 21 juin 18:01

                Non il y a longtemps que le terme extrême droite n’est plus limité au monarchisme, Tant que les mêmes principes gouvernent une idéologie même si ce n’est pas sous la forme de monarchie de droit divin, cela reste une idéologie d’extrême droite. Si des monarchistes catholiques ont fondé le FN c’est bien qu’ils reconnaissaient celui ci comme mouvement d’extrême droite.

                La première caractéristique d’une idéologie d’extrême droite c’est l’essentialisation du statut social par la naissance.
                C’est un élément qui est absent dans toutes les autres familles politiques , surtout pas les vrais libéraux, surtout pas la gauche puisque reposant sur l’égalité des droits.

                Donc toute idéologie qui promeut une société : sexiste, raciste, esclavagiste (ou qui s’en rapproche) est une idéologie d’extrême droite, même si ce n’est pas une monarchie de droit divin. C’est pour ça par exemple que le nazisme fait bien partie de l’extrême droite car son idéologie repose sur l’essentialisation du statut social par la naissance.

                Hors extrême droite les familles idéologiques reposent soit sur l’égalité des droits et devoir, la réduction des inégalité ( gauche et idéologies collectivistes), soit sur la non essentialisation du statut social, permettant à quelqu’un au fond de pouvoir monter l’échelle sociale ( libéralisme ).


              • Le péripate Le péripate 22 juin 2012 09:14

                Oui. Enfin la définition c’est vous qui la posez. Et le raisonnement est parfaitement circulaire. Ce que vous dîtes n’est pas faux et présente l’apparence de la vérité.

                En effet les fascismes remplacent la classe des prolétaires par la classe nationale ou ethnique.
                Mais c’est une simple permutation, une variation et non un renversement.

                D’ailleurs cet élément, la classe d’une manière générale, est parfaitement absent des conceptions monarchistes et on se demande bien qu’elle pourrait être l’évolution qui mène de la monarchie au fascisme (et aux socialismes en général. Bien que l’absolutisme.. mais bon, c’est une autre histoire).

                Par contre on voit bien cette idée naitre à gauche. Des textes comme « le Moloch juif » du second de Blanqui Gustave Tridon innove même avec l’invention de l’antisémiste, qui est aussi un antichristianisme.

                Alors nommer cette chose extrême droite alors que tout, absolument tout la relie aux messianismes collectivistes est une mystification.
                C’est la raison d’être d’un intellectuel (de gauche) que travestir en permanence l’histoire, d’effacer les traces.
                Grosso -modo la gauche d’hier est l’extrême- droite d’aujourd’hui, et on peut prédire sans trop se tromper que la gauche d’aujourd’hui sera l’extrême-droite de demain.


              • Onecinikiou 22 juin 2012 09:33

                @ Epicure,

                Auriez-vous l’obligeance de nous indiquer, en un quelconque point du programme politique et économique du Front national, où se trouverait cette tentative d’essentialisation du statut social par la naissance dont vous faites mention ?

                A moins que vous ne considériez que le statut et/ou l’identité national des individus, acquis pour la plupart par naissance, et le distinguo qu’ils supposent explicitement avec ceux extérieurs à cette réalité factuelle, suffisent en eux-mêmes à remplir les conditions de vos catégorisation sentencieuses ; auquel cas l’on doit vous prévenir que serait d’ « extreme-droite » la majorité des individus et des gouvernements sur cette planète. Et on comprend bien ici les limites de ce raisonnement.

                De nouveau et au lieu d’affirmer péremptoirement sans jamais rien démontrer : ou trouvez-vous dans ledit programme qu’il promouvrait même implicitement une société "sexiste, raciste« , voire »esclavagiste" ?!

                Vous dites enfin que que la gauche d’obédience marxiste serait idéologiquement non-raciste et ce évidemment pour mieux la dédouaner du crime que vous ne manquer pas d’attribuez à ceux qui ne penseraient pas comme vous. Mais vous vous moquez certainement, ou alors êtes alors victime d’hémiplégie. Il convient donc de renverser urgemment la perspective, la vôtre en l’occurrence :

                &nbsp;&raquo;B.&nbsp;P. anal.

                1.&nbsp;Attitude d’hostilité de principe et de rejet envers une catégorie de personnes."

                http://atilf.atilf.fr/dendien/scripts/tlfiv5/advanced.exe?8 ;s=2105722935 ;

                « Ceux en particulier qui depuis des décennies, ont admis l’incitation à la haine de classe et à la discrimination contre les riches n’auront pas à s’étonner si l’origine ethnique devient à son tour un prétexte à des politiques de discrimination. Il n’y a pas de différence, en morale ni en Droit, entre la discrimination politique contre les riches et celle qui frappait les juifs. Le nazisme est d’abord un socialisme. » - François Guillaumat

                Je passe sur votre allégation, hilarante, concernant l’idéologie libérale qui appellerait à lutter contre les inégalités, quand elles n’ont cessé de se creuser à un niveau sans précédent depuis l’ancien régime sous la férule précisément des thèses néolibérales qui entérinent de fait un modèle de développement essentiellement inégalitaire. 

                http://www.oecd.org/document/35/0,3746,fr_21571361_44315115_49175587_1_1_1_ 1,00.html

                Evolution des inégalités de revenus et de patrimoine aux USA :

                http://www.les-crises.fr/inegalites-revenus-usa-3/

                http://www.les-crises.fr/inegalites-patrimoine-usa-1/

                Avoir un peu de connaissances en économie politique vous aurait évité de vous ridiculiser, puisque vous auriez alors su déjà que le néolibéralisme se fonde sur le penchant naturellement inégalitaire des sociétés humaines afin de stimuler l’économie et dynamiser la croissance, le « progrès ». Il suffit pour s’en convaincre de constater l’évolution de la courbe de Lorentz comme du coefficient de Gini partout en occident depuis maintenant plusieurs décennies et la rupture du consensus fordien.

                En conclusion : ainsi donc, et selon vos propres définitions des termes du débat : SONT d’extrême-droite et les libéraux, et les marxistes. Et je suis sûr que vous serez heureux d’apprendre aujourd’hui que, sans nul doute, vous êtes désormais réductibles - sinon la victime - de vos propres catégorisations...


              • Le péripate Le péripate 22 juin 2012 09:42

                Il faut un GPS pour s’y retrouver dans ce bestiaire !


              • epicure 22 juin 2012 11:49

                @Par Gars d’Affi (xxx.xxx.xxx.43) 22 juin 09:29

                bien vu.
                montres moi dans un de mes message sur agoravox où je dis que le régime coréen est idéologiquement très éloigné de l’extrême droite.
                Nombres des régimes de l’est qui se disent communistes reposent sur des structures de pouvoir comparables à celles de l’extrême droite., le pompon c’est la Corée du nord avec sa dynastie et son culte de la personnalité caricatural.

                Mais sorties des hautes sphères du pouvoir, ce sont des sociétés qui se veulent ( du moins en théorie ) plus égalitaires, moins clivantes, où le statut de naissance a moins d’importance que les régimes d’extrême droite proprement dit.
                Dans les sociétés d’extrême droite il n’y a pas juste une haute sphère du pouvoir privilégié et le reste de la société ( ce que j’appelle une hiérarchie sociale simple ) , mais c’est toute la société qui est clivée, hiérarchisée, même l’intérieur des familles (sexe, ainé).

                Ce sont ces différences qui distinguent les deux familles idéologiques et qui fait que l’extrême droite déteste ces régimes, non pas pour leur autoritarisme dont elle partage la valeur, mais pour leur tendance à générer une société plus uniforme, là où l’extrême droite aime la distinction des différences.

                Ces régimes ont donc une forte parenté avec l’extrême droite au niveau du pouvoir politique, mais prèsentent deux visions différentes de la société autoritaire/communautariste.

                C’est pourquoi au final, bien que pas forcément plus démocratique, sympathique, humaniste que l’extrême droite, c’est régimes ne sont pas classables à l’extrême droite.


              • epicure 22 juin 2012 12:42

                @Par Le péripate (xxx.xxx.xxx.42) 22 juin 09:14 


                Ce n’est pas une définition arbitraire, mais un constat rationnel de ce qui unifie les extrêmes droites au delà des apparences,, en réponse à une définition simpliste et superficielle de l’extrême droite.

                Des monarchistes et des non monarchies se sont retrouvés à la fois dans l’étiquette de d’extrême droite, droite pour eux, et pour fonder un parti unique en 1972, le FN. C’est bien qu’ils se retrouvaient dans des principes et valeurs communs.

                Bon déjà tu essayes de faire une analyses, mais tu te plantes lamentablement, puisque non tu ne peux pas faire l’amalgame entre la classe sociale identifiée par la gauche et les groupes ethniques, raciaux ou autres de l’extrême droite.

                Puisque le but de toute vrai idéologie de gauche, c’est d’abolir les classes sociales, là où l’extrême droite au contraire renforce les différences ethniques,n raciales, sociétales, sexistes etc... Donc il s’agit bien d’une opposition absolue, d’un renversement idéologique, les deux familles idéologiques reposent sur des principes et pratiques totalement opposés.

                Ah la belle blague, le concept de classe est absent des conception monarchistes, mais là encore tu ne joue que sur les apparences, les mots, pas les faits concrets rationnels.

                Tu oublies : les ordres : noblesse, clergé, tiers états, la classe des maitres et des esclaves, la classe des hommes et la classe des femmes, etc... avec des droits et devoirs différents.

                La classe sociale c’est la transposition de l’ordre social dans une société capitaliste, mais ça ne change rien sur le fond au niveau hiérarchisation de la société, qui est la signature de toute idéologie de droite.

                Ce qui unit la monarchie aux fascismes ? :

                en positif

                les valeurs d’ordre, de hiérarchie, de chef, de différence des droits, la déshumanisation d’une partie de la population (esclaves pour les uns, juifs et autres pour les nazis par exemple), le goût pour la mystique, le religieux, le spirituel (à l’opposé du matérialisme), le corporatisme.

                Entre autre.

                En négatif :

                la haine de : la liberté, de la démocratie, le parlementarisme, de la République, des droits de l’homme, de l’égalité des droits, de l’universalisme, de l’indifférence aux particularismes, de l’individualisme, du féminisme, bref tout ce qui est l’héritage des lumières et de la modernité. Et souvent l’antisémitisme, comme dans l’affaire Dreyfus, où il n’y avait pas que les royalistes d’extrême droite pour vomir sur Dreyfus.

                Quand à l’antisémitisme, hormis quelques cas particuliers de gauche et pendant une période donnée, c’est une valeur de l’extrême droite, comme l’a montré l’affaire Dreyfus, puis la tragique occupation nazi. L’antisémitisme existait déjà sous l’ancien régime donc la monarchie. Ce sont des courants réactionnaires , conservateurs, donc de droite, qui ont développé toute une pensée sur l’antisémitisme moderne, toujours dans une perspective de hiérarchisation et de clivage de la société.

                Ce qui unit le fascisme avec le monarchisme, c’est donc une conception idéologique de l’homme et de la société transcendantale et différentialiste. Là où la gauche s’est bâtie sur une vision immanente et universaliste. Donc tu essayes de faire l’égalité entre des mouvements politiques qui sont totalement opposés tant au niveau des principes, valeurs, concepts, qu’au niveau des combats menés et de la mise en œuvre de leur politique.

                Enfin pour rappel que les fascismes et la gauche se sont toujours détestés et opposés, sauf alliances tactiques. Tes amalgames ne reposent sur rien de factuel, uniquement sur des apparences, des approches simplificatrices, que la simple connaissance de l’histoire de al politique suffit de démonter tellement les opposition entre la gauche et les fascismes sont flagrants.

                La différence historique du fascisme et du monarchisme ?

                - le monarchisme est né de façon implicite avec l’ancien régime avant le capitalsime.

                - Les idées des lumières se sont construites en opposition du monarchisme (pour faire simple).

                - Les fascismes sont nés en opposition aux idées des lumières, dans des contextes capitalistes et post monarchiques ( pouvoir royal aboli ou affaibli ).

                Bref ceci explique les différences de forme, mais sur le fond, le monarchisme et les fascismes ont beaucoup de point communs, qui fait qu’ils sont classés à l’extrême droite tous les deux..

                Sachant que la gauche a combattu pour  :

                la république, la laïcité, contre l’antisémitisme et le racisme en général, pour un pouvoir économique plus démocratique ( par un état démocratique ou démocratie directe par coop ou mutuelles ), pour des régimes parlementaires sans chef privilégié, pour une société égalitaire, sans classe, sans ordres, sans caste, pour l’égalité des droits, pour l’égalité homme/femme, pour la liberté culturelle, etc....

                Donnes moi aller soyons généreux, à peine 5 combats de cette liste qui ont été aussi ceux des fascismes, sinon ton affirmation qu’il y a un fort lien entre la gauche et le fascisme ne repose sur rien. Déjà on aurait de la peine à en trouver un seul.

                Tiens c’est bizarre, mais les non monarchistes qui se placent à l’extrême droite, fascistes ou autres, ont combattu contre ces positions de gauche.....


              • samuel 22 juin 2012 15:19

                « Ce que vous dîtes n’est pas faux et présente l’apparence de la vérité »

                Ce qui n’est pas faux est vrai.


              • hommelibre hommelibre 22 juin 2012 15:27

                @ Péripate : le féminisme faisant porter par essence la charge de la violence sur les hommes, il est sexiste. La gauche étant féministe, elle est d’extrême-droite...


              • Onecinikiou 22 juin 2012 18:02

                D’autre part, et dans le même temps que l’on remplirait les caractérisations politique et idéologique d’Epicure selon lesquelles l’on serait d’extrême droite, quand bien même pourrait-on tout à fait recevoir l’hommage et la haute estime de la nation. Et quel hommage !


                Exemple fameux d’un de Gaulle, figure illustre et éternelle incarnant la grandeur de la France, et dont les nombreuses déclarations réitérées et convergentes rapportées par Peyrefitte soulignent la vision raciste ou à tout le moins racialiste qu’il avait de la société et des rapports de forces qui lui étaient inhérents. Et cela, outre le fait qu’il fut un catholique pratiquant et avait des penchants notoirement monarchistes, ce qui n’arrange rien.

                Ainsi donc - et toujours selon ces catégorisations obsolescentes à buts de disqualification morale et politique, dérisoires - de Gaulle fut et devrait demeurer dans la conscience collective et populaire comme appartenant indéniablement à l’extrême-droite, canal historique.

                Si donc être et se revendiquer gaulliste en 2012 (et tout ce que cela implique en terme d’indépendance et souveraineté nationales, de visions stratégique et géopolitique, de planifications sociale et économique) se révèle d’extrême-droite, il ne faudra pas s’étonner à l’avenir, à force de crier au loup, que nombre de sincères patriotes français soient fiers et résolus de s’en affirmer en conséquence.

              • epicure 22 juin 2012 19:46

                @Par Onecinikiou (xxx.xxx.xxx.237) 22 juin 18:02

                mes identifications ne sont pas morales mais rationnelles, elles ne sont pas de nature morale.
                Ici extrême droite, dans mon analyse a la même valeur que libéral ... ou socialiste par exemple.
                Je cherche un autre mot concept courant pouvant le remplacer mais j’arrive pas à le trouver, pouvant englober tous les mouvements classables à l’extrême droite.
                Réactionnaire, ne colle pas tout à fait avec les idées d’extrême droite qui contiennent des éléments de modernité, nationaliste exclu les extrême droite purement religieuse et celles supportant une division régionale/ethnique de niveau inférieur de la nation etc...

                C’est vrai que De Gaulle est un personnage, intéressant, qui possède plusieurs facettes politiques. Avant la guerre, il était plus familier des mouvements royalistes que républicains , il me semble. Pourtant ce n’est pas pour le monarchisme, ni pour le racisme/racialisme que les gens se déclarent gaullistes, mais pour la prise de distance de la droite républicaine avec l’extrême droite, pour ses références républicaines etc... bref tout sauf les références d’un homme qui tend vers l’extrême droite.... bon sans être ni libéral, ni de gauche tout autant.

                Le gaullisme, auquel beaucoup font référence , me semble être le genre de pensée médiane entre les différentes familles de pensée, une sorte de synthèse, de syncrétisme des idéologies françaises, en excluant les extrêmes, ce qui fait qu’il a servi de référence à des gens de la droite républicaine comme de la gauche (modérée), tout le monde trouve de quoi s’y nourrir.
                Du point de vu de la démarche personnelle, le général me semble avoir favorisé le réalisme sur le dogmatisme, le consensus avec le peuple sur l’extrémisme.
                Il n’a pas instauré de monarchie car il a réalisé que la monarchie n’était plus réalisable en France au sortir de la seconde guerre mondiale, et les français pas prêts à un nouveau chef transcendant comme Pétain. Mais déjà en 1870, les légitimistes, les orléanistes et les bonapartistes avaient fait le même consensus : plutôt la république honnie qu’une monarchie bancale minée par les guéguerres de légitimité.
                Même s’il avait des penchants racistes/racialistes, au niveau pratique cela ne s’est pas traduit par la transformation de la france en société raciste, parce qu’il savait que si la france était blanche ( très majoritairement), la culture française s’opposait à un racisme structurel.

                Je dirais que c’est par amour de la France qu’en pratique De Gaulle n’a pas laissé les traces d’un homme d’extrême droite dans l’histoire en tant que chef de la résistance et président de la république.


              • Onecinikiou 22 juin 2012 20:57

                Tant que vous n’aurez pas défini précisément en quoi le projet et programme politique, géopolitique, économique et social du Front national, remplit en quoi que ce soit vos caractérisations idéologiques - et ce alors même qu’il serait très facile de démontrer en quoi ledit projet se rapproche en réalité le plus près, de tout l’échiquier politique actuel, de celui de feu le Général, dont vous dites vous-même, dans une confusion intellectuelle terrible, qu’il ne fut pas d’extrême-droite alors qu’il en remplit objectivement toutes les conditions préalables (racistes, catholiques et monarchistes) que VOUS avez précédemment énumérées - et bien votre discours achoppera irrémédiablement.


                Mais dites-moi : qu’y aurait-t-il de raciste dans le programme du Front national en cela qu’il serait pénalement condamnable par devant les juridictions compétentes, et donc potentiellement interdit, hum ? C’est de fait un non-sens, qui par conséquent contredit radicalement cette vulgate ressassée ad nauseam. A dessein bien évidemment.

                Le fait supprimer la double nationalité ? Vous n’y pensez pas, c’est en parfaite droite ligne de notre modèle républicain assimilitationniste, et en capacité de faire litière au phénomène de double allégeance, toujours plus prégnant au sein de nos sociétés multiculturelles ouvertes à tous les vents mauvais de la mondialisation, qu’elle implique ou suscite.

                Le fait de reconduire des clandestins à la frontière (un gros mot sans doute dans votre bouche), par définition dans l’illégalité vis à vis de nos lois républicaines ? Vous n’y pensez pas non plus, car inepte rationnellement.

                Le fait de déchoir de leur récente nationalité française (10 ans) les bi-nationaux qui auraient enfreins nos lois républicaines par leurs crimes ? C’était la règle jusqu’en 1998. La France raciste jusque là ?!

                Le fait d’introduire - ou de réintroduire plus exactement - la notion de préférence ou de priorité nationale dans notre corpus législatif ? Cette disposition fut pourtant introduite en droit français par un gouvernement de gauche radical-socialiste en 1932. Un gouvernement de gauche radical-socialiste d’ « extrême-droite » (et anti-républicain) si l’on suit par conséquent vos circonvolutions théâtrales. Là encore inepte, donc disqualifié.


              • Le péripate Le péripate 21 juin 2012 18:08

                Je me manquerai pas de vous réveiller dans cinq ans. smiley D’ici là j’essaye de tenir ma petite bougie allumée : on aura peut-être besoin de chaleur et de lumière.

                Très bon papier.


                • Georges Yang 21 juin 2012 18:19

                  http://www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/a-quand-la-fellation-citoyenne-41640

                  Etre citoyen ou passer sur manuel. Est-ce une attitude républicaine ?


                  • Axel de Saint Mauxe Axel de Saint Mauxe 21 juin 2012 18:35
                    Parmi les priorités individuelles figure en bonne place le reniement de la citoyenneté, de la démocratie, de ses principes égalitaires, des Droits de l’Homme, le refus de la loi de la majorité, et plus généralement de toute forme de domination en se purgeant du poison révolutionnaire qui coule dans ses veines.


                    • Axel de Saint Mauxe Axel de Saint Mauxe 21 juin 2012 18:38

                      Parmi les priorités individuelles que je défend figure en bonne place le reniement de la citoyenneté, de la démocratie, de ses principes égalitaires, des Droits de l’Homme, le refus de la loi de la majorité, et plus généralement de toute forme de domination en se purgeant du poison révolutionnaire qui coule dans nos veines.


                      • ThaTon ThaTon 21 juin 2012 18:41

                        Si le FN ne jouait pas, main dans la main avec les médias, le jeu de son ostracisme et quoiqu’on en dise, de sa diabolisation, les idées sur lesquelles il a fait une OPA : patriotisme, protectionnisme, immigration, intérêt national, etc. pourraient se discuter sereinement et le pays avancerait peut-être.

                        Ses meilleurs alliés sont ceux qui le diabolisent et font de lui et de ses électeurs des nazis se distribuant sous le manteau les détails d’une solution finale imminente.

                        Ses ennemis sont ceux qui subissent l’anathème de la lèpre FN, jetée sur tout sujet que ce parti aborde. Ce sont ses propres électeurs réduits au taux de pollution du pays et livrés à la jouissance égotique des commentateurs et des éditorialistes.

                        Que l’espace public se réapproprie les médias, qu’on arrête de parler de politique par étiquette et par association, et la baudruche FN se ratatinera d’elle même.

                        Ses meilleurs alliés sont les antifas, les anti-racistes, les humanistes de plateau-télé, mais surtout la gauche et la droite qui sont bien contents d’avoir un bouc-émissaire médiatique sur lequel ergoter plutôt que de devoir faire face au constat de leur impuissance, de leur lâcheté et de leur incompétence.

                        Ses pires ennemis sont les français, plongé dans un manichéisme politique absurde et rendus à un état de confusion tel qu’ils se vident de tout pouvoir critique et décisionnel, c’est à dire, de cette substance citoyenne qui épouvante la classe dominante depuis 1792.


                        • debase 21 juin 2012 18:57

                          @auteur

                          Ce qu’« ils » appellent « les valeurs républicaines », ce sont tout simplement celles de la « république universelle » des franc-maçons soit disant portée par la ’raison’, c’est à dire en fait un simple avatar de ce qu’on appelle aujourd’hui le ’mondialisme’, une idéologie mortifère qui va déclencher des guerres civiles partout où elle cherche à se répandre.

                          Quand je dis ’ils’, je parle bien de ceux qui se réunissent encore actuellement dans leur petit club ’le siècle’ pour gérer le pays à leur avantage, sans le moindre souci de l’opinion populaire.

                          C’est toute cette ’clique’ qui nous aura emmené dans le mur...


                          • Relladyant Relladyant 21 juin 2012 21:01

                            Excellent article. Les média prennent des libertés avec le sens des mots pour en réalité faire passer de facon subliminale le clivage « gentil/méchant ». Mais comme vous le dites le FN n’est pas monarchiste aux dernieres nouvelles...


                            • perlseb 21 juin 2012 22:11

                              une France qui prendrait enfin ses problèmes à bras le corps

                              Mais quels problèmes ?

                              Le chômage ? Les politiques ne sont pas au chômage alors ils s’en foutent. Mais les vrais décideurs sont rentiers, alors eux le travail comme le chômage, ils s’en foutent aussi.

                              L’appauvrissement des classes moyennes qui va de pair avec l’enrichissement des décideurs ? Où et le problème : on ne décide pas de s’appauvrir que je sache.

                              Le déficit et la dette ? Ils ont été programmés par nos décideurs : ça augmente leur rente.

                              L’insécurité ? Les beaux quartiers des décideurs sont bien surveillés. Et il est préférable de diviser pour régner, de faire peur : l’insécurité est souhaitable dans les quartiers populaires.

                              Franchement, en me plaçant du point de vue d’un décideur, je ne vois aucun problème à la France sinon qu’elle n’a rien à voir avec une démocratie. Mais quand on est décideur, la démocratie est le pire des systèmes, puisqu’elle vous supprime...


                              • ThaTon ThaTon 21 juin 2012 22:35

                                Les politiques et les « vrais décideurs » ne se foutent pas du chômage, au contraire, maintenir 10% de chômage permet de peser à la baisse sur les salaires.


                              • dom y loulou dom y loulou 22 juin 2012 12:53

                                et les dettes existent pour nous faire payer « en nature » dans des camps de travail type Auschwitz


                                pour rien d’autre

                                suite logique de l’agenda de dépopulation, seul « but » que poursuit l’occident sous le règne des Rottenschild

                                sous toutes les appellations que vous voulez et surtout celles que vous aimez entendre

                              • perlseb 22 juin 2012 21:50

                                @ ThaTon,

                                Oui excusez-moi, pour le chômage. J’ai posté un peu vite. Effectivement, la courbe de Philips ou NAIRU, indique que si les rentiers veulent une inflation basse et de la main d’œuvre bon marché, il faut un chômage élevé.

                                Donc le chômage, ils ne s’en foutent pas, ils s’assurent qu’ils soit suffisamment haut.


                              • debase 25 juin 2012 15:51

                                @perlseb

                                Les ’vrais décideurs’ se réunissent au ’Siècle’ et instaurent dans l’ombre le ’mondialisme’ par idéologie et également par pur intérêt personnel, dans cette perspective ils encouragent par tous les moyens l’immigration massive et la dissolution de l’identité du pays. Ils se scindent en deux tendances dénommées ’gauche’ et ’droite’ pour des questions d’ordre économique (faut-il plus ou moins de fonctionnaires ?)

                                L’extrême-gauche, dirigée par un trotskyste-franc-maçon sert au plus haut point leurs intérêts.

                                Leur ennemi juré n’est pas ce qu’ils appellent l’extrême-droite mais le ’souverainisme’.

                                Tous ces gens sont bien évidemment personnellement totalement protégés des aspects néfastes de leur politique (insécurité physique comme matérielle)...

                                On peut remarquer qu’aucun d’entre eux n’a pris la peine de venir expliquer les problèmes de dette au journal de 20h, ce qui aurait du être fait depuis 10 ou 20 ans si ces gens avaient fait leur devoir de soit-disant ’élite’. Au lieu de cela ils se sont débrouillés pour que les problèmes de football, tennis et autres du même genre soient mis en avant afin de distraire le peuple (merci pour eux à l’équipe de France 98).

                                ’Ils’ ne tiennent aucun compte de l’opinion populaire (cf résultat référendum de 2005 sur la constitution européenne) tout en disposant de tous les pouvoirs, pas seulement politique mais aussi financier et médiatique (ce qui leur permet d’acheter de nombreux ’artistes’ qui vivent grâce aux médias).

                                Ceux sont eux les responsables de la crise que nos enfants et nous-même vont avoir à supporter pour les X années à venir, ’X’ étant, au stade actuel, totalement indéterminé !

                                Nous ne sommes plus du tout en démocratie et allons vers le gouffre et peut être même la guerre civile (voir les faits divers et aussi l’armement disponible croissant dans les zones de non droit).

                                Je dis ’Vive le Front National’, le seul parti à vouloir prendre les mesures qui s’imposent !

                                Je voudrais dire aussi : Droite ’humaniste’ = Droite ’mondialiste’, un mouvement qui n’a strictement rien à voir avec le ’Gaullisme Social’ quoiqu’en dise ses leaders (De Gaulle n’aurait jamais encouragé l’immigration massive et le multi-culturalisme !).

                                Je rabâche mais il faut le faire...


                              • louphi 22 juin 2012 00:24

                                Instructif !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article

FN


Palmarès