Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Les vertus de l’exemple

Les vertus de l’exemple

Contrairement à ses homologues internationaux, le gouvernement français ne s’applique pas à lui-même la rigueur qu’il préconise pour l’ensemble de ses citoyens. Il y a ainsi toujours des moyens pour financer hausses de salaires ou voyages somptuaires pour les gouvernants, mais plus rien de disponible lorsqu’il s’agit de mettre en place des mesures au bénéfice de tous. Or, toutes les réformes réussies chez nos voisins ont commencé par un travail de leurs gouvernements sur eux-mêmes : les gouvernants ont ainsi renoncé à autant que ce qu’ils ont demandés à leurs concitoyens... La France ne prend pas ce chemin... Et se pose alors la question de la légitimité de réformes issues d’un gouvernement qui réforme pour tous, sauf pour lui-même ?


En 1993, le Canada [1] était annoncé comme au bord de la faillite par le FMI [2] et ses obligations publiques dégradées au rang d’obligations pourries par certains instituts de notation [3]. Il s’en est suivi un plan d’austérité sans précédent [4] qui fait aujourd’hui de ce pays le meilleur élève du G8 [5] : croissance de plus de 2,5 %, épargne des ménages en hausse, absence de déficit publique, dette publique en passe d’être résorbée...

Un constat idyllique que beaucoup, avec l’avènement du nouveau gouvernement, pensaient possible en France.

Mais les dirigeants canadiens - tout comme les dirigeants italiens ont accepté une baisse de leur rémunération de 30 % dans le cadre du budget 2007 - conscients qu’ils ne pouvaient demander à leurs concitoyens de « maigrir » tous seuls, ont souhaité donner l’exemple... Ainsi on pouvait lire dans les documents d’orientation du bureau du vérificateur général du Canada [6] la phrase suivante : « Pour les gestionnaires du secteur public, le défi consiste à intégrer les principes de bonne gestion à la prise de décisions. En fait, ils doivent donner l’exemple. S’ils ne le font pas, leurs subalternes ne se fieront plus non plus à ceux-ci. »

Le discours sur la « faillite » [7] a été - en France - repris par le Premier ministre François Fillon pour justifier les nouveaux efforts en termes de retraite, de désengagement de l’Etat, de santé publique...

En gros, en termes de réduction de la dépense publique.

Ce discours est légitime sur le fond : l’endettement de la France [8] atteint soit 79,7 % du PIB selon les critères comptables, soit 64,2 % du PIB selon les critères retenus pour mettre en place les ratios de Maastricht ; et n’a cessé de croître depuis 1978...

En revanche, les dirigeants français ne semblent pas réellement soucieux de s’appliquer ce qui a fait le succès de la réforme canadienne ou allemande, c’est-à-dire de s’appliquer à eux-mêmes ce qu’ils demandent à leurs concitoyens.

Voit-on les ministères réduire leur train de vie ? Non ! On peut ainsi s’interroger de la nécessité pour le président d’être accompagné dans son voyage d’Etat en Chine (donc aux frais du contribuable) par sa mère, un de ses fils ou encore la ministre de la Justice, et ce alors même que la secrétaire d’Etat aux Droits de l’homme demeure en France... D’autant plus que contrairement à ce que l’on a pu entendre de la part du porte-parole de l’Elysée, les Chinois n’ont que faire de la présence de tel ou tel [9]... Entend-on parler de baisse de rémunération des ministres, du président et des parlementaires ? Non, bien au contraire : le président de la République ne vient-il pas de se faire accorder une hausse de salaire de 140 % [10] ! Entend-on parler que tel ou tel ministère renonce à ses frais d’apparat (voitures de fonctions, avions privés...) et ses frais de représentation [11] ? Non, bien sûr : l’Elysée donnant le « La »... avec une multiplication par 3 de ses frais de fonctionnement !

Dans ces conditions, la légitimité des réformes ne peut être que très rapidement remise en cause.

Invitée voici quelques années par la présidence allemande dans une délégation tout ce qu’il y a de plus officielle, un cocktail avait été organisé en notre honneur avec l’ensemble de la classe politique d’alors.

Il nous avait été servi, sous les ors sobres du château de Bellevue, en gants blancs et avec tout l’apparat nécessaire : du vin blanc du Rhin, du jus d’orange, de l’eau gazeuse et divers bretzels... Ni champagne, ni petits fours.

Certains membres de notre délégation française - et non des moindres... il y avait même des membres de l’actuel gouvernement - avaient interrogé leurs homologues allemands sur cette sobriété. Il leur avait été répondu que les parlementaires et politiques étaient récipiendaires de la richesse du peuple allemand et qu’ils n’avaient pas à dépenser ses deniers inconsidérément, en dépenses d’apparat.

Cette anecdote allemande illustre probablement les raisons des échecs perpétuels des réformes en France :

- les gouvernants ne sont pas prêts à s’appliquer à eux-mêmes les potions amères qu’ils infligent à leurs concitoyens ;

- les gouvernants - et on les comprend, la lutte a été âpre pour arriver là où ils sont - sont les premiers à s’accorder des hausses de dépenses, de salaires et de budgets de fonctionnement sans tenir compte du fait qu’ils ne montrent l’exemple :

- ni à leurs concitoyens : comment accepter pour un simple citoyen de voir ses retraites réduites de 20 ou 30 % après une vie de labeur et de cotisations - alors que ses propres dirigeants se sont au préalable immunisés contre tout risque de baisse de revenu ou de niveau de vie ?

- ni à leurs administrations : comment accepter un gel des salaires, des carrières ou des budgets de fonctionnement alors qu’au sommet de l’Etat, tel n’est pas le cas ?

Certes, me direz-vous, ces dirigeants politiques ont des responsabilités lourdes et prenantes qui justifient quelques petits « à côtés »... Mais on a pu entendre ces mêmes dirigeants s’indigner contre les rémunérations de leurs homologues du secteur privé, qui s’autorisaient certaines hausses de leurs rémunérations alors même que l’entreprise dont ils avaient la charge était au bord du gouffre [12] : n’a-t-on pas entendu ces mêmes politiciens se dire choqués par l’attitude des managers d’Alcatel-Lucent [13] ?

Si l’entreprise France est en « faillite » et si nos responsables politiques sont fidèles à leurs discours d’hier [14], leurs rémunérations actuelles sont - selon leurs propres termes - inacceptables.

Pourtant, loin d’aligner leurs gains sur la situation globale du pays dont ils ont la charge, il semble que nos dirigeants souffrent chroniquement d’une vision à deux vitesses [15] : au citoyen moyen les efforts, « payer plus pour avoir moins » en fin de course, à ses gouvernants la sécurité acquise sur le travail de tous.

Si en période de croissance cette « morale » est supportable car la prospérité est inévitablement partagée et bénéficie finalement à tous, elle devient insupportable lorsqu’une dépression survient car alors les efforts concentrés sur les seules classes moyennes - celles trop « riches » pour être éventuellement soutenues par l’Etat providence et trop « pauvres » pour être vraiment indifférentes au risque de déclassement social - deviennent insuffisants pour financer les dépenses inconsidérées des élites et les charges de plus en plus lourdes de l’Etat qui ne peut laisser dans la déchéance une part croissante de ses concitoyens.

Il reste à espérer qu’il ne faudra pas la lecture du « Journal d’un mort au champ d’honneur de la réduction de la dette publique » [16], comme cela a eu lieu au Japon il y a peu, pour que la classe politique française comprenne enfin comme la canadienne ou l’italienne, qu’il ne sert à rien d’assener ses commandements du haut de sa passerelle sans se soucier de ce qu’il se passe en soute, car un jour la soute ne peut plus entendre les ordres et les moteurs du navire s’arrêtent. Il est alors trop tard pour éviter que celui-ci ne dérive ou n’évite un obstacle...

Un magnifique paquebot git par 3 000 mètres de fonds pour nous le rappeler.

Il appartient à nos dirigeants d’éviter que la mécanique se grippe en montrant ne serait-ce qu’un minimum de solidarité avec la soute, et cela passe, que cela soit agréable ou non, par l’exemple...



[2] Voir http://www.imf.org/external/pubs/ft/aa/aa04.htm#3 pour les bases juridiques de l’audit et Fonds monétaire international. Décembre 1995. Statement of the Fund Mission http://www.imf.org http://www.fin.gc.ca/news98/98-116e.html#International pour la référence

[8] Voir tableau INSEE

[9] http://www.french.xinhuanet.com/french/index.htm ...voir à ce propos le contenu des brèves de l’agence de presse officielle chine nouvelle...

[11] Un petit tableau réalisé par l’internaute à partir du rapport Dosière est édifiant : http://www.linternaute.com/actualite/dossier/05/salaires-politiques/salaires.shtml et pour le texte de l’enquête... voir le blog du député http://www.renedosiere.org/categorie-1052747.html

[15] Il devient lassant que le gouvernement trouve des moyens pour accroître ses rémunérations et n’en trouve plus pour mettre en place des mesures au bénéfice de tous, notamment sur le pouvoir d’achat...


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • colza 29 novembre 2007 20:14

    Et que dire des Préfets, sous-Préfets, Ambassadeurs, Consuls et attachés divers qui sont dans la droite ligne de ce que vous dénoncez dans votre article.

    J’ai vue récemment un reportage sur Arte, je crois, où le Ministre de l’Education Nationale d’un pays nordique rendait visite à une école éloignée de la capitale. On le voyait tout prosaïquement prendre le train, accompagné de sa secrétaire et être attendu à la gare, sans chichis, par la directrice de l’Ecole venue dans sa voiture personnelle. Edifiant, non !!


    • masuyer masuyer 29 novembre 2007 22:11

      Zazen Koi,

      il n’y a rien à ajouter sinon merci.

      Cordialement


      • Thierry LEITZ 29 novembre 2007 22:38

        Un Etat modeste serait un début d’espoir de voir la sagesse prédominer dans la gouvernance des affaires publiques.

        Un très bon article !

        On devrait exercer une profession par passion de la chose avant la rémunération afférente. Surtout en politique, où l’action est censée être dirigée vers l’intérêt des autres !

        Or, c’est tout le contraire qu’on observe.

        Personne n’est indispensable. La France est administrée par de petites mains anonymes. Les politiques, éphémères, mêmes s’ils tracent des orientations, n’ont qu’un impact limité sur la marche de la société.

        Comme le disait un énarque avisé : « nous avons une grande influence sur de petites choses et une petite influence sur les grandes. »

        Leurs rémunérations devraient intégrer ce fait essentiel. Et la transparence absolue ne doit en aucun cas être prétexte à augmentation subite des émoluments.

        Le budget de l’Elysée passera de 30 millions € annuels à près de 100. En quel honneur ? Rien ne le justifie.

        Le président n’a aucune légitimité a exiger 20 000 € d’argent de poche mensuels.

        Les ministres ont été augmentés de 80% sous le gvt Raffarin, sans justification autre que la disparition « annoncée » des fonds secrets en espèces. Un peu léger...

        Les retraites des députés très avantageuses justifiées par quoi ? Sont-ils « à la rue » dès la fin de la législature en cas de non réelection ? Seraient-ils alors épuisés au point de ne plus pouvoir exercer la moindre profession ?

        Que nenni. Ils ont tous un emploi plutôt bien payé avant d’accéder à l’hémicycle. Beaucoup sont médecins, avocats, notaires, professeurs. Et retrouvent leur occupation s’ils l’ont quittée. Mais en général ils « cumulent » surtout les salaires, les honoraires, les avantages, les « cadeaux » venus des officines d’influence BCBG. (lobbies)

        Les militaires touchent une pleine retraite dès 15 ans de service et trustent de bonnes places de « chefs » dans le privé, spoliant ainsi leurs compatriotes d’un emploi unique de chef de famille qui lui en prend pour 40 ans minimum. Ces dispositifs coûtent environ 8 mds€/an, l’équivalent du budget de la Justice. Mais on ferme des tribunaux, et on casse les moyens d’investigation financière. Les militaires sont retraités comme s’ils venaient de faire la guerre et l’aient gagné à eux tout seuls ! Grotesque.

        Passons sur les frais de com., de bouche, de routes, rail et avions publics et privés (l’heure de jet à 2000 €, la classe). Pourvu qu’on vive comme des stars et que nos potes flagorneurs croquent au passage.

        Grandeur de la France ? Quelle bassesse ! Comme Louis XIV et son foutu château d’une beauté sanglante. Les temps de la révolution ne sont pas loin.


        • Takkie Cardie 30 novembre 2007 10:18

          Bonjour à tous, et comme vous avez bien raison... en effet, une véritable démocratie exigerait un peu plus d’humilité, voire d’honnêteté...

          Mais, maintenant, la question est : comment faire ?

          Moi qui ne suis plus toute jeune, je ne compte plus le nombre d’espoir (s ) et de déceptions amères, votes après votes .... C’est vrai que 68,et les années qui avaient suivies, Miterrand ( nous l’avions pourtant souhaitée, appelée de tous nos voeux, cette gauche !.... cette fête à la Bastille, le soir de son élection ...nous étions heureux, nous y croyions ! ) avaient été de formidables rêves, mais au réveil, quel cauchemard ! Tout cela pour arriver à ce résultat, ces politiques auto-reproduits, cooptés, cumulards...

          Mais maintenant ? Que faire pour réveiller la conscience nos concitoyens, leur expliquer que nous filons droit vers une société appauvrie, bananière, dont seuls quelques-uns, qui sont déjà bien nantis, continuerons à profiter, et cela grâce à la rapacité d’une classe politique de plus en plus coupée du réel ?

          La place est à vous, maintenant, jeunes gens, il faut absolument réfléchir,et faire réfléchir, je vous fais confiance, il est urgent d’empêcher les députés et autres de faire de la politique une carrière, en limitanr leurs mandats, quels qu’ils soient, de les rendre inéligibles dès qu’ils ont été approchés par la justice, en un mot, d’obliger les « élites » à modifier leurs comportements insupportables

          Je vous fais mes amitiés à tous .


          • caramico 30 novembre 2007 10:30

            Il n’y a rien à faire, malheureusement sur le plan démocratique, il n’y a qu’a attendre que ça pête, les français ne se laisseront pas duper indéfiniment, du moins je l’espère.

            Je ne suis pas de ceux qui souffrent le plus, mais je ne supporte plus d’être collectivement pris pour un con. Et je participerais activement le moment venu à la mise à bas de ce système inique.


            • warthogor 30 novembre 2007 13:02

              Chère Zazen Koi

              He Oui ! Probablement que c’est le support de votre autre nationalité qui vous ouvre les yeux et (ou) fait que vous avez ce petit plus qui vous permet de raisonner éveillée. La distance vous protégé de l’anesthésie du Media Clonage a la Française. Cette exception Française que la presse et les medias du monde entier nous serinent sans cesse, comme quoi nous devons comprendre que la France doit s’adapter et se reformer, c’est y pas beau ? Voyez vous, même en Chine, les plus grosses fortunes du pays, lorsqu’elles se font attraper la main dans le sac, se retrouvent derrière les barreaux, certains pour 16 ans et d’autres pour pépète. Même le Chef du Parti Communiste de Shanghai a été fusillé pour avoir trop pompé dans la caisse !! Au Viet Nam, pareil ! En Inde pareil, au Japon, pareil et aux USA, pareil ! Il n’est pas inutile de rappeler qu’il a même été possible de destituer un président Américain, sans compter que la presse pourrit la vie d’ un Bush comme ca n’existe toujours pas en France ou c’est plutôt « Coquins, Copains » En France la Police est ABSOLUMENT INTOUCHABLE, a peine reconnait elle en se faisant vraiment tirer les oreilles jusqu’aux instances Européennes qu’elle a mis quelques baffes a un salaud de terroriste et encore !! Comprenez des fois les nerfs lâchent ma bonne dame !!! Les erreurs judicaires sont une longue litanie ininterrompue depuis la nuit des temps, quant aux politiques, ils sont de dignes exemples pour les pires des républiques bananières de la planète ou si un Français prononce le mot de « CORRUPTION » ca fait rire tout le monde aux éclats. Les vrais mafieux amis des pouvoirs successifs, pavoisent et plastronnent au Fouquet’s et autres brasseries du « Triangle d’Or » (Avenue des Champs Elysées, Avenue Montaigne, Avenue Georges V ) Et ca plastronne avec tout ce que la France compte de « journalistes a la botte » amis ou relations des mêmes mafieux qui hantent les coulisses des ministères de l’Elysée, de la Mairie de Paris, de L’assemblée Nationale et du Senat... En fait les Français sont tellement anesthésiés qu’ils n’ont pas pour nombre d’entre eux leur libre arbitre. Que la droite ait voté Sarkozy, ca c’est normal et la droite Française on connait sa genèse, donc rien d’anormal. Mais les voix qui ont fait élire Sarkozy ne sont pas celles de droite mais bien celles d’une gauche dont il faut bien reconnaitre la déliquescence totale au point que certains de ses éléments les plus emblématiques n’ayant plus que cette chance pour exister se sont ralliés a Sarkozy.. Quel cocktail ?!?!?! Enfin, après tout les Français l’ont voulu, ils l’ont et qu’ils se le gardent, néanmoins je n’en fais pas une affaire personnelle, je trouve cela plutôt risible et puis dans un pays qui a élu 2 fois un Chirac il faut s’attendre au pire et cette fois, en toute logique, il est la. Ce fils d’immigré qui a tellement reçu de la France a laquelle il doit tant et tout et a laquelle il veut rendre ce qu’elle lui a donné, si je me rappelle bien ses déclarations d’avant et d’après élection, pourquoi aurait il besoin d’un salaire de cette France qu’il faut reformer et a laquelle il faut appliquer des mesures drastiques ?!?!?!?! Enfin, après l’augmentation des salaires de ministres sous Chirac qui lui avait déjà, au moins , quintuplé le budget de l’Elysée de Mitterrand qui n’était déjà pas un tendre, Monsieur Sarkozy non content de faire encore exploser le budget de l’Elysée, déjà explosé par Chirac, augmente son propre salaire de 173 % sous prétexte qu’il n’a pas de retraite et va avoir une pension alimentaire a payer. Pour quelqu’un qui a déjà une fortune personnelle de plus de 2 millions d’Euros reconnus, qui a été maire de la commune la plus riche de France durant 2 décades et plusieurs fois ministres sans compter ses amis tres fortunés qui lui financent ses vacances. Bon je ne parle pas de ses adorateurs qui vont nous resservir le couplet Mafieux de jalousie à la réussite a la DELON et autres populisme de café du commerce en stigmatisant les gauchos. Mais bon ! Les sois disant ouvriers et autres gens qui sont allés se jeter dans la greule du loup... Il ne faut pas qu’ils viennent pleurer maintenant. Outre les milliardaires mafieux de ses amis, Sarkozy est surtout, comme l’était Pasqua, le représentant de la mafia Corse qui n’a rien à voir avec les nationalistes « mafieux » cagoulés que stigmatise toujours Sakozy pour faire diversion. La il s’agit de la vraie Mafia dont on n’a de cesse avec la complicité de la presse Française d’expliquer au bon peuple de France qu’elle n’existe pas parce qu’en France le pouvoir est un pouvoir Jacobin centralisé..Ben oui, c’est un aveu, EN FRANCE LE POUVOIR C’EST LA MAFIA. Dans ce domaine, c’est comme Tchernobyl dont le nuage n’a pas franchi la frontière Française, nous sommes un pays élu des Dieux... En Italie, il y a la Mafia Napolitaine, la Calabraise, La Sicilienne, la Sarde etc, en Espagne il y a une mafia, aux USA il y a une mafia et même plusieurs, Cubaine, Sicilienne, Russe, Chinoise, Japonaise, Irlandaise etc, en Chine il y a une Mafia, au Japon, enfin partout...SAUF EN France, ben tiens....du con !!!!! C’est la loi du plus fort, Sarkozy le démontre a chaque minute qui passe et il n’y a pas de règle du jeu, seuls les faibles et les démunis trinquent. C’est l’impunité absolue des puissants et des riches, même aux USA ce n’est pas aussi évident... Bon les Français qui sont soit complices soit endormis n’y voient que du feu et lorsqu’ils s’en rendent compte, pour ceux qui le veulent ou le peuvent, ils laissent tomber désabusés parce qu’ils ne se sentent pas capables de changer quoi que ce soit. Ca va recommencer, on aura encore de l’abstention sauf que la les mafieux ont verrouillé le ministère de l’intérieur, le ralliement de la gendarmerie au ministère de l’intérieur n’est pas innocent, tout est infiltre et verrouillé, la France est sous l’emprise totale et même les élections ont été et seront manipulés a volonté, c’est pourquoi le thème de la sécurité est très important pour Sarkozy car il va pouvoir mettre encore plus de flics alors que pour qui voyage un peu la France fait déjà très fort en la matière, même en Chine ou au Viet Nam on n’en voit pas autant, loin s’en faut.... En tous les cas, les émeutiers de Villiers le Bel sont une magnifique embellie pour Sarkozy, la preuve c’est la récupération qu’il en fait immédiatement pour réprimer plus, et ce au moment même ou il est attendu sur un autre sujet comme le pouvoir d’achat. C’est trop drôle pour qui est observateur impartial, mais c’est aussi très inquiétant. Et il ne faut pas croire, ca ne déplait pas partout au contraire, il est des endroits, comme en Corse, a Marseille, a Cannes, a Nice ou ca ne déplait pas... Moi je ne fais même pas de politique, je ne vote pour aucun de ces voyous, je voterais lorsque la peine de mort sera rétablie et qu’il sera inscrit dans la constitution que les hommes politiques seront comptables de leurs actes devant toutes les juridictions les plus communes quel que soit leur statut, comme de simples citoyens, ce n’est donc pas demain la veille.... Ah oui, chère Zazen Koi ! Vous devez savoir qu’en France mon discours est très mal vu et que les politiques en particuliers, mais leurs sbires aussi, ont vite faite fait de vous accuser de faire le jeu des extrêmes en dénonçant le « tous pourris », ce a quoi je réponds, sans coup férir, que ce ne sont pas ceux qui dénoncent les pourris qui font le jeu des extrêmes, mais les pourris eux même qui font le jeu des extrêmes... Ce dont a besoin la France, c’est déjà une remise a plat et une remise ne place des choses. Les voyous a leur place, les politiques a la leur, la police a la sienne et ainsi de suite,(ca ferait de la place dans les prisons, au lieu d’y mettre des petits cons de dealers de shit a la petite semaine et des voleurs de scooters, ca eviterait d’avoir a depenser des fortunes pour construire d’autres prisons pour donner du fric aux amis de Sarko qui sont dans le BTP et qui vont payer des villas avec piscine et des yachts sur la cote aux frais du contribuable, la securite c’est l’Irak de Sarkozy parceque la France n’a pas les moyens) sinon ce qui va arriver et d’ailleurs ca commence et ca va monter en puissance, c’est une situation a la Corse...


              • Yohan Yohan 1er décembre 2007 09:47

                Très bon article. On peut faire un parallèle avec l’organisation de notre vie politique et la notion de carrière sous tendue. Car, finalement, si certains sacrifient autant de soirées et de WE à exister dans leur parti, c’est avec l’espoir de profiter un jour des ors et des faveurs que procure le maroquin d’élu. Pourquoi abandonner tout cela quand on a fait tant d’effort à conquérir ce pouvoir ?

                Cette incapacité de nos gouvernants, élus à commencer par réduire leur propre train de vie et montrer le bon exemple est affligeante


                • alcyon 4 décembre 2007 23:01

                  Oui, tout est dit dans l’article et les commentaires, les lettres de noblesses de la politique était il y a bien longtemps l’intêret général aujourd’hui ce n’est plus que plan de carriére et ambition personnel, on peut même observer derniérement le degré ZERO dans le Machiavélisme à soudoyer la trahison de ceux qui changent d’idée pour un maroquin ministériel ou autre rénumération. Tout homme à son prix, d’où l’idée de la réconciliation des français avec l’argent ! et pour finir on tuera le veau d’or... Quelque chose me rassure à la lecture de vos commentaires, c’est qu’à travers vous je sens la clairevoyance de la conscience populaire grandir pour refuser la mascarade de la pensée unique qui méne à la dictature.


                  • Parpaillot Parpaillot 4 décembre 2007 23:55

                    @ Auteur :

                    Très bon article en effet ...

                    A chaque pays son protocole, son image, celle qu’il souhaite présenter comme carte de visite à l’extérieur. L’Allemagne, les pays nordiques, d’autres encore, ont une culture politique et surtout une image du Pouvoir totalement différente. Le protocole y est beaucoup plus dépouillé, ce qui facilite la proximité entre gouvernants et gouvernés.

                    J’ai tout de même l’impression que ce faste républicain flatte nombre de français qui s’y reconnaissent. La France n’a-t-elle point changé depuis Louis XIV ? Les français seraient-ils restés monarchistes dans l’âme ?

                    Cordialement !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès