Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Les Verts passent au jaune !

Les Verts passent au jaune !

Vincent Placé s'interroge : devons-nous rester au gouvernement ? Noêl Mamère y songe. Reflet d'un profond malaise chez leurs électeurs. Après avoir avalé le nucléaire, l'aéroport Notre dame des landes, le gaz de schiste, les ogm, la chasse aux roms, le traité européen, le rapport Gallois entériné par le gouvernement leur donne des nausées. C'est déjà très téméraire, limite assez fou, d'avoir tenu jusque là. Leur capacité d'absortion des pilules peut aller au-delà. Leurs deux ministres, C.Duflot en tête, restent muets tandis que d'autres dirigeants Verts amenuisent les divergences avec le Parti socialiste. C'est dire le bazar qui s'installe au sein du pouvoir. L'évènement demeure la déclaration de Placé qui veut peser sur les socialistes en menaçant de quitter le gouvernement.

Signe que la politique du parti socialiste incommode même ses amis. La dérive libérale efface les quelques mesurettes positives du mois de juillet. Le reniement des promesses, l'allégeance aux financiers et aux "marchés", l'alignement sur le traité de Sarkozy, les ronds de jambe au patronat, la soumission aux USA, tout cela contribue à embrouiller les idées. Les électeurs de mai qui croyaient voter pour une politique et une équipe de gauche se trouvent floutés, trompés, déçus. Nombreux sont les électeurs écologistes qui ne s'y retrouvent plus. L'électorat socialiste lui aussi est touché. Je pense à celles et ceux qui ont voté Montebourg aux primaires pour "aider le courant de gauche". Qu'en pensent-ils avec le recul ?

Le front de gauche et son candidat Mélenchon ont eu raison de refuser le marchandage pour aller au gouvernement. Si quelques-uns s'interrogeaient en juin, ils sont en mesure de comprendre mieux notre prise de position. Face au marasme, au bourbier, le front de gauche incarne la gauche qui ne plie pas, la gauche qui tient bon, la gauche de l'alternative. Ce front doit grandir dans les luttes, dans l'action pour faire prévaloir d'autres solutions que l'alignement inconditionnel aux désirs du médef et de la droite.

Dans ce front, il y a place pour tous ceux qui refusent le recul de civilisation qui s'annonce. 


Moyenne des avis sur cet article :  4.69/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • amiaplacidus amiaplacidus 10 novembre 2012 08:41

    Je pense que Placé se poserait beaucoup moins de questions s’il était au gouvernement !

    Arrivisme, quand tu nous tiens ...


    • Fergus Fergus 10 novembre 2012 10:19

      Bonjour, José.

      Jean-Vincent Placé, dont les dents rayent le parquet pire encore que Duflot, exprime moins un désaccord avec le PS que sa frustration de n’avoir pas obtenu de portefeuille ministériel. Ce faisant, il gêne ses amis et risque de consommer définitivement la rupture entre les Verts et Europe Ecologie. EELV subit ce qui était prévisible : ayant vendu son âme en échange d’un juteux et inespéré accord électoral, il était évident que le PS ne lui laisserait quasiment aucune place dans le débat politique.

      Le Front de Gauche a, quant à lui, eu raison de ne pas s’engager dans la voie du marchandage avec le PS, mais il l’a payé cher en termes d’élus aux législatives. Et rien ne dit que cette stratégie pourra être pérennisée d’ici à 2014, année où le PC à une peur bleue de voir disparaître ses derniers fiefs municipaux, d’où les déclarations ambigues de Pierre Laurent, très critique vis-à-vis du PS mais néanmoins « soutien » du gouvernement. Le type même d’ambiguité porteuse de désillusions. Très vite va venir le moment où le Front de Gauche va devoir clairement définir sa ligne : soit avec le PS pour sauvegarder des positions électorales, soit hors du PS sur une ligne Mélenchon en vue de 2017. Dans les deux cas, il y aura des coups à prendre, et guère de certitudes en matière d’efficacité sur le terrain électoral. La politique aussi est un sport de combat !


      • wesson wesson 10 novembre 2012 13:19

        Bonjour Fergus, 


        « Le Front de Gauche a, quant à lui, eu raison de ne pas s’engager dans la voie du marchandage avec le PS [...] »

        oh que oui, et il est amusant de voir qu’il n’aura pas fallu 6 mois pour se rendre compte qu’il ne s’agissait pas d’une erreur. 

        Et effectivement, il est maintenant clair pour les Français qu’il y a une vrai opposition en France, et qu’elle est du coté FdG. Je suis confiant concernant le PC : d’une part Il reste un vrai parti politique qui à mon avis porte une réflexion sur les institutions, sur les fondamentaux et sur les vrais sujets, et je les croit capable de clairement se désolidariser d’un PS avec lequel il ne partage plus rien.

        Et concernant les coups à prendre, c’est une figure imposée de la politique. 

      • Fergus Fergus 10 novembre 2012 13:38

        Salut, Wesson.

        C’est pourquoi il est important, si le PC joue clairement la carte d’une alternative au PS (au risque de quelques désagréments locaux), que les militants du Front de Gauche - et leurs chefs, Mélenchon en tête - sachent dès maintenant tenir un discours beaucoup plus fédérateur et par conséquent moins péremptoire dans sa forme afin d’élargir progressivement son assise électorale. Je répète souvent cela car c’est la condition sine qua non d’un prosélytisme réussi sur les bases d’un discours progressiste.

        Bonne journée.


      • Croa Croa 10 novembre 2012 17:02

        « Mélenchon en tête - sachent dès maintenant tenir un discours beaucoup plus fédérateur »

        Pendant la campagne dernière, pour ces gens le danger était plutôt le FN, combat voulu par le PS et Miterrand, donc un vieux truc pour amuser le public et à priori le Front de gauche donne toujours là-dedans !

        Pour les vrais problèmes il faut chercher ailleurs, chez ceux dont on ne parle pas, hélas !  smiley 


      • bluerage 10 novembre 2012 11:08

        Les verts ont vendu leur âme en echange d’un groupe parlementaire, les 60 circonscriptions où les socialistes ne se sont pas présentés pour leur permettre d’en gagner quelques unes, vous vous souvenez ? Et ce même Placé qui était à l’origine de ce coup fourré maintenant se sent des états d’âme ? Donnez lui donc un portefeuille de ministre !


        • wesson wesson 10 novembre 2012 13:20
          Bonjour l’auteur, 

          dans le turf gouvernemental, Jean-vincent se voulait gagnant, il ne se retrouve que placé.

          OK, je sort

          • Pingouin094 Pingouin094 12 novembre 2012 09:11

            EELV les verts ont effectivement renoncé à leurs principes pour quelques postes de sénateurs et de députés ( dont Placé a bénéficié d’ailleurs, comme Sénateur )


            Mais la base d’EELV peut effectivement renacler et regretter, ce qui à mon avis coutera cher à EELV, et leur a même déjà coûté cher quand on voit leurs scores aux présidentielles et législatives.

            Quant au FdG, oui, le positionnement était bon. Quant à ceux qui disent que le PCF a une peur bleue de perdre ses circonscriptions, ce sont les mêmes qui disaient le PCF auraient une peur bleue de perdre ces députés et irait au gouvernement pour les sauver.

            Morale de l’histoire : le PCF n’est pas allé au gouvernement, il a perdu une grande partie de ses députés, mais il assume et même persiste. Les députés qui ont survécu votent contre les projets d’austérités du PS à l’Assemblée ... 

            On verra en 2014, mais l’exemple récent des législatives permet d’avoir confiance pour les municipales dans le comportement du PCF.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès