Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Les Verts sont dans le fruit

Les Verts sont dans le fruit

2006 restera peut-être comme une date essentielle pour la présence des écologistes dans la vie politique, en France comme ailleurs. Al Gore et Nicolas Hulot ont ouvert une nouvelle voie, mais une candidature verte aux élections présidentielles est-elle réellement crédible ?

L’écologie a fait son entrée en politique il y a plus de trente ans déjà. La génération contestataire, née de 1968, a transposé sur le terrain de la protection de la nature son combat contre la société en place. Lutte contre la société de consommation, contre le capitalisme, contre l’exploitation du Tiers monde, à peine émancipé et déjà soumis à une nouvelle forme de tyrannie : le marché des matières premières.

René Dumont est le premier écologiste à s’être présenté aux élections présidentielles, en 1974. C’était un scientifique réputé, expert auprès des organisations internationales, et très largement marqué à l’extrême gauche, déjà. Même si son résultat est resté plus que modeste (1,32% des voix au premier tour), il a marqué le lancement de l’écologie politique en France. Dès ses débuts, les partis écologistes se sont déchirés pour décider s’il fallait se positionner, à droite ou à gauche, ou bien refuser toute alliance pour créer une "troisième voie" indépendante.

Antoine Waechter, leader du parti Vert, a choisi la politique du "ni-gauche, ni-droite", avec un certain succès. Le meilleur résultat électoral jamais atteint a été obtenu en 1993, lorsque trois formations écologistes se sont présentées simultanément aux élections législatives. Le cumul des voix, tous mouvements confondus, avait atteint 11,63%. Cet axe a été abandonné ensuite, Waechter marginalisé, ainsi que Brice Lalonde, et les résultats sont devenus plus qu’irréguliers. Il faut attendre la campagne de Daniel Cohn-Bendit, aux élections européennes de 1999, pour retrouver des niveaux similaires. Mais la candidature de Mamère en 2002 n’a recueilli que 5% des suffrages, et Dominique Voynet plafonne à 1 ou 2% des intentions de vote actuellement.

Plus largement encore, deux tendances contradictoires s’affrontent. Les premiers prônent une rupture totale avec la société actuelle, pour en finir avec le monde industriel. Les seconds pensent que la science peut remplacer les techniques actuelles par de nouvelles solutions propres et renouvelables. Pour caricaturer, c’est le grand écart entre Greenpeace d’un côté et Al Gore de l’autre. Le débat ne fait que commencer et risque de se prolonger durant quelques dizaines d’années encore.

A-t-on réellement évalué ce que signifierait une "gouvernance écologiste" ? Si l’écologie était au centre de nos décisions, elle ne pourrait se contenter des mesures actuelles, comme l’utilisation d’énergies renouvelables, la gestion des déchets et le recyclage. Les "gestes citoyens" proposés actuellement dans le cadre du "Défi pour la Terre" semblent bien insuffisants à inverser la tendance. De même les promesses de Kyoto sont-elles déjà obsolètes. Bien d’autres domaines de nos sociétés seraient affectés. L’organisation de l’Etat devrait répondre aux contraintes nouvelles en limitant le déplacement des fonctionnaires, en favorisant le télé-travail et en réduisant de façon drastique l’utilisation de carburants par ses forces armées. Les entreprises devraient supprimer la climatisation, renoncer aux grands immeubles vitrés, dévoreurs d’énergie. Des pans entiers de l’économie s’effondreraient progressivement ou brutalement. Le tourisme de masse sera-t-il encore possible dans un monde sans pétrole ? La pétrochimie, la plasturgie, les industries automobile et aéronautique auront-elles un avenir ? Que dire encore de l’attitude des pays émergents, comme la Chine et l’Inde, désirant adopter notre mode de vie à une échelle quatre fois plus grande ?

Il semble que, malgré les dangers imminents pesant sur notre environnement, les électeurs n’aient qu’une confiance limitée dans les capacités des partis écologistes à peser sur les décisions politiques. Les nominations des ministres de l’environnement successifs, de Robert Poujade (à ne pas confondre avec Pierre, son homonyme) nommé dans le deuxième gouvernement de Jacques Chaban-Delmas, en 1971, jusqu’à Nelly Olin, n’ont certainement pas contribué à améliorer leur image auprès des électeurs. On se souvient des bourdes médiatiques, les plus récentes, de Roselyne Bachelot ou de Dominique Voynet. La participation des écologistes à la gestion de la Ville de Paris, aux côtés de Bertrand Delanoé, fournit d’autres raisons de se méfier de leurs positions.
Les Verts ont très nettement choisi la gauche, et souvent, l’extrême gauche, quitte à radicaliser leurs positions. La droite a cherché, sans succès jusqu’à présent, à contrebalancer ces positions par des écologistes plus proches de leurs tendances.

L’arrivée de Nicolas Hulot dans le jeu politique bousculera peut-être les choses. Mais une fois de plus, cette candidature potentielle pose la question du positionnement de la question écologique sur le plan politique. S’agit-il, une nouvelle fois, de tenter d’influencer les décisions des partis majoritaires en participant à leurs gouvernements, ou bien faut-il que l’écologie devienne, au contraire, le courant unitaire rassemblant des membres de bords politiques différents dans son sillage ?

La réponse que semble proposer Al Gore dans son discours récent est de recentrer l’ensemble des décisions politiques en les analysant sous l’angle environnemental. Il suppose préalablement que nous n’avons plus le choix ni le temps d’attendre, en raison de l’urgence devant laquelle nous nous trouvons. Certains hommes politiques en campagne ont rebondi sur cette base en proposant de créer un poste de "super-ministre-bis" du gouvernement. Peut-on réellement croire que nos élites dirigeantes subordonneront désormais leurs décisions, économiques, sociales, politiques, au diktat d’un ministère supérieur hiérarchiquement ? En France, les postes essentiels du gouvernement, en dehors du ministère de l’Intérieur dont les pouvoirs sont très étendus, sont réservés à l’économie et aux finances. Les ministres en charge de ces postes disposent d’un pouvoir immense sur leurs collègues, en parfaite adhésion avec les décisions prises par le Premier ministre. On a bien vu, lorsque Jean-Louis Borloo a lancé ses généreux plans pour lutter contre la précarité, que les lignes budgétaires nécessaires ne suivaient pas, rendant toute décision inopérante. Malgré les discours actuels, on peut craindre que l’écologie ne subisse le même destin, une fois l’élection remportée, à droite comme à gauche. Pour peser effectivement, les écologistes devraient disposer d’un parti fortement structuré et implanté localement, au même titre que l’UDF, par exemple. A défaut, il faudrait qu’ils obtiennent des succès électoraux majeurs, pour entraîner une dynamique en leur faveur, lors des élections législatives. Ce ne sera apparemment pas le cas, cette fois-ci encore.

La possibilité d’une candidature de Nicolas Hulot rejoint, sur le plan de la communication, les situations de ses concurrents, Sarkozy et Ségolène. Surmédiatisés, ils occupent tout le champ et ne laissent la place à aucun autre candidat. L’élection présidentielle se livre aujourd’hui uniquement à coups de sondages et d’effets de manche. Contrairement aux campagnes électorales précédentes, liées aux actions militantes - collage d’affiches, distribution de tracts sur les marchés, réunions publiques... - les choses semblent se dérouler uniquement sur Internet et à la télévision. Quel sera l’effet d’une élection obtenue sur de telles bases ? N’accentuera-t-elle pas, davantage encore, le fossé entre les élites et le peuple ? Ségolène progresse dans les sondages et les intentions de vote parce qu’elle a réussi à faire croire "aux gens de la rue" qu’elle était proche d’eux. Sarkozy tente de combler son retard dans ce domaine en proclamant, à toute heure, que "les Français savent" qu’il a raison. Pendant ce temps, les questions fondamentales concernant l’avenir de notre planète, la santé de notre population et le développement de nos économies, restent sans réponse. Au moment où tout le monde se rend compte que les changements climatiques deviennent tangibles et nous affectent directement, les hommes politiques écologistes semblent subitement aphones. Sans doute trop occupés à s’entredéchirer ou à tenter de survivre, eux aussi, dans la jungle politique. Les Verts sont entrés dans le fruit de la politique, mais, pour l’instant, ils n’ont pas encore prouvé qu’ils étaient capables de répondre aux grands enjeux qui se présentent à nous.


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (40 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • miaou (---.---.5.34) 6 décembre 2006 14:40

    Le positionnement des Verts sur l’immigration ou le mariage homosexuel leur a nui (dans les 2 cas, quel rapport avec l’écologie ?), ainsi leur position arrêtée sur le nucléaire (alors que les Français ont évolué, sensibles à l’absence de rejet de CO2). Je regrette que le courant de Waechter n’ait pu s’imposer.


    • metallah (---.---.161.87) 6 décembre 2006 19:46

      rapport avec l’écologie : il y en a plusieurs, faut il essayé de d’avoir une reflexion sur ces sujets (je tenterai prochainement de l’expliquer sur mon blog) mais vous confondez certainement écologie et protection de l’environnement

      mariage homo : c’est tellement vrai que la grande majorité des français les ont rejoint sur leurs positions c’est tellement vrai que la droite de Sarkozy propose une union assez proche du mariage homo... et a donc évolué sans compter Bayrou qui dans une interview récente posait une reflexion intelligente et sincère sur le sujet

      sur le nucléaire : c’est tellement vrai que http://metallah.webdynamit.net/blog/?2006/07/28/245-2-3-des-francais-contre-le-nucleaire 2/3 des français sont contre le nucléaire et que ce chiffre a évolué dans le sens des Verts (puisqu’il y a encore quelques années les français étaient très partagé avec une légère majo favorable)

      les verts ont donc eu le courage de mettre des sujets sur la table sujet non traité par les autres, et alors que ces sujets n’étaient pas forcément majoritaires, loin de là tout le contraire du populisme mais une volonté d’amener les débats !

      bien entendu ce courage a été mal récompensé puisque les médias ont souvent consacré 90% de leurs temps à ces détails ... qu’à tout le reste


    • werbrowsky (---.---.61.10) 7 décembre 2006 07:04

      Tout à fait d’accord pour votre commentaire. L’écologie, c’est également aborder tous les sujets de société. J’attends simplement que les Verts proposent des choses concrètes sur d’autres sujets que les sujets « alternatifs » (excusez le côté péjoratif du terme).

      Le positionnement du parti écologiste sur l’homosexualité a fait avancer les choses. Son engagement contre la circulation automobile à Paris lui crée un tord important.

      Soyons bien d’accord : je suis pour les transports en commun et contre la circulation automobile. J’habite en lointaine banlieue et de nombreuses personnes n’ont pas d’autre possibilité que de prendre leur voiture ou leur moto pour se rendre à leur travail. Ils pourraient laisser leur voiture à la gare SNCF la plus proche, mais le parking, non surveillé, est payant (4euros par jour : 88 euros par mois !). Un grand nombre d’entre eux choisi donc d’utiliser leur véhicule au détriment des transports.

      Une chose m’a révolté récemment : la ville de Paris a organisé une enquête à large échelle pour connaître l’opinion des franciliens sur la question des transports. Mais le maire de Paris, avec les verts, annonçait les mesures qui étaient prises avant même que cette enquête soit terminée !

      Pour résoudre des questions aussi importantes et sensibles, il faudrait que les hommes politiques cessent de nous prendre pour des idiots. Les bobos parisiens rééliront Delanoe (sans doute) mais en méprisant complètement l’opinion des dix millions de personnes qui vivent en Ile-de-France.

      Que les verts cessent d’agir comme des ayatollahs, svp !


    • Olivier THERONDEL (---.---.149.181) 6 décembre 2006 14:50

      Article de grande qualité rappelant les étapes de l’écologie politique en France. Il souligne judicieusement le paradoxe de l’existence d’une urgence environnementale sans que cela ressorte sur le choix des électeurs. Dans une société où des millions de fumeurs acceptent, en toute connaissance de cause, le risque de mourir d’une maladie liée au tabac (55 000 morts par an en France), peut-on vraiment s’étonner de ce saut dans le néant ?


      • robin (---.---.129.85) 6 décembre 2006 15:12

        L’environnement n’est pas de la politique,c’est une nécessité capitale et urgente ! Comment peut-on imaginer ,dans une mondialisation future,tous les pays polluants autant ,proportionnellement,que les grandes puissances actuelles ? au nom de l’économie ,du PIB,du néo-libéralisme outrancier !!! A t’on réfléchi aux conséquences....un peu,heureusement ! mais pas complétement,les effets induits de toutes ces nuisances serait un véritable cauchemard pour l’humanité ,la terre s’en remettrait !! mais pas nous ! la flore et la faune seraient anéanties (sous la forme actuelle) et un nouveau cycle durerait pendant des milliers d’années jusqu’à réequilibrage de la nature !!!nous sommes à la croisée des chemins......il ne faut pas se tromper !car le détour sera fatal.....pour contrer le sens actuel voulant emprunter le chemin scabreux ,il faut un front mondial unitaire et très décidé(queques pays se sont déjà engagés) sur le développement durable,énergies renouvellables et nouvelles(les solutions existent ,il faut se concentrer sur la recherche dans tous les domaines !et ils sont nombreux !!) et remettre l’humain sur le devant .....les ressources humaines ont un potentiel énorme qu’il ne faut pas gaspiller (outrageusement à notre époque et encore plus immonde dans le futur... !) c’est notre décadence qu’il faut combattre....ne nous trompons pas de combat !!!!!


        • (---.---.247.114) 6 décembre 2006 17:32

          « L’écologie a fait son entrée en politique il y a plus de trente ans déjà. La génération contestataire, née de 1968, a transposé sur le terrain de la protection de la nature son combat contre la société en place. »

          En fait les marxistes maoistes extrèmes, voyant qu’ils ne seraient jamais au pouvoir avec leurs idées de base, ont revétu une fausse barbe verte pour tromper l’électeur.


          • werbrowsky (---.---.61.10) 7 décembre 2006 07:05

            C’est ce qu’on appelle les « pastèques » : vert dedans et rouge dedans.


          • metallah (---.---.186.180) 7 décembre 2006 10:48

            une immigration équilibré d’ailleurs vous qui semblez avoir une préférence pour Bayrou je vous invite à aller voir son interview très longue il a une vision très humaniste et très juste même si il reste de droite pour de nombreux sujets, et que je ne voterai pas pour lui, je le trouve très juste sur certains sujets http://metallah.webdynamit.net/blog/?2006/11/06/339-bayrou-surprenant-et-actualites-politiques

            revenir à une vision ni gauche ni droite est délicat les Verts ont déjà donné la droite est très nulle et évolue un brin(et de ce côté là Bayrou a encore des efforts à faire...) la gauche est « nulle » mais évolue un peu plus depuis que les Verts essayent de les pousser

            les outils écologistes quoi qu’on en dise, reste des outils de gauche, on peut s’en défendre... se prononcer ni gauche ni droite mais même Hulot dans ses propositions se prononcent pour des outils qui sont plutot de gauche...

            si il ne s’agit que d’un aspect communication, c’est un peu facile je trouve de se dire ni gauche ni droite... ce qui est clair c’est que c’est ni du socialisme ni du communisme ni du libéralisme... point ! et qu’actuellement les partenaires « viables » (on va dire les moins pires) restent la gauche car la droite a encore un sacré boulot


            • werbrowsky (---.---.61.10) 8 décembre 2006 06:37

              Je ne suis pas « pro-Bayrou », malgré ce que pouvait laisser entendre ma dernière réponse. Je pense simplement qu’il est le seul à exprimer le besoin d’une nouvelle entente, d’un nouveau pacte social, en-dehors des clivages hérités de la deuxième guerre (et même de la première !) mondiale. La social-démocratie est le modèle dominant depuis la crise de 1929 et la politique du New Deal instaurée par Roosevelt. En France, c’est le Front Populaire qui a entamé cette démarche vers un état plus juste et une meilleure répartition des richesses. Depuis, la politique économique et sociale de nos pays ne varie guère, oscillant légèrement entre libéralisme et socialisme.

              La rupture que prône Sarkozy est un mouvement vers le libéralisme. Les propositions de Ségolène Royal sont très ancrées dans la tradition. Elle propose une sorte de thérapie de groupe en endossant le manteau de la « Mère supérieure » compréhensive et charitable. Mais du point de vue pratique, rien ne change avec la ligne du parti. Ce n’est qu’un habillage cosmétique. Bayrou est donc le seul à vouloir briser le clivage gauche-droite, pour revenir à une forme de démocratie parlementaire, ainsi qu’elle s’exprime dans d’autres pays européens. Le danger est de revenir à un système proche de la 4ème République, ingouvernable.

              La difficulté actuelle réside dans le fait qu’aucun dirigeant de parti ou leader d’opinion n’émerge réellement. Deux ombres continuent de planer sur notre politique : De Gaulle et Mitterrand. Deux morts-vivants hantent nos couloirs : Chirac et Giscard. Mais rien ne pousse à l’ombre des grands chênes (sauf Alliot-Marie ?) smiley

              Pour ma part, je ne peux pas voter Ségolène Royal, parce qu’elle représente un réel danger pour le pays. Son inexpérience internationale et ses foucades (comme de refuser de serrer la main de Panafieu, récemment) sont les raisons principales qui font que je m’en méfie profondément. Ceux qui disent que tout ça n’est pas bien grave, puisqu’elle sera entourée de Védrine, de Strauss-Kahn et de Hollande, au minimum, se trompent profondément. A certains moments, le chef de l’état est seul et doit prendre des décisions en âme et conscience. C’est ce risque-là que je n’accepte pas de prendre.

              Actuellement, les sondages nous offrent une vision fausse de la situation. Deux tiers des sondés ignorent pour qui ils voteront. Ceux qui savent sont : à 10% pour Sarkozy, à 10% pour Ségolène, à 8% pour Le Pen, à 3 ou 4% pour Bayrou... Le reste, c’est de l’agitation médiatique.

              Si vous avez une idée, ou un recours vers une autre personnalité, dites-le moi. Je pense que Voynet finira par retirer sa candidature pour éviter d’être en-dessous des 5% fatidiques. Il ne reste plus qu’à savoir si Nicolas Hulot se présentera ou non. En tout état de cause, je ne pense pas qu’il dépasserait les 14% au premier tour, comme Chevènement, par exemple.

              J’ai été un peu long, mais je voulais simplement clarifier ma position par rapport à Bayrou. Merci pour vos messages.


            • metallah (---.---.186.180) 7 décembre 2006 11:06

              je ne suis pas certain qu’il soit très constructif de débattre avec vous puisque vous avez décidé que vous aviez la solution une solution conservatrice et de retour en arrière, extremement replié sur elle même et qui va jusqu’à employer le mot d’invasions, certainement considérant que ces humains ne sont en réalité que des êtres envahissants...

              vous confondez écologie et solution de protection , et vous estimez que tout ce qui est étranger est une agression pour la culture (...) l’écologie façon cloche : on se construit un mur et on ferme les yeux

              l’écologie comme la voyez est une écologie inhumaine où vous avez apparement décidé que tout ce qui est extérieure à nos frontières est un agresseur (des sous hommes certainement) je me demande encore comment on peut tenir de telles discours, surtout quand on sait le fait que ces solutions sont inefficaces, notamment celle écologiques puisqu’il faut à la fois des solutions mondiales et des solutions locales je me demande encore comment on peut amener des solutions mondiales et ls rendre efficace, si on a pas une vision mondiale du problème

              donc pour vous l’écologie reste de la protection, un phénomène , où nous franco français nous nous protégerions de l’extérieur (mais peut etre devrait on s’arreter aux frontières de votre propre jardin) un repli sur soit à l’inefficacité obsolue

              quand à votre discours sur la Femme, je ne sais pas si vous êtes un dangereux Troll ou si vous êtes sérieux Mais ces discours d’un autre age me font sourires... apparement vous êtes formatés par une vision qui se refuse à voir que depuis tout temps, des modes de société ont existé ça et là dans le Monde, qu’ils ont souvent été meilleur que ce système patriarcale (vous réfléchirez sur la place du père, donnée par l’église chrétienne au milieu de moyen age, car ce cher Joseph était un peu abandonné jusqu’à présent... vous réfléchirez à la place de la femme dans les pays nordiques, et ça date pas d’hier... pays nordiques qui ont su également donné une place aux minorités, notamment les personnes handicapés, personne que vous élimineriez certainement car c’est « naturel »)

              Pour votre gouverne l’écologie se n’est pas s’inventé les règles qui nous arrangent, et soit disant faire ce qui est naturel (le role naturel de la femme... je me marres... quand on sait que dans votre vision des choses les femmes stériles seraient alors considéré comme des sous femmes... tout comme les femmes ne voulant pas d’enfants...)

              c’est une écologie humaine que je préfère pour ma part, qui prend en compte la place de l’homme au milieu de l’environnement qui l’entoure et dont il fait parti... qui prend en compte les rapports sociaux entre humains... qui se refuse à une loi de la nature où les minorités seraient à éliminer (d’ailleurs la loi de la nature est complexe puisqu’en réalité les minorités ne sont pas éliminés bien souvent et ont une place...)

              une écologie anti productiviste , certainement plus complexe à imaginer pour votre petite tête formatée, que votre écologie protectionniste et repliée sur elle même, tellement replié que cela nous donne l’exemple de L’Ile de Paques où les hommes ont fini à disparaitre à cause du repli sur eux...) http://julienlecaille.ouvaton.org/index.php?2006/12/03/124-on-nest-pas-la-pour-proteger-lenvironnement


              • Gelone 7 décembre 2006 17:49

                Mais ces discours d’un autre age me font sourires.

                C’est certainement que vous considérez que le fait, pour une femme, de travailler huit heures par jour, dans une usine puante et bruyante, ou de se faire insulter à la caisse d’un supermarché, constitue un époustouflant progrès... Je savais déjà qu’il existe des gens qui pensent comme vous, ça ne me surprend donc pas.

                Quant à vos propos sur l’immigration, ils sont ridicules. Il suffit d’imaginer la France avec dix millions d’habitants de plus, affluant du tiers monde, pour imaginer la catastrophe écologique que ce serait.

                Non seulement, ces gens pollueraient davantage, mais il faudrait les occuper dans des usines qui n’existent pas, les loger dans des immeubles qui n’existent pas, envoyer leurs enfants dans des écoles qui n’existent pas, les soigner dans des hôpitaux qui n’existent pas, les distraire dans des installations sportives qui n’existent pas, tout cela qu’il faudrait construire. Parce que c’est tout ça, et bien d’autres choses encore, la pression démographique sur l’environnement.

                En résumé, vous êtes un naïf prétentieux, cultivant les idées à la mode, croisé du politiquement correct et de la pensée unique, incapable de raisonner au-delà des schémas aliénants nés du rationnalisme des « Lumières » et mis au goût du jour par des « innovateurs » qui se croient supérieurs à nos ancêtres, alors qu’ils ne sont que de dérisoires, mais aussi tragiques hélas, apprentis sorciers...


              • metallah (---.---.17.141) 8 décembre 2006 10:47

                «  »«  » C’est certainement que vous considérez que le fait, pour une femme, de travailler huit heures par jour, dans une usine puante et bruyante, ou de se faire insulter à la caisse d’un supermarché, constitue un époustouflant progrès... «  »"

                j’ai toujours aimé quand on cherche à interpréter mes propos et quand on essaye de me faire dire ce que je n’ai pas dis

                Qui a dit que c’était un progrès ? et dans les memes cas (se faire insulter, ...) la situation d’un homme est elle plus appréciable ?

                Ce qui m’amuse beaucoup c’est que vous oubliez de dire que dans votre vision des choses seule la femme au foyer, « asservi » à un mari, aurait « l’avantage » de ne pas aller travailler la célibataire, la femme abandonné par son mari, la femme qui aura eu un enfant « toute seule » : elle, elle accumulera le role de femme au foyer et le boulot !

                Vous allez me dire, oui mais de toute manière les femmes qui travaillent et qui ont un « mari » ou un concubin, accumulent déjà travail et foyer c’est tout à fait exact ? et ? Cela veut dire qu’il y a encore du boulot au niveau du travail du partage du travail, et du partage des taches aux foyers ! Cela vient, c’est culturel, cela ne se fait pas du jour au lendemain

                par contre l’hypocrisie de la femme au foyer pseudo protégé par son époux, là je me marres ! D’ailleurs vous ne trouvez rien à dire quand au fait que les femmes dans les pays nordiques, même si il y a toujours mieux à faire, sont beaucoup mieux traités, ont plus de pouvoir (...) et que dans d’autres cultures, il existe x façon de vivre bien loin de la carte postale façon famille idéale chacun ayant ses avantages et ses défauts...

                mais vous devez certainement vomir sur la libération de la femme et considérer de toute façon que sa place est celle d’un ventre procréateur... et qui doit rester au foyer

                Concernant l’immigration je n’ai meme pas envi de discuter avec quelqu’un qui vit dans une bulle et qui n’est même pas capable de connaitre l’histoire correctement et qui en plus de ça se prend pour un pseudo intellectuel

                si vous aviez au moins une alternative à proposer mais votre alternative c’est celle de la bulle assiégé des murs pour soit disant se protéger Pendant que le monde s’écroule autour (et que à l’intérieur de la bulle c’est guère mieux)

                A part des murs que proposez vous pour éviter cette immigration ? rien

                les rationnalistes ce sont bien les écologistes qui ont bien compris que si on ne faisait rien de façon mondiale (et non de façon protectionniste replié sur soit même) et bien l’immigration deviendrait de plus en plus un problème !

                vous tenez des discours anti immigration mais en plus vous ne proposez aucune solution viable ! économiquement correct, durable (...) parce que raccompagné des gens à la frontière, qui vont revenir et revenir, surveiller ces frontières, poser des murs (...) à votre avis combien ça coute ?

                On a jamais dis que la France devait accueillir tout le monde, mais à part les caricatures vous ne connaissaient rien ! si tout le monde coopère, on évitera certainement des drames humains couteux à tout point de vue ! Car oui l’Afrique est à nos portes ! (et quand on arretera de plonger ces pays la tête sous l’eau en les pillant d’une façon encore plus hypocrite que du temps de la colonisation ce sera un bon début)

                soit on en accueille, on les aide chez eux pour leur permettre de vivre chez eux, on arrete de détruire économiquement leurs terres, on coopéré pour traiter l’écologie de façon mondial (...) bref de la coopération intelligente ! soit c’est des millions d’hommes qui crèveront à nos frontières ! (voir à l’intérieur)

                Là c’est un flux continue avec quelques fuites ça et là... Mais quand tu verras sur les routes des millions de réfugiés, tu poseras l’armée en travers et tu les bombarderas considérant que c’est une invasion ?

                Mais en tout cas votre protectionnisme tombe absolument à l’eau niveau viabilité du le long terme (et meme sur le moyen terme)


              • metallah (---.---.186.180) 7 décembre 2006 11:07

                des pastèques tellement rouges et communistes que

                en France, mais surtout en Europe, les Verts ont fait parti des plus critiques envers les communistes (et qu’encore en France le PCF, et la gauche de la gauche, et les Verts se disputent souvent...) récemment encore les Verts en Europe de l’est ont reçu les soutiens de certains ex anti communiste (plutot centriste ou de gauche...)

                que les Verts proposent depuis très longtemps des mesures plus libérales, et disons plus au centre, que ses partenaires supposés plus à gauche plus libéral sur l’économie, et encore tout dépend des points, mais pas anti social au contraire non plus : remplacer progressivement la taxation du travail par une taxation de la pollution...

                ça le coup de la pastèque c’est la droite qui l’a mis en place pour se donner une excuse pour s’interdire tout débat sur l’écologie...


                • metallah (---.---.186.180) 7 décembre 2006 11:21

                  «  »" J’attends simplement que les Verts proposent des choses concrètes sur d’autres sujets que les sujets « alternatifs » (excusez le côté péjoratif du terme). «  »«  »

                  vous savez ils le font Mais ils ont toujours eu une espèce d’alliance anti écolo contre eux les médias qui rapportent tout et son contraire, sauf les choses interessantes les politiques, même parmi les partenaires...

                  Concernant Paris il faut faire attention à la propagande utilisé à la fois par la droite et par une certaine gauche qui considère les Verts comme un ennemi (le PCF, l’extreme gauche, et une partie des barons locaux PS avec qui Delanoe a parfois bien du courage !)

                  Il se passe 2 choses et il faut distinguer les pouvoirs de chacun Paris dans les murs : les Verts ont des élus et font leur boulot, allant jusqu’à être en effet un peu « dur » car Paris a tout simplement un retard énorme !

                  Paris Région Parisienne : et notamment les problèmes liés aux transports des banlieues... là c’est plutot le travail de la région... et là encore les Verts arrivent à faire bouger la gauche régionale pour qu’elle avance dans le bon sens (mais ça c’est le boulot depuis 2004 donc c’est récent)

                  Les Verts élus dans Paris entre les murs sont alors accusés de tout les maux, de s’interesser qu’aux parisiens de l’intérieur... alors que bien souvent ils n’ont pas les pouvoirs sur certains sujets où les accuse de clientélisme (et Delanoe ne les a pas plus car il faut distinguer le pouvoir de chaque élu : maire, conseil regional, département)

                  il faut également savoir que certains barons PS locaux, et finalement main dans la main avec une certaine gauche, et la droite, font tout pour emmerder Delanoe et les Verts, et ce maire a finalement des fois bien du courage pour ne pas céder (meme si il est vrai que les verts peuvent être durs avec lui)

                  Je rappele enfin que les Verts parisiens, ne sont pas les Verts français, même si ils sont une partie importante d’entre eux (vient ensuite la Bretagne et le Rhone Alpes pour ce qui est des « groupes » importants) il y a surement des cons parmi eux ;) , j’en connais des moins cons aussi...

                  Enfin si tu veux que les choses avancent, et même sans être sympathisant vert, tu peux très bien essayer de t’adresser au groupe local le plus proche de chez toi... en espérant qu’il existe, ou qu’il ait une relative importance (car il est vrai que dans certains coins des groupes locaux sont faibles...)

                  Je pense que les Verts sont conscient de ce genre de critique, notamment concernant les problèmes de transports liés des banlieux parisiennes (certains Verts les expérimentent tout les jours) Mais après il ne faut pas confondre les roles de chaque élu (c’est une spécialité française de vouloir tout et son contraire sans connaitre le role de chaque élu, meme si il est vrai que nos systèmes complexes facilitent pas ça...) La région je crois a un role a joué et depuis 2004 essaye d’avancer sur ces sujets


                  • werbrowsky (---.---.61.10) 8 décembre 2006 06:44

                    Re- Pour ma part, je suis militant socialiste. J’ai toujours été très proche des verts, mais leur inorganisation, et les coups bas qu’ils nous ont joué à plusieurs reprises, m’ont fait renoncer à adhérer à leur mouvement. smiley

                    Je milite beaucoup plus au niveau local que national, parce que c’est là, finalement que se prennent le plus de décision concernant notre vie quotidienne.

                    bon courage à Limoges !


                  • metallah (---.---.17.141) 8 décembre 2006 10:52

                    tu sais niveau organisation chaque parti à ses défauts ;) le défaut des verts est d’etre un peu trop démocratique permettant à chacun d’ouvrir assez facilement sa gueule... Mais finalement c’est pas si mal de tenir depuis 20 ans alors que tout les autres partis écolos sont à l’etat de pixel (et qu’il y en a finalement plus à droite qu’à gauche avec moins de troupes...)

                    niveau coup bas je crois qu’il y aurait à dire du côté des socialistes aussi je pense ;) (tiens faut quand meme savoir que Mitterand a inspiré la création de Génération Ecologie, à droite, d’où vient Mamère, Borloo... tout ça parce que le PS dans les années 90 ont eu une trouille folle des Verts) quand on apprendra à travailler de façon collaborative ce sera déjà mieux mais bon...

                    merci et à toi aussi bon courage


                  • Djulian (---.---.208.156) 7 décembre 2006 14:18

                    La caricature du système médiatique, c’est vraiment de laisser croire qu’il y ait la moindre chance que Nicolas Hulot aille au bout de sa démarche présidentielle.

                    Soit il arrête son métier d’animateur télé (comme la fait avant lui Noël Mamère avec son métier de journaliste), il devient réellement un politicien professionnel (ce qui n’est pas infâmant), il rompt les liens avec EDF, Bouygues, et TF1 et précise ses positions politiques.

                    Soit il arrête de jouer au candidat à la présidentielle, position qu’il peut encore faire tenir quelques mois, mais guère plus, tant l’exercice est éreintant.

                    On va voir assez rapidement quelle chemin il choisit. Pour ma part, je n’ai pas de doute.


                    • werbrowsky (---.---.61.10) 8 décembre 2006 06:48

                      Effectivement, je ne pense pas que Hulot aille très loin. Et puis, son compagnonage avec TF1, la vente de la marque Ushuaia, ses liens à droite, lui reviendront fatalement dans la figure. J’aurais aimé que Cohn-Bendit se présente aux présidentielles. Mais je crois qu’il a été définitivement dégoûté de notre débat interne après le référendum, pour lequel il militait.


                    • (---.---.57.34) 7 décembre 2006 17:25

                      Tirez pas sur l’ambulance !


                      • metallah (---.---.17.141) 8 décembre 2006 10:29

                        je ne suis pas allé jusqu’à dire que vous étiez pro Bayrou, ou alors je n’ai pas été clair ; j’ai beau être pro Verts, je lui reconnais des qualités

                        «  »«  » Pour ma part, je ne peux pas voter Ségolène Royal, parce qu’elle représente un réel danger pour le pays. Son inexpérience internationale et ses foucades (comme de refuser de serrer la main de Panafieu, récemment) «  »«  »

                        Vous saviez bien que tout ça n’est que communication ;) , Sarkozy et bien bien d’autres peuvent s’avérer tout aussi foucadiens

                        Je considère que Sarkozy est tout aussi nul (ou pas très bon) les quesstions internationales L’un comme l’autre n’ont pas vraiment d’expériences internationales L’un se dit pour la rupture mais qui peut croire que ses élus vont rompre ? hum hum... c’est du vent... Et niveau international il est pas terrible

                        L’autre fait un peu Matriarche mais je pense qu’une présidente de ce style serait certainement une présidente laissant son gouvernement gouverner, c’est ce qu’elle fait plus ou moins dans sa région, préférant être là pour tapper sur leurs doigts et servir de lien avec la nation... (à côté de ça de toute façon le programme PS est très en dessous de mes attentes)

                        j’irai jusqu’à dire que niveau international Voynet est bien meilleur, elle l’a notamment montré lors des négociations liés au protocole de Kyoto, faisant face aux USA (un certain Al Gore tiens) Et représentant même l’Europe !

                        Au contraire je pense que Voynet ira jusqu’au bout et qu’elle risque en surprendre plus d’un faudrait il qu’on puisse l’écouter et l’entendre, mais ce n’est pas encore le moment puisque le CSA fait pas son boulot et le fera que quelques semaines avant les présidentielles (d’ici là on va bouffer du sarko, Sego, Le Pen et Bayrou qui sera surement la coqueluche)

                        je considère sinon que Hulot n’a pas l’expérience requise pour ce genre de poste et il le reconnait lui même (bien sur les médias n’ont yeux que pour lui, sans même comprendre leurs propres duplicités et bétises, et je suis content d’assister à ça grace à lui, je pense d’ailleurs qu’il en a conscience et joue aussi avec ça...) peut être devrait il se lancer pour une mairie ou quelquechose dans ce genre pour commencer, mais je ne suis pas certain qu’il est envi de faire de la politique (enfin peut etre simple militant pas pas dans le but d’être élu)

                        (quand à Chevenement il fera certainement moins qu’un 2002 mais va s’amuser un peu avec le PS...)


                        • metallah (---.---.17.141) 8 décembre 2006 10:59

                          Cohn Bendit n’est plus chez les Verts français et s’occupe en Allemagne... c’est clair qu’il aurait volé dans les plumes de certains

                          En tout cas je pense, à écouter et lire Voynet, qu’elle risque être surprenante elle m’a moi même surpris, alors qu’à la base je suis loin d’être un pro Voynet, du moins à l’origine

                          mais plus on avance plus je vois clair dans le manège des médias d’aujourd’hui comme d’hier je vois ce qu’elle a réellement fait, mais qui n’a jamais été mis en avant, quand elle était ministre (elle a aussi pas mal bossé du côté de l’aménagement du territoire...) je gratte ça et là, j’écoute, je lis... j’espionne... Je vois aussi le travail des élus verts ça et là (il y a des bons, très très bons, et quelques minorités moins bonnes, ou « utilisé », mais toujours meilleur que certains autres partis)

                          et partant de ça, je vois les troupes PS, je vois les troupes UMP, UDF... je ne crois finalement pas aux ruptures de chacun... car les élus en place « resteront » les « memes »... (meme si j’ai l’honneté de reconnaitre que Bayrou a su « épuré » son propre parti, et que cela a commencé du temps de la fin de l’alliance UDF-DL suite aux liens avec le FN lors d’élections régionales... puis bien entendu l’OPA lançé par l’UMP... et même si je pense que certains élus PS sont quand meme pas si mal que ça quand il s’agit de travailler avec eux et d’avancer sur certains sujets...)


                          • werbrowsky werbrowsky 12 décembre 2006 03:34

                            Merci pour vos commentaires. Effectivement, l’espace médiatique laissé à Voynet ne lui laisse pas l’occasion de faire valoir ses idées. Je pense qu’elle a la carrure, mais elle n’a pas l’appareil politique pour réussir. Mitterrand disait qu’avec un cercle de trente personnes, il pouvait prendre le pouvoir. Et c’est ce qu’il a fait.

                            Pour ma part, je ne me situe nulle part pour l’instant. Je laisse l’agitation médiatique passer et j’espère que d’autres événements viendront clarifier la situation. Quelle sera la réaction des électeurs lorsqu’ils auront la certitude que les médias leur imposent Sarko-Ségo ? Rappelons qu’un quart des sondés déclare ne pas avoir fixé son choix et que nous sommes à quelques mois encore de l’échéance. Nous allons vers de grandes désillusions collectives.


                          • Briseur d’idoles (---.---.168.116) 8 décembre 2006 18:27

                            Il importe que vous le sachiez !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès